Le baiser Lamourette

Aller en bas

Le baiser Lamourette

Message par Mme de Sabran le Mar 08 Juil 2014, 09:32


;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;
  

Le baiser Lamourette, baiser de Paix, ou bien baiser de Judas ?!!    :129fs916747: 



J'ai écrit,
le Sam 9 Jan 2010 - 9:33, à la Conciergerie

Lors de la séance de l'Assemblée, du 7 juillet 1792, le député évêque constitutionnel du Rhône et Loire ( c'est à dire de Lyon ), Antoine Adrien Lamourette, demande dans un élan fougueux que prennent fin les luttes de factions au sein de l'Assemblée .

Jurons de n'avoir qu'un seul esprit, qu'un seul sentiment; jurons de nous confondre en une seule et même masse d'hommes libres . Le moment où l'étranger verra ce que nous voulons, nous le voulons tous, sera le moment où la liberté triomphera et où la France sera sauvée !

Transportés par cette sublime déclaration, les députés de droite et de gauche tombent dans les bras les uns des autres dans des effusions typiques de cette époque à la fois sanglante et pleine de sensiblerie . Nommée Baiser Lamourette, cette séance n'aura aucune suite concrète, les affrontements reprenant aussitôt le premier moment d'émotion passé .





Notez l'interprétation de l'époque : Motion perfide de M. Lamourette !!!!!!   : 



A un souper chez Mme de Lameth, Lamourette ( qui n'était encore qu'abbé ) pérorait ainsi :

Je n'ai confessé qu'une seule fois dans ma vie, et j'ai bien juré qu'on ne m'y reprendrait jamais . C'était une indigne aristocrate ! Ah ! Grand Dieu ! La nièce d'un prélat de l'Ancien Régime et vous n'avez pas l'idée d'un oncle pareil à celui-là !!!!


Lamourette s'avisant qu'il est en train de trahir le secret du confessionnal se tait brusquement ... Et la soirée suit son cours, quand arrive Mme de la Reynière . Elle aperçoit Lamourette :

Ah ! Bonjour, monsieur l'abbé ! Vous savez que j'étais votre première pénitente . J'arrivais alors de chez mon oncle d'Orléans . Nous devrions nous voir plus souvent, mon cher abbé.
Venez donc souper avec moi, jeudi prochain. Nous aurons M. de la Fayette et M. Condorcet .






Monsieur de Talaru :

Lamourette est le roi de la gaffe  jocolor  jocolor  jocolor   
Surtout quand on sait ce que sont les amourettes en gastronomie...    Hop!


Moi :

:n,,;::::!!!:  Oh ! Dis-nous !!!!!!!!  :n,,;::::!!!:


Monsieur de Talaru :

Les Amourettes sont des morceaux de moelle épinière de certains animaux, dont le boeuf, le veau, le mouton ...  boudoi32


Moi :

...   beurk !  boudoi32

A cause des massacres de septembre, l'abbé Lamourette vire sa cuti : la Révolution le révulse bel et bien .  
Quand la Législative se sépare, il quitte la capitale pour Lyon .
Lorsque la résistance royaliste s'organise et que Lyon se révolte dès mai 1793, Lamourette est du côté des assiégés .
Il est capturé, arrêté, envoyé à Paris, condamné à mort en janvier 94 .

On l'a si peu oublié dans la capitale, que le baiser Lamourette est resté célèbre .
Quand, le 10 janvier, il traverse la ville dans la charrette aux trente six portières, quelques cris résonnent dans la foule sur son passage :

N'oublie pas d'embrasser Charlot ( le bourreau ) , Lamourette !!!!


Kiki :
Mer 5 Jan 2011 - 17:23

Le « baiser Lamourette » (7 juillet 1792)

http://ahrf.revues.org/10727

Quelques témoignages permettent de saisir la réaction de la cour dans les jours suivant le « baiser ». Elle oscille d’abord entre désapprobation et espérance. Tandis que Gouverneur Morris, l’ambassadeur américain auprès de Louis XVI, « blâme » l’attitude du roi et reste fermement convaincu de la non-viabilité de la monarchie constitutionnelle, l’ambassadeur de Venise semble croire, du moins dans un premier temps, à la réalité de la réconciliation43. Puis les jugements s’homogénéisent. Ils rejoignent les opinions exprimées par la presse d’opposition, puisqu’ils qualifient l’épisode de ruse. Mais la responsabilité est ici principalement imputée aux jacobins. Lamourette n’est pas directement mis en cause. L’objectif du « baiser » demeure en revanche flou.
Selon Marie-Antoinette, qui dès le 7 juillet 1792 exprime une profonde méfiance à l’égard des effusions des députés, les jacobins projetteraient de négocier avec le roi afin d’obtenir la signature de la paix et ainsi, conformément à la vision stratégique propre à la reine, de priver la famille royale du soutien apporté par les puissances étrangères.


Il avait pourtant une bonne bouille ce Lamourette !   Very Happy





Les interprétations

Deux hommes politiques, et historiens l'un et l'autre, Adolphe Thiers et Jean Jaurès, ont eu de cet événement des interprétations bien distinctes.

Dans son Histoire de la Révolution française, Adolphe Thiers pense que l'expression des députés est un moment de sincérité. « Ce fait prouve, comme tant d'autres, que la méfiance et la crainte produisaient toutes les haines, qu'un moment de confiance les faisait disparaître ». Et il poursuit en affirmant : « le parti qu'on appelait républicain ne songeait pas à la République par système mais par désespoir. ».

Jean Jaurès en a une toute autre interprétation. « Qu’importe qu’en une effusion sentimentale qui n’était pas sans arrière-pensée », écrit-il « Lamourette, évêque de Lyon, ait convié le 7 juillet tous les partis à une réconciliation, à un embrassement fraternel ? La formule politique de cet accord était décevante : « Une section de l’Assemblée attribue à l’autre le dessein séditieux de renverser la monarchie et d’établir la République ; et celle-ci prête à la première le crime de vouloir l’anéantissement de l’égalité constitutionnelle, et de tendre à la création de deux Chambres ; voilà le foyer désastreux d’une désunion qui se communique à tout l’Empire et qui sert de base aux coupables espérances de ceux qui machinent la contre-révolution. Foudroyons, Messieurs, par une exécration commune et par un dernier et irrévocable serment, foudroyons et la République et les deux Chambres. (Applaudissements unanimes).» ». Jean Jaurès analyse le discours comme une défense de la Constitution de 1791, que Lamourette veut maintenir inchangée. Jean Jaurès constate que ce moment particulier n'empêchera pas, quelques mois plus tard, l'avènement de la République, que Lamourette voulait foudroyer par sa motion. Et il affirme enfin que dès le lendemain, les participants de ce moment si particulier, en parlaient d'un ton railleur.

...   nous dit Wiki .

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37964
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum