Les rumeurs et calomnies

Aller en bas

Les rumeurs et calomnies

Message par Roi-cavalerie le Jeu 26 Fév 2015, 20:41



A lire les lettres de Nicolas Ruault*, on touche du doigt l'ambiance détestable qui prévalait en cette année 1787 faisant la part belle à toutes les rumeurs que certains se plaisaient sans doute à faire courir. On perçoit également la perte de crédibilité du roi que la rumeur publique commence nettement à présenter comme un alcoolique manipulé par un "on" qu'elle se garde bien de désigner. La théorie du complot est de toutes les époques.  
Ainsi, Nicolas Ruault fait état à plusieurs reprises dans ses lettres de bruits divers qui laissaient à penser à l'existence d'un complot visant à mettre sur le trône  le comte de Provence. Il y évoque également l'intempérance du roi.

Extrait d'une lettre du 1er aout 1787:

"Mon cher ami, il court sourdement une nouvelle très secrète que l'on m'a dite en confidence et que je n'ose dire qu'à vous. Il s'agit d'une grande révolutiondans Versailles; il s'agi d'ôter la couronne de dessus la tête de Louis XVI pour la mettre sur celle de Monsieur lui-même qui trouve cette conspiration pour sauver dit-il la France et la famille royale, vue l'incapacité bien reconnue de l'ainé de cette famille. Il se perdra, il nous perdra tous, dit Monsieur, si on le laisse sur le trône encore un an. Ce projet a été entamé secrètement à l'Assemblée des notables. Il a fallu mettre le comte d'Artois dans la confidence. Il s'y est fortement opposé et a menacé de faire grand bruit si on ne cessait d'y penser. On n'en parla plus après la séparation des notables; aujourd'hui on le remet sur le tapis. De là vien ce froid qui règne entre Monsieur et le comte. de là vient que Monsieur dans toutes les assemblées qui se sont tenues depuis un mois, s'est toujours rangé du côté du parlement, qu'il a voté dans le sens du parlement, qu'il a toujours parlé contre le timbre et les impôts nouveaux, qu'il a appuyé la demande des Etats généraux. Cela ne l'empêche pas de souper et de jaser avec le roi qui n'entend rien à tout cela et à qui toutes les paroles sont a peu près égales. Si, Monsieur est assez hardi pour faire ce coup, s'il trouve des hommes capables de le seconder, Louis sera enfermé à l'Abbaye de Saint Omer ou on lui donnerait à boire et à manger tout son saoul et Marie-Antoinette renvoyée en Autriche avec une bonne pension. Louis parait avoir jeté le manche après la cognée. Il s'enivre ou plutôt on l'enivre tous les soirs et ne s'occupe pas plus des affaires publiques que si elles étaient bonnes et prospères. Dans cet état d'ivresse on lui fait signer ce que l'on veut. De son côté Antoinette fait contre mauvaise fortune bon coeur: elle rit, elle passe les nuits à se divertir avec sa confiente Polignac."

et dans une lettre du 8 aout de la même année, il continue dans le même registre:

"Maintenant, mon cher ami, ce n'est plus du détrônement dont on parle à l'oreille mais d'une régence, d'un conseil de régence pendant la minorité du Dauphin. On forcerait Louis d'abdiquer et Monsieur serait déclaré Régent. Dans ce double projet de régence et de détrônement, Antoinette a le même sort: renvoyée en Autriche. Ces confidences sont presque publiques. Certains membres du parlement ne sont point du tout discrets. Ces propos sont venus jusqu'à l'oreille de Louis qui a dit dernèrement au duc de Guiche:  " si je ne me trompe dans le rapport qu'on m'en a fait, savez vous une nouvelle? On dit que bientôt je ne serai plus Roi. Ce sont , Sire, d'impertinentes nouvelles de café qu'on vous a répétées" a répondu le duc. Le Roi se mit à rire. Ce malheureux roi est toujours livré au vin de Bourgogne et de Champagne. On l'enivre pour lui ôter la faculté de penser et de réfléchir, pour avoir un titre d'imbécilité contre lui; et souvent on est obligé de porter Sa Majesté ivre morte dans son lit. C'est une horreur."  
* Nicolas Ruault, libraire éditeur, parisien, originaire de Normandie, dont l'une des grandes réussites a été de rassembler une grande partie de la correspondance de Voltaire dispersée aux quatre coins de l'Europe. Très cultivé ( c'est un des meilleurs traducteurs de Virgile de son temps), passionné par les nouvelles découvertes scientifiques,  il était aussi très attentif au climat politique et aux évènements qui se déroulaient sous ses yeux.  "Dès le début de sa correspondance en 1783, dans un climat de plus en plus tendu, il analyse avec lucidité la montée de la révolte contre l'arbitraire royal [il est notamment l'éditeur de Beaumarchais], il dénonce avec violence les privilèges et prend fait et cause pour les parlements dans la lutte qui les oppose au roi, ne voyant dans les tentatives de réformes gouvernementales que l'absolutisme royal qui veut les imposer et non la portée des réformes elles-mêmes. L'attitude du parlement lors de la convocation des Etats généraux lui ouvre enfin les yeux. Elle lui fait comprendre que si un déficit financier énorme proche de la banqueroute a seul décidé la royauté à entreprendre de profondes réformes, le Parlement, émanation de l'aristocratie, ne veut abattre l'absolutisme que pour sauvegarder ses privilèges sinon les accentuer; désormais il reporte son espoir sur le roi seul".... à propos duquel il avait pourtant écrit en 1785: Louis XVI "n'est pas propre  à tenir les rênes d'un si grand Etat: il était né pour être électeur en Allemagne. Je sais de bon lieu que ce malheureux prince ne dort ni de jour ni  de nuit; il ne sait, ne pouvant faire ses affaires lui même, en qui placer sa confiance; On lui donne cent  conseils différents entre lesquels il ne sait ou ne peut en choisir un bon".

Et bien puisque nous parlions de Beaumarchais:

"La calomnie, Monsieur! Vous ne savez guère ce que vous dédaignez; j'ai vu les plus honnêtes gens près d'en être accablés. Croyez qu'il n'y a pas de plate méchanceté, pas d'horreurs, pas de conte absurde, qu'on ne fasse adopter aux oisifs d'une grande ville en s'y prenant bien: et nous avons ici des gens d'une adresse!... D'abord un bruit léger, rasant le sol comme hirondelle avant l'orage, pianissimo murmure et file, et sème en courant le trait empoisonné. Telle bouche le recueille, et piano, piano, vous le glisse en l'oreille adroitement. Le mal est fait; il germe, il rampe, il chemine, et rinforzando de bouche en bouche il va le diable; puis tout à coup, ne sais comment, vous voyez calomnie se dresser, siffler, s'enfler, grandir à vue d'oeil; elle s'élance, étend son vol, tourbillonne, enveloppe, arrache, entraîne, éclate et tonne, et devient, grâce au Ciel, un cri général, un crescendo public, un chorus universel de haine et de proscription. Qui diable y résisterait?"

Bien à vous Roi-cavalerie.
Roi-cavalerie
Roi-cavalerie

Messages : 519
Date d'inscription : 20/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rumeurs et calomnies

Message par Invité le Jeu 26 Fév 2015, 20:46

Merci, cher Roi cavalerie !
Je ne me souvenais plus de cette rumeur... que j'ai pourtant lue çà et là .
Mais cette fronde aurait-elle été menée par Monsieur, ou l'aurait-on mis sur le trône parce qu'il était non pas le premier successeur de son frère , mais le deuxième?
Roi cavalerie a écrit:Louis sera enfermé à l'Abbaye de Saint Omer

Saint-Omer vers Dunkerque...à une soixantaine de kilomètres de Lille?

Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rumeurs et calomnies

Message par Roi-cavalerie le Jeu 26 Fév 2015, 21:23

Majesté a écrit:Mais cette fronde aurait-elle été menée par Monsieur, ou l'aurait-on mis sur le trône parce qu'il était non pas le premier successeur de son frère , mais le deuxième?

Là je ne vous suis pas bien Majesté, pourquoi Provence aurait-il été le deuxième successeur de son frère?
J'avoue y perdre mon latin qui n'est pourtant pas bien savant!

Amitiés. Roi cavalerie
Roi-cavalerie
Roi-cavalerie

Messages : 519
Date d'inscription : 20/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rumeurs et calomnies

Message par Invité le Jeu 26 Fév 2015, 21:30

En effet, je me trompe... Provence aurait été le troisième... puisqu'il y avait , en 1787, Louis-Joseph...puis Louis-Charles... et ensuite Monsieur...

Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rumeurs et calomnies

Message par Invité le Jeu 26 Fév 2015, 21:35

Je n'avais jamais lu ceci. C'est vraiment très intéressant et montre bien dans quel état se trouvait l'opinion en France à la veille de la Révolution. Smileàè-è\':

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rumeurs et calomnies

Message par Mme de Sabran le Jeu 26 Fév 2015, 21:42

Majesté a écrit:
Mais cette fronde aurait-elle été menée par Monsieur, ou l'aurait-on mis sur le trône parce qu'il était non pas le premier successeur de son frère , mais le deuxième?

A moins que Provence ne prouve l'illégitimité des Enfants de France . Tel scoop l'eût propulsé deuxième dans la succession .
C'était une manière de répétition de la future affaire de Favras dont on a dit qu'elle visait à mettre Provence sur le trône à la place de son frère .

Merci, cher Roi-cavalerie ! Je découvre moi aussi ces lettres effarantes . Very Happy

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37959
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rumeurs et calomnies

Message par Invité le Jeu 26 Fév 2015, 21:50

Mme de Sabran a écrit:A moins que Provence ne prouve l'illégitimité des Enfants de France .

Ah! Voilà un but commun que tu as avec Stautre Hop!

Bien àvous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rumeurs et calomnies

Message par Mme de Sabran le Jeu 26 Fév 2015, 21:55

.

Merci pour cette amabilité .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37959
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rumeurs et calomnies

Message par Roi-cavalerie le Jeu 26 Fév 2015, 22:26

Majesté a écrit:
Mme de Sabran a écrit:A moins que Provence ne prouve l'illégitimité des Enfants de France .

Ah! Voilà un but commun que tu as avec Stautre Hop!

Bien à vous.

Chers amis,

On trouve ces lettres dans un livre intitulé Gazette d'un Parisien sous la Révolution, lettres à son frère 1783-1796 par Nicolas Ruault, édité par la Librairie Académique Perrin en 1976. Il s'agit de quelques 400 lettres rédigées entre 1783 et 1796, adressées la plupart à son frère, l'abbé Brice Ruault, curé à Evreux. Anne Vassal qui en a rédigé l'avant-propos précise qu' "elle a eu la chance de pouvoir rassembler cette correspondance inédite dont ma belle famille était dépositaire, depuis 150 ans, Nicolas Ruault étant un aïeul de mon beau-père." Christiane Raimbaud qui a rédigé l'introduction indique dans celle-ci:
" ce qui fait surtout la qualité de ces quelques 400 lettres, c'est l'accent d'authenticité et de vérité qu s'en dégage. Elles n'excluent pas bien sûr certaines inexactitues. Il faut tenir compte de calomnies, des fausses nouvelles , et d'erreurs évidentes dans l'interprétation des évènements, inévitables lorsque ces derniers sont vécus à chaud. On le regrette lorsque l'auteur nous livre des éléments inédits dont il est quelquefois difficiles d'apprécier la véracité. Mais il ne faut pas oublier que les atteintes à la vérité historiques sont dans ce cas précis le reflet de la mentalité collective. La hantise du complot qui a marqué l'époque révolutionnaire et à laquelle Nicolas Ruault a été sensible comme tous ses contemporains en est un exemple frappant."

Avec ces histoires de complots préparés par Provence, je pense que nous sommes bien dans le cas dont parle Ch Raimbaud ( éléments inédits dont il est difficile d'apprécier la vérité). Pour moi, qui suis loin d'être un  grand spécialiste de cette époque, il est vraisemblable qu'il s'agisse uniquement de rumeurs que certains faisaient courir dans le but de déstabiliser le pouvoir en cherchant à démontrer la faiblesse du roi.  De plus, Provence avait le profil idéal pour porter le chapeau. Aux historiens de me détromper si vérité, il y a!

Quant à la théorie du complot, nous le savons tous,  elle n'est pas une spécificité de l'époque révolutionnaire mais de toutes les périodes troublées et de tous les pays traversés par des guerres civiles.    

Amitiés. Roi-cavalerie
Roi-cavalerie
Roi-cavalerie

Messages : 519
Date d'inscription : 20/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rumeurs et calomnies

Message par Mme de Sabran le Jeu 26 Fév 2015, 22:32

Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37959
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rumeurs et calomnies

Message par Invité le Jeu 26 Fév 2015, 22:35

Ah mais je l'ai dans mes réserves !Hop!  Je l'avais acheté chez un bouquiniste il y a trois ans environ. D'avoir signalé l'édition m'a fait tilt !
L'idée de lire le point de vue d'un homme du peuple m'avait plu.Very Happy

Maintenant que j'ai découvert cela, j'ai feuilleté le cahier d'illustrations central : de nombreuses images révolutionnaires, toutes plus affreuses les unes que les autres.

Par contre je n'ai pas la jaquette.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rumeurs et calomnies

Message par Mme de Sabran le Jeu 26 Fév 2015, 22:43



Il est sur Amazon et Priceminister ! Very Happy
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37959
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rumeurs et calomnies

Message par Invité le Jeu 26 Fév 2015, 22:53

Dans le même ordre d'idées, j'avais trouvé ce texte il y a bien quatre-cinq ans désormais :
Mémorial de Philippe Lamare, secrétaire de dom Gouget, bénédictin de l'abbaye de Fontenay, 1774-1788 : la vie provinciale en Normandie au XVIIIe siècle, téléchargeable sur Gallica :http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36811w/f259.image.r=madame+de+belzunce.langFR

On peut le lire pense-t-on dans l'idée d'avoir des détails poussés sur le voyage de Louis XVI en Normandie. Mais on s'aperçoit vite qu'il y a aussi d'autres événements de la Cour et de Paris qui arrivent aux oreilles de la province. Il y a notamment des choses étonnantes comme la vision de l'affaire du collier : j'ai été stupéfiée du niveau d'informations des Normands, certes dans ce cas lettrés et appartenant au clergé mais qui restent pourtant très éloignés de ce qui peut bien se passer dans la capitale et Versailles.

Je me rappelle aussi d'un moment drôle partagé avec Eléonore à propos de l'histoire d'un paysan normand, ou marin, je ne sais plus.  scratch La transcription de son accent était de l'avis d'Eléonore très juste. :

Mais si nous restons à l'année 1787, je pense que nous ne devrions pas être loin de ce qu'écrit Nicolas Ruault.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rumeurs et calomnies

Message par Roi-cavalerie le Jeu 26 Fév 2015, 23:07

Reinette a écrit:Ah mais je l'ai dans mes réserves !Hop!  Je l'avais acheté chez un bouquiniste il y a trois ans environ. D'avoir signalé l'édition m'a fait tilt !
L'idée de lire le point de vue d'un homme du peuple m'avait plu.Very Happy

Maintenant que j'ai découvert cela, j'ai feuilleté le cahier d'illustrations central : de nombreuses images révolutionnaires, toutes plus affreuses les unes que les autres.

Par contre je n'ai pas la jaquette.

Ah, il n'y a pas que les gravures qui sont affreuses, il y a aussi une description des massacres de Septembre 1792 dans les prisons qui est saisissante d'effroi. Il s'y était courageusement rendu  malgré le risque encouru pour sauver un ami. Et puis, il y a ce rayon de soleil, cet espoir insensé et vite déçu, dans sa relation de la mort du Roi:

"je tiens ceux ci d'un homme qui était posté à deux pas de cette fatale voiture et qui nous les a racontés hier soir les larmes aux yeux; il nous disait que plus de la moitié de la troupe qui remplissait la place était attendrie, frémissait d'horreur lorsqu'elle vit le roi monter les mains liées, les cheveux coupés sur l'échafaud. Si on lui eût laissé la liberté de parler, de se faire entendre de cette multitude, qui sait ce qui serait arrivé?  Un mouvement de générosité pouvait s'emparer de cette foule, elle pouvait saisir ce prince, l'arracher des mains de ses bourreaux et le porter de l'échafaud au trône. Il y aurait peut être eu bataille sur la place entre ceux qui voulaient sa mort et ceux qui ne la voulaient pas. Le sort des armes en aurait décidé; peut être la victoire se serait déclarée pour lui..."

Tristement. Roi-cavalerie
Roi-cavalerie
Roi-cavalerie

Messages : 519
Date d'inscription : 20/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rumeurs et calomnies

Message par Mme de Sabran le Jeu 26 Fév 2015, 23:15

Roi-cavalerie a écrit: Si on lui eût laissé la liberté de parler, de se faire entendre de cette multitude, qui sait ce qui serait arrivé?

C'est bien pourquoi les roulements de tambours devaient couvrir sa voix, au cas où il aurait essayé de se faire entendre une dernière fois des Français et faire appel à leur amour.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37959
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les rumeurs et calomnies

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum