Testament / lettre de Marie-Antoinette à Madame Elisabeth, le 16 octobre 1793

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

Re: Testament / lettre de Marie-Antoinette à Madame Elisabeth, le 16 octobre 1793

Message par Mme de Sabran le Dim 29 Juil 2018, 12:13

Duc d'Ostrogothie a écrit:

Certaines fautes d'orthographe de Marie-Antoinette sont mignonnes : notamment le "J'ai un profonde regret" relevé par Vicq d'azyr, qui laisse transparaître le petit accent allemand de Marie-Antoinette :


... très très mignonnes ! Very Happy
Quand en lisant je crois entendre Marie-Antoinette, c'est avec la voix et l'accent de Romy Schneider.

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 33989
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Testament / lettre de Marie-Antoinette à Madame Elisabeth, le 16 octobre 1793

Message par Duc d'Ostrogothie le Dim 29 Juil 2018, 12:22

Pour ma part, j'imagine Marie-Antoinette avec le petit accent de Diane Krüger dans "Les Adieux à la reine". Very Happy
avatar
Duc d'Ostrogothie

Messages : 1151
Date d'inscription : 04/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Testament / lettre de Marie-Antoinette à Madame Elisabeth, le 16 octobre 1793

Message par Mme de Sabran le Dim 29 Juil 2018, 16:02

Mme de Sabran a écrit:
Je vais retrouver les détails concernant Courtois .  

Les voici, même source Very Happy :



_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 33989
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Testament / lettre de Marie-Antoinette à Madame Elisabeth, le 16 octobre 1793

Message par La nuit, la neige le Dim 29 Juil 2018, 17:18

Ah tiens ?!!  Suspect

Idea Alors je reviens sur ce que j'ai dit :

La nuit, la neige a écrit:
En rappelant que ses papiers furent saisis, et à l'occasion de la seconde restauration.
Aussi veule et opportuniste puisse-t-il être, il n'est pas allé gentiment les "offrir" à Decazes.

J'avais zappé que le testament fut trouvé à l'occasion de la seconde perquisition chez Courtois.

Arrow Mais s'il y eut seconde perquisition, c'est que le préfet qui avait organisé la première informait Decazes que :

On prétend que parmi eux (effets précieux emballés) il y en a plusieurs qui peuvent appartenir à la couronne, étant employé au Garde-Meuble avant d'avoir été appelé à remplir des fonctions législatives.
Il y a d'ailleurs parmi ses papiers des pièces qui peuvent être de la plus haute importance, cet ex-conventionnel ayant été dans la Convention chargé du rapport sur Robespierre, et ayant gardé la plupart des documents qui lui avaient servi dans cette occasion.


"On", et pas Courtois m'a écrit que...

Arrow Et voir page 1 de ce sujet où est cité un extrait du procès verbal de cette perquisition, et dont je poste à nouveau l'extrait :

Interpellation faite à M. Courtois père de nous déclarer s'il n'était pas possesseur d'effets, livres, meubles, etc. provenant de la couronne et du mobilier des princes de la famille royale, il a répondu négativement, à l'exception cependant de certains objets pour lesquels il a été à l'instant fait et dressé un procès-verbal particulier.

C'est le testament de la reine et les objets qui l'accompagnaient, qui sont donc trouvés en dehors des caisses mises sous scellées lors de la première perquisition (scellés qui n'ont pas été brisés).

Arrow Etonnant aussi que cette lettre n'ait pas été citée lors du procès du fils Courtois contre Decazes ? Suspect
Lire à nouveau ici les documents cités sur ce blog, que je présentais déjà page 1 de ce sujet,

Ici :1833 - Procès de Courtois fils contre le duc Decazes

A qui est adressée cette lettre ? Y a-t-il une source ? Shocked
avatar
La nuit, la neige

Messages : 11331
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Testament / lettre de Marie-Antoinette à Madame Elisabeth, le 16 octobre 1793

Message par Mme de Sabran le Dim 29 Juil 2018, 19:48

Ben non, pas de source .

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 33989
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Testament / lettre de Marie-Antoinette à Madame Elisabeth, le 16 octobre 1793

Message par La nuit, la neige le Dim 29 Juil 2018, 23:05

Mme de Sabran a écrit:Ben non, pas de source .  

Penible !! .....

C'est ici :



Arrow La lettre est adressée M. Becquey, conseiller d'État.

Rambluzin, 25 janvier 1816.

Monsieur,

L'extrême confiance que m'inspirent votre humanité et la loyauté de vos principes, m'invite à m'adresser à vous directement, de préférence à tous les autres, pour vous rendre dépositaire d'un secret de la plus haute importance et dont vous ne pouvez que faire un usage digne de vous.
Dans le temps, Monsieur, que j'étais membre de la Commission chargée de l'examen des papiers de Robespierre et autres conspirateurs, j'ai cru devoir soustraire du carton où elles étaient
renfermées des pièces du plus gfand intérêt pour la famille royale et qu'on peut appeler de vrais monuments historiques.
Il est heureux qu'elles aient pu échapper à la destruction certaine qui les attendait, tant on craignait leur publicité !
Je joins à ma lettre, la notice des originaux et des pièces.

Dans l'incertitude de savoir si je serais encore en France, quand votre réponse parviendrait à mon domicile, j'ai déposé ce petit trésor entre les mains d'une personne reconnue sûre qui ne doit s'en dessaisir que sur un ordre direct émané de moi.
Ma femme est seule dans le secret, et l'ami qui en est dépositaire ne sait pas même ce que contient le paquet qu'on lui a confié : il croît seulement qu'il renferme des dispositions de famille qu'il sera chargé de faire connaître après mon départ.

Je dois encore vous dire que feu M""* la duchesse de Choiseul, à qui j'eus le bonheur de rendre de signalés services pendant la Révolution et dont jeconserve une précieuse correspondance qui m'est relative, était la seule personne qui eût connaissance de ces pièces, à l'exception cependant de la première et de la plus capitale, dont elle n'eut pas manqué de me demander une copie que je n'aurais pu lui refuser. Ma femme s'est bornée, dans le temps, à lui faire présent d'une très mince mèche des cheveux de la Reine avec un bout de cordon de tresse qu'elle sollicitait avec insistance.

Mon dessein, l'an dernier, avait été de faire remettre à Sa Majesté ces objets sacrés ; mais, par malheur, je ne pus me souvenir de l'endroit où je les avais déposés, mes différents déménagements ayant occasionné ce manque de mémoire.
Ce n'est que depuis un mois, ou à peu près, que je les ai retrouvés, avec la ferme résolution de les faire passer à la véritable destination qui leur revient de droit.

Première pièce, et la plus capitale de toutes, commençant par ces mots :

C'est à vous, ma sœur (Madame Elisabeth, sans doute), que j'écris pour la dernière fois ; je viens d'être condamnée, non pas à une mort honteuse, elle ne l'est que pour les criminels, mais à aller rejoindre votre frère ; comme lui, innocente, j'espère montrer la même fermeté que lui dans ces derniers moments, etc.

Elle finit par ces mots :

Ma bonne et tendre sœur, puisse cette lettre vous arriver ! pensez toujours à moi je vous embrasse de tout mon cœur ainsi que ces pauvres et chers enfants. Mon Dieu, qu'il est déchirant de les quitter pour toujours ! Adieu, adieu ! je ne vais plus m'occuper que de mes devoirs spirituels. Comme je ne suis pas libre dans mes actions, on m'amènera peut-être un prêtre, mais je proteste ici que je ne lui dirai pas un mot et que je le traiterai comme un être absolument étranger.

Cette lettre contient deux pages in-4* ou à peu près sur papier ordinaire, d'une écriture à demi serrée. On peut la regarder comme une espèce de testament de mort, servant de pendant au testament de feu Sa Majesté Louis XVI.
Des larmes confondues en quelques endroits de l'écriture, prouvent combien cette auguste Princesse était émue en traçant ce chef-d'œuvre de sensibilité profonde, dont je m'applaudirai toujours d'avoir été le conservateur.
Cette lettre n'est pas signée ; mais on ne peut se refuser à reconnaître l'identité de celle-ci avec d'autres qui le sont ; d'ailleurs la signature de A. -G. Fouquier-Tinville, apposée au bas, ainsi que celle des membres de la Commission, Légot, Guffroy, Massieu, L. Le Cointre le prouvent de reste.


Deuxième lettre. — Celle-ci paraît adressée à Mme la duchesse d'Angoulême, elle ne contient que six lignes ainsi conçue :

Je veux vous écrire, ma chère enfant, pour vous dire que je me porte bien ; je suis calme, je serais tranquille si je savais que mon pauvre enfant est sans inquiétude.
Je vous embrasse, ainsi que votre tante de tout mon cœur. Envoyez-moi des bas de filoselle, une redingotte de de basin et un jupon de dessous, et mon bas à tricoter.  

Cette lettre est sans signature ; suivent au bas celles des commissaires.

Troisième lettre, adressée au président de la Convention pour demander trois jours de délai, afin de laisser le temps à ses défenseurs, Tronson et Chauveau, de s'instruire des pièces du procès : car je dois — dit la Reine — à mes enfants de n'omettre aucuns moyens nécessaires pour l'entière justification de leur mère.
Cette lettre est signée Marie-Antoinette. Suivent les mêmes signatures que ci-dessus.

Quatrième lettre. — D'un jeune avocat nommé Marie-Antoine Martin, maison Saint-Pierre, rue des Gordiers, n° 585, qui demande à Fouquier qu'on le propose à la Reine pour son défenseur officieux.

Cinquième lettre. — Anonyme, remplie de menaces en fort mauvais style, et adressée à Fouquier.

Sixième pièce. — Interrogatoire de la Reine, après son retour de Varennes, par les trois commissaires de l'Assemblée constituante, Tronchet, d'André et Adrien Duport.

Septième pièce. — Un gant de peau ayant appartenu à Mgr le Dauphin.

Huitième pièce. — Un petit paquet de cheveux de la Reine de la grosseur du doigt ou à peu près, roulé dans le quart d'une feuille d'un journal du Temps.

Neuvième pièce. — Un paquet de fil, filets, etc., ouvrages à l'aide desquels sans doute cette auguste prisonnière cherchait à tromper les ennuis de sa captivité.

Dixième pièce. — Une petite lettre, avec la prétendue signature de Danton, adressée à la Reine, ainsi conçue :
Citoyenne mettez sur votre porte ces mots : Unité, indivisibilité de la République, liberté, égalité, fraternité ou la mort.
Signée Danton, signée comme ci-dessus.

Voilà, Monsieur, tout ce que ma bonne fortune a pu faire tomber dans mes mains. Vous êtes fait pour en sentir le prix.
Vous pouvez assurer qu'il n'a été tiré aucune copie de ces pièces, connues que des membres de la Commission qui n'ont jamais su ce qu'elles étaient devenues.

Etc...

________________

Idea Ce qui précède, et la suite sont à consulter ici, à partir de la page 380 :

Arrow La captivité et la mort de Marie-Antointte. G. Lenotre
avatar
La nuit, la neige

Messages : 11331
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Testament / lettre de Marie-Antoinette à Madame Elisabeth, le 16 octobre 1793

Message par Mme de Sabran le Dim 29 Juil 2018, 23:21



pour tes recherches !!! cheers

Mais alors, pourquoi mettre en doute l'authenticité de cette lettre testament de Marie-Antoinette ? scratch
Je ne comprends pas ...

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 33989
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Testament / lettre de Marie-Antoinette à Madame Elisabeth, le 16 octobre 1793

Message par Duc d'Ostrogothie le Lun 30 Juil 2018, 02:27

Mme de Sabran a écrit:
Mais alors, pourquoi mettre en doute l'authenticité de cette lettre testament de Marie-Antoinette ? scratch
Je ne comprends pas ...

Moi non plus. Shocked
avatar
Duc d'Ostrogothie

Messages : 1151
Date d'inscription : 04/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Testament / lettre de Marie-Antoinette à Madame Elisabeth, le 16 octobre 1793

Message par La nuit, la neige le Lun 30 Juil 2018, 09:37

Mme de Sabran a écrit:
Mais alors, pourquoi mettre en doute l'authenticité de cette lettre testament de Marie-Antoinette ? scratch
Je ne comprends pas ...

Eh bien, parce que tout est un petit "romanesque" et du moins sujet à questionnement, tout de même !! https://i58.servimg.
Sauf erreur et/ou omissions de ma part :

Arrow Provenance originale : la lettre qui passe de Bault à Fouquier (et sa bande), puis se retrouve, on ne sait pourquoi ni comment, prétendument planquée chez Robespierre.

Arrow Seconde provenance : Courtois (bonjour la réputation de ce troisième propriétaire ) qui chope cette lettre (avec d'autres objets), dira-t-il chez Robespierre, mais qui "omet" de la déclarer dans son inventaire officiel à la Convention (sous un prétexte qui ne tient guère la route).

Arrow Cette lettre qui refait surface près de 23 années après sa rédaction  Exclamation, sans que durant tout ce temps, nul n'ait jamais bronché (non seulement la famille Courtois, mais encore les co-signataires du premier dépôt chez Fouquier - sont ils morts eux aussi dans les années 94, 95 ?).

Arrow Une apparition de cette lettre, mais à l'occasion de l'improbable second retour des Bourbons et uniquement parce qu'une loi veut condamner les anciens régicides et partisans de Napoléon (Courtois cumule les deux), dans des conditions peu claires :
1) Après une seconde perquisition, quasi par hasard (voir page 1 de ce sujet)
2) Toujours après seconde perquisition, mais d'après l'aveu de Courtois (cette lettre que nous évoquons)

C'est ce que je ne saisis pas encore tout à fait à la lecture du procès Courtois fils contre Decazes.  scratch

Arrow Parce que, immédiatement, cette lettre est utilisée à des fins de politiques (et non simplement privées) - Voir page 1 le discours de Decazes devant la Chambre des pairs, et l'impression de milliers de fac-similés.
Ce qui a pour conséquence, dès cette époque, de susciter des interrogations et polémiques montées en sauce (l'affaire Benalla du temps...  Laughing) :
1) Probabilité de rédaction ?
2) Graphologie, orthographe, fond du texte etc ?
3) Provenance(s) douteuse(s) ?

Arrow Et plus tard, jusqu'à de nos jours, parce que :
1) Voir tout ce que j'ai déjà écrit. Eventaille
2) Auquel s'ajoute l'apparition du second "billet testament" de la reine (provenance Courtois fille, cette fois-ci) écrit lui aussi à la même heure (Oups Suspect) : Le billet du 16 octobre 93 attribué à la reine
3) Autres et diverses "théories du complot" qui ne m'intéressent pas, dont j'ignore tout, et que vous trouverez facilement sur le net en visitant quelques sites et blogs, si le coeur vous en dit...
avatar
La nuit, la neige

Messages : 11331
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum