Le navigateur James Cook

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le navigateur James Cook

Message par Mme de Sabran le Ven 23 Oct 2015, 19:38

.

L’Endeavour de James Cook naviguant le long de la côte de la Nouvelle-Hollande.
Tableau de Samuel Atkins, vers 1794.

.................  

Le HMS Endeavour ou HMB Endeavour (Her Magesty Bark) est un trois-mâts carré britannique (le mot anglais bark ne fait pas référence à son gréement mais à la forme de sa coque). Il fut utilisé par James Cook lors de sa première expédition (1768-1771). Originellement conçu pour le transport de charbon, il est racheté et reconverti en 1768 par la Royal Navy afin d'explorer les mers du Sud et la mythique Terra Australis. Le nom Endeavour, après traduction, signifie effort, entreprise, ou encore le terme entreprendre.

L'expédition est conduite par James Cook, lieutenant de la Navy et explorateur de renom. De grands scientifiques de la Royal Society accompagnent Cook dans son périple : Joseph Banks, éminent botaniste et naturaliste et l'astronome Charles Green. Cette expédition aura des conséquences bénéfiques pour la science, l'astronomie, la botanique et la cartographie.

Après son périple, l’Endeavour sombra dans l'oubli. Le navire participe aux combats durant la Révolution américaine. C'est pendant celle-ci qu'il est sabordé en 1778 en baie de Narragansett.

Depuis 1994, une réplique du navire est conservée dans le port de Sydney (Australie), sur le quai du National Maritime Museum. Dans le parc Sea World, également en Australie, une autre réplique est présente depuis 1972.



...................



Le HMB Endeavour appareille de Plymouth en août 1768, formé d'un équipage de 94 marins dont 13 gens d'arme. Ses réserves sont prévues pour 18 mois, composées entre autres de volailles et d'une chèvre à traire. Le navire fait escale à Madère en septembre, à Rio de Janeiro, au Brésil en novembre. Le navire double, sans grandes difficultés, le cap Horn en janvier 1769.

Cook et son équipage débarquent à Tahiti le 10 avril. Ils y restent durant trois mois, le temps d'observer le passage de Vénus, qui a lieu le 3 juin. Le 13 juillet, l’Endeavour quitte Tahiti. L'expédition croise ensuite l'archipel de la Société.
1969 H.M. Bark Endeavour au revers de la médaille d'argent commémorative de James Berry du jubilé des 200 ans de la redécouverte de la Nouvelle-Zélande en 1769

En octobre 1769, l’Endeavour atteint la Nouvelle-Zélande, terre découverte en 1642 par le navigateur hollandais Abel Tasman. Cook resta plus de six mois en vue de la Nouvelle-Zélande dans le but de la cartographier. Il en conclut que cette terre n'est en réalité que deux îles et non la Terra Australis tant recherchée.

L’Endeavour continue son périple vers le sud-ouest pour atteindre Botany Bay (actuellement Sydney) le 28 avril. Le trois-mâts repart le 5 mai.

Durant environ 4 mois, Cook cartographie les côtes de la Nouvelle-Hollande (ainsi était autrefois nommé l'Australie). En juin 1770, le navire heurte un récif. Les dommages causés à la coque sont assez conséquent. L'expédition se voit suspendue. Les réparations seront effectuées au niveau de l'Endeavour River, sur la côte australienne.

Du 10 octobre au 26 décembre 1770, le navire fait escale à Batavia (Jakarta) pour réparations. C'est pendant cette escale qu'un grand nombre de marins décèdent de la malaria

L'expédition se clôture le 12 juillet 1771 avec le retour de Cook en Angleterre.



Madame de Chimay a écrit :


Grâce à la méthode de calcul par les distances lunaires puis grâce à la mise au point des chronomètres , le travail des navigateurs va se trouver facilité à la fin du XVIIIe siècle, à partir de 1770. Il s’agit même d’une « véritable révolution scientifique qui permet d’entrer dans l’ère de la navigation astronomique rigoureuse » ( E. Taillemine )et notamment d’explorer enfin le Pacifique.
Bougainville est le premier français à avoir traversé le Pacifique. Tahiti , la nouvelle cythère , s’inscrit en effet au cœur même du mythe enchanteur des îles paradisiaques, tel un nouvel Eden. C’est le mythe du Bon Sauvage qui se met en place , sous l’instigation des philosophes.


Le XVIIIe siècle passe d’un espace connu à un espace mesuré, d’un espace découvert à un espace quantifié. Cook est le premier à établir une carte précise du Pacifique.
Aux espaces mythiques se substituent des espaces scientifiques avec Cook , par exemple qui détruit deux grands mythes qui perduraient depuis des siècles dans les mentalités collectives : celui de l’existence d’un vaste continent austral couvert de richesses et celui d’un passage navigable au nord-ouest , entre l’Atlantique et le Pacifique.
Mais la découverte de nouveaux espaces engendre aussi une réflexion nouvelle sur le sort des populations découvertes.
Face à l’inconnu, les européens commencent à faire bloc. Il est vrai que Louis XVI avait demandé à ses officiers de la Guerre d’Amérique de traiter « en ami et en frère » le capitaine Cook s’ils le rencontraient à la mer car il lui paraissait accroître la puissance non de son pays mais de l’humanité toute entière. Tout se passe peu à peu comme si aux rivalités européennes devait se substituer un autre schéma entre peuples civilisés d’une part et peuples primitifs d’autre part, primitifs donc barbares , donc à christianiser et à coloniser.

Les découvertes maritimes du XVIIIe siècle n’ont été rendues possibles que par les immenses progrès des sciences dans des domaines extrêmement divers ( mathématiques, mécanique, physique, constructions navales, étude de la résistance des fluides ) , au sein desquels domine l’astronomie.

Source :

Extrait de l’ouvrage suivant :

La marine française au XVIIIe siècle : guerres, administration, exploration / par Michel Vergé-Franceschi
SEDES, 1996,451 p
ISBN 2-7181-9503-7

La nuit, la neige a écrit:
Mme de Sabran a écrit:  la réplique du navire de Cook, l'Endeavour .

L'as-tu visité ? cheers

Il fallait être courageux pour faire un tel périple sur un bateau qui n'est pas si grand, n'est-ce pas ?
En imaginant aussi qu'ils étaient alors environ une centaine là-dedans !

Il ne se visite pas, hélas.  C'est vrai qu'il n'est pas bien grand .  Il faut l'admirer du quai du Darling harbour de Sydney :
















Madame de Chimay a écrit :

Le voyage de La Pérouse tombe bien à point pour rattraper le retard pris par la France dans l'exploration du globe.
Il est vrai que les Anglais ont une longueur d'avance, ne fût-ce qu'avec le Capitaine Cook.
Des trois grandes circumnavigations qu'il a dirigées , l'Angleterre tire un immense prestige et toutes sortes de débouchés territoriaux , militaires, maritimes et scientifiques.
Si bien qu'en France même les récits du capitaine Cook sont appréciés . Louis XVI s'intéresse de très près à ses exploits. Il fait même rédiger un ordre qui enjoint à tout officier français de ne pas attaquer les navires de cet exceptionnel navigateur.

La Pérouse aurait dit ce mot sur le capitaine Cook : "l'oeuvre de James Cook est à ce point complète qu'il ne reste plus à ses successeurs que de l'admirer".
Dès lors , tout est dit. La Pérouse n'aura d'autre ambition que d'égaler et même de surpasser l'oeuvre de Cook.

Source : Catalogue de l'exposition

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28842
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le navigateur James Cook

Message par Mme de Sabran le Mar 27 Oct 2015, 09:22

Au sujet de la fin tragique et culinaire de James Cook, Madame de Chimay a écrit ( non sans humour ...    )

Les peuplades océaniennes ont été cannibales jusqu'au milieu du XIXème siècle , non par gourmandise , mais en raison de leur rites religieux particulier : ils ne dégustaient que leurs ennemis , ou des personnes ayant trahi , pour ainsi s'approprier leurs forces et dépouiller par la même occasion l'esprit du défunt de toute tentative de " retour " .
On dévorait aussi les défunts dans certaines îles pour là aussi bénéficier de leurs forces de vie , bien grillé et en sauce de préférence
(  :  )
Cook l'a bien décrit à propos des populations tahitiennes..

Certains ethnologues ont même avancé que ces rites cannibales ont perduré jusqu'à la Première Guerre Mondiale...ce qui ne m'étonnerait guère .

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28842
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le navigateur James Cook

Message par Invité le Mar 27 Oct 2015, 09:43

T'imagines la cuisine de Maïté version cannibale...avec des ennemis...et en invitée permanente Nadine Morano? Hop! 


Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le navigateur James Cook

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum