La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par Invité le Sam 21 Déc 2013, 13:17

"Madame, j'avais confié mes enfants à l'amitié, aujourd'hui, je les confie à la vertu."
Par ces paroles , Marie-Antoinette accueille Madame de Tourzel qui devient ainsi le 26 juillet 1789, gouvernante des enfants de France, poste laissé vacant par le prompt départ de Madame de Polignac en émigration.

Louise-Elisabeth-Félicitée-Françoise-Armande-Anne-Marie-Jeanne-Joséphine de Croÿe-Havré , Marquise puis Duchesse de Tourzel (1749-1832)
Elle épouse, le 8 avril 1764, Louis-François du Bouchet, premier Marquis de Tourzel, grand prévôt de France.
Ils ont cinq enfants , un fils et quatre filles.Devenue veuve lorsque son mari meurt dans un accident de chasse à Fontainebleau en 1786, presque devant les yeux du Roi, elle entre dans l'Histoire par sa charge de gouvernante de Marie-Thérèse et Louis-Charles.Le Dauphin la surnomme "Madame Sévère" 'il a hérité de ce goût des sobriquets de sa mère Wink)
Jean Chalon nous présente la Duchesse :
La vertu, comme le bonheur, ne supporte que le pluriel :
c'est donc aux vertus de Mme de Tourzel que la Reine confiait Ses enfants . Car Madame de Tourzel les a toutes , les cardinales, les théologales, et quelques autres encore si l'on considère comme vertu l'art de vivre sans déchoir pendant les pires épreuves, la fidélité à un idéal, et fille de cette dernière, la mémoire la plus minutieuse et parfois, la plus implacable.
De quoi vous rendre insupportable à votre entourage. Or , il n'en est rien.
Madame de Tourzel est estimée à la Cour et chérie de ses enfants, "la meilleures des mères" écrira Pauline de Tourzel dans ses Souvenirs de quarante ans.

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Amieladuchessedetourzellz2

Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par Invité le Lun 31 Aoû 2015, 00:45

Portrait de Louise Élisabeth princesse de Croy Havré . Marquise et duchesse de Tourzel:


La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Portra10




Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par Invité le Lun 31 Aoû 2015, 00:47

Portrait du Marquis de Tourzel:



La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Marqui10




Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par Invité le Lun 31 Aoû 2015, 07:17

Very Happy Ces portraits sont saisissants ! ils ne sont pas beaux, ni l'un ni l'autre, mais les portraits sont splendides......
J'ai les Mémoires de Mme de Tourzel dans ma liseuse, à lire; comme elle ne les rédige ( au moins ceux qui sont passés à la postérité) qu'à partir de 1782, elle constitue un témoin de premier plan de la révolution; ici encore une page d'Histoire au travers du regard d'un de ses acteurs;
Il faut vraiment que je m'y mette, mais mon travail demande tant de lectures.....

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par Invité le Lun 31 Aoû 2015, 08:48

Je suis ravi d'avoir retrouvé le visage de Madame Sévère !
Elle faisait partie des rares contemporains dont on n'avait que de vagues représentations ...


Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par Invité le Lun 31 Aoû 2015, 09:38

Ce portrait est un pur chef d'oeuvre ! le traitement du regard est une merveille ! est-il daté du XVIII ? Je ne le pense pas.....Mais !
J'en profite pour dire que je suis addict' aux portraits ( en recopiant humblement moi-même) et que c'est l'art le plus difficile.....enfin, à mon humble avis toujours !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par Invité le Lun 31 Aoû 2015, 10:01

Nous offrirais-tu de découvrir tes reproductions, ma chère Louise-Adé? Very Happy


Bien à toi Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par Invité le Lun 31 Aoû 2015, 11:40

fffffff.......je vais durablement traumatiser ce forum très chéri !!!! La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel 3249736284 c'est ffffffff !! maladroit !

Mais surtout, j'ai une excuse ( véritable) j'ignore comment prendre des photos ET les mettre sur écran ! et mon fi-fils se refuse à m'expliquer en arguant que "les vieux faut que ça se bouge et que ça s'adapte au monde moderne ! " ( un enfant qui fut si gentil jadis..... Sad ) :La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel 2028181902 :La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel 2028181902 :La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel 2028181902

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Marie-Antoinette à la duchesse de Tourzel

Message par Invité le Mar 05 Juil 2016, 10:33

Voici lettre que Marie-Antoinette adressa à Madame de Tourzel le 23 juillet 1789 alors qu'elle remplaçait Madame de Polignac dans la charge de gouvernante des Enfants royaux  :

   « 24 juillet 1789.

« Mon fils a quatre ans quatre mois moins deux jours. Je ne parle pas ni de sa taille, ni de son extérieur, il n’y a qu’à le voir. Sa santé a toujours été bonne, mais, même au berceau, on s’est apperçu que ses nerfs étaient très-délicats et que le moindre bruit extraordinaire faisoit effet sur lui. Il a été tardif pour ses premières dents, mais elles sont venues sans maladies ni accidents. Ce n’est qu’aux dernières, et je crois que c’étoit à la sixième, qu’à Fontainebleau il a eu une convulsion. Depuis il en a eu deux, une dans l’hiver de 87 à 88, et l’autre à son inoculation ; mais cette dernière a été très-petite. La délicatesse de ses nerfs fait qu’un bruit auquel il n’est pas accoutumé lui fait toujours peur ; il a peur, par exemple, des chiens parce qu’il en a entendu aboyer près de lui. Je ne l’ai jamais forcé à en voir, parce que je crois qu’à mesure que sa raison viendra, ses craintes passeront. Il est, comme tous les enfants forts et bien portants, très étourdi, très léger, et violent dans ses colères ; mais il est bon enfant, tendre et caressant même, quand son étourderie ne l’emporte pas. Il a un amour-propre démesuré qui, en le conduisant bien, peut tourner un jour à son avantage. Jusqu’à ce qu’il soit bien à son aise avec quelqu’un, il sait prendre sur lui, et même dévorer ses impatiences et colères, pour paroître doux et aimable. Il est d’une grande fidélité quand il a promis une chose ; mais il est très indiscret, il répète aisément ce qu’il a entendu dire, et souvent sans vouloir mentir il ajoute ce que son imagination lui a fait vois. C’est son plus grand défaut, et sur lequel il faut bien le corriger. Du reste, je le répète, il est bon enfant, et avec de la sensibilité et en même temps de la fermeté, sans être trop sévère, on fera toujours de lui ce qu’on voudra. Mais la sévérité le révolteroit, parce qu’il a beaucoup de caractère pour son âge ; et, pour donner un exemple, dès sa plus petite enfance le mot pardon l’a toujours choqué. Il fera et dira tout ce qu’on voudra quand il a tort, mais le mot pardon, il ne le prononcera qu’avec des larmes et des peines infinies. On a toujours accoutumé mes enfants à avoir grande confiance en moi, et quand ils ont eu des torts, à me les dire eux-mêmes. Cela fait qu’en les grondant j’ai l’air plus peinée et affligée de ce qu’ils ont fait que fâchée. Je les ai accoutumés tous à ce que oui, ou non, prononcé par moi, est irrévocable, mais je leur donne toujours une raison à la portée de leur âge, pour qu’ils ne puissent pas croire que c’est l’humeur de ma part. Mon fils ne sait pas lire, et apprend fort mal ; mais il est trop étourdi pour s’appliquer. Il n’a aucune idée de hauteur dans la tête, et je désire fort que cela continue. Nos enfants apprennent toujours assez tôt ce qu’ils sont. Il aime sa sœur beaucoup, et a bon cœur. Toutes les fois qu’une chose lui fait plaisir, soit d’aller quelque part ou qu’on lui donne quelque chose, son premier mouvement est toujours de demander pour sa sœur de même. Il est né gai. Il a besoin pour sa santé d’être beaucoup à l’air, et je crois qu’il vaut mieux pour sa santé le laisser jouer et travailler à la terre sur les terrasses que de le mener plus loin. L’exercice que les petits enfants prennent en courant, en jouant à l’air est plus sain que d’être forcés à marcher, ce qui souvent leur fatigue les reins.

Je vais maintenant parler de ce qui l’entoure. Trois sous-gouvernantes, mesdames de Soucy, belle-mère et belle-fille, et madame de Villefort. Madame de Soucy la mère, fort bonne femme, très instruite, exacte, mais mauvais ton. La belle-fille, même ton. Point d’espoir. Il y a déjà quelques années qu’elle n’est plus avec ma fille ; mais avec le petit garçon il n’y a pas d’inconvénient. Du reste, elle est très fidèle et même un peu sévère, avec l’enfant : Madame de Villefort est tout le contraire, car elle le gâte ; elle a au moins aussi mauvais ton, et plus même, mais à l’extérieur. Toutes sont bien ensemble.

Les deux premières femmes, toutes deux fort attachées à l’enfant. Mais madame Lemoine, une caillette et bavarde insoutenable, contant tout ce qu’elle sait dans la chambre, devant l’enfant ou non, cela est égal. Madame Nouville a un extérieur agréable, de l’esprit, de l’honnêteté ; mais on la dit dominée par sa mère, qui est très intrigante.

Brunier le médecin a ma grande confiance toutes les fois que les enfants sont malades, mais hors de là il faut le tenir à sa place ; il est familier, humoriste et clabaudeur.

L’abbé d’Avaux peut être fort bon pour apprendre les lettres à mon fils, mais du reste il n’a ni le ton, ni même ce qu’il faudrait pour être auprès de mes enfans. C’est ce qui m’a décidée dans ce moment à lui retirer ma fille ; il faut bien prendre garde qu’il ne s’établisse hors les heures des leçons chez mon fils. C’est une des choses qui a donné le plus de peine à madame de Polignac, et encore n’en venoit-elle toujours à bout, car c’étoit la société des sous-gouvernantes. Depuis dix jours j’ai appris des propos d’ingratitude de cet abbé qui m’ont fort déplu.

Mon fils a huit femmes de chambre. Elles le servent avec zèle ; mais je ne puis pas compter beaucoup sur elles. Dans ces derniers temps, il s’est tenu beaucoup de mauvais propos dans la chambre, mais je ne saurois pas dire exactement par qui ; il y a cependant une madame Belliard qui ne se cache pas de ses sentiments : sans soupçonner personne on peut s’en méfier. Tout son service en hommes est fidèle, attaché et tranquille.

Ma fille a à elle deux premières femmes et sept femmes de chambre. Madame Brunier, femme du médecin, est à elle depuis sa naissance, la sert avec zèle ; mais sans avoir rien de personnel à lui reprocher, je ne la chargerois jamais que de son service. Elle tient du caractère de son mari. De plus, elle est avare, et avide de petits gains qu’il y a à faire dans la chambre.

Sa fille, madame Tréminville, est une personne d’un vrai mérite. Quoiqu’âgée seulement de vingt sept ans, elle a toutes les qualités d’un âge mûr. Elle est à ma fille depuis sa naissance, et je ne l’ai pas perdue de vue. Je l’ai mariée, et le temps qu’elle n’est pas avec ma fille, elle l’occupe en entier à l’éducation de ses trois petites filles. Elle a un caractère doux et liant, est fort instruite, et c’est elle que je désire charger de continuer les leçons à la place de l’abbé d’Avaux. Elle en est fort en état, et puis que j’ai le bonheur d’en être sûre, je trouve que c’est préférable à tout. Au reste, ma fille l’aime beaucoup, et y a confiance.

Les sept autres femmes sont de bons sujets, et cette chambre est bien plus tranquille que l’autre. Il y a deux très jeunes personnes, mais elles sont surveillées par leur mère l’une à ma fille, l’autre par madame le Moine.

Les hommes sont à elle depuis sa naissance. Ce sont des êtres absolument insignifiants ; mais comme ils n’ont rient à faire que le service, et qu’ils ne restent point dans sa chambre par de là, cela m’est assez insignifiant.
»


Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par Invité le Lun 17 Oct 2016, 23:34

C'est Louis XVIII qui crée l'ex-gouvernante de ses royaux neveux duchesse héréditaire de Tourzel en 1816 (titre qui s'éteindra avec son petit fils qui a également succédé à son père et à son grand-oncle dans la charge de grand-prévôt de l'hôtel du roi ).


Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par Invité le Mar 18 Oct 2016, 07:25

J'ai lu ( depuis) ces Mémoires, bien trop brefs, à mon gré;

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par La nuit, la neige le Mar 01 Mai 2018, 20:42

Ce sujet biographique mérite bien d'être un peu étoffé...et illustré (avec de sérieux doutes quant aux attributions de certains portraits).  Wink

Idea Je cite Wiki (pour partie) et des extraits de la préface de Jean Chalon des Mémoires de la duchesse de Tourzel (éditions Mercire de France :

Louise Élisabeth Félicité Françoise Armande Anne Marie Jeanne Joséphine de Croÿ d'Havré, marquise puis duchesse de Tourzel, dite Louise Élisabeth de Croÿ
Née le 11 juin 1749 à Paris où elle est morte le 15 mai 1832, est la dernière gouvernante des enfants de Louis XVI.

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Bcl2810
Portrait présumé de Louise-Elisabeth de Croÿ


Sa famille

Son père, Louis Ferdinand Joseph de Croÿ d'Havré (1713-1761) est prince et maréchal héréditaire du Saint-Empire, Grand d'Espagne, marquis de Vailly, comte de Fontenoy, châtelain héréditaire de Mons.
Sa mère est Marie-Louise Cunégonde de Montmorency-Luxembourg.
Son frère Joseph Anne Maximilien de Croÿ d'Havré est chevalier de la Toison d'or, colonel du régiment d’infanterie de Flandre française, maréchal de camp, duc d'Havré et seigneur de Tourcoing de 1761 à 1789.

Son père est tué au combat de Filingshausen en 1761. A treize ans, elle fait donc connaissance avec l'adversité et en acquiert une maîtrise de soi qui ne la quittera jamais.  

Trois ans plus tard, le 8 avril 1764, elle épouse Louis-François du Bouchet de Sourches (1744-1786), marquis de Tourzel, grand prévôt de France « en survivance » (1771) de son père, Louis II du Bouchet de Sourches.

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Drouai12
Le concert champêtre : le marquis de Sourches et sa famille.
François-Hubert Drouais, 1756
Autrefois dans le grand salon du château de Sourches, aujourd’hui à Versailles.
Louis II du Bouchet de Sourches (1711-1788), marquis de Sourches, comte de Montsoreau, grand prévôt de France ; sa femme, née Marguerite Henriette Desmarets de Maillebois (1721-1783) ; leurs trois enfants : Louis François (1744-1786), Yves Marie (1749-1818), Jeanne Madeleine Thérèse (1743-1765), future marquise de Vogüé.
Photo : Versailles, Château de Versailles.


M. de Tourzel, autant que le permettent les devoirs de sa charge, se tient éloigné de la cour où règnent "le vice et la Dubarry". Suivant l'exemple conjugal, Mme de Tourzel se montre peu à Versailles et partage son temps entre Paris et le château de Sourches, près du Mans, où elle se consacre entièrement à l'éducation de ses enfants.

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Vue-ae10
Vue aérienne du château de Sourches

Louis II du Bouchet (le beau-père de Mme de Tourzel) confia au premier architecte du roi Ange Jacques Gabriel, la construction du nouveau château (le quatrième sur le site en remplacement du vieux manoir seigneurial du XVème).
A sa mort, le château passera à la veuve de son fils aîné, notre future duchesse de Tourzel donc.

Arrow L'histoire de ce château est consultable ici : http://www.chateaudesourches.com/wp-content/uploads/2016/03/CHATEAU-DE-SOURCHE.pdf

Mme de Tourzel et son époux ont cinq enfants : les futures duchesse de Charost, comtesse François de Sainte-Aldegonde, comtesse Louis de Sainte-Aldegonde, comtesse de Béarn (la bien connue Pauline de Tourzel), et enfin Charles-Louis-Yves du Bouchet de Sourches, deuxième marquis de Tourzel et dernier Grand prévôt de France.

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Captu376
Boîte en écaille et cerclage or, ornée de neuf miniatures sur ivoire de la famille du Marquis de Sourches.
Fin XVIIIe
Photo : Rouillac Sas


La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Captu375
- Au centre, Louis-François du Bouchet de Sourches, marquis de Tourzel (1744-1786), Chevalier du Saint Esprit en 1772, Grand Prévôt de France.
- En haut, Louise Elisabeth de Croy-Havré, duchesse de Tourzel (1749-1832).
- En haut à droite, le marquis de Tourzel, petit fils du marquis de Sourches.
- A droite, Anne-Louise-Joséphine du Bouchet, comtesse de Sainte Aldégonde (1767-1794).
- En bas à droite, Joséphine Marie Madeleine Catherine, comtesse de Sainte Aldégonde (1769-1838).
- En bas, Charles-Louis-Yves, marquis de Tourzel (1768-1815) devient à la requête de Louis XVI avec cette formule restée célèbre " les Sourches ne sont point mineurs " le plus jeune Grand Prévôt de France à la mort de son père.
- En bas à gauche, Marie Charlotte Pauline (1771-1839), comtesse de Béarn.
- A gauche Henriette Adélaïde de Tourzel, duchesse de Charost (1765-1837) qui a, entre autres, fait construire le Château de Groussay.
- En haut à gauche, Yves Marie du Bouchet de Sourches, comte de Montsoreau (1749-1818).


La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Duches13
Portrait peint de la duchesse daté de 1771, conservé au château de La Palice à Lapalisse


Gouvernante des Enfants de France

A l'avènement de Louis XVI, Versailles vit revenir des familles, les austères Tourzel en tête, que les désordres de Louis XV vieillissant avaient rebuté et qu'attiraient les vertus que l'on prêtait au jeune roi et celles que l'on espérait de la non moins jeune reine.

En 1786, son mari emporté par son cheval pendant une chasse à Fontainebleau, se brise la tête sous les yeux du Roi Louis XVI, et meurt après avoir souffert huit jours.
Louise-Élisabeth de Croÿ de Tourzel quitte la cour et se consacre désormais à sa famille. Elle réside principalement dans son château d'Abondant.
Je vous renvoie à la lecture de notre sujet dédié à ce château...

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Doc56510

Arrow Ici : http://marie-antoinette.forumactif.org/t2543-le-chateau-d-abondant-chez-mme-de-tourzel

De 1787 à 1789, Mme de Tourzel vit dans la retraite, sans ignorer pour autant les évènements (...)
C'est alors que la place de Gouvernante des Enfants de France lui est proposée
(après l'émigration, en août 1789, de la duchesse de Polignac).
Avant de se résoudre à l'accepter, Mme de Tourzel hésita, comme nous le raconte Pauline de Tourzel dans ses Souvenirs :

Le combat entre ses affections particulières et le souvenir de la bonté que le roi et la reine lui avaient témoignée à l'époque de la mort de mon père dura plusieurs jours.
Mais le sentiment des malheurs de cette famille royale, le spectacle de l'abandon où beaucoup de ceux qui l'entouraient l'avaient déjà laissée, l'emportèrent.
Elle se résigna au sacrifice qu'on lui demandait ; c'en était un alors, et un bien grand, on pouvait déjà prévoir quelques-uns des malheurs cachés de l'avenir.


C'est le moins que l'on puisse dire... La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel 3177668066
Mme de Tourzel assistera donc, aux côtés de la famille royale, aux pires épisodes de la Révolution française.
Ses Mémoires commencent d'ailleurs par son entrée en fonction.


L'équipée de Varennes

Madame de Tourzel accompagne la famille royale dans sa fuite de Varennes avec un passeport au nom de la baronne de Korff.

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Fac-si10
Fac-similé du passeport délivré le 5 juin 1791 par M. de Montmorin, ministre des affaires étrangères, à M. de Sémolin, ambassadeur de Russie à Paris, au nom de la baronne de Korff, sujette russe, née Steegleman

Après leur arrestation, Madame de Tourzel et d'autres personnes liées à l’affaire de la fuite de Varennes sont gardées prisonnières et interrogées, puis relâchées.


La prison de la Tour du Temple

Le 10 août 1792, le roi gagne l'Assemblée nationale.
Il est accompagné par Madame Élisabeth, le Dauphin, la princesse de Lamballe, la marquise de Tourzel ainsi que des ministres, dont Étienne de Joly, et quelques nobles restés fidèles.

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel 16031310
Portrait de Marie-Antoinette, par Alexandre Kucharski
Commencé en 1791 à la demande de Marie-Antoinette qui souhaitait en faire don à Mme de Tourzel, le portrait demeura inachevé en 1792.
Suivant la tradition, le pastel fut retrouvé en 1795 par le marquis Charles de Tourzel, fils de Mme de Tourzel.

Transmis par descendance, et lorsque ce portrait appartenait au duc Louis Des Cars, une note de la main de Mme de Tourzel se trouvait au dos du pastel :Ce portrait de la Reine reçut le 10 août deux coups de pique des révolutionnaires.
Le portrait est vendu en 1954 au château de Versailles.


La marquise est emprisonnée à la prison de la Tour du Temple, avec sa fille Pauline et la famille royale.
Dans la nuit du 19 au 20 août 1792, Mme de Tourzel et sa fille Pauline sont transférées, avec la princesse de Lamballe, à la prison de la Force.
La Marquise de Tourzel fut sauvée par son sang froid et la compassion d’un membre de la convention, Monsieur Hardy.
Louise-Elisabeth et Pauline survivent miraculeusement à cette épisode.

Mme de Tourzel est enfermée quatre mois dans la " maison de santé du citoyen Montprin et Compagnie ", destinée au soulagement et à la guérison des infirmes et malades des deux sexes, établie à Paris, rue Notre Dame des Champs.


L'Empire et la Restauration

Après le 9 thermidor et la mort de Robespierre, Madame de Tourzelse retira dans sa terre d'Abondant, entourée de son fils et de ses filles Pauline (future comtess de Bearn), et la comtesse de Charost.

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel 98-02410
Les demoiselles de Tourzel, assises près d'un ruisseau
Miniature de Jean-Antoine Laurent
Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Martine Beck-Coppola


Mme de Tourzel y demeurera jusqu'à la Restauration, absorbée dans ses douloureux souvenirs.

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel M1104010
Reliquaire en forme de cercueil - Souvenirs de la famille royale.
Divers objets rassemblés par Madame de Tourzel
Photo : musée Carnavalet, Histoire de Paris / musée de la ville de Paris / Roger Viollet


Dès les premiers jours de la Restauration, Louis XVIII voulut récompenser le dévouement de la gouvernante des Enfants de France en lui conférant le titre héréditaire de duchesse.
Cela n'empêcha pas Mme de Tourzel de faire une définitive retraite consacrée à écrire ses Mémoires.

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Tourze10
Portrait présumé de la duchesse de Tourzel

En 1823 elle achète l'Hôtel d'Estrées, 79 rue de Grenelle à Paris, que ses descendants vendirent au gouvernement russe en 1863, et qui est depuis la résidence de l'ambassadeur de Russie en France.

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Hoitel12

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Hotel_10

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel X11
Photo : http://lesflaneriesdaurelie.com/journees-du-patrimoine-2015/

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel 800px-31

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Hoitel13

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Hotel_11

La duchesse de Tourzel décède, à l'âge de quatre-vingt-deux ans, le 15 mai 1832, au château de Groussay à Montfort-l'Amaury mais, selon sa volonté, fut inhumée parmi « ses chers habitants d'Abondant » dans l'église du village.

Et enfin...

Mme de Sabran a écrit:
MARIE ANTOINETTE a écrit:Il faut préciser que dans l'église d'ABONDANT, MADAME DE TOURZEL reposait la tête à l'intérieur de l'église et les pieds en dehors dans le cimetière.

Vous parlez d'une situation !  :La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel 2028181902  :La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel 2028181902  :La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel 2028181902

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Eglise11

Elle n' y est plus . La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel 3826491292   Le duc des Cars emmena donc la dépouille de Mme de Tourzel et toute la famille direction Saint-Symphorien, le château de Sourches, berceau des Tourzel :

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Chytea10


... dernier voyage jusqu'à la crypte de la chapelle du manoir de l'Isodière

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Isodie11

La duchesse repose depuis au cimetière de Saint-Symphorien, bien entourée de tous ses proches .   Very Happy

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Paris-12

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Paris-13


Dernière édition par La nuit, la neige le Mer 02 Mai 2018, 23:48, édité 1 fois
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 13430
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par Mme de Sabran le Mer 02 Mai 2018, 13:49

Merci, cher la nuit, la neige !   Very Happy
La nuit, la neige a écrit:
Louise Élisabeth Félicité Françoise Armande Anne Marie Jeanne Joséphine de Croÿ d'Havré, marquise puis duchesse de Tourzel
Voilà qui répond à une question que nous nous posions dernièrement, le duc d'Ostrogothie et moi .
La duchesse n'est que marquise au moment de Varennes .
Que c'est beau cet Hôtel d'Estrées ! La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel 693620883

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 40084
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par Duc d'Ostrogothie le Mer 02 Mai 2018, 20:08

Bon rappel historique, joliment illustré merci. La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel 3622972399
Je suis allé à l'hôtel d'Estrées il y a quelques années, les intérieurs sont très "Napoléon III" malheureusement. Le tsar y a séjourné lors de sa visite en France en 1896.
Je me pose effectivement la question de savoir quand exactement la marquise de Tourzel est devenue duchesse... 1815, 1816 ou après? Question
Duc d'Ostrogothie
Duc d'Ostrogothie

Messages : 2199
Date d'inscription : 04/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par La nuit, la neige le Mer 02 Mai 2018, 23:06

Mme de Sabran a écrit:
Voilà qui répond à une question que nous nous posions dernièrement, le duc d'Ostrogothie et moi .
La duchesse n'est que marquise au moment de Varennes .
Ne te souviens-tu pas de nos infernales discussions de ce c kiki ?
Moi oui, quel cauchemar !!  La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel 3177668066  Eventaille
Nous évoquions le titre de "princesse de Croÿ", que nous retrouvons d'ailleurs sur ce portrait présenté au début de ce sujet.

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Portra25

Arrow C'était ici : http://marie-antoinette.forumactif.org/t3586-maison-du-dauphin-louis-joseph-1786-1789?highlight=maison+dauphin
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 13430
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par Mme de Sabran le Mer 02 Mai 2018, 23:15

La nuit, la neige a écrit:
Ne te souviens-tu pas de nos infernales discussions de ce c kiki ?
Que si si !!!  Very Happy
La nuit, la neige a écrit:
Et enfin, un joli c'est kiki ?  Eventaille
La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Captu155
* Sources des images : RMN-GP (Château de Versailles) / © Franck Raux
La nuit, la neige a écrit:
Moi oui, quel cauchemar !!  La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel 3177668066  Eventaille
... cauchemar, crois-tu ? Very Happy
Eh bien moi, j'en redemande !La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel 693620883
Nous nous amusons si bien !

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 40084
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par La nuit, la neige le Mer 02 Mai 2018, 23:30

Duc d'Ostrogothie a écrit:
Je me pose effectivement la question de savoir quand exactement la marquise de Tourzel est devenue duchesse... 1815, 1816 ou après? Question
1816 me semble-t-il...

Idea Il est intéressant de noter que Mme de Tourzel et une partie de sa famille avaient été exilées de Paris par Napoléon.
C'est Pauline qui obtint la grâce de sa famille (elle avait épousé en 1797 le comte de Béarn chambellan de Joséphine puis de Napoléon).

Je la cite, dans ses Souvenirs de quarante ans :

Arrow Profondément affligée, je ne savais quel moyen employer pour obtenir le retour de ma famille. Le temps s’écoulait ; l’absence de ces êtres qui m’étaient si chers se prolongeait ; je n’avais négligé aucunes démarches, mais elles restaient toutes infructueuses. Il était cependant de mon devoir d’user de tous les moyens possibles pour ravoir ma mère et ma famille. Je me décidai à demander une audience à l’Empereur. J’eus peine à obtenir cette audience. Enfin elle me fut accordée.

Après tant d’années, je fus introduite dans ces Tuileries que j’avais quittées dans des circonstances si cruelles. Je ne pus les revoir sans que mille souvenirs du passé, mille sensations douloureuses, vinssent me serrer le cœur. J’étais certainement plus troublée, plus malheureuse, plus souffrante que le jour où je quittai le Château sous la protection de cet homme qui, le 10 août 1792, m’en avait tirée avec madame de Tarente.

L’Empereur me reçut avec un visage sévère, dans lequel je crus démêler cependant un rayon de bienveillance ; mais, quelle que fût mon insistance, je ne pus obtenir la bonne parole que j’étais venue chercher. « Nous verrons cela plus tard », me dit-il au moment où je pris congé de lui.

Ainsi cette démarche qui m’avait tant coûté avait échoué, et je prévoyais qu’il faudrait la renouveler plus d’une fois avant d’arriver au but auquel j’aspirais si ardemment. Cette pensée n’avait rien qui pût ramener le calme dans mon pauvre cœur. J’étais condamnée à subir longtemps encore cette douloureuse séparation.

Cependant la vue de mon frère s’affaiblissait de jour en jour, et il était menacé de devenir entièrement aveugle. Cette circonstance ajoutait aux chagrins de ma famille et aux miens. Je n’y pouvais plus tenir. Je me décidai à tenter, coûte que coûte, un nouvel effort.

Je pars seule de Paris, j’arrive à Compiègne, où était l’Empereur. Votre père sollicite pour moi une audience ; il vient m’annoncer que dans la matinée je serais reçue.
On me fait descendre dans le salon qui précède le cabinet. J’attendis avec une anxiété que vous pouvez comprendre, j’attendis... toute la journée, et j’attendis vainement ; la porte ne s’ouvrit pas pour moi. Je ne fus pas reçue.
Vous sentez tout ce que j’éprouvai pendant cette journée d’attente mortelle. N’importe ! mon parti était pris. J’étais fille, j’étais sœur, j’étais décidée à aller jusqu’au bout.

Le lendemain, on me donna le même espoir que la veille. Je recommençai. Je descendis de nouveau, je fus introduite dans le même salon, je m’établis à la même place, je m’armai de patience, j’attendis. J’attendis encore toute la journée, et je ne fus pas plus reçue que le premier jour. S’il s’était agi de moi, je n’aurais pas renouvelé l’épreuve, mais il s’agissait de ma mère, de mon frère, de ma sœur. Je vins reprendre mon poste le troisième jour ; et je fus enfin admise près de l’Empereur, dans ce cabinet que pendant les deux jours précédents j’avais vu s’ouvrir tant de fois inutilement pour moi.

L’Empereur me fit une réception gracieuse ; mais, feignant d’ignorer le motif de ma démarche, il me demanda quel était l’objet de ma visite. J’exposai ce que je désirais si vivement et depuis si longtemps.

Avec quelle anxiété j’attendais la réponse ! Elle fut favorable. Il m’accordait le retour de ma mère, de ma famille. Mon cœur se rouvrit au bonheur. Il est vrai que l’Empereur fit suivre les paroles consolantes qu’il venait de m’adresser d’un long sermon politique sur la conduite à tenir, sur la prudence à observer. N’importe ! il me rendait ma mère et ma famille. Je le quittai touchée et reconnaissante.

Après ces quatre ans d’exil qui nous avaient séparés, nous nous retrouvâmes donc encore une fois tous à Paris. Nous pûmes avec sécurité, avec tranquillité reprendre cette vie de famille qui était pour nos cœurs d’un si grand prix, car le monde s’était beaucoup rétréci pour nous.
Passant l’été à la campagne, l’hiver à Paris, nous vécûmes ainsi, en trouvant le bonheur dans notre intérieur, jusqu’à cette année 1813 qui fut si désastreuse pour les armes de la France.
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 13430
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par La nuit, la neige le Dim 17 Juin 2018, 10:54

Voici le lien vers l'un des épisodes de la série radiophonique "Varennes", diffusée en téléchargement depuis le site d'Europe 1 :

Episode 2 : Madame de Tourzel, la fidèle gouvernante
Dans cet épisode, l’histoire suit la gouvernante Mme de Tourzel. Pour elle, il n’est pas question de laisser tomber la famille royale.
Si le roi doit fuir, il est évident qu’elle l’accompagnera. C’est le début d’une aventure risquée, pleine de rebondissements, qui peut la mener à la mort.


Arrow http://www.europe1.fr/emissions/varennes/varennes-madame-de-tourzel-la-fidele-gouvernante-episode-2-3677246
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 13430
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par piashac le Ven 21 Sep 2018, 11:01

Bonjour,

Je suis tombée sur ce forum en faisant une recherche dans Google Images. Je suis intéressée par le portrait de la duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel car je pense en connaître l'auteur, le peintre Louis-Léopold Boilly (1761-1845) dont nous rédigeons le catalogue raisonné. Nous aimerions rentrer en contact avec le propriétaire car nous aimerions inclure l’œuvre dans notre catalogue.

En vous remerciant d'avance de votre aide,
Bien cordialement,
Pia

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Captur10

piashac

Messages : 2
Date d'inscription : 21/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par Mme de Sabran le Ven 21 Sep 2018, 11:12


Bonjour et bienvenue, Pia ! Very Happy
J'espère que quelqu'un des nôtres saura vous aider ?...

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 40084
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par piashac le Ven 21 Sep 2018, 11:53

Merci beaucoup, toutes les pistes sont bienvenues !

piashac

Messages : 2
Date d'inscription : 21/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par Lucius le Dim 23 Sep 2018, 14:58

Ce portrait était apparu dans nos pages sur ce sujet ;

http://marie-antoinette.forumactif.org/t2081-vente-christie-s-la-vie-de-chateau-collection-jean-louis-remilleux

Vous souvenez vous qui l'avait posté ?
Lucius
Lucius

Messages : 8851
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par Mme de Sabran le Lun 09 Sep 2019, 14:36

La nuit, la neige a écrit:

M. de Tourzel, autant que le permettent les devoirs de sa charge, se tient éloigné de la cour où règnent "le vice et la Dubarry". Suivant l'exemple conjugal, Mme de Tourzel se montre peu à Versailles et partage son temps entre Paris et le château de Sourches, près du Mans, où elle se consacre entièrement à l'éducation de ses enfants.


A Paris, les Tourzel habitaient l'hôtel de Sourches, situé à l’angle de la rue des Ecuyers et de l’actuelle rue de la Procession. Il est aujourd’hui prolongé par une école primaire, construite en 1901.

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel 232

L’hôtel fut probablement édifié par Louis François de Bouchet, marquis de Sourches, le célèbre mémorialiste, à moins qu’il ne le fut un peu plus tôt par son père Jean du Bouchet.
https://leshotelsparticuliersdesaintgermainenlaye.wordpress.com/lhotel-de-sourches/
Je lis dans la biographie de Madame Elisabeth par Anne Bernet que le marquis de Tourzel était le meilleur ami de Louis XVI et que sa mort ainsi que la mauvaise santé des petits Louis-Joseph et Sophie plongèrent le roi dans une période de dépression qu'il n'arrivait pas à surmonter.

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 40084
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel Empty Re: La duchesse Louise-Elisabeth de Tourzel

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum