Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Dim 13 Mar - 11:11

Comment Sénac se trouvait-il en possession de ces Mémoires ? Craufurd nous l'a confié lui-même en les publiant pour la première fois dans ses Mélanges :  Un ami de M. de Marigny ( c'était Sénac de Meilhan lui-même ), entrant chez lui le trouva brûlant des papiers . Prenant un gros paquet qu'il allait jeter au feu : " C'est un journal d'une femme de chambre de ma sœur, dit-il, qui était fort estimable; mais tout cela est du rabâchage. Au feu ! "
Et il s'arrêta en  disant  : " Ne trouvez-vous pas que je suis ici comme le curé et le barbier de Don Quichotte, qui brûlent les ouvrages de la chevalerie ? " -  " Je demande grâce pour celui-ci, dit l'autre . J'aime les anecdotes et je trouverai sans doute quelque chose qui m'intéressera. " -  " Je le veux bien, répliqua M. de Marigny. Et il le lui donna ."
C'est ainsi que nous possédons, grâce à Craufurd, ces curieux mémoires dont se sont servis tant d'historiens .
" Je n'aime dans l'histoire que les anecdotes" disait Mérimée .



_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Invité le Dim 13 Mar - 11:37

Madame du Hausset n'était pas à proprement parler une femme de chambre mais plutôt une dame de compagnie, avec fonction de lectrice, secrétaire, etc.

J'avais fait une visite sur ses appartements concernant les femmes de chambre au château de Versailles et la conférencière nous avait bien précisé la nuance. Elle était à l'origine de même rang que madame de Pompadour qui avait besoin de personnes de confiance lorsqu'elle s'est retrouvée installée à la cour.

C'est chouette de lire l'origine de cette publication qui aurait pu ne jamais voir le jour ! Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Invité le Dim 13 Mar - 11:41

Reinette a écrit:Elle était à l'origine de même rang que madame de Pompadour

Elle n'était cependant pas marquise comme l'a prétendu une conférencière que j'ai aussi suivie dans ces appartements, si?


Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Invité le Dim 13 Mar - 11:47

Majesté a écrit:Elle n'était cependant pas marquise comme l'a prétendu une conférencière que j'ai aussi suivie dans ces appartements, si?

Non, non. Comme madame de Pompadour : une bonne bourgeoise lettrée de la haute-société parisienne.
Marquise ? Là quand même ! :

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Mar 15 Mar - 11:50

Sénac de Meilhan a tracé lui-même, avec cette précision qui est dans sa manière, le portrait de son ami Craufurd :  " Il a l'esprit juste et en même temps actif et étendu, il joint à de profondes connaissances dans la littérature anglaise et français, le goût qui est plus rare que la science. Son coeur est généreux et sensible. Ses manières sont simples et polies.  Il sait écouter avec intelligence, et ces diverses qualités l'ont rendu cher aux pays qu'il a parcourus .

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Invité le Mar 15 Mar - 13:56

Merci pour toutes ces infos sur Craufurd.Very Happy
J'aimerais bien trouver la bio que tu nous partages ou peut-être espérer une plus récente.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Mer 16 Mar - 15:11

Le 29 germinal an X, c'est à dire aussitôt après la signature du traité d'Amiens ( 25 mars 1802 ) , Craufurd renouvela près du gouvernement consulaire ses démarches pour rentrer à Paris. Il fit agir le chargé d'affaires d'Angleterre Jackson et son banquier Perrégaux. La protection de Talleyrand empêcha que l'affaire de la berline de Varennes et sa longue liaison avec Fersen ne fussent évoquées. La police s'inclina et rappela simplement " qu'il vivait autrefois à Paris avec une femme étrangère ".
En arrivant en France, Craufurd réclama pour la forme la levée des scellés et du séquestre sur sa maison de la rue de Clichy, qui était détruite, et la restitution des meubles, tableaux et objets d'art qu'elle contenait.

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Ven 18 Mar - 10:39

C'est à cette époque qu'il tira du roman de sa vie la conclusion, qui s'imposait à son âge et à son cœur sensible, en épousant Mme Sullivan, à la municipalité de Paris, à la chapelle protestante de l'ambassade d'Angleterre et à l'église catholique de Saint-Germain en Laye. Il l'emportait définitivement sur le beau Fersen, dont il ne voulait plus prononcer le nom.  Dans ses " Mélanges " , il avait cité comme un modèle de l'esprit Français cette maxime de Jean de la Rochefoucauld, que sans doute il s'appliquait : " On aime de toute sa force dans la jeunesse et de toute sa faiblesse dans un âge avancé. "
La compagne pour laquelle il n'avait jamais eu de secret continua d'exercer sur lui son empire .



_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Sam 19 Mar - 12:17

Ce ne fut pas sans peine que Quintin Craufurd put se maintenir à Paris sous le Consulat, puis sous l'Empire. Après une trève d'une année, la guerre avait recommencé, le 16 mai 1803, elle devait durer jusqu'en 1814. Les Anglais qui se trouvaient encore en France à ce moment furent considérés comme prisonniers de guerre. Des résidences leur furent assignées dans des villes de l'intérieur éloignées de Paris, sous la surveillance de la police. Quintin Craufurd se trouva dans ce cas, ainsi qu'un de ses frères et quatre de ses neveux . ( ... )
Avant la déclaration de guerre, toute la famille Craufurd avait été signalée au gouvernement consulaire . ( ... ) Quintin Craufurd parvint cependant à se tirer d'affaire, lui-même et ses neveux, grâce à la protection de Talleyrand. ( ... ) il était comme Craufurd un ami des livres et des arts. Son intérêt était tout acquis aux Anglais retenus en France, notamment à Lady Holland et à la famille Lansdowne. Il s'efforçait d'atténuer pour eux les rigueurs d'une guerre qu'il n'avait pu empêcher .

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Invité le Sam 19 Mar - 14:01

C'est très intéressant. Il y a là liste de noms dont la réunion me rappelle autre chose. Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Sam 19 Mar - 14:20


_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Invité le Sam 19 Mar - 14:57

Oui, passionnant !!! :n,,;::::!!!:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Dim 20 Mar - 12:16

C'est par la protection de Talleyrand que Craufurd, ainsi que sa femme, put rester à Paris sans être inquiété.  ( ...  ) Les membres de la famille Craufurd participaient tous plus ou moins à l'action anglaise contre la France. Quintin Craufurd observait une grande réserve, signalée d'ailleurs par la police, qui déclare qu'il ne peut être confondu avec ses parents. Mme Craufurd, ardemment royaliste, était en correspondance avec le général de Goguelat, l'ancien serviteur de Marie-Antoinette (je dirais secrétaire plutôt ) réfugié à Vienne.
Dans une note adressée en 1804 par Desmarest, chef de la haute police, Mme Craufurd est qualifiée de " femme intrigante, d'un mauvais génie et dangereuse, se prononçant d'une manière impertinente contre le gouvernement français et tout ce qui y tient.  Quant à Craufurd,  " c'est un homme usé qui est sous la dépendance de cette dame, mais personnellement est estimé pour son caractère doux et son commerce aisé ..."

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par La nuit, la neige le Dim 20 Mar - 14:47

Merci pour cet intéressant résumé de lecture...Very Happy

avatar
La nuit, la neige

Messages : 9446
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Invité le Dim 20 Mar - 15:37

Ah la la ! Ces deux personnages me fascinent totalement ! Que j'aimerais en savoir plus sur eux ! :n,,;::::!!!:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Lun 21 Mar - 8:13

Dans l'été 1806, quand l'empereur chargea Talleyrand de négocier avec les envoyés de Fox, Yarmouth et Lauderdale, une paix avec l'Angleterre, Craufurd fut employé par lui. Il habitait alors rue de Varennes. Lord et Lady Yarmouth s'y rendaient fréquemment. Lord Yarmouth était fort assidu auprès de la jeune comtesse d'Orsay ( la fille d'Eléonore ). La même intimité continua entre Craufurd et Lord Lauderdale. Plus tard, disgracié et gêné dans ses affaires, Talleyrand, d'après les rapports autrichiens, aurait emprunté à Craufurd 200.000 francs, hypothéqués sur son hôtel de la rue de Varennes. Cet hôtel ( aujourd'hui hôtel Matignon ) avait été cédé par Craufurd à Talleyrand, en janvier 1808, en échange de celui que Craufurd avait habité jusque-là rue d'Anjou et dans lequel Craufurd, passant de la rive gauche à la rive droite, vint s'installer. Talleyrand ne cessa d'assurer à Craufurd son appui et demeura jusqu'à sa mort un habitué du salon de Mme Craufurd.


L'un des salons de l'hôtel du couple Craufurd, rue de Varennes, dans lesquels Eléonore recevait le tout Paris:


_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Lun 21 Mar - 15:13

Quand Craufurd se transporta de la rue de Varennes à la rue d'Anjou ( * ), il devint un voisin de Mme de Laval, chez qui Talleyrand et Narbonne passaient leurs soirées dans un milieu " européen ". Un autre lien existait encore entre le ménage de Talleyrand et le ménage de Craufurd, car celui-ci était à peu près le seul à Paris à pouvoir causer des Indes avec l'ex-madame Grand, Mme de Talleyrand avait amené à Paris des cousines indiennes et Craufurd entretenait à Paris plusieurs bâtards qu'il avait eu aux Indes ou à Manille.
On pouvait ainsi causer, en petit comité, des absents et des présents, évoquer la vie facile, les merveilles et aussi les extravagances des climats enchanteurs, sous le ciel gris de Paris et dans la dureté des temps nouveaux. Une soeur de Mme Craufurd, Paola Franchi vint aussi, à plusieurs reprises, résider près d'elle .


( * ): L'hôtel de la rue d'Anjou a été détruit lors du percement du boulevard Malesherbes.

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Mar 22 Mar - 6:31

En revenant à Paris, Craufurd avait trouvé sa maison de la rue de Clichy détruite et sa collection dispersée.  Beaucoup de ses tableaux ornaient les bureaux des ministères et certains s'y trouvent encore. Plusieurs de ses statuent ornaient les jardins des Tuileries.  Ce ne fur que sous la Restauration qu'il en recouvra un petit nombre.  Le 21 janvier 1806, le ministre de la Maison du roi lui fait rendre deux tableaux de l'école italienne retrouvés au ministère de la Justice : " Prométhée sur le Caucase dévoré par un vautour " et " Hercule étouffant un lion " .
Dès 1815, Craufurd avait obtenu du gouvernement de Louis XVIII une indemnité de 1.344.000 francs, tant pour la destruction de sa maison et de sa collection, que pour le remboursement des avances que sa femme avait faites à la famille royale.

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Mar 22 Mar - 15:01

Le premier soin de Craufurd, sous le Consulat, fut de reconstituer sa collection .  Les richesses de la France avait été pillées et dispersées pendant la Révolution.  Beaucoup d'objets précieux étaient passés à l'étranger. On vendait des elzévirs aux armes royales chez d'obscurs bouquinistes et des tableaux de maîtres dans les échoppes du Pont-Neuf. Craufurd retrouva un portrait équestre de Louis XIV par Lebrun, qui ornait le salon d'Hercule et l'offrit plus tard à Louis XVIII.  Il possédait aussi le portrait de Bossuet par Rigault.
Dans sa collection particulière, il s'efforça de reconstituer l'histoire de la France par ses personnages célèbres; il réussit à retrouver les portraits authentiques d'un grand nombre d'entre eux et lui-même écrivit un " catalogue raisonné " de sa collection, malheureusement perdu .



Hyacinthe Rigaud
Jacques Bénigne Bossuet, évêque de Meaux
en habit gris d'hiver (1701-1705)
Paris, musée du Louvre


_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Invité le Mar 22 Mar - 17:06

Quel homme !Shocked
Je crois vraiment que Crawford est incontournable dans l'histoire de la Révolution, du Consulat, de l'Empire et de la Restauration.
Il est là, partout, dans l'ombre, richissime, proche d'autres personnalités cette fois-ci bien en vue (Fersen, Talleyrand...).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Mer 23 Mar - 8:28

C'est de ce " catalogue raisonné " que Craufurd a extrait pour les publier en 1818 et 1819, à très peu d'exemplaires, des notices sur Agnès Sorel, Mme de Montespan, Marie-Stuart et Marie-Antoinette . Elles sont écrites avec une information exacte et un goût délicat.
Un portrait de Marie-Antoinette par Sauvage, et son buste, en marbre blanc de grandeur naturelle, ornaient le cabinet de Craufurd. La notice concernant la reine martyre était jointe à celle de l'infortunée Marie-Stuart; le souvenir de ces deux malheureuses souveraines était sacré et se confondait pour ce loyaliste écossais .
Cette notice publiée déjà en 1809, ne se trouve plus qu'au British Museum. Nous en avons cité les plus remarquables extraits .

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Mer 23 Mar - 12:33

Craufurd et Joséphine .  



Après 1809, l'influence de Talleyrand était tombée et Craufurd pour se maintenir dans son cher Paris, où sa vie était consacrée aux lettres, aux arts et à l'amitié, dut trouver un nouvel appui : ce fut celui de l'impératrice Joséphine, qui , malgré le divorce, gardait un grand crédit près de l'empereur.  D'une note laissée par Craufurd à ce sujet, on doit extraire les passages suivants, cités par Barrière, quand il publia les mémoires de Mme du Hausset :

" En 1810, peu de temps après son divorce, l'impératrice Joséphine me fit dire par une de ses dames, Mme la comtesse d'Audenarde, qu'elle serait bien aise de me voir; et que, n'étant plus, elle, qu'une simple particulière, elle ne croyait pas qu'il y eût aucun inconvénient pour moi à venir chez elle. Je me rendis à la Malmaison et nous y dinâmes ensuite, ma femme et moi, tous les lundis .  J'y allai aussi quelquefois aussi dans la semaine, et cela dura jusqu'à sa mort.  Elle avait souvent de la musique : en tout, sa maison était fort agréable.  Elle était bienfaisante, douce, sensée et se conduisait à l'époque dont je parle avec beaucoup de mesure et de prudence. "



_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Invité le Mer 23 Mar - 16:51

C'est fou ! Tout le monde !!! Shocked

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Mer 23 Mar - 17:05

Craufurd avait meublé avec un grand soin sa maison de la rue d'Anjou, au faubourg Saint-Honoré.  Un grand seigneur autrichien, le comte, plus tard prince de Clary, petit-fils par sa mère du prince de Ligne, fut chargé par l'empereur d'Autriche d'aller complimenter Napoléon lors de son mariage avec Marie-Louise.  ( * ) Il visita Paris à cette occasion et se rendit rue d'Anjou, dans la maison des Craufurd, dont il admira la collection de portraits, unique au monde, écrit-il .
" Elle remplit toutes les pièces et on y trouve la suite complète des personnages fameux de la Cour de Louis XIV. C'est Mlle de la Vallière, c'est Mme de Montespan, à tous les âges et sous toutes les formes. C'est la véritable Mme de Sévigné, l'authentique Mme de Grignan. La bibliothèque est une belle pièce parfaitement éclairée par en haut, avec une grande table au milieu. Le bas est entièrement garni de livres et, au-dessus, règne une petite galerie couverte de tableaux. L'appartement de Mme Craufurd est meublé à merveille. Le jardin paraît fort grand et très joli. Enfin tout semble à souhait et la bonne grosse Mme Craufurd fait les honneurs de chez elle avec beaucoup de complaisance .
"


( * ) : Prince de Clary, Trois mois à Paris lors du mariage de Napoléon Ier


_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Jeu 24 Mar - 7:54

Gouverneur Morris a écrit:
...  je dévore tes posts et vis au rythme de Quentin Craufurd depuis des semaines !boudoi30

Tu me fais grand plaisir, mon cher Momo !      3196910
Je tenais à te le dire dans le sujet idoine .    Very Happy


Craufurd, sa femme, ainsi que la fille de celle-ci, la comtesse d'Orsay, étaient alors remarqués dans toutes les fêtes parisiennes.  Ils fréquentaient surtout les salons du faubourg Saint-Germain. Dans une lettre d'un ton plaisant que Mme la comtesse Le Marois a bien voulu me communiquer, Elzéar de Sabran fait, pour Mme de Staël, une peinture amusante de Mme Craufurd, qu'il appelle Mme Sullivan, car c'est sous ce nom  qu'on l'appelait encore dans les milieux royalistes, où le souvenir de son dévouement pour Marie-Antoinette était conservé et honoré .
Il venait de la distinguer, luttant par l'éclat des bijoux contre l'usure des ans, dans la foule aristocratique qui se pressait à un bal de la duchesse de Luynes:
" ...   L'objet le plus frappant de la cohue était Mme Sullivan, qui avait fait conspirer tous les diamants de toutes les couronnes des Indes à dénoncer toutes ses rides et la déconfiture de ses charmes. Elle éclipsait tous les écrins, mais faisait valoir tous les attraits. Son gros visage était surmonté d'une perruque de toison de mouton de Barbarie toute frisée, plus crépue que la barbe de Polyphème et teinte d'un noir de cambouis, d'un noir plus noir que le noir de peur qu'on y soupçonnât un cheveu gris. Par là-dessus était suspendu l'éclatant diadème qui paraissait en l'air et menaçait de rouler par terre, surtout à présent que c'est leur mode de tomber comme la grêle . Elle semblait s'être constitué le lustre de la chambre ( car elle ne pouvait être celui de l'assemblée ) et servait généreusement à éclairer la jeunesse et la beauté des autres ...   "

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum