Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Page 4 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Mer 17 Fév 2016, 19:03

La nuit, la neige a écrit: Un roi qui n'est pas capable de rallier ses hommes à Varennes (car il y en a qui sont venus le retrouver, tout de même !!)

Hélas oui ! Callixte Deslon arrive à temps ... pour rien  . Il est chef d'escadron aux hussards de Lauzun, responsable du poste de Dun-sur-Meuse. Ayant vu passer le chevalier de Bouillé vers 3 heures du matin, puis le sous-lieutenant Röhrig, il comprend ce qui se passe à Varennes.  Il fait monter son escadron de hussards et arrive à Varennes vers 05 h 30, mais ne peut entrer dans le village mis en alerte avec sa troupe : il peut néanmoins rencontrer le roi et sa famille et propose une sortie en force sous la protection des hussards de Lauzun encore fidèles.


Louis XVI le remercia et lui souhaita bon vent . 54385210

http://marie-antoinette.forumactif.org/t1981-les-freres-charles-et-calixte-deslon?highlight=deslon

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Jeu 18 Fév 2016, 10:38

Emile Dard poursuit :

Le 8 octobre 1791, Fersen et Craufurd se retrouvaient à Bruxelles où Mme Sullivan les attendaient à l'hôtel Bellevue. Peu après, Craufurd louait à Bruxelles une maison qui devint le quartier général de Fersen. C'est de là qu'il allait, avec un zèle infatigable, sous le couvert d'une mission officielle de Gustave III, écrire à la reine, recevoir sa correspondance chiffrée, entretenir des rapports étroits avec Simolin, avec Breteuil et sa fille Mme de Matignon ( amoureuse de lui comme Mme de Saint-Priest ), avec Mercy-Argenteau, enfin, avec le roi de Suède, les princes français et tous les souverains d'Europe.
Craufurd le secondait avec ardeur.  Mme Sullivan, au courant de tout, tenant salon ouvert, était toujours consultée, donnait des idées, et prenait souvent des décisions.
 ( Éléonore avait fait venir de Bruxelles la fille qu'elle avait eue du duc de Wurtemberg )
Fersen continuait de dîner et de passer presque quotidiennement la soirée chez ses amis .  
Il priait la reine de lui écrire pour Craufurd " ces choses obligeantes que vous savez dire mieux que personne. Il le mérite par son attachement pour vous. Répondez-moi au plus tôt. "  Et la reine s'exécute les 19 et 31 octobre : " Je ne puis vous dire combien je suis touchée de ce qu'a fait ce bon M. Craufurd pour nous, le roi aussi ...  Nous serons bien heureux de pouvoir faire quelque chose pour lui. Il y a si peu de gens qui nous témoignent un vrai attachement. On sait ici qu'il a été mêlé dans nos affaires et j'ai eu bien peur pour sa maison . "
La maison de la rue de Clichy avait été en effet menacée de pillage par la foule qui remplissait les rues de Paris, le 25 juin 1791, quand le roi et la reine furent ramenés aux Tuileries .

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Jeu 18 Fév 2016, 19:23

Majesté a écrit:
Fersen était-il si connu que ça du public?
Assurément moins que la famille Polignac lorsqu'on considère tous les pamphlets.

.

Les pamphlets incriminant Fersen sont rarissimes.  
Françoise Kermina a tout de même réussi à en dégotter un dont elle nous livre un petit extrait :

" Je commençais à me fatiguer des caresses de mon beau-frère, et la jouissance d'un objet nouveau flattait depuis longtemps mon ambition. Le beau Fersenne ( sic ), colonel du Royal-Suédois,  suivait partout mes pas, et ses coups d’œil enchanteurs m'avaient décidée à ne pas le faire languir plus longtemps après ma possession. Il promenait un jour sa tendre rêverie dans l'Orangerie, il y avait quelques minutes que je l'observais lorsque ses yeux rencontrèrent les miens ... "

...  la suite nous laisse présager le pire ... :

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Ven 19 Fév 2016, 14:55

Craufurd n'hésita pas à revenir à Paris à la fin de décembre 1791. Mme Sullivan, plus compromise encore par ses liens avec Fersen, l'accompagna. Fersen avait chargé Craufurd de transmettre à la reine des renseignements précis, de s'éclairer sur les intentions véritables du roi quant à un nouveau projet de fuite et de lui communiquer les renseignements d'Angleterre. Le lendemain de son arrivée, il fut reçu par la reine chez laquelle il s'introduisit par l'entrée particulière qui servait à Fersen. Il la revit souvent, soit chez elle, soit chez la princesse de Lamballe, qui habitait le pavillon de Flore, mais il a gardé le secret de ses entretiens et n'a noté que quelques souvenirs, sans parler de Fersen avec lequel il s'était alors brouillé .
Un jour, la reine lui montra une lettre fort affectueuse de l'empereur François II et lui dit :
" Mon neveu ne pouvait pas m'écrire autrement. Mais je ne l'ai jamais vu : à peine même ai-je connu son père. Mon frère Joseph, voilà celui qui était véritablement mon ami. Il m'aimait tendrement. Sa mort est un grand malheur pour son pays et pour moi ."

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Ven 19 Fév 2016, 19:33

La nuit, la neige a écrit:


Idea Je découvre aussi qu'Emile Dard a écrit un article sur les relations entre Napoléon et Fersen.
L'un des chapitres de cet autre livre, apparemment :


Ah bien, écoute, je viens justement de lire tous les détails de la rencontre Fersen / Bonaparte ( elle fut houleuse ) dans la biographie de Fersen par Herman Lindqvist . Very Happy

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Dim 21 Fév 2016, 12:42

Cependant Fersen était résolu à se rendre lui-même secrètement à Paris, bien que la reine le lui déconseillât, car il avait été mis en accusation avec les complices de la fuite de Varennes et n'avait pas été compris dans l'amnistie.   Il devait porter à Louis XVI un mémoire de Gustave III, tenter d'organiser une nouvelle fuite de la famille royale, et surtout contrecarrer l'influence que les constitutionnels exerçaient alors sur la reine et que sa correspondance avec Barnave, récemment publiée, a mise en lumière.  
Sans prévenir Craufurd, il quitta Bruxelles le 11 février, accompagné seulement de son ordonnance Reuterswärd, avec un faux nom et des passeports de courrier diplomatique suédois pour le Portugal.  Arrivé à Paris le 13 en fin de journée, il se rendit aussitôt chez Goguelat, qui serait de secrétaire privé à la reine et avait été mis dans le secret; de là aux Tuileries . Dans son journal se trouve ce passage :
" Allé chez elle, passé par mon chemin ordinaire, peur des gardes nationaux; son logement à merveille  ( resté là )."
Les deux derniers mots ont été effacés postérieurement, mais on peut, parait-il, les deviner sous la rature. Il ressort du Journal que Fersen resta bien de 7 heures du soir, le 13, jusqu'à six heures du soir le 14, dans l'appartement de la reine dont il lui était d'ailleurs impossible de bouger, et ne vit le roi qu'en en sortant .  Il s'entretint alors pendant trois heures avec les deux souverains, qu'il n'avait pas revus depuis la nuit du 20 juin.  On revint sur les souvenirs de cette nuit fatale. Le roi refusa de partir de nouveau.  A neuf heures et demie, Fersen prit congé, annonçant qu'il ferait une pointe vers l'Espagne, jusqu'à Orléans ou Tours, et repasserait vers Paris. Mais il ne revint pas aux Tuileries.


Ensuite Emile Dard reprend tous les détails donnés par Fersen dans son Journal, et comme je suis très paresseuse  ...
 
...   tenez, les voici de la plume même de l'intéressé :





_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Dim 21 Fév 2016, 14:28

Ainsi Fersen avait cette fois caché ses rapports avec Mme Sullivan non seulement à Craufurd mais à la reine, qu'il ne devait jamais revoir. Dans la lettre officielle qu'il écrivit pour le roi de Suède il dit aussi qu'en sortant des Tuileries, il voyagea jusqu'à Tours et revint par Fontainebleau; il cache également qu'il a passé vingt-quatre heures chez la reine avant de voir le roi. Il semble n'avoir dit la vérité qu'à sa soeur Sophie, car celle-ci lui écrit, le 3 avril :
"Vous n'avez pas besoin de vous justifier avec moi au sujet de la Craufurd. Le voyage que vous avez fait et les soins auxquels vous avez voué votre vie, si dignes de vous et de l'honneur, m'en disent plus que toutes vos assurances. Mon Dieu, à quels dangers vous vous êtes exposé; je n'ose y penser ."

La nuit et toute la journée du 14 février 1792, passées par Fersen aux Tuileries sans voir le roi ont naturellement été exploitées contre la vertu de la reine. Mais on peut fort bien, comme on l'a déjà dit, les expliquer par un souci de sécurité en raison de la surveillance incessante dont la reine était l'objet. Quant à la lettre du 3 avril de la comtesse Piper, elle paraît confirmer l'opinion que nous avons émise sur la pureté des liens qui unissaient la reine et son chevalier.

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Lun 22 Fév 2016, 09:23

Tandis que Fersen retournait à Bruxelles, Craufurd et Mme Sullivan prolongèrent encore quelques semaines leur séjour à Paris.  Fersen estimait que Craufurd était déjà trop suspect pour être employé à un nouveau projet de fuite.  Cependant, d'après le ministre d'Amérique Gouverneur Morris, Craufurd aurait proposé à la reine, d'accord avec le roi d'Angleterre, de partir seule avec le dauphin : elle refusa. Quand la guerre fut déclarée à l'Autriche, le 20 avril 1792, le ménage Craufurd décida son départ.
Les Jacobins, accusant la reine d'adultère et de trahison, demandaient qu'elle fût séparée du roi et mise au couvent, la tête rasée.  Vergniaud déclarait à la tribune que le roi seul était inviolable.  Craufurd en avertit aussitôt Fersen.   A la fin d'avril, il rejoignit Bruxelles avec Mme Sullivan, sans incident .

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Mar 23 Fév 2016, 10:38

D'après une note de la police française, Craufurd quitta la rue de Clichy sans laisser d'adresse à ses gens, ni à ses voisins. Une Italienne, Mme Toscani, parente ou amie de Mme Sullivan, resta pour garder la maison. D'accord avec Mme Sullivan, elle devait servir d'intermédiaire pour la correspondance secrète de Fersen avec la reine. Les lettres étaient dissimulées dans des boites de biscottes, dans des paquets de thé ou de chocolat, dans la doublure d'un vêtement. En relations suivies avec Jarjayes et Goguelat, Mme Sullivan laissa ignorer cet arrangement à Craufurd, qu'elle jugeait trop timoré; les envois étaient adressés à son nom. C'est ainsi que les dernières lettres échangées entre Fersen et Marie-Antoinette parvinrent par l'entremise de Mme Toscani.

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Mer 24 Fév 2016, 12:38

Fersen et Craufurd, qui ne devaient plus revoir la reine, se retrouvèrent à Bruxelles, au printemps de 1792, auprès de Mme Sullivan. Pendant plusieurs années, ils vont devenir un trio d'inséparables . D'abord pour sauver la vie du roi et de la reine, dont ils sont les derniers fidèles, car chacun les abandonne dans leur détresse. Les émigrés, groupés autour des frères du roi et de Condé, oublient ou même trahissent leurs souverains qui ne sont plus qu'un embarras pour la cause de la monarchie et une gène pour le retour des privilèges .  
Après l'assassinat de Gustave III, le gouvernement suédois change de politique. Indifférent à la vie d'une archiduchesse, le gouvernement autrichien ne pense qu'à profiter des circonstances pour abaisser la France et même pour annexer l'Alsace ou la Flandre française.  Le cercle se rétrécit autour de ce Suédois, de cet Anglais et de cette Italienne, qui seuls se dévouent corps et âme pour sauver le roi et la reine de France.   Breteuil représentant officieux de Louis XVI, et sa fille Mme de Matignon, le vieux Simolin sont leurs derniers intimes, car l'ambassadeur d'Autriche, Mercy-Argenteau, se dérobe de plus en plus .
Après la mort de Louis XVI et de Marie-Antoinette, leurs trois fidèles, liés par le souvenir, ne pourront plus se quitter; Mme Sullivan retiendra auprès d'elle Craufurd et Fersen; pour dénouer leur drame intime, la belle Eléonore devra, après bien des hésitations, choisir entre eux.

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Comtesse Diane le Mer 24 Fév 2016, 13:10

Bien que complexe, ce lien est fort et indestructible !

_________________
avatar
Comtesse Diane

Messages : 5696
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : TOURAINE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Mer 24 Fév 2016, 20:26

Le 10 août 1792, tandis que la monarchie sombrait, Fersen écrivait à la reine, qui ne reçut jamais sa lettre, que Craufurd et lui étaient prêts à se rendre à Londres, car seul le gouvernement anglais pouvait encore intervenir à Paris pour sauver la vie de la famille royale : " Mon inquiétude pour vous est extrême; je n'ai pas un moment de tranquillité et je n'ai de consolation que de voir mes inquiétudes partagées par Craufurd, qui n'est occupé que de vous et des moyens de vous servir. " Il ne nomme pas Mme Sullivan. Mais dans son journal , il déclare que c'est elle la plus émue, la plus agissante. Le péril du roi et de la reine l'obsède. Elle ne cesse de s'en occuper; elle en est malade d'inquiétude. Elle veut qu'on agisse sans délai en Angleterre pour sauver leur vie. Il faut qu'ils s'échappent avant l'arrivée des troupes françaises. Elle persuade Fersen, triomphe des objections de Breteuil, parle à Simolin.

Eléonore semble être un clone de Fersen au féminin ! Shocked

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Jeu 25 Fév 2016, 10:05

Craufurd, pressé par elle, consent à partir. Mais il ne faut pas que ce soit un Anglais qui parle, en son propre nom, à Londres. Quant à Fersen, il n'est pas sûr de son gouvernement, depuis la mort de Gustave III.
On décide donc d'envoyer à Londres l'évêque de Pamiers, Mgr d'Agoult, qui a la confiance de Louis XVI. L'évêque part, mais Pitt se dérobe . La royauté s'effondre dans le sang et les portes du Temple se referment sur les prisonniers. A Bruxelles, Mme Sullivan assiste au service funèbre pour les victimes de septembre. " Pauvre femme, écrit Fersen, elle y a bien pleuré et en a été malade toute la journée. "
A la tête de l'armée prussienne, le duc de Brunswick était le dernier espoir. Après la canonnade de Valmy, il bat en retraite. Dans les premiers jours de novembre, on entend le canon de l'armée de Dumouriez tonner aux portes de Bruxelles. Grand émoi dans le salon de Mme Sullivan.


Rien ne va plus, les amis, on est mal ! Smileàè-è\':

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Majesté le Jeu 25 Fév 2016, 10:09

Mme de Sabran a écrit:Rien ne va plus, les amis, on est mal ! Smileàè-è\':

Les jeux sont-ils faits? Shocked :


Bien à vous.

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin
avatar
Majesté

Messages : 11857
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 40
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Jeu 25 Fév 2016, 16:29

Ah la la, comme tu dis ! Hop!

Tout le monde fuit. Le trio s'arrange pour partir ensemble vers Düsseldorf. Dans l'affolement général, c'est Mme Sullivan qui montre le plus de sang-froid; elle pense à emporter les papiers confiés par la reine à Fersen, sa correspondance avec Barnave. A Düsseldorf, le 23 janvier 1793, Fersen apprend, dans la chambre de Craufurd, la condamnation à mort de Louis XVI . Il a le coeur déchiré. Mme Sullivan ( qu'il appelle désormais Eléonore dans son journal ) est seule à la consoler. " Sans elle, dit-il, je serais mort de douleur."
Il écrit alors à sa soeur Sophie qu'il eût voulu donner sa vie pour le roi et pour la reine, que Mme Sullivan ne cessait de l'y pousser, et qu'il ne l'eût pas aimée si elle n'eût pas montré de tels sentiments, mais que l'attachement d'Eléonore ne suffit pas à le consoler de la mort du roi et de la reine.

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Jeu 25 Fév 2016, 19:23

C'est à ce moment-là que Fersen, dans l'effondrement de toute sa vie passée, commence à considérer Eléonore comme son ultime refuge, car on ne badine pas avec l'amour. Cette femme qui, d'abord, n'a été pour lui qu'une distraction, un moyen, peut-être accepté ou indiqué par la reine elle-même, pour tromper l'opinion, un paravent pour masquer un plus grand amour menacé, voici qu'il commence à l'aimer ou plutôt à aimer le souvenir de la reine, qu'elle conserve aussi fidèlement que lui .

En somme, en Eléonore, c'est le souvenir de Marie-Antoinette qu'il recherche inlassablement, et caresse .

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Reinette le Ven 26 Fév 2016, 04:32

C'est génial !!!:n,,;::::!!!:
avatar
Reinette

Messages : 8431
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 37
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Ven 26 Fév 2016, 15:26

Le 26 janvier, il apprend l'exécution de Louis XVI et en même temps une nouvelle fausse, le massacre de toute la famille royale. " Éléonore, écrit-il, pleurait; j'étais au désespoir de ne pouvoir être tout seul avec elle et pleurer, mais nous n'étions jamais seuls. Ah ! combien je sentais que j'aimais "elle" ( la reine) et combien je souffris. " Et le lendemain : " Éléonore pleura beaucoup et j'étais au désespoir de devoir me contraindre."
Après la mort de Louis XVI, Fersen espéra que la reine pouvait encore être sauvée. Craufurd et Mme Sullivan formaient toujours sa société habituelle et il n'en voulait point d'autre .  " Nous ne parlons que d'"elle", écrit-il à sa sœur, des moyens de pouvoir la sauver et nous ne faisons que nous affliger et pleurer sur son sort. "


Assez pleuré, mon gars.   Ho ! on se secoue !!!    

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Majesté le Ven 26 Fév 2016, 15:39

Mme de Sabran a écrit:Assez pleuré, mon gars.   Ho ! on se secoue !!!    

Je ne sais si c'est cela qu'il lui faut se secouer... : boudoi26


Bien à vous.


Dernière édition par Majesté le Ven 26 Fév 2016, 17:37, édité 1 fois

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin
avatar
Majesté

Messages : 11857
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 40
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Comtesse Diane le Ven 26 Fév 2016, 17:25

Majesté a écrit:
Mme de Sabran a écrit:Assez pleuré, mon gars.   Ho ! on se secoue !!!    

Je ne sais si c'est cela qu'il lui faut se secouer... : boudoi26


... Majesté ... vous déconnez ... ?  : : :

( )

_________________
avatar
Comtesse Diane

Messages : 5696
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : TOURAINE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Ven 26 Fév 2016, 19:37

Il est bouleversé, malade, regrette d'avoir trop demandé à la vie, d'avoir quitté les rochers et les sapins de son pays natal. Le régent de Suède considère sa mission à Bruxelles comme terminée et voudrait le nommer ministre à Londres : " Ce fut pour moi un coup de foudre; je me voyais obligé de quitter Eléonore et de m'éloigner d'"elle" ( la reine ) ... J'en parlai à Eléonore; elle en fut affligée comme moi."  Il refusa.   Sa tristesse était profonde et redoubla quand il fut question d'un départ de Crafurd pour l'Angleterre emmenant Eléonore, dont il ne peut lui aussi se passer; ils iraient ensuite en Italie.   Sans Eléonore, Fersen serait livré tout entier à sa douleur. A qui pourrait-il parler de la reine ?
Mais voici que l'horizon s'éclaire et qu'il reprend espoir. Dumouriez vient de s'entendre avec le prince de Cobourg.  Son armée de 50 000 hommes marchera sur Paris. La reine et le dauphin seront délivrés.

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Dim 28 Fév 2016, 18:28

Il voit déjà Marie-Antoinette à Versailles " où l'on chauffe les appartements " . Si Louis XVII règne, la reine sera régente. A ce moment, le régent de Suède constitue Fersen ambassadeur près de Louis XVII. Et Fersen, qui n'était pas seulement un amoureux mais un ambitieux, se voit devenir ambassadeur à Paris à la place de Staël. On le croit le père du petit roi. Il sera le conseiller de sa mère régente et forme déjà des plans politiques pour s'opposer à ceux de l'ambassadeur Mercy-Argenteau, qui voudrait reprendre son ancienne importance. L'armée française recule; Fersen conseille une marche hardie et prompte sur Paris.
Mais l'armée française ne suit pas Dumouriez. Celui-ci passe à l'ennemi. Les plans autrichiens fondés sur la trahison, s'écroulent. Cependant les troupes autrichiennes avancent Le 20 avril, Fersen rentre à Bruxelles évacué par les Français. Craufurd et Mme Sullivan le suivent toujours. Mayence capitule. Fersen rédige des notes pour la reine afin de la guider dès qu'elle aura quitté sa prison pour le trône.
Ce ne sont là que des chimères. Le 14 août, la reine est transférée du Temple à la Conciergerie et Fersen impuissant se sent partagé " entre la douleur et la rage ".


Mais il a encore une botte secrète ...

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Reinette le Dim 28 Fév 2016, 21:39

Ce passage confirme au centuple mon (loooonnnnng) message d'aujourd'hui ! Shocked
Tu ne pouvais pas trouver mieux !
avatar
Reinette

Messages : 8431
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 37
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Mme de Sabran le Dim 28 Fév 2016, 21:46

Je cite Emile Dard au fil des pages, tout simplement, depuis le début de ce sujet ( et scrupuleusement, tu vois ! Wink )
Fersen anticipe les situations, à longueur de temps, et là encore. Entre nous, comment pourrait-il envisager que Mercy ( qui a prouvé sa félonie, ou à tout le moins son indifférence ) reste auprès de Marie-Antoinette à jouer son double jeu ?

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Reinette le Dim 28 Fév 2016, 21:51

Oui en effet, comme je l'ai souligné, les deux hommes avaient de quoi profondément se détester.
Je pense que Fersen a dû avoir envie de casser la g... à Mercy.
J'aurais bien aimé qu'il le fasse... :n,,;::::!!!:
avatar
Reinette

Messages : 8431
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 37
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un rival de Fersen, Quintin Craufurd

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum