Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Mer 02 Mar 2016, 11:28

La nuit, la neige a écrit:
Mme de Sabran a écrit:Totor n'est pas du XVIIIème  
... une petite dérogation pour son Vésuve à lui, me permets-tu ?!!

Bon !  : C'est accepté...

Ah ! Ah ! Very Happy J'ai trouvé un autre auteur très impressionné par le Vésuve, et cette fois, je suis bien calée dans la fin du XVIIIème siècle ...
C'est un poème encore, mais très très en-dessous de celui d'Hugo .
Ce n'est pas grave, je le posterai quand même !

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25712
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Mer 02 Mar 2016, 14:20

Le voici, le voilà !  :n,,;::::!!!:

de Charles-Julien Lioult de Chênedollé
( toi qui aimes les noms à courants d'air, celui-ci me plaît beaucoup !  Wink  )


;


Le Vésuve

Au bord de la mer écumante,
Vois ce mont, de l'Etna rival audacieux,
Qui, géant redouté, de sa tête fumante
Va toucher et noircir les cieux .

Sous ses voûtes demi brisées,
Dans ses vieux arsenaux, par Vulcain habités,
Il couve l'incendie aux ailes embrasées,
Et la ruine des cités .

Du sein de sa prison profonde,
S'il jette un premier cri, signal de sa fureur,
Le sol tremble, la mer sent frissonner son onde,
Et Naples attend dans la terreur.

Habitants des terres prochaines,
Fuyez ce mont brûlant qui lance le trépas !
Le Vésuve a brisé sa barrière et ses chaînes,
Et ses laves sont sur vos pas.

Le volcan court, passe et ravage:
La lave, qui s'avance en créant des déserts,
De ses vagues de feu, brusque effroi du rivage,
Va heurter la vague des mers.

Du volcan, tout est la conquête :
Les forêts, les moissons, les palais et les tours,
Engloutis dans les flots de l'ardente tempête,
Y disparaissent pour toujours .

Mais, ô facile insouciance !
O faiblesse de l'homme !  ô prompt oubli des maux !
A peine le volcan a repris son silence,
Que l'homme reprend son repos.

Ses terreurs font place à la joie;
Et le Napolitain, en ces lieux dévastés,
Sur ses palais détruits, du feu récente proie,
Se jette aux bras des voluptés
.

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25712
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Jeu 03 Mar 2016, 12:36

Un petit aparté sur Charles-Julien Lioult de Chênedollé,
que nous connaissons très peu, en fait . ( enfin moi ... )
Il est né à Vire, le 4 novembre 1769 et mort le 2 décembre 1833 au château du Coisel à Burcy (Calvados) . En 1791, il émigre pour combattre dans l’armée de Condé . Plus tard, rencontre Rivarol dont il a rapporté la brillante conversation à laquelle celui-ci le tint suspendu « avec des chaînes d’or » deux années durant. Vers la fin de 1797, il rend visite dans sa retraite de Coppet à Germaine de Staël qui le fera rayer de la liste des émigrés.

De retour à Paris en 1799, il rencontre Chateaubriand et sa sœur Lucile à qui il s’est profondément attaché et dont il demande la main, sans succès. Il rencontrait tous les jours Joubert, Fontanes, Molé, Pasquier dans le salon de Pauline de Beaumont. À la mort de Lucile de Chateaubriand en 1804, Chênedollé retourne en Normandie où il épouse Aimée de Banville le 4 juin 1810, à Vire. Il est nommé, la même année, professeur de littérature à Rouen avant de devenir inspecteur de l’académie de Caen (1812-1832).


https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles-Julien_Lioult_de_Ch%C3%AAnedoll%C3%A9

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25712
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Ven 04 Mar 2016, 22:23



Vue sur le Vésuve, d'une terrasse du palais royal de Caserte près de Naples by Salvatore Fergola .
( Dommage que l'on ne distingue pas davantage le volcan, tout là-bas dans la brume ... )  

..............

Le Vésuve, superstitions et Saint-Janvier, par Gorani :




_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25712
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Dim 06 Mar 2016, 16:38

Comme si Marie-Caroline n'avait pas suffisamment de problèmes, ;;;;;;  
voilà que le Vésuve s'y met aussi !!!
Lord Hamilton observe et commente :


_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25712
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Dim 06 Mar 2016, 22:57

;
Enfin tout de même   ,  nous pouvons admirer le flegme bien britannique de Lord Holland, car ce 8 août est pourtant resté gravé dans les tablettes comme l'une des plus belles colères du volcan :

La ville de Naples fut témoin d’une des plus fortes éruptions du Mont Vésuve, dont l’histoire fasse mention : le sommet de la montagne s’ouvrit du côté de Somma ; on vit sortir, d’une bouche immense, une effrayante colonne de matières fluides, de flammes et de pierres enflammées, dont l’ensemble formait une colonne de feu qui s’élevait à la hauteur de plus de trois mille toises. Quoique la fumée fût dirigée par le vent, sur Ottojano, elle semblait couvrir Naples.

En un instant, le Vésuve entier parut n’être qu’un globe enflammé ; des coups de foudre partirent en tous sens de la colonne de feu ; des pierres, dont quelques-unes avaient dix pieds de circonférence, élevées par la force du volcan, tombaient dans la vallée de Somma, qui en était jonchée. Les broussailles de cette vallée, et les bois d’Ottojano, s’enflammèrent. Le chemin de Portici était couvert par les habitants de Résina, de Torre di Greco et de l’Anonziata , chargés de tout ce qu’ils pouvaient emporter.

Cette étonnante convulsion ne dura que vingt-cinq minutes, pendant lesquelles la ville d’Ottojano fut réduite en cendres, et la plaine fertile de Cacisbella, transformée en un amas de pierres et de matières sulfureuses.


http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article6220

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25712
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Lun 07 Mar 2016, 08:46

Marie-Thérèse à Marie-Antoinette ...  
La populace horrible et fanatique est bien plus à craindre que le volcan ...


_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25712
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Lun 07 Mar 2016, 18:26

La nuit, la neige a écrit:Ainsi donc William Hamilton (1730 - 1803)
Nous en avons déjà parlé ici à de nombreuses occasions... Wink


Et je te propose de recommencer !   : : :



Lord William Douglas Hamilton (1730-1803) fut ambassadeur du roi d’Angleterre à la cour de Naples de 1764 à 1800.

William Hamilton




Diplomate, musicien, archéologue, antiquaire, il fut aussi un volcanologue passionné du Vésuve. Il le gravit une soixantaine de fois, même en pleine éruption et au péril de sa vie et de celle de son guide Bartolomeo Pumo, "le Cyclope du Volcan". Il relata avec force notes de terrain et croquis l'activité du volcan, interviewa les fermiers locaux et les personnes qui grimpaient le volcan, collecta des roches pour les envoyer en Angleterre.






Campi-Phlegraei-Observations-on-the-volcanoes-of-two-sicili.jpg

Dans sa correspondance avec la Royal Society de Londres et dans un livre qui fera date : " Campi Phlegraei, Observations on the volcanoes of the two Sicilies ", illustré de gravures de son artiste attitré Pietro Fabris, il décrit les éruptions du Vésuve de 1776 à 1794, l’évolution de son cratère, mais aussi les Champs Phlégréens, le sommet de l’Etna et les îles Eoliennes.




Vesuve---Leruption-de-1760---P.Fabris.JPG

                                   Pietro Fabris, L'éruption du Vésuve en 1760
               William Hamilton, Campi Phlegraei ou Observations sur les volcans des Deux Siciles,
                                                Naples, 1776-1779, planche XII.


A Pompéï, il assiste aux fouilles et à l’exhumation de victimes du volcan … et remarque qu’en fonction de la répartition de taille et de poids des ponces, on peut retrouver l’endroit dont elles ont été émises. Il annonce ainsi, le premier, que le volcan qui a anéanti Herculanum et Pompéï en 79 était, non le Vésuve proprement dit, mais la montagne qui l’enserre au nord, le Monte Somma.





P.Fabris---Pompeii.jpg                            Pietro Fabris, Découverte du temple d'Isis, à Pompéi
            William Hamilton, Campi Phlegraei ou Observations sur les volcans des Deux Siciles,
                                          Naples, 1776-1779, planche XXXXI



On lui doit de nombreuses observations, qui nous paraissent aujourd’hui évidentes :

- le foyer des volcans n’est pas superficiel, mais profond

- il distingue deux sortes d’épanchements laviques : "ceux qui ont l’aspect de câbles pétrifiés (les laves cordées) et ceux qui ressemblent à la Tamise en hiver,quand le fleuve emporte au dégel des plaques de neige et des glaçons " (les laves scoriacées)

- il note la présence de colonnades de basalte sur des carrières ouvertes dans les coulées durcies et en conclut que partout où on retrouve ces formations, il y a eu du volcanisme.

- observant les explosions du Vésuve, il affirme que les panaches de cendres en pin parasol sont dus au contact de la lave brûlante avec l’eau : première définition de l’hydromagmatisme.

- il pointe les dangers des poussières volcaniques saupoudrées sur les pâturages pour le bétail, et ceux des gaz des "mofettes" qui tuent par asphyxie, comme dans la grotte du Chien des Champs Phlégréens.

- il conseillera de nettoyer au fur et à mesure les cendres qui tombent sur les toits de Naples, pour éviter leur effondrement.





                                Pietro Fabris, Evolution du cratère du Vésuve en 1767
                William Hamilton, Campi Phlegraei ou Observations sur les volcans des Deux Siciles,
                                                        Naples, 1776-1779, planche II


Cette série de croquis montre avec précision la croissance d'un cône de cendres (cinder cone), résultant d'une éruption strombolienne ayant eu lieu en 1767  (dessin n°1 : le 8/7 - n°2 : le 25/7 - n°3 : le 6/8 - n°4 : le 17/8 - n°5 : le 3/9 et n°6 : 18/10). Le dernier croquis fut pris la veille d'une grande éruption.
Hamilton avait noté :" je constate que cette petite montagne grandit... il n'y a pas de doute, l'ensemble du Vésuve a grandi de cette façon".






1 : Pietro Fabris, La grande éruption du Vésuve en 1779, le soir
William Hamilton, Campi Phlegraei ou Observations sur les volcans des Deux Siciles, Naples, 1776-1779, planche II du Supplément


2  :Pietro Fabris, La grande éruption du Vésuve en 1779, le matin
William Hamilton, Campi Phlegraei ou Observations sur les volcans des Deux Siciles, Naples, 1776-1779, planche III du Supplément



On dénote dans ces deux images à la fois la finesse du peintre et les talents d'observateur de Lord Hamilton.
Le 8 août 1779   : durant une éruption plinienne, une fontaine de lave atteignit 4000 m. au dessus du cratère; le nuage de cendres éruptives est parcouru d'éclairs et des tephras retombent sur le Monte Somma.

Le matin du 9 août 1779, l'éruption plinienne se poursuit. La colonne éruptive est principalement blanche, indiquant une diminution de la quantité de tephras. Des bombes sont encore éjectées et leur trajectoire parabolique notée ... elle terminent entre le cône et le Monte Somma, dans la Valle del Inferno.



Il réussira à prévoir deux éruptions du Vésuve quelques jours à l’avance, en se basant sur le nombre de séismes, qui va croissant avant un réveil du volcan, et sur l’assèchement des puits. Il annoncera même l’endroit de l’éruption : la lave va sortir à un endroit sur la flanc du cône où la neige ne tient pas en hiver.




P.Fabris-1771---pl38-Hamilton.JPGPietro Fabris, Le roi et la reine de Naples visitent les lieux de l'éruption de 1771 accompagnés par sir William. (On remarque un peintre et son chevalet, en bas à gauche ... Pietro Fabris)
                 William Hamilton, Campi Phlegraei ou Observations sur les volcans des Deux Siciles,
                                    Naples, 1776-1779, planche XXXVIII



Ses écrits auront une grande influence sur les érudits de l’époque, nombreux à fréquenter la cour de Naples.

Préoccupé par les risques que fait courir le volcan aux hommes et à leurs biens, il va conseiller au roi et à la cour de quitter leur palais de Portici menacé par les coulées de lave.




Sources :
- "Les fureurs du Vésuve, ou l’autre passion de Lord Hamilton" - Ed. Découvertes Gallimard , qui reprend l'original de W.Hamilton.

- Les Feux de la Terre, Histoires de volcans - par M. Krafft / Ed. Découvertes Gallimard

- Oracle - The Campi Phlegraei (written by Lord Hamilton)

http://www.earth-of-fire.com/article-petite-s-histoire-s-de-la-volcanologie-6-le-18-siecle-et-les-premiers-volcanologues-lord-hamil-111723422.html

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25712
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Mar 08 Mar 2016, 12:12

De l'influence du Vésuve sur la sexualité ! ;;;;;;;;
Sade et le Vésuve

Le corps dans le monde: récits et espaces sadiens

Par Mladen Kozul






_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25712
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par La nuit, la neige le Mar 08 Mar 2016, 19:45

.... :

Lorsque j'aurai un peu plus de temps, je recopierai quelques extraits de la description de Naples (ou plutôt des Napolitains) par le marquis de Sade, à l'occasion de son voyage de 1776
Il n'y va pas avec le dos de la cuillère... Suspect Laughing

C'est avec douleur, j'en conviens, qu'on voit le plus beau pays de l'univers habité par l'espèce la plus abrutie.

Etc, etc... boudoi32
avatar
La nuit, la neige

Messages : 8499
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Mar 08 Mar 2016, 19:50

La nuit, la neige a écrit:.... :

Il n'y va pas avec le dos de la cuillère... Suspect Laughing


De sa part, je m'attends au pire ...

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25712
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Mer 09 Mar 2016, 16:17

;

Oui, les Napolitains ont le sang chaud ! :
Parfois ils sont en boule contre Saint Janvier et attaquent sa statue !!!


_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25712
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Jeu 10 Mar 2016, 16:17

...   des laves du Vésuve aux glaces de la Russie,   Very Happy    ;;;;;;;
le prince de Ligne à un jeune ami qui va voyager chez Catherine ...



https://books.google.fr/books?id=bZQBAAAAMAAJ&pg=PA175&lpg=PA175&dq=prince+de+ligne+v%C3%A9suve&source=bl&ots=8XBR-09v1j&sig=LQDwBzfvcTjY8ICa8h-Q2kYrdIE&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi44OW2srbLAhUBDxoKHYwQB-IQ6AEINDAE#v=onepage&q=prince%20de%20ligne%20v%C3%A9suve&f=false

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25712
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Dim 13 Mar 2016, 10:02

...   toujours le prince de Ligne ;;;;;;



_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25712
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Mer 16 Mar 2016, 22:02

.

Sur Arte, samedi soir : Volcans assoupis
Lequel d'entre nous n'a pas, au fond de lui, un volcan qui sommeille ?


Des géants sous haute surveillance

Si les éruptions sont rares, elles peuvent aujourd'hui encore modifier le cours de l'histoire et menacer des civilisations entières. Un passionnant périple volcanique autour du monde .


Je serais très étonnée que l'émission ne jette pas un coup d'oeil du côté de notre Vésuve . Wink

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25712
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par La nuit, la neige le Mer 16 Mar 2016, 22:32

Merci.
Oui, le Vésuve, très certainement. Very Happy

Les éruptions sont rares, disent-ils, mais pas tant que ça au XVIIIè siècle : le Vésuve n'était alors guère assoupi. :!,,,!!!:
avatar
La nuit, la neige

Messages : 8499
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Mer 16 Mar 2016, 23:12

La nuit, la neige a écrit:Merci.
Oui, le Vésuve, très certainement. Very Happy

Les éruptions sont rares, disent-ils, mais pas tant que ça au XVIIIè siècle : le Vésuve n'était alors guère assoupi. :!,,,!!!:

C'est bien vrai ! Marie Caroline écrivant au marquis de Grallo l'énumération des malheurs de son règne signale deux éruptions affreuses du Vésuve, dont une a ruiné un des plus riches pays.
Tiens, je vais poster cette lettre dans le sujet adéquat !

Et hop !

http://marie-antoinette.forumactif.org/t622p75-la-reine-marie-caroline#72822

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25712
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Lun 13 Juin 2016, 15:34

Le Vésuve    que nous devinons dans le lointain, par la fenêtre ouverte, derrière Nazone, ne semble pas inquiéter outre mesure Marie Caroline et sa petite famille ! Very Happy



Ecole Napolitaine de la fin du XVIIIe siècle

FERDINAND IV, ROI DE NAPLES ET SA FAMILLE DANS UN INTÉRIEUR, LE VÉSUVE EN ARRIÈRE PLAN
NEAPOLITAN SCHOOL, LATE 18TH CENTURY ; FERDINAND IV AND HIS FAMILY, THE VÉSUVE ON THE BACKGROUND ; OIL ON PANEL  THE ENGLISH VERSION OF THIS NOTICE IS AVAILABLE ON THE E-CATALOGUE.


http://www.sothebys.com/fr/auctions/ecatalogue/2015/collection-histoire-famille-france-pf1531/lot.169.html

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25712
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Jeu 08 Sep 2016, 16:43

.
De l'influence du Vésuve  ( si si !!!   Very Happy    ) sur la fabrication de la corbeille de mariage de Marie Antoinette !
...  oui, n'est ce pas,  cela surprend ...   geek

Les frères Adam ont visité Herculanum et Pompéi, et cela affecte leur interprétation de l’Antiquité, qui dépend alors moins de la forme que de l’ornement, comme la clé grecque, les frises de postes ou les motifs de palmettes et d’entrelacs. Les deux frères réalisent des esquisses de ces villes vésuviennes nouvellement mises au jour qui auraient grandement influencé le vocabulaire artistique de Bélanger et son dessin de corbeille de mariage pour Marie-Antoinette. Very Happy
Bélanger incorpore de nombreux motifs populaires trouvés dans les dessins de mobilier de Robert Adam tels les sphinges, les masques, les trépieds, les feuilles d’acanthe, les rosettes, les festons ainsi que des éléments architecturaux comme des frises, des corniches, des chapiteaux et des pilastres. Un dessin de table conçu par Robert Adam en 1767 (fig. 4) révèle certaines similarités de style et de motifs entre le travail d’Adam et le dessin de Bélanger pour la corbeille. Les pieds gracieusement fuselés de la corbeille, surmontés de chapiteaux et se dressant sur des pointes délicates reliées par un châssis unique, s’inspirent de ce dessin par Adam. Ce modèle figure un système de pieds et de châssis semblables, des objets décoratifs similaires, drapés dans des guirlandes, de même que des motifs de vagues, qui ornent la face frontale du châssis, et des motifs néoclassiques similaires sur la frise.


Robert Adam, Dessin pour une table, 1767, reproduit dans Eileen Harris, The Furniture of Robert Adam, Londres, A. Tiranti, 1963, planche 14.



https://crcv.revues.org/13561

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25712
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par La nuit, la neige le Jeu 08 Sep 2016, 19:33

Mme de Sabran a écrit:.
Les deux frères réalisent des esquisses de ces villes vésuviennes nouvellement mises au jour qui auraient grandement influencé le vocabulaire artistique de Bélanger et son dessin de corbeille de mariage pour Marie-Antoinette.
Eh bien, ce Bélanger a eu une excellente idée ! :\\\\\\\\:

Idea La corbeille de mariage de Marie-Antoinette, c'est ici : http://marie-antoinette.forumactif.org/t2881-la-corbeille-de-mariage-de-la-dauphine-en-1770#83620
avatar
La nuit, la neige

Messages : 8499
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Jeu 08 Sep 2016, 19:38

Cela faisait longtemps que nous n'avions pas parlé de notre bon vieux Vésuve, n'est-il pas vrai ?   Very Happy

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25712
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Sam 17 Juin 2017, 19:03

;

Clémentine Portier-Kaltenbach disait hier à Frank Ferrand au sujet du Vésuve ( qui fulmine toujours ) qu'il est une métaphore du caractère de Marie-Caroline .

De fait la dame était vraiment volcanique !

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25712
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Mar 20 Juin 2017, 18:38

Un français va se toquer complètement du Vésuve et le décliner à l'envi,   c'est Pierre-Jacques Volaire, dit parfois Jacques-Antoine Volaire, dit aussi Le chevalier Volaire.
Il est né à Toulon en 1729 et mort en 1799 à Naples.  Il est parfois qualifié de  " peintre de vedute " .

WIKI dis-nous tout !  

Issu d'une grande famille de peintres de Toulon (son grand-père Jean Volaire était peintre décorateur à l'arsenal, son père Jacques Volaire peintre officiel de la ville), Pierre-Jacques Volaire devient en 1754 et jusqu'en 1762, le collaborateur de Claude Joseph Vernet pour sa série des Ports de France. L'influence de Vernet marquera une partie de la production de Volaire, en particulier ses marines.

En 1762 Volaire s'établit à Rome, y devient membre de l'Académie de Saint-Luc et chevalier. Mais la concurrence sur le marché de l'art le détermine à s'installer à Naples en 1767, où il demeurera désormais.
Il se fait une spécialité des représentations du Vésuve en éruption. Le volcan est alors en pleine activité et Naples attire les voyageurs du « Grand Tour » (Anglais, Français, Allemands, Russes) qui constituent la clientèle de l'artiste. Volaire déclinera les éruptions du volcan à partir de différents points de vue et dans des formats différents.
Le succès de ses tableaux encourage la concurrence chez des peintres comme Jacob Philipp Hackert, Wütky, Joseph Wright of Derby ou Pietro Antoniani, et inspire à la fin du XVIIII siècle les gouaches napolitaines de Pietro Fabris, Giovanni Battista Lusieri et Saverio Della Gatta.

Volaire a ainsi inventé un genre de paysage qui n'est déjà plus celui de Vernet, n'est pas non plus néo-classique, mais qui peut se qualifier de pittoresque par le drame et la couleur qui caractérisent les paysages pré-romantiques. Quant au sujet lui-même, l'éruption du volcan, il convenait parfaitement au goût de cette fin du XVIIIème siècle pour les catastrophes naturelles et les grands bouleversements du monde.


Eruptions du Vesuve, Pierre-Jacques Volaire   ( entre autres !!! Very Happy   )
































_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25712
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Comtesse Diane le Mar 20 Juin 2017, 19:16

Eléo, par pitié !!!
Fait p'têt pas assez chaud comme ça que vous nous balanciez toute c'te fournaise ???


_________________
avatar
Comtesse Diane

Messages : 4972
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : TOURAINE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Mar 20 Juin 2017, 19:29

Oups oui, pardon ... Eventaille
Mais c'est que, voyez-vous, je découvre le chevalier de Volaire . Very Happy

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25712
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Vésuve, décrit par les contemporains du XVIIIème siècle

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum