Gustave III et la Cour de France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gustave III et la Cour de France

Message par Mme de Sabran le Lun 07 Mar 2016, 11:08



Gustave III n’avait réussi ni à retenir auprès de lui la jeune noblesse de son royaume ni à rompre le charme qui l’attirait encore lui-même vers la cour de France . Ceux d’entre les jeunes nobles suédois qui ambitionnait sa faveur en cherchant fortune croyaient avec raison que le plus sûr moyen pour arriver à lui plaire était d’avoir passé quelques années à Paris et à Versailles. Précisément un attrait nouveau les y appelait : c’était le gracieux et profitable accueil que leur faisait la jeune reine de France, l’aimable Marie-Antoinette.








La présence d’un grand nombre de brillants étrangers, admis sous le règne de Louis XVI dans l’intimité de la cour, grâce à des présentations que l’étiquette rendait peut-être plus faciles que pour nos Français eux-mêmes, a été un des griefs que la médisance a le plus malignement exploités contre la reine. Alors qu’on la voyait courir au Bois avec le prince de Ligne et le comte d’Esterhazy danser une écossaise avec le jeune lord Strathavon, ou converser au bal de l’Opéra avec Stedingk et Fersen, avec Dillon, avec le prince George de Darmstadt ou le duc de Dorset, la jalousie s’emparait de ces noms et les livrait aux soupçons calomnieux. La moindre accusation était d’être restée Autrichienne. Les conseils de sa mère, auxquels elle accordait beaucoup de respectueuse déférence, ne contribuaient pas à la préserver de ce danger. Il suffit d’avoir parcouru la précieuse correspondance publiée il y a quelques mois à Vienne par M. d’Arneth pour se rappeler ces paroles de Marie-Thérèse à sa fille, si souvent répétées : « Faites accueil aux Allemands, — restez bonne Allemande, — ne vous laissez pas aller à la légèreté française. — Voyez plus souvent Mercy ; ne craignez pas les qu’en dira-t-on. »







Le retour incessant de tels avis prouve que Marie-Antoinette ne les écoutait pas toujours, et il est juste de lui en savoir gré ; mais il est peu vraisemblable qu’elle ait prodigué volontiers dans ses lettres, comme il semblerait d’après certaines correspondances qui lui sont attribuées, ces expressions contraires : « Je suis toute Française, — Française avant d’être Allemande, — Française jusqu’aux ongles. » Parée des naïfs attraits d’une sincère nature germanique, Marie-Antoinette ne semble pas avoir échangé ces dons, qui lui suffisaient pour plaire, contre les charmes différents de notre caractère national ; l’union constante des deux cours de France et d’Autriche lui a paru la condition de leur salut, et elle n’a jamais fait difficulté d’admettre un grand nombre d’étrangers dans l’intimité de Versailles. Lui prêter un sentiment libéral, ardent, exclusif, de nationalité française, serait une de ces fausses vues qu’ont autorisées de récentes publications, suscitées par la généreuse réaction de notre temps en faveur de sa mémoire.

...    à suivre ! :n,,;::::!!!:


http://teaattrianon.blogspot.fr/2016/01/marie-antoinette-in-riding-habit.html

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27813
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave III et la Cour de France

Message par Mme de Sabran le Lun 07 Mar 2016, 12:01

On a déjà vu ( ... ) quelle bonne mine faisaient à la cour de France, pendant les règnes de Louis XIV et de Louis XV, les ambassadeurs suédois. ( ...  ) Ils avaient des mots heureux, comme ce Sparre à qui Louis XV disait, dans un grand dîner, en 1716 : « Monsieur de Sparre, vous n’êtes pas de la même religion que moi ; j’en suis fâché,, j’irai un jour au ciel et je ne vous y trouverai pas. — Pardonnez-moi, sire, répondit l’ambassadeur, le roi mon maître m’a ordonné de vous suivre partout. »

M. de Tessin, son gendre, ambassadeur, de Suède en France, lui aussi, n’était pas moins spirituel, lorsque, rapportant cette réponse dans ses mémoires, en 1757, il ajoutait : « Un mot comme celui-là ne tombe pas à terre dans un pays tel que Versailles ; aussi est-il encore de nos jours en l’air. »


Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27813
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave III et la Cour de France

Message par Calonne le Lun 07 Mar 2016, 15:34

Rappelons le mot prêté à Marie-Antoinette quand on lui faisait remarquer sa prédilection pour certains étrangers :"Que voulez-vous ! C'est que ceux-là ne me demandent rien !"
avatar
Calonne

Messages : 252
Date d'inscription : 01/01/2014
Age : 45
Localisation : Un manoir anglais

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave III et la Cour de France

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum