Datcha de Tourgueniev

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Datcha de Tourgueniev

Message par Nikko de Chissay le Dim 17 Avr 2016, 15:57


Le domaine de la Chaussée appartenait depuis le début du XVIIIe siècle à la famille De Mesmes. L’impératrice Joséphine en fit l’acquisition le 26 mai 1813, puis la duchesse de Saint-Leu (la reine Hortense) en devint propriétaire, jusqu’à sa vente à un parfumeur nommé Bourdonné.

Le 5 novembre 1874, le docteur Ségalas vendait à Yvan Tourgueniev et Pauline Viardot, un domaine de 8 hectares, 21 ares et 39 centiares.

Un an après l’achat, l’écrivain fit construire le chalet. Il appela la propriété « Les Frênes » et y vécu de 1875 au 3 septembre 1883, lorsqu'il rendit son dernier soupir à 2h de l’après-midi.

Vue sur la villa de la famille Viardot. la sœur aînée de Pauline était La Malibran.

_________________
Bientôt reviendra pirouetter dans la volière de Versailles notre petite chouette toute revigorée !  (Merci Lucius)
avatar
Nikko de Chissay

Messages : 280
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 65
Localisation : Ruel en Seine et Oise

Revenir en haut Aller en bas

Re: Datcha de Tourgueniev

Message par Mme de Sabran le Mar 19 Avr 2016, 10:28

Nikko de Chissay a écrit:
Le 5 novembre 1874, le docteur Ségalas vendait à Yvan Tourgeniev et Pauline Viardot, un domaine de 8 hectares, 21 ares et 39 centiares.


Merci, chère Nikko .   Very Happy
Est-ce Pauline Viardot, que Tourgueniev a tellement aimée, qui  lui a inspiré le personnage de Zinaïda  de  Premier Amour?




Pauline Viardot en 1843 ,  portrait par le peintre russe Pyotr Sokolov (1791-1848)



Je trouve particulièrement sensible la préface que André Maurois a écrite pour Premier Amour .
... petit extrait :

Amitié,  amour,  il  avait  éprouvé  ces  sentiments passionnés  qui  donnent  à  l’âme une couleur si particulière que tout de suite, chez l’écrivain comme chez tout homme, on reconnaît à une sorte de générosité celui qui a connu l’amour vrai. Cela est  vrai  de  Stendhal comme  de  Tourgueniev.  D’où  Clélia Conti et Mme de Rênal comme Zinaïda et Irène.
Tourgueniev n’a aucune morale à nous proposer, pas de métaphysique,  pas  de  doctrine philosophique.  Ce  n’est  pas  son  métier.  Il raconte  une  histoire  ;  il  nous  fait  connaître  des  êtres  humains.  Il  nous  offre  le  meilleur  exemple  de  ce  que  peut  être  le  roman pur.  Dans  ses  livres,  nous  trouvons  la  vie  «  comme  elle  est  dans  nos  cœurs, triste, changeante, mystérieuse ». Il a compris le caractère  cruel  de  cette  vie  ;  il  n’a  pas  cherché  à  le  masquer  ;  mais  il  n’a  pas  douté  de  la  nature  humaine.  
L’adolescent  de  Premier  Amour  n’a  jamais  regretté  d’avoir  souffert  par  –  et  pour  –  Zinaïda.  Et  chacun  de  nous ne pourrait-il dire comme lui : « À présent que les ombres  du  soir  commencent  à  envelopper  ma  vie,  que  me reste-t-il de plus frais et de plus cher que le souvenir de cet orage matinal, printanier et fugace ? »

André MAUROIS

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 26305
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Datcha de Tourgueniev

Message par Majesté le Mar 19 Avr 2016, 11:16

Quel voyage romantique au « siècle d'or de la littérature russe » qui a dû connaître les airs d'opéra entonnés par la Malibran et le prestige de la belle-mère de l'Impératrice Eugénie :n,,;::::!!!:


Bien à vous.

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin
avatar
Majesté

Messages : 11621
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 40
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Datcha de Tourgeniev

Message par Nikko de Chissay le Mar 19 Avr 2016, 12:35

Chère Eléonore

J'ai farfouillé dans le livre de 60 pages, rien d'écrit sur Pauline ayant inspiré ce personnage.

Par contre, dans wiki : Ce récit est en partie un roman autobiographique. Entre maints détails personnels, Tourgueniev y laisse par exemple entendre que son père aurait épousé sa mère par intérêt, cette dernière étant en effet une riche héritière.

_________________
Bientôt reviendra pirouetter dans la volière de Versailles notre petite chouette toute revigorée !  (Merci Lucius)
avatar
Nikko de Chissay

Messages : 280
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 65
Localisation : Ruel en Seine et Oise

Revenir en haut Aller en bas

Re: Datcha de Tourgueniev

Message par Mme de Sabran le Mar 19 Avr 2016, 15:13

Nikko de Chissay a écrit:

Par contre, dans wiki : Ce récit est en partie un roman autobiographique. Entre maints détails personnels, Tourgueniev y laisse par exemple entendre que son père aurait épousé sa mère par intérêt, cette dernière étant en effet une riche héritière.

Exactement !     Ecoutons Maurois :

Il peint d’après nature et la description, dans " Premier  Amour ",  de  la  famille  du  héros  est  celle  du  ménage  des  parents  de  l’auteur.  «  Mon  père,  jeune  et  beau garçon, avait fait un mariage de raison. Ma mère, de  dix  ans  plus  vieille  que  lui,  avait  eu  une  existence  fort  triste  :  toujours  inquiète,  jalouse,  taciturne,  elle  n’osait  pas  se  trahir  en  présence  de  son  mari  qu’elle  craignait beaucoup... Et lui, affectait une sévérité froide et distante... »
Dans  la  vie  réelle,  le  père  de  l’écrivain,  Serge Ivanovitch   Tourgueniev,   avait   été   un   officier   de   cuirassiers,   presque   ruiné,
  aux   yeux   bleus   calmes,   énigmatiques,  aux  lèvres  sensuelles  et  ironiques.  Dans un  domaine  voisin  de  la  ville  qu’habitait  ce  cuirassier  vivait une jeune fille violente, passionnée, autoritaire, à laquelle un oncle avait légué la terre de Spasskoïé, vingt villages et plus de cinq mille âmes. Elle rencontra le bel officier.  Elle  avait  six  ans  de  plus  que  lui,  mais  décida  qu’elle l’épouserait. Il se défendit peu; un officier sans fortune  résiste  mal  à  une  jeune  fille  énergique  qui  apporte en dot cinq mille âmes.
Curieuse union,  qui  ne  pouvait  être  heureuse.  Le  colonel Tourgueniev, parmi les servantes, se choisissait de  jolies  maîtresses.  Il  était  séduisant  et  avait,  avec l’apparence extérieure d’un géant, l’âme féminine. Ivan Tourgueniev,  son  fils,  hérita  sa  stature  et  sa  faiblesse.  
Vers  1827,  alors  qu’il  avait  treize  ans,  la  famille  partit  pour  Moscou,  où  Ivan  fit  ses  études.  C’était  un  garçon  doux,   rêveur,   qui   aimait   les   vers   et   la   littérature,   surprenant alliage de sensualité et de sentimentalité. La maison était pleine de filles très belles, toutes à la merci de leur jeune maître. Il mêlait à des idées exaltées sur la divine   essence   de   l’amour   une   vie   de   débauche qu’encourageait  sa  mère,  masculine  jusque  dans  son  cynisme.

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 26305
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Datcha de Tourgueniev

Message par Mme de Sabran le Mer 20 Avr 2016, 14:30

Je scrute bien tes photos, Nikko, et je ne vois pas que la datcha soit montée sur pattes de poule !  
Pauline Viardot n'était donc pas une sorcière ...   :

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 26305
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Datcha de Tourgueniev

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum