La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Page 3 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par Comtesse Diane le Lun 27 Jan 2014, 16:39

La butte aux cailles ?
 C'est là où ma soeur a habité à Noisy-le Grand !   

Du haut vol que tout cela !

_________________
avatar
Comtesse Diane

Messages : 5214
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : TOURAINE

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par Mme de Sabran le Lun 27 Jan 2014, 17:38



Apparemment, il y avait un moulin de Croule-Barbe, auprès d'un hôpital !  scratch 
avatar
Mme de Sabran

Messages : 26112
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par hastur le Lun 27 Jan 2014, 21:21

La Butte aux cailles n'est pas à Noisy mais dans le 13eme arrondissement à Paris . C'était avant la révolution une colline champêtre surmontée de nombreux moulins comme à Montmarte .

Je pense que l'hôpital en question , à voir la coupole représentée , est la Salpêtrière Very Happy
avatar
hastur

Messages : 217
Date d'inscription : 22/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par Mme de Sabran le Lun 27 Jan 2014, 21:39


Oui, Paris 13 !  Very Happy  Il y a même un square de la montgolfière !  :n,,;::::!!!:  ( sans doute le lieu exact de l'atterrissage )

Square de la Montgolfière
Accès
42 rue du Moulinet 75013 PARIS
Accès rue du Moulinet, passage Vandrezanne

avatar
Mme de Sabran

Messages : 26112
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par Mme de Sabran le Lun 27 Jan 2014, 21:50

Zut !!!  Hop!  
Je n'arrive plus à retrouver la carte du treizième sur laquelle était signalé le square de la Montgolfière !!!  54385210 






Si !!!   :n,,;::::!!!:  :n,,;::::!!!:  :n,,;::::!!!:

En faisant :
Showing results for moulin de croulebarbe butte aux cailles
Search instead for moulin de croule barbe butte aux cailles
Rue du Moulin des Prés
75013 Paris
avatar
Mme de Sabran

Messages : 26112
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par hastur le Mar 28 Jan 2014, 18:42

Merci pour ces recherches Mme de Sabran  :\\\\\\\\: 

C'est un très intéressant sujet .

Un membre de ma famille habite rue de Tolbiac , lorsque je m'y rendrais , j'essaierai d'aller à la recherche de ces souvenirs de la conquête des airs et de prendre des photos .

avatar
hastur

Messages : 217
Date d'inscription : 22/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par Mme de Sabran le Mar 28 Jan 2014, 19:12



A vrai dire, j'ai habité tout près de là, rue Oudry .   Very Happy  C'est une petite rue qui donne sur le boulevard Saint-Marcel.
Mon mari travaillait à la Pitié-Salpétrière.
La Butte aux Cailles, à l'origine, était une colline recouverte de prairies et de bois, construite de plusieurs moulins à vent et surplombant la Bièvre de 62 mètres dont un monsieur Pierre Caille fit l'acquisition en 1543 .

...   un peu d'iconographie :













avatar
Mme de Sabran

Messages : 26112
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par hastur le Mar 28 Jan 2014, 19:16

Merci pour cet historique ! Je ne connaissais pas l'origine de " caille " .Je pensais que ça avait un rapport avec le volatile .

Je crois que la Bièvre existe toujours , maintenant enterrée dans un aqueduc souterrain , mais des projets existent pour la rendre à nouveau aérienne sur quelques centaines de mètre , en proche banlieue il me semble , car je vois mal ça à Paris  Shocked
avatar
hastur

Messages : 217
Date d'inscription : 22/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par Invité le Mar 28 Jan 2014, 19:22

Bien sûr qu'il n'est pas l'original, mais donne une bonne idée de comme était il...


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par Mme de Sabran le Mar 28 Jan 2014, 19:28

hastur a écrit:Merci pour cet historique ! Je ne connaissais pas l'origine de " caille " .Je pensais que ça avait un rapport avec le volatile .

 Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  ( volatile pour volatile ...  :  )

hastur a écrit:

Je crois que la Bièvre existe toujours , maintenant enterrée dans un aqueduc souterrain , mais des projets existent pour la rendre à nouveau aérienne sur quelques centaines de mètre , en proche banlieue il me semble , car je vois mal ça à Paris  Shocked

Aucune idée à ce sujet ...   En revanche, vous me semblez bien renseigné !  Very Happy 
Trouvé, sur la rivière perdue :

Les parisiens eux-mêmes l’ont oublié, mais il n’y a jamais eu qu’un seul cours d’eau naturel à Paris. Outre la mythique Seine, fleuve qui a nourri les premiers parisiens, existait en effet jusqu’au début du 20e siècle la Bièvre, rivière de 33 kilomètres qui prenait sa source dans les Yvelines (78) et se jetait dans la Seine, au niveau de la gare d’Austerlitz.

Aujourd’hui, seule la Bièvre hors de Paris suit son cours naturel. Au sein de la capitale, il ne reste plus que quelques plaques commémoratives disséminées ça et là à la mémoire de la rivière.


.

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 26112
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par Mme de Sabran le Mar 28 Jan 2014, 19:31

J A Gabriel a écrit:Bien sûr qu'il n'est pas l'original, mais donne une bonne idée de comme était il...

Merci, JAG !  Very Happy 
avatar
Mme de Sabran

Messages : 26112
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par hastur le Mar 28 Jan 2014, 19:32

Ce projet de rendre aérienne une partie de la Bièvre est mené par le conseil général du Val-de-Marne  Very Happy 

http://www.cg94.fr/bievre
avatar
hastur

Messages : 217
Date d'inscription : 22/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par Mme de Sabran le Mar 28 Jan 2014, 19:37



Ah, tant mieux ! C'est tellement triste, ces rivières emprisonnées ...
avatar
Mme de Sabran

Messages : 26112
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par Mme de Sabran le Mar 28 Jan 2014, 19:39



... dessins naïfs !  Very Happy 

avatar
Mme de Sabran

Messages : 26112
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par Mme de Sabran le Mar 28 Jan 2014, 19:56

notre petit Lulu a écrit:

Trouvé au musée des arts décoratifs (Louvre) : charmant n'est-ce pas?  boudoi30 








Oui, c'est exquis ! ...

.
avatar
Mme de Sabran

Messages : 26112
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Jean-François Pilâtre de Rozier et l'aérostat

Message par Majesté le Mer 23 Avr 2014, 15:06

Marc Menant est en ce moment même l'invité de Franck Ferrand pour évoquer Jean-François Pilâtre de Rozier...

Jean-François Pilâtre de Rozier (1754 - 1785) est un scientifique français des Lumières et avec François Laurent d'Arlandes, l'un des deux premiers aéronautes de l'histoire.

Jean-François Pilâtre de Rozier naît à Metz, place forte des Trois-Évêchés, le 30 mars 1754. Il est le quatrième enfant de Magdeleine Wilmard et de Mathurin Pilastre, dit « du Rosier », ancien militaire installé comme aubergiste dans le quartier Fort Moselle de Metz.

Il étudie la chimie. À 18 ans, il se rend à Paris où il attire l’attention de personnes influentes[Lesquelles ?]. En 1780, il part pour Reims assurer des présentations de physique et chimie à l’Académie de Reims. Mais il rentre rapidement à Paris, où il est nommé intendant des cabinets de physique, de chimie et d’histoire naturelle de Monsieur, comte de Provence, frère du Roi.
Il devient valet de la Comtesse de Provence avec laquelle on lui prête une liaison... scratch 

En 1781, il crée le premier musée technique, où il fait des expériences de physique et donne des cours sur les sciences aux nobles. L'inauguration a lieu le 11 décembre 1781.

Jean-François Pilâtre de Rozier décéda sans enfant à Wimille, près de Boulogne-sur-Mer, le 15 juin 1785, dans le premier accident aérien de l'histoire. Avec François Laurent d'Arlandes, il fut l'un des premiers aéronautes de l'histoire.


En 1783, quand les frères Montgolfier arrivent à Paris auréolés des premiers essais à Annonay, le jeune physicien leur offre ses services. Il assiste le 19 septembre au premier vol habité avec des animaux, un coq, un canard et un mouton. Malgré ce succès, le roi ne veut pas prendre le risque d'un vol humain. Pilâtre de Rozier, aidé de Barthélemy Faujas de Saint-Fond et du marquis d'Arlandes, négocie pour qu'il accepte.

En octobre, la nouvelle montgolfière est testée captive avec des cordes de 30 mètres. Le premier essai a lieu le 12, Pilâtre de Rozier participant aux tests du 15 et du 17. Suivent d'autres essais, notamment pour peaufiner et maîtriser l'alimentation du foyer afin de produire l'air chaud. Le premier vol habité a lieu le 21 novembre 1783 à Paris, Pilâtre de Rozier et le marquis d'Arlandes ayant pris place dans la nacelle. Partis des jardins de La Muette (actuel XVIe arrondissement, à l'ouest de Paris), le vol dura une vingtaine de minutes jusqu'à la Butte-aux-Cailles (actuel XIIIe arrondissement, au sud-est de la capitale).

Le 19 janvier 1784, il s’élève à nouveau, à Lyon à bord du Flesselles, une immense montgolfière de 23 270 m3 (celle du premier vol faisait 2 200 m3). Il emmène six passagers, dont Joseph Montgolfier. Le vol est très court.

Au début de 1784, Étienne Montgolfier, ayant récupéré le ballon du premier vol humain, reçoit des fonds du gouvernement pour le réparer et le modifier. Il se trouve chez Jean-Baptiste Réveillon devenu spécialiste des ballons. Étienne, depuis Annonay lui envoie les modifications : le ballon assez proche des montgolfières actuelles, fait 26 mètres de haut pour 5 000 m3 de volume. La partie haute du ballon est faite de peaux fines de mouton (1 540 peaux) pour augmenter la résistance. La partie basse est faite avec la récupération du ballon précédent.

Le ballon est testé en captif dans le courant du mois de mai par le marquis de Montalembert, membre de l'Académie des sciences.

Le ballon devait être emballé et envoyé à Annonay, pour qu'Étienne puisse faire des essais de direction. Mais le roi Gustave III de Suède venait à Paris et avait déjà assisté à un vol, à Lyon, celui de la première femme aéronaute, Élisabeth Thible. Afin de l'épater, une fête « aéronautique » fut décidée. Pilâtre de Rozier était sur les rangs et après quelques projets plus ou moins réalisables, il fut décidé de réquisitionner le ballon d'Étienne.

Pilâtre de Rozier choisit comme passager et aide le chimiste Louis Joseph Proust, qui avait donné des cours à son musée et qui était passionné d'aérostation. Le ballon étant conçu pour les hautes altitudes, des expériences étaient prévues.

Un essai captif fut réalisé où le ballon resta cinq heures en l'air. Le ballon fut donc expédié à Versailles.






Photos du film Jefferson à Paris de James Ivory

Le 23 juin 1784, le ballon baptisé en l'honneur de la reine La Marie-Antoinette, s'éleva à nouveau devant le roi de France et celui de Suède, à Versailles, emmenant Pilâtre de Rozier et Joseph Louis Proust. Ils montent régulièrement, se dirigeant vers le nord. Ils vont atteindre l'altitude estimée de 3 000 mètres après avoir traversé les couches nuageuses. Hors de la vue du sol, dans le froid et les turbulences ils décident de redescendre. Après 45 minutes de vol, ils ont parcouru 52 km et se posent après avoir dépassé Luzarches, entre Coye et Orry-la-Ville avant la forêt de Chantilly. Comme souvent sur ces premières montgolfières une fois posées, le foyer n'est plus assez actif pour fournir suffisamment d'air chaud mais assez pour brûler une partie du ballon. Ils durent déchirer la base de la montgolfière et la foule des badauds acheva de détériorer le reste.
Pilâtre de Rozier soufflant de l'hydrogène dans une flamme

Trois records du monde sont battus : distance, vitesse, altitude.

Étienne Montgolfier désira plus tard récupérer le ballon, mais il n'était vraiment pas récupérable et le gouvernement n'accepta plus de donner d'argent pour sa réparation.
Tentative de traversée de la Manche
L'aéro-montgolfière de 1785

Pilâtre désirait réaliser la traversée de la Manche dans le sens France-Angleterre, moins aisé car contre les vents dominants. Dès le mois d'août 1784, encouragé par son voyage de Paris à Chantilly, il avait rencontré le physicien Pierre-Ange Romain pour l'étude d'un ballon capable de faire la traversée. Un contrat fut même signé pour que Romain construise le ballon et l'accompagne dans l'aventure.

Au courant qu'une tentative dans l'autre sens est en projet, de plus financée par un Américain, John Jeffries (en), Pilâtre de Rozier obtient assez facilement du gouvernement français une somme d'argent pour construire son ballon. Les deux frères Romain construisirent ce dernier à Paris. Comme la traversée avec une montgolfière était impossible du fait de l'autonomie réduite de ces dernières - la masse de paille à emmener eût été énorme - il fut décidé de construire un ballon mixte, à air chaud et à gaz, assez en avance pour son temps, qu'ils appelèrent « aéromontgolfière ». Soit une charlière sphérique, et, en dessous, une montgolfière de forme à peu près cylindrique, l'ensemble faisant 22 mètres de haut.

Le ballon fut terminé en octobre 1784, mais il ne fut acheminé à Boulogne-sur-Mer qu'en décembre, le voyage étant prévu au tout début janvier. Mais en hiver, les vents ne sont pas fréquemment favorables. Ils durent attendre, Pilâtre de Rozier faisant même un voyage en bateau à Douvres où il rencontra son concurrent.

Le 7 janvier 1785, un ballon à gaz (gonflé à l'hydrogène) et piloté par Jean-Pierre Blanchard et John Jeffries traversa la Manche dans le sens Angleterre-France, le sens des vents dominants.

Pilâtre de Rozier les accueille à Calais et les accompagne même à Paris. Probablement mal reçu par le Contrôleur Général des Finances, de Calonne, il repart et est à pied d'œuvre, à Boulogne-sur-Mer dès le 22 janvier. Pierre Romain et lui firent plusieurs tentatives qui s'avérèrent infructueuses. Les jours puis les mois commencèrent à passer, le ballon dut être réparé plusieurs fois.
Mort de Pilâtre de Rozier et de Pierre Romain le 15 juin 1785
Carte postale commémorative de la mort de Pilâtre de Rozier et de Pierre Romain (imprimée entre 1890 et 1900)

Le 15 juin 1785, profitant de vents favorables, ils s'envolent. Mais un vent d'ouest les ramena vers la terre alors qu'ils s'étaient éloignés d'à peu près cinq kilomètres. À ce moment le ballon se dégonfla brusquement et ils s'écrasèrent au sol, à 300 m du rivage. Ils furent tués tous les deux, devenant les deux premières victimes de l'air. Les causes exactes de l'accident sont assez mal connues. Il ne semble pas qu'il y ait eu incendie. Il se pourrait que la soupape de la charlière actionnée pour la descente ait entrainé une déchirure du ballon à gaz, ce qui aurait pu provoquer la chute.

Voici toutefois la retranscription parue dans l‘Almanach du Pas-de-Calais de 1862 (consultable aux Archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville) d’un texte de l‘Almanach d’Artois de 1785.

   « Mort de l’aéronaute Pilâtre de Rozier. C’est entre Boulogne et Ambleteuse, sur une petite saillie formée par les falaises, à l’endroit où la rivière de Wimereux se jette dans la mer, que tombèrent et s’écrasèrent les infortunés Pilâtre de Rozier et Romain. Pilâtre de Rozier voulant aller de France en Angleterre et faire ainsi l’inverse de ce qu’avait fait Blanchard (C’est dans la forêt de Guînes que l’aéronaute Blanchard et le docteur anglais Jeffries sont descendus, le 7 janvier 1785, après avoir traversé le pas de Calais. Une petite colonne, construite par les soins des habitants, à l’endroit même où l’aérostat a pris terre, atteste l’heureux succès de l’entreprise de Blanchard, qui, le premier, a osé traverser les mers dans une frêle nacelle suspendue au milieu des airs.), vint établir à Boulogne son point de départ.

   Après avoir hésité longtemps sur le choix d’un local, il fixa enfin son ballon et ses appareils à la porte des Dunes qui sépare la haute ville de la basse ; son atelier était adossé au rempart près de la tourelle gauche, en sortant par la porte située vers la mer.

   On sait qu’à une certaine hauteur de l’atmosphère les courants d’air varient ; Pilâtre s’était dit : Si je peux manœuvrer mon ballon à volonté, seulement dans la ligne verticale, je serai libre de prendre tel ou tel air de vent ; par conséquent de naviguer vers tel point de la boussole, que je voudrai. D’après ce raisonnement spécieux, il avait adapté au pôle inférieur de son ballon une montgolfière qu’il enflait pour s’élever et qu’il resserrait pour s’abaisser, au moyen d’un réchaud dans lequel il allumait du menu bois. Ce réchaud suspendu à une poulie, s’abaissait quand on voulait resserrer la montgolfière et en descendre.

   Pilâtre de Rozier, depuis plusieurs mois, prolongeait son opération, retardait son départ et semblait ne vouloir jamais, faute de gaz, remplir son aérostat.

   Le 15 juin 1785 au matin, après avoir annoncé son ascension pour la cinquième ou la sixième fois, son ballon étant gréé, le peuple rassemblé et le vent essayé par des ballons perdus, cet infortuné physicien, comme par un pressentiment de la funeste issue de son entreprise, hésitait et semblait prêt à différer encore son expérience. Quelques railleries qui frappèrent son oreille, à travers des murmures confus, le déterminèrent enfin. Son compagnon de voyage et lui entrèrent donc dans la galerie de leur ballon, où, élevés à une certaine hauteur, les spectateurs les remarquèrent nonchalamment assis. Le ballon flottait sans majesté à quelques mètres au-dessus du faîte d’un bâtiment neuf qui se trouvait près de l’Esplanade. Pilâtre, pour s’élever, ranima le foyer de la montgolfière, et dépassa le bâtiment. À la hauteur d’environ 2 000 mètres le vent le portait à l’est et trop dans les terres ; le ballon ne fut qu’un instant au-dessus du détroit.

   Les aéronautes ne pouvant saisir la direction de l’Angleterre, ni varier librement leur position verticale pour choisir le rhumb convenable, ni s’aider assez de leur montgolfière pour changer la pesanteur spécifique de la machine résolurent de descendre sur le point qu’ils dominaient. Le foyer fut abaissé de douze mètres environ ; la montgolfière, distendue et flasque, semblait leur permettre une facile descente ; mais la surface du ballon moins comprimée, conservant presque toute son extension, les voyageurs remontaient contre leur gré. La soupape du pôle supérieur fut ouverte pour laisser échapper le gaz ; cette soupape dont le mécanisme était totalement en fer ou en acier, altérée par la longue stagnation du ballon sur le chantier, ne put manœuvrer librement. Quelqu’effort que fissent les voyageurs, elle resta tout-à-fait ouverte par un accident quelconque. Dans cette situation, le ballon perdait tout son gaz, une colonne obscure traçait sa ligne de descente, et cette descente devint si rapide, que le foyer suspendu sous la montgolfière et presque éteint se ranima ; des étincelles s’en détachèrent, et nageant dans l’air qui remplissait le ballon à mesure qu’il s’abaissait, quelques-unes se réunirent nécessairement sur cette colonne de gaz que vomissait le pôle supérieur. Bientôt il s’enflamma ; en moins d’une seconde le ballon fut en pièces ; les aéronautes étant abandonnés toute leur pesanteur, l’accélération de leur chute n’eut plus de bornes que celle de la loi sur la descente des corps graves. Les malheureux, Pilâtre et Romain, tombant de 1 500 mètres de hauteur, vinrent s’écraser sur la pointe du Wimereux. Quelque rapide que fût l’instant qui sépara leur mort de l’inflammation du ballon, il suffit cependant pour frapper d’horreur la multitude qui avait suivi ces victimes. La consternation fut générale ; on accourut sur-le-champ à leur secours, mais tout était fini pour eux.

   Pilâtre avait été suffoqué dans sa chute ; il était mort avant le choc contre terre, sa physionomie paisible le disait ; mais Romain n’avait été tué qu’à terre ; son pouls battait encore et sa face était horriblement empreinte des douleurs de sa courte agonie.

   Les deux cadavres étaient moulus dans leur parties solides : ils avaient atteint la terre presque droits et sous un angle léger ; le tibia et le péroné fracturés près de l’articulation du pied avaient pénétré le sol ; le fémur était remonté au-dessus des hanches ; les côtes semblaient se recoucher les unes sur les autres ; les vertèbres lombaires étaient disjointes.

   Nous ne prolongerons pas ici le détail affligeant et pénible d’un tableau d'autant plus déchirant pour le public, que ce même public avait en quelque sorte forcé la volonté de l’infortuné Pilâtre de Rozier au moment même de son hésitation pour le départ.

   La cause de cette chute n'a rien de commun avec un phénomène électrique, comme on s’était d'abord hâté de l'annoncer. C'est à l'alliance des deux moyens qu'avait voulu réunir Pilâtre de Rozier pour diriger son ballon qu'il a dû le titre de victime du nouvel art qu'il cherchait à perfectionner. C'est ainsi que presque toujours les hommes, l’individu paie la gloire qu’acquiert l'espèce.

   Pilâtre de Rozier et Romain ont été inhumés dans le cimetière de Wimille, à quelque distance du point de leur chute ; un monument élevé sur le mur qui borde la grand route de Boulogne à Calais indique le lieu de leur sépulture. Ce monument n’est ni soigné, ni d’un bon style ; mais il est vénérable en ce que les mains de l’amitié seule l’ont élevé.
»
source : Wikipédia


En somme, lorsqu'on parle de mongolfières on devrait parler de "Pilâtrederozières"  : 

Bien à vous.


Dernière édition par Majesté le Mer 23 Avr 2014, 15:17, édité 1 fois

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin
avatar
Majesté

Messages : 11623
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 40
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par Majesté le Mer 23 Avr 2014, 15:14

Jean-François Pilâtre de Rozier et François Laurent, marquis d’Arlandes, montent Montgolfière au Château de la Muette, à Paris, le 21 novembre 1783:


Vous noterez que ces représentations auront servi de modèles pour les accessoiristes du film de James Ivory Wink

Bien à vous.

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin
avatar
Majesté

Messages : 11623
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 40
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par Gouverneur Morris le Mer 23 Avr 2014, 15:46

Merci pour ce post documenté et ces belles images, Majesté ! Hop! 

Majesté a écrit:Vous noterez que ces représentations auront servi de modèles pour les accessoiristes du film de James Ivory Wink

Ne serait-ce pas plutôt celle-ci ? scratch 

avatar
Gouverneur Morris

Messages : 1939
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par MARIE ANTOINETTE le Mer 23 Avr 2014, 16:12

merci pour les documents et les photos de JEFFERSON A PARIS - vous constaterez l'erreur(volontaire pour le tournage) du lieu d'envol du ballon  - partant de la façade côté JARDINS , alors qu'en réalité il s'est élevé entre la GRILLE ROYALE et la GRILLE D'ENTREE.

je suis une fann des ballons et possède des documents, objets en porcelaine, médailles, livres et gravures principalement sur le MARIE
ANTOINETTE ... voici quelques trouvailles curieuses d'époque ou non


cette gravure se place habituellement face à un miroir pour la regarder dans ledit miroir ... elle donc gravée à l'envers pour que le reflet fasse passer le ballon de droite vers la gauche.


carte tirée du jeu fait à l'occasion du bicentenaire en 1984




gravure d'époque avec le détail des personnes présentes lors de cet envol - on voit mieux le détail du bras qui, sur certains documents donne l'impression de faire "un bras d'honneur"
un dit pour un ballon ................LA MARIE ANTOINETTE
pour une MONTGOLFIERE...........LA MARIE ANTOINETTE

MARIE ANTOINETTE  
avatar
MARIE ANTOINETTE

Messages : 2581
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 71
Localisation : P A R I S

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par Majesté le Mer 23 Avr 2014, 16:17

Gouverneur Morris a écrit:Ne serait-ce pas plutôt celle-ci ? scratch 

Ah si assurément !




Je me souvenais plutôt de cette représentation de Gustave Alaux (1887-1965):


Ascension de la montgolfière Marie Antoinette, musée Mandet

Bien à vous.

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin
avatar
Majesté

Messages : 11623
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 40
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par MARIE ANTOINETTE le Mer 23 Avr 2014, 16:27


Pour les amateurs de TINTIN et MILOU -

MARIE ANTOINETTE  
avatar
MARIE ANTOINETTE

Messages : 2581
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 71
Localisation : P A R I S

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par Gouverneur Morris le Mer 23 Avr 2014, 16:45

Il faudrait faire le point mais il me semble que plusieurs expériences aérostatiques se déroulèrent à Versailles, ce qui expliquerait les deux différentes représentations  Wink

Pour le ballon au double L, une information que l'on peut supposer de première main ici : vol par Pilâtre de Rozier, 19 septembre 1783 :

http://www.chateauversailles.fr/history/versailles-during-the-centuries/living-at-the-court/the-first-aerostatic-flight

Vol par Montgolfier, 23 juin 1784, montgolfière "Marie-Antoinette" :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8509309v/f1.item
avatar
Gouverneur Morris

Messages : 1939
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par Mme de Sabran le Mer 23 Avr 2014, 19:30

Gouverneur Morris a écrit:Il faudrait faire le point

Nous avions déjà un sujet bien fourni sur les expériences en ballon !  Hop!
( bouturé, devinez où ...  Wink  )
avatar
Mme de Sabran

Messages : 26112
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par Majesté le Mer 23 Avr 2014, 20:43

Mais où???  Shocked 
Tu penses bien que j'aurais raccroché ce sujet à celui-là si je l'avais retrouvé Wink

Bien à vous.

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin
avatar
Majesté

Messages : 11623
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 40
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par Mme de Sabran le Mer 23 Avr 2014, 20:47

Majesté a écrit:Mais où??? Shocked
Tu penses bien que j'aurais raccroché ce sujet à celui-là si je l'avais retrouvé Wink
.

C'est ici !  cheers 
avatar
Mme de Sabran

Messages : 26112
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Conquête de l'Espace, les premiers ballons !

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum