Carlo Broschi, dit Farinelli

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Carlo Broschi, dit Farinelli

Message par Mr de Talaru le Mer 29 Mar 2017, 11:40



juste pour le plaisir
Et le même air par une enfant.
https://youtu.be/MhViOPTeG7c

_________________
Un verre d'eau pour la Reine.
avatar
Mr de Talaru

Messages : 2158
Date d'inscription : 02/01/2014
Age : 58
Localisation : près des Cordeliers...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlo Broschi, dit Farinelli

Message par Invité le Mer 29 Mar 2017, 11:55

On entend cet air dans Les Liaisons Dangereuses (1989) de Stephen Frears Very Happy


Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlo Broschi, dit Farinelli

Message par Mme de Sabran le Mer 29 Mar 2017, 12:01

Mr de Talaru a écrit:

juste pour le plaisir

Divin ... Merci, mon cher François ! Very Happy

« Douces et charmantes branches de mon cher platane, Le destin vous sourit !
Que le tonnerre, l’éclair et la tempête Ne troublent jamais votre précieuse paix,
Et le rapace vent du sud Ne vienne pas non plus vous violenter !
Jamais l’ombre d’aucun arbre
Ne fut plus douce, plus précieuse, Plus agréable !
»


Auprès de mon arbre, je vivais heureux ...

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28436
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlo Broschi, dit Farinelli

Message par Mme de Sabran le Jeu 30 Mar 2017, 20:19

Où nous apprenons    
dans l'Almanach des Muses de 1765
que Farinelli ( comme son nom l'indique  :  ) était ...  espagnol !





FARINELLI

ET SON TAILLEUR


CONTE



" Signor, vous chantez à merveille !
D'un homme tel que vous, je ne veux pas d'argent
Charmez un instant mes oreilles
Et je m'en irai trop content . "
Ainsi parlait un fou : cependant je m'explique;
Ce n'était pas un Langeli,
Ce n'était qu'un fou de musique,
Le tailleur de Farinelli
Qui venait de lui rendre un habit magnifique.
" Pardon, ajoute-t-il,  je suis bien indiscret,
Car je sens tout le prix d'une faveur si grande
Mais enfin, si je la demande,
Au moins je réponds du secret ."
Farinelli fut prêt à se mettre en colère.
" Moi, chanter, et pour qui ?  Que diraient les railleurs ?
Ce n'est pas de cette manière
Que je m'acquitte avec mes fournisseurs .
C'est en or que je paie; il leur est nécessaire :
Je ne chante jamais que pour les grands seigneurs."
Quel orgueil ! dira-t-on  . Là là, pensez, messieurs
Que l'on peut avoir l'âme un peu fière,
Quand on est Espagnol et l'aigle des chanteurs !
Cependant il lui vint un penser tout contraire ,
Penser d'en haut; et ce sont les meilleurs.
Il s'apaise, et reprend : " Je veux te satisfaire .
Je le dois par respect pour le trait qui m'éclaire,
Et pour la nouveauté du fait ."
Farinelli chante, en effet,
Il chante ! ... Ecoutez, paix !  nul n'a doit de prétendre
A tant de bravo, de vivat .
Laissons Linus, Orphée et l'Oiseau du Méandre
Et nos chanteurs Stentors, Rois et Dieux d'apparat,
Ici Momus se tait, il n'a rien à reprendre
Pour s'en faire une idée, il faut aller entendre
Garat.
Complaisant, cette fois, et même outre mesure,
( comme de tous les temps le fait est arrivé )
Signor Farinelli, quand il eut achevé,
" Es-tu content ? dit-il .  " Très content, je vous jure ! "
" Eh bien moi, je ne le suis pas .
Je te devais trente ducats,
Je les double, prends vite, et ne réplique pas. "
" Signor, je suis payé ."  " Non.  Ton refus m'offense.
Prends, te dis-je, et plus de façons.
Si tu veux habiller les gens pour des chansons,
Quitte Madrid et passe en France. "


Le comte Félix de Nogaret



https://books.google.fr/books?id=rqQBAAAAYAAJ&pg=PA150&lpg=PA150&dq=farinelli+garat&source=bl&ots=hfx4HeIlnh&sig=LEiaUpBMKLXq23HV8DZKOuohf7w&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiz1Pqyyv7SAhWBOhoKHSrWBFwQ6AEIQTAI#v=onepage&q=farinelli%20garat&f=false

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28436
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlo Broschi, dit Farinelli

Message par Comtesse Diane le Ven 31 Mar 2017, 15:39

Cherchez pas !     Y'a aucune coïncidence ou ressemblance avec des personnages réels,  ni fortuite ni involontaire ni rien de rien.

_________________
avatar
Comtesse Diane

Messages : 5969
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : TOURAINE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlo Broschi, dit Farinelli

Message par Mme de Sabran le Ven 31 Mar 2017, 15:48

Vous pensez à kiki, là, au juste ? :

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28436
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlo Broschi, dit Farinelli

Message par La nuit, la neige le Ven 15 Sep 2017, 19:44

Il y a quelques jours, aux micros de l'émission de radio Un jour dans l'Histoire, Patrick Barbier est venu évoquer : Farinelli et le règne des castrats.

Spécialiste du sujet, il est notamment l'auteur de ces deux livres :



Arrow Une émission intéressante, à écouter ici (env. 30 mn)  : https://www.rtbf.be/lapremiere/article/detail_farinelli-et-le-regne-des-castrats?id=9706961

__________

Idea Voici quelques extraits de l'interview, copiés depuis le site internet de l'émission :

Qui étaient les castrats dont l’histoire a retenu le nom de l’un des plus illustres : Farinelli ?

La castration est vieille comme le monde, elle a été pratiquée dans toutes les civilisations depuis l'Antiquité, mais pas pour le chant. Mais on sait qu'il y avait déjà des castrats chanteurs à Sainte-Sophie de Constantinople au 6e, 7e siècle.

Les castrats apparaissent dans ce qu'on appelle aujourd'hui l'époque baroque, à la fin du 16e siècle à Rome : dans le contexte de la contre-réforme catholique, on va chercher à avoir tous les avantages des voix de femmes dans un corps d'homme, car il était hors de question que les femmes chantent dans une église.
L'Eglise romaine légitime donc la pratique de la castration et est le point de départ du phénomène des castrats.
Au 17e siècle, le phénomène devient exponentiel, dans la musique sacrée, puis dans l'opéra et le Bel Canto.

L'époque baroque est fascinée par les voix aiguës. Les grands castrats et les prima donna (cantatrices de haut niveau) touchent des cachets extraordinaires.

"La voix de castrat, il faut l'imaginer comme une voix d'enfant décuplée, parce que le but de la castration c'était d'empêcher la puberté et la mue. Donc, la voix d'enfant se conserve pour la vie entière mais forcément dans un corps qui évolue.
On est donc dans une voix un peu différente d'une voix de femme, mais en même temps avec toute l'étendue vocale et la puissance d'une voix de femme, sans doute avec un timbre plus cristallin, propre aux enfants, et sans vibrato".


Portrait de Carlo Scalzi, en costume pour le rôle de Sirbace, dans Rosbale de Nicola Porpora
Par Charles Joseph Flipart

L'opération de castration

Dans les différentes parties qui constituaient l'Italie, la castration est interdite avant l'âge de 8 ans, mais doit se faire de toute façon avant la mue, donc entre 8 et 11 ans.
La castration a toujours été clandestine, on n'a donc aucun registre, aucun document, aucunes statistiques sur le nombre d'enfants concernés, rien sur l'opération.
Il s'agit d'une incision à l'aine, par laquelle on tire les testicules ou on les laisse s'atrophier, après avoir coupé et ligaturé les canaux. Contrairement aux eunuques, auxquels on retirait tous les organes extérieurs, et qui n'étaient pas destinés à chanter.

Il y avait un temps de convalescence, mais on ignore le taux de mortalité et les risques d'infection, d'hémorragie. Dans le meilleur des cas, un chirurgien opérait, dans le pire, c'était le barbier du village.


The soprano-castrato singer Giuseppe Belli.
Shown in costume as Licida in the opera L'Olimpiade composed by Johann Adolph Hasse (Dresden, 1756)


Beaucoup de familles modestes demandaient la castration d'un de leurs enfants, c'était un moyen pour échapper à la misère.
Mais on masquait les vraies raisons sous des prétextes médicaux ou autres, car on n'osait pas dire aux enfants qu'ils étaient castrés pour le chant. La goutte et l'épilepsie étaient censées pouvoir se soigner par la castration. Ces enfants grandissaient plus que les autres, car privés de puberté, ils continuaient de grandir au-delà de l'âge normal, au-delà d'1m90 en moyenne.

Les traumatismes psychologiques étaient bien sûr fréquents : mélancolie, solitude... même si certains castrats le vivaient très bien.

La pratique de la castration pour le chant sera déconseillée par Clément XIV à la fin du 18e siècle.
Et la vraie interdiction dans l'Eglise catholique viendra seulement en 1902-1903, par le Pape Léon XIII et son successeur.
Le dernier castrat, dont il existe un enregistrement décevant, quittera la Sixtine en 1913.
avatar
La nuit, la neige

Messages : 9368
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlo Broschi, dit Farinelli

Message par Mme de Sabran le Ven 15 Sep 2017, 20:00

La nuit, la neige a écrit:

Arrow Une émission intéressante, à écouter ici (env. 30 mn)  : https://www.rtbf.be/lapremiere/article/detail_farinelli-et-le-regne-des-castrats?id=9706961

.

Oui, je n'y manquerai pas . Merci pour ce lien . Very Happy

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28436
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carlo Broschi, dit Farinelli

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum