Le pavillon de la Lanterne, à Versailles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le pavillon de la Lanterne, à Versailles

Message par Mme de Sabran le Mer 19 Avr 2017, 18:11

;

« Ici, vous êtes le colocataire de Louis XIV, de Dieu et du Soleil »

( André Malraux )





Le pavillon de la Lanterne est édifié en 1787 par le prince de Poix
, capitaine des chasses et gouverneur de Versailles, sur un terrain situé en bordure de la ménagerie royale de Versailles (aujourd'hui détruite), offert au comte de Noailles, son père, par le roi Louis XV.
Il comporte alors un rez-de-chaussée ainsi qu'un étage sous combles. Ses façades ornées de stucs comptent sept travées, celle du centre étant surmontée d'un fronton. Cependant, en l'absence d'archives, on ignore ceux qui y ont œuvré.

À la Révolution     ,    le pavillon de la Lanterne est aliéné, comme le reste des bâtiments du château de Versailles, avant d’être racheté, sous la Restauration, par la Couronne en 1818. Entre 1847 et 1848, il sert de logement au directeur du haras de la Ménagerie, puis, à partir de 1848, au directeur de l'Institut agronomique qui a remplacé le haras. C'est à cette époque qu'il fait l'objet de deux campagnes de restauration.
À partir de 1872, il est loué à plusieurs personnalités, dont le millionnaire américain   James Gordon Bennett junior.

À la Libération, le pavillon entre officiellement dans la liste des résidences républicaines.

Le Vice-président du conseil Félix Gouin loue la résidence puis l'ambassadeur des États-Unis en France David Bruce y loge de 1949 à 1952. Le Président de l'Assemblée nationale André Le Troquer en est le locataire jusqu'en 19589.
Par décision du général de Gaulle en 1959, cet ancien pavillon de chasse est réservé à l'usage du Premier ministre en fonction, comme résidence de villégiature. Michel Debré se rend régulièrement le week-end dans cette résidence officielle secondaire dont les travaux de rénovation sont suivis par son épouse.
André Malraux, alors ministre de la Culture, obtient l'autorisation d'y loger de 1962 à 1969 après que son appartement de Boulogne-Billancourt eut été détruit par un attentat de l'OAS. Une grande partie de la décoration, décidée par Louise de Vilmorin, la compagne du ministre, date de cette époque ; le Premier ministre Georges Pompidou   préfère pour sa part sa résidence secondaire de la Maison blanche, à Orvilliers.      


Michel Rocard, Premier ministre de 1988 à 1991, fait procéder à une rénovation et à la construction d'une piscine et d'un court de tennis et s'y ressource à plusieurs reprises au cours de son mandat de chef du gouvernement. Il y négocie également une partie des accords de Matignon sur la Nouvelle-Calédonie. La fille longtemps cachée du président François Mitterrand, Mazarine Pingeot y monte à cheval.

La résidence de la Lanterne est également un lieu apprécié par Lionel Jospin, qui vient s'y ressourcer, en compagnie de son épouse, la philosophe Sylviane Agacinski. Entre 1997 à 2002, le couple Jospin a l'habitude de se rendre à la Lanterne chaque week-end, pour y jouer au tennis et résider de façon permanente dans les appartements privés.
L'épouse de l'ancien chef du gouvernement écrit à ce sujet dans son Journal interrompu : « C'était pour moi comme si ce pavillon ancien, entouré d'arbres immenses peut-être aussi vieux que lui, nous mettait à l'abri du temps présent et des crises ».

Le Premier ministre Dominique de Villepin note qu'il possède l'« une des plus belles caves de la République ».  

En mai 2007, peu après sa victoire à l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy y passe son premier week-end, les 12 et 13 mai, en tant que président de la République élu, mais non encore investi, en compagnie de son épouse, Cécilia, sur l'invitation officielle du Premier ministre sortant, Dominique de Villepin. Au cours de son séjour à la Lanterne, il travaille à la composition du gouvernement Fillon .
Peu après leur mariage qui s'est tenu civilement au palais de l'Élysée, le président Sarkozy et sa nouvelle épouse, Carla Bruni, y organisent leur dîner de noces le 3 février 2008, avec seulement quelques intimes.
Le lieu de villégiature, traditionnellement mis à la disposition du Premier ministre, est utilisé par Nicolas Sarkozy tout au long de son quinquennat présidentiel. Le survol en est interdit depuis.
En compensation, le domaine de Souzy-la-Briche,  
  habituellement réservé au président de la République, est mis à la disposition du Premier ministre, qui n'y séjourne pourtant jamais.
Jean-Pierre Raffarin lança à cette occasion à François Fillon : « Avec la perte de la Lanterne, tu as perdu le meilleur du job ! ».

En 2012, le successeur de Nicolas Sarkozy, François Hollande, conserve la Lanterne.
Juridiquement, le pavillon de la Lanterne reste attribué à Matignon qui assume le coût d'entretien estimé à 200 000 euros par an.
Dans la loi de finances discutée en 2013, la résidence doit être administrativement rattachée au domaine de l'Élysée, comme le recommande la Cour des comptes.

Une citadelle interdite au regard.

Caché au fond du Domaine du château de Versailles, le pavillon de la Lanterne est un lieu secret et ultra-sécurisé de l’Etat. Et pour cause : cette résidence est réservée à l’usage exclusif du Président de la République. Emilie Lanez, journaliste politique au « Point », vient de publier « La garçonnière de la République », un récit de 150 pages qui lève (un peu) le voile sur cette demeure construite au XVIIIe siècle.
« J’habite Viroflay, je me promène souvent dans le parc du château et c’est un lieu caché dont on parle peu. Je pense que ma curiosité est légitime », confie l’auteur, qui a enquêté trois ans sur le sujet.




Si tous les bâtiments de la République ont été ouverts au moins une fois lors des Journées du Patrimoine, ce n’est pas le cas de la Lanterne. Elle ne figure même pas sur le site de l’Elysée alors qu’un service entier y est dédié.

« Toutes mes demandes auprès du Château de Versailles,    
   du Mobilier National et de l’Elysée se sont heurtées à un refus, rapporte Emilie Lanez. J’ai envoyé une lettre à la présidence de la République. On m’a répondu trois mois plus tard par un coup de fil afin que je ne puisse pas faire valoir mon droit à l’information. Personne ne souhaite parler budget, travaux, mobilier ou personnel alors que c’est un bien vivant de l’argent public ».




Pas moins d’une centaine de personnes (anciens Premier ministre, directeurs de cabinet, hauts fonctionnaires, personnalités) lui ont fort heureusement livré des anecdotes qui donnent tout le sel à ce livre. L’auteur y décrit les pièces, « à la couleur de teinture près », et détaille avec gourmandise les faits et gestes des occupants et de cette maison où les chefs d’Etat ou de gouvernement et leur famille viennent se reposer, s’amuser et faire la fête.
http://www.leparisien.fr/versailles-78000/versailles-le-livre-qui-leve-le-voile-sur-la-lanterne-demeure-secrete-de-la-republique-17-02-2017-6688971.php




- Comment vous est venue l’idée de ce livre ?

- Emilie Lanez : En fait, le point de départ n’est pas une idée, mais une révélation. Dans mon métier de journaliste politique, j’ai très souvent entendu parler de La Lanterne. C’est un lieu politique récurrent depuis plus de cinquante ans. Et pourtant, on n’en connaît rien.
J’ai donc commencé à lancer des recherches, à formuler des demandes officielles, jusqu’à l’Elysée. Les réponses sont toutes revenues identiques : on ne parle pas de La Lanterne. Et ceux qui y ont été invités partagent pour la plupart une même amnésie. Ce mystère consciencieusement entretenu n’a fait que renforcer ma curiosité.

- Vous êtes tout de même parvenue à trouver des témoins qui acceptent de se souvenir, de parler, de raconter… jusqu’à en faire un récit qui permet au lecteur d’avoir une vision précise de ces lieux.

- Il m’a fallu un an et demi pour réunir ces bribes de témoignages. C’est une tapisserie, faite de petits points. Au final, j’ai effectivement le sentiment que, sans y avoir jamais mis les pieds, on peut se faire une idée assez juste de ce qu’est la vie dans cette résidence.
Il faut garder à l’esprit qu’il s’agit d’un palais relativement modeste en surface ? 200 m2 ? et qu’il est facile pour tous ceux qui y sont allés de se souvenir de la disposition des lieux. La plupart des témoins que j’ai rencontrés étaient d’ailleurs en mesure d’en dessiner le plan, d’en décrire la décoration.

- Au-delà du lieu lui-même, vous rapportez un nombre considérable de saynètes, d’anecdotes qui en disent long sur le rapport que nos élus ? Premiers ministres puis présidents de la République ? ont entretenu avec cette propriété.

- Le but du livre était aussi de montrer cela : comment les élus au plus haut sommet de l’Etat peuvent en ce lieu s’affranchir de toutes les conventions, de toutes les postures. J’y retrace les fêtes organisées par la jeune Claude Chirac et plus récemment par Thomas Hollande, mais aussi la réception lors du mariage de Nicolas Sarkozy avec Carla Bruni, les réveillons de François Hollande…
On découvre en particulier le comportement des épouses qui s’approprient cet endroit, le transforment, le redécorent à leur goût. C’est une succession de caprices qui rappellent étrangement la monarchie puisque ici il n’y a pas de témoin, personne à qui l’on doit rendre compte.

- Vous décrivez effectivement une opacité étonnante. Jusqu’au financement de ce lieu qui fait l’objet d’un montage incroyablement complexe.
Le budget plus ou moins officiel n’est pas considérable. Il est de l’ordre de 260 000 euros par an, ce qui n’est tout de même pas rien si l’on sait qu’il a augmenté de 25 % sous François Hollande.
Cependant, ce montant ne prend pas en compte tous les frais de fonctionnement, notamment les frais de sécurité. Là encore, il y a un manque de transparence flagrant.

- Suggérez-vous que cela puisse dissimuler des malversations ou des irrégularités ?

- Franchement, je n’en sais rien. Ce qui est certain c’est que Lionel Jospin, alors Premier ministre, a mis fin à une pratique plus que douteuse qui consistait à rémunérer la femme du gardien de La Lanterne en liquide. Elle était payée au noir !

- A ce sujet, vous décrivez aussi les conditions de vie des gardiens et des employés : pas très réjouissant de servir la République…

- C’est vrai, et c’est sans doute une chose qui, personnellement, m’a particulièrement choquée. Le comportement de certaines des épouses de Premiers ministres et de présidents de la République est plein de dédain à leur égard. C’est un constat désagréable qui provoque un vrai malaise.

- Au final, quelle est, pour vous, la scène la plus saisissante que vous avez recueillie ?

- Sans aucun doute celle où Cécilia Sarkozy, tout juste revenue de Libye où elle a obtenu la libération de cinq infirmières bulgares, se retrouve à La Lanterne harcelée au téléphone par le colonel Kadhafi. Elle dîne en compagnie de son mari et de Claude Guéant. Son portable sonne à plusieurs reprises. Elle finit par décrocher et enclenche le haut-parleur. Alors, dans la salle à manger, flottant entre les fauteuils Empire et les tableaux de maître, résonne la voix du guide suprême de la révolution libyenne : « Cécilia, I want you, I love you, Cécilia my dear, comme back. Where are you ? I want you. »   Suspect
http://www.78actu.fr/un-livre-raconte-l-histoire-secrete-du-palais-versaillais-pleins-feux-sur-la-lanterne-2_46569/

Dans le prochain numéro de Paris Match, les lecteurs pourront voir Julie Gayet et François Hollande marchant côte à côte dans les jardins de la Lanterne, bras dessus bras dessous. Les clichés datent du 17 avril dernier.

"Les amoureux de la Lanterne", titre le nouveau numéro de l'hebdomadaire, qui se lance dans une légende humoristique: "Devant leur complicité, le personnel du parc, professionnel jusqu'au bout, reste de marbre". À côté de François Hollande et de Julie Gayet, on trouve, évidemment, une statue.



La résidence présidentielle de la Lanterne, dans le parc du château de Versailles, avait notamment hébergé Valérie Trierweiler pendant plusieurs jours. L'ancienne compagne du président était partie s'y reposer après la révélation de son infortune, en 2014.  
Décidément la Lanterne en aura vu de toutes les couleurs !
Et dire que l'on que l'on prétend que notre président a l'allant terne !  Hop!

http://www.lexpress.fr/styles/vip/julie-gayet-et-francois-hollande-paris-match-devoile-des-photos-privees_1900210.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Lanterne

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27944
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pavillon de la Lanterne, à Versailles

Message par Comtesse Diane le Mer 19 Avr 2017, 18:51

Et dire que l'on que l'on prétend que notre président a l'allant terne !   


: :n,,;::::!!!: :\\\\\\\\: :\\\\\\\\: :\\\\\\\\:





_________________
avatar
Comtesse Diane

Messages : 5719
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : TOURAINE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pavillon de la Lanterne, à Versailles

Message par La nuit, la neige le Mer 19 Avr 2017, 23:55

Merci...

Tu pourras toujours déplacer ce sujet ici : http://marie-antoinette.forumactif.org/f68-lieux-du-xviiie-siecle
Ou dans la rubrique du Domaine de Versailles... Smile

Mme de Sabran a écrit:
« Toutes mes demandes auprès du Château de Versailles, du Mobilier National et de l’Elysée se sont heurtées à un refus, rapporte Emilie Lanez. J’ai envoyé une lettre à la présidence de la République.
On m’a répondu trois mois plus tard par un coup de fil afin que je ne puisse pas faire valoir mon droit à l’information. Personne ne souhaite parler budget, travaux, mobilier ou personnel alors que c’est un bien vivant de l’argent public ».

Scandaleux !! boudoi29 Mad
avatar
La nuit, la neige

Messages : 9120
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pavillon de la Lanterne, à Versailles

Message par Majesté le Jeu 20 Avr 2017, 00:28

La nuit, la neige a écrit:Tu pourras toujours déplacer ce sujet ici : http://marie-antoinette.forumactif.org/f68-lieux-du-xviiie-siecle

Voilà qui est fait Wink


Bien à vous.

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin
avatar
Majesté

Messages : 11860
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 40
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pavillon de la Lanterne, à Versailles

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum