Capodimonte, un palais de Marie-Caroline

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Capodimonte, un palais de Marie-Caroline

Message par Mme de Sabran le Ven 16 Juin 2017, 11:54

La nuit, la neige a écrit:

Le tout sous le soleil de la merveilleuse côte Amalfitaine ou celui de la Sicile ; et avec, en fin d'émission, l'évocation des très beaux palais de Naples, évoqués dans ces sujets-ci :

Marie Caroline à Naples, le Palais royal (dont je n'ai jamais terminé la visite... Embarassed )

Marie-Caroline à Naples, Caserte (1200 pièces, s'vous plaît)

But mais alors ! ... et sur Capodimonte ?!!! Pas de sujet ? Hop!

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25813
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capodimonte, un palais de Marie-Caroline

Message par La nuit, la neige le Ven 16 Juin 2017, 13:32

Mme de Sabran a écrit:
But mais alors !     ...    et  sur Capodimonte ?!!!        Pas de sujet  ?   Hop!
Il ne me semble pas...
Une honte ! Mad Laughing
avatar
La nuit, la neige

Messages : 8551
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Capodimonte, un palais de Marie-Caroline

Message par Mme de Sabran le Ven 16 Juin 2017, 13:37

Gaaasp ! Il nous faut y remédier !

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25813
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capodimonte, un palais de Marie-Caroline

Message par Mme de Sabran le Ven 16 Juin 2017, 15:18

;

Capodimonte !    

   ...  son inoubliable salon de porcelaine !    drunken drunken drunken drunken drunken
Rentrons sous terre, ou mieux, tiens !   Allons nous suicider et revenons après, comme la Comtesse Diane ... Eventaille Eventaille Eventaille

J'ouvre donc un sujet pour cette autre fastueuse demeure de Marie-Caroline et Nazone qui constitue tout de même un des plus importants musées d'Italie.    Eclatons-nous ici !!!  








En 1738,  nous dit WIKI, Charles VII, roi de Naples et de Sicile (futur Charles III, roi d'Espagne) décide d'ériger un pavillon de chasse (casino di caccia) sur la colline de Capodimonte. Il s'oriente ensuite vers la construction de la Reggia di Capodimonte d'après les plans de Antonio Canevari et de Giovanni Antonio Medrano (architecte des opéras de Naples), pour héberger la prestigieuse collection d'art héritée de sa mère, Élisabeth Farnèse, dernière descendante de la famille ducale de Parme mais les travaux se poursuivent lentement pendant plus d'un siècle à cause des difficultés d'acheminement des matériaux issus des carrières de Pianura (un des quartiers de Naples).

-  En 1758, la collection est transférée dans la partie existante du palais et, en 1760, Ferdinand IV confie à l'architecte Ferdinando Fuga l'agrandissement de la Reggia et l'aménagement des parcs.

-  En 1780, la Reggia di Capodimonte accueillit le sculpteur Antonio Canova.

-  En 1787, sur les conseils de Jakob Philipp Hackert est institué, dans le musée, un laboratoire de restauration des peintures, confié à Federico Anders.

-  Pendant la révolution de 1799, le roi Ferdinand IV  et Marie-Caroline s'enfuient à Palerme en emportant les pièces plus précieuses des collections ; le palais est occupé par les troupes du général Championnet et les collections d'art restantes sont pillées.

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25813
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capodimonte, un palais de Marie-Caroline

Message par La nuit, la neige le Ven 16 Juin 2017, 18:48

Mme de Sabran a écrit:
   ...  son inoubliable salon de porcelaine !
Ce petit bijou, cette merveille... drunken















avatar
La nuit, la neige

Messages : 8551
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capodimonte, un palais de Marie-Caroline

Message par Mme de Sabran le Ven 16 Juin 2017, 19:00

Aaaaah, tais-toi ! ...    
J'en suis folle !!!

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25813
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capodimonte, un palais de Marie-Caroline

Message par La nuit, la neige le Ven 16 Juin 2017, 20:24

Quelle extravagance, quelle folie tout de même ! Shocked
avatar
La nuit, la neige

Messages : 8551
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capodimonte, un palais de Marie-Caroline

Message par Mme de Sabran le Ven 16 Juin 2017, 20:34

C'est bien là tout le charme !  

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25813
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capodimonte, un palais de Marie-Caroline

Message par Mme de Sabran le Sam 17 Juin 2017, 09:24







   


   


     


   





Un mot, d'ailleurs, sur la porcelaine de Capodimonte !  Very Happy

La porcelaine Capodimonte est  produite par la manufacture du même nom établie, en 1743, sur la zone collinaire de Capodimonte de Naples .
Influencée par la porcelaine de Meissen, elle est célèbre pour ses personnages et ses fleurs décoratives appliquées sur des tasses ou des vases.

Tel ce Jugement de Pâris :

 

La manufacture ouvre ses portes, à Naples, en 1743 sous l'égide de Charles de Bourbon, roi de Naples et futur Charles III d'Espagne. Avec sa femme, la reine Marie-Amélie, ils instituent la Manufacture Royale de Capodimonte attenante au palais Capodimonte de Naples, ancienne résidence royale d'été. À cette époque, le chimiste Livio Ottavio Schepers améliore la composition de la pâte tendre et, surtout, le sculpteur Giuseppe Gricci et le décorateur Casella créent d'importantes œuvres d'art dont la plus importante est le boudoir chinois de la reine Marie-Amélie entièrement décoré de porcelaines, des murs jusqu'aux lampes.

Grâce à cette manufacture, les monarques donnent naissance à une des célèbres forme d'art italienne.
Le roi collectionne les chefs-d'œuvre au Musée Capodimonte.

Lorsque Charles de Bourbon monte sur le trône d'Espagne, il fait démolir la manufacture sise au Palais de Capodimonte pour la transférer en Espagne avec ses artistes et leur matériel. Une nouvelle production voit le jour à la Fabrique royale de porcelaine du Buen Retiro située à Madrid.
Après le décès du roi Charles III, son fils, Ferdinand IV continue de soutenir la production de cette porcelaine décorative avec la Real Fabrica Ferdinandea qui ouvre ses portes en 1771 à Portici. Sous la direction de l'artiste Domenico Venuti la manufacture connaît son âge d'or ; période au cours de laquelle sont produits des services de table qui ornent la table du roi. Une quantité de ces plateries sont maintenant exposées au Musée Capodimonte.




À la fin du XVIIIème siècle, la manufacture développe des collections de céramiques antiques, notamment des services de style étrusque car ce style est recherché à cette époque par les riches particuliers.

Ces tribulations de la porcelaine de Capodimonte ont inspiré à Jean-Paul Desprat son roman historique Jaune de Naples .




Le siècle des Lumières constitue pour le romancier et historien Jean-Paul Desprat une fabuleuse source d'inspiration. Deuxième volet d'une future trilogie initiée avec « Bleu de Sèvres ", « Jaune de Naples » explore les dessous d'un siècle turbulent par le truchement original des fabricants de vaisselle royale. D'emblée, le roman s'ouvre sur une scène saisissante. Mai 1770, en lisière de la forêt de Compiègne, la rencontre d'une très jeune femme de quatorze ans « ignorant encore tout du pays auquel elle était destinée », et d'un « jeune homme de quinze ans, [...] haut perché sur des jambesarquées par d'interminables heures passées à cheval, maigre, dégingandé, les épaules retombantes ". Marie-Antoinette et le futur Louis XVI ne se connaissent pas, ils sont pourtant déjà mari et femme.
A cet instant, la jeune « Toinette " quitte son statut d'enfant pour endosser celui de Dauphine de France. Trop jeune probablement, dans une Europe en ébullition. L'Autriche lorgne sur la Bavière, l'Espagne pousse le Vatican à la suppression des jésuites. L'Angleterre, pour asseoir sa puissance militaire et commerciale en Méditerranée, avance ses pions en Italie. L'Italie, qui n'est qu'une constellation d'Etats confettis qui guerroient entre eux et servent de terrain de jeux politiques aux puissances européennes. Pendant ce temps, en France, « il n'y aura bientôt plus personne pour croire [...] que le roi est le représentant de Dieu sur terre ".
Transfert de technologie
A Sèvres, Anselme Masson, chimiste et géologue à la manufacture de porcelaine, envisage un avenir paisible, au sein « d'une usine idéale, posée dans les montagnes de son enfance, qui n'emploierait pas plus de dix personnes ». Mais la dauphine a des projets pour lui. La porcelaine est au coeur des enjeux politiques et commerciaux, l'art et la technique de Sèvres donnent le ton dans toute l'Europe. Le savoir-faire d'Anselme est repéré. MarieAntoinette, à la peine à Versailles, prend des décisions incertaines. Envoyer le chimiste chez sa soeur aînée Marie-Caroline, souveraine du royaume des Deux-Siciles, pour relancer la manufacture de Capodimonte à Naples, revient à s'opposer, de facto, au puissant Charles III d'Espagne qui l'avait fermée et transférée à son profit dans les faubourgs de Madrid. La Dauphine, ignorante des subtilités politiques et diplomatiques, flouée par la duplicité de sa soeur, envoie Anselme dans une sorte de guet-apens. Son fol espoir d'un retour rapide est vain, son odyssée va durer plus de quatre années.
Chapitre après chapitre, en chaise à porteur, en diligence, à pied, Masson chemine sous le soleil napolitain et romain. Les intrigues se croisent et les cadavres finissent par devenir encombrants. L'Italie, ce pays « où l'on hésite jamais à servir à son ennemi un poison violent noyé dans un nectar de fruit " se révèle être un vrai coupe-gorge. Au gré de ses péripéties, Anselme partage le quotidien et l'intimité du cardinal ambassadeur Bernis (Jean-Paul Desprat lui a déjà consacré une biographie), il est le témoin de l'assassinat du pape Clément XIV et des manoeuvres liées à sa succession. Jouet de l'obstination des deux soeurs Marie-Antoinette et Marie-Caroline, Anselme doit déployer des trésors de jugement, d'intuition, de courage et d'enthousiasme pour mener à bien sa mission, survivre aux poisons et au fil de l'épée. Homme de valeur morale, il ne succombe pas, sous la lumière enivrante du Sud italien, « ce jaune de Naples qui est comme la promesse d'une caresse au soleil ", à la volupté, grand bien lui prend. Son frère, compagnon d'aventures, n'aura pas la même clairvoyance -il va y perdre la vie. Dans ce tourbillon, Anselme garde à l'esprit qu'il est avant tout un homme de l'art. Il s'enrichit de toutes les influences, techniques et artistiques. Met son savoir-faire au service des puissants.
Roman dense, « Jaune de Naples " pousse au maximum le souci de la vraisemblance. L'imagination de l'auteur tire sa force de sa formidable érudition. Il donne autant à voir les grands faits historiques que l'envers du décor, notamment celui de la cour et des courtisans, champ de batailles, lieu d'intrigues, de délation et d'arrivisme. Marie-Antoinette, vaincue par les bruits de cour et les calomnies, ne songe même pas à « retrouver le chemin du coeur de ses sujets ». Elle ne s'en relèvera pas. Mais l'ouvrage vaut tout autant pour les mille et un détails pittoresques qui visent à faire revivre l'âme et la mentalité de l'époque. A la manière d'un roman du « siècle éclairé », rien n'est éludé, pas même les « érections fort bien conditionnées » du roi et la profondeur du « décolleté ovale en usage à la cour » ! Marcel Proust disait que les plats se lisent et que les livres se mangent. « Jaune de Naples " se déguste.


OLIVIER DURAND
Le Seuil, 660 pages, 22,50 euros.

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/10/08/2010/LesEchos/20737-034-ECH_l-odyssee-italienne-du-porcelainier-de-marie-antoinette.htm#vI5oxSTWLkyKFTC0.99

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25813
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capodimonte, un palais de Marie-Caroline

Message par Comtesse Diane le Sam 17 Juin 2017, 10:26

Mme de Sabran a écrit:
À cette époque, le chimiste Livio Ottavio Schepers améliore la composition de la pâte tendre et, surtout, le sculpteur Giuseppe Gricci et le décorateur Casella créent d'importantes œuvres d'art dont la plus importante est le boudoir chinois de la reine Marie-Amélie entièrement décoré de porcelaines, des murs jusqu'aux lampes.


Y'a pas à dire, ils se sont déchaînés, les gars !
C'est magnifique ! Heureux qui comme Ulysse peut se faire le voyage !!!

_________________
avatar
Comtesse Diane

Messages : 5003
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : TOURAINE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capodimonte, un palais de Marie-Caroline

Message par Trianon le Sam 17 Juin 2017, 14:06

Parallèlement à cette superbe folie architecturale, combien de temps faut-il pour édifier un tel château ? C'est incroyable. Je n'aime pas tout. Pourtant, j'aime pratiquement tout ce qui vient d'Italie.
avatar
Trianon

Messages : 2201
Date d'inscription : 22/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capodimonte, un palais de Marie-Caroline

Message par Mme de Sabran le Mar 20 Juin 2017, 16:21

Ah oui !    
Quelques autres vues de l'intérieur :  






















_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25813
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capodimonte, un palais de Marie-Caroline

Message par Mme de Sabran le Mer 21 Juin 2017, 15:18

Trianon a écrit: C'est incroyable. Je n'aime pas tout. .

Non, pourquoi incroyable ?  Very Happy  
Je ne raffole pas non plus de toutes les cantonnières  ... Vous êtes pardonnée !
Eh bien, ressortons .







_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 25813
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capodimonte, un palais de Marie-Caroline

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum