Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Lucius le Ven 22 Sep 2017, 19:10

La nuit, la neige a écrit:
Et pour en rester donc un tant soi peu dans le thème de Lucius, et au delà de la croyance chrétienne que la mort du corps est une étape de la vie mais que l'âme est immortelle et avec elle l'espoir d'une resurrection, il me semble aussi que les croyants sont préparés à la mort tout au long de leur vie, par des exercices (oups ! je ne connais pas le bon mot) tels que l'examen de conscience, des prières particulières etc.
.

Tout à fait.

Le XVIIe surtout mais encore le XVIIIe entretient l'espoir de faire une "bonne mort". A l'opposée de notre époque qui craint la souffrance par dessus tout, et où une mort plus supportable est subite voire inconsciente (dans son lit, ou sur le coup ...) l'occident catholique valorise une mort qui prend son temps.

En effet, une agonie de quelques jours permet au mourant d'une part de mette en ordre ses affaires terrestres et de rédiger un testament, mais surtout de se préparer au départ, par la mise en règle de sa conscience, le pardon des offenses, la repentance.
D'autre part, la souffrance de l'agonie, si elle est endurée avec stoïcisme, est valorisante pour le mourant. Mais surtout il y a l'idée que ce que l'on souffre ici bas, c'est toujours ça de fait par rapport à ce que l'on aura potentiellement à souffrir au purgatoire.

La mort de Louis XIV est du point de vue des mentalités du temps absolument exemplaire, et mourir d'un coup d'un seul est au contraire regardé avec mefiance, car elle ne permet pas de se préparer.
avatar
Lucius

Messages : 7888
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Lucius le Ven 22 Sep 2017, 19:13

Cette bonne mort a pour corollaire la valorisation de la figure de Joseph.
Mal vu au Moyen-Âge, les visions d'une mystique espagnole, Marie d'Agreda, en feront le patron de la belle mort, et lui donneront un nouveau crédit qu'il conservera peu ou prou jusqu'au XXe.


Dernière édition par Lucius le Ven 22 Sep 2017, 19:21, édité 1 fois
avatar
Lucius

Messages : 7888
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Mme de Sabran le Ven 22 Sep 2017, 19:18

Joseph ? le charpentier ?

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 35241
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Lucius le Ven 22 Sep 2017, 19:21

le pas-vraiment-papa de Jésus, oui
avatar
Lucius

Messages : 7888
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Comtesse Diane le Ven 22 Sep 2017, 19:33

Mme de Sabran a écrit:

Et pour en revenir à la sympathique chapelle que tu nous postes juste en amont, n'as-tu pas visité la chapelle des Capucins, à Rome ?
Il ne sont plus très frais, lesdits Capucins ...  bouh, quelle horreur !
Ah, dis donc !  J'étais heureuse de ressortir au soleil et de respirer à pleins poumons  !  sunny



_________________
avatar
Comtesse Diane

Messages : 7316
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : TOURAINE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Lucius le Sam 23 Sep 2017, 16:21

Petit point plus artistique que social sur les monuments funéraires du XVIIIe.

La tradition des monuments funéraires est encore vive au lendemain des guerres de religion. Au début du XVIIe ils occupent parfois des pans de murs entiers dans les chapelles familiales, pensez à ceux de Saint-Nicolas du Chardonnet ou des Champs.

D'aucuns ont fait remarquer que la sécularisation de la mort au XVIIIe s'accompagne d'une diminution de l’engouement des élites pour les monuments funéraires.
Il convient de préciser que le XVIIIe connait la réalisation d'un certain nombre de monuments funéraires, mais aussi un certain nombre de plaques. Mais la révolution en ayant fait disparaître un grand nombre, et nous n'en voyons plus trace.

Cette idée de la sécularisation de la mort revient au galop cependant lorsqu'on observe plus attentivement ces tombeaux.

En voici quelques exemples :


Monument du comte d'Harcourt à Notre-Dame par Pigalle


Monument d'Henri de Lorraine, comte d'Harcourt, par Coysevox, abbaye de Royaumont (1704)


Monument du maréchal de Saxe à Strasbourg par Pigalle


Tombeau de Mignard, dont quelques morceaux furent remontés à Saint-Roch, par Lemoyne


Dernière édition par Lucius le Sam 23 Sep 2017, 16:29, édité 1 fois
avatar
Lucius

Messages : 7888
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Lucius le Sam 23 Sep 2017, 16:24

Observez en bien la symbolique :

Le comte d'Harcourt résigné, entre dans le cercueil au moment marqué par la Mort, son épouse et un génie funèbre pleurant son départ.

Le comte d'Harcourt (de la maison de Lorraine) succombe gracieusement à la mort dans les bras de la Renommée qui le couronne.

Le maréchal, d'un pas calme et résolu, descend dans la tombe où l'appelle la Mort, alors que la France tente de retarder l'inévitable.

Mignard, que le Temps arrache à l'oubli qui allait le recouvrir grâce à son art et la piété filiale de sa fille.

Ne vous semble-t-il pas qu'il manque quelque chose ?
avatar
Lucius

Messages : 7888
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Mme de Sabran le Sam 23 Sep 2017, 18:04

...   euh !   Hop! ... un peu de gaieté ! Eventaille




Dis-nous tout, cher petit Lulu .  Very Happy

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 35241
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Lucius le Sam 23 Sep 2017, 18:52

Mme de Sabran a écrit:...   euh !   Hop!   ...   un peu de gaieté !   Eventaille    

Vous trouvez ?

avatar
Lucius

Messages : 7888
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Lucius le Sam 23 Sep 2017, 18:56

Plus sérieusement, réflechissez y un peu. Qu'est-ce qui ne va pas avec ces tombeaux ?
avatar
Lucius

Messages : 7888
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Mme de Sabran le Sam 23 Sep 2017, 19:08



Ah, tais-toi !    Eventaille  Eventaille  Eventaille     Je les adore !!!  



_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 35241
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Lucius le Dim 24 Sep 2017, 14:53

Lucius a écrit:Observez en bien la symbolique :

Le comte d'Harcourt résigné, entre dans le cercueil au moment marqué par la Mort, son épouse et un génie funèbre pleurant son départ.

Le comte d'Harcourt (de la maison de Lorraine) succombe gracieusement à la mort dans les bras de la Renommée qui le couronne.

Le maréchal, d'un pas calme et résolu, descend dans la tombe où l'appelle la Mort, alors que la France tente de retarder l'inévitable.

Mignard, que le Temps arrache à l'oubli qui allait le recouvrir grâce à son art et la piété filiale de sa fille.

Ne vous semble-t-il pas qu'il manque quelque chose ?

Mais il manque tout ce qui constitue l'espérance chrétienne de la résurrection ! Où se trouve le Salut ? Dieu même est absent de ces monuments.

La mort y prend un visage très stoïciens, inéluctable mais nullement à craindre pour ceux qui ont su bien remplir leur vie. Mais la fin du parcours se situe dans le tombeau, alors que le christianisme propose d'en sortir !

Il est assez remarquable que les grands monuments funéraires encore commandés et établis dans les églises soit en même temps des témoins de la sécularisation du rapport à la mort.

Il existe néanmoins des exemples qui nous montrent des sentiments religieux, en particulier le monument de Languet de Gergy à Saint-Sulpice achevé en juin 1757.


Dernière édition par Lucius le Dim 24 Sep 2017, 15:02, édité 1 fois
avatar
Lucius

Messages : 7888
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Mme de Sabran le Dim 24 Sep 2017, 14:56

Lucius a écrit:

Mais il manque tout ce qui constitue l'espérance chrétienne de la résurrection ! Où se trouve le Salut ? Dieu même est absent de ces monuments.


Normal que je n'ai pas trouvé ... Hop!

Wink

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 35241
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Lucius le Dim 24 Sep 2017, 15:01



Dans celui-ci la mort est vaincue, chassé par l'ange de l'Immortalité et du Salut (il y a une ambivalence).
Au centre, et pourtant en dehors de ce combat, le curé de Saint-Sulpice est présenté dans un geste d'abandon au Ciel inédit dans la sculpture française.
En dessous se trouvaient deux puti représentant la Foi et la Charité, deux vertus théologales qui sont à l'origine du Salut de cet homme, et démontre bien que ce n'est pas la gloire du monde mais la pratique des Vertus qui motive l'intervention de l'ange pour extirper cette âme aux bras de la Mort.

Cet ange qui regarde ailleurs. Sur place on s'aperçoit qu'il a les yeux tournés vers le maître autel. C'est de la présence de Dieu dans l'édifice que l'ange reçoit ses ordres et tire la signification de son geste.

La mort est l'occasion d'un élan vers le haut, d'une grande vitalité, et non pas de la descente résigné vers des cercueils de marbres froids.

Cela en fait un monument assez remarquable dans la sculpture monumentale parisienne, mais aussi l'un des plus religieux.

On peut aussi citer le mausolée de Catherine Opalinska.
avatar
Lucius

Messages : 7888
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Mme de Sabran le Dim 24 Sep 2017, 20:54

Lucius a écrit:
En dessous se trouvaient deux puti représentant la Foi et la Charité.

Pourquoi se trouvaient ? Ils n'y sont plus ? Où ont-ils été transportés ?

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 35241
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Lucius le Dim 24 Sep 2017, 23:34

C'est une longue histoire. Lorsque le monument fut emporté à la révolution, le groupe central et les puti furent séparés. Après avoir été exposé au Musée Lenoir, le groupe central est rapidement revenu à Saint-Sulpice. Lors des recherches préliminaires à l'exposition sur le sus-dit musée, l'un d'eux fut retrouvé et est maintenant exposé à côté du monument, puisque le remontage des années 1810 avait été réalisé sans prévoir le retour des puti.

Ai-je été clair ?
avatar
Lucius

Messages : 7888
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Mme de Sabran le Dim 24 Sep 2017, 23:37

L'un d'eux ... et le deuxième ?

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 35241
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Lucius le Dim 24 Sep 2017, 23:56

Toujours dans la nature, mais on peut espérer.
avatar
Lucius

Messages : 7888
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par La nuit, la neige le Lun 25 Sep 2017, 09:52

Merci, Lucius, pour ces explications...

A tout prendre, je crois que je préfère encore ces genres de représentations, disons "animées", aux simples gisants, qui me glacent le sang. What a Face Laughing
avatar
La nuit, la neige

Messages : 11742
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Lucius le Mer 22 Nov 2017, 18:57

La question janséniste

Ce sujet est à mon sens la question historique la plus complexe de l’histoire moderne. Aussi il ne s’agira pas ici de réécrire en moins bien les milliers de pages qui furent consacrées à ce mouvement.

Je souhaiterai simplement, dans ce sujet consacré à la question des pratiques religieuses du XVIIIe siècle, donner un aperçu des enjeux de cette question. Si vous le souhaitez, nous pourrons aussi rentrer dans des aspects plus concrets, selon vos questions.
La chronologie des faits est ce qu’il y a de plus connu, vous en trouverez plein l’internet, il n’est pas nécessaire de la reproduire ici par copié-collé.

Cette imparfaite présentation se base principalement pour le XVIIe siècle sur l’analyse textuelle de Henri Bremond, de nombreux articles disponibles en ligne sur Persée, et pour le XVIIIe sur le travail fondamental de Catherine Maire, ainsi que des ouvrages mentionnés au début du sujet.

Le Jansénisme du XVIIIe siècle ne se peut comprendre qu’après avoir jeté un rapide coup d’œil au siècle précédent.

Le Jansénisme au XVIIe siècle.

Il ne faudrait pas imaginer que ce courant naquit d’une génération spontanée. Il émerge au sein des préoccupations de cette période spirituelle très riche que fut le premier XVIIe siècle, nourri du nouveau cap qu’a pris le Concile de Trente. La société française est en pleine reconstruction après les Guerres de Religions. L’appel à une vie spirituelle intense, personnelle, authentique est très fort, dans toutes les couches de la société. Des figures importantes encouragent, vivent et accompagnent ce renouveau ; François de Sales, Pierre de Bérulles, Vincent De Paul, Jean-Jacques Olier, Louis-Marie Grignon de Montfort, dont certains seront rapidement canonisés.

Cette École de Spiritualité française correspond à ce qu’on appelait alors la « voie étroite », c’est à dire une grande exigence envers sa manière de vivre afin de suivre véritablement l’enseignement du Christ dans sa vie quotidienne, nourrie par la méditation des Textes, la prière et les Sacrements.

Aussi, la réforme de la petite abbaye de Port-Royal par sa nouvelle abbesse Angélique Arnaud entre-t-elle parfaitement dans cet élan que connaît toute la France catholique.

Cependant, un petit groupe, formé autours du confesseur des religieuses, l’abbé de Saint-Cyran, personnage fantasque et de la large fratrie Arnaud, dont surtout Antoine, théologien de la Sorbonne, commence à faire parler de lui.

Il se fait remarquer par  une activité intellectuelle intense et des prises de position très marquées. Mais ce mouvement port-royaliste n’est au départ rien moins que catholique, et Brémond tend à montrer que la plupart des premiers protagonistes n’ont rien à se reprocher quant au dogme, lorsqu’on regarde les choses avec un œil dépassionné.

Le cœur de leurs convictions peut se réduire à trois thèmes centraux :

Ils sont hantés par le cauchemar de la corruption universelle et la place unique de la Grâce.
Une obsession moraliste qui rejette les formes non rationnelles de la vie intérieure.
Une haine des jésuites qui incarnent la morale relâchée, source de tous les maux.

Ils ne sont pas les seuls à rejeter la morale relâchée, ni à accorder une part majeure à l’examen de conscience. Mais eux se focalisent dessus, le disent fort, le diffusent, pousse le sujet jusqu’où les autorités catholiques et une grande parti des dévots ne peuvent plus les suivre.

Deux sujets vont cristalliser les oppositions : la Grâce et les Sacrements.

Le sujet de la Grâce est très délicat. Il se joue sur des interprétations de mots tirés de Saint Augustin, source majeure de leur spiritualité (ce qui en dit long sur la dimension polémique et combattante de leur inspiration). Pour faire simple, si cela est possible, ils rejettent l’idée que l’infiniment petit de la créature (nous) ne saurait jouer un quelconque rôle dans l’œuvre de son Salut, seulement réalisable grâce à la Grâce divine (pardon du jeux de mot), s’opposant à ceux, dont les jésuites, qui considèrent que le Salut ne peut se faire que par la Grâce, certes, mais que l’humanité étant libre, sa volonté est nécessaire, et donc que l’Homme collabore à la Grâce pour faire œuvre salvatrice.

Ce n’est que la répétition du débat sur la place des Œuvres vis à vis de la Foi dans l’économie du Salut, tension que l’on perçoit déjà dans les Actes des Apôtres !

La dimension sacramentelle est peut être plus concrète. La conscience de la nature pécheresse de l’Homme ne peut que nous faire plus sentir le contraste entre notre petitesse et l’immensité de Dieu et de ses dons, de la perfection de ses Sacrements, en particulier celui de l’Absolution et de l’Eucharistie.

Ils se firent d’abord connaître par la condamnation officielle du Chapelet secret de la Mère Angélique, qui attribue au Saint Sacrement toute une série de qualificatifs : inaccessibilité, incompréhensibilité, incommunicabilité, indépendance ...
idées qui seront reprises plus tard par son grand frère dans son ouvrage célèbre :

Non-seulement [les pénitents] souffrent qu'on leur retranche la communion du Fils de Dieu , mais ils veulent eux mêmes en être séparés ; ils n'entrent pas même dans dans l’Église, se trouvant indignes de mêler leurs voix avec celles du peuple de Dieu et de jouir de la vue bienheureuse des mystères également terribles et vénérables ; ils se tiennent à la porte dans une humilité profonde, pleurant tandis que les les autres chantent & priant plus par leurs soupirs que par leurs paroles ...

Antoine Arnaud, De la fréquente communion, Préface

Ils s’agit de positions qui franchissent ce l’Église catholique du XVIIe siècle enseigne.

Je m’arrête sur ces éléments car ils sont fondamentaux pour comprendre la raison du décrochement d’une partie de la population au siècle suivant, qui, à force d’entendre qu’ils sont indignent du Sacrement, vont en titrer la conclusion qu’il est vain de faire des efforts, si ils sont inutiles.
Et plus encore, c’est cette théologie de l’éloignement entre Ciel et Terre, entre l’Humanité et Dieu, qui va imprégner la société du XVIIIe siècle, où le Ciel est si loin, qu’au bout d’un moment il n’est plus là du tout.

À ces deux questions théologiques s’ajoute leur haine envers les jésuites, les désignant comme leurs adversaires par excellence, au sein d’une polémique virulente, haineuse même, par imprimés interposés.

Et ainsi commence une querelle qui s’achève, comme vous le savez, par la condamnation du livre sur Saint-Augustin de Jansenius, un proche du mouvement, qui servira de champs de bataille entre les deux camps jusqu’à la destruction de l’abbaye et l’instauration d’un silence imposé par Rome sur les questions de la Grâce.

Et je me rends compte que pour une introduction, c’est déjà bien long !
avatar
Lucius

Messages : 7888
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Lucius le Mer 22 Nov 2017, 19:39

Excusez l'orthographe, je laisse toujours passer des horreurs lorsque je lis à l'écran.
avatar
Lucius

Messages : 7888
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par La nuit, la neige le Jeu 23 Nov 2017, 09:49

Merci pour cet article, qui éclaire - un peu - ma lanterne.

Mais je crois que je suis si peu sensible, voire réfractaire, au "concept initial" de tout ceci, que d'en saisir les nuances m'est vraiment très difficile... Eventaille

J'avais même essayé de lire un roman abordant ce thème. Je pensais que cela serait plus "facile" pour moi.
Ben non...Une lecture pénible !
Je crois avoir déjà cité ce livre dans ce forum.



Présentation
Jusqu'à son éradication en 1709, l'abbaye de Port-Royal des Champs aura représenté - face à Versailles, à la cour de Louis XIV, aux jésuites et à la papauté -un symbole d'indépendance et d'inviolabilité des consciences. C'est pourquoi cette histoire (de famille, de clan, de femmes surtout) est celle d'une persécution acharnée, mais aussi d'une clandestine activité de préservation.
Au centre de celle-ci, Françoise de Joncoux, surnommée "l'Invisible", patiemment déchiffre et recopie les manuscrits du monastère, maintient le lien entre les membres de la communauté dispersée, sauve de l'anéantissement l'œuvre édifiée par tant de moniales et de leurs amis - Biaise Pascal et les "Solitaires".

Proche de Françoise de Joncoux : Claude Dodart, certes praticien à la cour, mais fils d'un médecin de l'abbaye. Ou encore Marie-Catherine Racine, en quête d'un manuscrit introuvable de son père, l'illustre Jean Racine, et de vérité sur celui-ci - ami ambigu de Port-Royal, qui y fut élevé, s'en éloigna, l'y laissa elle-même entrer, l'en retira de force... mais voulut y être inhumé.

Traversé de multiples prises de parole, revécu par celles qui ont "fait" ou approché Port-Royal, bruissant de mémoire et empli de probité dans la fiction, le roman de Claude Pujade-Renaud embrasse l'histoire d'un lieu de grâce que le pouvoir temporel n'eut de cesse d'opprimer, détruire et transformer en désert - au risque même d'en faire un mythe.

Lucius a écrit: (...) comprendre la raison du décrochement d’une partie de la population au siècle suivant, qui, à force d’entendre qu’ils sont indignent du Sacrement, vont en titrer la conclusion qu’il est vain de faire des efforts, si ils sont inutiles.
Et plus encore, c’est cette théologie de l’éloignement entre Ciel et Terre, entre l’Humanité et Dieu, qui va imprégner la société du XVIIIe siècle, où le Ciel est si loin, qu’au bout d’un moment il n’est plus là du tout.
Oui, évidemment...
avatar
La nuit, la neige

Messages : 11742
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Mr de Talaru le Jeu 23 Nov 2017, 10:49

Je voudrais revenir sur ces tombeaux que je trouve superbes et le côté ecclésiastique d'icelui.
Voici celui du Cardinal de Richelieu dans nos murs








Tombeau sculpté par Girardon en 1693.

Le Cardinal est dans les bras de la Vertu, (qui reste de marbre), la Doctrine en revanche à ses pieds est en pleurs.
Il a le regard tourné vers l'autel.
Il repose sur un lit, moitié d'apparat avec de lourds draps. La barrette est jetée sur le côté et deux petits génies pleurent derrière lui.
Pour ma part j'adore ce tombeau, mais la Résurrection je la vois pas.

_________________
Un verre d'eau pour la Reine.
avatar
Mr de Talaru

Messages : 2424
Date d'inscription : 02/01/2014
Age : 59
Localisation : près des Cordeliers...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Mr de Talaru le Jeu 23 Nov 2017, 10:52

A j'allais oublié un détail important pour les tombeaux, les pieds du Cardinal sont tournés vers l'Est car le jour du jugement dernier les morts se releveront par l'Est. Ceci dit dans le tombeau du cardinal ne reste que sa face et un morceau de phalange !!!! Il va pas être beau ce jour là ! Eventaille

_________________
Un verre d'eau pour la Reine.
avatar
Mr de Talaru

Messages : 2424
Date d'inscription : 02/01/2014
Age : 59
Localisation : près des Cordeliers...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Structures ecclésiales françaises de l'époque moderne

Message par Mme de Sabran le Jeu 23 Nov 2017, 11:56

Est-ce que l'on ne se présente pas comme tout neuf devant Dieu, au Jugement dernier ? Very Happy

Tu imagines, Jeanne d'Arc : un petit tas de cendres !
Le bon Normand dirait " Bon diou, çô va pô l'faire ! "

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 35241
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum