Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par Invité le Lun 23 Déc - 13:36

Les mouches étaient en fait un morceau de taffetas noir destiné à mettre en valeur la clarté de la carnation de la personne (souvent noble ) qui n'avait dû subir les outrages du soleil...

Un code bien précis donnait à chacune une signification (et un nom très XVIIIème) selon l'endroit où la personne la plaçait sur elle:
Près de l'œil, elle se nomme assassine ou passionnée.
Au coin de la bouche, c'est la baiseuse.
Sous la lèvre, elle devient friponne ou coquette.
Sur le nez, effrontée ou gaillarde.
Sur le front, la majestueuse
Sur la joue, c'est la galante.
Sur une ride, dans le creux du sourire , elle est l'enjouée.
Sur la poitrine, c'est la généreuse.
Sur un bouton, la receleuse.
Ou bien sur le menton, la discrète .......




Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Mer 22 Jan - 16:44

Mme de Périgny a écrit:

Le maquillage est un sujet très intéressant.

Le problème avec les mouches et le maquillage est qu'ils sont presque toujours représentés d'une façon ridicule dans les films.

A-t-on déjà vu un portrait avec un visage emplâtré de fard et de rouge à outrance? Non, tous les portraits de femme présentent un teint très clair avec des joues roses, belles de bon sang.



En fait le fard blanc ne formait pas un masque mais bien un voile velouté qui éclaircissait le teint. Le rouge, savamment appliqué avec un tampon de mousseline servait à y mettre des joues ayant un effet de "rougies par l'air frais".

Voyez sur cette photo, je me suis maquillée avec du fard totalement blanc pur et du rouge très vif, l'effet est néanmoins doux et très naturel.

http://lashim.myphotoalbum.com/view_photo.php?set_albumName=album57&id=IMG_0296

Voilà pourquoi Marie-Antoinette peut nous paraître pas maquillée si elle a été fardée avec goût et élégance

Je crois que nous avons tous une tante ou une voisine qui se maquille avec excès et mauvais goût parfois.
Au XVIIIe cela devait être pareil et tout comme aujourd'hui on ne se privait pas de commenter la chose! Voilà ma perception.

Pour me farder j'utilise un pain sec de fard blanc pur avec un pinceau à poudre. Il est facile d'en mettre trop épais, passer 2 ou 3 fois sur le visage, et de devenir totalement emplâtrée!

Pour le rouge, c'est aussi un pain sec (poudre compressée très matte) rouge vif. Et je peux vous dire qu'il faut de la pratique pour avoir un air! La première fois j'avais une allure...clownesque! Digne de mention par un chroniqueur du XVIIIe!

.


Merci, chère Madame de Périgny pour ces précisions fort intéressantes .  Very Happy 
Pour ce qui est des mouches, Marie-Antoinette n'en portait plus . Elles étaient passées de mode !

.
avatar
Mme de Sabran

Messages : 34795
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par Gouverneur Morris le Mer 22 Jan - 16:46

Inutile passer le mur pour me rappeler ce que je vous avais alors répondu Mme de Sabran :


 : 
avatar
Gouverneur Morris

Messages : 4366
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Mer 22 Jan - 16:49




Voilà ce qu'il faut montrer à votre princesse insensible !  Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing 

Si elle ne s'écroule pas de rire, que le Grand Cric me croque .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 34795
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par Gouverneur Morris le Mer 22 Jan - 16:56

: : : 
avatar
Gouverneur Morris

Messages : 4366
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Mer 22 Jan - 16:57


Je continue à bouturer joyeusement notre petite cousine d'outre-Atlantique !  :n,,;::::!!!: 

Mme de Périgny a écrit:
Pas de rouge sur les lèvres : les dents étant souvent très abimées, il vaut mieux ne pas attirer l'attention sur cette partie du visage.D'ailleurs, les bouches sont toujours closes sur les portraits .
Joséphine qui est une femme du XVIIIème se maquillait beaucoup et ce maquillage tombait par plaques " j'ai mes farines" disait-elle
.

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 34795
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par Invité le Mer 22 Jan - 17:01

Mme de Périgny a écrit:En fait le fard blanc ne formait pas un masque mais bien un voile velouté qui éclaircissait le teint. Le rouge, savamment appliqué avec un tampon de mousseline servait à y mettre des joues ayant un effet de "rougies par l'air frais".

Voyez sur cette photo, je me suis maquillée avec du fard totalement blanc pur et du rouge très vif, l'effet est néanmoins doux et très naturel.

Pour me farder j'utilise un pain sec de fard blanc pur avec un pinceau à poudre. Il est facile d'en mettre trop épais, passer 2 ou 3 fois sur le visage, et de devenir totalement emplâtrée!
.
Merci , chère Madame de Périgny , pour vos lumières qui nous permettent de vivre le quotidien du XVIIIème au mieux !
J'admire la délicatesse de vos explications, cela nous emmène directement dans votre cabinet de toilette... On vit vraiment l'instant avec vous !  : 

Bien à vous.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par La nuit, la neige le Mer 22 Jan - 17:01

L’humour anglais... : 

avatar
La nuit, la neige

Messages : 11546
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Mer 22 Jan - 17:02


Mme de Périgny a écrit:

Lorsque l'on consulte des inventaires des parfumeurs (ceux qui fabriquaient et vendaient des cosmétiques et du maquillage) et que l'on lit les ouvrages de parfumeurs (recettes comment les fabriquer) il y a des recettes de blanc pour le teint et de rouge pour les joues et les lèvres.

Le blanc se vendait sous forme de pâte pressée à appliquer sèche ou humide. Existait aussi du blanc sous forme liquide ou crémeuse. Idéal pour une peau plus sèche. À partir de 1740 on aime les produits à base naturelle, surtout végétale, ensuite animale. Les minéraux n'ont pas bonne cote. Passé 1750, seulement 12% des recettes contiennent des dérivés du plomb...Donc 88% des fards n'en contiennent pas.

Pour le rouge, il y avait des poudres pressées et des formats crémeux. Existait aussi du crépon, c'est à dire des papiers spéciaux enduit de rouge à humecter avant de le passer sur les joues.

Tout comme aujourd'hui, il y avait des femmes qui savaient bien se maquiller et d'autres chez qui c'était moins bien effectué. Sans oublier les résultats plus médiocres dus à un choix de produits mal adaptés au type de peau ou à une peau plus capricieuse... Bref rien de nouveau sous le soleil!

Dire que son maquille coule...cela ne veut pas necessairement dire que cela "tombe"...en 2011 aussi en fin de journée...j'ai mes farines! je dois faire des retouches! L'hiver c'est encore pire, ma peau plus sèche pèle plus facilement sous le fond de teint...L'été je dois user le plus de poudre car mon visage devient plus vite gras et brillant...Nous sommes toujours en 2011. Normal que les femmes du XVIIIe aient eut aussi ces aléas de maquillage.

Je vous invite à me regarder ici la figure...tout à fait maquillée comme en 1750. Un teint éclairci au blanc pur sur une peau préalablement pommadée pour lui garder souplesse et éviter l'aspect sec. Sur les joues, un rouge très cru appliqué avec une mousseline sur les joues en forme triangulaire. Sur les lèvres, une pommade teintée.

http://lashim.myphotoalbum.com/view_photo.php?set_albumName=album79&id=img_3776

Prenez le temps de regarder des tableaux...les femmes n'y sont pas fardées à outrance. Certes la quantité de rouge varie selon comment chacune aime se maquiller...comme en 2011, certaines en mettent plus que d'autres. Mais globalement on a affaire à un maquillage qui rehausse et qui ne déguise pas du tout. Du moins on est loin du masque blanc de clown trop souvent présenté comme étant la norme à l'époque...et pourtant!


_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 34795
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Mer 22 Jan - 17:09

La nuit, la neige a écrit:L’humour anglais... : 



Ah, tais-toi ! Foin de romance !!!

.
avatar
Mme de Sabran

Messages : 34795
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par Gouverneur Morris le Mer 22 Jan - 17:12

Les Nuls y sont allés aussi de leur parodie :



C'est bête  : 
avatar
Gouverneur Morris

Messages : 4366
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Mer 22 Jan - 17:19



Cette video n'est pas disponible dans votre pays, me dit Jules !  Hop! 
avatar
Mme de Sabran

Messages : 34795
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Mer 22 Jan - 17:36



Le blanc et le rouge sont les couleurs dominantes , les plus grands noms de la noblesse ressemblent à des poupées fardées, en effet, au XVIIIe s, la femme admise à Versailles, se doit d'avoir le teint livide, obtenu par le blanc de céruse (ou oxyde de plomb). Il sert à lisser la peau, souvent très abimée par la petite vérole, et marque surtout le rang auquel elle appartient.

Les lèvres sont peintes en rouge vermillon et les pommettes rehaussées, parfois, d'un voile rosé, le plus souvent, d'un rouge franc.Viennent ensuite, les mouches, ces morceaux de tissu en toile, de différentes formes, posées un peu partout sur le visage et le corps. Selon l'endroit, elles indiquent l'humeur du moment, ainsi, la jeune femme passionnée la met au coin de l'œil, la coquette, au bord de la lèvre, la majestueuse sur le front, la galante sur la joue, la provocante à la naissance des seins, l'enjouée sur le pli du sourire, la discrète sous la lèvre inférieure et la receleuse sur un bouton.Les hommes se "maquillent" de la même façon, car sans tous ces artifices, point de salut!

Marie-Antoinette intervient...

Malheureusement, certains de ces produits, indépendamment de leur prix élevé, sont extrêmement nocifs puisque à base de plomb ou d'arsenic.

Malgré cela, des femmes n'hésitent pas à manger des tablettes d'arsenic qui les anémient et leur donnent la pâleur tant recherchée. Une folie qui en fera mourir plus d'une mais que ne ferait-on pas pour paraître à la cour?

Marie-Antoinette est au courant de ces débordements et décide d'y mettre fin. Elle se nettoie la peau au vinaigre ou avec de l'eau cosmétique de pigeon, se tonifie avec l'eau des charmes, extraite des larmes de vigne du mois de mai et blanchit son teint à l'eau d'ange. Elle se fait également des masques de beauté à la moelle de bœuf et utilise des crèmes pour la peau à base d'œufs, d'intestin de pigeon, de végétaux et d'eau de pluie.

Fini le teint blafard, elle apporte une nouvelle jeunesse à l'art d'être belle, elle change les critères de beauté et stupéfie la vieille garde de la noblesse française par ce qui est considéré comme une excentricité ahurissante.
Des recettes pour le moins surprenantes…

Le contenu des potions est bien curieux. Voici deux exemples.

L'eau cosmétique de pigeon

Elle se compose des ingrédients suivants: deux pigeons, du pain blanc, des noyaux de pêches, quelques semences, des blancs d'œufs, du jus de citron, tout cela macêre dans du lait de chèvre avec de l'eau distillée, dans lesquels sont ajoutés du camphre, du boras (extrait de palme), du sucre candi et de l'alun brûlé. Cette mixture est ensuite exposée au soleil pendant trois jours, puis conservée à la cave pendant environ quinze jours. Après avoir filtré le liquide, il est prêt à être utilisé.

L'eau d'ange

Dans la composition de cette recette, on trouve des senteurs telles que le benjoin (résine), le santal, le citrin (colorant), l'iris, le citron, la noix de muscade, la cannelle, le bois de rose, l'eau de myrte, le musc et la civette (extrait de la glande odoriférante de l'animal du même nom).

Le précurseur de ces excès se nomme Jean-Louis Fargeon. Bien qu'il dénonce, dans ses écrits, l'exagération des femmes en matière de beauté et les dangers qu'elles courent, il sait aussi que son commerce est florissant, car la gente féminine est tout, sauf raisonnable. Il s'appuie, donc, sur ces faits bien réels pour proposer de plus en plus de produits susceptibles de plaire, au détriment d'une certaine sécurité.

Qui est Jean-Louis Fargeon? Il appartient à la corporation dite des parfumeurs gantiers, mais il va étendre ses compétences.

Il s'intéresse, d'abord, à la création des fards, puis devient le parfumeur attitré de la reine (après avoir été celui de la Du Barry). Il la conseille dans ses choix, en particulier sur l'utilisation mesurée du céruse qui est en très net recul, dans la seconde partie du XVIIIe s.

Elle lui laissera des sommes impressionnantes pour ses parfums et autres "produits de beauté", on parle de 200.000 livres pour la seule année 1778.

Que ce soit au XVIIIe s ou maintenant, on s'aperçoit que rien n'a changé... Le ridicule ne tue pas et le siècle des lumières en a été une preuve flagrante...


Marie-Antoinette et la mode
par Audrey Bachter
avatar
Mme de Sabran

Messages : 34795
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Mer 22 Jan - 21:31



Sujet scindé !  Very Happy 
avatar
Mme de Sabran

Messages : 34795
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par La nuit, la neige le Mer 22 Jan - 21:38

Oh ! Tu pouvais tout déplacer depuis ta première copie du message de Mme de Périgny.
Ce qu’elle dit sur le maquillage est intéressant : tu peux le sortir du « Dior et Marie-Antoinette objet marketing ».
Enfin, à mon avis... Embarassed boudoi26 
avatar
La nuit, la neige

Messages : 11546
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Mer 22 Jan - 21:42

La nuit, la neige a écrit:Oh ! Tu pouvais tout déplacer depuis ta première copie du message de Mme de Périgny.
Ce qu’elle dit sur le maquillage est intéressant : tu peux le sortir du « Dior et Marie-Antoinette objet marketing ».
Enfin, à mon avis... Embarassed boudoi26 

Justement, je ne savais pas où scinder !  
Vas-y, fais à ton idée !!!   :n,,;::::!!!: et merci d'avance !
avatar
Mme de Sabran

Messages : 34795
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par La nuit, la neige le Mer 22 Jan - 21:45

Mme de Sabran a écrit:
Vas-y, fais à ton idée !!!   :n,,;::::!!!:  et merci d'avance !
Rooh ! Je ne veux plus modérer... :
Ce n’est pas grave, juste un trouble obsessionnel compulsif que je tente de soigner.  rabbit 
avatar
La nuit, la neige

Messages : 11546
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Mer 22 Jan - 21:47



Même si je te le demande avec trémolos et battements de cils ..............  Wink 
avatar
Mme de Sabran

Messages : 34795
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par La nuit, la neige le Mer 22 Jan - 21:48

Les cils ? Maquillés ou pas ?
avatar
La nuit, la neige

Messages : 11546
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Le maquillage

Message par Mme de Sabran le Mer 22 Jan - 21:50



... toujours !  : 
avatar
Mme de Sabran

Messages : 34795
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par La nuit, la neige le Mer 22 Jan - 21:58

Messages déplacés et fusionnés ici.  Wink 
avatar
La nuit, la neige

Messages : 11546
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Mer 22 Jan - 21:59



...  3196910 
avatar
Mme de Sabran

Messages : 34795
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par La nuit, la neige le Mer 22 Jan - 22:06

... 3196910 
Mais mon TOC alors ?
Je suis en plein sevrage moi : j’ai fait voeux de chasteté euh...d’abstinence, de pauvreté et d'obéissance !!




Ah !!!! Je peux à nouveau insérer des images !!!  :n,,;::::!!!: :n,,;::::!!!: 
avatar
La nuit, la neige

Messages : 11546
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par Mme de Sabran le Mer 22 Jan - 22:13

La nuit, la neige a écrit:. j’ai fait voeux de chasteté euh...d’abstinence, de pauvreté et d'obéissance !!
 

Taratata !  :n,,;::::!!!:  Je t'imagine abstinent, pauvre et obéissant ...  :  :  : 
Ces voeux te vont comme des guêtres à une langouste ! Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing



Veinard ! Moi non, je ne peux toujours pas importer d'images ... Cast*f*uine !!!

.
avatar
Mme de Sabran

Messages : 34795
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mouches et le maquillage au XVIIIème siècle

Message par Louis XVI le Mar 8 Juil - 14:31

La nuit, la neige a écrit:Oh ! Tu pouvais tout déplacer depuis ta première copie du message de Mme de Périgny.
Ce qu’elle dit sur le maquillage est intéressant : tu peux le sortir du « Dior et Marie-Antoinette objet marketing ».
Enfin, à mon avis... Embarassed boudoi26 

Voici le lien de la vidéo Wink
http://www.dior.com/beauty/fr_fr/parfum-et-beaute/maquillage/look-exclusifs/collection-trianon/fr-springlook2014-collection-trianon.html
avatar
Louis XVI

Messages : 209
Date d'inscription : 31/03/2014
Age : 27
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum