Madame Dupin, de Jean Buon

Aller en bas

Madame Dupin, de Jean Buon

Message par La nuit, la neige le Ven 24 Jan 2014, 13:31

Une bio qui pourrait plaire à Reinette (et à d’autres).  Wink 

Madame Dupin - Une féministe à Chenonceau au temps des Lumières
De Jean Buon (Janvier 2014)




Présentation de l'éditeur :
Louise Dupin, propriétaire de l'hôtel Lambert à Paris et de Chenonceau au XVIIIe siècle ( drunken ), était célèbre pour sa beauté et son esprit. Les hommes de lettres et de sciences se pressaient dans son salon parisien : Montesquieu, Voltaire, Buffon, etc.
George Sand, son arrière-petite fille par alliance, a parlé d'elle dans Histoire de ma vie avec grande admiration et reconnu en elle une philosophe « avancée », aux idées proches des siennes.

Louise Dupin s'adonnait à la philosophie et avait préparé deux essais sur l'amitié et le bonheur. Surtout, elle avait travaillé longtemps à un grand ouvrage sur la défense de son sexe.
Elle y avait développé des idées très modernes, proposant un contrat de mariage de durée limitée (excellent !  : ), l'égalité entre les époux et le mariage des prêtres.

Elle avait embauché Jean-Jacques Rousseau, encore inconnu, pour la rédaction de ses textes.
Des chagrins l'auraient empêchée de publier. Seuls des manuscrits inachevés nous sont parvenus. À la suite de George Sand, les historiens lui reconnaissent une place remarquable dans l'histoire des femmes et du féminisme.

Elle fut bienfaisante à beaucoup, l'abbé de Saint-Pierre, Jean-Jacques Rousseau...
Grâce à elle, Bretonneau, le grand médecin du XIXe siècle, a pu faire ses études. Pendant la Révolution, elle a réussi à préserver Chenonceau de la démolition (:\\\\\\\\Smile.

Ce livre retrace sa vie, ses relations avec les philosophes et donne un aperçu de ses écrits, retournant aux sources et évitant d'en dire plus qu'on ne sait, car bien des mystères subsistent.
avatar
La nuit, la neige

Messages : 11706
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Madame Dupin, de Jean Buon

Message par Invité le Ven 24 Jan 2014, 15:19

Merci mon cher!
Je découvre cette dame (j'en avais déjà entendu parler dans l'Histoire de Chenonceau Wink ) et je l'aime déjà  boudoi30 

Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Madame Dupin, de Jean Buon

Message par Comtesse Diane le Ven 24 Jan 2014, 15:33

Si je tombe dessus, j'achèterai immédiatement !
Et je suis zinzin d'Aurore; enfin, de George !  flower

_________________
avatar
Comtesse Diane

Messages : 7314
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : TOURAINE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Madame Dupin, de Jean Buon

Message par Gouverneur Morris le Ven 24 Jan 2014, 15:42

Dupin de Jean Buon :  :,;:!ùù^^^$: :,;:!ùù^^^$: :,;:!ùù^^^$:







 boudoi26 
avatar
Gouverneur Morris

Messages : 4420
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Madame Dupin, de Jean Buon

Message par Comtesse Diane le Ven 24 Jan 2014, 15:48

... Maurice !  :::!!!ùùù^^^^:  :  Very Happy

_________________
avatar
Comtesse Diane

Messages : 7314
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : TOURAINE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Madame Dupin, de Jean Buon

Message par Gouverneur Morris le Ven 24 Jan 2014, 16:10

Hop! 
avatar
Gouverneur Morris

Messages : 4420
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Madame Dupin, de Jean Buon

Message par Mme de Sabran le Ven 24 Jan 2014, 19:01

La nuit, la neige a écrit:
Elle y avait développé des idées très modernes, proposant un contrat de mariage de durée limitée .

... quelque chose comme un bail renouvelable ?  Hop! 
avatar
Mme de Sabran

Messages : 35183
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Madame Dupin, de Jean Buon

Message par Mme de Sabran le Ven 24 Jan 2014, 22:26



Mme Dupin reçoit Rousseau à Paris .  Very Happy 




Louise Dupin engage Jean-Jacques Rousseau de 1745 à 1751, comme secrétaire et précepteur de son fils. Mais leur première rencontre est loin d'être idyllique. Rousseau arrive dans la capitale, à l'automne 1741. Il est reçu chez Mme Dupin, rue Plâtrière, en mars 1743 par une lettre de recommandation, afin de présenter une comédie intitulée Narcisse et une notation musicale. Il éprouve d'emblée une vive passion envers la propriétaire des lieux:

« Madame Dupin était encore, quand je la vis pour la première fois, une des plus belles femmes de Paris. Elle me reçut à sa toilette. Elle avait les bras nus, les cheveux épars, son peignoir mal arrangé. Cet abord m'était très nouveau. Ma pauvre tête n'y tint pas. Je me trouble. Je m'égare. Et bref, me voilà épris de Madame Dupin. Mon trouble ne parut pas me nuire auprès d'elle, elle ne s'en aperçut point. Elle accueillit le livre et l'auteur, me parla de mon projet en personne instruite, chanta, s'accompagna au clavecin, me retint à dîner, me fit mettre à table à côté d'elle. Il n'en fallait pas tant pour me rendre fou. Je le devins. »

Jean-Jacques Rousseau par la suite envoie une lettre enflammée à Mme Dupin, qui lui retourne son courrier en exprimant son mépris. Ce qui n'arrête pas pour autant l'écrivain et il faudra l'intervention de Dupin de Francueil pour mettre un terme à ses assiduités. Mais Mme Dupin n'est guère rancunière et quelques mois après ces incidents, elle prend Rousseau à son service et le charge de s'occuper de l'éducation de son fils Jacques-Armand pendant huit jours, dans l'attente d'un nouveau précepteur. Par la suite, les époux Dupin prennent Jean-Jacques Rousseau comme secrétaire à son retour de Venise en 1745, alors qu'il n'est pas encore écrivain et moyennant un modeste salaire. Son travail consiste à prendre des notes et faire des recherches pour l'ouvrage que projetait Madame Dupin, à savoir la défense des femmes qui au XVIIIe siècle sont traitées en mineures … jusqu'à leur mort. Madame Dupin tenait Rousseau presque pour un subalterne et, au dire de Grimm et de Marmontel, elle lui donne congé le jour où elle reçoit des académiciens. Jean-Jacques Rousseau en éprouve de l'amertume mais après avoir quitté son travail de secrétaire en 1751, il gardera toujours de bonnes relations avec la famille Dupin. Madame Dupin apporte une aide financière à son épouse, Marie-Thérèse Le Vasseur (1721-1801) qui met au monde cinq enfants, abandonnés par Rousseau aux Enfants-Trouvés.

Merci WIKI !  :n,,;::::!!!: 

.
avatar
Mme de Sabran

Messages : 35183
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum