Charlotte Corday, par Henri Helman

Aller en bas

Charlotte Corday, par Henri Helman

Message par Mme de Sabran le Jeu 12 Avr 2018, 17:13


Comte d'Hézècques a écrit:

A-t-on déjà parlé ici de l'excellent film sur Charlotte Corday, réalisé en 2008 par Henri Helman ?



J'aime beaucoup la scène où après son arrestation, Charlotte Corday dit qu'elle voudrait Robespierre comme défenseur, et puis de voir la réaction de Fouquier-Tinville Laughing

Ce film avait été diffusé sur France 3 le 22 mai 2008.
Eh bien justement, mon cher Félix ... Very Happy

Toujours dans le cadre de l'année Charlotte Corday, ce film sera donné à Caen :

Soirée thématique : film et débat
En mai
Abbaye-aux-dames  




...  où Charlotte était pensionnaire, et où feue ma grand-mère allait faire ses dévotions à Saint Expedit !  

Diffusion du film Charlotte Corday de Henri Helman, avec Émilie Dequenne et Bernard Blancan (2008), suivi d'un débat avec Guillaume Mazeau, maître de conférence à l'université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Soirée organisée par la région Normandie (link is external)
Entrée libre


Avec ce film, le réalisateur Henri Helman veut corriger la méconnaissance, selon lui, de cette partie de l'histoire de France que les Français connaissent ou pas. « Quand est sorti le livre de Jean-Denis Bredin sur la vie de Charlotte Corday, Jean Nainchrik et moi avons lu ce livre avec plaisir et avons alors découvert que le nom de Charlotte Corday rappelait aux Français Marat, lui-même synonyme de "mort dans une baignoire". Nous avons donc décidé de donner une petite leçon d'histoire aux Français. » D'où ce film sur une femme « pas antirévolutionnaire, mais seulement exaspérée par les appels aux meurtres de Marat ». Adapté du livre de Jean-Denis Bredin, ce film montre « une femme qui a fasciné le tribunal révolutionnaire par son calme et sa détermination », estime le producteur Jean Nainchrik.

Même si cette histoire s'est passée à Paris, principalement entre la Conciergerie où elle fut enfermée et la place de la Révolution (Concorde aujourd'hui) où elle fut guillotinée, le tournage de ce film a eu lieu à Lyon et dans ses environs. « Beaucoup de choses, y compris l'équipe de France 3 de Lyon, nous ont mis en confiance. Cela a suffi pour que, sans raisons particulières, le tournage se fasse à Lyon », explique Jean Nainchrik. « Quant au choix d'Émilie Dequenne, c'est arrivé très vite sur la table. Elle a été la seule à lire le scénario et elle a dit oui tout de suite. Il n'y a pas eu d'autre proposition. »

À l'hôtel-Dieu, de Lyon, figurants et comédiens se mélangent avec le personnel de l'hôpital. Fort heureusement, les spécificités vestimentaires de ces personnes « d'un autre temps » suffisent à faire savoir qui est qui. Dans une salle, transformée en tribunal, se déroulent des scènes qui en d'autres lieux et en d'autres temps ont marqué l'histoire de France.

« On coupe ! » La caméra cesse de tourner et les comédiens de jouer. Quelques corrections de maquillage se révèlent indispensables dans cette salle où la chaleur est de plus en plus étouffante. « Moteur ! » Émilie Dequenne semble ailleurs. Sans doute hante-t-elle ce jour de juillet 1793 où Charlotte Corday, dont elle assume la place, affrontait l'accusateur public Fouquier-Tinville, ses juges et la vindicte citoyenne pour l'assassinat de l'« Ami du peuple ». Nouvelles dispositions et nouvelle scène. Charlotte Corday, dans sa tenue d'époque défraîchie, salie par les vicissitudes de la prison, le bonnet recouvrant sa tête « parce qu'une femme respectable ne se présente pas tête nue, même pour aller vers sa mort », est criante de vérité. Le jugement reprend, et ce tribunal populaire a tout pour plonger les quidams de 2007 dans les tourbillons de la Révolution.


Fernand Nouvet, de L'Humanité

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 35234
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum