Lettre de la marquise de Bombelles à Mme de Soucy

Aller en bas

Lettre de la marquise de Bombelles à Mme de Soucy Empty Lettre de la marquise de Bombelles à Mme de Soucy

Message par Mme de Sabran le Mar 09 Juil 2019, 18:40


Voici maintenant une belle lettre d'Angélique de Bombelles à sa soeur, Mme de Soucy.

Nous y apprenons que Madame Royale passe pour être le portrait même de sa tante Madame Elisabeth.  
Elle enchante tous ceux qui l'approchent. Nous dirions ... qu'elle fait un tabac !  Wink
Angélique mentionne là encore Marie-Caroline comme étant la bienfaitrice des Bombelles .
Il y a cependant un petit bémol dans tant d'enthousiasme, c'est l'inquiétude que Mme de Tourzel pourrait être préférée à Mme de Soucy,   si jamais il y a une place vacante à pourvoir auprès de Madame Royale .

Lettre de la marquise de Bombelles à Mme de Soucy Dsc_1412
Archives de Vienne
Photos Evelyn Farr


Madame de Mackau de Bombelles à  Madame Souci   ( sic )

Ratisbonne  ....  janvier 1796

Ma surprise a été égale à ma joie, ma bonne petite soeur ! en apprenant que tu avais eu le bonheur d'accompagner Madame . L'Electeur de Trève, qui a été enchanté de la Princesse qu'il a vue à Fussen, mande à son ...  baron de Munich, qu'elle est aussi intéressante qu'il est possible de l'être et ajoute que Madame de Souci, fille de la respectable baronne de Mackau, l'accompagnait.  M. de Munich a écrit tout de suite ces détails à mon mari.    Le commencement de sa lettre m'a fait pleurer d'attendrissement, mais quand j'ai entendu prononcer ton nom, j'ai jeté un cri de joie qui a éveillé mes enfants qui dormaient . Pauvre petite, non je ne puis t'exprimer combien je suis contente et combien je désire de te voir . Ecris-moi bientôt si tu restes à Vienne attachée à Madame ?  Je le désire bien vivement.  Il serait bien cruel que tu fusses obligée de retourner en France; cette crainte trouble un peu ma joie . Je te conjure de me donner tout de suite des détails sur tout ce qui peut t'intéresser, ainsi que le sort de tes enfants, de notre bonne mère, de la bonne tante, et de tous nos parents.
Quel dommage que Ratisbonne n'est pas Vienne, mais enfin je ne veux pas regretter de te voir, puisque je dois ne m'occuper que de toi dans ce moment-ci, et que dans tous les instants de ma vie je n'aurai plus rien à souhaiter en te sachant heureuse . Je meurs d'impatience d'avoir de tes nouvelles, et j'ai la tête si tournée, et de la délivrance et de la Princesse et de la tienne, que tu ne dois pas attendre de moi un mot de sens commun.   Tu trouveras à Vienne le brave Boitel . Je sais que tu ne peux mieux faire que de te laisser un peu diriger par lui dans un monde pour lors absolument nouveau. Il y a aussi, à Vienne, une Madame de Gagot, brabançonne, qui veut bien avoir quelque amitié pour moi et dont la société te sera extrêmement agréable, recherche-la.   C'est une femme pleine de franchise et d'honnêteté et qui pourrait te prévenir si on tentait de te faire quelques tracasseries.
Mande-moi comment la Princesse aura été reçue par Leurs Altesses Impériales, fort bien, j'en suis sûre d'avance, mais les détails dans ce cas-là font tant de plaisir. Tâche surtout de plaire à l'Impératrice, si tu en trouves l'occasion,  parle-lui de la reine de Naples, sa mère, à qui nous devons toute notre existence, parle-lui de notre reconnaissance et de la tienne.   Mon mari vient de prier un ...  de l'Empereur d'écrire à Vienne tout le bien que tu mérites qu'on dise de toi.   Cette lettre partira aujourd'hui et ne peut faire qu'un bon effet, car nous sommes inquiets, je te l'avoue, qu'on ne regrette à Vienne Madame de Tourzel, et tu dois tout mettre en oeuvre pour te faire goûter et apprécier.     Mande-moi si la Princesse paraît contente de t'avoir avec elle et si elle te traite bien .  Comme je serais fâchée que tu fusses obligée de retourner en France, j'espère que cela ne sera pas, mais je ne serai tranquille que lorsque tu m'auras rassurée à cet égard . As-tu quelque argent avec toi ?    Je suis bien pauvre mais si tu es dans l'embarras, mande-le moi et je ferai tout ce que je pourrai.
Charge-toi, chère amie, de remettre mon excuse à la Princesse, ainsi que celle de Madame de Raigecourt qui, croyant que j'avais le bonheur de voir Son Altesse Royale,  m'a envoyé cette lettre . Combien je suis fâchée de n'avoir pu aller à Bâle !   Les incertitudes où nous avons été depuis huit mois  sur l'échange de cette intéressante Princesse m'ont mise dans l'impossibilité de m'y rendre.  Quoique grosse pour la sixième fois, j'irais bien à Vienne avec mon mari, si nous en avions la permission, mais j'ai bien peur que ce ne soit une chose bien difficile à obtenir, ne fais même là-dessus aucune démarche, car je serais désolée de te causer, non plus qu'à la Princesse,  ni embarras ni chagrin . Peut-être qu'avec le temps nous pourrons nous embrasser, que je pourrais voir cette charmante Princesse qu'on dit être le portrait de feue notre Madame Elisabeth . Oh grand Dieu ! si celle-ci avait pu aussi échapper aux meurtriers, elle jouirait maintenant aussi de la liberté . Je la pleure tous les jours de ma vie, mais aussi je l'invoque comme une sainte et elle jouit sans doute d'un si grand bonheur qu'on ne doit pas s'en affliger, mais bien plutôt chercher à se rendre digne de la rejoindre un jour.
Je reçois dans l'instant la lettre de Bâle que le baron Degelmann m'a envoyée, je ne puis t'exprimer la joie qu'elle m'inspire !
Merci, mille fois merci d'avoir pensé à moi au moment où il t'a été possible de me donner de tes nouvelles.    Les détails que tu me donnes sur la charmante Princesse, sa piété, sa générosité envers ses plus cruels ennemis, sa sensibilité en quittant le territoire français, son amabilité, sa grâce : tout m'a touchée jusqu'aux larmes et je me sens pour elle le plus tendre respect et la plus touchante admiration .
Ah !  comme je serais heureuse si j'obtenais la permission d'aller à Vienne, mais je n'ose m'en flatter . Je ne suis grosse que de quatre mois ainsi j'aurais bien le temps d'aller te voir et de revenir ici pour mes couches.  Mais souviens-toi que je ne puis et ne dois y aller qu'autant que la permission serait pour mon mari comme pour moi.  Je te le répète, je crains bien plus que je n'espère , et malgré mes voeux je suis résignée à ce que la providence décidera.
Le petit mot plein de bonté de la Princesse m'a inspiré la plus vive reconnaissance; dis-le lui bien et assure-la que, de loin comme de près, personne n'aura pour elle plus que moi de dévouement, que mon coeur et ma reconnaissance m'inspirent .
Embrasse bien pour moi ton chevalier, que je serais contente de le voir, de lui amener mes enfants, mais non, cela me rendrait trop heureuse .  L'abbé de la Brosse me charge de te présenter ses hommages .
Lettre de la marquise de Bombelles à Mme de Soucy Dsc_1414
Lettre de la marquise de Bombelles à Mme de Soucy Dsc_1415
Lettre de la marquise de Bombelles à Mme de Soucy Dsc_1416
Archives de Vienne
Photos Evelyn Farr

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 39571
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettre de la marquise de Bombelles à Mme de Soucy Empty Re: Lettre de la marquise de Bombelles à Mme de Soucy

Message par Duc d'Ostrogothie le Mar 09 Juil 2019, 23:31

Merci pour cet inédit. Lettre de la marquise de Bombelles à Mme de Soucy 2523452716

Mme de Sabran a écrit:
Nous y apprenons que Madame Royale passe pour être le portrait même de sa tante Madame Elisabeth.  

Je ne suis pas surpris. Madame Royale était beaucoup plus proche de son père (et par extension de la famille de son père) que de sa mère. N'oublions pas non plus qu'elle fut "élevée" par Mme Elisabeth entre 1793 et 1794.

La proximité entre Madame Royale et son père explique sans doute en grande partie sa froideur vis à vis de l'amant de sa mère, qu'elle snobera à Vienne...
Duc d'Ostrogothie
Duc d'Ostrogothie

Messages : 2135
Date d'inscription : 04/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum