Le duc de la Rochefoucauld-Liancourt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le duc de la Rochefoucauld-Liancourt

Message par Mme de Sabran le Sam 08 Fév 2014, 20:30

Nous connaissons tous le duc de la Rochefoucauld-Liancourt pour sa réplique fameuse au roi ...







... mais nous ignorons généralement que cet homme-là était un modèle de probité et de désintéressement .
Je le lis sous la plume de Jacob-Nicolas Moreau qui vient d'enterrer Louis XV.
Ecoutons-le :

M. le duc d'Estissac ( depuis duc de la Rochefoucauld-Liancourt ) , qui, comme grand maître de la garde robe, avait le droit de prendre les bijoux et la toilette du roi défunt, porta à Sa Majesté pour 250.000 livres de diamants qu'il y avait trouvés.
Le Roi les refusa et lui dit : " Ce sont les droits de votre charge ." Le duc répondit qu'il ne connaissait point de pareils droits; de là, grande dispute de noblesse et de désintéressement . Le duc tint ferme, l'emporta enfin, et le Roi reprit les diamants .


( Jacob-Nicolas Moreau : Mes Souvenirs )


François-Alexandre-Frédéric, duc de Liancourt puis duc de La Rochefoucauld-Liancourt, nom sous lequel il est habituellement désigné (La Roche-Guyon, actuel département du Val d’Oise, le 11 janvier 1747 – Paris, 27 mars 1827), un homme politique, scientifique et philanthrope français, épris de progrès technique et membre de l'Académie des sciences. Il a été la grande figure de la noblesse libérale qui a participé à la première phase de la Révolution française. Il a été le fondateur d'une institution qui a donné naissance aux écoles d'arts et métiers, et, plus tard, l'un des propagateurs de l'enseignement mutuel en France.

Un noble éclairé de l'Ancien Régime

La Rochefoucauld-Liancourt débute comme militaire dans le corps des carabiniers. Son père, François Armand de La Rochefoucauld duc d'Estissac, qui occupait auprès de Louis XV les fonctions de grand-maître de la garde-robe, le fait admettre, suivant la coutume du temps, dès l'âge de vingt et un ans, à la survivance de sa charge ; mais déjà à cette époque le jeune duc de Liancourt se montra peu courtisan. Accueilli comme un fils par le duc de Choiseul, il lui resta fidèle après sa disgrâce, ne consent jamais à paraître chez Mme Du Barry, et se montre rarement à Versailles.

Après le Grand Tour d’Italie (1765-1766) il visite l’Angleterre en 1769, ce qui semble lui avoir donné l'idée de construire une ferme modèle à Liancourt, où il élève du bétail importé d'Angleterre et de Suisse. Il est ainsi le premier à propager en France la culture des prairies artificielles, pour détruire le système des jachères. Colonel du régiment de cavalerie La Rochefoucauld-Liancourt, puis brigadier de dragons (1781), il fonde en 1780 une école d'arts et métiers pour les enfants des soldats, qui devint en 1788 l'École des Enfants de la Patrie sous la protection du roi. Il se promenait souvent au milieu des enfants appliqués à divers travaux, applaudissait aux succès des meilleurs, pressait les paresseux, et disait souvent à chacun d'eux : « Souviens-toi, mon enfant, que, lorsque tu sauras ton métier, ta fortune sera faite ».
Un libéral dans la Révolution française

Député de son ordre pour le bailliage de Clermont-en-Beauvaisis, il incarne selon le mot de Sainte-Beuve « la jeune noblesse éclairée et généreuse ».Il fait partie des 47 députés de la noblesse qui rejoignent les députés du Tiers le 25 juin désobéissant à l'ordre formel du roi. Sa charge de grand-maître de la garde-robe explique qu’il ait fait réveiller Louis XVI dans la nuit du 14 au 15 juillet 1789, et le fameux échange de paroles prêté au roi et au duc : « Mais c'est donc une révolte? » « Non, sire, c'est une révolution ».

Monarchiste libéral, il est élu Président de l’Assemblée nationale le 18 juillet 1789 il tente de concilier les idées nouvelles et la préservation de la monarchie, apparaissant d’une certaine façon comme un des premiers « libéraux » : il va être un membre actif du Club des Feuillants. Il s'oppose à la loi contre les émigrés ; il parla en faveur de la liberté de conscience et de la liberté individuelle ; le premier, il propose l'abolition du supplice de la corde. En même temps, il fait construire à Liancourt de vastes ateliers, et, en 1790, il y établit une filature mécanique de coton d'après les procédés irlandais.



Après la séparation de l'Assemblée constituante, le duc de Liancourt, nommé lieutenant général des armées du roi, est chargé du gouvernement de la Normandie et de la Picardie. Quelques semaines avant le 10 août, il avait engagé le roi à se retirer à Rouen, d'où, en cas de revers, une retraite par mer était facile ; mais la cour n'ayant pas accepté ses offres, il met du moins à la disposition de Louis XVI une somme de 150000 livres, le plus clair de sa fortune. Il doit lui-même passer en Angleterre tandis qu'en passant à Gisors son cousin La Rochefoucauld d'Enville était massacré à coups de pierres, sous les yeux de sa mère et de sa femme (14 septembre 1792).

L'exil

Arthur Young accueille le duc de Liancourt à Bury-Saint-Edmunds. Quand le roi est mis en jugement, il écrit à Barère, président de la Convention, pour demander la permission de venir rendre témoignage dans le procès. D'Angleterre, le duc de La Rochefoucauld (il avait pris ce titre depuis la mort de son cousin) passe aux États-Unis, qu'il parcourt : son Voyage, qu'il publie en 1800, renferme un intéressant tableau de la république américaine et du Canada à la fin du dix-huitième siècle. Réfugié chez son fils à Altona près de Hambourg, en février 1798, il attend jusqu'à la fin de 1799 l'autorisation de rentrer en France, sans doute avec l'aide de Talleyrand qu'il a côtoyé pendant son exil à Philadelphie.
Le philanthrope

Finalement rayé de la liste des émigrés, il rentre à Liancourt pour y gérer ses affaires et ses œuvres ; il est ensuite traité avec dignité et distance par Napoléon.

Il apporte en France l'idée de répandre la vaccine pour prévenir la variole : à ses obsèques, en 1827, Charles Dupin considérait qu’il avait sauvé d'une mort précoce deux millions d'hommes. Il est nommé président perpétuel du comité chargé de propager la vaccine. Il crée en même temps, au moyen d'une souscription, l'utile institution des dispensaires, qui consiste à faire traiter à domicile les indigents malades par des médecins attachés à chaque établissement.

L'Ecole des enfants de l'armée avait été, après l'émigration du duc en 1792, adoptée par la Convention ; en l'an III, on y avait réuni les élèves d’autres écoles. Les élèves de Liancourt sont ensuite placées à Compiègne, Napoléon ayant décidé de former ce qui va devenir une École des Arts et métiers (1803). La Rochefoucauld reçoit le titre d’Inspecteur général (1806) qu’il conserve lorsque l'école agrandie est transférée à Châlons,, « n'acceptant aucun traitement, mais simplement le remboursement de ses frais de poste et d'hôtel » (Pompée). Il ne se borne pas à s'assurer du progrès des élèves, mais s'occupant d'eux à leur sortie et s'ingéniant à les placer.

La Rochefoucauld ayant repris et développé à Liancourt ses entreprises d'industrie cotonnière, Napoléon le décore du ruban de la Légion d'honneur comme manufacturier. En 1814, lors de la première Restauration, Louis XVIII ne lui rend pas sa charge héréditaire de grand maître de la Garde-Robe et le nomme, en compensation, à la Chambre des pairs. Il siège ensuite comme député élu à la Chambre des Représentants constituée pendant les Cent-Jours.

Il est l'un des premiers à s'intéresser à l'introduction en France de la méthode de l'enseignement mutuel ; il traduit, dans cette intention, l'ouvrage que Lancaster avait publié en 1810, et le fait imprimer sous le titre : Système anglais d'instruction, ou Recueil complet des améliorations et inventions mises en pratique aux écoles royales en Angleterre (1815). Pendant la période des Cent-Jours, Carnot le fait entrer dans le Conseil d'industrie et de bienfaisance, dont l'une des attributions devait être la diffusion de l'enseignement populaire par le moyen de la nouvelle méthode ; et quand, à la même époque, la Société pour l'instruction élémentaire se fonde, La Rochefoucauld-Liancourt est élu l'un des premiers pour faire partie du conseil d'administration. Lui-même établit à Liancourt deux écoles mutuelles, l'une de garçons, l'autre de filles, celle-ci tenue par des religieuses. Le 5 février 1817, La Rochefoucauld-Liancourt annonce à la Société pour l'instruction élémentaire qu'un anonyme l'avait chargé de proposer un prix de 1000 fr. « pour l'ouvrage le plus propre à développer les facultés de la classe inférieure du peuple et a lui inspirer le goût de la vertu ». Ce bienfaiteur inconnu n'était autre que La Rochefoucauld-Liancourt lui-même. La Rochefoucauld-Liancourt est deux fois président de la Société pour l'instruction élémentaire, en 1818— 1819 et en 1821-1822, et devint ensuite président honoraire.

Il fonde, le 15 novembre 1818, la Caisse d'Epargne et de Prévoyance de Paris, première Caisse d'Épargne de France
Un opposant à la Restauration

En 1823, le gouvernement Villèle voulant réformer le Conseil général des prisons dont il était membre, ainsi que de plusieurs autres administrations de bienfaisance, La Rochefoucauld-Liancourt envoie sa démission en la motivant. Quelques jours après, le 15 juillet, le ministre de l'intérieur, Corbière, en profite pour lui retirer toutes ses fonctions : inspecteur général du Conservatoire des arts et métiers, de membre du Conseil général des prisons, du Conseil général des manufactures, du Conseil d'agriculture, du Conseil général des hospices de Paris, et du Conseil général du département de l'Oise. La Rochefoucauld répond le lendemain : « Je ne sais comment les fonctions de président du Comité pour la propagation de la vaccine, que j'ai introduite en France en 1800, ont pu échapper à la bienveillance de Votre Excellence, à laquelle je me fais un devoir de les rappeler. »

Il est élu par l'Académie des sciences et l'Académie de médecine le nomme membre de la commission qui remplace le Comité de la vaccine.

Le 23 mars 1827, le duc de La Rochefoucauld siégeant à la Chambre des pairs, se sent mal : il meurt quatre jours après. Le jour de ses funérailles, huit élèves de l'école des arts et métiers portent sur leurs épaules le cercueil de leur bienfaiteur. Sous prétexte que les règlements de police prescrivent le transport des corps sur des chars, la troupe frappe à coup de crosse les porteurs : le cercueil tomba dans la boue ; les insignes de la pairie souillés et foulés aux pieds. Charles X recevant la famille du duc se dit fâché de ce qui est arrivé mais l’attribue à « l’étourderie des jeunes gens ».

Le corps du duc de La Rochefoucauld est inhumé à Liancourt, où une statue est élevée au philanthrope et à l'éducateur.

Source : WIKI

.
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc de la Rochefoucauld-Liancourt

Message par Mme de Sabran le Sam 08 Fév 2014, 23:14




...  un autre portrait par François Séraphin Delpech - :


avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc de la Rochefoucauld-Liancourt

Message par Mme de Sabran le Dim 09 Fév 2014, 11:16

Jacob-Nicolas Moreau a écrit:

M. le duc d'Estissac ( depuis duc de la Rochefoucauld-Liancourt ) , qui, comme grand maître de la garde robe, avait le droit de prendre les bijoux et la toilette du roi défunt, porta à Sa Majesté pour 250.000 livres de diamants qu'il y avait trouvés.
Le Roi les refusa et lui dit : " Ce sont les droits de votre charge ." Le duc répondit qu'il ne connaissait point de pareils droits; de là, grande dispute de noblesse et de désintéressement . Le duc tint ferme, l'emporta enfin, et le Roi reprit les diamants .



.

Lorsque Moreau rendait visite à la comtesse d'Andlau ( tante et mère adoptive de Mme de Polignac ) dans son château de Verderonne, il n'était qu'à une demi-lieue de celui de Liancourt qui est charmant, nous dit-il et appartient à M. le duc de la Rochefoucauld.

Mme d'Andlau, le jour de mon arrivée à Verderonne, était partie pour Paris, où elle a tenu compagnie à M. de Polastron
( son frère, père de Mme de Polignac ) qui se croyait mort et qui était réellement assez malade.
Pendant son absence, nous avons fait partie d'aller nous promener à Liancourt sur des ânes . Cette promenade a été fort gaie . Nous y avons trouvé Mme de Valentinois, M. de la Vaupalière et M. l'évêque d'Orléans qui étaient venus s'y promener pendant le séjour du Roi à Chantilly .


Voici le château de Liancourt :







... dont il ne subsiste plus, aujourd'hui, que cette partie des communs :



avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc de la Rochefoucauld-Liancourt

Message par Mme de Sabran le Dim 09 Fév 2014, 11:25

Le parc du château de Liancourt était célèbre sous l’Ancien Régime pour sa beauté et ses nombreux jardins à fontaines et jeux d’eaux qui, contrairement à ceux de Versailles, étaient continuellement alimentés en eau. La réhabilitation du château vers le milieu du XVIIe siècle avait en effet tiré habilement parti, peut-être avec la contribution de l’architecte Salomon de Brosse, de la situation favorable du site en contrebas d’un grand vallon permettant de collecter les eaux de pluie, pour créer un vaste réseau hydrographique comportant de grands réservoirs, des canalisations forcées et une pompe de relevage.





Délaissé à partir de la Révolution française, puis progressivement démoli, le château a aujourd’hui totalement disparu. La mise en culture des terres seigneuriales par les révolutionnaires a par ailleurs totalement gommé l’ancien parc. Il nous reste cependant de nombreuses gravures anciennes représentant l’édifice, le parc et les fontaines. De nos jours ne subsistent plus que les magnifiques communs du XVIIIe siècle qui bordaient autrefois la cour d’honneur (actuelle médiathèque), et une vaste prairie herbue jamais lotie, correspondant au jardin qui bordait l’aile orientale du château, objet de l’actuelle intervention archéologique.


avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc de la Rochefoucauld-Liancourt

Message par Mme de Sabran le Dim 09 Fév 2014, 13:03



En fouillassant (  Wink  ) du côté du duc de Liancourt, je tombe sur une tentative d'évasion manquée de la famille royale, au mois d'août de 1792 .
Ceci, juste avant l'assaut des Tuileries !!! 54385210 
Elle capota faute de confiance de la part de Marie-Antoinette en le duc de Liancourt .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc de la Rochefoucauld-Liancourt

Message par Lucius le Dim 09 Fév 2014, 14:43

Pour se repérer dans cette difficile affaire de la succession La Rochefoucauld :

avatar
Lucius

Messages : 6749
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc de la Rochefoucauld-Liancourt

Message par Mme de Sabran le Jeu 20 Mar 2014, 16:39




Il a plu un moment à madame la duchesse de Grammont de dire que M. de Liancourt avait autant d'esprit que M. de Lauzun. M. de Créqui rencontre celui-ci, et lui dit: «Tu dînes aujourd'hui chez moi.—Mon ami, cela m'est impossible.—Il le faut; et d'ailleurs tu y es intéressé.—Comment?—Liancourt y dîne: on lui donne ton esprit; il ne s'en sert point; il te le rendra.»
  :  :  : 

( Chamfort )
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc de la Rochefoucauld-Liancourt

Message par Mme de Sabran le Lun 03 Oct 2016, 15:08

;
Nous parlions du duc de Liancourt il y a deux jours, ici : http://marie-antoinette.forumactif.org/t2708-la-bastille-mysteres-et-secrets-d-une-prison-d-etat-de-jean-christian-petitfils#84403
Au début de l'année 1790,  Liancourt a tenu chez lui une assemblée, sur l'opportunité de nommer un lieutenant-général du royaume.


Le comte de Vaudreuil  au comte d'Artois :

Rome, 17 avril 1790

...   on recommence à répandre de l'argent, à faire des motions au Palais-Royal, à voir des attroupements. Paris est rempli de gens désoeuvrés qu'on y a attirés ; on y voit de ces figures inconnues, dont l'air menaçant annonce de nouveaux crimes. On est sûr qu'il est arrivé de Londres quinze cent mille livres en écus ; ils ont passé à la barrière sous prétexte de la Caisse d'escompte ; cela est avéré. On sait que M. le baron de Menou, actuellement président de l'Assemblée, et M. de Mirabeau entretenaient une correspondance suivie avec M. le duc d'Orléans, et on assure qu'ils lui ont marqué que le moment était arrivé d'une nouvelle tentative. M. de Liancourt a tenu chez lui une assemblée, où on a délibéré de nommer un lieutenant-général du royaume ; on a été aux voix. Monsieur en a eu 5, M. le duc d'Orléans 12, et M. de La Fayette 40. Un lieutenant-général du royaume, le Roi vivant, quelle atrocité ! Ces Messieurs se sont rendus à la fois criminels de lèse-majesté et, selon leur langue, criminels de lèse-action ; car quel droit ont-ils de s'assembler hors de l'Assemblée même, pour changer la face de la monarchie ? M. de Liancourt ! oh, le traître ! oh, le lâche ! lui, comblé des bienfaits de la Cour, des bontés particulières de ses souverains ! Je ne reviens pas d'un pareil excès d'ingratitude et de scélératesse.

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28952
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc de la Rochefoucauld-Liancourt

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum