La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Page 17 sur 18 Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18  Suivant

Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Vicq d Azir le Mar 27 Nov 2018, 10:25

Voici une gravure qui caricature Louis XVI durant sa fuite.
Nous présentons, sur un autre sujet, les caricatures diffusées au cours de la Révolution.
Celle-ci (la scène est bien sûr fictive), montre le Roi, assis à l’auberge de Ste Menehould, dégustant ... un pied de cochon, spécialité de la ville. A droite, Drouet, le maître de poste, le reconnaît en observant le profil du Roi sur un assignat. A l’arrière plan, la famille attend dans la berline que le Roi ait terminé son repas. La Reine tend un bras dans sa direction, semblant lui dire : « pressez-vous, Louis, nous allons être en retard »...
Il est suggéré, sur cette gravure, que l’arrestation du Roi est à mettre sur le compte de sa nonchalance et...de sa gloutonnerie.
Notez que l’enseigne de l’auberge porte, sous l’effigie du monarque, l’inscription « au fuiard », c’est tout dire...

Vicq d Azir
Vicq d Azir

Messages : 1959
Date d'inscription : 07/11/2014
Age : 70
Localisation : Paris x

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par La nuit, la neige le Mar 27 Nov 2018, 18:12

Je viens de voir le titre de l'enseigne "Au fuiard"...
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 12492
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Mme de Sabran le Mar 27 Nov 2018, 18:41


Nous avions déjà posté cette caricature, avec toute une explication alambiquée des symboles .
Mais où ça ? Je recherche ... Very Happy
C'est peut-être bien, sans aller plus loin, dans ce sujet-ci . Eventaille

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37325
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Vicq d Azir le Mar 27 Nov 2018, 19:29

Je ne l’ai pas trouvée non plus, avant de poster celle-ci...
Mais never mind, ça fera quelques pieds (de cochon) en plus....
Vicq d Azir
Vicq d Azir

Messages : 1959
Date d'inscription : 07/11/2014
Age : 70
Localisation : Paris x

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Mme de Sabran le Mar 27 Nov 2018, 19:41

Ah voilà, cher Févicq, j'ai retrouvé !  
Dans notre sujet : Le gros appétit de Louis XVI   (   Eventaille  )
http://marie-antoinette.forumactif.org/t2464-le-gros-appetit-de-louis-xvi#69771

Mme de Sabran a écrit:
Voilà... et l'on sait comme on doit considérer les on dit comme celui de la brioche Wink :


Oui...   celui de la brioche, ou du pied de cochon !   Smileàè-è\':


...   burp !  


;


Le pied de cochon a-t-il perdu Louis XVI ?  

Non, le pied de cochon n'est pas régicide ! La légende veut qu'en voulant déguster la spécialité argonnaise, Louis XVI a perdu beaucoup de temps et permis sa capture. Certains faits attestent pourtant du contraire.

«Les pieds de cochon (à la Sainte Ménehould), le roi Louis XVI en raffolait...». C'est ce qui se raconte en tout cas et que l'on peut lire parfois, complété par «le roi s'est arrêté pour manger un pied» avec la conclusion finale: «c'est sa gourmandise qui l'a perdu...» Voilà donc le pied de cochon promu en quelque sorte au titre de régicide dans une fuite qui se termina à Varennes...
Le voyage avait été soigneusement préparé pour que tout se déroule rapidement. Toute la famille avait changé d'identité et d'habit, et le roi était devenu Monsieur Durant, l'intendant de la baronne de Korff qui émigrait en Allemagne avec un laisser passer signé par... le roi lui-même. Louis XVI voyageait donc incognito et pouvait ne pas être reconnu puisque peu de Français connaissaient le véritable visage du roi.
D'ailleurs, après le passage des voitures, il fallut aller dans Sainte-Ménehould chercher une personne qui avait vu le roi à Versailles, pour confirmer les doutes.
Une voiture avait été fabriquée spécialement pour permettre à six personnes (le roi, la reine, Madame Elisabeth, sœur du roi, les 2 enfants et leur gouvernante) de faire un long voyage sans en descendre, et elle était équipée entre autres des cantines pour la nourriture et deux pots de chambre en cuir bouilli. Seul Louis XVI en descendit pour, comme le dit le rapport du procès du roi, «lâcher les eaux». Et de fait la famille royale ne descendra qu'à Chaintrix, au relais de poste.
Manger dans ces conditions ?

Bien sûr il y a ce tableau, devenu carte postale, qui montre le roi , que les Révolutionnaires avaient surnommé le «gros cochon», se délectant d'un pied, seul à la table car la famille est restée dans la voiture, avec posté devant lui un personnage tenant à la main un assignat.




C'est ce que dit la légende de la gravure :

«Le roi mangeant des pieds à la Sainte Ménehould. Le maître de poste confronte un assignat et reconnaît le roi».

Mais, à bien regarder, ce que le roi tient dans la main ne serait pas un pied de cochon , mais un objet , disons, coquin. Cette image qui ne serait en fait qu'une caricature faisait certainement allusion aux déboires conjugaux de Louis XVI, et des relations entre Marie Antoinette et le Comte de Fersen, celui-là même qui avait organisé le voyage. Un fait est certain: ce n'est pas Louis XVI qui payait le maître de poste, mais M. de Valory, qui était à cheval et qui devançait les voitures à chaque relais (procès du roi, interrogatoire de Madame de Tourzel).

Sources: John Jussy dans "L'Union"


Amitiés marnaises,
Sylvain

http://patrimoine51.blog50.com/archive/2007/01/02/le-pied-de-cochon-a-t-il-perdu-louis-xvi.html

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37325
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Mme de Sabran le Jeu 06 Déc 2018, 11:23

Autour d'une Révolution : 1788-1799 /  
par le comte d'Hérisson

Lettre de Mallet du Pan à Mounier, sur Varennes :

Vous voyez l'ascendant qu'ont pris les Jacobins dans l'Assemblée nationale et dans les places; mais l'opinion s'est bien refroidie en leur faveur. Cependant ils sont toujours assurés des bandits, des affamés, des fanatiques, des intéressés de tout genre à la suite des désordres.  La Cour n'a, pour leur tenir tête, que des intrigants et des lâches. Elle a résolu de rester sur la défensive, et ses Ministres lui donnent pour tous remparts, la Constitution et l'empire de la loi. C'est assez vous avertir qu'il n'y aura plus de Monarchie avant trois mois, si une puissante résistance ne se développe.
J'opinais, il y a six semaines, à la publication de votre ouvrage aujourd'hui je balance à vous en donner le conseil. Je crains qu'il n'offre un nouveau texte de controverse entre les royalistes, sans convertir un révolutionnaire. La lecture seule de l'écrit, me donnerait l'idée de ses effets. Cependant, je vois qu'il faut le publier maintenant ou jamais. Ainsi, j'ôpine à l'envoi que vous m'annoncez; j'en conférerai avec Malouet et Bergasse, et, sauf votre avis, nous prendrons un dernier parti. Il pourrait aider puissamment les causes de revirement naturel qui existent dans le royaume, s'il renferme des issues pour tous les intérêts blessés, sans fermer celles qu'invoqueront les hommes raisonnables.
Il fallait lire en effet dans le Mercure, le Maitre de poste de Sainte-Menehould. Le rapport de ce dernier, ainsi que ceux de Varennes, et des aides de camp; sont plus ou moins chargés de faussetés grossières. L'aide de camp arriva à Varennes avant le Roi, ainsi que le Maître de poste. Celui-ci avait été, en effet, averti par Baillon.
Personne ne doute que La Fayette ne sût l'évasion. Cette femme de la Reine qui l'avait dénoncée au Comité des recherches, était maîtresse de Gouvion. Trente indices décèlent qu'ils étaient avertis, mais qu'ils furent trompés de 24 heures seulement d'exécution. La Fayette jura à 7 heures du matin à l'Hôtel de Ville, et promit sur sa tête que le Roi serait ramené.
Je vous apprendrai de plus que, si ce Prince l'a été, c'est qu'il l'a bien voulu. (        )
Il eut cinq 'heures entières pour sortir librement de Varennes, sous l'escorte de Goguelat et de ses hussards. Goguelat me l'a certifié et m'a remis toutes les preuves de ce fait.  Une fois reconnu, le Roi ne voulut employer que la persuasion pour se faire libérer il insista bientôt sur son retour à Paris, et laissa au tocsin le temps nécessaire pour amener autour de lui la Garde nationale des environs. Je pourrais vous apprendre des circonstances bien désespérantes de cet événement, qui devrait ôter l'envie de servir, à jamais, ce Prince. •

Je vous embrasse. Mille tendres compliments aux dames des Granges et mes respects à Mme. Meunier. Je tâcherai de voir Mme d'Hénin. L'argent était hier à 31 p. 100 de perte. Je vois venir que le Roi, forcé par le Garde des Sceaux, espèce de furibond constitutionnel, sanctionnera le décret sur les prêtres.

Mallet du Pan

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37325
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Gouverneur Morris le Jeu 06 Déc 2018, 11:44

Quel nœud de vipères, quel panier de crabes que ces Tuileries en 1791...
Gouverneur Morris
Gouverneur Morris

Messages : 4767
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Trianon le Jeu 06 Déc 2018, 14:01

Gouverneur Morris a écrit:Quel nœud de vipères, quel panier de crabes que ces Tuileries en 1791...

Il est toujours dommage que l'on s'en rende compte trop tard !!!! Et je vous dirai même plus, certains refusent toujours d'admettre cette réalité, hier comme aujourd'hui.
Comme vous me connaissez, et pour alléger un peu la donne : il paraît que tout est bon dans le porc. Je me rappelle avoir goûté le pied de porc, et c'est vrai c'était succulent (mais oui Eléonore, essayez et vous comprendrez), alors Louis XVI (tout Roi qu'Il était et dans cette mauvaise impasse d'évasion), avait le palais gourmand, mais peut-être trop. Eventaille J'essaye toujours de trouver un peu d'humour même lorsqu'il s'agit de choses graves.....
Trianon
Trianon

Messages : 3179
Date d'inscription : 22/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Vicq d Azir le Jeu 06 Déc 2018, 15:48

Oui Trianon, le Roi était un gourmet, mais il ne s’est pas arrêté à Ste Menehould, et n’a donc pas dégusté de pied de porc, contrairement à ce que montre la caricature ci-dessus.
Par contre, la berline, prisonnière, s’est arrêtée dans la ville sur le chemin de retour. Elle a été reçue comme il se doit par la municipalité, et un « dîner », c’est à dire un repas de midi leur a été servi, qu’il n’ont pas touché. Seul le Dauphin a mangé quelques cerises qu’on était allé spécialement lui chercher.
En revanche, étant moins pressé que Louis XVI, j’ai pu goûter à cette fameuse spécialité locale, en...1991. Elle était toujours à la carte de la vieille auberge, face à l’Hôtel de Ville, mais celle-ci n’existe plus.
Retrouvé pour vous: le « bouillon » présenté à Louis XVI lors de ce repas, le mercredi 22 juin, et pieusement conservé depuis :

Vicq d Azir
Vicq d Azir

Messages : 1959
Date d'inscription : 07/11/2014
Age : 70
Localisation : Paris x

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Vicq d Azir le Lun 24 Déc 2018, 00:14

Deux vues de la maison Prefontaine, aujourd’hui détruite.
La maison (à droite sur le premier cliché), était à l’entrée de la ville. La berline s’arrêta devant à 11h 1/4 du soir, juste avant l’arrestation. Les occupants voulaient connaître le lieu du supposé relais. Marie-Antoinette obtint d’y entrer quelques instants.
La deuxième photo montre l’etat en 1918, après les bombardements :



Vicq d Azir
Vicq d Azir

Messages : 1959
Date d'inscription : 07/11/2014
Age : 70
Localisation : Paris x

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Mme de Sabran le Lun 24 Déc 2018, 09:24

Vicq d Azir a écrit:Deux vues de la maison Prefontaine, aujourd’hui détruite.
La maison, à droite sur le premier cliché était à l’entrée de la ville. La berline s’arrêta devant à 11h 1/4 du soir,  juste avant l’arrestation. Les occupants voulaient connaître le lieu du supposé relais. Marie-Antoinette obtint d’y entrer quelques instants.

Le souvenir de cette visite extraordinaire a été pieusement gardé par la famille et les descendants de Jean-Baptiste de Bigault de Préfontaine qui le racontent ainsi :


En ce qui concerne Monsieur de Préfontaine, nous pouvons résumer sa « participation » de la façon suivante : Les voitures Royales s’étaient arrêtées à l’entrée de Varennes, devant la maison de Monsieur de Bigault de Préfontaine. C’était un ancien Officier du Corps Royal d’Artillerie, en retraite depuis une quinzaine d’années, qui gérait les biens du Prince de Condé dans la région. (Il entra à 10 ans dans la Gendarmerie, fut nommé surnuméraire le 9 juin 1750, cadet en août de la même année, et lieutenant le 29 novembre 1755. Lieutenant en second le 1er janvier 1761, capitaine en 1765, Chevalier de Saint-Louis comme capitaine en second dans le Régiment de Metz du Corps Royal d’Artillerie le 15 décembre 1772. Il prit sa retraite le 1er janvier 1777 avec 600 livres de pension sur les fonds de l’Artillerie et 300 livres sur le Trésor Royal, qui lui étaient concédées depuis le 27 juillet 1769).

La voiture arriva à 11 heures du soir sonnant devant la maison. Les domestiques vinrent de suite ouvrir la porte. La femme de chambre de Monsieur de Préfontaine demanda aux illustres voyageurs s’ils désiraient quelque chose. La Reine lui dit : « Je vais descendre, ma bonne ». Ce qu’elle fit pour ses besoins. La voiture y resta près de ¾ d’heure (en réalité, il fut de 35 minutes, Louis XVI ayant regardé sa montre). Monsieur de Préfontaine dormait et il a été réveillé plus tard par le vacarme de Varennes. Il en a d’ailleurs exprimé des regrets.

En résumé, c’est certainement la durée de cet arrêt qui a provoqué l’arrestation du Roi à Varennes, quelques heures plus tard.

Monsieur de Préfontaine, parce qu’il était allé saluer la Famille Royale et lui avait témoigné sa respectueuse sollicitude, sera menacé par ses concitoyens après le départ du Roi. Il essaiera de s’échapper, mais sera pris dans les bois. Il pourra émigrer et mourra finalement à Brunswick.

C’est un peu plus tard qu’intervint Louis de Bigault de Signemont.

Mais retraçons d’abord son parcours : Dès le 1er avril 1746, on le trouve Cadet au Régiment d’Infanterie de Chartres. Capitaine le 1er septembre 1756, après avoir participé aux sièges de la Citadelle d’Anvers, à celui de Berg-op-Zoom (1747) et à celui de Maastricht (1748), il fut réformé en 1763 mais réussit à se faire réintégrer la même année.
Nommé Capitaine-Commandant le 4 juin 1776, il fit campagne sur mer en 1778, et se trouvait au combat d’Ouessant sur le Vaisseau « Saint-Esprit », commandé par le Duc d’Orléans, futur Philippe-Egalité.
Promu Lieutenant Colonel des Grenadiers Royaux de Lorraine le 8 avril 1779, décoré de la Croix de Chevalier de l’Ordre Royal et Militaire de St Louis, il est victime du Décret du 31 mars 1791 interdisant tout commandement militaire aux hommes âgés de plus de 50 ans, et mis en réforme tout en étant nommé Maréchal de Camp pour retraite. Il se retire alors à Neuvilly-en-Argonne, où il organise la première « Garde Nationale » et se fait nommer Commandant Général de tous les gardes Nationaux de Département de la Meuse.

Aussi quand, le 21 juin 1791, le Roi fut arrêté à Varennes, et que tous les Gardes Nationaux de tous les villages environnants se furent portés dans la petite cité, Louis de Signemont n’eut pas de difficulté à faire reconnaître son autorité. Nous le voyons empressé autour de la maison où le Roi était descendu, intervenant à tout propos et faisant parade de son commandement. Au moment où le Capitaine d’Eslon, commandant les Hussards, demande à entrer en ville pour rendre ses hommages au Roi et se dirige seul vers le poste des Gardes Nationaux, le Sieur de Signemont, commandant de la Garde Nationale, immédiatement appelé lui accorde cette autorisation, et même lui donne sa parole d’honneur qu’il pourra parler au Roi seul et sans témoin. De Signemont reviendra sur sa parole d’honneur et entra avec le Capitaine dans la chambre royale.

Quand le retour du Roi à Paris fut décidé, le Général de Signemont prit le commandement des gardes nationaux qui devaient l’escorter une partie du chemin et accompagna la voiture jusqu’à Sainte-Ménéhould. Là, il quitta le commandement de l’escorte et le remit aux mains de Bayon, commandant de la garde nationale parisienne. C’est au moment du départ de Varennes, qu’eut lieu l’incident suivant : au milieu de la foule qu’il dominait de la hauteur de son cheval, de Signemont allait et venait et formait les rangs des gardes nationaux. Sur sa poitrine brillait la Croix de Chevalier de Saint-Louis, et cette Croix attira les regards de Madame Elisabeth, qui, la montrant au Roi, lui dit avec une expression de pitié indignée : « Voilà, mon frère, un homme auquel vous donnez du pain ».

En septembre 1792, quand Verdun fut pris par les Prussiens, de Signemont fut arrêté et emprisonné. Quand les troupes Prussiennes quittèrent la ville 43 jours après, de Signemont fut remis en liberté et, en dédommagement, fut nommé au commandement de la place de Longwy, puis bientôt destitué. En avril 1793, nous le retrouvons investi du commandement de la place de Sarrelouis. Une nouvelle fois dénoncé, il se retrouve à nouveau en prison.

Peu après, nous le retrouvons Maire de Neuvilly. Le 6 Fructidor an IV, son corps fut découvert dans la forêt d’Argonne entre Neuvilly et Le Claon, au lieu-dit « les Bas-Bois ». Assassiné ou mort d’un accident de chasse, personne ne le sut jamais. Enterré à Neuvilly, sa tombe est aujourd’hui ignorée.


http://de-bigault.fr/LA%20FUITE%20DE%20VARENNES.htm

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37325
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Vicq d Azir le Lun 24 Déc 2018, 10:43

Oui, merci de développer cet épisode intéressant de l’arrivée à Varennes de la Famille Royale...
Mais plusieurs versions existent. Il y a même la version romancée d’Alexandre Dumas, qui présenta Prefontaine comme un lâche qui refusa d’aider le Roi. La famille intenta un procès à l’écrivain, et le perdit.
Il est très difficile de savoir ce qu’il s’est réellement passé dans la réalité. Il ressort, à la lecture des différents témoignages, que l’un des accompagnateurs ( Valory ou plutôt Moustier?) a frappé à la porte de la maison vers 23h 15, pour savoir où se trouvait le relais prévu ( c’etait un relais mobile, Varennes n’ayant pas de relais fixe. Ce relais mobile, qui devait se trouver dans la haute ville, avait été déplacé dans la basse ville, à l’auberge du Grand Monarque, de l’autre côté du pont) Qu’un homme, pieds nus, a ouvert, et, se rendant compte de la situation, a proposé d’aller « réveiller le maître ». C’est Louis XVI qui l’aurait dissuadé. Il serait alors sorti avec le garde pour l’accompagner jusqu’au campement des soldats (aux Cordeliers ?), où il lui aurait été signifié qu’il n’y avait pas de relais dans la haute ville, et que le commandant des troupes avait quitté les lieux. Entre temps, une servante serait aussi sortie de la maison, demandant « si les voyageurs avaient besoin de quelque chose ». C’est à ce moment-là que la Reine aurait prononcé la phrase que vous indiquez, et serait rentrée « dans le vestibule ». Les descendants, je le rappelle, rapportent toujours cette version ( j’ai pu recueillir ce témoignage en 1991...)
Certains ont pu dire que c’est Prefontaine en personne qui a accompagné Moustier, et qu’il avait très peur, étant conscient de l’identité des voyageurs. C’est la version de Dumas. Il est vrai que Prefontaine aura quelques ennuis au cours de la Révolution, mais sans doute plus en tant qu’aristocrate que pour avoir aidé le Roi.

Un autre cliché, plus complet, de la maison Préfontaine (juillet 1904) :

Vicq d Azir
Vicq d Azir

Messages : 1959
Date d'inscription : 07/11/2014
Age : 70
Localisation : Paris x

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Vicq d Azir le Mar 25 Déc 2018, 18:30

Puisque on en est à évoquer les maisons disparues de Varennes en Argonne (la ville a presque entièrement été détruite pendant la première guerre mondiale), voici quelques photos de la fameuse « maison Sauce », qui se trouvait rue de la Basse Cour.
Cette maison, dans laquelle la famille royale passa la nuit du 21 au 22 juin 1791, était occupée par Mr. Sauce, procureur-syndic de la Commune, marchand de chandelles-quincailler de son état. Il vivait là avec sa famille.
La bâtisse avait un étage. Au rez-de-chaussée, la boutique et, derrière, l’arrière-boutique, dans laquelle on logea la famille royale et ses accompagnateurs, afin de les soustraire à la vue des passants. Ceci dans un premier temps, puisqu’ils montèrent ensuite, par un escalier très raide, dans les deux chambres à l’ étage. C’est là que les enfants purent prendre un peu de repos. C’est là aussi que le Roi reçut les émissaires de l’Assemblée.
A l’époque de Louis-Philippe, la rue fut élargie, et les façades côté maison Sauce, alignées. Les vues présentées ici ne donnent donc plus l’aspect de la maison telle qu’elle était en 1791 :

La rue de la Basse Cour (les maisons de la partie gauche ont leur aspect 18ème).



La maison Sauce, sous deux angles différents (maison de gauche sur la première photo) :




L’arrière de la maison Sauce, avec une vue de la chambre dans laquelle la famille royale passa la nuit





Dernière édition par Vicq d Azir le Mar 25 Déc 2018, 19:55, édité 2 fois
Vicq d Azir
Vicq d Azir

Messages : 1959
Date d'inscription : 07/11/2014
Age : 70
Localisation : Paris x

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Mme de Sabran le Mar 25 Déc 2018, 18:49


Ces modestes cartes postales constituent des documents très intéressants !!!
Merci, cher Févicq .  Very Happy
La vue plongeant dans la maison Sausse par les deux fenêtres ouvertes est particulièrement troublante.

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37325
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Vicq d Azir le Mar 25 Déc 2018, 19:57

Oui, plutôt émouvante. Et quand on pense que la surface totale des deux chambres paraît ne pas excéder 20 à 25 m2...
Vicq d Azir
Vicq d Azir

Messages : 1959
Date d'inscription : 07/11/2014
Age : 70
Localisation : Paris x

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Duc d'Ostrogothie le Mer 26 Déc 2018, 00:00

Merci pour ces documents mon cher Vicq. J'ai également trouvé les cartes postales suivantes sur le net :


Duc d'Ostrogothie
Duc d'Ostrogothie

Messages : 1819
Date d'inscription : 04/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Vicq d Azir le Mer 26 Déc 2018, 13:03

Merci mon cher Duc. La première photo que vous postez montre déjà l’état d’après guerre: la rue de la basse-cour n’existe plus. On voit au fond la Tour St Gengoult, et devant, un baraquement typique des constructions provisoires d’après guerre.
Rappelons que Varennes, avant d’être détruite, conservait son aspect 17ème avec sa ville haute et sa ville basse :





Au centre de la ville haute : la tour de l’église St Gengoult domine la place principale, qui est à l’emplacement de l’ancien cimetière. Auparavant, se trouvait la fameuse voûte sous laquelle les occupants de la berline furent priés de descendre pour vérifier les passeports. Cette voûte était fermée par une porte à deux battants la nuit, afin de bloquer l’entrée de la ville. Elle avait été ainsi faite, qu’elle reliait, grâce à un premier étage, l’église et une chapelle où se trouvait l’hôtel. Cette voûte et cette chapelle furent détruites dès 1793...
Juste après la voûte, s’ouvrait l’entrée de l’ auberge du Bras d’Or, qui était le « bistrot » de la ville haute :



L’état ancien :


Une carte pour s’y retrouver :


Et peut-être aussi une maquette, qui permet d’encore mieux voir :
Vicq d Azir
Vicq d Azir

Messages : 1959
Date d'inscription : 07/11/2014
Age : 70
Localisation : Paris x

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Mme de Sabran le Mer 26 Déc 2018, 16:28

Merci, cher Févicq, nous y sommes ! Very Happy
Je reconnais bien la Tour de l'Horloge .

Le gué était certainement à la sortie de Varennes, non ?

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37325
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Vicq d Azir le Mer 26 Déc 2018, 16:45

On ne voit pas le fameux pont sur l’Aire sur cette maquette, car il est caché par les maisons, mais il est entre ville haute et ville basse, pas loin de l’église Notre Dame ( à ne pas confondre avec la chapelle St Gengoult ), qu’on aperçoit en haut sur la photo de la maquette.
A mon avis, le gué se trouvait plus en aval sur l’Aire, donc plus bas sur le plan, après la sortie de la ville.
Voyez aussi l’état de l’église Notre Dame, après les destructions de 1918 :

Vicq d Azir
Vicq d Azir

Messages : 1959
Date d'inscription : 07/11/2014
Age : 70
Localisation : Paris x

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Vicq d Azir le Jeu 27 Déc 2018, 17:08

Dans la chambre occupée par la famille royale chez Sauce :



Les derniers occupants de cette maison historique, au XXe siècle, avaient affiché sur les murs de la chambre... des portraits de la Reine, dont le portrait à la Rose: hommage tardif, dans ce lieu emblématique...

Vicq d Azir
Vicq d Azir

Messages : 1959
Date d'inscription : 07/11/2014
Age : 70
Localisation : Paris x

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par La nuit, la neige le Mar 05 Fév 2019, 10:21

Message copié depuis notre sujet "Jeu de l'hiver" :

Vicq d Azir a écrit:



Il s’agit de la dernière enseigne de l’hôtel de Rohan à Epernay. La berline de la famille royale prisonnière s’y arrêta le 23 juin au soir, juste avant la rencontre avec les députés au Chêne Fondu. Madame Royale raconte dans ses mémoires l’enfer de la situation : accueil très hostile de la population, menaces de mort, robe de la Reine déchirée... Les prisonniers repartiront au bout d’une heure, après avoir pris une légère collation.

Aujourd’hui, il ne reste presque plus rien du bâtiment, qui existait encore il y a une vingtaine d’années... La plaque apposée sur le bâtiment a elle aussi disparu... Ne reste qu’une porte, un passage et cette enseigne, dans la rue principale de la ville...  
État du site de l’hôtel de Rohan en 1989 :

La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 12492
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Mme de Sabran le Mar 05 Fév 2019, 10:27

J'étais en train de propulser les mêmes messages ! Very Happy
Tu m'as prise de vitesse . Eventaille

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37325
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Vicq d Azir le Mar 05 Fév 2019, 13:45

Merci à vous deux...
Nous avons fait, Marie-Antoinette et moi-même une conférence à Epernay sur Varennes. Bon accueil, mais tout souvenir du passage de la berline sur le chemin du retour à été gommé...’
Il faut dire que l’accueil de la population, à l’époque a été une honte...( je crois me souvenir qu’on connaît les détails de cet accueil par l’écrivain Cazotte, qui était témoin ).
Vicq d Azir
Vicq d Azir

Messages : 1959
Date d'inscription : 07/11/2014
Age : 70
Localisation : Paris x

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Mme de Sabran le Mar 05 Fév 2019, 14:17


Hôtel de Rohan (Epernay)
Autrefois une plaque commémorant le passage de la famille royale se trouvait sur la façade.
Elle a été enlevée.

Ici se passe un épisode curieux qui aurait pu changer le cours de l'histoire. En effet, c'est Scévole Cazotte, le fils du célèbre Jacques Cazotte auteur du "Diable amoureux " et prophète de la révolution qui commande la garde. C'est ce fameux Cazotte qui a conseillé l'itinéraire par Epernay et suggéré une halte dans sa maison de Pierry. Il s'agissait bien évidemment d'un projet d'évasion. Mais la tentative échoue car le projet est refusé et  c'est à l'Hôtel de Rohan (qui appartenait à la famille de Rohan-Soubise) que la famille royale va être hébergée quelques heures afin de se restaurer. (cet hôtel existe toujours, il est situé rue du Général Leclerc. Mais autrefois il occupait environ la moitié de la rue car juste à côté se trouvait une auberge (à l'emplacement des n° actuels 28 à 30). La famille royale va faire halte à l'Hôtel de Rohan mais également dans l'auberge (Si l'Hôtel fut en grande partie détruit en 1918, l'auberge du XVIII existe toujours et possède encore des lambris et des boiseries de l'époque. L'Hôtel et l'auberge possédait une cour, des écuries, des caves d'époque, des granges, pressoirs et logements de postillons. Elle était alors dirigée par Mémie Cousin. J'ai eu la chance de connaître les anciens occupants de cette maison, une très vieille famille d'aristocrates champenois. A cette époque de nombreux éléments étaient encore en place (la cour où s'était arrêtée la berline, des toilettes Louis XV, une belle rampe en fer forgée où la main de la reine s'était posée et la chambre où s'était reposée la reine, occupée par la fille de cette famille  (au coin de la rue de Châlons (Gal Leclerc) et de la rue des Berceaux).

Le passage à l'Hôtel de Rohan où la berline parvient à 17 h le 23 Juin va être très éprouvant. Il est probable que Cazotte et son fils avaient là aussi échafaudé une tentative d'évasion mais la foule était si compacte et haineuse, armée de fourches et de piques,  que la reine faillit défaillir sous les injures de la foule, les menaces de mort et les tentatives de lui arracher sa robe (qu'elle sera obligée de faire recoudre pendant la halte). Quant à l'enfant royal, il fut presque étouffé par la pression des révolutionnaires en délire. Il ne durent leur salut qu'à Scévole Cazotte. Ils parviennent enfin sous la protection de la garde et l'oppression d'une foule énorme (environ 15 000 personnes s'étaient massées aux alentours) à l'intérieur de l'Hôtel. Mais les imprécations et les huées continuent de pleuvoir à l'extérieur, on brandit des haches, des fourches, on promet qu'on va manger leur manger le coeur et le foie... C'est d'ailleurs ce qui va arriver à un malheureux curé qui avait eu l'audace de s'approcher un peu trop près des manifestants. Tandis que Marie-Antoinette fait recoudre sa robe déchirée le roi se restaure d'une omelette... Puis après un moment de repos le convoi reprend la route vers Paris. Une rouquine s'échappe alors de la foule et vocifère à l'encontre de la reine : " Allez, ma petite belle, on vous en fera voir bien d'autres ! "

"Avec quelle barbarie on lui a tenu parole ! " commentera Scévole.

La berline parvient à quitter Epernay sans encombre et traverse la forêt d'Epernay (actuelle avenue Jean Jaurès) par la route de Paris dont le trajet n'a pas changé. Ils passent par Mardeuil et mettront une heure pour atteindre le village de Boursault.

C'est alors que l'histoire s'apprête à changer.

A Paris le Club des Cordeliers vient de demander  l'établissement de la république.

Les représentants de l'Assemblée Nationale (dont Barnave et Pétion) se sont alors rendus à la rencontre du roi en empruntant cette même route depuis Paris. Ils vont s'arrêter après le village de Port à Binson (autrefois - Pont à Binson) près du Hameau de la Cave où se trouve un petit hameau fait de chaumières : " La Ferme du Chêne Fendu ". (les amateurs de symbolisme s'attarderont sur ce signe...). Entre temps une foule très importante venue des villages voisins s'est massée le long des talus, des fossés et dans les champs près de la Marne. Le tumulte grossit ainsi que les clameurs. La famille royale approche.

La berline va s'arrêter au bas d'une descente en direction du village de Vauciennes près de la Ferme du Chêne Fendu (on peut voir une plaque qui commémore l'événement). A cet instant, Pétion sort de sa poche le décret de l'assemblée et le lit au roi puis, juché sur la berline royale, à la foule.

C'en est fini de la royauté. A partir de maintenant la famille royale est sous la protection de la - nation -.

L'histoire ne s'est pas écrite à Paris mais dans ce hameau isolé de la Champagne. Cependant proche d'un lieu qui pourrait interpeller : c'est en effet non loin de là dans le village de Châtillon sur Marne que s'élève la grande statue du pape Urbain II, village qui était un fief des chevaliers du Temple avant de tomber aux mains du roi Philippe le Bel.


https://www.facebook.com/notes/alexandra-schreyer/hotel-de-rohan-la-famille-royale-arr%C3%AAt%C3%A9e-%C3%A0-varennes-traverse-les-terres-de-champ/719111494801253/

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37325
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par MARIE ANTOINETTE le Mar 05 Fév 2019, 14:46


voici l'état de l'hotel de rohan après les bonbardements de 1914 -
actuellement il ne reste que le porche portant l'indication "hotel de rohan" sur le mur.

MARIE ANTOINETTE
MARIE ANTOINETTE
MARIE ANTOINETTE

Messages : 3167
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 73
Localisation : P A R I S

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 17 sur 18 Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum