La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Page 17 sur 17 Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17

Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Vicq d Azir le Mar 27 Nov 2018, 10:25

Voici une gravure qui caricature Louis XVI durant sa fuite.
Nous présentons, sur un autre sujet, les caricatures diffusées au cours de la Révolution.
Celle-ci (la scène est bien sûr fictive), montre le Roi, assis à l’auberge de Ste Menehould, dégustant ... un pied de cochon, spécialité de la ville. A droite, Drouet, le maître de poste, le reconnaît en observant le profil du Roi sur un assignat. A l’arrière plan, la famille attend dans la berline que le Roi ait terminé son repas. La Reine tend un bras dans sa direction, semblant lui dire : « pressez-vous, Louis, nous allons être en retard »...
Il est suggéré, sur cette gravure, que l’arrestation du Roi est à mettre sur le compte de sa nonchalance et...de sa gloutonnerie.
Notez que l’enseigne de l’auberge porte, sous l’effigie du monarque, l’inscription « au fuiard », c’est tout dire...

avatar
Vicq d Azir

Messages : 1708
Date d'inscription : 07/11/2014
Age : 70
Localisation : Paris x

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par La nuit, la neige le Mar 27 Nov 2018, 18:12

Je viens de voir le titre de l'enseigne "Au fuiard"...
avatar
La nuit, la neige

Messages : 12044
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Mme de Sabran le Mar 27 Nov 2018, 18:41


Nous avions déjà posté cette caricature, avec toute une explication alambiquée des symboles .
Mais où ça ? Je recherche ... Very Happy
C'est peut-être bien, sans aller plus loin, dans ce sujet-ci . Eventaille

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 36088
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Vicq d Azir le Mar 27 Nov 2018, 19:29

Je ne l’ai pas trouvée non plus, avant de poster celle-ci...
Mais never mind, ça fera quelques pieds (de cochon) en plus....
avatar
Vicq d Azir

Messages : 1708
Date d'inscription : 07/11/2014
Age : 70
Localisation : Paris x

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Mme de Sabran le Mar 27 Nov 2018, 19:41

Ah voilà, cher Févicq, j'ai retrouvé !  
Dans notre sujet : Le gros appétit de Louis XVI   (   Eventaille  )
http://marie-antoinette.forumactif.org/t2464-le-gros-appetit-de-louis-xvi#69771

Mme de Sabran a écrit:
Voilà... et l'on sait comme on doit considérer les on dit comme celui de la brioche Wink :


Oui...   celui de la brioche, ou du pied de cochon !   Smileàè-è\':


...   burp !  


;


Le pied de cochon a-t-il perdu Louis XVI ?  

Non, le pied de cochon n'est pas régicide ! La légende veut qu'en voulant déguster la spécialité argonnaise, Louis XVI a perdu beaucoup de temps et permis sa capture. Certains faits attestent pourtant du contraire.

«Les pieds de cochon (à la Sainte Ménehould), le roi Louis XVI en raffolait...». C'est ce qui se raconte en tout cas et que l'on peut lire parfois, complété par «le roi s'est arrêté pour manger un pied» avec la conclusion finale: «c'est sa gourmandise qui l'a perdu...» Voilà donc le pied de cochon promu en quelque sorte au titre de régicide dans une fuite qui se termina à Varennes...
Le voyage avait été soigneusement préparé pour que tout se déroule rapidement. Toute la famille avait changé d'identité et d'habit, et le roi était devenu Monsieur Durant, l'intendant de la baronne de Korff qui émigrait en Allemagne avec un laisser passer signé par... le roi lui-même. Louis XVI voyageait donc incognito et pouvait ne pas être reconnu puisque peu de Français connaissaient le véritable visage du roi.
D'ailleurs, après le passage des voitures, il fallut aller dans Sainte-Ménehould chercher une personne qui avait vu le roi à Versailles, pour confirmer les doutes.
Une voiture avait été fabriquée spécialement pour permettre à six personnes (le roi, la reine, Madame Elisabeth, sœur du roi, les 2 enfants et leur gouvernante) de faire un long voyage sans en descendre, et elle était équipée entre autres des cantines pour la nourriture et deux pots de chambre en cuir bouilli. Seul Louis XVI en descendit pour, comme le dit le rapport du procès du roi, «lâcher les eaux». Et de fait la famille royale ne descendra qu'à Chaintrix, au relais de poste.
Manger dans ces conditions ?

Bien sûr il y a ce tableau, devenu carte postale, qui montre le roi , que les Révolutionnaires avaient surnommé le «gros cochon», se délectant d'un pied, seul à la table car la famille est restée dans la voiture, avec posté devant lui un personnage tenant à la main un assignat.




C'est ce que dit la légende de la gravure :

«Le roi mangeant des pieds à la Sainte Ménehould. Le maître de poste confronte un assignat et reconnaît le roi».

Mais, à bien regarder, ce que le roi tient dans la main ne serait pas un pied de cochon , mais un objet , disons, coquin. Cette image qui ne serait en fait qu'une caricature faisait certainement allusion aux déboires conjugaux de Louis XVI, et des relations entre Marie Antoinette et le Comte de Fersen, celui-là même qui avait organisé le voyage. Un fait est certain: ce n'est pas Louis XVI qui payait le maître de poste, mais M. de Valory, qui était à cheval et qui devançait les voitures à chaque relais (procès du roi, interrogatoire de Madame de Tourzel).

Sources: John Jussy dans "L'Union"


Amitiés marnaises,
Sylvain

http://patrimoine51.blog50.com/archive/2007/01/02/le-pied-de-cochon-a-t-il-perdu-louis-xvi.html

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 36088
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Mme de Sabran le Jeu 06 Déc 2018, 11:23

Autour d'une Révolution : 1788-1799 /  
par le comte d'Hérisson

Lettre de Mallet du Pan à Mounier, sur Varennes :

Vous voyez l'ascendant qu'ont pris les Jacobins dans l'Assemblée nationale et dans les places; mais l'opinion s'est bien refroidie en leur faveur. Cependant ils sont toujours assurés des bandits, des affamés, des fanatiques, des intéressés de tout genre à la suite des désordres.  La Cour n'a, pour leur tenir tête, que des intrigants et des lâches. Elle a résolu de rester sur la défensive, et ses Ministres lui donnent pour tous remparts, la Constitution et l'empire de la loi. C'est assez vous avertir qu'il n'y aura plus de Monarchie avant trois mois, si une puissante résistance ne se développe.
J'opinais, il y a six semaines, à la publication de votre ouvrage aujourd'hui je balance à vous en donner le conseil. Je crains qu'il n'offre un nouveau texte de controverse entre les royalistes, sans convertir un révolutionnaire. La lecture seule de l'écrit, me donnerait l'idée de ses effets. Cependant, je vois qu'il faut le publier maintenant ou jamais. Ainsi, j'ôpine à l'envoi que vous m'annoncez; j'en conférerai avec Malouet et Bergasse, et, sauf votre avis, nous prendrons un dernier parti. Il pourrait aider puissamment les causes de revirement naturel qui existent dans le royaume, s'il renferme des issues pour tous les intérêts blessés, sans fermer celles qu'invoqueront les hommes raisonnables.
Il fallait lire en effet dans le Mercure, le Maitre de poste de Sainte-Menehould. Le rapport de ce dernier, ainsi que ceux de Varennes, et des aides de camp; sont plus ou moins chargés de faussetés grossières. L'aide de camp arriva à Varennes avant le Roi, ainsi que le Maître de poste. Celui-ci avait été, en effet, averti par Baillon.
Personne ne doute que La Fayette ne sût l'évasion. Cette femme de la Reine qui l'avait dénoncée au Comité des recherches, était maîtresse de Gouvion. Trente indices décèlent qu'ils étaient avertis, mais qu'ils furent trompés de 24 heures seulement d'exécution. La Fayette jura à 7 heures du matin à l'Hôtel de Ville, et promit sur sa tête que le Roi serait ramené.
Je vous apprendrai de plus que, si ce Prince l'a été, c'est qu'il l'a bien voulu. (        )
Il eut cinq 'heures entières pour sortir librement de Varennes, sous l'escorte de Goguelat et de ses hussards. Goguelat me l'a certifié et m'a remis toutes les preuves de ce fait.  Une fois reconnu, le Roi ne voulut employer que la persuasion pour se faire libérer il insista bientôt sur son retour à Paris, et laissa au tocsin le temps nécessaire pour amener autour de lui la Garde nationale des environs. Je pourrais vous apprendre des circonstances bien désespérantes de cet événement, qui devrait ôter l'envie de servir, à jamais, ce Prince. •

Je vous embrasse. Mille tendres compliments aux dames des Granges et mes respects à Mme. Meunier. Je tâcherai de voir Mme d'Hénin. L'argent était hier à 31 p. 100 de perte. Je vois venir que le Roi, forcé par le Garde des Sceaux, espèce de furibond constitutionnel, sanctionnera le décret sur les prêtres.

Mallet du Pan

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 36088
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Gouverneur Morris le Jeu 06 Déc 2018, 11:44

Quel nœud de vipères, quel panier de crabes que ces Tuileries en 1791...
avatar
Gouverneur Morris

Messages : 4516
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Trianon le Jeu 06 Déc 2018, 14:01

Gouverneur Morris a écrit:Quel nœud de vipères, quel panier de crabes que ces Tuileries en 1791...

Il est toujours dommage que l'on s'en rende compte trop tard !!!! Et je vous dirai même plus, certains refusent toujours d'admettre cette réalité, hier comme aujourd'hui.
Comme vous me connaissez, et pour alléger un peu la donne : il paraît que tout est bon dans le porc. Je me rappelle avoir goûté le pied de porc, et c'est vrai c'était succulent (mais oui Eléonore, essayez et vous comprendrez), alors Louis XVI (tout Roi qu'Il était et dans cette mauvaise impasse d'évasion), avait le palais gourmand, mais peut-être trop. Eventaille J'essaye toujours de trouver un peu d'humour même lorsqu'il s'agit de choses graves.....
avatar
Trianon

Messages : 3064
Date d'inscription : 22/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La fuite à Montmédy et l'arrestation à Varennes

Message par Vicq d Azir le Jeu 06 Déc 2018, 15:48

Oui Trianon, le Roi était un gourmet, mais il ne s’est pas arrêté à Ste Menehould, et n’a donc pas dégusté de pied de porc, contrairement à ce que montre la caricature ci-dessus.
Par contre, la berline, prisonnière, s’est arrêtée dans la ville sur le chemin de retour. Elle a été reçue comme il se doit par la municipalité, et un « dîner », c’est à dire un repas de midi leur a été servi, qu’il n’ont pas touché. Seul le Dauphin a mangé quelques cerises qu’on était allé spécialement lui chercher.
En revanche, étant moins pressé que Louis XVI, j’ai pu goûter à cette fameuse spécialité locale, en...1991. Elle était toujours à la carte de la vieille auberge, face à l’Hôtel de Ville, mais celle-ci n’existe plus.
Retrouvé pour vous: le « bouillon » présenté à Louis XVI lors de ce repas, le mercredi 22 juin, et pieusement conservé depuis :

avatar
Vicq d Azir

Messages : 1708
Date d'inscription : 07/11/2014
Age : 70
Localisation : Paris x

Revenir en haut Aller en bas

Page 17 sur 17 Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum