François Joachim de Pierre de Bernis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

François Joachim de Pierre de Bernis

Message par Calonne le Mar 25 Mar 2014, 20:40


Un personnage central du règne de Louis XV, complice du renversement des alliances, soutien de Madame de Pompadour, remarquable ambassadeur à Rome...
Quelques mots sur "l'abbé des plaisirs" :

François Joachim de Pierre de Bernis est né en 1715. Issu d'une famille de vieille noblesse, il monte vite à Paris. Il fait des études brillantes au collège Louis le Grand, puis à Saint Sulpice. Brillant causeur, intelligent, cultivé, il a le malheur de s'attirer les foudres du cardinal de Fleury. Ce dernier lui fait comprendre que, lui vivant, Bernis n'aura jamais rien. "Soit Monseigneur, j'attendrai...", telle fût sa réponse. Une réponse qui fit le tour de Versailles et Paris.
Il attendit donc, se consacrant aux belles-lettres. Avec succès, puisqu'il entre à l'académie française à l'âge de... 29 ans !
Sociable, brillant, mondain, il saisit la chance de sa vie lorsqu'il rencontre Madame de Pompadour. Il devient un ami, un confident, un allié de la belle marquise. Elle lui obtient une pension de 15000 livres et un appartement aux Tuileries.
En 1757, il entre au conseil du Roi, puis devient secrétaire d'état aux affaires étrangères. Il participe activement au renversement des alliances, mais les désastres de la guerre de 7 ans lui coûtent son poste. En compensation, Louis XV le fait cardinal et lui offre 40000 livres de pension. Il est ensuite nommé ambassadeur à Venise, sous la pression de son "ami" Choiseul, qui se méfie de lui et préfère l'éloigner.
A Venise, il mène grand train : il a du goût, de l'esprit, de la culture et des moyens. Tout le gratin de la Sérénissime se bouscule pour être invité à ses réceptions. Mais il s'ennuie... Il est rappelé en France, mais repart bientôt pour Rome participer à l'élection du nouveau pape. En 1769, il est nommé ambassadeur dans la ville éternelle. Comme à Venise, tout ce qui compte à Rome se presse à ses soirées. Il accueille, protège et subventionne les artistes et écrivains et essaie d'arrondir les angles avec le pape à propos des jésuites.
Eclate la Révolution. Bernis reste d'abord spectateur, mais il refuse la constitution civile du clergé. Il est bientôt inscrit sur la liste des émigrés et ses biens sont saisis. C'est donc en proie à de gros problèmes d'argent qu'il reçoit Madame Adélaïde et sa sœur, à Rome, en 1790. ll accueille également Madame de Polignac, de passage, par ses mots :"un sourire au milieu des ruines".
Il meurt à Rome, en 1794, à l'âge de 79 ans. Son corps est ramené en France, mais son cœur demeure à Rome.
Brillant, cultivé, mondain, curieux de tout, homme d'esprit, léger et désinvolte, politicien intelligent et visionnaire, il incarne à merveille cet inimitable XVIIIème siècle...
avatar
Calonne

Messages : 271
Date d'inscription : 01/01/2014
Age : 45
Localisation : Un manoir anglais

Revenir en haut Aller en bas

Re: François Joachim de Pierre de Bernis

Message par Mme de Sabran le Mar 25 Mar 2014, 20:44



Ah, ce bon et excellent Babet la Bouquetière !  : 
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28842
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: François Joachim de Pierre de Bernis

Message par Calonne le Mar 25 Mar 2014, 20:46

Oui, personnage assez incroyable et formidablement attachant, à multiples facettes...
avatar
Calonne

Messages : 271
Date d'inscription : 01/01/2014
Age : 45
Localisation : Un manoir anglais

Revenir en haut Aller en bas

Re: François Joachim de Pierre de Bernis

Message par Mme de Sabran le Mar 25 Mar 2014, 20:50




Il est très présent dans la correspondance d'Artois et Vaudreuil qui l'appellent le bonhomme .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28842
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: François Joachim de Pierre de Bernis

Message par Mme de Sabran le Jeu 27 Nov 2014, 15:18




De bonne race, de vieille noblesse, d'une maison qui possédait dès le douzième siècle le château de Gange, Bernis, comte de Brioude, né dans le Vivarais, près le Pont-Saint-Esprit, destiné dès son enfance à l'état ecclésiastique, passait sa jeunesse au séminaire de Saint-Sulpice, dans cette sorte d'école des pages de l'épiscopat, avec aussi peu d'argent que tous les cadets de noblesse visant aux dignités et aux bénéfices de l'Eglise ; puis, après s'être fait recevoir au chapitre de Lyon, il venait vivre à Paris.
Il avait, pour plaire, une jolie figure d'ange bouffi  (  :  ), un caractère franc, ouvert, expansif, une imagination vive et méridionale, beaucoup d'esprit, relevé par un accent demi-gascon, le génie facile des petits vers, des impromptus, des madrigaux, qui nouaient autour d'un portrait de femme comme un fil de perles autour d'une miniature. Ses manières tenaient de la femme et du prêtre; il possédait la douceur, l'enjouement, un tour de caractère voluptueux et tendre, une onction galante ; il était actif, frétillant, et il était plutôt encore que l'ami des hommes, l'ami des femmes, dont l'amitié, dit-il dans ses Mémoires, est plus tendre, plus délicate, plus généreuse, plus fidèle, plus essentielle.
Que fallait-il de plus en ce temps pour faire un délicieux abbé ?
L'abbé de Bernis devenait bientôt, comme disait le temps, « rare et de mode » naturellement, par lui-même, et sans qu'il soit besoin
de s'arrêter à la légende d'une marchande de modes le protégeait. Cet abbé étoit nouvellement sorti du séminaire ; il avoit fait connoissance chez des caillettes, qui n'étoient pas du plus haut parage  mais qui étoient fort aises d'avoir un abbé dans leur société, qui faisoit des vers le plus joliment du monde - ; et, de caillettes en caillettes, il arriva à la fin, comme on le verra par la suite, jusqu'à Mme d'Étioles  , femme d'un fermier général, depuis marquise de Pompadour.


( Soulavie : Mémoires authentiques )



Bernis est à l'origine de l'alliance franco-autrichienne dont Choiseul reprendra le flambeau .   Very Happy

.
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28842
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: François Joachim de Pierre de Bernis

Message par Mme de Sabran le Ven 28 Nov 2014, 09:38




Un jour que Bernis sortait de chez Mme de Pompadour, emportant sous son bras une toile de perse qu'elle lui avait donnée pour meubler son nouvel appartement, le Roi le rencontra dans l'escalier et voulut absolument savoir ce qu'il portait ; il fallut le montrer et expliquer le pourquoi : " Eh bien, dit Louis XV en lui mettant dans la main un rouleau de louis, elle vous a donné la tapisserie, voilà pour les clous ..."

( Charles Augustin Sainte-Beuve,  Causeries du lundi, t. VIII, p. 9).



Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28842
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: François Joachim de Pierre de Bernis

Message par La nuit, la neige le Ven 28 Nov 2014, 11:11

Je relis justement en ce moment l’essai biographique de Jean-Marie Rouart.
L’auteur avait déjà été à l’origine de la publication des Mémoires du cardinal, au Mercure de France.
Lecture que je vous recommande également.

Jean-Marie Rouart a une très belle écriture, il n’est pas membre de l’Académie française par hasard... boudoi32

Bernis, le cardinal des plaisir
De Jean-Marie Rouart
Folio - Edition poche



Présentation :
Jeune abbé, protégé de Mme de Pompadour, Bernis traverse le siècle des plaisirs avec l'éclat singulier d'un héros de roman. «Il y a du Julien Sorel et du comte Mosca dans Bernis», dira Roger Vailland. Parcours foudroyant que celui de cet ambitieux couvert de femmes : parti de sa province, il est élu à l'Académie française à vingt-neuf ans. Ambassadeur à Venise où il en remontre à Casanova dans les intrigues amoureuses, le voilà à quarante ans ministre des Affaires étrangères de Louis XV, chargé de mettre en œuvre le renversement des Alliances qui précipite la France dans la guerre. Ami et rival de Choiseul, au pouvoir, il révèle un autre visage. L'arriviste devient homme d'État. Plutôt que de poursuivre une guerre qu'il désapprouve, il préfère affronter la disgrâce et l'exil.
Cette vie de plaisirs, éclairée par la passion de la gloire, est devenue légendaire. Symbole de la séduction et du panache, cardinal atypique, Bernis nous introduit au cœur d'un XVIIIe siècle qui jette ses derniers feux.


A propos de Bernis :

« Il avait l’art de dorloter l’amour » - Casanova

« On dit que l’abbé de Bernis va ambassadeur à Venise. Je plains le procureur de Saint-Marc s’il a une jolie femme » - Voltaire

« Ses actions imprudentes l’élevèrent, ses vues sages le perdirent. Il fut disgracié pour avoir parlé de paix » - Frédéric II


Dernière édition par La nuit, la neige le Ven 28 Nov 2014, 11:32, édité 1 fois
avatar
La nuit, la neige

Messages : 9440
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: François Joachim de Pierre de Bernis

Message par Mme de Sabran le Ven 28 Nov 2014, 11:22

La nuit, la neige a écrit:

« Il avait l’art de dorloter l’amour » - Casanova


C'est trop joli ! boudoi30
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28842
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: François Joachim de Pierre de Bernis

Message par Mme de Sabran le Jeu 01 Juin 2017, 22:58

-  Mme de Polignac et lui étaient parents .
Vaudreuil fait très souvent référence à Bernis dans sa correspondance avec Artois ...... ainsi que Casanova dans ses Mémoires, puisque, du temps de sa jeunesse folle, Bernis et lui partagèrent des dames de petite vertu au cours de parties carrées .      
Mme Vigée le Brun aussi évoque le passage chez l'ambassadeur de tout ce que Rome compte de Français exilés .

-  Ses Mémoires sont très intéressants. Tristes aussi quand, pendant la Révolution, il voit affluer chez lui, à ROME, beaucoup d'émigrés. En proie à des problèmes financiers, il se désole de ne pouvoir les accueillir "comme il convient".
Son surnom de "BABET la bouquetière" lui a été donné par VOLTAIRE, semble-t-il.
Quand à sa vie privée "mouvementée", son surnom de "l'abbé des plaisirs" parle pour lui...

La Maison Pierre de Bernis, dans le Bas Vivarais, porte d'azur à une bande d'or, accompagnée en chef d'un lion de même, armé et lampassé de gueule; pour cimier un demi-lion au naturel, armé d'une épée issant du casque; pour support deux lions armés d'une épée .

Devise : Armé pour le Roi.












Je vous recommande cette excellente biographie du cardinal de Bernis de Jean-Paul Desprat .





...... ainsi que Le cardinal de Bernis, depuis son ministère de Frédéric Masson .

A l'occasion du 200ème anniversaire de la mort du cardinal, a été rédigée une Descendance de la Maison Pierre de Bernis en tableaux généalogiques, à partir de l'an 1000, par le comte Régis de Montgrand ( allié aux Bernis ).
Toutes les alliances de cette famille y figurent .

Encore un portrait de Babet, un aimable ambitieux qui parvint à ses fins, sans blesser ni les bienséances ni quiconque, dit la quatrième de couverture de Desprat :





-  On sait combien le XVIIIème adorait les surnoms : Bernis, parlant à Vaudreuil d'Artois, disait : le preux / Artois et Vaudreuil appelaient Bernis : le bonhomme !

-  Il est à découvrir car, même s'il est souvent occulté par les historiens, il prit une part non négligeable au renversement des alliances. Il fut un soutien sans faille de la POMPADOUR, et pas seulement en politique. Enfin, en tant qu'ambassadeur à VENISE et surtout à ROME, il fît rayonner la culture et l'art de vivre à la française.
Mondain, libertin, désinvolte et fastueux, mais aussi fin politique et homme d'état, il incarne à merveille ces seigneurs inimitables de l'époque.
La fin de ses MÉMOIRES est empreinte d'une véritable mélancolie, quand il voit affluer à ROME les émigrés. Non seulement, c'est la preuve évidente que son monde s'écroule, mais en plus, il est incapable, vu ses soucis financiers, de les aider... On ressent vivement son amertume et sa tristesse.

Calonne a écrit:
Il fut un soutien sans faille de la POMPADOUR, et pas seulement en politique.
-  Il devint ensuite son plus virulent ennemi...Phase qui est d'ailleurs relatée dans le téléfilm sur Casanova avec Stefano Accorsi (Monsieur Laetitia Casta  Wink dans lequel le cardinal de Bernis est interprété par le trop maigre Thierry Lhermitte...J'y aurais vu un Jean-Claude Brialy...mais l'ex-bronzé n'était pas le meilleur comédien pour ce genre de rôle...  

Bien à vous.

-  Mis à l'écart, si l'on veut, dans la souriante Italie, Bernis avait toujours des vues bien précises sur le ministère qu'il avait laissé en France ....
En tout cas, à la succession du cacochyme Maurepas, il était dans les starting blocks, en compétition avec Choiseul . C'est la marquise du Deffand qui l'écrit à son fidèle Walpole, le 24 juin 1776 :

Le crédit de M. de Maurepas non seulement se maintient, mais il se fortifie; il en jouira toute sa vie, mais comme il est fort vieux, il y a de la marge dans l'avenir; mes parents ( Choiseul ) ou le cardinal de Bernis sont dans la coulisse prêts à la remplacer; ce sont les seuls pour le moment présent .
La Reine paraît fort tranquille et fort indifférente, et ce qu'elle a fait pour M. d'Aiguillon marque beaucoup d'égards pour M. de Maurepas .....

( M. d'Aiguillon était le neveu de Mme de Maurepas )

-  BERNIS aimait le pouvoir. Même si un long séjour à ROME est loin d'être une épreuve, il devait y ronger son frein. Le pouvoir est aphrodisiaque et quand on a cotoyé de très près le secret des dieux... Il se consolait en maintenant haut l'éclat de l'art de vivre à la française. "Les soirées de l'ambassadeur sont toujours réussies"..



La page de couverture représente une oeuvre de Fragonard, La Résistance inutile ou la surprise.
Nationalmuseum Stockolm

Et voici la quatrième de couverture :







Et  voici la quatrième de couverture :




Pierre de Bernis   Very Happy  

Très ancienne Maison féodale, originaire de Ganges en Languedoc; ses possessions depuis les temps les plus reculés démontrent son importance, et ses grandes alliances, sans interruption jusqu'à nos jours, prouvent la pureté et l'illustration de sa noblesse .
Le soin que la Chambre des Comptes de Languedoc, les évêques de Maguelonne, les abbayes de Cluny et de Moissac, ont eu de recueillir et de conserver les actes de la Maison de Pierre, ainsi que les archives fort considérables que conserve la famille, donnent la preuve par filiation qu'elle possédait dès l'an mil, les vicomtés de Fenouillides, de Pierrepertuse, les baronnies de Ganges, de Brissac, la ville de Gignac, etc ... Les terres et seigneurie de Saint-Marcel d'Ardèche, entrées dans la Maison de Bernis, en 1380, par le mariage de Bernard de Pierre avec l'héritière de Saint-Marcel, furent érigés en marquisat par Louis XV, en 1751, en faveur de Philippe-Charles-François de Pierre de Bernis, sgr de Saint-Marcel et de Bernis ...


Jules Villain : La France moderne, dictionnaire généalogique, historique et biographique ( Drôme et Ardèche )


-  Le marquisat fut érigé pour son frère, Philippe François, sans postérité. Ils avaient une soeur, dont la petite fille épousa l'unique memebre restant de la maison des Pierre de Bernis, de la branche ainée et très éloignée. Cette famille compte maintenant de nombreuses branches, avec de belles alliances.


-  Avant la petite fille de Hélène Françoise ( épouse Narbonne Pelet ) c'est sa fille, Marie-Hélène-Hyacinthe, cher Lucius, qui épouse Pons-Simon-Frédéric de Pierre de Bernis .
( Pour la petite histoire, son frère Anne-Jachim de Narbonne était capitaine au régiment de Talaru !!!   Very Happy  la fille de Marie-Hélène ( celle que vous mentionnez, Lulu ) : Jeanne-Françoise-Hyppolyte-Sophie ! Elle épouse Pons-Simon de Pierre de Bernis ( mort en 1782 ) .
C'est d'elle que sont issues les trois branches de cette famille qui poursuivent la généalogie .


..........................................
 FIN DE CE BOUTURAGE !

.........................


.

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 28842
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: François Joachim de Pierre de Bernis

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum