Giacomo Casanova

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par Mme de Sabran le Ven 04 Avr 2014, 15:48



Je ne sais pas qui je bouturais, là ?  : : : 
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27794
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par Mme de Sabran le Ven 04 Avr 2014, 16:20

Princesse de Chimay a écrit:Mer 18 Jan 2012 - 17:13



Casanova ou l'exercice du bonheur
de FLEM (Lydia)
Seuil, 1995, 240 p

En quatrième de couverture :

Entre Casanova et nous, il y a presque deux siècles d'ignorance et de malentendu. On le croyait don Juan de salon et mauvais bougre, on le découvre homme des Lumières et ami des femmes. Dans ce livre, Lydia Flem raconte comment l'enfant de Venise, malade et abandonné par sa mère, devient un homme audacieux, insolent, prêt à tout entreprendre. Casanova se jette dans l'existence sans rien vouloir en retour, sinon la plus scandaleuse des récompenses : le plaisir.

Pour les femmes, le Vénitien est un homme disponible, un amant sans conséquences. Toujours généreux, il se donne sans compter et ne trouve la volupté que lorsqu'elle est partagée. Son art de vivre est un exercice du bonheur.
À Paris, Rome, Berlin, Saint-Pétersbourg, Spa ou Londres, ce fils de comédiens se sent partout chez lui. Des salons aristocratiques aux bas-fonds, des alcôves aux couvents, des tables de jeux aux cénacles d'érudits, on le retrouve dans tous les cercles de la société du XVIIIe siècle. Tour à tour ignoré puis comblé par la bonne fortune, Casanova rebondit toujours.

Exilé dans un château de Bohême, rattrapé par la vieillesse, cet amoureux de la langue française écrit treize heures par jour l'histoire de sa vie. Dernier pied de nez à la postérité, le Vénitien devient moraliste. Non content d'avoir fait de la volupté de vivre le principe d'une existence, il affirme que le vrai bonheur est celui qu'offre la mémoire. Au-delà du plaisir, il y a encore du bonheur, voilà l'insolente morale de Giacomo Casanova.


10 euros (code de commande : 18236).



Source

http://www.loiseaulire.com/miseajour.html

 
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27794
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par Mme de Sabran le Ven 04 Avr 2014, 16:22

Princesse de Chimay a écrit:
Au-delà du plaisir, il y a encore du bonheur, voilà l'insolente morale de Giacomo Casanova.



Eh !!!  :n,,;::::!!!: 
Casanova fait la différence entre plaisir et bonheur .

J'aime beaucoup aussi : il se donne sans compter et ne trouve la volupté que lorsqu'elle est partagée.  :\\\\\\\\: 

C'est ce qui frappe quand on le lit .

.

avatar
Mme de Sabran

Messages : 27794
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par Reinette le Ven 04 Avr 2014, 16:30

Mme de Sabran a écrit:

J'aime beaucoup aussi : il se donne sans compter et ne trouve la volupté que lorsqu'elle est partagée.  :\\\\\\\\: 

C'est ce qui frappe quand on le lit .

.


C'est gentil à lui parce que ce ne devait pas être une préoccupation majeure des messieurs de l'époque. :\\\\\\\\: 
avatar
Reinette

Messages : 8405
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 37
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par Mme de Sabran le Ven 04 Avr 2014, 16:34



Comme tu dis !   
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27794
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par Majesté le Lun 29 Juin 2015, 11:51

N'est-ce pas pour démocratiser ces jeux de Cour que Casanova lança le loto en France?

18 avril 1758. L'aventurier Giacomo Casanova dirige le premier tirage de la loterie parisienne

 

Réfugié à Paris après sa fuite de Venise, l'aventurier italien fonde une loterie pour financer la construction de l'École militaire.



Arrêt du Conseil d'État du roi/Casanova. © DR  
Par Frédéric Lewino et Gwendoline Dos Santos

Le 18 avril 1758, une foule nombreuse se presse dans le magasin de l'Arsenal, situé derrière la Bastille. Un homme âgé d'une trentaine d'années, grand, magnifiquement vêtu, attire tous les regards, en particulier celui des femmes. Il parle français avec un délicat accent italien. Son nom vole de bouche en bouche : Giacomo Casanova. L'homme qui s'est évadé des Plombs de Venise, la prison d'où il est impossible de s'échapper ! Marcela Iacub, à la recherche d'un prochain sujet de livre, rôde autour de lui. Christine Boutin, qui retrouve son âme de midinette, ouvre le premier bouton de son corsage... Mais rien n'y fait : aujourd'hui, le diable italien n'a pas l'humeur à la bagatelle. Il est venu à l'Arsenal chercher la fortune de l'or, et pas celle du coeur.

En effet, comme des centaines de Parisiens, il est venu assister au premier tirage de la loterie royale de l'École militaire, dont il est l'un des promoteurs. Une immense boîte ronde (imaginez une boîte à camembert) montée sur un axe est disposée sur une estrade. Un employé y introduit 90 billets numérotés de 1 à 90, puis la fait tourner longuement. La foule est impatiente. Chacun espère avoir gagné. On fait venir un enfant sur l'estrade pour extraire, à l'aveugle, cinq billets de la roue. Ils constituent le premier tirage gagnant de la loterie royale militaire, dont la recette servira à financer la construction de l'École militaire de Paris. Le tirage ne nous est pas connu.

Spécialiste du tirage




Aussi stupéfiant que cela paraisse, l'existence de cette loterie, préfigurant notre Loto actuel, doit beaucoup au grand séducteur Casanova, le spécialiste du tirage. Aujourd'hui, on ne se souvient plus que du grand nombre de ses conquêtes féminines, mais il était bien plus qu'un séducteur compulsif. C'est aussi un violoniste, un écrivain, un magicien, un espion, un joueur professionnel, un financier et un superbe manipulateur. Le modèle d'un futur patron du FMI... Il s'intéresse à la loterie de l'École militaire, par hasard. Quelques mois après son évasion des Plombs, il vient se réfugier à Paris, fauché comme les blés. Il vit d'expédients et de petites combines. Il monte plusieurs arnaques pour alléger la bourse de vieilles aristos ou bourgeoises qu'il séduit. C'est ainsi qu'il croise Sarkozy dans l'antichambre de Liliane Bettencourt...

Mais jouer les gigolos ne suffit pas à son train de vie dispendieux. "Je voyais que, pour parvenir à quelque chose, j'avais besoin de mettre en jeu toutes mes facultés physiques et morales, de faire connaissance avec des grands et des puissants, d'être le maître de mon esprit et de prendre la couleur de tous ceux auxquels je verrais que mon intérêt exigeait que je plusse", écrit-il dans ses mémoires. Alors, Casanova demande à être reçu par le secrétaire d'État aux Affaires étrangères, avec qui il partageait, il y a peu, une maîtresse à Venise, le cardinal de Bernis. Celui-ci le reçoit à bras ouverts. Il lui fait rencontrer le contrôleur général des finances, monsieur de Boulogne, qui le présente à son tour au financier Pâris Duverney. Ce dernier cherche 20 millions de francs pour financer la construction de l'École militaire voulue par Louis XV et la marquise de Pompadour, afin d'assurer l'éducation de 500 gentilshommes sans fortune.

Culot extraordinaire




C'est ici qu'il faut parler de génie à propos de Casanova. Sans avoir la moindre idée de la façon de rassembler une telle fortune, il se vante auprès de Pâris Duverney de connaître un moyen pour obtenir non pas vingt millions de francs, mais cinq fois plus sans qu'il en coûte quoi que ce soit au budget royal. À ce moment-là, il mise sur sa grande imagination pour inventer rapidement un stratagème. Mais il n'a même pas à se donner cette peine, car son interlocuteur lui répond du tac au tac qu'il connaît déjà son plan et qu'il le lui prouvera, le lendemain, s'il accepte son invitation à dîner chez lui. Stupéfaction de l'Italien. Comment l'autre pourrait-il connaître son plan puisqu'il n'en a pas ? C'est la meilleure ! Dans ses mémoires, qu'il écrira bien plus tard, il note avoir alors pensé sur le moment : "Quand il me communiquera le sien, ce sera à moi de dire s'il a deviné ou non. Si la matière est à ma portée, je dirai peut-être quelque chose de nouveau ; n'y entendant rien, je garderai un mystérieux silence."

Le lendemain, Casanova se rend donc chez Pâris Duverney, où il dîne avec plusieurs financiers, dont un Livournais nommé Ranieri de Calzabigi. Celui-ci affirme qu'il a, avec son frère aîné, l'idée de financer la construction de l'École militaire avec le bénéfice d'une loterie basée sur le principe du loto de Gênes. Pâris Duverney interpelle Casanova : "C'est bien votre idée, n'est-ce pas ?" Celui-ci s'empresse d'acquiescer et même de faire quelques propositions pour améliorer la loterie. Casanova s'engage à plaider cette idée devant les représentants de l'État pour emporter une décision favorable. Grâce à son bagout et à son culot extraordinaire, deux arrêts du Conseil d'État des 15 août et 15 octobre 1757 autorisent la création d'une loterie pour financer les travaux de l'École militaire. Le principe d'une loterie royale est donc arrêté. Les billets seront vendus dans des bureaux de recette répartis dans tout Paris et son faubourg. Les joueurs miseront sur deux, trois, quatre ou cinq numéros, et les gagnants toucheront leur lot au Bureau général de la loterie, trois jours après le tirage. Pour le prix de ses services, Casanova reçoit en gestion six des bureaux de recette qui lui permettent de prélever pour lui 6 % des sommes jouées.

Succès




Mais cela ne lui suffit pas. Casanova a une bien meilleure idée pour se remplir davantage encore les poches. Il revend immédiatement cinq bureaux de recette pour un bénéfice immédiat de 10 000 francs. Il ne garde que celui de la rue Saint-Denis et fait savoir qu'il paiera lui-même les gains des gagnants dès le lendemain du tirage. Ceux-ci n'auront donc plus à attendre trois jours. C'est donc lui qui avancera la somme de sa poche. Grâce à ce coup de génie, les Parisiens se bousculent dans son bureau, à la grande colère des autres tenanciers de bureaux de recette. Lors du premier tirage, Casanova encaisse 40 000 francs de paris et en paie 18 000 à ses gagnants. Au passage, il se met 2 400 francs de commission dans la poche. Globalement, ce premier tirage est une réussite avec 2 millions de francs de paris pour un gain de 600 000. L'ancien secrétaire d'État au Budget Jérôme Cahuzac vient féliciter Casanova en lui glissant dans l'oreille une combine pour planquer son pognon en Suisse...

Lors du tirage suivant de mai, les joueurs se disputent pour remettre leurs paris à Casanova. Où qu'il aille dans Paris, on lui remplit les poches d'or. Mais cette fois, il a parmi ses joueurs un gagnant à 3 numéros à qui il doit donner 40 000 francs. Pour payer, les sommes jouées dans son bureau ne suffisent pas. Il lui faut emprunter. Dans ses mémoires, le Vénitien ne parle plus de la loterie au-delà de ce deuxième tirage. Sans doute a-t-il continué quelque temps à en retirer pas mal de gains, car il poursuit un train de vie fastueux. D'autres sources d'information font état de difficultés qui conduisent le Conseil de l'École militaire à se séparer des frères Calzabigi en juin 1759. Quoi qu'il en soit, Giacomo n'est pas en panne d'idées pour se créer d'autres sources de revenus. Il invente un loto grammatical, élabore un "projet d'une nouvelle méthode au bénéfice du loto de Rome". Il propose à Pâris Duverney de créer un impôt sur les successions collatérales. Qu'il s'agisse de gagner de l'argent ou de mettre une femme dans son lit, Casanova n'est jamais à court d'imagination.






Bien à vous.

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin
avatar
Majesté

Messages : 11846
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 40
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par Mme de Sabran le Lun 29 Juin 2015, 11:59

;

Merci, cher Majesté, pour l'ouverture de ce sujet dédié à l'aventurier célèbre, un ami du prince de Ligne . Very Happy

Et allez, zou ! :n,,;::::!!!: ... un gros délire de Mme de Créquy :


Vous vous souviendrez peut-être de mon histoire du Noble-à-la-Rose avec Mme d'Urfé, qui continuait toujours à chercher la poudre de projection pour la transmutation du cuivre en or, et qui soufflait jour et nuit pour se distiller du baume de longue vie. Elle ne sortait presque presque plus de son laboratoire, où peu de personnes obtenaient la faveur d'être admises ; sa société se bornait à des adeptes et des rose-croix ; ses relations n'aboutissaient plus qu'à des fourneaux et des cornues, des alambics et des récipients ; mais j'étais pourtant du petit nombre des personnes favorisées, ce dont je n'abusais pas, et j'éprouvais pour cette pauvre femme un sentiment de compassion véritable.
Elle a travaillé pendant quatre ans sur la cabale et la pierre philosophale avec le prétendu comte de Saint-Germain, ce qui n'a pas laissé de lui coûter cent mille écus. Le signor Alessandro Cagliostro lui fit dépenser, quelques années après, quatre ou cinq cent mille francs pour opérer l'évocation des ombres de Paracelse et de Moïtomut, qui devaient lui révéler la dernière Arcane du Grand-œuvre.
Elle a fini par tomber dans les mains d'un autre imposteur italien, nommé Casanova, lequel avait la délicatesse de ne jamais lui demander de l'argent, mais seulement de riches pierreries pour en former des constellations. La délicatesse de son procédé n'avait pas eu l'art de plaire à MM. du Châtel, qui étaient les héritiers de Mme d'Urfé, et qui firent chasser Casanova du royaume. Il avait trouvé moyen de faire accroire à cette femme (d'esprit s'il en fut jamais) qu'elle allait devenir enceinte (à soixante-treize ans : ) par l'influence des astres et l'action des nombres cabalistiques ; qu'elle en mourrait avant d'accoucher, mais qu'elle en renaîtrait d'elle-même et toute grande fille, au bout de septante-quatre jours, infailliblement et ni plus ni moins. Il ne s'agissait que d'éviter une seule chose, et c'était de ne pas se laisser ensevelir et enterrer mal à propos. Voilà ce qui malheureusement ne fut pas possible à obtenir de MM. du Châtel, qui, parmi leurs habitudes irrévérencieuses, avaient pris celle de considérer Mme leur grand'mère comme une vieille folle et M. le chevalier Casanova comme un insigne voleur.


.
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27794
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par Mme de Sabran le Lun 29 Juin 2015, 14:54

;

Le prince de Ligne se souvient de Casanova ...

avatar
Mme de Sabran

Messages : 27794
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par Mme de Sabran le Dim 13 Sep 2015, 09:01

Émission “Une vie une oeuvre” de Matthieu Garrigou-Lagrange, diffusée sur France Culture le 08/12/2012.
Par Françoise Estèbe

Je lui fis ce qu'elle n'eût pas cru permis que je lui fisse ... : : :





Il voulut faire changer à Catherine le calendrier !  Shocked

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27794
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par La nuit, la neige le Dim 13 Sep 2015, 09:33

Si vous ne la connaissez pas, Une vie, une oeuvre est une intéressante émission radio que je recommande.
Je ne crois pas avoir jamais écouté celle sur Casanova, ou je ne m'en souviens plus... :
Merci ! Wink
avatar
La nuit, la neige

Messages : 9049
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

XXX

Message par Mme de Sabran le Dim 13 Sep 2015, 09:36

La nuit, la neige a écrit:
Je ne crois pas avoir jamais écouté celle sur Casanova, ou je ne m'en souviens plus... :

Tu vas voir, c'est un régal ! Very Happy

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27794
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par La nuit, la neige le Lun 14 Sep 2015, 23:51

Emission écoutée...Very Happy
Merci ! Très bien. Comme c'est généralement le cas avec cette série d'émissions que je trouve intéressante et plaisante.
avatar
La nuit, la neige

Messages : 9049
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par Calonne le Mar 15 Sep 2015, 23:08

Casanova mérite mieux que l'image qui en est restée, celle du séducteur et homme à femmes.
C'était un esprit bien de son siècle, curieux de tout, aventurier dans tous les sens du terme, joueur, voyageur, musicien, écrivain, aussi à l'aise dans le lit des femmes que dans les salons, les salles de jeu ou les antichambres des rois.
Esprit libre, curieux, toujours là où on ne l'attend pas... Mais aussi ambigu, imposteur et roué comme en témoigne sa relation avec Madame d'Urfé...
avatar
Calonne

Messages : 252
Date d'inscription : 01/01/2014
Age : 45
Localisation : Un manoir anglais

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par La nuit, la neige le Mar 15 Sep 2015, 23:59

Calonne a écrit:Casanova mérite mieux que l'image qui en est restée, celle du séducteur et homme à femmes.
C'était un esprit bien de son siècle, curieux de tout, aventurier dans tous les sens du terme, joueur, voyageur, musicien, écrivain, aussi à l'aise dans le lit des femmes que dans les salons, les salles de jeu ou les antichambres des rois.
Esprit libre, curieux, toujours là où on ne l'attend pas... Mais aussi ambigu, imposteur et roué comme en témoigne sa relation avec Madame d'Urfé...

Absolument ! Ses souvenirs ne sont pas seulement l'étalage de ses exploits (ou fantasmes).
Les descriptions des villes qu'il a visitées sont très intéressantes, et son récit "romanesque" est très agréable à lire.

Idea Voir ici : http://marie-antoinette.forumactif.org/t2084-histoire-de-ma-vie-giacomo-casanova
avatar
La nuit, la neige

Messages : 9049
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par Mme de Sabran le Mer 16 Sep 2015, 09:45

;

Quand on chérit le plaisir, il ne faut pas philosopher pour le diminuer.
  Very Happy


Les femmes n'ont d'autre âge que celui qu'elles montrent.
 


Les seuls espions avoués sont les ambassadeurs.
:

( Casanova )

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27794
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par Majesté le Mer 16 Sep 2015, 10:12

Que penser de la Duchesse d'Albe que Casanova avait peut-être séduit ? : 


Bien à vous.

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin
avatar
Majesté

Messages : 11846
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 40
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par Calonne le Jeu 17 Sep 2015, 13:09

Et d'autres, plus inattendus encore...
Que penser de ce lieutenant Lunin, "beau et blond comme une femme", ne cachant pas sa préférence pour les messieurs, que Casanova aurait rencontré (et plus si affinités ?) en 1765 en Russie ?
Ou d'Ismail, autre bel aventurier rencontré à Istanbul ? Ou encore du castrat Bellino, officiellement "première actrice" à l'opéra et dont l'incertitude sur son sexe véritable aurait intrigué notre séducteur ?

Il n'est pas question pour moi ici de jouer les rapporteurs de ragots, mais ces derniers temps, on parle beaucoup de passages entiers des mémoires de Casanova autrefois censurés ou occultés et désormais rétablis par certains et qui lèveraient le voile sur un aspect pudiquement occulté de la vie du séducteur. J'ai survolé un article sur le net sur une nouvelle biographie qui reprendrait ces passages, mais j'ai plus le nom de l'auteur en tête, faudrait que je vérifie.
J'ignore s'il s'agit d'un coup médiatique pour se faire de la pub ou si ces allégations sont sérieuses. Et après tout, que Casanova ait fait partie de ceux qui mordent l'oreiller ou pas, on s'en fout.
Mais que celui qui a donné son nom à l'archétype de l'homme à femmes, du tombeur irrésistible, soit peut-être allé voir ailleurs, je trouve ça assez poilant quelque part...

EDIT : Alors j'ai retrouvé cette biographie dont je parlais plus haut et c'est pas si récent finalement... D'après Tata Wikipédia :
Une nouvelle biographie de Ian Kelly, datant de 2008, et basée sur l'exploitation de plusieurs archives de villes européennes où Casanova avait vécu, met en évidence que le légendaire homme à femmes Casanova avait également maintenu plusieurs relations avec des hommes, confirmant par les archives historiques deux allusions que Casanova lui-même fait dans son "Histoire de ma vie"
avatar
Calonne

Messages : 252
Date d'inscription : 01/01/2014
Age : 45
Localisation : Un manoir anglais

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par Mme de Sabran le Ven 18 Sep 2015, 18:55

Calonne a écrit:
Esprit libre, curieux, toujours là où on ne l'attend pas... Mais aussi ambigu, imposteur et roué comme en témoigne sa relation avec Madame d'Urfé...

Il était doué d'une imagination débordante ! :

Vers la mi-1757, Casanova soigne avec succès la sciatique de Nicolas de la Tour d’Auvergne (1720-?) avec un pentagramme et quelques paroles magiques ; enthousiasmé, ce dernier le présente à sa tante férue d’occultisme, la marquise d’Urfé.

D’après ses propres Mémoires, Casanova lui fait croire qu’il a des pouvoirs et accepte de chercher le moyen de la faire renaître dans un nouveau corps ; Mme d’Urfé, par ailleurs son amante occasionnelle, financera ainsi ses voyages et ses recherches, lui donnant aussi des adresses et des lettres de recommandation (« Elle a fini par tomber dans les mains d’un autre imposteur italien, nommé Casanova, lequel avait la délicatesse de ne jamais lui demander de l’argent, mais seulement de riches pierreries pour en former des constellations. » en dit la marquise de Créquy).

En 1763, elle presse Casanova d’effectuer enfin sa régénération ; ce dernier lui propose de la mettre enceinte d’elle-même durant une cérémonie de triolisme magique, afin qu’elle accouche d’un mâle (censé détenir plus de pouvoirs occultes) dans lequel son âme transmigrera à l’accouchement. La rupture aura lieu la même année quand un ancien complice de Casanova lui dénonce toutes ses supercheries afin de devenir son nouveau sorcier. (Dans ses Mémoires, Casanova dissimule cette rupture en alléguant de la mort de Mme d’Urfé cette année-là.)


https://fr.wikipedia.org/wiki/Madame_d'Urf%C3%A9

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27794
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par Mme de Sabran le Mar 20 Oct 2015, 16:24

Ce soir !!!  :n,,;::::!!!:  :n,,;::::!!!:  :n,,;::::!!!:

Comtesse Diane a écrit:

Je suis ... je suis ... un évadé de prison, inventeur de la loterie à Paris ... abbé, espion ...
violoniste ... alchimiste ... charlatan ... écrivain ... une vraie vie de Bohème terminée en BOHEME ...
... je suis ... je suis ... ... mais oui ! ... CASANOVA !



... et si vous voulez en savoir plus, c'est ce soir dans Secrets d'histoire  - France 2 - 20H55 !

Libertins ! Libertines ! ... A vos postes !  

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27794
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par Mme de Sabran le Mer 21 Oct 2015, 09:26

Madame de Chimay a écrit:

Majesté a écrit:

Ligne a critiqué ainsi les Mémoires de son ami :
Un  tiers m'a amusé ... un  tiers m'a fait penser ... un tiers m'a fait bander...


Pouf sexe !  :


_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27794
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par La nuit, la neige le Mer 21 Oct 2015, 19:04

Pour ceux qui n'étaient pas devant leur télévision hier soir, la vidéo de l'émission Secrets d'Histoire : "Casanova, l'amour à Venise" est accessible, pour quelques jours encore, sur le site de France télévision.  Wink

Arrow Ici : http://pluzz.francetv.fr/videos/secrets_d_histoire_,129693748.html

J'avais cité, dans le sujet consacré à ses Mémoires, ce joli mot de Casanova.
J'ai entendu qu'il a été repris dans l'émission de hier soir !
Stéphane Bern nous lit-il ?    :

La nuit, la neige a écrit:
Idea Le mot d'esprit, qui le fait apprécier de la marquise de Pompadour et du tout Paris, en est une illustration :

Un jour, à Paris, assistant à un opéra, il se retrouve dans la loge à côté de celle de la marquise de Pompadour.
Comme on lui demande d'où il vient, il répond : de Venise.
Et lorsque la marquise ajoute : De Venise ? Vous venez de là-bas ?
Il commente : Venise n'est pas là-bas, madame, mais là-haut.
avatar
La nuit, la neige

Messages : 9049
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par Majesté le Mer 21 Oct 2015, 19:44

La nuit, la neige a écrit:
Stéphane Bern nous lit-il ?    :
Si ce n'est pas lui c'est donc son nègre ! 


Bien à vous.

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin
avatar
Majesté

Messages : 11846
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 40
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par Reinette le Mar 27 Oct 2015, 14:52

J'ai adoré cette émission et enfin j'ai réellement découvert qui fut Casanova. Un chouette gars. Qui méritait l'amitié du prince de Ligne, cité plusieurs fois !!! boudoi30

Maintenant, je n'attends qu'une chose : pouvoir lire ses mémoires !
avatar
Reinette

Messages : 8405
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 37
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par Mme de Sabran le Mar 27 Oct 2015, 14:53

Reinette a écrit:J'ai adoré cette émission et enfin j'ai réellement découvert qui fut Casanova. Un chouette gars.

Oui, il n'avait de plaisir, au lit, que partagé . Very Happy

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27794
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par Reinette le Mar 27 Oct 2015, 15:06

Ca c'est vraiment tout à son honneur. Rien à voir avec un marquis de Sade. Crying or Very sad Un très bon point. Et surtout un point commun avec notre prince adoré. :c^ùù!!:

J'ai aussi tout autant apprécié son concept d'arnaquer les crédules. Après tout, ils n'ont qu'à pas l'être. : Et en plus, il les rendait heureux. Hop!
avatar
Reinette

Messages : 8405
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 37
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Giacomo Casanova

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum