Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Mme de Sabran le Sam 05 Avr 2014, 14:34





Aussi incroyable que cela puisse paraître, ce sinistre individu n'avait pas encore de sujet ouvert à son nom .  Hop! 
J'y remédie de ce pas, en lui balançant une petite citation bien sentie du prince de Ligne:

... M. le duc de Chartres, aussi bon à voir alors qu'à pendre depuis qu'il est duc d'Orléans, et à brûler, écarteler, depuis qu'il ne l'est plus
...






Majesté a écrit:Ven 27 Juil 2007 - 23:57



Louis-Philippe , duc de Montpensier, de Chartres puis d'Orléans (1747-1793), comme son père, a toujours regretté d'être de la branche bâtarde de la famille royale.Il épouse , en 1769, la richissime Marie-Adélaïde de Bourbon-Penthièvre (1753-1821) , belle-soeur de la Princesse de Lamballe., qui lui apporte une dot de 6 millions de livres.
Franc-maçon, anglophile, fauteur de troubles et fat, il contribue à toutes sortes de manoeuvres contre ses cousins et constitue son Palais-Royal, au coeur de Paris, en véritable centre du contre-pouvoir.
Il s'oppose au ministère de Maupeou, ce qui lui vaut un bref exil. Très hostile à la Cour , il aurait utilisé une partie de sa fortune considérable pour financer nombre de pamphlets contre la Reine.
Il espère marier son fils (le futur Louis-Philippe Ier) avec Madame Royale.pale
Député de la noblesse aux Etats généraux , il se rallie au Tiers et épouse la cause révolutionnaire.Il s'entoure de gens brillants et sansq quartiers comme Laclos ou Mirabeau.
Après les journées d'octobre , il se rend en Angleterre (est-ce à ce moment qu'il rencontre la délicieuse Grace Elliott?), un pays qu'il apprécie particulièrement. Il rentre en France en 1790, malgré l'opposition de La Fayette qui craint sa popularité, et est élu ,en 1792 à la Convention où il prend le nom de Philippe Egalité.
Il vote la mort de Louis XVI. Ses biens sont néanmoins séquestrés en avril 1793 et il est guillotiné le 6 novembre 1793, moins d'un mois après Marie-Antoinette...

Bien à vous.

avatar
Mme de Sabran

Messages : 26365
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Mme de Sabran le Sam 05 Avr 2014, 14:45




Ce tableau illustre bien le titre de la biographie de Castelot Le Prince Rouge .




avatar
Mme de Sabran

Messages : 26365
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Mme de Sabran le Sam 05 Avr 2014, 14:53



Louis-Philippe-Joseph d’Orléans, duc de Chartres, puis duc d’Orléans (1785-1793), ayant changé son nom en Philippe Égalité après 1792, est un aristocrate français né au château de Saint-Cloud le 13 avril 1747 et mort guillotiné à Paris le 6 novembre 1793.

Fils de Louis-Philippe Ier d’Orléans, duc d’Orléans, dit « le Gros », et de Louise-Henriette de Conti (morte en 1759), il fut titré duc de Montpensier à sa naissance (1747-1752), puis porta le titre de duc de Chartres à la mort de son grand-père. À celle de son père, il devint alors duc d’Orléans et premier prince du sang. Il descendait en ligne masculine du régent Philippe d’Orléans et du roi Louis XIII.

Dès la mort de son grand-père, le jeune duc de Chartres qui a pris ce titre à cinq ans est retiré du giron des femmes (l'habitude aristocratique est de retirer les enfants de leur gouvernante à sept ans). Son père confie son éducation au comte Pons Saint-Maurice. Ce dernier a la charge de former le prince à ses devoirs de représentation et choisit des personnalités en vue pour le reste de l'éducation proprement-dit tels Étienne Lauréault de Foncemagne ou Carmontelle1.

Inquiet à la suite de la variole de sa femme Louise Henriette, le duc d'Orléans décide de pratiquer l'inoculation sur ses enfants Louis-Philippe et Bathilde en faisant appel au médecin suisse Théodore Tronchin. Cette initiative prise en 1756 est suivie avec attention par toute la Cour et son succès favorisera la diffusion de cette forme de protection. Le jeune duc de Chartres, une fois marié, fera pratiquer cette mesure de prévention sur sa jeune femme Marie-Adélaïde.


C'est parti, mon Wikiki ! :n,,;::::!!!: 
Je rappelle que nous avons déjà beaucoup parlé de Philippe et Marie-Adélaïde dans le sujet de Mme de Genlis .  

.
avatar
Mme de Sabran

Messages : 26365
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Mme de Sabran le Sam 05 Avr 2014, 15:03




Mariage et descendance

Le père de Philippe d’Orléans avait d’abord envisagé de le marier à la princesse Cunégonde de Saxe, fille d’Auguste III de Saxe roi de Pologne et sœur de la Dauphine de France Marie-Josèphe, mais cette dernière insista auprès de Louis XV pour qu’il s’oppose à ce projet, considérant que Chartres, n'étant pas "Fils de France" était de trop petite naissance pour prétendre épouser une princesse du sang de la Maison de Saxe.

Sur ces entrefaites mourut le jeune prince de Lamballe, héritier des biens des bâtards de Louis XIV. Celui-ci avait une sœur, qui par sa mort, devenait à 15 ans la plus riche héritière de France. Au grand dam de la cour, négligeant la bâtardise, les Orléans se ruèrent sur l'héritière.


Marie-Adélaïde et son père, le duc de Penthièvre :





L’abbé de Breteuil, chancelier de la maison d’Orléans, fut donc chargé de négocier, en substitution, un mariage avec Marie-Adélaïde de Bourbon dite « Mlle de Penthièvre », petite-fille du comte de Toulouse, bâtard légitimé de Louis XIV et de Mme de Montespan, qui amenait dans la maison d’Orléans, avec encore un peu plus du sang des bâtards de Louis XIV, l’héritage fabuleux du duc de Penthièvre.

En effet, Philippe d’Orléans descendait, par sa mère, d’une bâtarde de Louis XIV et de la marquise de Montespan, Louise-Françoise de Bourbon, dite Mlle de Nantes et, d’autre part, une des arrière-grand-mères paternelles de Philippe d’Orléans était également une bâtarde de Louis XIV et de la marquise de Montespan, Françoise-Marie de Bourbon (la seconde Mlle de Blois).


Le mariage eut lieu à Versailles le 5 avril 1769. La dot, sans doute la plus importante qu’on ait jamais vu, se montait à 6 millions de livres, dont 3 865 000 livres étaient remis sur-le-champ, sous forme d’une dotation produisant un revenu annuel de 245 000 livres. Le duc d’Orléans s’engageait de son côté à loger, meubler, faire servir les époux et à leur assurer au surplus un revenu de 400 000 livres par an.

Le couple, rapidement désuni, eut six enfants :

N... d’Orléans (mort-née le 10 octobre 1771) ;
Louis-Philippe d'Orléans (1773-1850), titré duc de Valois puis duc de Chartres, puis duc d'Orléans, puis roi des Français ;
Louis-Antoine-Philippe d'Orléans (1775-1807), titré duc de Montpensier ;
Louise-Marie-Adélaïde-Eugénie d'Orléans (1777-1847), titrée Mademoiselle de Chartres ;
N... d’Orléans (née le 23 août 1777 - morte en 1782), jumelle de la précédente, titrée Mademoiselle d’Orléans ;
Louis-Charles d'Orléans (1779-1808), comte de Beaujolais, qui prit, à partir de 1792, les prénoms Alphonse Léodgard.
Les deux époux se séparèrent en 1790.

Le duc de Montpensier et le comte de Beaujolais moururent tous deux, l’un au Royaume-Uni et l’autre à Malte, d’une tuberculose contractée lors de leur séjour en prison pendant la Révolution. Leur frère Louis-Philippe y avait échappé en quittant la France en même temps que Dumouriez, provoquant l’arrestation de toute la famille par mesure de représailles.

À force d’intrigues compliquées, Félicité de Genlis parvint à être seule chargée de l’éducation de ces enfants - elle fut pensionnée en qualité de « gouverneur » des enfants d'Orléans à la suite du chevalier de Bonnard - sur lesquels elle expérimenta ses idées pédagogiques « modernes »


.
avatar
Mme de Sabran

Messages : 26365
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Mme de Sabran le Sam 05 Avr 2014, 15:23



Tant pis si je fais hurler mon petit Lulu ...  : : :

 

avatar
Mme de Sabran

Messages : 26365
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Mme de Sabran le Sam 05 Avr 2014, 15:33




Naissances illégitimes


Le duc d’Orléans eut des bâtards avec deux de ses maîtresses connues, entre autres :

Pamela Brûlart de Sillery (v. 1777-1831), avec Félicité de Genlis avec laquelle il avait entamé une liaison à la fin des années 1760 ;
Victor Leclerc de Buffon (1792-1812), dit également le « chevalier de Saint-Paul », avec Marguerite Françoise Bouvier de la Mothe de Cepoy, comtesse de Buffon, qu'il avait rencontrée au Palais-Royal au début des années 1780 et qui le recevait régulièrement à Montbard dans une des dépendances de l'hôtel de Buffon, le Petit Fontenet.Pamela Brûlart de Sillery, née vers 1777 et morte en 1831, est la fille illégitime1 de Philippe d’Orléans et de Félicité de Genlis.

Après la naissance de sa fille Pamela, sa mère l’envoya en Angleterre. Préceptrice des enfants de Philippe d’Orléans, elle fit revenir sa fille en France prétextant qu’une jeune Anglaise serait d’un grand secours pour les enfants du duc d’Orléans dans l’apprentissage de cette langue.

La petite Pamela est élevée avec les enfants de Philippe d’Orléans à qui elle ressemble beaucoup.
Officiellement, Pamela est considérée comme une petite orpheline adoptée par la généreuse gouvernante.
Lorsqu’elle eut atteint sa quatorzième année, elle était devenue une gracieuse jeune fille, admirée par tous les hommes politiques qui se rendaient dans les salons du duc d’Orléans.

Camille Desmoulins la courtisait et Bertrand Barère se montrait très prévenant envers elle. En 1791, celui-ci fut nommé tuteur de Pamela.

Le 27 décembre 1792, elle épouse Lord Edward FitzGerald, fils du duc de Leinster. Après le décès de son époux en 1798, ruinée, pourchassée par les autorités anglaises, elle trouva refuge en Allemagne et s’installa à Hambourg.

Dans cette ville, elle retrouve Félicité de Genlis. Mais la mère et la fille ne s’entendirent pas et finirent par se séparer complètement. Quelques années plus tard, Paméla se remaria, puis divorça, elle revint s’installer à Paris.

La fin de sa vie fut triste et solitaire, accablée par la déception.
Elle n'est pas la grand-mère de Marie Lafarge, comme cela a souvent été avancé . La dite grand-mère s'appelait Herminie Compton .



Je trouve ce portrait sur Google images, comme étant celui de Paméla :





Elle porte la même ceinture à multiples petits pompons que Marie-Adélaïde .  Shocked 


.
avatar
Mme de Sabran

Messages : 26365
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Mme de Sabran le Sam 05 Avr 2014, 16:31




Louis XVI est le roi à Versailles . Orléans est le roi de Paris.
Sa demeure habituelle est le Palais Royal .





avatar
Mme de Sabran

Messages : 26365
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Mme de Sabran le Sam 05 Avr 2014, 16:33

Princesse de Chimay a écrit:
Mer 12 Mai 2010 - 13:37



Palais-Royal 1780-1830 de Rodolphe Trouilleux
Bernard Giovanangeli , 2009, 224 p : 19 euros

"Par la grâce de Richelieu, puis du Prince d'Orléans, se dessinèrent, entre le XVIIe et le XVIIIe siècles, les jardins et les galeries du Palais-Royal. Cet enclos, situé au coeur de Paris, fut pendant des années l'endroit le plus animé et le plus couru de France. Lieu de palabres où l'on venait s'informer des ragots. Lieu de dissidence où se forgeait, à l'ombre des marronniers, l'opinion publique. Lieu de débauche où, trompant la vigilance des policiers, des couples s'encanaillaient dans la moiteur de l'été. Lieu de fête qui faisait converger, sous des arcades noires de monde, un monde mêlé de comédiens, de bateleurs, de joueurs et d'ivrognes. Rendez-vous des flâneurs, des débauchés, des philosophes et des écrivains, des filles de joie, des étrangers de passage, des familles. Dans ce livre au style enlevé, Rodophe Trouilleux nous fait revivre l'histoire palpitante de ces galeries et de ce jardin connus dans le monde entier. A sa lecture, nous serons tour à tour charmés, amusés, étonnés, comme ces Parisiens de la fin du XVIIIe siècle, qui ne connaissaient qu'un seul lieu de plaisir au monde: le Palais-Royal. La numérotation des arcades permettra au lecteur de se promener dans les lieux, livre en main, et de découvrir ainsi l'emplacement exact des établissements évoqués."

Résumé d'Amazone

avatar
Mme de Sabran

Messages : 26365
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Mme de Sabran le Sam 05 Avr 2014, 16:37

Nikko de Chissay a écrit:Jeu 20 Mai 2010 - 18:50




Bonjour  Very Happy 

Juste pour illustrer vos propos.







Cordialement
avatar
Mme de Sabran

Messages : 26365
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Mme de Sabran le Sam 05 Avr 2014, 16:42

François de Talaru a écrit:Jeu 20 Mai 2010 - 21:19



C'est là qu'avec Bagatelle nous avons passes son anniversaire.  :n,,;::::!!!: 
Aprés le restaurant la ballade au Palais Royal. C'etait magique.




C'est l'autre vue de la photo de la Marquise.

avatar
Mme de Sabran

Messages : 26365
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Mme de Sabran le Sam 05 Avr 2014, 18:07

Monsieur de Coco a écrit:

Qui a lu L'anti-Versailles ou le Palais Royal de Philippe Egalité de Héron de Villefosse?



l'un d'entre nous a écrit:

Je viens de finir de le lire et il est EXCELLENT!!!!!
Il décrit l'histoire du palais royal avec la description des lieux. Il y a beaucoup d'anecdotes. On y trouvait un cirque par exemple! La palais a failli être rasé. On apercevait régulièrement le "porteur" de la pique de la tête de la princesse de Lamballe au Café de Foy. Une statue de Camille Desmoulins avec une chaise de bronze ornait le jardin en 1905 est retirée en 1942.
Un large partie est consacrée bien sûr à Philippe Egalité qui n'était pas si mauvais que cela mais fut surpassé par les événements. Le Palais royal fut au coeur de la Révolution car d'une certaine façon, c'est ici qu'elle nacquit. Après, il fut complètement délaissé!!!!







Marie-Antoinette a écrit:
Lun 6 Aoû 2012 - 13:09

1786/1787 détruit par par un incendie en 1799
construit au milieu du jardin comme un bosquet : paré de fleurs et d'arbustes, rafraichi par des jets d'eau qui s'élançaient et retombaient de la terrasse placée au sommet de la construction - pour que l'élévation du cirque n'enlevât rien à la vue, on avait enfoui dans le sol la moitié de sa hauteur et on y arrivait par les parties basses et par des galeries souterraines.
L'intérieur était décoré par des compartiments de treillage !!!!

MARIE ANTOINETTE

Il y avait deux théâtres - côté place du palais royal - LA COMEDIE FRANÇAISE construite par LOUIS XIV et au bout de la galerie du beaujolais c'est à dire à gauche, même côté que le FRANÇAIS, le théâtre qui est devenu le THÉÂTRE DU PALAIS ROYAL dont LEONARD possédait deux arches !!!!!

MARIE ANTOINETTE   Smileàè-è\':  Smileàè-è\': 




J'ai du mal à situer le Café de Foy  ?????   Hop! 


Marie-Antoinette a écrit:

ce café existe encore - il se trouve lorsque vous regardez la comédie française à droite dans le mur d'enceinte du palais royal la façade donnant sur la rue et la terrasse est le long vers les galeries !!!!!!




une image de l'incendie du palais royal - le café de Foy est à l'extrême gauche de la façade avec les colonnes !!!!!

à l'extrême droite c'est l'emplacement d'un ancien théâtre !!!!
C'est le CAFE DE NEMOURS qui est l'emplacement du CAFE DE FOY !!!


MARIE ANTOINETTE


l'un d'entre nous a écrit:

Ah Ok!!!!!!Je passe toujours devant et je pensais que le Café de Foy se situait dans la galerie Montpensier, plus à l'intèrieur de l'enceinte du palais!!!!
C'est donc en face de ce café que C.Desmoulins est monté sur une des tables ?


Monsieur de Coco a écrit:

Une statue de Camille Desmoulins avec une chaise de bronze ornait le jardin en 1905 est retirée en 1942.




Marie-Antoinette a écrit:Mar 7 Aoû 2012 - 13:47



La statue de CAMILLE DESMOULINS m'a contrariée et j'ai fait des recherches plus approfondies afin de rectifier
une ENORME ERREUR !!!!!!

Ma mémoire m'indiquait que l'actuel CAFE DE NEMOURS était sur l'emplacement du CAFE DE FOY !!!!!! QUE NENNI !!!!!
le café de FOY était bien à l'intérieur des galeries de pierre - côté gauche en entrant par la COMEDIE FRANCAISE - GALERIE MONTPENSIER !!!!!



Un plan "moderne" des lieux est nécessaire:





A l'origine au 46 rue de Richelieu (numéro actuel) existait depuis 1700 dans la boutique de droite, un limonadier nommé FOIX, à l'enseigne" A LA BONNE FOY"racheté par son petit fils JOUSSEREAU en 1770 "une grande maison appelée vulgairement le CAFFE DE FOY donnant sur le jardin ayant porte cochère, boutique et arrière boutique de chaque côté de ladite porte ; appartement de six pièces de plein pied aux premier, second et troisième étages, ornez de boiseries et de glaces, chambre de domestiques au quatrième, un grenier au dessus, belles caves sous ladite maison, cour, puits et autres aisances -
qui en ce temps là longeait le jardin du PALAIS ROYAL !!!! un escalier particulier conduisait du café à l'une des entrées du jardin !!!!
En 1774
le DUC D'ORLEANS venait prendre une glace, car la limonadière Madame JOUSSEREAU était jeune et jolie !!!!il accorde sa protection pour l'exploitation - et donne - en audience particulière - l'autorisation de vendre des rafraichissements et des glaces dans la grande allée des marronniers du jardin où sera construites ensuite les galeries de pierre - galerie de MONTPENSIER et GALERIE DE VALOIS - interieur du jardin - à l'extérieur nous trouvons RUE DE MONTPENSIER et RUE DE VALOIS !!!!!!
il était interdit de placer des tables dans le jardin, on ne pouvait qu'y mettre des chaises.

En 1784 les galeries de pierre sont achevées le café de FOY s'établit dans les immeubles couvrant les arcades .. il fut le premier établissement à s'ouvrir
dans l'enceinte !!!!achetant dans la galerie '4 ou 7 arcades - le nombre n'est pas certain -
il exista jusqu'en 1863

Le 46, rue de Richelieu, séparé à cette époque par la nouvelle RUE DE MONTPENSIER en contrebas n'étant plus nécessaire il fut vendu en 1788
parmi les locataires - La veuve NADERMANN ancien luthier de la Reine qui vendait les harpes faites par ses fils !!!!

Au 26 ROSE BERTIN avait sa boutique LE GRAND MONGOL !!!!!


le 13 JUILLET 1789 CAMILLE DESMOULINS une épée à la main, un pistolet dans l'autre, harangue la foule une feuille de maronnier comme signe de ralliement - en quelques instants les marronniers du jardin sont totalement déplumés !!!!!!

le CAFE DE FOY modifie son orientation politique, d'abord dévoué aux patriotes, il devient plus monarchiste et constitutionnel, d'où batailleurs avec cannes épées, gourdins !!!!!!
réunion des vieux chevaliers de ST LOUIS, en février 1791 rassemblements de conspirateurs monarchiques demandant l' abolition des clubs !!!!!
en décembre 1791 les lieux étaient devenus "réceptacle de l'aristocratie " dont les CHEVALIERS DU POIGNARD !!!!

pendant la restauration le café reste égal à lui-même résistant à toutes les innovations - cigare, domino ou billard et est toujours le rendez-vous des ultra royalistes...
éclairage dans la grande salle à la mode de 1788 aux quinquets à huile - pas d'éclairage au gaz

Devient un restaurant en 1854 par LOUIS BIGNON qui en fait une des meilleures maisons de PARIS cédé en 1847 à son frère JULES !!!!!!


RUE DE RICHELIEU les 25 maisons du coté pair - en remontant de la place du palais royal - 22 (-DU 10 au 52) avaient vue directe sur le jardin !!!!lorsque PHILIPPE EGALIE fit batir par VICTOR LOUIS de 1781 à 1784 l'ensemble monumental que l'on voit encore de nos jours
les propriétaires de ces 22 maisons protestèrent car, progressivement ils s'étaient attribué un droit de jouissance sur le jardin, y ayant pris jour par autant de fenêtres et de portes qu'il leur avait semblé bon, ayant même leur escalier propre pour y descendre car le jardin était en contrebas de la rue de richelieu (il existe encore deux passages dont l'immeuble de Madame BERTIN au 26)
Au lieu d'avoir vue sur le jardin, ils eurent vue sur un ensemble dressé à 8 mètres du revers de leur immeuble, séparé par une rue sombre et étroite, ouverte par emprise sur le jardin avec un manque d'air et de soleil qui en firent, pendant longtemps, un véritable cloaque !!!
(même de nos jours, ces rues sont sinistres - la rue MONTPENSIER est animée le soir vers 20 heures et à Minuit par l'entrée et la sortie du théatre du PALAIS ROYAL qui se trouve au bout de celle-ci)
(personnellement j'ai passé plusieurs mois d'aout sinistres dans mon enfance, dans un entresol situé au dessus du GRAND VEFOUR !!!!!)

en conclusion, je vous invite à faire une belle promenade tant dans le PALAIS ROYAL et ses galeries - la plus fréquentée est MONTPENSIER l'autre est triste et de nombreuses boutiques sont vides et à louer (galerie sinistrée)et dans la rue de RICHELIEU !!!!!
(pour la rue de RICHELIEU je vous conseille de JACQUES HILLAIRET - LA RUE DE RICHELIEU - ouvrage réédité par le LIBRAIRIES DELAMAIN place du Palais Royal devant le métro dont j'ai tiré quelques lignes)

bonne lecture
MARIE ANTOINETTE   :  :  : 

avatar
Mme de Sabran

Messages : 26365
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Majesté le Sam 05 Avr 2014, 18:38

Mme de Sabran a écrit:
Ce cirque était-il situé au-dessus de là où nous trouvons aujourd'hui les colonnes de Buren ?

Bien à vous.

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin
avatar
Majesté

Messages : 11626
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 40
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Gouverneur Morris le Sam 05 Avr 2014, 22:49

Apparemment non Majesté, mais plus au centre du jardin :

Il occupait l'emplacement où se trouve le bassin, et il s'avançait sur l'une et l'autre pelouse.

Source :
http://www.paris-pittoresque.com/monuments/46-2.htm
avatar
Gouverneur Morris

Messages : 2092
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Dominique Poulin le Sam 05 Avr 2014, 23:27

La faiblesse pathologique de ce personnage m'a toujours fasciné. Ce tempérament aboulique chronique  était-il dû à une hérédité trop lourde due à la consanguinité, à son éducation qui se résumait à un pâle vernis de connaissances superficielles ou tout simplement à une mauvaise sélection de la nature ? Sans doute les trois à la fois. Pour son malheur, il n'a été qu'un homme infiniment ordinaire et un prince pitoyable, prisonnier de sa faiblesse et la proie de son entourage, le mannequin de la faction orléaliste.   Sad


Dernière édition par Dominique Poulin le Dim 06 Avr 2014, 02:24, édité 1 fois
avatar
Dominique Poulin

Messages : 376
Date d'inscription : 02/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Dominique Poulin le Sam 05 Avr 2014, 23:59

Lisez faction orléaniste... Smile
avatar
Dominique Poulin

Messages : 376
Date d'inscription : 02/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Mme de Sabran le Dim 06 Avr 2014, 10:16

Dominique Poulin a écrit: Pour son malheur, il n'a été qu'un homme infiniment ordinaire et un prince pitoyable, prisonnier de sa faiblesse et la proie de son entourage, le mannequin de la faction orléaniste.   Sad

Je suis tout à fait d'accord avec cette analyse .  Orléans était un pantin.
Malheureusement sa voix, son unique voix a décidé du sort de son royal cousin.

Majesté a écrit:
Jeu 26 Mar 2009 - 18:06



LA voix du cousin enflure (aussi) est historique...et pourtant !
Louis XVI est déclaré coupable à l'unanimité (693 voix) de conspiration contre la liberté publique...  
L'appel au peuple est rejeté par 424 voix contre 287...et les partisans de la mort immédiate l'ont emporté par 380 voix contre 310...(source: Chronique de la Révolution Wink )

Bien à vous.



Louis Capet est-il coupable de conspiration contre la liberté publique ? 707 ouis 0 non


Son jugement sera t-il soumis à la ratification du peuple ? 424 nons 287 ouis


La peine prononcée sera t-elle la mort ? 387 ouis 334 nons


La droite conteste le scrutin. Nouveau scrutin : 361 ouis 360 nons


Sera t-il sursis à l'exécution du jugement de Louis Capet ? 380 nons 310 ouis




Mes sources :
" Almanach de la Révolution Française, des Etats Généraux au Neuf-Thermidor "
Encyclopédia Universalis, Jean Massin


le Comte Axel a écrit:
Ven 27 Mar 2009 - 10:20



Première question :

« Louis Capet est-il coupable de conspiration contre la liberté publique et d'attentats contre la sûreté générale de l'État, oui ou non ? »

* Nombres de députés de la Convention..........:749

* Absents :
o -par maladie...............................:07
o -sans motif connu.......................:01
o -en mission..............................¨¨:20
o -ne figurant sur aucune liste. .......:03¨
* Total des absents.......................................:031


* Présents :
o Ont répondu simplement oui :.................:673
o Ont fait diverses déclarations :................:032
o N'ont pas répondu à la question posée....:003
o Se sont récusés ou abstenus.................:010


* Total égal :.................................................749

Deuxième question :

« Le jugement de la Convention nationale contre Louis Capet sera-t-il soumis à la ratification du peuple oui ou non ? »

* Nombres de députés de la Convention..........:749

* Absents :
o -par maladie...............................:07
o -sans motif connu.......................:01
o -en mission..............................¨¨:20
* Total des absents.......................................:028


* Présents :
o Ont voté oui :.........................................:286, dont 109 ont motivé leur opinion
o Ont voté non :........................................:423, dont 116 ont motivé leur opinion
o Se sont récusés ou abstenus..................:012


* Total égal :..................................................749

Troisième question :

« Quelle peine sera infligée à Louis ? »

* Nombres de députés de la Convention.............................:749

* Absents :
o -par maladie...............................:07
o -sans motif connu.......................:01
o -en mission.............................¨¨:15
* Total des absents.........................................................:023¨
* Se sont abstenus ou récusés........................................:005


* Reste :.............................................................:721

*
o La majorité absolue est de ...........................:361
o Ont voté pour la mort sans condition.........................:361
o Ont voté pour la mort avec l'amendement de Mailhe ..:026
o Ont voté pour la mort avec sursis.............................:044
o Ont voté pour d'autres peines...................................:290


* Total égal :..................................................................749

N.B. À la séance du vendredi 18 janvier, Gasparin et Delacroix font état d'erreurs « dans l'énonciation du décret porté hier ». Après vérification, il s'avère que s'il y a bien eu erreur, le nombre de votants et la majorité absolue sont restés les mêmes, mais qu'il faut compter comme ayant voté la mort sans condition les 25 députés qui, avec Mailhe, avaient voté la mort, en demandant une discussion sur le point de savoir s'il conviendrait à l'intérêt public qu'elle fût ou non différée, et en déclarant leur vœu indépendant de cette demande.
Le nombre de députés ayant voté la mort sans condition est dès lors de 387.
Quatrième question :

« Y aura-t-il un sursis à l'exécution du jugement de Louis Capet, oui ou non ? »

* Nombres de députés de la Convention.........................:749

* Absents :
o -démissionnaire........................:01
o -par maladie.............................:21
o -sans motif connu.....................:08
o -en mission............................¨¨:17
* Total des absents.....................................................:047¨
* Se sont abstenus ou récusés....................................:010
* Ont voté conditionnellement......................................:002


* Reste :......................................................:690

*
o La majorité absolue est de ....................:346
o Ont voté oui.......................................................:310
o Ont voté non......................................................:380


* Total égal :.............................................................749



Ceci Le mardi 15 janvier 1793, à la Convention nationale, a lieu l'appel nominal sur les deux premières questions ainsi conçues :

* 1° « Louis Capet est-il coupable de conspiration contre la liberté publique et d'attentats contre la sûreté générale de l'État, oui ou non ? »
* 2° « Le jugement de la Convention nationale contre Louis Capet sera-t-il soumis à la ratification du peuple, oui ou non ? »

Chaque département est appelé successivement en commençant par la lettre G, et les membres prononcent leur vœu à la tribune.
Du mercredi 16 janvier 1793 à six heures du soir au jeudi 17 janvier à sept heures du soir, sans interruption, en commençant par le département de la Haute-Garonne, a lieu l'appel nominal sur la troisième question
:



Sources : Archives parlementaires de 1787 à 1860
avatar
Mme de Sabran

Messages : 26365
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Invité le Dim 06 Avr 2014, 10:26

Mme de Sabran a écrit:

Troisième question :

« Quelle peine sera infligée à Louis ? »

* Nombres de députés de la Convention.............................:749

* Absents :
o -par maladie...............................:07
o -sans motif connu.......................:01
o -en mission.............................¨¨:15
* Total des absents.........................................................:023¨
* Se sont abstenus ou récusés........................................:005


* Reste :.............................................................:721

*
o La majorité absolue est de ...........................:361
o Ont voté pour la mort sans condition.........................:361
o Ont voté pour la mort avec l'amendement de Mailhe ..:026
o Ont voté pour la mort avec sursis.............................:044
o Ont voté pour d'autres peines...................................:290

... donc la mort de Louis XVI s'est bien jouée à 1 voix près, qui était celle de son cousin Philippe Egalité. Il est vrai qu'un certain nombre de députés avaient également voté pour la mort, mais de façon différée ou avec sursis...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Mme de Sabran le Dim 06 Avr 2014, 11:07

Cosmo a écrit:
... donc la mort de Louis XVI s'est bien jouée à 1 voix près, qui était celle de son cousin Philippe Egalité. Il est vrai qu'un certain nombre de députés avaient également voté pour la mort, mais de façon différée ou avec sursis...

Eh bien oui, c'est ce qui est généralement, pour ne pas dire unanimement, admis .
C'est fou !
avatar
Mme de Sabran

Messages : 26365
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Invité le Dim 06 Avr 2014, 11:09

Oui, c'est dingue, une telle perfidie. Au passage de la charrette qui menait Philippe Egalité à l'échafaud, les badauds soufflaient "Je vote la mort" en guise de dérision...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Mme de Sabran le Dim 06 Avr 2014, 11:11



Si c'était pour sauver sa propre tête : c'est raté .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 26365
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Majesté le Dim 06 Avr 2014, 11:13

J'ose cependant imaginer que c'était là son argument principal...

Bien à vous...pas à lui !  Evil or Very Mad 

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin
avatar
Majesté

Messages : 11626
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 40
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Reinette le Dim 06 Avr 2014, 11:17

Voter la mort de quelqu'un est horrible et suffisamment impardonnable. Surtout quand en face nous avons Louis XVI et non un pervers criminel. Bon... boudoi29

Voter la mort de son cousin est abominable, complètement abject, salissant à jamais les liens familiaux. Bien que ce fut toujours le rôle des collatéraux royaux de faire les pires coups tordus à leur roi.  boudoi29 

Mais à une voix près !!! M'enfin, dans cette assemblée, il y avait bien des hommes un peu vertueux, un peu droits, qui auraient dû s'offusquer d'un verdict si serré et acquis par l'attitude complètement nulle d'un ancien prince. Bref affirmer que compte tenu du résultat dû à un imbécile, la condamnation à mort n'a pas lieu d'être.
avatar
Reinette

Messages : 8021
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 37
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Dominique Poulin le Dim 06 Avr 2014, 16:02

Avec son vote d'une idiotie monumentale, il a tout perdu, les rares faux amis qu'il avait encore, et toute crédibilité politique et personnelle. Il a signé son propre arrêt de mort.
avatar
Dominique Poulin

Messages : 376
Date d'inscription : 02/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Trianon le Dim 06 Avr 2014, 16:25

Il faut croire qu'il n'avait vraiment rien dans le crâne. En sorte, un pauvre petit minable. Et Dieu seul sait comme je n'aime pas critiquer et dire du mal d'autrui.
avatar
Trianon

Messages : 2292
Date d'inscription : 22/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Mme de Sabran le Dim 06 Avr 2014, 22:29




" Pourquoi, dénonce Sénar, ceux qui ont écrit sur les massacres de septembre, ont-ils omis un fait essentiel : qu'un attroupement dirigé et formé par un nommé Gardembas dit Casque, a voulu égorger la famille de Bourbon?"
Selon l'ancien agent de comité de sûreté générale, ce silence tiendrait au fait que l'homme en question et une section auraient été chargés "par la faction d'Orléans" de supprimer les Bourbons. Mais, Sénar n'explique pas pourquoi les tueurs qu'il accuse ont échoué.
Au demeurant, Sénar n'est pas le seul à penser ainsi. Tous les mémorialistes hostiles à Orléans vont jusqu'à lui attribuer la décision de faire tuer sa belle-soeur, la princesse de Lamballe, pour se débarrasser d'une rente qu'il lui aurait due. Mais on a contesté les obligations mises en cause.
Enfin, la manière dont le ministre Danton et le maire de Paris, Pétion, assistent à ce déferlement meurtrier sans rien entreprendre pour le contenir, ne semble pas due à une crainte. La fameuse conversation de Danton avec le fils d'Orléans, le jeune duc de Chartres, que celui-ci devenu le roi Louis-Philippe fera connaître, laisse entrevoir l'esprit qui animait la journée.
Quelle que ce soit la version de Taine, dans celle du marquis de Flers ou de Denys Cochin, Danton dit toujours au fils de Philippe-Egalité : " Savez-vous qui a fait les massacres de septembre? C'est moi ." L'explication du ministre, telle que la rapporte Louis-Philippe, n'est guère convaincante. " J'ai voulu que toute la jeunesse arrivât en Champagne, couverte d'un sang qui m'assurât de sa fidélité; j'ai voulu mettre entre eux et les émigrés un fleuve de sang... " ( ... ) Danton déclare au duc de Chartres : " Enfermez-vous dans votre métier de soldat, sans vous occuper de nos actes ni vous mêler de politique. Cela est essentiel pour vous, pour les vôtres, même pour nous, et surtout pour votre père."
Enfin, d'après la version du marquis de Flers, Danton aurait été jusqu'à dire à son visiteur: " Vous avez de grandes chances de régner."
En vérité pour Orléans et Danton, ce massacre pouvait servir non de fleuve, mais de rideau de sang: l'Apocalypse organisée aurait permis de s'emparer de Louis XVI et de sa famille au Temple , opération impossible en temps normal. "


( Albert Ollivier : " Saint-Just ou la force des choses" )

.
avatar
Mme de Sabran

Messages : 26365
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le duc d'Orléans, Philippe Egalité

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum