Armand-Louis de Gontaut Biron, duc de Lauzun

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Armand-Louis de Gontaut Biron, duc de Lauzun

Message par Reinette le Ven 06 Fév 2015, 18:04

Lucius a écrit:
Roi-cavalerie a écrit:Il faut donc, à mon humble avis, se montrer prudent, s'en tenir à des sources historiques fiables et tâcher de séparer le bon grain de l'ivraie dans tout cela!

Sagement vôtre. Roi-cavalerie

Les sources originales sont les seuls vrais outils de l'historien (avec de l'esprit critique). Je suis constamment surpris du peu d'usage qu'en font un grand nombre de personnes qui prétendent faire de l'histoire ....

Merci de confirmer ce que je ne cesse de répéter. :n,,;::::!!!:
avatar
Reinette

Messages : 8431
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 37
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand-Louis de Gontaut Biron, duc de Lauzun

Message par Reinette le Ven 06 Fév 2015, 18:05

Comte d'Hézècques a écrit:
Mme de Sabran a écrit:

Je te la passerai !!! Embarassed   Promis, juré (  mais pas craché, c'est dégoûtant ! )  ...   :n,,;::::!!!:


Je viens de trouver une édition sur abebooks
Eh non, on ne crache pas ; je préfère garder ma salive pour la Bouche royale Laughing

Il y a d'autres exemplaires ? Very Happy
avatar
Reinette

Messages : 8431
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 37
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand-Louis de Gontaut Biron, duc de Lauzun

Message par Mme de Sabran le Lun 23 Mar 2015, 11:45

.

Aimée de Coigny eut pour Biron un fort vif et assez long accès de tendresse, et elle lui écrivit d’aimables lettres, de Naples, par exemple, « où la lune est plus notre divinité qu’ailleurs… La mer semble être là exprès pour la réfléchir et l’adorer ; à peine veut-elle être agitée, et on voit bien seulement quand elle gémit, que c’est l’amour uniquement qui l’agite. »
Quelques-unes de ces lettres indiquent que Biron ressentit quelque ennui d’une correspondance fort dangereuse avec cette enfant terrible, émigrée rentrée en France sans autorisation.
« Tuons-nous pour qu’il n’en soit plus question, ou aimons-nous tendrement, sans objection, sans contrainte. »


( J'adore ! : : :  )



Victor du Bled : Revue des Deux Mondes .

.
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27890
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand-Louis de Gontaut Biron, duc de Lauzun

Message par Mme de Sabran le Sam 27 Juin 2015, 11:21

;

Eh bien, fichtre, pour dire que Lauzun était apprécié de ses hommes, il était apprécié !


En 1789, le capitaine Jennings de Kilmaine est l'un des fondateurs de la loge de l'Amitié Éternelle à l'Orient de Lauzun, loge maçonnique créée par les officiers de Lauzun à Verdun en février 1789. D'abord orateur de la loge, il devient 1er surveillant de cette loge .


avatar
Mme de Sabran

Messages : 27890
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand-Louis de Gontaut Biron, duc de Lauzun

Message par Majesté le Sam 27 Juin 2015, 11:30

Mme de Sabran a écrit:;

Eh bien, fichtre, pour dire que Lauzun était apprécié de ses hommes, il était apprécié !

Il faut bien que tout le monde ne le dénigre pas  :

Bien à vous.

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin
avatar
Majesté

Messages : 11856
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 40
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand-Louis de Gontaut Biron, duc de Lauzun

Message par La nuit, la neige le Ven 02 Déc 2016, 22:51

Dans son livre Les derniers libertins, Benedetta Cravéri consacre l'un de ses portraits au duc de Lauzun, qu'elle introduit par une citation d'une phrase de Chateaubriand extraite de ses Mémoires d'outre-tombe.

Je vis passer, en habit de hussard, au grand galop sur un barbe, un de ces hommes en qui finissait un monde : le duc de Lauzun.


Planche 43 in "Uniformes militaires des troupes françaises sous Louis XVI",
Aquarelle, 1779

Photo (C) Paris - Musée de l'Armée
Dist. RMN-Grand Palais / Marie Bruggeman


OK, la gravure n'est pas à la hauteur du lyrisme de Chateaubriand, mais on fait avec ce que l'on a, n'est-ce pas ? :
______

Idea Benetta Cravéri revient notamment sur la jeunesse, et la naissance d'Armand-Louis de Gautaut-Biron (futur duc de Lauzun) au sein d'une famille...singulière.  boudoi32

Je la cite (extraits) :

Son père, Charles-Antoine-Armand, marquis, puis duc de Gontaut, avait été un militaire valeureux jusqu'en 1743, date à laquelle, grièvement blessé à la bataille de Dettingen, il avait dû quitter l'armée.
L'année suivante, malgré le surnom féroce d'« eunuque blanc » que son infortune lui avait valu, le marquis conduisit à l'autel Antoinette-Eustachie Crozat du Châtel, richissime héritière de seize ans.
Certes, il avait « most probably*  » délégué à l'amant de son épouse – le duc de Choiseul, à l'époque comte de Stainville, dont il était l'ami intime – la tâche de la rendre mère, mais la fin justifiait les moyens, puisque ce qui comptait pour lui était d'assurer la continuation de sa lignée.


Portrait de Choiseul
Par Louis-Michel Van Loo.


L'exultation de la famille à la naissance de l'héritier tant désiré avait toutefois été assombrie par la disparition de la marquise, emportée en quelques jours par une fièvre puerpérale.

La dernière pensée de la jeune femme n'était pas allée à l'enfant qui lui coûtait la vie, mais à l'homme qu'elle aimait. Apparenté à la famille de Lorraine, brillant, intelligent et ambitieux, Choiseul manquait des moyens nécessaires pour faire carrière et, voulant assurer son avenir, Antoinette-Eustachie, sur son lit de mort, avait arraché à sa sœur d'à peine dix ans la promesse de l'épouser.


Portrait de Louise-Honorine, future duchesse de Choiseul

En effet, l'immense patrimoine que Louise-Honorine Crozat du Châtel lui apportait en dot et l'appui de Gontaut, ami intime de Louis XV et de la marquise de Pompadour, ouvriraient à Choiseul la voie de la réussite.
Après avoir été ambassadeur à Rome et à Vienne, il gouvernerait la France pendant presque vingt ans, exerçant de fait les fonctions de Premier ministre.


Devenus beaux-frères, très liés, Gontaut et Choiseul choisirent d'habiter la même demeure, l'élégant Hôtel du Châtel, rue Richelieu, et manifestèrent par ailleurs la même froideur à l'égard du petit Armand-Louis.
La seule personne qui témoigna de l'intérêt à l'orphelin fut sa tante, la douce, aimable et charitable Mme de Choiseul, qui ne connaîtrait jamais les joies de la maternité.
(...)

Choiseul ne se contentait pas d'être un don juan impénitent et de dilapider dans un train de vie princier la fortune de sa femme destinée à revenir en héritage à son neveu, il lui avait aussi imposé la présence de sa sœur chérie, la duchesse de Gramont.


La duchesse de Gramont,
Par Alexandre Roslin, vers 1774



Jusqu'au seuil de la quarantaine, Béatrix de Choiseul-Stainville avait dû se contenter d'être chanoinesse à l'abbaye de Remiremont. Mais, devenu ministre, Choiseul l'avait voulue à ses côtés.
Introduite dans l'intimité de Mme de Pompadour, élevée au rang de duchesse grâce à un mariage de convenance, Mme de Gramont n'avait plus dissimulé l'ascendant qu'elle exerçait sur son frère. Leur symbiose en effet était telle qu'elle poussait les plus malveillants à parler d'inceste.

En tout cas, il ressortait avec évidence que la lutte perpétuelle entre les deux belles-sœurs pour occuper la première place dans la vie du duc voyait l'emporter la sœur et non l'épouse.


Portraits de Béatrix de Choiseul-Stainville, Duchesse de Gramont, assise sur un canapé avec sa belle-soeur, Madame de Stainville et le comte de Biron.
Par Louis de Carmontelle


C'est avec ces données familiales qu'Armand-Louis dut apprendre à composer, mais en réalité son premier foyer fut la cour.
Quand il était encore enfant et que les Choiseul représentaient le roi de France à Rome, puis à Vienne, le duc de Gontaut l'avait emmené à Versailles, où il vivait presque à demeure.

« Ce fut à la cour, et, pour ainsi dire sur les genoux de la maîtresse du roi, que se passèrent les premières années de mon enfance* », rappelle-t-il, et Mme de Pompadour le réclamerait longtemps près d'elle, le chargeant de lui faire la lecture à voix haute et d'être son secrétaire personnel.
(...)


Madame de Pompadour à son métier à broder
Par François-Hubert Drouais, vers 1763-64

Photo : National Gallery, Londres

Quand, à douze ans, admis dans le régiment des Gardes françaises, le roi lui promit qu'un jour il en deviendrait le colonel, comme avant lui son grand-père et son oncle, il sut qu'il était « destiné à une fortune immense et à la plus belle place du royaume, sans être obligé de [s]e donner la peine d'être un bon sujet
(...)

Son mariage

Armand-Louis s'était heurté à la première discordance entre obligations familiales et inclinations personnelles quand il avait imaginé pouvoir épouser la jeune fille dont il était épris, Mademoiselle de Beauvau.
Mais le duc de Gontaut nourrissait d'autres projets pour son fils désormais âgé de quinze ans et son choix, au regard de la coutume aristocratique qui fondait le mariage sur une logique d'alliances visant à renforcer le prestige de la lignée, n'aurait pu être plus judicieux.

Amélie de Boufflers appartenait en effet à une famille illustre, apportait une dot considérable et était le chef-d'œuvre de sa grand-mère, la célèbre maréchale de Luxembourg qui, ayant fait oublier sa jeunesse libertine, s'était imposée à l'admiration générale comme l'arbitre suprême des bienséances aristocratiques.


Marie-Amélie de Boufflers
Par son mariage duchesse de Lauzun (1766), puis duchesse de Biron (1788)

Source : http://www.histoiresgalantes.fr/blog/2015/04/16/amelie-de-boufflers-portrait/

De l'aveu même de Lauzun, le duc de Gontaut était « un très parfait honnête homme, d'un cœur compatissant et charitable*», mais il ne se laissa pas émouvoir par les prières de son fils et se limita à lui accorder deux ans de liberté avant de se marier.
Et quand, le 4 février 1764, fâché de subir la contrainte, Armand-Louis conduisit à l'autel une Amélie de Boufflers qui n'avait pas encore quinze ans*, il s'était fait un point d'honneur de ne nourrir aucune attente sentimentale à l'égard de son épouse. Ce qui ne l'empêcha pas de lui témoigner au début les attentions requises par les circonstances.

Mais, peut-être par timidité, inexpérience ou fierté, la jeune fille donna preuve d'un « éloignement » si « choquant* » qu'il décida de se cantonner avec elle dans des rapports de courtoise indifférence.
La si jolie Mme de Lauzun fut donc la seule femme destinée à n'exercer aucun attrait sur lui.  boudoi32


....A suivre !  Hop!
avatar
La nuit, la neige

Messages : 9091
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand-Louis de Gontaut Biron, duc de Lauzun

Message par Mme de Sabran le Dim 04 Déc 2016, 00:02

;
Décidément, la conjugalité fin XVIIIème était une bien étrange chose  !  Shocked

 On demandait à M. de Lauzun ce qu'il répondrait à sa femme ( qu'il n'avait pas vue depuis dix ans )  si elle lui écrivait : " Je viens de découvrir que je suis grosse. "  Il réfléchit et répondit : " Je lui écrirais : je suis charmé d'apprendre que le Ciel ait enfin béni notre union . Soignez votre sante, j'irai vous faire ma cour ce soir . "

( Chamfort, Caractères )


Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing  Laughing


Merci pour ce nouveau résumé d'un chapitre de Mme Cavéri ! Very Happy

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27890
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand-Louis de Gontaut Biron, duc de Lauzun

Message par La nuit, la neige le Dim 04 Déc 2016, 09:56

Mme de Sabran a écrit:Décidément, la conjugalité fin XVIIIème était une bien étrange chose  !  
Les pères de Lauzun qui finalement vivent sous le même toit après la mort de sa mère : l'amant (Choiseul), ayant épousé la sœur de la défunte, les tantes qui se jalousent...
Mais la suite n'est pas mal non plus, vous verrez !  

Mme de Sabran a écrit:Merci pour ce nouveau résumé d'un chapitre de Mme Cavéri !
Le livre pourrait te plaire : dans le portrait de Lauzun, il y a notamment tout un passage spécial "franc-macs". alien
Tout le monde en est, Louis XVI compris...allez hop !  Basketball

Mais ce n'est pas ce qui m'a intéressé, et je vais en rester à la copie du vaudeville... :
avatar
La nuit, la neige

Messages : 9091
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand-Louis de Gontaut Biron, duc de Lauzun

Message par Mme de Sabran le Dim 04 Déc 2016, 10:30

Avec plaisir ! Very Happy Il faut bien se détendre un peu : c'est le week-end ! :

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27890
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Armand-Louis de Gontaut Biron, duc de Lauzun

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum