Le théâtre de la Reine

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par Majesté le Ven 19 Sep 2014, 09:03

Voici une gravure représentant Marie-Antoinette interprétant Rosine dans le Barbier de Séville de Beaumarchais :


Bien à vous.

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin
avatar
Majesté

Messages : 11860
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 40
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par Invité le Ven 19 Sep 2014, 09:39

Petite anecdote concernant Marie-Antoinette et son théâtre, mais que certains d'entre vous connaissent probablement déjà :
Marie-Antoinette étant elle même sur scène, remarqua que sa belle sœur, Comtesse de Provence se refusait d'aller la rejoindre. Elle l'interpelle alors :

-" Il me semble Madame, que vous pouvez sans scrupule vous livrer à un délassement royal, auquel une Reine de France ne dédaigne pas de prendre part.
et l'autre de lui répondre...
- Mais je ne suis pas Reine, mais du bois dont on les fait."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par La nuit, la neige le Ven 19 Sep 2014, 10:51

Merci. Je ne la connaissais pas.

La répartie me semble bien inconvenante pour être tout à fait authentique, non ?
avatar
La nuit, la neige

Messages : 9120
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par Majesté le Ven 19 Sep 2014, 11:46

Ne la connaissais-tu donc pas?
C'est pourtant , par ce trait d'esprit, l'une des (seules) qualités que l'on reconnaît à la Princesse... :
Merci de nous avoir rappelé cette anecdote, l'Amour menaçant Very Happy

Bien à vous.

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin
avatar
Majesté

Messages : 11860
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 40
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par Invité le Ven 19 Sep 2014, 16:14

La nuit, la neige a écrit:
La répartie me semble bien inconvenante pour être tout à fait authentique, non ?
Il est toujours délicat de dire si une anecdote historique est véritablement authentique.
Toutefois, si elle ne serait qu'inventée, elle intéressante sur deux points : d'abord sur la forme, car la répartie est fine et donc très féroce; tout à fait dans l'air du temps de l'époque des Lumières. L'anecdote prend alors une résonnance réaliste.
Puis dans le fond, lorsque la Comtesse s'adresse à M.A, elle lui dit en gros : "Malgré votre position, cela ne vous donne pas le droit de prendre cette liberté de déroger à ce qu'on attend traditionnellement d'une Reine, en cela vous outrepassez les règles de bonne conduite, vous n'êtes donc pas à votre place"
A la Cour de Versailles chaque protagoniste est ce qu'il représente, car la représentation du spectacle de Cour est une représentation sociale, M.A en jouant sur scène joue alors un double jeu. Elle met en relief alors une autre dimension : le spectacle dans le spectacle.
La lecture du spectacle de Cour risque alors d'être altérée car mal compris par l'ensemble du système.
Le rôle que doit occuper M.A doit rester limité au rôle d'une Reine, c'est pourquoi on lui reproche alors cette liberté, qui nous semble à nous aujourd'hui complètement grotesque.
La question que je me pose est : Est-ce que la Reine en avait conscience ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par Reinette le Ven 19 Sep 2014, 16:25

Du moment que le roi souhaitait voir sa femme s'adonner à ce plaisir, l'y encourageait et se retrouvait même le premier de ses spectateurs, la comtesse de Provence aurait dû de taire. C'est de la jalousie pure et simple.
avatar
Reinette

Messages : 8446
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 37
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par CLIOXVIII le Sam 25 Oct 2014, 12:41

Ce théâtre entrait bien sur dans le colloque "Conserver et restaurer les théâtres historiques" . Les intervenants étaient Jean-Paul Gousset et Annick Heitzmann.
Cette dernière a parlé  des différentes transformations de la salle : très intéressant mais temps de parole trop court malheureusement....
Monsieur Gousset fut excellent comme d'habitude ; presque tous les intervenants le citaient et le remerciaient pour son aide . Cela réjouit de voir spécialistes et conservateurs travailler de concert . Et pas d'ego surdimensionnés .... :\\\\\\\\:  
Beaucoup de théâtres ont été évoqués et que de découvertes  Very Happy sur le XIX !Que de destructions mais aussi de belles restaurations en cours  Very Happy (le théâtre de ST Omer ( si proche d'Acary/ chéri) enclavé dans l'hôtel de ville !
malheureusement loupé le vendredi avec Montansier, Caserte et Naples Sad
avatar
CLIOXVIII

Messages : 2370
Date d'inscription : 22/12/2013
Localisation : Paris, Venise, Bath....

http://lesmenus-plaisirs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par Majesté le Dim 26 Oct 2014, 00:27

Ah bon? Le théâtre de Saint-Omer vaut tant le détour?
Merci de m'en faire part...
C'est un déplacement que je ferai volontiers Very Happy

Bien à vous.

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin
avatar
Majesté

Messages : 11860
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 40
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par Invité le Dim 26 Oct 2014, 09:01

Majesté a écrit:Ah bon? Le théâtre de Saint-Omer vaut tant le détour?
Comme quoi notre bonne vieille région du nord nous dévoile des trésors qu'on ne pourrait soupçonner... Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par CLIOXVIII le Dim 26 Oct 2014, 09:03

Majesté a écrit:Ah bon? Le théâtre de Saint-Omer vaut tant le détour?
Merci de m'en faire part...
C'est un déplacement que je ferai volontiers Very Happy

Bien à vous.

Attends un peu, ils y travaillent .
avatar
CLIOXVIII

Messages : 2370
Date d'inscription : 22/12/2013
Localisation : Paris, Venise, Bath....

http://lesmenus-plaisirs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par Invité le Dim 26 Oct 2014, 15:44

Si le théâtre de Marie-Antoinette est visible aujourd'hui tel qu'il était du temps de la Reine, qu'a-t-elle vu et entendu comme spectacle, le jour de l'inauguration ?
Je poste ici la pièce composée pour l'évènement :

Pour l'ouverture du théâtre par M.Despréaux ( pensionnaire du Roi, ordinaire de l'Académie royale de musique
Représenté devant leurs Majestés à Trianon, le ? mai 1780


PERSONNAGES:

M.Machine, machiniste  (Le sieur Dugazon)
l'Opéra, époux de la Tragédie (Le sieur Despréaux)
La Tragédie, femme de l'Opéra (la Dlle Raucour
L'Opéra-comique, fils de la Tragédie et de l'Opéra (Le sieur Trial.

Bazin (Le sieur Desessart), Niquet (Le sieur Candeille) : garçons de théâtre.
Troupe d'ouvriers (Trupti, Abraham, Simonet, Le Bel, Duchaine, Guillet.

La scène se passe sur le théâtre de Trianon

Prologue

Le théâtre représente le chaos, on voit les rouleaux de gazes qui servent à représenter la mer suspendus dans les airs, avec des arbres, des maisons et des nuages, la lune et le soleil sont à terre, des masses de décorations sens dessus dessous forment le fond du théâtre, enfin tout est bouleversé. Le théâtre n'est éclairé que par quelques bougies.

Scène première

(Tous les garçons de théâtre, avec des cocardes à leurs chapeaux, chantent et dansent).

Choeur

(Sur l'air de : Allons gai, réjouissons-nous)


I


Tout est fini, la salle est faite
Rions maintenant.
Ah ! Que notre âme est satisfaite,
Chacun est content;
Allons gai, réjouissons-nous,
Notre joie est satisfaite;
Allons gai, réjouissons-nous,
Notre joie est parfaite;
Allons gai, réjouissons-nous,
Et faisons les fous.


II


Le repos succède à la peine,
La pluie au beau temps,
Tout dans le monde ainsi s'enchaîne,
A tous les instants;
Allons gai, réjouissons-nous,
Dansons à perdre haleine,
Allons gai, réjouissons-nous
Et faisons les fous.

(On danse)


Bazin


V'là Monsieur Machine qui vient, il est dans les brindezingues, courons à notre affaire, car il nous chanteroit pouille; dis donc, toi, Niquet, vas-tu dans le dessous, moi j'monte au ceintre.
(Tous les garçons sortent et emportent les lumières)

A suivre...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par Reinette le Dim 26 Oct 2014, 16:02

Merci c'est vraiment sympa ! On s'y croirait ! :n,,;::::!!!:
avatar
Reinette

Messages : 8446
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 37
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par Invité le Lun 27 Oct 2014, 18:00

Scéne II
MONSIEUR MACHINE, quoique "gris", se soutient fort bien sur ses jambes, il chante dedans la coulisse le duo à lui seul.

Air : vive le vin (du déserteur)

Vive le vin,
Tous les hommes sont bons,
Vive l'amour;
On ne voit que gens francs,
Amant et buveur tour à tour,
A leurs intérêts prêts;
Je nargue la mélancolie.

Tout cela est bien vrai; Oh ! Nature humaine, comme tu es drôle !
Mais on ne voit goutte ici ! Lorsque le Génie de l'univers parait, on ne lui donne pas seulement un lampion.

Air : A ma voix, que la mort s'arrête ( d'Ermelinde )
A ma voix, que la lumière existe.
(On monte la lampe)

Air : Ciel ! l'Univers.

Ciel ! Quel chaos ! Dieux, quel affreux désordre !
La mer en haut, et les nuées en bas.
(A ses ouvriers Smile

Vous n'en voulez pas démordre,
Vous ne finirez donc pas.
Vous donné-je ordre
De faire embarras;
Je ne m'y connais plus
Dans l'atmosphère,
La mer, la terre
Sont pêle mêle et sens dessous dessus.

Récitatif

( Pendant qu'il chante ce récitatif, on répète à l'orchestre l'ouverture et l'orage d'Iphigénie en Tauride)

Vaste univers, suis, à ma voix,
l'attraction des contrepoids;
(Toutes les décorations commencent à se mouvoir)

Vous, éléments, ciel, feu, terre, onde,
Obéissez, formez le monde.
(Le mouvement augmente)

Et toi, soleil, flambeau de l'univers,
Vas te placer dans le plus haut des airs.
(On enlève le soleil)

(A ses ouvriers : )

Mettez-le dans un coin du ceintre,
Que cet arbre, à l'instant, soit porté chez le peintre.
Lune, suis ta déclinaison,
Décris, céleste réverbère,
Décris ta ligne circulaire,
Vas te coucher à l'horizon.
(La lune traverse le théâtre)

Niquet mouche la lune, elle a l'air d'une éclipse.
Immense mer, descends dans tes gouffres profonds :
Ouvrez la trappe,
(On entend le tonnerre)

Et lâchez les plafonds.
O toi qui fais trembler la terre,
Finis ce train, tais-toi, tonnerre.
Quoi, tu prétends braver ma loi
Et faire plus de bruit que moi ?
Tu n'auras pas cette victoire.
Bazin, mettez la foudre dans l'armoire,
Lever le mur, retournez ces châteaux,
Qu'un homme emporte ces vaisseaux.
(Un ouvrier emporte deux vaisseaux sous son bras)
Est-ce que vous n'entendez pas là haut ? (Au batteur de mesure : )
Monsieur, de grâce, laissez votre réputation; on ne s'entend pas, vous faites un train d'enfer; cela n'ira jamais si vous continuez.
(Aux ouvriers : )
Lâchez la dent cruelle. ( nom d'un contrepoids de l'opéra)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par Emilie du Châtelet le Lun 27 Oct 2014, 19:05

C'est impressionnant !!!
avatar
Emilie du Châtelet

Messages : 257
Date d'inscription : 11/01/2014
Age : 37

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par Invité le Mar 28 Oct 2014, 19:49

Scène III

(Monsieur Machine, un garçon)
Un garçon

Monsieur Machine, on demande à voir le théâtre.

(Monsieur Machine, prenant du tabac.)
Bazin, Bazin.

Le garçon

Monsieur, Monsieur.

Monsieur Machine.

(Bazin, dans le ceintre, avec une voix de rogone)

Et ben m'voilà, qu'est-qu'c'est ?

Monsieur Machine
Veux-tu bien soutenir la gloire à sa hauteur.
( Le garçon, en le tirant par l'habit )

Monsieur, Monsieur Machine.

Monsieur Machine

( Au garçon ) Eh bien, que veux-tu ? ( a ses ouvriers d'en haut : ) Lâchez la dent cruelle.

Le garçon

C'est pour vous dire que v'là qui vient d'arriver, dans le moment, l'Opéra-comique, dans un carosse du bureau, avec la Pantomime et la parodie en singe; (nom qu'on donne à ceux qui vont derrière le cocher ) mais ces deux derniers sont allés se promener en attendant qu'on les demande.

Monsieur Machine
Quel micmac me fais-tu là ?

Le Garçon

Oui, Monsieur, la Tragédie, l'Opéra, et l'Opéra comique demandent à voir la salle.
( Monsieur Machine en le renvoyant, et prenant toujours du tabac )

Eh bien, qu'ils la voyent, et laisse-moi tranquille; que le diable t'emporte.
Bazin, Bazin, à qui en avez-vous ?

( Bazin, dans le ceintre, en le contrefaisant)

Bazin,Bazin, à qui en avez-vous ?

Monsieur Machine

Veux-tu bien passer au troisième pont, retendre les fils, ( Les fils (de lin) sont en réalité les cordes, on appelle fils, car au théâtre, encore aujourd'hui la superstition va bon train : la corde est pour le pendu ) descendre la cour, lever le jardin, lâcher la gloire; Est-ce que tu ne m'entends pas ?

Bazin, en colère

Eh ! Si fait, je vous entends bien; mais je ne vous comprends pas.

Monsieur Machine en fureur

Attends, attends, je vais monter, je me ferai comprendre.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par MARIE ANTOINETTE le Mer 29 Oct 2014, 17:08

A noter Madame ANNICK HEITZMANN vient de m'informer que les actes du colloque qui s'est tenu les 23 et 24 Octobre "conserver et restaurer les théâtres pour qui, pour quoi ?"

SERONT PUBLIES - pas encore de date - en ligne et non point par papier qu'il faudra tirer personnellement pour les avoir en dossiers.

MARIE ANTOINETTE Smileàè-è\':
avatar
MARIE ANTOINETTE

Messages : 2697
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 71
Localisation : P A R I S

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par Invité le Mer 29 Oct 2014, 17:26

Scène III

( Le grand Opéra donne la main à la Tragédie et l'Opéra-comique )
L'Opéra-comique parle

Cette salle est bien construite; elle est charmante, charmante.
( Air de Lindor )

En vérité, cette salle est charmante,
Elle est jolie, elle est faite avec goût.
Examinez le théâtre sur tout;
D'honneur, d'honneur cet ouvrage m'enchante.

L'Opéra chante
(sur l'air d'Armide de Lully)

Voici la charmante retraite.
De la félicité parfaite.
Voici l'heureux séjour, des jeux et de l'amour (bis)

L'Opéra-comique

Mon cher père, essayez-la; je la crois sonore.

(L'Opéra chante dans le genre ancien)
La,la,si,ut,ré,mi,mi,fa,sol,la.
Bergère je t'adore.

L'Opéra-comique

Non essayez-la dans le nouveau genre.
( L'Opéra chante dans le nouveau genre)

(Sur l'air d'Orphée )

Quel est l'audacieux
Qui dans ces sombres lieux
Ose porter ses pas ?
Et malgré le Trépas
                           ( A l'octave )
Ne frémit pas...pas...pas

(Sur l'air d'Alceste ( de Gluck)

Caron t'appelle,
Entends sa voix.
( l'Opéra-comique à la Tragédie )

Elle est excellente, je la crois bonne à déclamer; qu'en dites-vous, ma digne mère ? Vous ne parlez pas.
(La Tragédie regarde lentement de tous les côtés et après un grand silence déclame )

Je l'admire en silence, elle est bien, elle est belle;
Cette avant-scène est noble et sa forme est nouvelle.
Chaque endroit me ravit, enchante mes regards.
Et mon cœur est flatté de penser que les arts
Viennent tous s'exercer sur ce nouveau parnasse;
Ils seront après moi, j'ai la première place.

L'Opéra, en chantant

Que dites-vous ? Qu'avez-vous prononcé ?

La Tragédie déclame

Que devant vous je dois toujours marcher.
(l'Opéra-comique s'en va en chantant et en dansant)
Va-t-en voir s'ils viennent Jean,
Va t-en voir s'ils viennent.

L'Opéra chante
(Sur l'air de l'acte d'Eglé)

Tu veux avoir la préférence,
Tu prétends passer avant moi.
Oses-tu bien braver mes chants, ma danse,
Non, non, non, je serai devant toi.

La Tragédie, en déclamant

Grands Dieux ! de nos talents qu'elle est la différence !
Retire-toi d'ici, crains mon impatience...
Sur vous, Seigneur, sur vous j'aurai la primauté;
Dites-moi de quel droit vous l'auriez mérité.
N'échauffez pas ma bile, évitez mon reproche,
Redoutez mon poignard; je le crois dans ma poche.

L'Opéra
(Récitatif volontaire)

Princesse, les poignards ne me font point frémir;
Mais pour mes chants nouveaux, je vous ferai frémir.
Craignez ma nouvelle musique,
Redoutez mon ton pathétique,
D'un B quarre je glace d'honneur. (Il chante ce trait de l'opéra d'Alceste)

Je déchire et j'arrache le cœur... (bis)

A suivre...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par Teresa-Cabarrus le Mer 29 Oct 2014, 18:38

Merci, l'amour menaçant, je me sens transportée de siècle en lisant ces vers boudoi29
avatar
Teresa-Cabarrus

Messages : 123
Date d'inscription : 18/02/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par MARIE ANTOINETTE le Jeu 30 Oct 2014, 16:16

j'ai l'information toute fraiche au sujet de la publication des actes du colloque sur les Théâtres

ils seront mis sur le NET d'ici la fin de l'année 2014 voir janvier 2015 -
Madame LUBINEAU chargée des manifestations m'a promis de m'envoyer un courriel avec le lien pour me permettre de télécharger les textes dont ceux sur le THEATRE DE LA REINE.

MARIE ANTOINETTE Smileàè-è\':
avatar
MARIE ANTOINETTE

Messages : 2697
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 71
Localisation : P A R I S

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par Invité le Jeu 30 Oct 2014, 17:05

La Tragédie déclame

Très vainement, seigneur, vous ventez vos merveilles,
Tous vos sons composés ne me vont qu'aux oreilles,
En vain, de mes auteurs vous prenez les beautés,
Et sur leur canevas assez mal vous brodez;
Malgré vous, Opéra, je serai la première,
Après moi vous pouvez entrer dans la carrière.
Soyez gai, soyez grand, soyez noble et pompeux,
Devant moi soyez humble, époux présomptueux.

(L'Opéra, même chant que dans la scène d'Achille et Agamemnon)
Est-ce à moi que l'on parle, et pourrait-on le croire ?
Princesse, pensez-vous, qu'insensible à la Gloire,
Je souffre plus longtemps vos superbes discours ?
(Il chante le commencement du duo, en faisant différents signes avec sa baguette)

De votre audace téméraire,
J'arrêterai le cours
(La Tragédie tire son poignard)
L'Opéra-comique entre et se jette au-devant de la Tragédie.
(Sur l'air de : r'lan, r'lan, tan, plan)

De votre fureur sanguinaire,
Maman, je renverrai ses jours.
( Sur l'air du fleuve de l'oubli)

Sauvez-vous, mon cher père,
On pourrait vous blesser, é é é,
Tout doux, ma chère mère,
Pourquoi vous emporter, é é é ?
Doit-on avoir de la haine ?
Mettez votre poignard
Sans retard
Dans sa gaine, dans sa gaine, dans sa gaine.
(La Tragédie, déclamant avec fureur)

O monstre que Mégère, en ses flancs a porté,
Monstre que dans ces lieux les enfers ont jeté,
Quoi ! Tu ne mourras point; quoi ! pour punir ton crime,
Je ne te verrai pas aux bouffons pour régime !
(L'Opéra chante l'air de Castor et Pollux)

Arrête, Dieu vengeur, arrête.

L'Opéra-comique

Ils ont perdue la cervelle, Monsieur Machine, j'implore votre pouvoir, ils se disputent l'honneur de paraître ici les premiers, tâchez de les mettre d'accord.
(L'Opéra et la Tragédie sont chacun d'un côté du théâtre, sur un lit de gazon)

(Sur l'air de : je suis Lindor)

O, vous là haut qui calmez les tempêtes
Et changez tout par un coup de sifflet,
Monsieur Machine, accourez, s'il vous plaît,
Car l'amour propre a dérangé leurs têtes.
(Pendant ce couplet, Monsieur Machine descend dans la Gloire)

Suite et fin, demain...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par CLIOXVIII le Jeu 30 Oct 2014, 19:57

Teresa-Cabarrus a écrit:Merci, l'amour menaçant, je me sens transportée de siècle en lisant ces vers boudoi29

Mon Zeus ! comme dirait notre Eléonore !
avatar
CLIOXVIII

Messages : 2370
Date d'inscription : 22/12/2013
Localisation : Paris, Venise, Bath....

http://lesmenus-plaisirs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par CLIOXVIII le Jeu 30 Oct 2014, 19:58

MARIE ANTOINETTE a écrit:A noter Madame ANNICK HEITZMANN vient de m'informer que les actes du colloque qui s'est tenu les 23 et 24 Octobre "conserver et restaurer les théâtres pour qui, pour quoi ?"

SERONT PUBLIES - pas encore de date - en ligne et non point par papier qu'il faudra tirer personnellement pour les avoir en dossiers.

MARIE ANTOINETTE Smileàè-è\':

Vous savez sans aucun doute tout ce qui a été dit sur le XVIII ; cette dame fort érudite a surtout parlé des divers changement de la salle.
avatar
CLIOXVIII

Messages : 2370
Date d'inscription : 22/12/2013
Localisation : Paris, Venise, Bath....

http://lesmenus-plaisirs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par Invité le Ven 31 Oct 2014, 18:24

scène V

(Monsieur Machine, dans la Gloire)
Sur l'air de : réveillez-vous, belle endormie

Tout doux, mes amis les Tragiques,
Là, là, ne vous disputez pas,
Sachez que Messieurs les Comiques
vont en ce jour avoir le pas.
(La Tragédie déclame les deux vers suivants et l'Opéra les met en musique)

Ô coup inattendu ! Ô ciel, Ô terre, Ô sort,
Sort cent fois pire que la mort !
                                            ( Ils prennent leurs mouchoirs)

Monsieur Machine

Il ne s'agit pas de pleurer, cela ne changera rien à l'affaire

(Sur l'air de : ton humeur est, Catherine)

Des deux côtés qu'on s'embrasse;
Cessez toutes ces clameurs;
Douce amitié, prend la place
Que la haine eut dans ces cœurs;
Dans cette salle nouvelle
Vous viendrez dans peu de temps.
On est sûr de votre zèle.
Ainsi que vos talents.
                              (Il descend de sa Gloire)

L'Opéra-Comique

(Sur l'air de Mon p'tit cœur, vous n'aimez guère)

Mais vous vous tournez le dos,
Vous rougissez, très cher père,
D'avoir tenu des propos
A ma grande et digne mère;
Si voue êtes emporté,
Elle a sa vivacité.

L'Opéra à genoux
(récitatif)

Je reconnais mes torts, pardonnez mes fureurs;
A mon épouse, hélas ! J'ai fait couler des pleurs.

La Tragédie déclame

Pardonnez, cher époux, oubliez mes injures,
Et ces mots échappés sans poids et sans mesure.

(L'Opéra lui donne le bras pour s'en aller et l'Opéra-Comique les suit.)

Sur l'air d'Iphigénie en Aulide :

Ne pleurez plus, belle princesse (bis)
Je vais aller souper chez vous (bis)

Scène VI et dernière

(Monsieur Machine, seul, parcourant le théâtre, aidant les ouvriers qui passent, poussant les décorations, tirant les coulisses, etc...

(Sur l'air de Jupin dés le matin)

Arrangez le plafond,
Baissez le second,
Laissez les trois du fond,
Ils sont bien,
Ne leur faites rien.
Le dernier portant
Paraît trop en avant;
Du côté de la cour
Donnez du jour.
Vous autres, là-dessous,
Entendez-vous ?
Levez le trapillon
Holà, c'est bon...
Eclairez moins l'horizon;
Sur le fond
Retirez vos châssis,
C'est mon avis.
Là-haut, ici, là-bas,
Point d'embarras,
Je crois que tout est prêt,
On peut donner le coup de sifflet.

(Le changement se fait, on joue l'ouverture pour la parodie de Castor et Pollux)


Ce petit prologue est le premier spectacle qui s'est joué pour l'inauguration du théâtre du petit Trianon. Il laisse figurer le spectacle dans le spectacle; mais il y a bien évidemment une autre dimension à comprendre. Je posterai demain les clés de lecture qui permettront de dévoiler une des facettes de M.A à travers son époque.



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par Invité le Dim 02 Nov 2014, 18:16

Ce prologue est un hymne au spectacle, sur différents airs, on retrouve les opéras très connus, tels : Armide de Lully, Orphée, Iphigénie etc...
De plus, on montre l'envers du décor : c'est le spectacle dans le spectacle.
Durant le XVIIé et début XVIIIé, au commencement de chaque opéra, on se devait de faire référence à la gloire du Roi, cette intervention disparaîtra au fil du XVIIIé siècle.
Ici, il s'agit "d'un théâtre particulier" où la gloire n'a lieu pour personne ni même pour la maîtresse des lieux. Le spectacle est glorieux par lui même sous toutes ses formes : de par son décors qui représente le théâtre de Trianon lui même, ainsi que de la personnification de la Tragédie, l'Opéra et l'Opéra-comique.
Ils sont portés de façon humaine et ont donc une place privilégiée comme la scène du théâtre du petit Trianon, car il a quasiment la même taille que la salle. De cette façon on place à la même hauteur, on apporte la même considération aux acteurs qu'aux "dignes et nobles" spectateurs qui les regardent. ( Ce qui n'a pas toujours était le cas pour certains opéras, dont la scène limité en taille se devait d'être inférieure à la salle : façon de représenter l'ordre social)

L'évolution de cette fin de siècle fait passer la gloire à un second plan, on aspire donc à autre chose.

Scène II "- Veux-tu bien soutenir la gloire à sa hauteur

puis...
                       - Descendre la cour, lever le jardin, lâcher la gloire.

La cour ou "la Cour" lieu de représentation du pouvoir, on la descend au bénéfice du jardin qu'on lève. L'art du jardin à l'occurrence le petit Trianon, qu'on développe et qu'on tend à la perfection, pour lâcher la gloire (caractéristique du vieux château et ses jardins en grande perspective), toute l'évolution de cette fin de siècle, de ce goût pour la modernité se passe au petit Trianon.

Pourquoi ?

Quand on lève l'élément de décor "jardin" et qu'on lâche l'élément de décor "gloire" ne peut se comprendre que si on les met en perspective avec un autre élément de décor, mais cette fois extérieur qui appartient au domaine : le Temple de l'Amour.
M.A a insisté pour obtenir la célèbre sculpture de Louis XV pour une raison précise qui marque chez la Reine : un caractère déterminé. L'acquisition ne répond pas à un simple caprice, mais bien une façon pour M.A d'exprimer sa vision de modernité qui ne la quittera jamais.

Au temple de L'Amour, Hercule, symbole de force et de pouvoir est vaincue, l'ange taille un arc dans sa massue, le temps n'est plus à la force, à la gloire; d'où la déchéance d'hercule.
Triomphe alors le temps du sentiment, de l'amour. La statue est tournée vers le vieux château, tout est dit et c'est même plutôt effronté, de la part de M.A.
La force ne permettant plus d'accéder au pouvoir, place alors au sentiment qui permet lui d'accéder au bonheur, alors : qu'on lâche la gloire, qu'on lève le jardin.

A suivre...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par Majesté le Lun 03 Nov 2014, 10:15





Bien à vous.

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin
avatar
Majesté

Messages : 11860
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 40
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le théâtre de la Reine

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum