-56%
Le deal à ne pas rater :
Compresseur digital programmable Michelin 12V – 6,9 Bars
35.27 € 79.90 €
Voir le deal

Henriette Campan

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Henriette Campan Empty Henriette Campan

Message par Calonne le Ven 03 Jan 2014, 22:06

Henriette Campan Jeanne10

Née en 1752, elle sera la première femme de chambre de Marie Antoinette après avoir été lectrice de Mesdames. Une fonction bien plus importante qu'on ne le suppose au premier abord : attachée au service personnel de la reine, elle est aux premières loges, témoin des moments les plus intimes de la souveraine, de sa vie de tous les jours.
Fidèle et dévouée, elle accompagnera et servira sa reine tant qu'elle le pourra. Elle la suivra aux Tuileries, échappera de peu à la mort lors de l'assaut donné au château, viendra voir la reine avant son transfert au Temple et se verra refusée l'autorisation de continuer à la servir.
Vient alors le temps des épreuves : sa maison est pillée, brûlée, elle doit fuir avec sa soeur (également femme de chambre de la reine) qui, sur le point d'être arrêtée, se suicide en se jetant par la fenêtre. Ruinée, aux abois, Mme Campan doit en plus s'occuper de son mari très malade et de ses trois nièces qu'elle a recueilli.
Elle rebondit pourtant en fondant à Saint-Germain un pensionnat pour jeunes filles de la haute société. N'ayant au départ que trois pensionnaires, elle voit son institution connaître très vite un vif succès : toute la noblesse napoléonienne lui confie ses filles, elle devient une proche de l'impératrice Joséphine qui lui confie l'éducation de sa fille Hortense. Pauline et Caroline Bonaparte fréquenteront également son institut. Enfin, Napoléon lui confiera la direction de la Maison de la Légion d'Honneur à Ecouen.
Elle verra fermer son pensionnat sous la Restauration qui ne lui pardonnera pas ce rapprochement avec l'Empire. Se retirant chez une de ses anciennes élèves, elle meurt en 1822.

Elle nous a laissé ses Mémoires, sujettes à caution selon certains, mais qui restent une mine d'informations et de détails sur la vie quotidienne de Marie Antoinette. Servante fidèle et dévouée de sa maîtresse, Mme Campan reste incontournable de l'entourage proche de la reine.
Calonne
Calonne

Messages : 709
Date d'inscription : 01/01/2014
Age : 48
Localisation : Un manoir anglais

Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par Calonne le Ven 03 Jan 2014, 22:24

Oups ! Petite erreur de positionnement pour mon sujet... La Modération peut-elle faire le nécessaire ? Merci !
Calonne
Calonne

Messages : 709
Date d'inscription : 01/01/2014
Age : 48
Localisation : Un manoir anglais

Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par Lucius le Ven 03 Jan 2014, 22:33

Est-elle femme de chambre dès la création de la Maison de la dauphine ?
Lucius
Lucius

Messages : 10255
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 29

Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par Calonne le Ven 03 Jan 2014, 22:37

Oui, sauf erreur de ma part. Après avoir été lectrice de Mesdames, elle devient d'abord femme de chambre de la reine, puis sa "Première femme de chambre" en 1786. Il y avait également sa soeur, Mme Augier, qui servait la souveraine et se suicidera sous la Révolution.

EDIT : Pour être exact, la "Première femme de chambre" de Marie Antoinette à son arrivée fût Mme de Thierry (Cécile Lemoyne de Crécy-Thierry), épouse du premier valet de chambre du Dauphin. Marie Antoinette adorait jouer avec les enfants du couple et insista pour que Mme de Thierry devienne Première femme de chambre, contre l'avis de Mme de Noailles d'ailleurs.
Mme Campan obtiendra le titre et la fonction de "Première femme de chambre" en 1786, en survivance de Mme de Misery qui s'était retirée sur ses terres.
Calonne
Calonne

Messages : 709
Date d'inscription : 01/01/2014
Age : 48
Localisation : Un manoir anglais

Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Portrait de madame Campan

Message par Invité le Ven 03 Jan 2014, 23:08

Henriette Campan Madame67
Jeanne-Louise-Henriette Genest, Madame Campan
Joseph Boze
Pastel, 1786
Commandé par Mme Campan, 1786
Photo : Château de Versailles, Dist. RMN / Jean-Marc Manaï

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par Mme de Sabran le Ven 02 Mai 2014, 16:18


Vous pouvez bien préjuger que dans la situation d'inquiétude et d'isolement où se trouvait la famille royale aux Tuileries, je ne manquais pas d'aller y faire une cour assidue. — Vous venez saluer des ruines, me dit la Reine, après le 20 juin, et je me souviens qu'elle me fit signe de ne rien dire en présence d'une de ses femmes, appelée Mme Campan, qui venait d'entrer pour lui présenter quelque chose, et je crois me rappeler que c'était un livre sur un plateau.

Quand celle-ci fut sortie du cabinet, et je dis à cette malheureuse princesse : — Hélas ! Madame, est-ce que la Reine s'en défie ?...

— Ce n'est pas seulement de la défiance, répondit-elle, c'est de la terreur. Elle est en correspondance avec Brissot de Varville et Latouche-Treville, elle écrit quelquefois à Barnave ; — Elle a ri le 6 octobre, poursuivit la Reine, avec une expression du regard et de la voix qui faisait frémir ; — mais on a décidé qu'il fallait patienter : jugez que tout ce que la vue de cette femme me fait souffrir.


( Mémoires de la marquise de Créquy )


J'ai bien du mal à y croire ...  Hop! 

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45188
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par MARIE ANTOINETTE le Ven 02 Mai 2014, 16:45

Madame CAMPAN dans ses mémoires ne racontent pas toujours l'exacte vérité car elle n'était pas en service toute l'année auprès de la Reine  - elle servait par quartier
le 6 0ctobre 1789 elle était à PARIS et c'est sa sœur MADAME AUGUIE qui est intervenue le matin de cette sinistre journée.

elle n'a jamais eu l'entière confiance ce la Reine mais la réflexion de MADAME DE CREQUY me parait exagérée, d'autant plus qu'à cette époque la Reine entretenait une correspondance avec BARNAVE.....

MARIE ANTOINETTE :Henriette Campan 2028181902

Henriette Campan Jeanne13
MARIE ANTOINETTE
MARIE ANTOINETTE

Messages : 3637
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 75
Localisation : P A R I S

Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par Mme de Sabran le Ven 02 Mai 2014, 16:56




Ce sont des mémoires tout ce qu'il y a d'apocryphes .  Henriette Campan 3826491292 
De toute évidence, leur auteur avait Henriette dans le pif et tenait à la noircir .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45188
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par Mme de Sabran le Ven 02 Mai 2014, 17:28



Portrait de Campan par Louis Marie Autissier :


Henriette Campan M5035011
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45188
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par Invité le Dim 29 Juin 2014, 16:50

Madame Campan repose au cimetière de Mantes-la-Jolie (78)

Henriette Campan Tombe_10Henriette Campan Tombe_11

Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par Invité le Dim 29 Juin 2014, 16:52

Maison dite de Madame Campan à Saint-Germain-en-Laye (78):

Henriette Campan Maison10

Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par Invité le Dim 29 Juin 2014, 16:55

Portrait de Pierre Dominique François Berthollet dit Campan, maître de la garde-robe de la comtesse d'Artois et officier de la chambre de la dauphine, époux de Madame Campan:

Henriette Campan M_camp10

Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par Mme de Sabran le Dim 29 Juin 2014, 17:09

Majesté a écrit:Portrait de Pierre Dominique François Berthollet dit Campan, maître de la garde-robe de la comtesse d'Artois et officier de la chambre de la dauphine, époux de Madame Campan:
.

Jeanne-Henriette Campan n’aura qu’un fils et sera délaissée par son mari :

Si M. Campan n’eut été volage, dissipateur, et entièrement opposée au lien conjugal, j’aurais été heureuse avec lui . . . Je n’ai jamais connu le charme du lien conjugal mais ma position à la Cour devenait de jour en jour plus agréable
.

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45188
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par MARIE ANTOINETTE le Mar 15 Juil 2014, 18:07

Madame CAMPAN s'appelait en réalité MADAME BERTHOLLET car CAMPAN est le nom de la vallée d'origine de la famille qui est située au confluence de l'ADOUR  et de l'ADOUR DE PAYOLLE.

Je dois vérifier la généalogie de la famille, car il me manque le prénom du frère de PIERRE DOMINIQUE mari de Dame CAMPAN qui aurait donné des leçons de musique à notre MARIE ANTOINETTE dauphine, puis Reine  -  enquête en cours.

Un petit détail amusant PIERRE DOMINIQUE et JEANNE HENRIETTE se seraient mariés le 11 MAI 1774 !!!!! La noce ne devait pas être joyeuse.

MARIE ANTOINETTE Smileàè-è\':
MARIE ANTOINETTE
MARIE ANTOINETTE

Messages : 3637
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 75
Localisation : P A R I S

Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par MARIE ANTOINETTE le Sam 19 Juil 2014, 15:00

Henriette Campan Signat10
extrait - pour la signature - d'une lettre de 1816 en vente ce jour sur EBAY

MARIE ANTOINETTE Smileàè-è\': 
MARIE ANTOINETTE
MARIE ANTOINETTE

Messages : 3637
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 75
Localisation : P A R I S

Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par MARIE ANTOINETTE le Lun 13 Oct 2014, 18:48

Suite à ma lecture du livre de Monsieur GUILLAUME j'ai repris certains Mémoires ou Souvenirs de participants à cette affaire dont Monsieur GOGUELAT qui était dans le secret de l'organisation du voyage !!!!!
Je trouve des pages concernant Madame CAMPAN qui, dans ses mémoires n'appréciait pas Monsieur GOGUELAT et même donnait de lui un portrait méchant.
Je cite Monsieur GOGUELAT dans les pièces justificatives de ses Mémoires
"La manière tranchante dont Madame CAMPAN juge les hommes et les choses démontre la vérité de cette assertion, et prouve en même temps que l'on ne saisit jamais bien, et que l'on rend encore plus mal ce que l'on entend ou ce que l'on ne voit qu'à la dérobée.
Madame CAMPAN oublie tout à fait sa véritable position. On croirait, à l'entendre, qu'elle ne quittait jamais Leurs Majestés ; qu'elle passait sa vie dans leurs appartements, dans la plus grande familiarité.
On sait cependant que le service de première femme de chambre se partageait entre quatre personnes qui en remplissaient les fonctions alternativement, et se renouvelaient chaque mois. Ces dames étaient Mesdames THIBAUT, DE MISERY, DE JARJAYES, CAMPAN.

Lors du voyage de VARENNES, ce fut MADAME THIBAUT qui fut choisie pour suivre la Reine. Si Madame CAMPAN avait été aussi avant dans la confiance de Sa Majesté qu'elle cherche à le faire croire, elle aurait probablement obtenu la préférence ; mais MADAME THIBAUT, femme extrêmement respectable, la méritait à tous égards.
Etrangère à toute espèces d'intrigue, elle ne s'occupait que de son service ; attachée à la Reine depuis l'entrée de Sa Majesté en France, elle n'avait cessé de lui donner des marques de dévouement le plus sincère.
Cette princesse l'en récompensait en lui accordant une grande confiance.
Mesdames de MISERY et de JARJAYES la partageaient à juste titre ; on sait tout ce qu'a fait cette dernière pour prouver son respectueux attachement à la Reine.

Madame CAMPAN dit en parlant de Moi dans ses mémoires : "j'étais forcée de l'avoir chez moi" (mémoires tome II page 200) Madame CAMPAN, aux TUILERIES, se croyait-elle chez elle, lorsque, mandaté par la Reine, j'attendais ses ordres dans son appartement.
Cette expression ne me paraît celle d'une femme de bonne compagnie ; elle est d'autant plus déplacée, que je n'ai jamais fréquenté la société de Madame CAMPAN.
Elle recevait habituellement des membres du côté gauche de l'Assemblée, et un homme encore plus coupable que je ne nommerai point.
Les personnes qui connaissaient Madame CAMPAN à cette époque m'entendront et me saurons gré de ma réserve.
On devinera du reste qu'elle ne pouvait être ni selon mes goûts ni selon mes opinions.

Quelle dût donc être ma surprise , pour ne rien dire de plus, lorsque je remarquai que, dans toutes les relations du voyage de VARENNES, on s'était, en quelques sorte, donné le mot pour m'imputer les fautes auxquelles on en attribuait la fatale issue.
Néanmoins, de tous les auteurs dont j'ai à me plaindre, un seul me semble avoir agi dans une intention hostile ; je parle de Madame CAMPAN;
J'ai déjà signalé la haine et la jalousie dont elle m'honorait depuis longtemps.


page 4 des mémoires de GOGUELAT
Lorsque j'ai lu les mémoires de Madame CAMPAN , je remarquai que cette dame ne s'était point contentée de suivre les errements de Monsieur DE BOUILLE en répétant les inculpations qu'il avait dirigées contre moi, mais qu'elle avait eu soin d'y en ajouter d'autres non moins graves, et, je puis dire, non moins injustes, dont on ne peut lui contester l'invention.
Je l'avouerai , les motifs peu nobles qui l'on fait parler ainsi, et la connaissance particulière que j'avais de ses sentiments à mon égard, et de ses véritables opinions, auraient suffi pour me dispenser de repousser ses attaques, si je n'étais persuadé que, par une véritable perfidie, elle amis dans la bouche de la Reine une partie des reproches qu'elle n'a pas craint de m'adresser.
Tel est le principal motif qui me force à rompre aujourd'hui le silence.


Madame CAMPAN était fort jalouse de la confiance de la REINE qu'elle était loin de posséder tout entière ; animée du désir d'avancer sa famille, elle aspirait pour ses parents, pour ses amis, aux places qui pouvaient donner l'accès auprès la Reine et quelque  influence dans son service.

L'emploi de secrétaire intime avait été longtemps rempli par son beau-père qui avait et méritait toute la confiance de la Reine.
A la mort de Monsieur CAMPAN , la position du roi et de la reine était devenue si malheureuse , que la confidence de leurs desseins ou de leurs douleurs, le soin de la correspondance de la reine, les dangers qu'elle pouvait attirer, exigeaient un mystère impénétrable, une discrétion à toute épreuve.
Sa Majesté daigna jeter les yeux sur moi pour remplir cette fonction.... pour éviter qu'une nomination officielle blessât des prétentions qu'elle ne pouvait satisfaire : ma nomination resta secrète.

Madame CAMPAN la sut moins qu'elle ne la devina. C'en fut assez pour exciter sa jalousie et je n'ai pas besoin de chercher d'autres causes aux traits de sa malignité.



Il à noter que le 10 aout MADAME CAMPAN semblerait n'être pas aux TUILERIES, c'était déjà le cas les 5 et 6 Octobre 1789 et elle ne fait pas partie des dames accompagnant la Famille Royale aux FEUILLANTS puis au TEMPLE.... GOGUELAT, lui, est auprès du Roi aux FEUILLANTS.

MARIE ANTOINETTE Smileàè-è\':
MARIE ANTOINETTE
MARIE ANTOINETTE

Messages : 3637
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 75
Localisation : P A R I S

Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par attachboy le Mar 14 Oct 2014, 10:20

Pas très bon pour l'image de la femme de chambre, tout ça... boudoi16

Où est la vérité, la dedans ? Smileàè-è\':

Ceux qui qualifient Mme Campan d'opportuniste auraient-ils raison ? Smileàè-è\':

_________________
"Je sais que l'on vient de Paris pour demander ma tête ! Mais j'ai appris de ma mère à ne pas craindre la mort, et je l'attendrai avec fermeté !"
Marie Antoinette
attachboy
attachboy

Messages : 1429
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par MARIE ANTOINETTE le Mer 15 Oct 2014, 17:15

pour compléter le sujet évoqué ci-dessus

Madame CAMPAN bien qu'étant dans le secret du voyage , était absente de PARIS pour soigner au MONT DORE son beau-père Monsieur CAMPAN, secrétaire privé de la Reine - voir les réflexions de GOGUELAT au sujet de sa nomination, ledit CAMPAN étant mort en SEPTEMBRE 1791.

Madame CAMPAN à son retour aux TUILERIES assure la liaison entre la Reine et BARNAVE  - liaison épistolaire bien entendu..... Elle sera présente le 20 JUIN 1792 !!!!!!!

Sa sœur MADAME AUGUIE était présente à VERSAILLES les 5 et 6 Octobre 1789 - et aussi le 10 Aout 1792 alors que Madame CAMPAN n'était pas de service à ces deux dates clés de l'histoire de la monarchie.

bien qu'ayant rejoint la Famille Royale aux FEUILLANTS, c'est sur l'ordre de PETION que les deux sœurs ne purent la suivre au Temple.

Les deux sœurs résolument écartées des évènements par les autorités, allèrent chercher refuge chez leur sœur
Madame JULIE ROUSSEAU au château de BEAUPLAN , puis louèrent en Février 1793 une partie du château de COUBERTIN près de ST REY DES CHEVREUSE.

un point sur les soeurs GENET
JEANNE LOUISE HENRIETTE épouse CAMPAN
....................................... épouse AUGUIE -mariée à CESAR , receveur des Finances de Lorraine et du Barois
qui fut arrêté et incarcéré à la prison du MONT BLANC
JULIE............................... épouse ROUSSEAU elle était "remueuse" des nourrissons royaux qu'elle devait bercer
et langer
son mari AUGUSTIN était maître d'armes des enfants de France.
Guillotiné le 13 Juillet 1794.

Madame AUGUIE était recherchée pour avoir glissé dans la poche de la Reine une somme de 25 louis lorsque celle-ci quitta les TUILERIES.
Son marie et son beau frère furent arrêtés, mais elle se sauva et se vint se cacher à l'HOTEL DE BORDEAUX au 272 rue de la Loi (rue de richelieu) au coin de la Rue Ménard
c'est là que prise de panique elle se jeta d'une fenêtre du 6ème étage le 26 Juillet 1794 - 24 heures avant la chute de Robespierre.


MARIE ANTOINETTE
MARIE ANTOINETTE

Messages : 3637
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 75
Localisation : P A R I S

Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par attachboy le Mer 15 Oct 2014, 17:25

merci pour ces éclaircissements, Marie Antoinette ! Very Happy

Donc, lorsqu'elle raconte dans ses mémoires la journée du 10 août, elle ment ! boudoi16

c'est pas bien de sa part, ça ! boudoi16

_________________
"Je sais que l'on vient de Paris pour demander ma tête ! Mais j'ai appris de ma mère à ne pas craindre la mort, et je l'attendrai avec fermeté !"
Marie Antoinette
attachboy
attachboy

Messages : 1429
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par Roi-cavalerie le Mer 15 Oct 2014, 17:28

En fait, j'ai lu quelque part, que les détracteurs de Mme Campan auraient fait courir le bruit qu'à la Restauration, elle avait cherché à se faire pardonner les années passées sous l'empire comme directrice de la Légion d'Honneur ( 1807-1815) en publiant des Mémoires assez flatteurs pour la reine. Je ne sais qu'en penser. Peut être pouvez vous confirmer cette vision des choses,
Roi-cavalerie.
Roi-cavalerie
Roi-cavalerie

Messages : 552
Date d'inscription : 20/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par MARIE ANTOINETTE le Mer 15 Oct 2014, 17:47

Pour en terminer avec la FAMILLE GENET - nous avons donc quatre Filles:
JEANNE LOUISE HENRIETTE  dite MADAME CAMPAN
ADELAIDE  HENRIETTE.............  MADAME AUGUIE
JULIE FRANCOISE.................... MADAME ROUSSEAU
ANNE GLAPHIRE SOPHIE............MADAME Antoine PANNELIER
                                               D'ARSONVAL
femme de chambre de Madame ROYALE

et un fils:
EDME CHARLES dit EDMOND GENET , secrétaire d'ambassade en Russie, expulsé par CATHERINE II
puis Ministre plénipotentiaire aux Etats Unis où il émigra échappant à la Guillotine, fonda une importante famille en épousant CORNELIA CLINTON fille de GEORGES CLINTON  gouverneur de l'état de NEW YORK et Vice-Président des Etats Unis.


Henriette Campan Mme-ro10
Madame ROUSSEAU et sa FILLE par Madame VIGEE LE BRUN

OUF  !!!!!!! c'est terminé.

MARIE ANTOINETTE Henriette Campan 2523452716
MARIE ANTOINETTE
MARIE ANTOINETTE

Messages : 3637
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 75
Localisation : P A R I S

Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par attachboy le Mer 15 Oct 2014, 17:56

Il est vrai que dans ses mémoires, Mme campan à une nette tendance à se mettre en valeur, tout le monde le sait ! Elle était sans doute bien moins proche de la Reine qu'elle ne veut bien le faire croire. Étant donné les activités qu'elle avait eues entre la révolution et la restauration, notamment à la légion d'honneur, elle avait bien des choses à se faire pardonner aux yeux du nouveau régime.  En dépit des efforts de conciliation de Louis XVIII, une sorte de chasse aux sorcières se déroulait vis à vie de tout ceux qui avaient travaillé pour Napoléon, cela sous la pression de l'aile radicale de la cour représentée notamment par Mme Royale.

On lui a reproché d'avoir travaillé avec le régime impérial, mais après tout, pourquoi diable ne l'aurait-elle pas fait ? Mme Campan n'appartenait pas à la noblesse, et la fin de la royauté l'avait dégagée de toute obligation ! On ne peut pas en dire autant de gens tels que Fouché ou Talleyrand, véritables girouettes au service du vainqueur. Ni même d'ailleurs des généraux de Napoléon, à la fidélité interchangeable.

Elle s'était retrouvée, pour ainsi dire, à la rue, après avoir bien failli disparaître au rasoir national. Qu'aurait-elle dû faire ? Aller rejoindre le roi baudruche dans son Exil on ne sait où ? Elle se serait fait dégager en beauté, elle n'avait rien à attendre de ces gens là ! Alors la brave Henriette a fait ce qu'elle savait faire le mieux : ouvrir une école pour jeunes filles de bonne société. Son service passé à la cour lui en donnait largement les compétences. Et c'est bien parce qu'elle était très douée et très compétente que Bonaparte s'est intéressé à elle, allant jusqu'à lui confier la légion d'honneur.

Maintenant, en ce qui concerne ses mémoires, les a-t-elle écrite uniquement pour se justifier ? on ne sait ! Elle contredit souvent la réalité révélée par les archives, mais ne fait pas que broder. Dans l'exemple de l'affaire du collier, notamment, on sait qu'elle y a bien été mêlée...

_________________
"Je sais que l'on vient de Paris pour demander ma tête ! Mais j'ai appris de ma mère à ne pas craindre la mort, et je l'attendrai avec fermeté !"
Marie Antoinette
attachboy
attachboy

Messages : 1429
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par La nuit, la neige le Lun 27 Oct 2014, 13:46

A l’occasion d’une prochaine ventes aux enchères, de nombreux documents de la main de Mme Campan seront proposés à la vente dont :

- Manuscrit autographe. Brouillon pour ses Mémoires sur Marie-Antoinette.

Henriette Campan 14141611

Présentation de l’expert :
Jeanne Louise Genet, Madame CAMPAN (1752-1822) lectrice de Mesdames filles de Louis XV, secrétaire et confidente de Marie-Antoinette, institutrice et pédagogue, elle dirigea la Maison d’éducation de la Légion d’Honneur d’Écouen.

« Peut-être Marie-Antoinette jouissoit elle avec trop d’épanchement du bonheur d’avoir rendu le jeune monarque à des formes moins brusques et même à des usages polis. Un jour le Roi entra dans la chambre de la Reine où se trouvoient des Dames du Palais et quelques grands officiers. Il étoit habillé avec soin et fort bien peigné il se présenta avec noblesse et salua de bonne grace. La Reine en fut charmée. Elle jouissoit de son ouvrage et dit comme Roxelane dans les 3 Sultannes en parlant de Soliman, voyez mesdames pour un enfant mal élevé, comme le Roi est devenu poli et gracieux »...

Puis elle note ses souvenirs sur les paroles de la Reine en public :

« La Reine répondoit aux harangues et s’exprimoit d’une maniere noble et précise. Depuis longtemps les Princesses de la Maison de Bourbon ne répondoient plus dans ces cérémonies qu’en remuant les levres et feignant de parler assés bas pour n’être pas entendues »...
Mais lorsque la Reine connaissait le sens des discours qui lui seraient adressés, « Elle écrivoit le matin ses réponses et sans les apprendre avec exactitude Elle fixoit d’une manière plus précise ce qu’Elle devoit dire »...
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 14639
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par La nuit, la neige le Lun 27 Oct 2014, 13:50

- Lettre autographe, Écouen 8 avril 1811, à son neveu par alliance Charles Gamot à Paris

Henriette Campan 14141612

Présentation de l’expert :
Belle lettre, disant la satisfaction de Napoléon à propos de la Maison d’Écouen.

Elle lui envoie une feuille de comptes et le prie de lui faire parvenir en retour un reçu des sommes à déduire : « l’éxédent ira bien je pense aux fraix, mais je suis heureuse de me voir sur ce point tranquilisée. Je voudrois l’être pour mes autres dettes »…

Son fils se porte mieux et est en voie de convalescence : « Je dois remercier le ciel de me l’avoir sauvé, il a été en danger dans les commencemens de sa maladie car depuis que c’étoit une affaire d’entrailles et de chaleur, il n’y avoit plus que souffrances. Ce malheur l’a empêché d’être très avantageusement placé depuis six mois […] mais une mère qui sauve son fils n’a point de reproche de ce genre à faire à la providence. L’Empereur est content de moi, il a dit qu’il vouloit me récompenser, j’ai organisé une maison où il y a près de 100 élèves de plus qu’à St Cyr, et cela avec des femmes choisies au hasard et qui m’ont donné un mal affreux, l’Empereur m’auroit déjà récompensé si j’avois des intermédiaires près de lui, j’attens avec résignation je vous assure »…

On joint la feuille de comptes en question, état du compte courant de Mme Genet chez le banquier Ch. Gamot & Cie, datée du même jour et signée « Genet Campan ».
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 14639
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par La nuit, la neige le Lun 27 Oct 2014, 14:00

Beaucoup plus intéressante, cette autre :

- Lettre autographe, Mantes sur Seine 19 juillet 1816, à une « chère et bonne élève » pages in-8

Henriette Campan 1560716309-capture-d-ecran-2019-06-16-a-19-47-52

Présentation de l’expert :
Sa lettre la plonge dans ses souvenirs…

« Après une vie fort laborieuse et que j’ai cherché à rendre utile, tourmentée par les événemens, fatiguée comme on ne peut manquer de l’être, d’avoir à rencontrer ici bas tant d’injustes procédés, je vis tranquile dans une jolie petite ville à 15 lieues de Paris, là les affections de l’âme viennent se représenter plus doucement et tout aussi profondément à la mémoire ;

[…] je jette mes regards sur mes deux carrières terminées, sur ces premiers vingt ans de Lectrice et de première femme auprès des vertueuses Princesse filles de Louis XV, et de la belle, et de la bonne, et de la touchante et infortunée Reine Marie-Antoinette, comblée par ces augustes Princesses, leurs bienfaits qui s’étendirent sur les miens »…

Mais la faveur dont Mme Campan jouissait à la Cour lui valut une foule d’ennemis et de calomniateurs ; cela ne l’a pas empêchée de rester fidèle à la famille royale « jusqu’aux derniers instans où j’ai pu le faire, prête à périr à la funeste et exécrable journée du 10 août où je ne quittai point mon auguste maîtresse ( Wink ).
J’eus ma maison incendiée et pillée et la totalité de mes revenus annulés. – Cachée deux ans après, je me vis heureusement dégagée des quatre gendarmes qui me gardoient à la campagne et devoient me conduire à la Conciergerie le jour même de la chutte du Tiran Roberspierre. Malheureusement il ne tomba pas assés tôt pour que son odieuse puissance ne m’ait coûté la vie d’une sœur chérie [Madame Auguié, qui, devenue folle, se suicida] et celle d’un beau-frère qui laissa une autre de mes sœurs et cinq enfans sans pain »…

Elle se décida alors à « former un grand Etablissement d’Education qui put pour le moins supléer à la destruction des monastères. Je choisis la ville de St Germain, pour me tenir éloigné du centre des intrigues, des plaisirs licencieux de ce temps, et du siege d’un gouvernement qui ne pouvoit être ni estimé ni aimé. Mes succès passèrent mes espérances. Au bout de 6 mois 60 élèves, au bout d’une année 80 et enfin 125, ma fortune indépendante ! due à mon seul travail étoit faite sans la rupture du traité d’Amiens », provoquant le départ des Anglaises et d’autres élèves ; mais d’autres étaient annoncées d’Amérique, de Berlin, de Calcutta. Alors des êtres jaloux, notamment « les anciens partisans des cloîtres », se répandirent en calomnies…

« Enfin la renommée de mon établissement m’attira la fille et la nièce de Me de Beauharnois qui alors ne connaissoit pas le général Bonaparte. Un an après elle le connut et l’épousa, il fit venir sa dernière sœur Caroline […] et me la confia, ainsi que la nièce de sa nouvelle épouse, Mlle Stéphanie de Beauharnois, toutes ces élèves entrées chez moi du plein gré de leurs parens, sans intrigue, sans sollicitation de ma part » ; plusieurs sont montées sur des trônes : « je pouvois les suivre dans leurs palais, je le refusai, je restai dévouée pour le reste de mes jours à l’instruction publique ».

La poursuite de la guerre menaçant sa maison de faillite, elle se décida à la quitter « pour prendre la direction d’Écouen […] j’éprouvai mille peines pour le choix des Dames, et la sévère conscience m’ordonnant impérieusement d’en faire remercier plusieurs, je me brouillai avec mon grand chancelier qui seul avoit eu le droit de nomination accordé par l’Empereur. – Je fis de mon mieux à Écouen, on craignit que mon nom d’Institutrice estimée en Europe n’attirât trop la confiance particulière sur la seule maison d’Écouen, et le Ministre et les membres des Bureaux de la Légion la sacrifièrent à la nouvelle maison de St Denis. Voilà ma triste histoire »…

Le Roi lui a conservé sa pension, et elle vit « paisible et solitaire à Mantes ». Sa chère élève devra elle aussi « suporter des peines et des injustices » ; elle-même a été calomniée dans « un infâme libelle » par un misérable, mais a été défendue au tribunal par le comte de Lally et l’avocat du Roi…

Ancienne collection Patrice Hennessy (6-7 mai 1958, n° 105).


Dernière édition par La nuit, la neige le Dim 16 Juin 2019, 22:19, édité 1 fois
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 14639
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Henriette Campan Empty Re: Henriette Campan

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum