Le Deal du moment :
ASOS : -20% en plus sur les articles ...
Voir le deal

Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ?

Aller en bas

Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ? Empty Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ?

Message par Mme de Sabran le Jeu 27 Aoû 2020, 11:30

Gouverneur Morris a écrit:Qu'est-ce qui était suspendu sous ces arcades jusqu’à la Révolution ?

Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ? 0bbe5b10
Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ? 7389db10

Hop!

Dominique Poulin a écrit:Cœurs ? entrailles ?
L'église Saint-Paul-Saint-Louis, ancien couvent des grands jésuites à Paris ?

Gouverneur Morris a écrit:

OUI !!!   Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ? 309649167  cheers

Voici les monuments tels qu'ils étaient avant leur destruction, d'après les aquarelles de Gaignières :

Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ? Tombeau_coeur_louis_13

Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ? Tombeau_coeur_louis_14

Source : https://stephane-thomas.pagesperso-orange.fr/patrimoine/ile_france/eglise%20saint%20paul%20saint%20louis/eglise%20saint%20paul%20saint%20louis.html

Une partie de celui de Louis XIII subsiste au Louvre, celle constituée par les médaillons de Sarazin :

Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ? 5a1d9bd3d127a255a4eb88bcdd8773f8

Description : http://cartelfr.louvre.fr/cartelfr/visite?srv=car_not_frame&idNotice=2296

Quant aux coeurs eux-mêmes, acquis par le peintre Martin Drolling pour en faire de la mummie, ce qu'il en restait en 1814 fut offert à Louis XVIII, qui les fit deposer à Saint-Denis Wink



Vérité historique ou légende macabre ?!
 

Les avis sont partagés. Wink

Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ? Captu829

Ils ont fait l’Histoire !

Par Jérôme Prod'Homme, Atelier de création Provence Alpes Méditerranée
France Bleu

16 octobre 1793. Pendant des heures, les révolutionnaires vident littéralement les tombeaux royaux dans l’immense basilique de Saint Denis qui les abrite depuis plus de 1000 ans.

Ils feront de même dans certaines églises et au Val de Grâce. On cherche de l’or et on veut détruire ces monarques et ces nobles qu’on déteste désormais. Parmi les émeutiers qui vident les tombes, certains cherchent les cœurs des reines et des rois de France. Pas pour en faire des reliques mais pour les vendre, les vendre une fortune aux peintres.

Parce que d’un cœur on peut fabriquer la fameuse mummie ou terre de momie. Une sorte de pâte qui donne une brillance dont les peintres disent qu’elle n’a pas son pareil. Un brun à la fois profond et brillant. Pour certains peintres du XVIIIe siècle, la mummie s’obtient soit en pulvérisant une momie, d’où son nom, soit en écrasant un cœur. On peut le faire avec un cœur de lapin, mais le mieux c’est un cœur humain, pas malades, ou bien le top du top : un cœur royal.

Du coup, deux peintres ne se font pas priver pour acheter les cœurs trouvés lors du sac de Saint Denis.  Il y a Pau de Saint Martin et Martin Drolling. Originaire d’Alsace, où il est né en 1752, Drolling se porte acquéreur des cœurs de Anne d’Autriche, de Marie Thérèse d’Espagne, des reines de France. Du régent aussi. Il les débite en petits morceaux, avant de les écraser et d’en faire de la peinture. Ce qui fait que si vous voyez un jour « Intérieur d’une cuisine » au Louvre, ou « Le marchand forain », ou encore « La maîtresse d’école » vous saurez que tout ce qui est brun, vient de cœurs royaux.

De même pour les œuvres de Pau de Saint Martin, qui a été plus économe que Drolling puisqu’il n’a pas utilisé la totalité des cœurs de Louis XIII et Louis XIV. Il a peint une très belle vue de Caen avec avant de les restituer à Louis XVIII en lui montrant qu’il n’avait pris qu’un petit bout et que de toutes façons pour Louis XIV il en restait pas mal puisque le cœur du roi soleil était fort gros. Louis XVIII a été reconnaissant, il a offert une tabatière en or au peintre pour le remercier.


https://www.francebleu.fr/emissions/ils-ont-fait-l-histoire/quand-les-coeurs-des-rois-de-france-ont-servi-a-faire-de-la-peinture

Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ? Captu828

Comment plusieurs coeurs royaux devinrent du vernis de peinture ?

Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ? Drolli10
Tableau " Intérieur de cuisine " de Martin Dolling qui pourrait avoir été vernis avec de la mummie faite à partir de coeurs royaux, dont celui de Louis XIV

Il y a peu, je vous parlais de la profanation de la sépulture de Louis XIV dont le corps finit tout simplement jeté à la fosse. (pour relire cet exceptionnel, magnifique, incontournable article PCPL, clique donc sur le bouton ! )

Mais comme il était d’usage à l’époque, le coeur et les viscères du défunt roi avaient été ôtés de l’enveloppe corporelle pour reposer ailleurs : ils ne subirent donc pas la profanation de Saint Denis.

« Ouf ! » me direz-vous
C’était sans compter sur la pugnacité des Révolutionnaires dont un certain Louis-Francois Petit-Radel.


Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ? Petit-10
Portrait de Louis Francois Petit Radel qui vendit des coeurs royaux à Saint Martin et Martin Drolling pour faire de la mummie

Louis Francois Petit-Radel, dessinateur pas mauvais et architecte médiocre, n’est pas connu pour la splendeur de ses constructions mais plutôt pour leur Déconstruction.

L’un des ses faits d’armes les plus notoires est d’avoir mis au point une méthode sans danger pour « mettre par terre une église gothique en dix minutes ».

Allez savoir pourquoi un architecte préférait abattre plutôt qu’ériger…
Peut-être n’avait-il pas bien écouté à l’école et tout compris de travers.

Toujours est-il qu’il prouva la validité de sa méthode en détruisant, en mars 1792, l’église Saint-Jean-en-Grève.

L’autre acte remarquable du monsieur serait d’être responsable de la fin tragico-artistique de plusieurs coeurs royaux.

En 1793, lors de la vague de profanations des sépultures royales (on était alors bien décidé à effacer toute trace de l’infâme royauté), Petit-Radel fut chargé par le Comité de Salut Public de détruire les 45 cœurs des princes et princesses de la maison de France conservés dans la chapelle Sainte-Anne de l’église du Val-de-Grâce, ainsi que les cœurs de Louis XIII et Louis XIV reposant, eux, dans l’église Saint-Louis des Jésuites.

Mais Petit-Radel s’autorisa quelques coups de canif au contrat.

S’il ouvrit bien tous les reliquaires, il ne détruisit pas tous les coeurs.

Comme rapporté notamment dans le livre « Histoire insolite » d’André Castelot, Petit-Radel « sauva » une dizaine de coeurs royaux (entre 13 et 15 selon les versions)… pour les vendre à des amis peintres !


Au 18ème siècle, un enduit venu d’Orient était particulièrement recherché par les artistes : la mummie.

Cette substance, obtenue en faisant macérer des substances organiques momifiées dans un bain d’alcool et d’herbes aromatiques valait une fortune mais permettait, une fois mélangée à de l’huile, d’obtenir un glacis exceptionnel pour ses toiles.

Alors quand Petit-Radel proposa à Saint-Martin et Martin Drolling de quoi en fabriquer à moindre frais : ils sautèrent sur l’occasion.

Martin Drolling se porta ainsi acquéreur des coeurs de Anne d’Autriche, Marie-Thérèse d’Espagne, de la Grande Mademoiselle, de Philippe d’Orléans, du duc et de la duchesse de Bourgogne, de Henriette d’Angleterre…

Pour être bien sûr de ne pas en perdre une miette, Drolling s’empressa de les débiter en p’tits bouts et de les mettre en tube dès son retour dans son atelier de la Rue de Sèvres.
Dès lors il utilisa sa mummie jusqu’à épuisement pour sublimer ses croûtes.

Si l’envie vous prenait de vouloir rendre hommage à nos têtes couronnées, vous pouvez donc tenter votre chance devant « Le marchand forain », « la salle à manger », « la maîtresse d’Ecole » ou encore le célèbre « intérieur d’une cuisine » qui fut exposé au Louvre jusqu’en 1959 (aujourd’hui au Musée de Strasbourg)

Saint-Martin quand à lui acheta les cœurs de Louis XIII et de Louis XIV.
Sans doute plus parcimonieux que son collègue, il n’utilisa pas du tout celui de Louis XIII et n’entama que partiellement celui de Louis XIV (le coeur du Soleil était réputé très gros).

Sous la restauration, il pu ainsi faire amende honorable et restituer ses emplettes à Louis XVIII qui le dédommagea d’une très chouette tabatière en or pour son geste !

Les restes des deux cœurs reposent désormais (enfin ?) en paix dans la Basilique Saint-Denis.

Quid des coeurs qui ne furent pas vendus ?
Ils auraient tout simplement été jetés par terre, dans la rue, pour être piétinés.

Le soucis de précision étant ma marotte, je me dois de vous avouer que rien, aucune preuve formelle, ne vient étayer cette rocambolesque histoire de mummie.

Tout ça pourrait n’être que l’élucubration de Henry Schunck, un bourgeois parisien qui acquit, lors de la vente du mobilier de Petit-Radel après sa mort, la plaque du reliquaire du coeur de Louis XIV et qui, sous prétexte de vouloir en retracer l’histoire, aurait rencontré Saint-Martin qui lui aurait alors conter toute l’histoire.
Le récit de Schunck fut consigné dans la nouvelle « Coeurs de Rois » de Lenôtre en 1905… la rumeur était lancée.


Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ? Coeur-10
Reliquaire du coeur de Louis XVII visible à la basilique de Saint Denis pour illustrer l'article PCPL dédié a la profanation des coeurs royaux

Finissons en précisant que la profanation des reliquaires de la chapelle Saint-Anne n’en est pas à une légende près puisqu’elle est aussi à l’origine du mythe de la survie de Louis XVII (Louis-Charles de France).

Le fils aîné de Louis XVI et Marie Antoinette, Louis-Joseph étant mort de tuberculose osseuse (Mal de Pott) en 1789 à l’âge de 8 ans, la charge royale incomba à son petit frère : Louis-Charles qui devint Louis XVII suite à la mise à mort de papa.

Or, l’urne du coeur de Louis-Joseph comptait parmi les reliquaires profanés.

Les partisans de la théorie de la survie de Louis XVII affirment donc que le coeur exposé aujourd’hui encore à Saint Denis est en réalité celui du premier fils né, Louis-Joseph, et non celui de Louis-Charles (afin de cacher au peuple la survie du « Petit Roi », officiellement mort au Temple en 1795… vous voyez le truc ? )


https://parciparla.fr/profanation-coeurs-royaux-mummie/

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45146
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ? Empty Re: Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ?

Message par Mme de Sabran le Jeu 27 Aoû 2020, 18:39


WIKI prend l'information très au sérieux :

En 1793, lors de la profanation de la chapelle Sainte-Anne de l'église du Val-de-Grâce, qui renfermait les cœurs embaumés de 45 rois et reines de France, Petit-Radel s'empara de treize urnes reliquaires en vermeil contenant les cœurs de plusieurs souverains ou personnages princiers (Anne d'Autriche, Marie-Thérèse d'Espagne, La Grande Mademoiselle,…) et les vendit ou les échangea contre des tableaux à des peintres qui recherchaient la substance issue de l'embaumement ou « mummie » (substance très rare et hors de prix, résultat d'un mélange d'une matière organique, le cœur, macérée dans de l'alcool, et d'aromates) : une fois mêlée à de l'huile, elle était réputée donner un glacis incomparable aux tableaux. L'un de ces cœurs entra ainsi en possession du peintre Martin Drolling qui l'aurait utilisé pour peindre son Intérieur d'une cuisine (Paris, Musée du Louvre). Petit-Radel conserva les plaques sur lesquelles étaient gravés les noms, dispersées à sa vente après décès rue Castex et les reliquaires de vermeil et les médailles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Fran%C3%A7ois_Petit-Radel

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45146
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ? Empty Re: Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ?

Message par Mme de Sabran le Jeu 27 Aoû 2020, 20:33

Tiens donc ! Very Happy   WIKI place au rang des principales réalisations de Petit-Radel l'Immeuble Talaru (  Wink  ), sur la rue du Faubourg-Poissonnière, en 1785, en avant du pavillon Tabary, construit précédemment par Claude-Nicolas Ledoux.

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45146
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ? Empty Re: Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ?

Message par Monsieur de la Pérouse le Ven 28 Aoû 2020, 20:51

Les historiens cautionnent-ils ?
Monsieur de la Pérouse
Monsieur de la Pérouse

Messages : 264
Date d'inscription : 31/01/2019
Localisation : Enfin à bon port !

Revenir en haut Aller en bas

Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ? Empty Re: Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ?

Message par La nuit, la neige le Ven 28 Aoû 2020, 21:55

Je ne suis pas sûr. Ce que je précisais alors, ICI.
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 14634
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ? Empty Re: Plusieurs coeurs royaux devinrent-ils du vernis de peinture ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum