Le Deal du moment : -21%
Calendrier de l’Avent 2021 FUNKO Harry Potter en ...
Voir le deal
49.99 €

Notre jeu de l'été

+6
Dominique Poulin
Lucius
Mme de Sabran
Lecréateur
Eddy2000
Mr ventier
10 participants

Page 15 sur 41 Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16 ... 28 ... 41  Suivant

Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Dominique Poulin Dim 01 Aoû 2021, 00:26

Momo, quand vous parlez de " sa perte ", il s'agit d'agression, d'assassinat ?
Dominique Poulin
Dominique Poulin

Messages : 5093
Date d'inscription : 02/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Dominique Poulin Dim 01 Aoû 2021, 01:24

Le général Jean Gaspard Pascal René 1768-1808 ? Sa fin 
Notre jeu de l'été - Page 15 3177668066 est innomable.
Dominique Poulin
Dominique Poulin

Messages : 5093
Date d'inscription : 02/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Gouverneur Morris Lun 02 Aoû 2021, 06:34

Non Dodo Notre jeu de l'été - Page 15 4100130453

Mais il s’agit bien de l’assassinat d’un militaire français. Hop!

Dans le Sud de la France en effet Lecréateur. Hop!

Mais nous ne sommes pas au XVIIIe siècle Eléonore Notre jeu de l'été - Page 15 4100130453
Gouverneur Morris
Gouverneur Morris

Messages : 8607
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Dominique Poulin Lun 02 Aoû 2021, 07:20

Un militaire français, haut gradé, victime de français, d'espagnols, de brigands ?
Au XIXe siècle ?
Dominique Poulin
Dominique Poulin

Messages : 5093
Date d'inscription : 02/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Gouverneur Morris Lun 02 Aoû 2021, 07:24

Un militaire français, haut gradé, victime de français, au XIXe siècle Hop!
Gouverneur Morris
Gouverneur Morris

Messages : 8607
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Dominique Poulin Lun 02 Aoû 2021, 07:33

Sous Napoléon 1er.? Plus tard ?
Dominique Poulin
Dominique Poulin

Messages : 5093
Date d'inscription : 02/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Dominique Poulin Lun 02 Aoû 2021, 07:49

Le maréchal Brune dans le cadre de la Terreur Blanche en août 1815 ?
Dominique Poulin
Dominique Poulin

Messages : 5093
Date d'inscription : 02/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Gouverneur Morris Lun 02 Aoû 2021, 08:08

Oui, bravo Dodo !!! Notre jeu de l'été - Page 15 309649167 Notre jeu de l'été - Page 15 1123740815

Il fit en effet l’erreur d’abandonner son escorte armée au relais de poste de Saint-Andiol, le dernier sur la route d’Avignon et alors que la foule commençait à le prendre à parti.

À vous la main Hop!
Gouverneur Morris
Gouverneur Morris

Messages : 8607
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Dominique Poulin Lun 02 Aoû 2021, 09:16

Merci cher Momo !  Notre jeu de l'été - Page 15 2523452716

En voici une :

Il était de coutume jadis à ce que les princesses qui épousent des princes étrangers changent de religion dans leurs nouvelles patries d'adoption.
Or, cela n'a pas toujours été le cas et certaines cours qui proposaient leurs princesses refusaient à ce qu'elles en changent.
Au XVIIIe siècle, cela se produisit au moins une fois et causa un grand scandale.
Quels sont les Cours concernées et les princes qui devaient se marier ? 
Les fiançailles devinrent caduques.
Dominique Poulin
Dominique Poulin

Messages : 5093
Date d'inscription : 02/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Lecréateur Lun 02 Aoû 2021, 10:53

Il ne peut s'agir que des cours de Russie et de Suède, et donc de la grande-duchesse Alexandra Pavlovna (fille du futur empereur Paul I de Russie et de Sophie-Dorothée de Wurtemberg = Maria-Fiodorovna par le mariage) et du roi Gustave IV Adolphe de Suède... lequel rompit les fiançailles... en ne se présentant pas à la cérémonie !
Lecréateur
Lecréateur

Messages : 292
Date d'inscription : 01/06/2021
Localisation : Comté d'Enghien et Livonie

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Lucius Lun 02 Aoû 2021, 18:34

Au XVIIe Henriette de France n'épousa pas l'anglicanisme en épousant Charles Ier d'Angleterre.
De même pour leur belle fille l'infante de Portugal.

Au XVIIIe on pense évidement à l'affaire Suède/Russie qu'a déjà évoqué Lecréateur.
S'agit-il d'allemands ?
Lucius
Lucius

Messages : 10788
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 29

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Dominique Poulin Lun 02 Aoû 2021, 22:12

Ça c'est la grande classe, Le Créateur, dès la première réponse, bingo, en plein dans la cible !  Notre jeu de l'été - Page 15 309649167

Je donne ici un extrait du livre de Hélène Carrere d'Encausse qui relate ces fiançailles sans lendemain :

Pages 564-570 :

" Ayant disposé de ses deux petits-fils sans consulter leurs parents, ignorant les mises en garde de ceux-ci que la jeunesse des jeunes mariés éprouvait, Catherine décida ensuite de faire porter ses efforts sur une alliance suédoise.
L'aînée de ses petites-filles Alexandra, âgée de treize ans en 1793, fort belle et cultivée pour convoler avec le prince héritier de Suède qui montera sur le trône sous le nom de Gustave-Adolphe IV.
Certes, la guerre Russo-suédoise était terminée, Catherine II et Gustave III avaient correspondu en termes chaleureux, mais comment oublier à quel point Russie et Suède avaient été ennemies  : quoi de mieux qu'une alliance matrimoniale pour conférer à la paix retrouvée en 1790 l'allure d'un pacte familial durable ? Dès 1793, l'impératrice s'agite pour préparer cette alliance. Au printemps de 1794,son ambassadeur à Stockholm, Roumiantsev lui confirme que le projet y rencontre un bon accueil, mais trace dans une dépêche un portrait quelque peu déconcertant du jeune prince. Au physique : délicat, voire souffreteux, et affligé parfois de tics nerveux ; au moral, plutôt lent et renfermé, même si la diplomatie souligne que ces traits sont plutôt caractéristiques d'une extrême jeunesse, et destinés à laisser place dans l'avenir à une personnalité plus avenante. A partir de ce moment, l'histoire de ce projet de mariage va tourner au scandale diplomatique, menaçant de ruiner pour longtemps les relations entre les deux pays.
En 1794, le Régent de Suède, plutôt encourageant, déclara qu'il fallait attendre la majorité du prince - dix-sept ans - pour que le projet d'union s'accomplisse. Le prince, devenu majeur, à la fin de 1795, le scandale éclata aussitôt.
Oublieuse des négociations engagées avec la Russie, la cour de Stockholm annonça les fiançailles de Gustave-Adolphe avec la princesse Louise-Charlotte de Mecklembourg-Schwerin. Pour Catherine II, le camouflet était énorme : mais elle tenait fortement à son projet et n'entendait pas y renoncer. Elle expédia plusieurs émissaires au prince de Mecklenbourg afin de lui faire comprendre que ce mariage ne devait pas avoir lieu, qu'il se heurterait aux plus grandes difficultés et que la Russie, le cas échéant, tiendrait cette principauté pour son ennemie. L'union annoncée, échoua nullement en raison des manœuvres de Catherine, mais parce que Gustave-Adolphe lui-même, dans un sursaut d'indépendance, vis à vis du régent, déclara qu'il refusait de se marier avant d'être couronné - ce qui signifiait que devenu roi, il déciderait seul de son choix. Du coup, Catherine pouvait reprendre ses efforts, même si le Régent, humilié par son echec, multiplia à son encontre des déclarations décourageantes et hostiles.

Les relations Russo-suédoises se degraderent alors gravement. Heureusement, Bezborodko veillait et prodigua à l'impératrice des conseils d'apaisement. Le fruit de la sagesse fut l'envoi à Stockholm de l'ancien maître en sciences militaires des jeunes grands-ducs, le général baron de Boudberg. Chargé de la mission combien délicate de renouer les fils de la négociation, promu ambassadeur pour l'occasion, Boudberg fut à Stockholm l'envoyé personnel de Catherine. Commencée en mars 1796, la mission Boudberg fut marquée d'éclats et de crises qui semblaient conduire à la rupture. (........) Le ton de l'ultimatum, les exigences exposées, tout témoigne de la fureur de Catherine. Aux conditions déjà évoqués, elle ajoute que le roi doit venir en Russie pour que sa petite-fille puisse décider s'il lui convient. (.......) Elle insiste aussi sans relâche sur ses exigences internationales : en premier lieu, que Stockholm confirme les causes frontalières du traité de Werala et celles des traités politiques antérieurs.
Ces exigences sont aussi dictées par l'amour-propre quand l'impératrice exige sa volonté que le jeune prince " vienne à Canossa ", c'est-à-dire vienne se présenter à la princesse pour que celle-ci décide en connaissance de cause. En général, le voyage se faisait en sens inverse : les princesses qui devaient épouser des rois se présenter à la cour ou elles étaient censées vivre par la suite. Mais Catherine se montra intraitable : ayant reçu de son ambassadeur l'assurance que ses exigences politiques étaient acceptées , elle attendit de pied ferme Gustave Adolphe, convaincue d'avoir gagné la partie.

Alors que tout semblait résolu, l'affaire du mariage tourna au cauchemar pour l'impératrice. Gustave-Adolphe et le regent, enfin arrivés dans la capitale russe sous des noms d'emprunt, leur présence fut saluée par des fêtes. Jusqu'alors, Catherine II avait fait porter au régent la responsabilité des difficultés entourant ce projet d'union et tenait le jeune souverain pour victime des manipulations de son tuteur. Elle allait avoir l'occasion de constater que la vérité se situait tout à l'opposé et que l'entêtement de Gustave-Adolphe était phénoménal

Tout achoppa sur la question religieuse. La partie russe, Catherine en tête, considérait que le problème de la religion de la future reine de Suède ne devait pas se poser. Le 19 septembre, Catherine fit au baron de Boudberg un récit détaillé de la crise qui éclata à ce propos. Gustave-Adolphe lui déclarant que la future reine devait embrasser le lutheranisme, elle même rétorqua que la Suède, dès 1794, avait accepté qu'il en fut autrement, et que de surcroît la petite-fille de l'impératrice de Russie ne pouvait en aucun cas abjurer sa religion. Intraitable, le roi se montra quasi insultant. Pour sauver la face, le contrat fut néanmoins signé, mais comporta une clause sur la liberté de conscience de la jeune princesse ; toutefois, le roi y fit ajouter que c'était seulement à sa propre majorité, soit deux mois plus tard, que le tout serait confirmé. Tout, dans son attitude, témoignait qu'il ne confirmerait rien et qu'on allait vers une rupture du contrat. Le roi et le Régent, rentrèrent donc en Suède. Le 1er novembre, Gustave-Adolphe IV monta sur le trône. Le mariage restait toujours incertain, chacune des parties campant sur ses positions. A la veille des cérémonies du couronnement, Boudberg avait informé l'impératrice qu'il croyait à une évolution positive de la situation, mais son optimisme était injustifié : le mariage n'aura jamais lieu. "

La partie vous revient Le Créateur.  Hop!
Dominique Poulin
Dominique Poulin

Messages : 5093
Date d'inscription : 02/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Mme de Sabran Lun 02 Aoû 2021, 23:06

Dominique Poulin a écrit:
Ça c'est la grande classe, Le Créateur, dès la première réponse, bingo, en plein dans la cible !  Notre jeu de l'été - Page 15 309649167
:

Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing

Vers tes autels, Jupin, nous accourons joyeux ! ( bis )

... Notre jeu de l'été - Page 15 3841196894    Notre jeu de l'été - Page 15 309649167

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 47376
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Mme de Sabran Mer 04 Aoû 2021, 10:30

Je me demande bien, Domi, quelle nouvelle énigme nous mitonne notre ami Lecréateur ... Notre jeu de l'été - Page 15 693620883

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 47376
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Dominique Poulin Mer 04 Aoû 2021, 10:40

Justement, je patiente de pied ferme.  Basketball
Dominique Poulin
Dominique Poulin

Messages : 5093
Date d'inscription : 02/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Lecréateur Mer 04 Aoû 2021, 14:30

Voilà voilà, j'arrive bientôt !
Lecréateur
Lecréateur

Messages : 292
Date d'inscription : 01/06/2021
Localisation : Comté d'Enghien et Livonie

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Mme de Sabran Mer 04 Aoû 2021, 16:26

Oh, prenez tout votre temps, cher ami ! Very Happy

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 47376
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Lecréateur Mer 04 Aoû 2021, 20:51

Dominique Poulin a écrit:Ça c'est la grande classe, Le Créateur, dès la première réponse, bingo, en plein dans la cible !

La grande classe, c'était plutôt, cher Dominique, d'avoir songé à une affaire très intéressante en soi, mais qui soulève évidemment de moins en moins de remous de nos jours... bien que en Suède, peut-être, quelques sages diplomates de l'ancienne école murmurent encore comme lors de la rupture des fiançailles : "Bien fait !"...en signe de riposte tardive à Poltava ?! Merci en tout cas pour l'évocation de l'affaire et le portrait de la jeune grande-duchesse. Je voudrais profiter de l'occasion pour proposer aux habitués du forum le portrait d'une autre jeune beauté de la même époque par le même peintre, tableau qui est toujours tenu, en Russie, pour l'une de ses meilleures oeuvres. Certes, c'est un tableau magnifique, on peut dire que c'est avant tout lui, Borovikosky, qui fit mouche! Mais précisément, pourquoi ?! Dès que le public put l'admirer au tout début du 19 siècle, son succès ne s'est jamais démenti, mieux : il continue de croître ! Nous sommes en Russie, donc il y a toujours des énigmes jamais résolues ! Mieux : il y a toujours des tragédies, des mystères, des légendes même, on en discute indéfiniment... et c'est reparti ! Quand on connaît les circonstances et l'histoire du tableau (et quand on s'est pénétré de sa beauté !), on comprend cet intérêt et cette ferveur... mais quoi, en définitive ?! Je vais faire un aveu ! Lorsqu'il y a une dizaine d'années, spectateur entièrement non averti, ne sachant rigoureusement rien de son existence, ni du peintre, ni du sujet ni du reste etc : rien de rien, je le vis pour la première fois à la Galerie Trétyakov... d'emblée je fus conquis, non par le sourire, ni par la pose, etc...mais peut-être par l'évocation parfaite et très subtile de la nature russe (et la sauvage et l'humanisée) dans ces arrière-plans qui disent tout... et puis invinciblement on se détache peu à peu des qualités picturales de l'oeuvre pour revenir malgré tout et malgré soi au sujet, au sourire qui n'en est pas un du tout... et à la personne, et tout cela se mêle, on ne sait même plus ce qu'il faut admirer ! Dire que cent ans après la création du tableau, un poète (Iakov Polonski) vit le tableau, en fut ébloui (c'est lui qui le dit !) et en tomba amoureux (c'est toujours lui qui le dit... décidément l'hyper-romantisme tient le coup en Russie !) et sans tarder coucha par écrit un poème intitulé : "Au portrait !"qu'on se répète toujours en Russie. Ayant appris un peu (je confirme aussitôt : un peu, très peu ... car ce qui a été - et est toujours - édité sur la question est énorme... en Russie) de tout ce qui entoure ce portrait et se dit à son sujet; et me laissant sans doute entraîner par la ferveur ambiante, je ne peux que me laisser faire et conclure, moi aussi : "ces vers sont magnifiques !"
Et également malgré soi , on rêve tout éveillé... le comte et la comtesse du Nord sont en train de dîner avec le Roi et la Reine dans un cabinet proche, la conversation est "fort animée" nous confie Mme Campan (p. 157 de ses mémoires au Mercure de France), le dîner est même "assez gai" dit-elle ! Rêvons donc plus avant, étant nous aussi entraînés par l'animation régnant dans ledit cabinet. Le comte du Nord et le Roi, qui sont d'exacts contemporains à un mois près, s'entendent et se conviennent à merveille. Au départ entre la comtesse du Nord et la Reine, l'entente n'avait pas été d'emblée aussi cordiale. Mme Campan en parle : "Au moment de la présentation du comte de la comtesse du Nord, la reine avait été très intimidée. Elle se retira dans son cabinet avant de se rendre dans la pièce où elle devait dîner avec les illustres voyageurs, demanda un verre d'eau, avouant qu'elle venait d'éprouver que le rôle de reine était plus difficile à remplir en présence d'autres souverains ou de princes faits pour le devenir qu'avec des courtisans." Il convient de glisser ici que la comtesse était une acharnée de l’étiquette (et le resta jusqu’à la mort)… mais la Reine «fut bientôt remise de ce premier trouble et reparut avec grâces et confiance." (ibidem) et la conversation s’anima encore plus. La Reine a quatre ans de plus que la comtesse. Les deux enfants royaux sont très proches dans le temps des deux enfants des illustres visiteurs, de quasi-contemporains... Alexandra Pavlovna, la future victime du goujat suédois, sera conçue pratiquement au retour du comte et de la comtesse à Saint-Pétersbourg. Ces deux jeunes ménages bavardent-ils de leurs enfants comme le feraient d'autres jeunes parents ? Spontanément nous le pensons, mais j'incline de plus en plus à croire qu'il n'en était peut-être rien, et que tout simplement nous n'en savons rien du tout du tout ! Nous prêtons à des époques encore toutes proches ce qui peut-être n'a (plus) rien à voir avec elles... et l’absence de la fameuse "étiquette" chère à la Reine (!) était-elle de stricte application en cas de telles visites incognito ?! Nous n'en savons rien non plus... mais pouvons-nous même imaginer qu'ils ne se soient pas entretenu des manoeuvres du rusé Beaumarchais qui, pour contourner les interdictions royales, osa utiliser la curiosité des illustres voyageurs pour faire avancer son affaire ? Et dans le même ordre d'idées, la Reine évoqua-t-elle son récent pèlerinage à Ermenonville ? Ces jeunes chefs d'Etat sont proprement inconscients. Au moment où déjà de futurs factieux se préparent à donner l'assaut, ils ne peuvent même pas concevoir que des conspirateurs affutent leurs plans et leurs armes peut-être à quelques lieues à peine. La porte du cabinet où les deux couples conversent est entrebâillée, nous ne pouvons saisir que, à peine, deux ou trois mots suivis, tout comme font la plupart des historiens contemporains (quand ce ne sont pas des romanciers de profession) qui sont bien contraints de suppléer le manque de textes et de témoignages sûrs… en y allant franchement pour puiser dans leur imagination ! Non, il ne s’agit ici que de mots rêvés… qui auraient même pu être entendus?! La comtesse du Nord (ci-devant Sophie-Dorothée de Wurtemberg, depuis son mariage avec le grand-duc Paul : Maria Féodorovna) avait déjà donné le jour à deux fils, sans doute aimerait-elle avoir une fille comme toute jeune mère?! Peut-être vient-elle d’en glisser deux mots à la Reine désormais toute en confiance avec elle ?! Ah, les jeunes mères entre elles ! Peut-être la Reine, toujours attachée à la maison de Lorraine-Habsbourg, a-t-elle sorti de sa manche une petite fiche à propos de l’un de ses neveux (Joseph, fils de Léopold, grand-duc de Toscane)… : un garçon bien et encore bien jeune… il a à peine 6 ans… si une fille vous naissait, je la verrais bien auprès de lui etc etc.... (ndlr De fait, en 1799, la charmante Alexandra Pavlovna, après la brutale rebuffade suédoise, fut accordée à cet archiduc Joseph; enceinte, elle accoucha d’une fille… qui ne vécut quequelques heures…. hélas elle-même mourut dix jours plus tard de fièvre puerpérale. C’est vite mentionné, cela arrivait souvent, mais chaque fois une vie était fracassée en pleine jeunesse. Revenons malgré tout vers le cabinet où la compagnie converse toujours. La comtesse du Nord est une jeune dame qui s’y connaît très bien en art, elle-même peint et jusqu’à la fin de ses jours encouragera tous les arts en Russie: un personnage étonnant. Je signale ici au passage une de ses lettres à une connaissance : "Mon cher mari est un ange parfait et je l'aime à la folie." (Tiens, tiens, on entend dire cela assez souvent par ici dans les couloirs et les soupentes de Versailles… tout comme à Potsdam, à Aranjuez, à Modène, à Buda, partout, partout...et toujours en français ! Malheureusement, je n’ai pas sous la main les données exactes de la citation). Elle travaille au tour comme une vraie professionnelle, en particulier l’ambre et l’ivoire, certaines de ses oeuvres sont conservées dans des musées en Russie. Eut-elle l’occasion de parler avec le Roi de cette passion du tour qui devait à coup sûr les rapprocher ?! Encore une fois, nous n’en savons rien! Par contre la Reine ne pouvait pas ne remarquer les miniatures, oeuvres de peintres connus, qui ornaient ses bracelets et ses pendentifs, et ses tabatières ! A-t-elle montré à ses invités des oeuvres de sa peintre officielle, Vigée-Lebrun ? Comment en douter ?!
En 1782 les oeuvres de Borovikovsky n’atteignait pas encore la renommée. C’est en 1787 que Catherine II le remarqua et lui conseilla vivement de s’installer à Saint-Pétersbourg (le despotisme éclairé avait quand même du bon !), ce qu’il ne fit réellement et en définitive qu’en 1788. Cessons de rêver plus avant, il est certain que la Reine n’a pu entendre parler de Borovikovski par le comte et la comtesse du nord… mais peut-être est-ce par eux, en retour, que la mode de la chemise à la reine a pénétré dans la peinture russe ?! Que voyons-nous sur le tableau célèbre de 1797 ? Une jeune fille qui semble bien avoir enfilé une gaule, il y a un certain air de ressemblance ! Et qui est donc cette jeune personne ? Maria Ivanovna Lopoukhina, une des filles du comte Ivan Andreevitch Tolstoï, général à la retraite encore jeune, familier de la cour impériale. Le tableau est une commande du futur mari pour leur mariage, qui aura lieu peu après en pleine époque romantique qui déferle partout en Russie, mais elle mourra dès 1803, fauchée par la phtisie.

Et voici une nouvelle énigme !
Toutes les dynasties de maisons régnantes européennes ont, semble-t-il, toujours refusé aux enfants naturels de leurs membres le droit de pouvoir revendiquer les mêmes droits que les descendants d’enfants légitimes. Cependant il en est une qui, du moins à ma connaissance, a dérogé à cette règle…. et même deux fois en deux générations successives ! Quelle est cette dynastie, ayant régné longtemps ?
Lecréateur
Lecréateur

Messages : 292
Date d'inscription : 01/06/2021
Localisation : Comté d'Enghien et Livonie

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Lecréateur Mer 04 Aoû 2021, 21:09

Hum... j'ai oublié d'envoyer, à propos de Borovikovski, au moins une photo, mais comme je ne l'ai jamais fait sur le site du forum, je patauge... mais j'y arriverai , patience!
Lecréateur
Lecréateur

Messages : 292
Date d'inscription : 01/06/2021
Localisation : Comté d'Enghien et Livonie

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Mme de Sabran Mer 04 Aoû 2021, 21:15

Jamais nous n'avons eu aussi superbe énoncé d'énigme, cher Lecréateur . J'en suis toute ébahie ! Very Happy
Laissez-moi reprendre mes esprits ... Eventaille


_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 47376
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Mme de Sabran Mer 04 Aoû 2021, 21:27

... deux generations successives et en Europe ... sommes-nous bien au XVIIIeme siècle ? Very Happy

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 47376
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Lecréateur Mer 04 Aoû 2021, 22:38

Re-hum... je n'y arrive toujours pas, mais pour les experts ici présents, ce serait sans doute un jeu d'enfant ! https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/archive/b/ba/20100320230127%21Borovikovsky_maria_Lopukhina.jpg
Lecréateur
Lecréateur

Messages : 292
Date d'inscription : 01/06/2021
Localisation : Comté d'Enghien et Livonie

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Mme de Sabran Mer 04 Aoû 2021, 22:49

... mais certainement, avec plaisir !  Notre jeu de l'été - Page 15 37559538
Notre jeu de l'été - Page 15 20100310

Portrait de Maria Lopukhina
par Borovikovsky

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 47376
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Lecréateur Mer 04 Aoû 2021, 23:23

Mme de Sabran a écrit: . deux generations successives et en Europe ... sommes-nous bien au XVIIIeme siècle ?
C'est bien en Europe mais pas au XVIIIe siècle ! Le libellé de ma remarque (au sujet des deux générations) est peut-être un peu sinueux, mais un exemple vous éclairera certainement : le comte de Toulouse, lui-même bâtard, eut à son tour un bâtard (le chevalier d'Arc , né vers 1718). C'est comme si on avait dit à l'époque qu'entre Louis XIV et les enfants éventuels de ce chevalier d'Arc (je ne sais pas s'il y en eut, mais c'est possible), il n'y aurait eu aucune rupture de la continuité légitime de la filiation et que ces possibles enfants seraient des princes du sang totalement légitimes, authentiques etc ! Si c'avait été le cas en France, des gens comme Saint-Simon se seraient récrié à un point tel qu'ils en seraient tombés raides morts sur le champ, mais dans le pays en question cela ne fit aucune difficulté !
Lecréateur
Lecréateur

Messages : 292
Date d'inscription : 01/06/2021
Localisation : Comté d'Enghien et Livonie

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Lecréateur Mer 04 Aoû 2021, 23:40

Mme de Sabran a écrit:Laissez-moi reprendre mes esprits ..
Mais chère Madame de Sabran, il n'a jamais été question de vous priver de vos esprits ! Une énigme est... comment dire... tout bonnement énigmatique ! Et je profite de l'occasion pour vous dépêcher mille et un mercis pour la superbe image, comme si nous nous trouvions dans la galerie Trétyakov !
Lecréateur
Lecréateur

Messages : 292
Date d'inscription : 01/06/2021
Localisation : Comté d'Enghien et Livonie

Revenir en haut Aller en bas

Notre jeu de l'été - Page 15 Empty Re: Notre jeu de l'été

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 15 sur 41 Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16 ... 28 ... 41  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum