La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire

2 participants

Aller en bas

La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire Empty La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire

Message par La nuit, la neige Jeu 08 Sep 2022, 14:06

Nous l'avons croisée ici ou là dans nos divers sujets, mais la prochaine mise en vente aux enchères de son portrait me donne l'occasion d'ouvrir ce sujet, en citant des extraits de sa biographie sur l'incontournable et précieux site Wikipedia...

Portrait de Madame de Champcenetz (1742-1805)
Jean-Baptiste Greuze (Paris 1725 - Tournus 1805)

Signé et daté en bas à gauche Greuze / 1770.
Toile ovale. 67 x 56,8 cm
La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire Madame83

Provenance : Collection de Jacques de Reiset, 1874 ; vente Jacques de Reiset, à M. Henri de Greffulhe ; vente Sotheby's, Londres, 22 juillet 1937, n°62 ; vente au Palais Galliera, Ader Tajan Picard, 7 juin 1974 (sans provenance) n°21 ; exposé au Palais Bourbon pour l'exposition en faveur de l'OEuvre des Alsaciens-Lorrains, en 1874

* Source et infos complémentaires : Daguerre - Vente château de Franquetot (18 septembre 2022)

______________


Albertine Élisabeth de Champcenetz (1742 - 1805)

Albertine Élisabeth de Nyvenheim, dite la baronne de Nieukerque, née le 30 octobre 1742 aux Pays-Bas, morte en exil forcé à Fontainebleau en 1805, est une aristocrate et espionne franco-hollandaise.
Elle est une femme en vue à la cour de Louis XV et de Louis XVI, soutient les patriotes hollandais, entre dans l’activisme contre-révolutionnaire et est plusieurs fois arrêtée pour des motifs politiques.


La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire Madame85
Image son portrait (détail) / Daguerre

Une presque favorite

Issue d'une famille noble mais désargentée, fille de Johan Gijsbert van Neukirchen genaamd Nijvenheim, heer van Driesberg, directeur de la chevalerie de Clèves, vice-président de la Cour de justice du duché de Clèves, et de Seina Margriet van Wijhe, vrouwe van Eck en Wie, Mlle de Nyvenheim, de confession protestante, épouse un riche négociant et propriétaire colonial, Gerhard Pater. Venue avec lui à Paris, elle s’y fait remarquer par sa beauté et son charme. Greuze peint d’elle un portrait demeuré célèbre (ci-dessus Wink).
La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire Bsg_9410
Mme Champcenetz
by Morse (18..-18..); after Greuze, Jean Baptiste (1725-1805)
Estampe, 19e siècle
Image : Bibliothèque Sainte-Genveiève / Internet Archives


Retournée aux Pays-Bas, elle fait prononcer son divorce et revient à Paris sous le nom de baronne de Nieukerque. Remarquée par Louis XV, une intrigue est montée dans le but de lui faire prendre la place de la comtesse du Barry, la favorite en titre.
Elle obtient de lui une pension de 12 000 livres. La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire 4099329125

En 1779, elle épouse le marquis de Champcenetz, gouverneur du château des châteaux des Tuileries, de Meudon, Bellevue et Chaville. et devient sa troisième femme. Il est le père du chevalier de Champcenetz qui ne s’entend pas avec sa belle-mère.
La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire Quenti10
Ex Libris
Marquis Quentin de Richebourg de Champcenetz, Louis-René (Paris 1760-1794)
Image : Bibliothèque nationale de France


Dans le courant des années 1780, Mme de Champcenetz se lie d’amitié avec les membres de la famille de Polignac et avec le comte de Vaudreuil. On dit qu’elle fut la maîtresse du prince de Ligne. Cool

Riche propriétaire, elle possède un appartement somptueux dans le château royal de Meudon, un hôtel particulier ouvrant (avant 1784) sur les jardins du Palais-Royal, et des domaines à Neuilly et Soisy. Sa fortune considérable vient essentiellement des revenus de plantations et mines de diamants au Suriname. Elle met à profit cette fortune pour soutenir l’insurrection des patriotes hollandais. (...)
La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire La_nob10
La Noblesse tirée d'embaras par le clergé ou avanture de la dame Polignac à Sens : la dame Polignac suivie d'une seule femme-de-chambre et d'un abbé son complaisant, après avoir reduit plus de vingt cheveaux de poste, s'etoit enfin arrétée à la ville de Sens.
Le Vachez, Charles-François-Gabriel (graveur et dessinateur)
1789
Collection de Vinck. Un siècle d'histoire de France par l'estampe, 1770-1870. Vol. 7
Image : Bibliothèque nationale de France


Une contre-révolutionnaire

En 1789, Mme de Champcenetz émigre avec les Polignac et revient en France où, comme étrangère, elle pense n’avoir rien à craindre. Dans la correspondance du comte d’Artois avec le comte de Vaudreuil, il est souvent question d’elle et de son dévouement à la cause royaliste.

Arrêtée le 9 février 1794 sous le prétexte de manœuvres contre-révolutionnaires et correspondances avec l’émigration, elle est détenue plusieurs mois à la prison des Anglaises.

Réchappée de la guillotine, elle ne cesse pas de correspondre avec l’émigration tandis que sa sœur, la duchesse de Brancas, l’amie intime du baron de Breteuil émigré, fait les honneurs du salon de Barras. Sous le Consulat, Mme de Champcenetz est l'une des plus actives opposante au nouveau régime, et après le consulat à vie elle sert d’intermédiaire aux émigrés et favorise les menées anglo-royalistes, en concertation avec le comte de Vaudreuil.
La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire Picheg10
La Mort de Pichegru
Gravure de Fortuné Méaulle d'après un dessin d'Henri Meyer reproduisant la toile de Georges Moreau de Tours
(supplément illustré du Petit Journal, 4 avril 1891)
Image : Commons Wikimedia


Agente à Paris du comte d’Artois, Mme de Champcenetz est partie prenante dans le complot de Pichegru et elle est arrêtée après la rupture de la paix d'Amiens et la révélation des conspirations anglaises. Condamnée à l’exil, elle obtient de vivre retirée à Fontainebleau où elle meurt en 1805.

Félicité de Genlis dit d’elle que « Sa beauté commençait à passer, mais elle était encore charmante. On pouvait dire d’elle ce que madame de Sévigné dit de madame Dufresnoy, maîtresse de M. de Louvois, qu’elle était toute recueillie dans sa beauté. Le soin de montrer le plus petit pied, ses jolies mains, et de varier ses attitudes, l’occupaient trop visiblement. »

* Source texte : Wikipedia - Albertine-Elisabeth de Champcenetz


Dernière édition par La nuit, la neige le Jeu 08 Sep 2022, 18:36, édité 1 fois
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 16366
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire Empty Re: La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire

Message par La nuit, la neige Jeu 08 Sep 2022, 14:29

Et je cite, dans notre sujet consacré aux portraits de la duchesse de Polignac

Mme de Sabran a écrit:
(...)
 Je n'ai trouvé que sa tante, Albertine-Elisabeth de Nyvenheim, marquise de Champcenetz qui a fait le mariage d'Armand et Idalie .

Son mariage avec le marquis de Champcenetz lui laisse des entrées à Versailles. A la cour, elle se lie d’amitié à la comtesse Diane de Polignac qui est la belle-sœur de la duchesse de Polignac, favorite de Marie-Antoinette. Cela lui permet de devenir très vite l’amie intime des Polignac ainsi que celle du comte de Vaudreuil, amant de la favorite de la Reine.

Quelques temps avant la Révolution, Mme de Champcenetz se sépare de son second mari, qui occupe un appartement à Versailles dû à la charge qu’il exerce. Elle se retire à Paris et loue un magnifiquement appartement d’un certain Béranger, situé rue faubourg Saint-Honoré.

Ancienne maitresse de Louis XV, elle avait hérité d’une partie de la fortune immense de son premier mari, M. Pater, et l’avait investie dans l’immobilier parisien et dans plusieurs résidences dont les châteaux de Neuilly-sur-Seine et de Soisy. Sa fortune considérable était principalement constituée de revenus pour les mines de diamants et des plantations au Surinam.

Après avoir mené une vie paisible et tranquille, elle commence à se mêler de la politique. Selon les dépêches de l'ambassade britannique à Paris, elle commença à se mêler de l'assistance aux réfugiés dans les Pays-Bas.

En 1789, Mme de Champcenetz émigre avec les Polignac d'abord en Suisse avec son mari, puis se rend à Venise et offre sa fortune au comte d'Artois, frère de Louis XVI. Le comte de Vaudreuil, son ami, écrivit qu'elle accomplissait de nombreux voyages entre l'Italie et la France, et fut prise en charge de la correspondance entre Marie-Antoinette, vivant aux Tuileries et la duchesse de Polignac.

En 1791, elle parvient à marier sa nièce Idalie-Jeanne-Lina von Neunkirchen (1775-1862) au fils aîné de Mme de Polignac, Armand de Polignac (1771-1747).

Texte extrait de : http://favoritesroyales.canalblog.com/archives/2012/06/27/24587501.html

La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire Graace10
Grâce accordée par Sa Majesté Imperiale Napoléon Bonaparte à Madame Polignac pour M.r Armand Polignac, son mari
Estampe, XIXe siècle
Compromis dans la conjuration de Jean-Charles Pichegru et Georges Cadoudal, Armand de Polignac (1771-1847) est condamné à mort le 9 juin 1804.
Idalie, son épouse, se jette aux pieds de Napoléon Ier qui commue la peine en détention jusqu'à la paix, suivie de la déportation.
Image : Musée national du Château de Malmaison, Bibliothèque nationale de France
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 16366
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire Empty Re: La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire

Message par Mme de Sabran Ven 09 Sep 2022, 11:39

La nuit, la neige a écrit:En 1779, elle épouse le marquis de Champcenetz, gouverneur du château des châteaux des Tuileries, de Meudon, Bellevue et Chaville. et devient sa troisième femme. Il est le père du chevalier de Champcenetz qui ne s’entend pas avec sa belle-mère.

Vaudreuil à Artois, de Naples, le 17 janvier 1790.

M. le baron de Nyvenheim est frère de Mme de Champcenetz (1). Son beau-fils lui a fait d'horribles méchancetés pendant son absence, et, après avoir dîné à Londres avec M. le duc d'Orléans, il est revenu à Paris pour nuire à son père et à sa belle-mère. C'est un vilain petit monsieur vous n'avez jamais voulu le croire, mais le temps découvre tout.


Le beau-fils dont Mme de Champcenetz avait à se plaindre était selon toute vraisemblance Louis-Edmond de Champcenetz, issu du second mariage de Champcenetz, le 2 juin 1755 avec Madeleine Pernon, et devenu sous la Restauration Gouverneur des Tuileries, comme l'avait été son père.

D'après M. Aug. Vitu, qui se réfère aux Mémoires de Mme de Genlis, Mme Pater célèbre par sa beauté, avait failli épouser M. de Lambesc avant de devenir la femme du marquis de Champcenetz.

La Galerie des Dames françaises ( Paris, 1790 )   La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire La_gal10
donne un portrait d'elle sous le nom de Domitilla.

La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire Capt1372
La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire Capt1373
La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire Capt1374
La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire Capt1375
La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire Capt1376

Pierre Manuel, dans sa Police de Paris dévoilée La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire Tzolz662
nous fournit des détails piquants sur les parents de Mme de Champcenetz et sur ses débuts dans le monde.

La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire Capt1379
La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire Capt1378

La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire Capt1377

La nuit, la neige a écrit:En 1789, Mme de Champcenetz émigre avec les Polignac  et revient en France où, comme étrangère, elle pense n’avoir rien à craindre. Dans la correspondance du comte d’Artois avec le comte de Vaudreuil, il est souvent question d’elle et de son dévouement à la cause royaliste.
Il est beaucoup question aussi du mariage d'Armand de Polignac, le fils de l'amie de Marie-Antoinette, avec Idalie de Nyvenheim qui se trouve être la nièce de Mme de Champcenetz.

Vaudreuil à Artois, de Turin,  le 26 mars 1790.

Mes amis vous écrivent par ce courrier pour vous faire part d'un mariage arrêté pour Armand, et je suis sûr que vous prendrez part à leur bonheur. Ils n'ont pu vous en parler plus tôt, parce que cela était fort indécis; mais enfin les paroles sont données. Armand est devenu très amoureux ici de Mlle de Nyvenheim, et a été assez heureux pour lui plaire. C'est une jeune personne accomplie; sa figure est charmante, et elle réunit en elle la perfection de tous les talents. A ces avantages sont joints une grande naissance et une grande fortune. Elle est de famille chapitraire à trente-deux quartiers. Le mariage ne se fera que dans un an, parce qu'elle est encore trop jeune, et parce qu'il faut du temps pour que le duc de Polignac puisse arranger le contrat et faire la part de ses cadets, et enfin passer un contrat de mariage sur des bases solides.
Mme de Champcenetz, qui va retourner en France, laissera sa nièce entre les mains de Mme de Polignac, et Armand va voyager en Allemagne. Voilà du moins un bonheur au milieu de leurs peines, et j'en jouis bien. Dans la plus brillante situation ils n'auraient pas pu mieux trouver sous tous les rapporta que le mariage qu'ils font au milieu de leurs revers. Le Ciel est donc juste une fois. Il faut espérer qu'il finira par l'être tout à fait, et que la bonne cause triomphera par lui.



Armand de Polignac, fils aîné de la duchesse, né en 1771,  mort en 1847
 Mlle de Nyvenheim. Idalie-Jeanne-Lina de Neukerke, dite de Nyvenheim, née à Batavia en 1775, morte à Paris en 1862.  Le mariage eut  lieu à Venise,  le 6 septembre 1790.
Deux jolies aquarelles de Francesco Guardi et récit du marquis de Bombelles dans notre sujet :
https://marie-antoinette.forumactif.org/t3181-le-mariage-d-armand-et-idalie-de-polignac

La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire Aaa11

    La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire Aaa13

La nuit, la neige a écrit:Le comte de Vaudreuil, son ami, écrivit qu'elle accomplissait de nombreux voyages entre l'Italie et la France, et fut prise en charge de la correspondance entre Marie-Antoinette, vivant aux Tuileries et la duchesse de Polignac.
En effet :

Vaudreuil à Artois, de Rome, le 1er avril 1790

Je vous avais prévenu dans ma dernière lettre du mariage arrêté pour Armand. M. et M"* de Champcenetz retournent en France. Je vous supplie, Monseigneur, de vouloir bien accorder une audience à M. de Champceaetz, dont le fils aîné, que vous aviez la faiblesse d'aimer, se conduit comme un monstre qu'il a toujours été. Il a profité de l'absence de son père et de sa belle-mère pour jouer des tours perfides, et je vous supplie de vouloir bien donner à M. de Champcenetz une lettre pour le Roi, lorsqu'il vous aura expliqué son affaire. C'est un acte de justice que vous ferez, et vous obligerez la tante du bon Armand. Si vous avez à cette époque des choses particulières à mander au Roi ou à votre famille, Mme de Champcenetz s'en chargera, pourvu que cela soit plié d'une certaine manière qu'elle vous expliquera, de manière que cela puisse se placer dans un endroit secret de sa voiture. Ils sont tous deux pleins de zèle pour la bonne cause. Ils seront à Turin vers le 20 ou 25 d'avril, à la fin de ce mois au plus tard.


Vaudreuil à Artois, de Venise, le 21 août 1790

Je reçois à l'instant une lettre de M. de Champcenetz qui voudrait aller reprendre ses fonctions de gouverneur des Tuileries et prendre, en cette qualité, le logement qu'occupe son fils, ayant, lui, perdu celui qu'il avait; mais il ne voudrait pas s'exposer au dégoût de la résistance de son fils ni d'une décision du Roi en faveur de ce dernier, ce qui serait de tout point une injustice manifeste. Nous vous prions tous d'en écrire au Roi ou à la Reine, qui préfèreront sans doute un homme dont les principes sont invariables et le droit positif à un polisson au moins suspect. Mme de Polignac prend la liberté de vous recommander vivement cette affaire. Si vous recevez une réponse, auriez-vous la bonté d'en instruire Champcenetz, poste restante à Bâle en Suisse!

La nuit, la neige a écrit:
En 1789, Mme de Champcenetz émigre avec les Polignac d'abord en Suisse avec son mari, puis se rend à Venise et offre sa fortune au comte d'Artois, frère de Louis XVI.

Vaudreuil à Artois , le 17 juin 1791

Je reçois à l'instant une lettre de Mme de Champcenetz, dont je copie les propres paroles, parce qu'elles sont pour vous :

« M. le comte d'Artois ne peut laisser dans le besoin tous les pauvres et braves gentilshommes qui le rejoignent; mais a-t-il assez de moyens pour  verser des bienfaits si indispensables pour sa cause et pour sa gloire? Hâtez-vous de lui mander que j'ai au moins vingt mille francs et au plus cinquante mille francs, que je lui ferai tenir à son ordre où il sera. Je dois toute ma fortune à son auguste aïeul; je n'en jouirais pas bien, si je n'en faisais le sacrifice au bonheur de ses petits-fils. C'est donc me faire goûter un plaisir céleste que d'accepter ce qui doit être plus à lui qu'à moi; et puis, j'ai tant à cœur la gloire de ce prince intéressant ! Engagez-le surtout à prodiguer de douces paroles à toute cette classe de noblesse pauvre ! »

Je lui mande qu'il n'y a rien à vous recommander sur cela, et que ces sentiments sont dans votre cœur, et ces grâces dans toute votre allure, vos paroles, vos gestes, vos regards. Vous la comblerez de joie en acceptant son offre et en lui écrivant un mot à Lausanne, poste restante, pays de Vaud, en Suisse. Vous lui indiquerez la manière de vous faire tenir cette somme.

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 50852
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire Empty Re: La marquise de Champcenetz (1742 - 1805) : espionne et agent contre-révolutionnaire

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum