Le château de Thury-Harcourt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le château de Thury-Harcourt

Message par Vicq d Azir le Mer 15 Avr 2015, 23:03




Le château de Thury-Harcourt, que les Allemands avaient occupé durant la dernière guerre, a été bombardé par les alliés en 1944; il n'en reste que la façade, qui a été conservée, et qui ressemble à un décor de théatre...
A titre de dommages, les Harcourt ont recu le château de Champ de Bataille, revendu ensuite à Jacques Garcia.

Lors de son voyage de Cherbourg, Louis XVI s'était arrêté chez les Harcourt.
avatar
Vicq d Azir

Messages : 573
Date d'inscription : 07/11/2014
Age : 69
Localisation : Paris x

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Thury-Harcourt

Message par Mme de Sabran le Mer 15 Avr 2015, 23:17

Vicq d Azir a écrit:Le chateau de Thury-Harcourt, que les allemands avaient occupé durant la dernière guerre, a été bombardé par les alliés en 1944; il n'en reste que la facade, qui a été conservée, et qui ressemble à un décor de théatre...

A qui le dites vous ! J'habite tout près ... c'est navrant .

Autrefois :



Aujourd'hui : ( de quoi pleurer ! )



Il reste aussi les deux pavillons d'entrée .
( qui se demandent ce qu'ils font encore là ! )

avatar
Mme de Sabran

Messages : 27933
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Thury-Harcourt

Message par Lucius le Jeu 16 Avr 2015, 00:11

Les allemands ont mis le feu au château avant que de partir devant l'avancée des troupes.
avatar
Lucius

Messages : 6500
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Le château de Thury-Harcourt

Message par Mme de Sabran le Jeu 16 Avr 2015, 10:48

.

Hélas oui !

Du château de la famille d’Harcourt, jadis surnommé " le Versailles de la Normandie " , ne subsistent plus, aujourd’hui, outre son parc, que la façade calcinée de l’ancien vestibule d’entrée, la chapelle et les communs d’un des plus bels édifices de Normandie. Ce château, qui comptait jusqu’à 264 fenêtres, était autrefois composé d’une vaste galerie qui dominait le cours de l’Orne, situé en contrebas, et de dix salons en enfilade qui aboutissaient à la chapelle. Le 12 août 1944, alors que la 59th Infantry Division britannique arrive aux abords de Thury Harcourt, la tristement célèbre division SS Das Reich, qui occupe la ville, incendie le château, réduisant en cendres son précieux mobilier, plus de 150 tableaux anciens ainsi qu’une bibliothèque composée de plus de 15000 ouvrages.
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27933
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Thury-Harcourt

Message par Mme de Sabran le Jeu 16 Avr 2015, 11:20

;

Messages déplacés ici.
Et je vous promets un petit reportage sur les lieux incessamment-sous-peu, les amis ! :n,,;::::!!!:
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27933
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Thury-Harcourt

Message par Lucius le Jeu 16 Avr 2015, 12:08

Chouette !
avatar
Lucius

Messages : 6500
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Thury-Harcourt

Message par Reinette le Ven 17 Avr 2015, 20:58

C'est terrible ! Sad
avatar
Reinette

Messages : 8432
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 37
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Thury-Harcourt

Message par Comtesse Diane le Sam 18 Avr 2015, 09:30



Vivement ton reportage, Mamie !  :

_________________
avatar
Comtesse Diane

Messages : 5707
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : TOURAINE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Thury-Harcourt

Message par Mme de Sabran le Sam 18 Avr 2015, 15:51

Reinette a écrit:C'est terrible ! Sad

J'imagine le choc que cela a dû être pour la petite ville de Thury et ses habitants !
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27933
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Thury-Harcourt

Message par Lucius le Sam 18 Avr 2015, 15:57

Les Allemands laissèrent quelques heures au duc pour sortir quelques toiles de maître (Holbein, Fragonard) avant que de mettre le feu aux combustibles ...
avatar
Lucius

Messages : 6500
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Thury-Harcourt

Message par Reinette le Sam 18 Avr 2015, 20:41

C'est gentil de leur part... boudoi29
avatar
Reinette

Messages : 8432
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 37
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Thury-Harcourt

Message par Mme de Sabran le Dim 19 Avr 2015, 12:13



Ah, zut de crotte ! Je voulais y aller aujourd'hui, mais fermeture temporaire ... Hop!
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27933
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Thury-Harcourt

Message par Mme de Sabran le Mer 15 Juil 2015, 19:05

Vicq d Azir a écrit:


Le château de Thury-Harcourt, que les Allemands avaient occupé durant la dernière guerre, a été bombardé par les alliés en 1944; il n'en reste que la façade, qui a été conservée, et qui ressemble à un décor de théatre...

Hélas, trois fois hélas !!!
J'y suis passée, hier . J'ai pris quelques photos sinistres .

Vicq d Azir a écrit:
A titre de dommages, les Harcourt ont recu le château de Champ de Bataille, revendu ensuite à Jacques Garcia.

Lors de son voyage de Cherbourg, Louis XVI s'était arrêté chez les Harcourt.


Voici le petit reportage promis en amont .





Château de Thury-Harcourt

par Rodolphe Corbin


Le bourg s’est appelé Thury, nom d’origine
gallo-romaine, puis Harcourt au XVIIIe siècle par référence aux ducs d’Harcourt gouverneurs de la province de Normandie, puis Thury à la Révolution (les nobles n’étaient plus en odeur de sainteté) et enfin Thury-Harcourt aujourd’hui dans un esprit consensuel, propre au lieu.


Les traces d’un “Versailles Normand”

Thury-Harcourt avait tout pour être ce que l’on appelle aujourd’hui une “petite cité de caractère”, elle s’organisait jusqu’en 1944 autour d’un gigantesque château.
Ce château construit à partir de 1635 et agrandi par la suite, était le siège du gouvernement de la province confiée à la famille d’Harcourt.




Château de Thury-Harcourt

par Rodolphe Corbin

Le château qui avait pour origine un vieux château médiéval fut complétement remis au goût du jour sous Louis XIII, son aspect pouvait le faire ressembler, au château de Balleroy, en plus imposant.

Le dernier duc d’Harcourt avant la Révolution, fut François Henri d’Harcourt (1726-1802) .




Passionné de jardins, il entrepris de réaliser un vaste parc à l’anglaise, faisant pendant au parc à la française mettant en scène les façades. Ce parc à l’anglaise se déployait sur la rive gauche de l’Orne, c’est à dire de l’autre côté du fleuve.





Ce parc à la mode de ce XVIIIe siècle comportait sur de nombreux hectares, des arbres exotiques (comme des cèdres, rares à l’époque) , des fabriques, un temple d’amour, un kiosque chinois, une tour...

François Henri écrivit même un “traité de la décoration des dehors, des jardins et des parcs” (en 1774), cette modeste contribution littéraire lui valu d’être élu à l’Académie Française au fauteuil 32 (dit plus tard “le fauteuil maudit”).

( Voir ci-dessous )

La Révolution mit un terme aux expériences jardinières de François Henri qui mourût en Angleterre.
Le château ne fit pas trop les frais de cette période agitée et on le retrouve très pimpant quelques dizaines d’années plus tard sur les premiers clichés des photographes ou sous le pinceau de Charles Léandre (visible au Musée de Condé-sur Noireau).


http://www.patrimoine-normand.com/index-fiche-32624.html


Le château n’eut pas beaucoup à souffrir des ravages auxquels il fut exposé pendant nos troubles révolutionnaires. Lorsque le duc de Harcourt eut été porté sur la liste des émigrés, ses biens furent confisqués, des commissaires furent envoyés de Paris par le gouvernement d’alors, afin de procéder à l’inventaire du riche mobilier qui garnissait le château. Les portraits seuls ne tentèrent point l’avidité de ces commissaires ; ils furent respectés. Maintenant on y remarque entr’autres ceux de la duchesse de la Valière, de Mme de Montespan et de Mme de Maintenon, du dernier maréchal et du dernier duc de Harcourt.

( M. Boscher, dans son Essai historique sur Thury )
http://www.normandie-heritage.com/spip.php?article905

Le bourg de Thury présentait alors l’aspect d’un bourg cossu, avec un certain nombre de petits hôtels particuliers, une halle sur la place du marché, un important relais de poste relayé dans les années 1870 par la gare de Croisilles-Harcourt. De cette période il ne reste aujourd’hui que des traces, les combats de la guerre ont eu raison de ce cadre, se ne sont pas ici les bombardements qui ont fait le plus de dégâts, mais les combats du 12 et 13 août 1944.
Pris en tenaille par la 59e division anglaise Staffordshire, la division “das Reich” qui tenait le bourg quitta les lieux derrière un écran de fumée engendré par ce qui pouvait bruler dans Thury: le château et un certain nombre d’habitations. Disparurent dans les flammes plusieurs milliers d’ouvrages, des dizaines de tableaux, un des plus important château de Normandie, et une grande partie du Thury d’avant.

Il reste aujourd’hui de cet ensemble: une chapelle, une partie de la façade, les pavillons d’entrée et l’organisation des perspectives des jardins à la française.

http://www.patrimoine-normand.com/index-fiche-32624.html


Grands dieux, quelle catastrophe !!!
Il y a vraiment de quoi pleurer ...






























Monseigneur le duc d'Harcourt,
Traité de la décoration des dehors des jardins et des parcs, 1776


.......................


Extrait du texte lu par Jacqueline Salmon dans l'exposition Le jardin de Méréville

Chaque saison a ses productions, ses beautés, ses inconvénients. Quelques-uns de ces attributs leur sont communs, comme le gazon, les eaux, les arbres verts. D'autres leur sont particuliers, comme les fleurs, les grains, les feuilles. On ne peut pas espérer de jouir dans une saison de ce qui est particulier à une autre. La température change les heures de la promenade, le spectacle intéressant de la nature et la situation de l'âme. On consulte le climat, l'exposition, le terrain, en, consultant de même les saisons, on soutiendra plus longtemps le ton des tableaux et lorsque le temps de l'un sera fini, un autre succédera dans toute sa perfection.


JARDINS D' HIVER

Dans cette saison où la nature semble morte, où tout est sec, empaillé, couvert, on est découragé de jardiner et paresseux de se promener comme si l'engourdissement physique influait sur le moral; cependant, il y a peu de difficultés à vaincre pour se procurer encore l'agrément qu'on peut demander aux jardins. Le jardin d'hiver demande que l'on choisisse l'exposition du levant et du midi parce que l'heure de la promenade et celle du soleil l'exigent. Dès qu'il paraît on sort, et c'est toujours entre dix et deux heures.
Les anciens comptaient l'hiver parmi leurs divinités allégoriques et le représentaient dans une grotte défendue de l'intempérie sous la figure d'un vieillard près d'un brasier. Voilà la matière.... On serait conduit à cette demeure par un sentier principal, en parsemant de loin en loin quelques termes, quelques monuments, en ménageant un ou deux points de vue sur un obélisque, sur quelque autre objet de ce genre parce qu'il faut bien recourir aux ornements factices en cette saison. Les arbustes, les arbres verts et le gazon garniraient le sol assez pour qu'il soit cultivé partout: lez premiers rayons du soleil donnent à ce genre de jardin l'illusion du printemps. En approchant on distribuerait le peu de fleurs du moment et les plus grands arbres s' épaissiraient , se courberaient pour abriter la grotte....Cette grotte, par des détails, par la manière de la frapper de lumière, d'y poser la statue de l'Hiver et quelques attributs, par la transition subite de sa rusticité à des objets agréables, peut faire un effet très piquant. En sortant, l'art est de disposer, les sentiers du retour de manière à soutenir l'intérêt par des objets moindres, quelques groupes, quelque abri ingénieusement composé, de les faire arriver enfin à quelque partie décorée par l'architecture, de la maison, qui fasse encore un point de vue. On isole souvent une chapelle dans un pavillon, en lui donnant la façade d'un petit temple dont le péristyle se présenterait à quelque distance; on tournerait encore au profit de la décoration un bâtiment nécessaire et qui doit être noble.
Il n'est point de règle générale sur une matière variable à l'infini, ces idées sont un simple canevas pour faire sentir la manière de traiter les sujets. Nulles servitudes n'est à craindre, nulle routine n'est à éviter. Il suffit de se débarrasser des entraves de la symétrie et du préjugé. C'est bien servir l'imagination que de la livrer à elle-même. Si cette liberté produit du caprice, du faux quelquefois, elle produira souvent du grand et toujours du neuf.


JARDINS DE PRINTEMPS

Il est moins difficile de peindre en cette saison, la plus fraîche et la plus parée de l'année; les secours de la nature dans sa jeunesse sont abondants. Le choix et la distribution ont le même mérite. Il faut sentir comme la nature; en prendre l'esprit et la couleur, prêter à ses tableaux l'activité de tous les êtres, pour ne jamais cesser d'être conséquent dans ses compositions. Le jardin de printemps demande l'exposition du midi et du couchant, le soleil n'ayant pas encore tant de force qu'on en soit incommodé, en a cependant assez, pour désirer d'en jouir aussi longtemps qu'il est sur l'horizon. On échappe à l'ennui de l'hiver, les individus sont en pleine force, la chaleur n'abat point encore, on entreprend ,on parcourt avec ardeur. La campagne est riante, l'horizon coloré, les arbres, n'étant pas encore touffus, laissent plus de jour aux échappées que le soleil frappe vivement de lumière, tout est spectacle pour les yeux. Le gazon est dans sa beauté, le sol n'en peut être trop tapissé; on évitera la monotonie d'une immense verdure par les rares isolés, les bouquets épars dans les places où l'herbe vient mal, sur les tertres près des ruisseaux. les eaux sont toujours agréables, moins indispensables que lors des chaleurs; les sources, les ruisseaux conviennent mieux parce que , comme on orne précieusement les approches de la maison, une rivière large qui se traite avec moins de détails doit être tenue éloignée pour servir à la vue plutôt qu'à la curiosité.


JARDINS D' ÉTÉ

Le coloris de l'été moins frais que celui du printemps est plus brillant, plus doré, toutes les nuances de vert sont répandues sur les feuilles, et les fruits remplacent les fleurs. Le jardin d'été demande de préférence l'exposition du levant et du couchant; en passant le matin dans une partie , le soir dans une autre, on évitera toute la chaleur du jour. On a beaucoup d'heures à donner à la promenade, il faut suivre le cours des eaux, pénétrer le fond des bois, et presque toujours on rentre avec regret. Le terrain le plus favorable est celui qui rassemble des eaux, des bois, des coteaux qui parent du soleil, des vallons où l'air est plus frais; point d'escarpement, de difficultés à vaincre, c'est assez de résister à la chaleur. Les eaux sont dans leur saison, elles jouent le premier rôle avec les bocages, on doit les multiplier, les varier, leur humidité n'est pas à craindre, leur fraîcheur est à désirer, leur bruit excite le désir de s'en approcher. La vue des chutes à travers les arbres; argentées par le soleil, inspire le même intérêt. L'ombre borde les rivages, offrent l'occasion de se reposer et le repos doit promptement succéder au plaisir pour éloigner la fatigue de la grande chaleur. Le style des édifices et le sujet de la composition seront voluptueux. Les grottes brilleront de l'éclat de la nacre, du corail et des cristaux.


JARDINS D' AUTOMNE

L'automne est dans notre climat la saison la plus communément assurée, cependant comme elle approche du temps où tous les végétaux s'engourdissent, où l'existence du plus grand nombre est interrompue, les jardins sont assez difficile à traiter. Le ton de cette saison est très bon pour le paysage, les feuilles qui se conservent l'hiver sont d'un vert brun, celles qui se fanent à son approche sont jaunes ou rouges, leur coloris est souvent si décidé qu'on accuse les peintres qui l'imitent d'avoir outré les effets de la nature. Le jardin d'automne demande l'exposition du midi et du couchant pour profiter de tous les temps où le soleil échauffe l'atmosphère. L'espace peut être considérable car c'est pet-être le temps de toute l'année où l'on est le plus disposé à s'éloigner puisque la chaleur n'est plus à craindre et que le froid ne l'est pas encore. Les ornements factices qui doivent toujours tenir du genre du jardin seront d'une grande manière puisqu'il est très espacé et qu'ils pourront être vus de loin. La composition doit être noble , simple, sans sévérité
.... Il a fallu nécessairement prouver que sans offenser la nature, sans lui voler ses ornements pour en abuser et la chasser ensuite, il est possible d' exécuter de grands morceaux de décoration; que la perfection de l'art est plus dans l'imitation de la nature que dans la sécheresse de la régularité; que cette même nature enfin est infiniment belle, quand elle est infiniment libre.


Petit flashback avant guerre, les amis, si vous le voulez bien .
Nous avons donc traversé les jardins de Monseigneur le duc d'Harcourt, poussons à présent la lourde porte . Voici quelques vues intérieures du château avant qu'il ne soit réduit en cendres ...



















avatar
Mme de Sabran

Messages : 27933
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Thury-Harcourt

Message par Mme de Sabran le Mer 15 Juil 2015, 19:07

Oups, pardon !  Hop!     Toutes mes photos penchent à droite !   Smileàè-è\':
Le portrait du duc d'Harcourt, gouverneur du dauphin, est de Fragonard .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27933
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Thury-Harcourt

Message par Comtesse Diane le Jeu 16 Juil 2015, 09:39

Tout ce magnifique travail, cette éblouissante construction, ces jardins incroyables ... tout ça détruit ...   ... les hommes sont vraiment des ....!  :::!!!ùùù^^^^:

_________________
avatar
Comtesse Diane

Messages : 5707
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : TOURAINE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Thury-Harcourt

Message par La nuit, la neige le Jeu 16 Juil 2015, 10:07

Merci pour ce reportage.

C'est désolant de voir qu'il ne reste presque plus rien aujourd'hui, en effet. Neutral
avatar
La nuit, la neige

Messages : 9099
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Thury-Harcourt

Message par Mme de Sabran le Sam 25 Juil 2015, 16:18

;

...    le château, à pile ou face.   Very Happy

 ( autrefois  Sad  )





avatar
Mme de Sabran

Messages : 27933
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Thury-Harcourt

Message par Trianon le Sam 25 Juil 2015, 16:31

Oui, il était magnifique.Very Happy Very Happy
Mais pourquoi donc personne n'a voulu le rebâtir selon les anciennes gravures ? Trop cher probablement. Sad
avatar
Trianon

Messages : 2494
Date d'inscription : 22/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Thury-Harcourt

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum