Mannequins et poupées de mode au XVIIIe siècle

Aller en bas

Mannequins et poupées de mode au XVIIIe siècle

Message par La nuit, la neige le Ven 25 Mar 2016, 23:33

C'est apparemment un objet rare qui était récemment présenté aux enchères, à l'occasion d'une vente organisée par Sotheby's Londres...


French 18th-century painted wood female mannequin wearing a robe à la française in silk metallic wrapped thread, circa 1765



Wearing a blonde wig, pearl earrings, a paste brooch in the form of a ribbon and paste buckles on the sleeve, a black ribbon around her neck and wooden shoes painted in corresponding floral decoration to the silk brocade dress, mounted on an iron pole raised on a later simulated-tortoiseshell octagonal base.

Height: approximately 175 cm; 5ft. 9in.; width (maximum): 88cm; 2ft. 10in.; depth of base: 56cm; 1ft. 10in.



Note de l'expert (extraits) :

This exceptional object appears to be the only recorded surviving life-size 18thcentury French mannequin de mode.

A remarkably similar figure appears in an engraving entitled La Couture ou Belle Promesse est de peu d’effet published 1784 in Les Belles Marchandes, Almanach historique, proverbial et chantant, reproduced in Delpierre, fig. 51 p.164.
The life-size mannequin is being used to display a dress to an elegant client in a fashionable boutique.
The figure is depicted similarly clad in wooden shoes and raised on a plinth, and interestingly is shown without her wig, which proposes consideration that clients may have supplied their own wigs during fittings.



The 18th century dress is complemented by the shoes which are painted not only with identical floral sprays but also on a darker pink ground that would have corresponded to the original hue of the dress, which has faded more with time.
The figure revolves on a central pole in order to display the dress from all angles.



The dress is a typical robe à la française, a model derived from traditional Louis XIV court dress of three parts (the grand corps or main dress, the jupe or skirt supported by hoops and the bas de robe or train) that evolved into a simpler dress without a train for everyday wear and had conquered European fashion by the second half of the 18th century, see Gorguet Ballesteros, ‘Caractériser le Costume de Cour. Propositions’, p.58-59).






The history of mannequins in the 18th century remains a largely unexplored subject.

They are a natural evolution from smaller fashion dolls or poupées de la mode known to have been in use for displaying new styles since the late 14th century (see Barbara Spadaccini-Day ‘La Poupée, Premier Mannequin de Mode’, in Fastes de Cour, p.226-29).



At the court of Louis XIV dressing dolls were in vogue among Madame de Scudéry and the Précieuses, and the use of such dolls for diffusing new fashions had apparently grown so much in importance that during the trade embargo between France and England during the War of Spanish Succession of the early 1700's an exception was made for poupées.

A contemporary observer wrote :

Les ministres des deux cours de Versailles et de St James’s accordaient en faveur de ces dames un passeport inviolable à la grande poupée’, which was described as a ‘figure d’albâtre de trois à quatre pieds, vêtue, coiffée suivante les modes les plus récentes pour servir de modèle aux dames du pays.



At three to four feet (90 – 120 cm), these dolls were already significantly larger than a toy and were beginning to approach actual average heights of the period.

When mannequins finally metamorphosed into actual life size is unclear, but Spaddacini-Day speculates it was in the latter half of the eighteenth century with the rise of the marchand-merciers and the luxury retail trade in Paris, epitomised in boutiques like that of Rose Bertin, the celebrated couturière of Marie-Antoinette.

By the 1780's a foreign visitor was able to marvel that :

La fameuse poupée…enfin le prototype inspirateur passe de Paris à Londres tous le mois et va de là répandre des grâces dans toute l’Europe. Il va du Nord au Midi: il pénètre à Constantinople et à Pétersbourg, et le pli qu’a donné une main française se répète chez toutes les nations, humbles observatrices du goût de la Rue St Honoré' (Sébastien Mercier, Tableau de Paris, 1782-3 p.227).


Arrow Source images et textes : http://www.sothebys.com/en/auctions/2016/pelham-public-private-l16322.html


Dernière édition par La nuit, la neige le Jeu 01 Mar 2018, 13:11, édité 1 fois
avatar
La nuit, la neige

Messages : 11081
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mannequins et poupées de mode au XVIIIe siècle

Message par Mme de Sabran le Ven 25 Mar 2016, 23:43

A quelles Cours Mlle Bertin envoyait-elle ses poupées ?
Etait-ce de sa propre initiative ou bien lui étaient-elles réclamées ?

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 33520
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mannequins et poupées de mode au XVIIIe siècle

Message par La nuit, la neige le Ven 25 Mar 2016, 23:45

Question
Je laisse nos amis spécialistes te répondre... :
avatar
La nuit, la neige

Messages : 11081
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mannequins et poupées de mode au XVIIIe siècle

Message par Invité le Ven 25 Mar 2016, 23:51

Il faut relire Michelle Sapori pour répondre à ta question.
Je n'aurai pas le temps ce soir... mais je tâcherai de retrouver cette information Wink

Je lis cependant dans un article de Libération :

"(Mademoiselle Bertin) voit la reine au moins deux fois par semaine dans son intimité - une révolution à la cour -, détient les clés de la séduction, monte un réseau dans toutes les cours d’Europe où elle envoie ses modèles sur de petites poupées."


Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La mode racontée par des poupées

Message par Invité le Sam 30 Juil 2016, 11:48


Ceci est l'histoire de la façon dont une série de poupées faites main , représentant l'histoire de la haute couture française ont fait leur chemin vers les États- Unis comme une expression de gratitude .


“1715 Doll”. Marcel Rochas (French, 1902–1955)
C'était en 1948 et la France souffre encore des effets de la Seconde Guerre mondiale . Installées dans des wagons couverts surnommés le « train de l'amitié " , les organisations aide- américaines avaient envoyé secours à grande échelle l'année précédente,.


“1733 Doll”. Jean Bader (French)

Maintenant, c'est la France qui a voulu montrer sa gratitude pour la générosité de l'Amérique en créant le " Gratitude Train" -a ensemble de 49 wagons remplis de cadeaux fabriqués en France , comme des jouets faits à la main et des œuvres d'art inestimables .


“1755 Doll”. A. Reichert (French)

Les maisons de couture françaises se sont regroupées pour créer quelque chose de très spécial. Ils ont chargé leurs concepteurs les plus talentueux avec la création d'un ensemble de poupées de mode qui montrent l'évolution de la mode française .


“1774 Doll”. Jean Dessès (French (born Egypt), Alexandria 1904–1970 Athens)

Les poupées mesurent 24 pouces de hauteur avec des corps en fil ouvert, les concepteurs ont utilisé des cheveux humains pour façonner les coiffures .
Utilisation de peintures d'époque , la littérature, et des plaques de mode en tant que références , chaque concepteur a choisi un an entre 1715 et 1906 .


“1779 Doll”. Lucille Manguin

Par leurs interprétations créatives , les concepteurs ont utilisé le même niveau de soins et d'attention aux détails comme ils l'ont fait pour le travail en taille humaine .
Ce fut un moment unique dans l'histoire de la couture française .


“1785 Doll”. Maggy Rouff (French, 1896–1971)


“1787 Doll”. Mendel


“1791 Doll”. Martial & Armand


“1808 Doll”. Madame Grès (Alix Barton) (French, Paris 1903–1993 Var region)


“1820 Doll”. House of Patou (French, founded 1919)


“1828 Doll”. Henriette Beaujeu (French)


“1832 Doll”. Marcelle Dormoy (French)


“1866 Doll”. Marcelle Chaumont (French)


“1867 Doll”. Jacques Fath (French, 1912–1954)


“1873 Doll”. Madeleine Vramant (French)


“1884 Doll”. Nina Ricci (French, 1883–1970)


“1892 Doll”. Germaine Lecomte


“1896 Doll”. Bruyère (French, founded 1928)


“1902 Doll”. Robert Piguet (French, born Switzerland, 1901–1953)


“1906 Doll”. Elsa Schiaparelli (Italian, 1890–1973)
Ce qu'on imagine bien sa petite-fille , Marisa Berenson, dans cette robe boudoi30



Bien à vous. :

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mannequins et poupées de mode au XVIIIe siècle

Message par Mme de Sabran le Sam 30 Juil 2016, 12:04

Merci, Majesté . L'une de mes préférées est la “1902 Doll”. Robert Piguet (French, born Switzerland, 1901–1953) Very Happy

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 33520
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mannequins et poupées de mode au XVIIIe siècle

Message par Invité le Sam 30 Juil 2016, 12:38

Elle t'irait très bien , en effet Very Happy


Bien à toi Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mannequins et poupées de mode au XVIIIe siècle

Message par Comtesse Diane le Sam 30 Juil 2016, 13:58

C'est absolument beau et ravissant  boudoi30 et je suis la poupée qui dit " oui " ! :n,,;::::!!!:

_________________
avatar
Comtesse Diane

Messages : 7101
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : TOURAINE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mannequins et poupées de mode au XVIIIe siècle

Message par Invité le Sam 30 Juil 2016, 14:26

Comtesse Diane a écrit: je suis la poupée qui dit " oui " ! :n,,;::::!!!:

Je ne vous aurais jamais crue si facile, Comtesse ! : boudoi26


Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mannequins et poupées de mode au XVIIIe siècle

Message par Trianon le Sam 30 Juil 2016, 14:27

Merci beaucoup Majesté pour ces ravissantes poupées. Je les aime presque toutes.
En tout cas, c'est terriblement féminin et si élégant. On se laisse à rêver de posséder en vrai un jour une de ces tenues.
avatar
Trianon

Messages : 2967
Date d'inscription : 22/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mannequins et poupées de mode au XVIIIe siècle

Message par La nuit, la neige le Sam 30 Juil 2016, 20:25

Merci... Very Happy

Idea Nous avions présenté quelques exemplaires de poupées du XVIIIe siècle que les marchandes de mode présentaient à leurs clientes pour les décider à passer commande.

Arrow C'était ici :  
http://marie-antoinette.forumactif.org/t2584-un-mannequin-de-couture-du-xviiie-siecle#73324
avatar
La nuit, la neige

Messages : 11081
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mannequins et poupées de mode au XVIIIe siècle

Message par Mme de Sabran le Dim 31 Juil 2016, 11:10

Indissolublement liée à la mode,
dans un univers féminin qui l’y associe, la poupée s’acquitte de diverses fonctions ; elle tient compagnie à Marie-Antoinette qui fait habiller les siennes par la couturière de la cour, Rose Bertin ; ou bien elle devient un patient mannequin : on essaie sur elle des toilettes, des bijoux, des coiffures.

Rose Bertin fut chargée de réaliser une poupée pour la fille de Madame Dillon, dont on a retrouvé cette description dans ses livres de compte :

« C’était une grande poupée, munie de ressorts, d’un socle très bien fait, d’une excellente perruque, d’une fine chemise de toile de lin, de bas de soie et d’un long corset à baleines ».

La liste des habits de bal de la poupée suivait : des jupons de voile et de brocart, de dentelle et de mousseline, des bonnets, des coiffures.



Les poupées mannequins au XVIIIème siècle
étaient surnommées "Pandores". Elles avaient pour mission de diffuser la mode parisienne dans les cours européennes. Rien n'était laissé au hasard dans leur confection, les vêtements devaient être soignés dans leurs moindres détails, les dessus comme les dessous ainsi que la coiffure, le maquillage et le parfum.  La tête et les membres sont en papier mâché et le corps en bois -


Les poupées à la Révolution


L’Histoire peut parfois nous surprendre : le monde des poupées a été touché par la grande vague révolutionnaire.

Pour les petites filles des sans-culottes, on fabrique des guillotines en miniature       , servant à décapiter des poupées à l’effigie des aristocrates !
Une école « éducative » qui néglige pour un temps l’enseignement de la tendresse et du rôle maternel et charge les jouets d’alimenter la haine de classe chez les fillettes.

Cette « invention » horrifie la mère de Goethe   affraid  qui avait reçu une lettre de son illustre fils lui demandant de lui en procurer une, pour faire un cadeau !…



http://www.sculfort.fr/poupees//vademecumpoupees_files/tag-xviiie-s..php

http://histoire-du-costume.blogspot.fr/2012/05/la-garde-robe-des-poupees-travers-le.html

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 33520
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mannequins et poupées de mode au XVIIIe siècle

Message par fleurdelys le Lun 01 Aoû 2016, 14:28


Merci ! Elles sont magnifiques ces ravissantes poupées. Very Happy
avatar
fleurdelys

Messages : 702
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 48
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mannequins et poupées de mode au XVIIIe siècle

Message par Mme de Sabran le Mer 03 Aoû 2016, 15:29

A propos de poupées, et puisque nous parlons beaucoup en ce moment  de l'exposition au Château sur la Guerre d'Indépendance américaine, voici Louis XVI, Marie Antoinette, Benjamin Franklin et une jolie brunette  ( Yolande ?  )   Very Happy


_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 33520
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mannequins et poupées de mode au XVIIIe siècle

Message par Invité le Mar 13 Sep 2016, 07:58



Bien à vous. flower

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mannequins et poupées de mode au XVIIIe siècle

Message par Mme de Sabran le Mar 17 Avr 2018, 15:20


De Versailles, Marie-Antoinette envoie à ses soeurs des poupées habillées avec le dernier chic selon Mademoiselle Bertin.   Very Happy
A Marie-Christine par exemple qui est restée à Vienne, elle écrit le 7 janvier 1771 :

« J’ai sur le champ ordonné à une de mes femmes […] de faire exécuter votre double commande.
Vous aurez une poupée avec les étoffes de Lyon.
»

Et, dans une autre lettre du 17 avril 1786 :

« Je vous envoye les étoffes les plus nouvelles de Lyon ; que je voudrais vous voir parée de tout cela !
Je viens d’envoyer à notre sœur de Naples une cargaison de poupées coiffées et habillées, c’était superbe.
»

...    une cargaison entière pour Marie-Caroline !

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 33520
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum