Félix Vicq d'Azyr, le médecin de Marie-Antoinette

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Félix Vicq d'Azyr, le médecin de Marie-Antoinette

Message par Mme de Sabran le Jeu 20 Nov 2014, 17:36







Voici ce que WIKI dit de vous, cher Vicq d'Azyr : à vous de le corriger si erreur il y a !   :n,,;::::!!!: :n,,;::::!!!: :n,,;::::!!!:



Félix Vicq d’Azyr (ou Vicq-d’Azyr selon les sources), né le 23 avril 1748 à Valognes et mort le 20 juin 1794 (Deux Messidor an II) à Paris, est un médecin, anatomiste et naturaliste français. Il est considéré comme le fondateur de l'anatomie comparée et à l'origine de la théorie de l'homologie en biologie.

Il est célèbre pour avoir été le médecin de la reine Marie-Antoinette.

On lui doit aussi d'importantes découvertes en neuroanatomie, notamment celle d'un faisceau reliant diverses structures cérébrales impliquées dans la mémoire et qui porte son nom. Il se montre critique à l'égard de la fumigation, très en vogue au XVIIIe siècle.

Fils d’un médecin normand estimé, Vicq d’Azyr devient lui-même un médecin brillant et un spécialiste renommé de l’anatomie animale et humaine. Arrivé à Paris en 1765, il se livre à l’étude des différentes branches des sciences physiques et naturelles, de l’anatomie comparée, qu’il enseigne à partir de 1773 au Jardin des plantes, à l’amphithéâtre des écoles de médecine, alors qu'il n'est encore que simple licencié.
Choisi par Antoine Petit pour lui succéder dans la chaire d’anatomie du Jardin des plantes, il se voit évincé par suite d’intrigues. Loin de se décourager, il ouvre des cours particuliers, dans lesquels il se propose d’éclairer l’anatomie et la physiologie humaines par la comparaison des mêmes organes et des mêmes fonctions chez les animaux, conception éminemment philosophique qu’il reproduit dans l’Encyclopédie méthodique, et dans un Traité dont il n’a pu donner que la première partie.

Son mariage avec une nièce de Daubenton lui crée des relations parmi les célébrités scientifiques du temps. L’Académie des Sciences, dont il enrichit les mémoires de recherches nouvelles sur des animaux étrangers, lui ouvre ses portes en 1774.
L’année suivante, il est chargé d’aller étudier les causes de l’épizootie qui touche les provinces méridionales ; une société est créée, sous son impulsion, pour l’étude des maladies épidémiques.
C’est de là que sort en 1776 la Société royale de médecine, qu'il fonde avec Lassone (1717-1788) et dont les travaux s’étendent bientôt à toutes les branches des sciences médicales et spécialement à la topographie médicale et à l’hygiène publique, connaissances jusqu’alors négligées.
Élu secrétaire perpétuel de cette nouvelle compagnie, il se retrouve en butte aux pamphlets et aux attaques passionnées de la faculté, qui voit avec déplaisir s’élever une institution rivale. Il devient pour autant membre de la Société royale d’agriculture de Paris en 1784.

Il est chargé par arrêt du Conseil d’État de concevoir un questionnaire sur les problèmes d’épidémies et d’épizootie destiné à tous les médecins de province. Ces documents conservés à l’Académie de médecine sont une source primordiale pour étudier, entre autres, les maladies régnantes et l’hygiène publique à cette époque. Il compilera sur 16 années un grand nombre d’informations variées sur les maladies, les médecins, les ressources économiques et alimentaires etc.
Sa fonction exigeant de lui qu’il rédige l’éloge de ses collègues, le grand talent avec lequel il s’acquitte de cette tâche lui vaut d’être élu à l’Académie française en 1788 au siège de Buffon. Il est le premier médecin fait académicien par le suffrage de l’Académie elle-même.





Il était également professeur d’anatomie comparée à l’École royale vétérinaire d’Alfort, créée par Bourgelat en 1766, ainsi que surintendant des épidémies. Durant la Constituante en 1790, il est chargé de rédiger un Nouveau Plan de constitution pour la médecine de France. Durant la Terreur, sa qualité de premier médecin de la reine Marie-Antoinette en 1789 et de médecin consultant de Louis XVI lui fera craindre pour sa vie.

Il est considéré comme l’un des grands précurseurs de l’anatomie comparée. Il fut parmi les premiers à utiliser les sections coronales du cerveau et à employer l’alcool afin de faciliter la dissection. Il a donné, en 1786, une description du locus cœruleus et de la bande de Vicq-d’Azyr, un système de fibres situé entre la couche granulaire externe et la couche pyramidale externe du cortex cérébral, ainsi que du faisceau mamillo-thalamique qui porte son nom. Toutes ses études des convolutions cérébrales sont devenues des classiques et il fut parmi les premiers neuroanatomistes à dénommer les gyri. Il a également étudié les noyaux gris profonds du cerveau et le système limbique à la base du cerveau.

Malesherbes et Turgot furent de ses amis et Desgenettes fut son étudiant. Il fut encouragé par Daubenton dont il épousa la nièce.

Il est mort d’une pneumonie peu après avoir assisté à la fête de l’Être suprême en 1794.




.
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Félix Vicq d'Azyr, le médecin de Marie-Antoinette

Message par Mme de Sabran le Jeu 20 Nov 2014, 17:49




Félix Vicq d'Azyr appartient à la catégorie des grands oubliés de l'histoire. Celui que l'on considérait comme le Buffon de la médecine est aussi l'un de ces génies méconnus de la Révolution.

Ce jeune Normand a participé à l'Encyclopédie, est devenu médecin de Marie-Antoinette et, enthousiaste des idées nouvelles, se fait élire aux états généraux par le tiers de Paris. Le grand chirurgien Yves Pouliquen a relevé le défi en se passionnant pour cet ancien confrère. Dans cet essai sérieux et d'une agréable lecture, il redonne vie à ce notable de la fin des Lumières. Vicq d'Azyr se fait remarquer pour ses travaux sur l'état de santé des Français et sur l'anatomie du cerveau. Le professeur Pouliquen sait toucher son public en insistant sur les espoirs et les désillusions de ce grand esprit, mis à mal par les circonstances.

Après avoir été l'un des plus célèbres médecins parisiens en 1789, il se retrouve six ans plus tard à devoir se cacher comme un voleur, malade, traqué. Il va mourir non pas sur l'échafaud, comme Lavoisier, mais d'une maladie qui semble avoir été la tuberculose. Il connut les terribles désillusions et la peur qui frappaient alors tous les hommes ayant espéré changer les choses en 1789. ­Cette biographie se lit comme une réflexion sur l'implacable loi des révolutions.

( Félix Vicq d'Azyr, les lumières et la Révolution
d'Yves Pouliquen - )

avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Félix Vicq d'Azyr, le médecin de Marie-Antoinette

Message par Mme de Sabran le Jeu 20 Nov 2014, 17:52




Vicq d'Azyr ( qui a donné son nom à une rue Paris 10 ème, à cent mètres de chez Teresa ) était présent à l'autopsie de Mirabeau; il aurait même imposé le silence à ses confrères sur le résultat de leur examen, en ces termes :

Il n'est pas empoisonné, il ne peut pas être empoisonné, m'entendez-vous, imprudents ! Voulez- vous faire égorger le Roi, l'Assemblée, et nous tous ?

( Mirabeau
, duc de Castries )

Le médecin " traitant " de Mirabeau était Cabanis.

.
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Félix Vicq d'Azyr, le médecin de Marie-Antoinette

Message par Mme de Sabran le Jeu 20 Nov 2014, 17:53

CLIOXVIII a écrit:

Je suis en train de lire sa biographie par Yves Pouliquen , pas aussi vivante que son ouvrage sur Daviel, un oculiste des Lumières, par manque de renseignements sur sa vie privée.

Je note pour le boudoir tout ce qui se rapporte à la reine.

Ne trouvez-vous pas que son nom est adorable ? C'est bêtement ce qui m'a attirée !
Un candidat des "Chiffres et des lettres " avait dit qu'il écrivait sur Félix Vicq d'Azyr ( jamais édité ? ) puis un téléfilm sorti pour le Bicentenaire "Un médecin des Lumières" ++++++ où le héros parlait de Vicq d'Azyr .Enfin ,cette biographie indiquée sur le forum " La folie XVIII" que je me suis empressée d'acheter .
Mais, ce médecin pratiquait de nombreuses vivisections et Sad Sad Sad Sad Sad

avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Félix Vicq d'Azyr, le médecin de Marie-Antoinette

Message par Mme de Sabran le Jeu 20 Nov 2014, 18:02

CLIOXVIII a écrit:

La biographie n'est pas passionnante mais ce n'est pas la faute de son auteur : il n'avait pas beaucoup de renseignements ...

Ses remarques intéressant la reine sont celles trouvées dans le journal de Morris .
En date du 4 juillet, "Vicq d'Azir dit que les cheveux de la reine sont tournés au gris par suite de ses dernières aventures ".

Il est certain que le médecin a retrouvé auprès d'elle son rôle antérieur ( confident) peut être même plus intime encore dans le mesure où la souveraine, blessée par l'échec de la tentative, accuse en son corps les effets physiques de son désespoir .
Morris rapporte que lors d'une promenade à cheval avec Madame de Flahaut et le médecin, celui ci leur conte la conduite de Pétion dans la voiture, détails qu'il ne pouvait connaitre que de la bouche de Marie-Antoinette.

Elle refuse l'usage d'antispasmodiques dont elle faisait usage à Versailles, disant que "les maux de nerfs étaient des maladies de femmes heureuses; que l'état cruel où elle était réduite rendait ces secours inutiles " sa santé était meilleure dans l'adversité., "depuis que toutes les facultés de son âme soutenaient ses forces physiques".
Le roi lui, reste dix jours de suite sans articuler un seul mot et c'est la reine qui le tire de cette dépression en le secouant.

le 10 juin, Morris voit son ami à qui il dit que les troubles actuels "ressemblent à ces coruscations qui suivent une tempête" mais le docteur ne semble pas persuadé.

Lors de l'inculpation de la reine, il tremble de peur car Couthon a dit: "Nous connaissons le traitre, nous savons qu'il faisait le correspondant de la reine".
Gouverneur Morris est parti à Londres emportant ses écrits, trop certain des conséquences s'ils tombaient aux mains des conventionnels.
Desgenettes rend visite à son ami et ancien professeur qui lui confie: " Je dirai que la reine était le modèle des mères". Ce sont les docteurs Thiéry et Naury , surveillés par un ami de Robespierre, le docteur Soubervielle qui ont la charge de soigner la captive.
Elle est alors très amaigrie, a de nombreux malaises liés à des métrorragies abondantes accompagnées de douleurs au bas-ventre que l'on met sur le compte d'un squire de l'utérus (cancer) .

avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Félix Vicq d'Azyr, le médecin de Marie-Antoinette

Message par Majesté le Jeu 20 Nov 2014, 18:03

CLIOXVIII a écrit: un téléfilm sorti pour le Bicentenaire "Un médecin des Lumières" ++++++ où le héros parlait de Vicq d'Azyr .
Un Médecin des lumières (1988)
(4 heures)
avec : Vincent Gauthier
Rôle : Simon Bertigny

Emmanuelle Grangé
Rôle : La comtesse

Jean-Paul Wenzel
Rôle : Le comte

Olivier Perrier
Rôle : Chapendu

Sylvie Herbert
Rôle : Barbe

Synopsis et détails

En 1776, le médecin Simon Bertiny s'installe dans un petit village. Très vite, il se rend compte de la difficulté de soigner des villageois qui préfèrent se soigner eux-mêmes. Mais son aide sera nécessaire pour l'épidémie qui va toucher Hérisson-sur-Allier.


Bien à vous.

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin
avatar
Majesté

Messages : 11857
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 40
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Félix Vicq d'Azyr, le médecin de Marie-Antoinette

Message par Mme de Sabran le Jeu 20 Nov 2014, 18:08

CLIOXVIII a écrit:

le 10 juin, Morris voit son ami à qui il dit que les troubles actuels "ressemblent à ces coruscations qui suivent une tempête" mais le docteur ne semble pas persuadé.



C'est koikoi des coruscations ?!!   Shocked

Réponse Google : lumière très ardente .
Vous m'en direz tant !  Wink

.
avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Félix Vicq d'Azyr, le médecin de Marie-Antoinette

Message par Mme de Sabran le Jeu 20 Nov 2014, 18:13



Cécile a écrit:

Avant de s’orienter vers la médecine, Vicq d’Azyr s’est intéressé à la philosophie et à la théologie. Sous la pression de son père, la médecine finalement l’emporta. D’emblée, jeune homme, Félix Vicq d’Azyr, par son ambition scientifique et sa vocation se distingua des autres étudiants. Très tôt remarqué par ses maîtres, dès son arrivée à Paris (originaire de Valognes), curieux de tout, il étudie les mathématiques, la physique, la chimie, y compris et surtout, l’anatomie dont il a une vision globale. Une démarche tout à fait originale pour l’époque. Il est un des premiers à s’intéresser au système nerveux et au cerveau. A 23 ans, il s’est fixé tout un programme pensant qu’on peut expliquer l’âme et la pensée par l’anatomie. Jeune il est déjà remarquable par cette ambition et entre à l’Académie royale des sciences en 1774. La rédaction extrêmement claire de son traité d’anatomie avec des schémas et tout le vocabulaire afférent, est un modèle du genre. L’œuvre est en cours de ré-impression aujourd’hui. Génie scientifique, l’homme était aussi séducteur. Ses talents d’orateur et de pédagogue en faisaient une "vedette" auprès de ses étudiants.


Le lire est un plaisir nous dit Yves Pouliquen qui fait de cet esprit représentatif de l’Encyclopédie un pré-évolutionniste, un pré-lamarckien et un pré-darwinien. Ses contemporains et confrères, Turgot, Malesherbes, Condorcet appréciaient son intelligence et sa rigueur au point de pousser le roi à lui confier en 1776 une mission de toute importance : l’arrêt d’une épizootie sévère qui toucha le sud-ouest du royaume. Ses initiatives pour arrêter la maladie, ses idées pour traiter le bétail abattu et les cuirs des bêtes contaminées lui valurent de stopper l’épizootie à l’âge de 24 ans. Yves Pouliquen montre comment cet homme brillant fut en quelque sorte le précurseur de la santé publique. S’il eut le privilège de la reconnaissance, il fut tout autant jalousé par ses confrères de la faculté de médecine.


Occuper la chaire d’Anatomie à la faculté vétérinaire de Maison Alfort, ne l’empêchait pas de participer à l’Encyclopédie et de mener une vie mondaine.


Il voulut entrer à l’Académie française où il se présenta deux fois avant d’y être élu en 1788, au fauteuil de Buffon dont il fit un très bel éloge. Il est le deuxième médecin, 150 ans après la création de l’Académie et après Marin Cureau de La Chambre. Vicq d’Azyr, amateur de la langue et médecin y avait sa place. Ensuite une dizaine de médecins sont entrés à l’Académie et seulement deux chirurgiens Henri Mondor et Yves Pouliquen.


Sous la Révolution, médecin en premier de la reine, il est tout d’abord favorable à cette révolution. Il modifie largement l’enseignement de la médecine et croit sincèrement en l’avènement d’une monarchie constitutionnelle. Trop proche du pouvoir, trop familier de l’entourage royal, il joue double-jeu, peut-être par naïveté. "Les événements politiques lui échappent un peu" dit Yves Pouliquen. En 1793, après les massacres de septembre, il se réfugie à Valognes et essaie de se faire oublier. Après la mort du roi, il revient à Paris se croyant protégé par Fourcroy qui l’implique dans des commissions d’arts, puis dans la récolte du salpêtre dans les caves des établissements parisiens, dont il est nommé commissaire. Il échappe à la Terreur et meurt d’une tuberculose ancienne après l’exécution de Bailly dont la disparition l’affecta particulièrement. Loin de l’image du potentat et du séducteur qu’il fut sous l’Ancien régime, Vicq d’Azyr mit tout son génie et ses dernières forces dans cette période trouble et risquée pour sa vie, à survivre. Au contraire de Condorcet, Yves Pouliquen écrit : « il va opportunément se glisser dans le sillage de ses plus ardents ennemis et jouer sa survie autant que son honneur. »


Extrait : Mais la maladie, sournoise Parques, était là en cette chaude après-midi de juin, insensible à l’art des hommes, pour décider de la fin de celui qui avait tant craint qu’elle fût d’une autre nature, de celle que l’on imposait atrocement aux innocents qui, au moment où il rendait l’âme en son lit, se couchaient l’un après l’autre sur l’ignoble machine, à la grande satisfaction de ceux dont les cris sauvages montaient dans le ciel de Paris.

avatar
Mme de Sabran

Messages : 27906
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Félix Vicq d'Azyr, le médecin de Marie-Antoinette

Message par Majesté le Jeu 20 Nov 2014, 18:22

Mme de Sabran a écrit:C'est koikoi des coruscations ?!!   Shocked
Réponse Google : lumière très ardente .
Vous m'en direz tant !  Wink

Sommes-nous donc chez Mesmer ??? Idea

Bien à vous.

_________________
"Il n'y a de nouveau que ce qui est oublié."
Mademoiselle Bertin
avatar
Majesté

Messages : 11857
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 40
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Félix Vicq d'Azyr, le médecin de Marie-Antoinette

Message par CLIOXVIII le Mar 25 Nov 2014, 19:13

Je ne retrouve pas la réponse humoristique sur ses oreilles ...Help !
avatar
CLIOXVIII

Messages : 2366
Date d'inscription : 22/12/2013
Localisation : Paris, Venise, Bath....

http://lesmenus-plaisirs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Félix Vicq d'Azyr, le médecin de Marie-Antoinette

Message par Vicq d Azir le Lun 08 Déc 2014, 12:13

Merci à tous pour ces éloges et ses informations sur Vicq d' Azi(y)r, entre autres, médecin de Marie Antoinette, celui qu'elle appelait "mon philosophe".
L'anecdote sur ses grandes oreillles est rapportée pat Y.Pouliquen dans sa biographie (p.155). Elle se passe à Valognes, ville d'origine de Vicq d'Azir, en octobre 1792:
" Un jeune prétentieux qui, depuis le commencement du repas, cherchait une phrase qui fit sensation, interpella Vicq d' Azyr: " Depuis un instant, je vous regarde Monsieur, laissez-moi vous faire remarquer que pour un savant, vous avez de bien grande oreilles. ( La figure de V.d' Azyr) s' illumina de ce fin sourire si normand et, d'une voix pleine de fausse bonhomie, il dit: "Vous Monsieur, pour un âne, vous les avez bien petites "...
avatar
Vicq d Azir

Messages : 573
Date d'inscription : 07/11/2014
Age : 69
Localisation : Paris x

Revenir en haut Aller en bas

Re: Félix Vicq d'Azyr, le médecin de Marie-Antoinette

Message par CLIOXVIII le Lun 08 Déc 2014, 19:40

Un grand merci , j'avais oublié cette chouette chute ( et pas le courage de la rechercher dans le livre ) .
avatar
CLIOXVIII

Messages : 2366
Date d'inscription : 22/12/2013
Localisation : Paris, Venise, Bath....

http://lesmenus-plaisirs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Félix Vicq d'Azyr, le médecin de Marie-Antoinette

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum