Le long voyage d'une chemise de Fabrizio Casu

Aller en bas

Le long voyage d'une chemise de Fabrizio Casu

Message par Invité le Sam 05 Mar 2016, 10:04

Le long voyage d'une chemise - Fabrizio Casu - Europa Editions


Titre: Il lungo viaggio di una chemise
Auteur: Fabrizio Casu
Série: Making Worlds
pages:
Prix: 14.90
Ebook: 5,49
Isbn: 9788868543921
formats

Simple et fondu comme une tunique, la chemise est "née" sous le signe de la modernité plus radicale: elle favorise l'harmonie entre le corps et la robe et, avec son innocence immaculée, efface les artifices et les contraintes du style Rococo.
Marie-Antoinette, la dernière reine de France, en tombe éperdument amoureuse: le port dans l'intimité de fée du Petit Trianon, les pamphlets commente dresscode de ses fêtes champêtres et lance la tendance à travers le portrait scandaleux de Vigée Lebrun.
Mais ce sont surtout les Merveilleuses du Directoire pour le rendre de façon globale (et transversale): cela traduit à la perfection la nouvelle sensibilité néoclassique et surtout semble bon sur toutes les femmes.
Ce vêtement traverse les continents (de l'Europe vers l'Amérique) et les politiques saisons (ancien Empire napoléonien programmé indépendamment), mais son voyage est avant tout conceptuelle: depuis le début d'une robe sous-vêtements formel; du monde de l'enfance à la garde-robe des adultes; divisé par élitiste à un phénomène de masse.
Dans une phase de transition courte, mais pleine de changements, il résume visuellement toutes les questions culturelles qu'elle rencontre sur son chemin et devient significativement le fossé entre l'ancien monde jusque-là connu et le nouveau, construit sur les cendres de la Révolution.

La version française de cet ouvrage n'existe pas encore Sad

Fabrizio Casu, né à Sassari en 1980, il a assisté à un cours de design de mode à NABA à Milan et a obtenu son diplôme en 2005 avec la qualification de «expert et de l'industrie de la mode créative». Après avoir pris un cours de chasse fraîche et un design textile, il a travaillé à Mantero Seta Como, travaillant dans le bureau de style de la marque "La Tessitura". Il a porté l'enseignement de l'histoire du costume et de la conception de la mode dans les écoles publiques et privées de Sassari, et a tenu deux expositions en solo: "sarde gothiques" et "Alternative dialogue entre l'art et de la mode". Il a également participé en 2011 à la Sardaigne Biennale, une initiative promue par le pavillon italien à la 54ème Exposition internationale d'art de la Biennale de Venise.
En mai 2013, il a publié deux articles pour la maison d'édition EDES: XXe siècle: le siècle de la mode et de Madonna, vampire post-moderne.


Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le long voyage d'une chemise de Fabrizio Casu

Message par Invité le Sam 05 Mar 2016, 10:08

Fabrizio Casu a écrit (sur Facebook) :

Même dans le manga Lady Oscar apparaît la chemise à la reine !Smile
... Inexplicablement il n'en reste aucune trace dans la transposition télévisée :
L'auteur (Riyoko Ikeda), qui y a été excellent dans l'évocation très photogénique et culturelle de la France de la fin du XVIIIème siècle, manque parfois dans la reconstruction philologique des costumes.
Par exemple, dans ce cas, la chemise semble déjà avoir la découpe sous le sein (qui sera par contre la marque stylistique de la période Empire).




Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le long voyage d'une chemise de Fabrizio Casu

Message par Invité le Sam 05 Mar 2016, 10:13

Mardi 8 Mars, en hommage à la journée internationale de la femme, Fabrizio Casu présente son dernier livre, le long voyage d'une chemise / une époque à travers une robe, à pavia en collaboration avec la bibliothèque civique "Carlo bonetta".
L'œuvre met en rapport avec l'évolution d'un vêtement (la chemise précisément) avec l'évolution de la société dans son ensemble, à cheval entre dix-huitième et dix-neuvième siècles et en soutenant l'analyse scientifique avec les nombreux témoignages historiques, transforme un conventionnel sage de l'histoire de la mode en Un passionnant récit féminin à plusieurs voix.
La présentation sera accompagnée de la projection d'images tirées de la portrait anglo français de l'époque, interviendra le Dr. Giorgio Fours de la Fondation Sartirana Art et l'initiative sera commanditée par la commune de Pavie.
Votre présence sera, comme toujours, très agréable : nous vous attendons à 17.30 heures auprès de Santa Maria Gualtieri (place de la victoire-27100 Pavie)!



Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le long voyage d'une chemise de Fabrizio Casu

Message par Mme de Sabran le Sam 05 Mar 2016, 12:00

Fabrizio Casu a écrit: l'évolution d'un vêtement (la chemise précisément) avec l'évolution de la société dans son ensemble

Ah, merci Majesté, le propos est intéressant .   :n,,;::::!!!:  En effet l'émancipation de de la femme est passée par quelques victoires vestimentaires, comme notamment  ( et surtout ) l'abandon du corset .

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 31907
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le long voyage d'une chemise de Fabrizio Casu

Message par Invité le Sam 05 Mar 2016, 12:06

Je me demande, justement, si Marie-Antoinette ne portait vraiment pas de corset sous Sa robe en gaulle...
La femme du XVIIIème a grandi avec le corset comme le tuteur d'une plante qui pourrait (ou pas) se ployer sans cette aide...


Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le long voyage d'une chemise de Fabrizio Casu

Message par Mme de Sabran le Sam 05 Mar 2016, 12:17

Oh non ! Le corset n'a pas de raison d'être, sous la gaulle . Very Happy
Tout le charme et le principe même de la gaulle c'est de donner à la femme la liberté de se mouvoir, de respirer, de folâtrer à Trianon dans un demi-négligé campagnard .

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 31907
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le long voyage d'une chemise de Fabrizio Casu

Message par Invité le Sam 05 Mar 2016, 14:30

On sait qu'à quatorze ans Marie-Antoinette refusait de porter le corset, ce qui est le sujet de lettres de Mercy à Marie-Thérèse. 
Ensuite son épanouissement dans la mode l'a obligée à s'y contraindre. La prestance qu'il lui apportait ne devait pas je pense lui déplaire. Il participait à son célèbre maintien majestueux.

Après, aucune idée pour savoir si la gaulle permettait de s'en affranchir. Je l'espère pour elle.
Mais cela aurait été tout de même très choquant.
Peut-être la raison du scandale du Salon ?

Je ne me connais pas assez en tenues XVIIIème siècle. J'en laisse le soin aux experts !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le long voyage d'une chemise de Fabrizio Casu

Message par Invité le Dim 06 Mar 2016, 00:52

je lis dans un ouvrage de Eve BERTERO, Emmanuelle LEPETIT et Andrea MIELLE sur La Mode du XVIIIème siècle sous Louis XVI et Marie-Antoinette, collection Empreintes de Mode (2009) , que la chemise à la Reine se porte sans corps ou sur un "corset blanc" léger Wink


Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le long voyage d'une chemise de Fabrizio Casu

Message par Invité le Dim 06 Mar 2016, 10:45

Fabrizio Casu m'a répondu :

Je lis dans la biographie écrite par Karolly Erickson que Marie-Antoinette se sentait l'impatience avec le corset car elle était Dauphine de France.
Pourquoi devrait-elle porter corset avec un patron qui lui a permis de ne pas mettre toute structure interne ci-dessous ? Pourquoi aurait-il apporté avec corset ce que d'autres femmes ( par Vigée Lebrun à ses clients ) ne portait pas ?
Dans les Mémoires du peintre il est écrit qu'elle rapportait à ses clientes une métamorphose pré séance: poudre , diamants , corset et le panier ont été enlevés pour porter ces blouses simples de mousseline de coton ... qui a également donné la grande femme la liberté de mouvement . En outre, la chemise est née comme cotillons et seul le portrait " La reine en gaulle " le dédouanement comme robe formelle . Pourquoi porter un corset sous une couche de sous-vêtements que vous voulez faire un ordre formel pour légitimer ses caractéristiques de confort et de commodité ? Wink

Ce à quoi je rétorque :

Voilà! Carolly Erickson est une romancière , pas une historienne. Elle se devait de donner à son héroïne une allure de Scarlett O'Hara, mais on sait que les romans sont à prendre avec des pincettes. Je ne prête aucune foi aux propos d' Erickson. Mais libre à vous de suivre ses mots... qui vont avec l'image d'Epinal caricaturale que le public se fait de Marie-Antoinette....

Et puis je parle du port de la gaulle dans la vie, pas dans une séance de pose pour Élisabeth... Wink


Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le long voyage d'une chemise de Fabrizio Casu

Message par Invité le Jeu 10 Mar 2016, 18:23

Une amie de Clio et de moi qui fut chargée de mission au musée de la Mode et du Costume, palais Galliera, me donne son avis :

En effet elles portaient probablement des corsets et non des corps sous les robes chemises. C'est un modèle anglais plus souple, mais baleiné: on voit bien sur les tableaux que le buste est maintenu. J'ai vu déjà des corsets comme cela.


Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le long voyage d'une chemise de Fabrizio Casu

Message par Mme de Sabran le Jeu 10 Mar 2016, 18:45

Ah, merci à tous les deux, Clio et toi Majesté ! Very Happy
Qu'étaient les corps, au juste ?

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 31907
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le long voyage d'une chemise de Fabrizio Casu

Message par Invité le Jeu 10 Mar 2016, 18:58

Mme de Sabran a écrit:Qu'étaient les corps, au juste ?

Au XVIème siècle, sous l'influence des modes espagnoles, les femmes portèrent une sorte de camisole piquée et munie d'un buste ou busc de bois verniqui en assurait la rigidité.
Au XVIIème et au XVIIIème siècles l'usage de ce corps se maintient sous la forme d'un corsage de dessous baleiné retenu aux épaules par des épaulettes et étroitement lacé. Il disparut progressivement dans les dernières années du XVIIIème siècle où un corset (corsage légèrement baleiné) le remplaça sous les robes plus souples, puis à la fin du siècle , les modes à l'antique le supprimèrent totalement.

Histoire du Costume en Occident de l'Antiquité à nos jours

François Boucher (Flammarion)


Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le long voyage d'une chemise de Fabrizio Casu

Message par Mme de Sabran le Jeu 10 Mar 2016, 19:11

Alors que le corset n'a pas d'épaulettes ! Ah, d'accord . Merci, Majesté, je comprends . :n,,;::::!!!:

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 31907
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le long voyage d'une chemise de Fabrizio Casu

Message par Invité le Sam 24 Déc 2016, 12:28

L'auteur de ce livre , pas encore traduit en français.... a posté cela :



Bien à vous Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le long voyage d'une chemise de Fabrizio Casu

Message par Invité le Mar 07 Mar 2017, 09:41

Un peu en avance, c'est demain la journée de la femme, Fabrizio Casu a publié cet hommage que je ne peux que vous partagé tant il est beau :



Sur les femmes, aux femmes, avec les femmes, pour les femmes.



Jusqu'à présent, j'ai toujours classé le long voyage d'une chemise comme un sage de l'histoire du costume surtout pour des raisons de commodité, étant donné que j'écris dans un pays qui considère l'interdisciplinarité une nuisance et l'hybridation des genres comme un tabou.
... Mais si on m'invite à une réflexion plus approfondie, je crois que la mode n'est pas le sujet de mon livre, mais le ciment de toute une série d'expériences (individuelle, professionnelle, culturelle, artistique, esthétique, sociale, littéraire , philosophique) qui, ensemble contribuent à ré-écrire l'histoire.

Quelle histoire ? Celle des infinies vérités contradictoires qui constituent la vérité : L'histoire des gagnants, mais (pour l'égalité ! ) aussi et surtout celle des vaincus, l'histoire des vaincus qui deviennent " gagnants " et l'histoire des " gagnants qui sont gagné " (par le phénomène émotionnelle de la chemise ! ).

... et je crois fermement que ce sont les femmes les véritables protagonistes de mon livre : leur façon de se positionner par rapport au temps et l'espace ; leur capacité de donner un sens à la forme ; leur force de créer des synergies inédites autour d'une idée gagnante ; leur manière d'affronter la pensée par laquelle l'homme cherche à les dominer ; leur vie, à toutes,  élancée à la recherche de la liberté d'expression.

La femme est l'osmose entre nature et culture qui traverse la deuxième moitié du XVIIIème siècle ; la femme est la désarmante évidence de la chemise qui renvoie la dignité d'un corps jusqu'alors travesti et forcé ; le milieu féminin est le moyen même où la chemise se propage : silencieusement, persistante, innocemment, sans tapage ni taches, fort seulement et exclusivement de sa modernité... et enfin femme est celle qui plane sensuellement et sentimentalement dans les tréfonds les plus transpersonnelles et émotionnels de mon travail scientifique.

À transporter, en effet, la chemise d'une dimension sociale et une dimension existentielle est précisément Marie-Antoinette qui illustre avec une grande intensité la projection du soi ailleurs, l'autodétermination de l'individu par l'habillement et enfin la robe comme (inconscient) manifeste idéologique.

Ce livre est donc un hommage à la femme (à la complexité de son être, à ses modalités d'interaction avec "L' autre", à sa fonction génératrice continue et incessante) et est à toutes les femmes que je veux le dédicacer parce que, sans la solidarité des Femmes, le long voyage d'une chemise n'aurait pas réussi à gagner (ou du moins à contrer) le sectarisme et l'arrogance de certains milieux de diffusion culturelle (qui prétendent avoir un quelconque monopole intellectuelle).

Chacune des femmes que j'ai rencontrées dans la promotion de mon travail, a en effet contribué (avec son enthousiasme, son encouragement, avec un grand ou petit geste de soutien) à la diffusion de cet ouvrage qui est mien... mais surtout vôtre ( parce que c'est de vous que cela s'inspire et c'est grâce à votre systématique tamtam que doucement cela est en train de s'imposer).



Bien à vous. :;\':;\':;

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum