L'intermède des Feuillants

Aller en bas

L'intermède des Feuillants

Message par Mme de Sabran le Jeu 12 Avr 2018, 11:25



Le monastère royal de Saint-Bernard,  couvent des Feuillants, avait été fondé en 1587 par Henri III pour les religieux de l'ordre cistercien réformé des Feuillants.   Very Happy  Situés rue Saint-Honoré, derrière les actuels nos 229-235 de cette rue, près de l'angle de l’actuelle rue de Castiglione, ses bâtiments ont été rasés au début du XIXème siècle



Vue du couvent en direction du nord depuis l'emplacement de l'actuelle rue de Rivoli (illustration du xixe siècle d'après une vue de 1707). À gauche, l'alignement de bâtiments ainsi que le passage longeant le mur de clôture correspondent à l'axe de l'actuelle rue de Castiglione. L'allée de traverse centrale du jardin, perpendiculaire à cet axe, correspond au tracé de l'actuelle rue du Mont-Thabor.

____________

La Révolution marque un coup d’arrêt dans l’histoire du couvent.  
En exécution des décrets des 13 mai et 16 juillet 1790 qui mettent à disposition de la nation l’ensemble des biens ecclésiastiques, les bâtiments et les terrains des Feuillants sont nationalisés. Les religieux les quittent progressivement, mais le couvent échappe à la vente grâce à sa proximité avec la salle du Manège où se réunit l’Assemblée nationale à partir de 1791.
Et, comme d'habitude, hop le Plan de Turgot !  Very Happy


Les locaux des Feuillants deviennent bureaux et sa bibliothèque abrite pendant quelques mois les Archives nationales.
La nef de l'église est concédée à l’automne 1791 à David, qui en fait son atelier pour y réaliser Le Serment du jeu de paume. D'une part les dimensions de la nef sont parfaitement adaptées à la création de cette très grande toile, mais d'autre part David fait poser les députés qui y figurent le plus commodément du monde puisqu'ils se réunissent à trois pas de là dans la Salle du Manège .

...  que voici  

Cette même proximité de l’Assemblée motiva l’installation, dans les bâtiments de l’ancien couvent, d’un club politique, qui fut par conséquent appelé Club des feuillants.

Quelques membres de la « société des Amis de la Constitution »  (  Club des jacobins )  faisant scission par opposition aux partisans d’une déchéance de Louis XVI se transportèrent aux Feuillants et établirent une « société des Amis de la Constitution séante aux Feuillants ».

Le Club des feuillants, composé de partisans de la monarchie constitutionnelle, disparut avec ce régime le 10 août 1792, lors de l’arrestation du roi et de sa famille. Ces derniers, qui s’étaient placés sous la protection de l’Assemblée après leur fuite des Tuileries, sont menés aux Feuillants .



Ils y logeront avant leur transfert, le 13 août, à la prison du Temple .   Sad
Le porche d'entrée des Feuillants:




Pour cette première nuit hors du château, la famille royale est hébergée tant bien que mal dans les petites cellules du couvent des Feuillants, attenant au Manège où siège l’Assemblée. On y a dressé pour elle quelques mauvais lits. La princesse de Lamballe, Madame de Tourzel et Madame Aughié, une des femmes de la Reine, partagent alors le sort des souverains.
Au bout du corridor, derrière une grille, des émeutiers surexcités poussent des cris de mort, surtout quand une des dames parait à la porte de ce logis improvisé. La Reine est tout particulièrement visée. Un témoin déclarera : Chaque fois que je portais les yeux sur cette grille, je croyais être à la ménagerie et voir la fureur des bêtes féroces lorsqu’on se présente devant leurs barreaux.
Au cours de la soirée, quelques fidèles réussissent néanmoins à se glisser jusqu’aux «appartements», tels Choiseul, Goguelat, Nantouillet, Aubier, le fils Tourzel. Le mouchoir de Marie-Antoinette est trempé de larmes. Aubier lui offre le sien et la Reine l’en remercie : Par un sourire navré qui me fit mal, dit l’officier.

La vie aux Feuillants

Vers les six heures du matin, le samedi 11 août, un inconnu, nommé Dufour, s’avise que le Roi et la Reine n’ont pris aucune nourriture de toute la veille. Il va chez un traiteur et fait préparer le déjeuner. Il dresse ensuite la table et fait annoncer que le déjeuner était servi. Les souverains purent à peine manger.
On reconduit la famille à sept heures trente dans la loge du logographe où elle passera derechef une journée dans une atmosphère étouffante à entendre les discours les plus enflammés réclamer à son égard les mesures les plus vexatoires pour que l’on ne vienne pas enlever le Roi.

Le dimanche 12, la Bouche du Roi reprend son service et prépare le dîner habituel : deux potages, huit entrées, quatre rôtis, huit entremets. Quant au souper, il est lui aussi dans la lignée de la table royale : deux potages, deux entrées, - dont une noix de veau à la sauce Menehould -, une poularde, un lapereau, un poulet froid et cinq entremets. Malgré les vociférations qui entourent toujours le couvent, Louis XVI, gros mangeur comme tous les Bourbons, dévore à tel point que Marie-Antoinette en est gênée.


http://musee.louis.xvii.online.fr/transTemple.htm

Le mot de Touchard-Lafosse :


_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 31907
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intermède des Feuillants

Message par Dominique Poulin le Jeu 12 Avr 2018, 14:30

J'ai surtout retenu de l'intermède des Feuillants le phénomène bestial et inhumain des foules surexcitées qui s'acharnent sur des cibles. La famille royale en fit à maintes fois l'expérience.
avatar
Dominique Poulin

Messages : 2481
Date d'inscription : 02/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intermède des Feuillants

Message par Leos le Ven 13 Avr 2018, 11:31

J'ai trouvé d'autres informations intéressantes sur ce triste séjour dans les Memoires de Clery, de M. Le Duc, de Montpensier.

Le roi et sa famille occupaient dans un corridor , autrefois le dortoir des religieux , le logement de l’architecte de la salle'des séances: il consistait en quatre cellules, communiquant les unes aux autres. La première formait une antichambre. Le roi couchait dans la seconde ; la troisième était occupée par la reine et par madame Royale; la quatrième l’était par M. le Dauphin et par mademoiselle de Tourzel ; enfin madame Élisabeth et la princesse de Lamballe avaient dans le même corridor une seule chambre.
Une garde nombreuse veillait à toutes les issues du corridor ; personne ne pouvait, même pour le service , passer sans être arrêté ou questionné. L’inspecteur de la salle des séances distribuait des cartes de laissez—passer.

Leos
avatar
Leos

Messages : 301
Date d'inscription : 29/12/2013
Age : 48
Localisation : Zlin, Tcheque

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intermède des Feuillants

Message par Leos le Ven 13 Avr 2018, 11:37

Sûrement la demeure n'était pas de satisfaire la famille royale, mais si c'était une maison d'architecte ..que je ne savais même pas... ça ne devait pas être aussi indigne

Leos
avatar
Leos

Messages : 301
Date d'inscription : 29/12/2013
Age : 48
Localisation : Zlin, Tcheque

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intermède des Feuillants

Message par Mme de Sabran le Dim 15 Avr 2018, 18:21

Août 92 .
Pauline de Tourzel raconte comment elle a rejoint sa mère aux Feuillants ...

A cinq heures du matin, pendant que nous causions ensemble de tout ce qui nous était arrivé, nous entendîmes frapper à la porte : c’était mon frère qui, ayant passé la nuit aux Feuillants, près du Roi, venait nous en donner des nouvelles, et me dire que la Reine avait demandé à ma Mère que je vinsse la rejoindre ; que le Roi en avait demandé la permission à l’Assemblée, qui l’avait accordée ; que dans une heure il viendrait me chercher pour me conduire aux Feuillants. Cette nouvelle me fit un sensible plaisir ; j’étais heureuse de me retrouver avec ma Mère et d’unir mon sort au sien et à celui de la famille royale.

A huit heures du matin j’arrivai aux Feuillants ; je ne puis assez vous dire quelle fut la bonté du Roi et de la Reine quand ils me virent ; ils me firent bien des questions sur les personnes dont je pouvais leur donner des nouvelles. Madame et Monsieur le Dauphin me reçurent avec une amitié touchante, m’embrassèrent et me dirent que nous ne nous séparerions plus.

Une demi-heure avant le départ pour le Temple, Madame Élisabeth m’appela, m’emmena avec elle dans un cabinet et me dit : ma chère Pauline, nous connaissons votre discrétion et votre attachement pour nous. J’ai une lettre de la plus grande importance dont je voudrais me débarrasser avant de partir d’ici ; aidez-moi à la faire disparaître. Il n’y avait ni feu ni lumière ; nous prîmes cette lettre de huit pages ; nous en déchirâmes quelques morceaux que nous essayâmes de broyer entre nos doigts et sous nos pieds ; mais comme cela devenait trop long, et qu’elle craignait que son absence ne donnât quelques soupçons, je pris une page entière de la lettre ; je la mis dans ma bouche et je l’avalai. Cette bonne Madame Élisabeth voulait en faire autant, mais son cœur se soulevait ; je m’en aperçus et lui demandai les deux autres pages que j’avalai encore, de manière qu’il n’en resta plus de vestiges. Nous rentrâmes, et l’heure du départ pour le Temple étant arrivée, la famille royale monta dans une voiture à dix places ...

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 31907
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intermède des Feuillants

Message par Leos le Ven 20 Avr 2018, 08:34

à ce sujet pour le moment ..

Ce plan peut être vu où la famille royale allait de la salle d l´Assembleé nationale  à couvent de Feuillants.




Pour relier les bureaux à la salle de l’Assemblée nationale on a dressé, dans le jardin des Feuillants, un passage en planches, couvert de coutil rayé, qui mène à la porte du personnel. La grande porte à l'Est ouvre sur la cour du Manège (emplacement de l'actuelle rue de Rivoli) que bordent les salles abritant les corps de garde. Voir le plan ci-dessus dressé par G. Lenôtre

soucre: wikipedia

Sur cette image à gauche de la planche est  la loge du Logographe séparée où la famille a passé la journée ?



Leos
avatar
Leos

Messages : 301
Date d'inscription : 29/12/2013
Age : 48
Localisation : Zlin, Tcheque

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intermède des Feuillants

Message par Mme de Sabran le Ven 20 Avr 2018, 08:45


Grand merci, mon cher Leos, je découvre cette gravure . Very Happy

Le plan de Lenôtre est très clair .
En voici un petit agrandissement :


_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 31907
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intermède des Feuillants

Message par Comtesse Diane le Ven 20 Avr 2018, 10:37


Merci, Leos . Very Happy

_________________
avatar
Comtesse Diane

Messages : 6786
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : TOURAINE

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum