Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste

Aller en bas

Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste Empty Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste

Message par La nuit, la neige Jeu 14 Fév 2019, 15:19

Comme annoncé, je reviens avec un petit topo biographique consacré à Angelica Kauffmann.
Je l'illustre principalement des autoportraits de la peintre.
Nous aurons l'occasion de revenir présenter d'autres oeuvres de l'artiste (bien plus belles que celles-ci), et en particulier ses portraits de l'aristocratie anglaise.


Angelica Kauffmann, née le 30 octobre 1741 à Coire (Ligue de la Maison-Dieu, aujourd'hui en Suisse) et morte le 5 novembre 1807 à Rome

Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste Mw035410
Autoportrait
Angelica Kauffmann
Huile sur toile, vers 1770-75
Photo : The National Portrait Gallery


Fille d'un peintre autrichien installé à Coire, nommé Johann Joseph Kauffmann, qui à l'époque était peintre de la cour de l'évêque de Coire, elle s'exerça fort jeune à la peinture.

En 1752, sa famille s'installa à Côme, où le père devint peintre du comte de Salis d'une noble famille d'origine suisse. Elle développa ses talents d'enfant prodige et apprit son art au bord du lac de Côme et à Milan, où elle se spécialisa dans les portraits et s'instruisit en musique. C'est son père qui se chargeait de son éducation et sa mère de l'allemand et de l'italien et plus tard du français.
Elle peignit son premier autoportrait en 1753, à l'âge de douze ans.

Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste Abb_0110
Autoportrait à la partition de musique (détail)
Angelica Kauffmann, 1753
Innsbruck, Tiroler Landesmuseum Ferdinandeum
Image : Tiroler Landesmuseen / www.angelika-kauffmann.de


De 1754 à 1757, la famille voyagea en Italie et la famille s'arrêta à Milan chez un gouverneur-général autrichien (Milan appartenait alors à l'Empire d'Autriche) et au palais du duc de Modène d'Este.

Lorsque sa mère mourut à Milan en 1757, la jeune fille s'installa au pays natal de son père dans la Forêt de Brégence, près de Schwarzenberg.
C'est son père qui décora tout l'intérieur de l'église, endommagée après un incendie.

Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste Angeli18
Self-Portrait in the Traditonal Costume of the Bregenz Forest, Seated at her Easel
Angelica Kauffmann
Photo : Book Scan / Wikipedia


De cette époque datent plusieurs tableaux de jeunesse de la jeune fille et c'est elle également que son père chargea de peindre à l'église les personnages des apôtres, d'après Piazzetta. C'est son unique travail de fresque.

Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste Captu615
Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste Captu617
Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste Captu616
Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste Captu618
Frescos of apostles in the Holy Trinity parish church of Schwarzenberg ( Vorarlberg ) after engravings of the Italian painter Piazzetta.
Photos : Wikipedia


Une fois cette tâche accomplie, Angelica Kauffmann partit entre 1757 et 1759 pour Meersburg et Tettnang, afin entre autres portraits de faire ceux du prince-évêque de Constance, le cardinal von Rodt, et des membres de la famille du comte de Montfort.
Elle retourna en Italie avec son père en 1760, afin de mieux étudier les antiques et l'art de la Renaissance. Ils vinrent à Milan, Modène et Parme, et le 9 juin 1762 arrivèrent à Florence.
Le 5 octobre 1762, elle fut nommée à Bologne membre d'honneur de l'Accademia Clementina di Bologna et, cinq jours, plus tard, obtint le diplôme de l'Accademia di Disegno.

Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste Angeli16
Cumaean Sibyl
Angelica Kauffmann, after Domenichino i
1763
Image : National Museum of Women in the Arts


De janvier 1763 à 1766, le père et sa fille se fixèrent à Rome. Elle y fit de nombreux portraits dont celui du fameux Johann Joachim Winckelmann qui habitait alors à Rome.

Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste Johann11
Portrait de Winckelmann
Angelica Kauffmann, 1764
Photo : Zürich Kunsthaus (Suisse)


Entretemps, elle fit un voyage à Naples et à Ischia entre le 6 juillet 1763 et le 12 avril 1764. Elle fit plusieurs copies au Palazzo Capodimonte et remercia le roi de Naples, encore enfant, par un portrait.
Elle fut lancée à Naples par les nombreux Anglais qui s'y trouvaient.

Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste Angeli19
Autoportrait
Angelica Kauffmann, 1764
Image : The National Trust Collections /John Hammond


Elle fit le portrait de l'acteur David Garrick en séjour à Naples qui fut tellement satisfait du tableau qu'il permit au père d'Angelica Kauffmann de l'envoyer à Londres à l'exposition de la Society of Artists.
Ce tableau fit le début de sa renommée à Londres.

Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste Abb_0610
Portrait of David Garrick
Angelica Kauffmann
Image : www.angelika-kauffmann.de


Le 5 mai 1765, Angelica Kauffmann fut acceptée comme membre de l'Accademia di San Luca de Rome. Le 1er juillet 1765, elle se rendit à Venise en passant par Bologne.

C'est à l'invitation de Lady Wentworth que son père et elle se rendirent à Londres, où ils arrivèrent le 22 juin 1766, et disposèrent d'un appartement donnant sur la Suffolk Street à Charing Cross.
Elle rendit visite à Reynolds à son atelier le 30 juin suivant. Les deux artistes se firent mutuellement leurs portraits par la suite*.

Elle acquit une grande réputation, mais elle eut le malheur de se laisser abuser par un intrigant suédois qui prenait le titre de comte de Horn, et qu'elle épousa.
Il s'enfuit quelques mois plus tard, avec la fortune de sa femme. Le mariage fut invalidé par un jugement de l'Église anglicane du 10 février 1768.

Elle fut un des membres fondateurs de la Royal Academy en 1768.
Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste Angeli20
Autoportrait
Angelica Kauffmann, c. 1770-75
Photo : Wikipedia / Bettina Baumgärtel, Archiv


Elle épousa en juillet 1781 (à Londres) le peintre vénitien Antonio Zucchi (1726-1795) qui, comme elle, avait connu le succès en Angleterre avant de se retirer dans les États pontificaux.

Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste 800px-60
Portrait d'Antonio Zucchi, son époux
Angelica Kauffmann
Huile sur toile, c. 1781
Photo : Wikipedia

Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste Angeli21
Autoportrait
Angelica Kauffmann, c. 1780
Image : Wikipedia / Bündner Kunstmuseum, Bettina Baumgärtel, Archiv


Elle repassa après son mariage à Schwarzenberg, dans les Flandres, à Padoue, à Vérone et à Venise et mit le sceau en Italie à sa réputation par plusieurs ouvrages très remarqués.

En novembre 1782, Angelica Kauffmann et son mari achètent un atelier à Rome près de la Trinité-des-Monts.
L'ancienne maison du peintre Raphaël Mengs au 72 de la Via Sistina devient le lieu de rencontre des artistes de la Ville éternelle et également celui de leurs commanditaires issus de la haute aristocratie.
Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste Unname11
Self portrait, The Artist in the Character of Design Listening to the Inspiration of Poetry
Angelica Kauffmann, 1782
Kenwood House
Image : Google Arts Culture


L'empereur Joseph II est venu en invité d'honneur, ainsi que le prince héritier de Bavière, la duchesse de Saxe-Weimar (l'un des esprits les plus éclairés de son temps), Goethe (en 1787), ou encore Herder (en 1788 et 1789).
Ce dernier qualifie Angelica Kauffmann de « femme la plus cultivée d'Europe. »

Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste Goethe11
Portrait du jeune Goethe
Angelica Kauffmann, 1787
Goethe-Nationalmuseum Weimar
Photo : /www.stadtbesichtigungen.de


Une amitié étroite la lie jusqu'à la mort avec Johann Friedrich Reiffenstein (1719-1793), acheteur d'art pour les grands collectionneurs.
Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste Angeli23
Autoportrait
Angelica Kauffmann, c. 1781
Landesmuseum Innsbruck
Photo : Wikipedia


C'est en 1792 qu'elle peint un autoportrait magistral où elle se représente à la croisée des chemins entre la Musique et la Peinture. Cette œuvre se trouve aujourd'hui au musée Pouchkine de Moscou, une seconde version est datée de 1794.
Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste Angeli22
Self-portrait of the Artist hesitating between the Arts of Music and Painting
Angelica Kauffmann, 1794
Nostell Priory, West Yorkshire, North, National Trust
Photo : The National Trust Collections


Son mari Antonio Zucchi meurt en 1795.
Elle vit retirée, peignant de plus en plus de toiles à sujets religieux. Gravement malade depuis 1802, elle meurt le 5 novembre 1807.
Elle est enterrée à l'église Sant'Andrea delle Frate (Rome).

Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste Abb_0210
Autoportrait
Angelica Kauffmann, c. 1800 / 1802
Photo : Bettina Baumgärtel, Archiv / www.angelika-kauffmann.de


* Source texte (extraits) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Angelica_Kauffmann


Angelica Kauffmann et Joshua Reynolds

It was heavily rumored at the time that Sir Joshua and Angelica were sharing more than just a mutual artistic admiration of each others work, and that she forgot her former attachment to Nathaniel Dance (who drew a rather cruel, satirical sketch of the older Sir Joshua with a youthful Angelica, now in the collection of the Earl of Harewood), and rejected the passionate advances of Fuseli in anticipation of Reynolds's proposal.

Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste 1999_n10
Portrait of Angelica Kauffmann
Joshua Reynolds
One of at least three autograph versions of portraits of Angelica Kauffmann by Sir Joshua Reynolds
Photo : Christie's


The friendship, however intimate, did not deter Kauffmann from marrying in November 1767 an adventurer-scoundrel named Brandt, who had been masquerading in London society as the Swedish 'Count de Horn'; although she is again recorded in Reynolds's pocket-book at three o'clock on Sunday November 26, 1769 and at twelve o'clock on December 14, the same year. Her name also appears in his pocket-book on June 3, 1773, on Sunday February 1, 1777 and at nine o'clock on October 20 and 26, 1777.

Angelica Kauffmann, peintre et portraitiste Nti_st11
Sir Joshua Reynolds (1723–1792)
Angelica Kauffmann
Photo : The National Trust Gallery , Saltram /John Hammond


Kauffmann died in Rome on November 5, 1807, and the final tribute paid to her at her funeral, which was arranged by Antonio Canova and attended by representatives from both the Roman and foreign academies, was the carrying along in triumph of two of her own works, in obvious emulation of Raphael's funeral. Shocked Eventaille

* Source texte (extraits) : Christie's
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 14752
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum