Le deal à ne pas rater :
Valise rigide à roulettes pivotantes AmazonBasics – 68 cm
45.14 €
Voir le deal

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati

Aller en bas

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Empty L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati

Message par Mme de Sabran le Mar 05 Mai 2020, 14:56



L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati


Le nom de Cincinnatus fut choisi en référence au héros romain, qui, alors que la patrie était en danger, fut appelé par le Sénat pour prendre la tête des armées de la République, et qui, après avoir victorieusement servi son pays, fondit son épée pour la transformer en soc de charrue et retourna, loin des honneurs, labourer ses terres pour continuer à le servir par son travail.
Son nom complet est Lucius Quinctius Lucii Filius Lucii Nepos Cincinnatus.    Very Happy
Il est peut-être le frère de Titus Quinctius Capitolinus Barbatus, six fois consul

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Unname26
auteur : LACOUR père Pierre
Musée des Beaux Arts de Bordeaux


Cincinnatus est une figure très édifiante .  Nous nous souvenons de ce portrait de Louis-Auguste poussant la charrue ( évidemment inspiré de Cincinnatus ) que Louis XV envoie à Marie-Thérèse .

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati _monse10
Photo : Bibliothèque Nationale de France

Message de la prospérité et du bonheur du royaume de France, donc du futur couple royal que formeront Marie-Antoinette et son mari .   L'ère de l'industrialisation en est encore à ses balbutiements;  labourage et pâturage sont toujours les mamelles de la France .  Cette prospérité repose sur la  vaillance et la force du laboureur : le Dauphin .

Or donc, les amis, revenons à nos Cincinnati !
Extrait de :
L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Captu711
LES NOBLESSES FRANÇAISES DANS L'EUROPE DE LA RÉVOLUTION  | Philippe Bourdin
https://books.openedition.org/pur/129783?lang=fr



La noblesse française et la Société des Cincinnati
William Doyle

On a souvent remarqué le rôle paradoxal joué par la noblesse française dans la guerre d’Indépendance américaine. Soit comme volontaires à la suite de La Fayette, soit comme officiers dans l’armée et la marine royales, des nobles français ont énormément contribué au rejet de l’autorité d’un roi et à l’établissement d’une république qui, dès sa première Constitution (les Articles de Confédération), proscrit toute noblesse. Si La Fayette, que ses camarades américains qualifient toujours de « the Marquis », proclame néanmoins son indifférence envers les titres et la naissance, il semble peu probable que la plupart des officiers français y consacrent beaucoup d’attention. Ce qui compte pour eux, ce sont moins les principes sociopolitiques de leurs alliés américains que la chance d’humilier l’ennemi ancestral britannique. Même La Fayette, au moment d’un débarquement prévu sur les côtes anglaises en 1779, s’empresse d’abandonner l’Amérique pour venir y participer.

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Maxres13

Un témoignage éclatant de l’indifférence des officiers français envers l’esprit égalitaire des États-Unis nouvellement nés se trouve dans leur réponse à la création en 1783 de la Société des Cincinnati. Après la victoire de Yorktown en 1781, la plupart des Français regagnent l’Europe ; et, deux ans plus tard, même l’armée américaine s’apprête à s’auto-dissoudre. Plusieurs d’entre ses officiers ne veulent pas se séparer sans établir une association commémorative pour rappeler la lutte glorieuse terminée. C’est l’origine de la Société des Cincinnati, ligue d’anciens officiers combattants qui se propose de perpétuer la mémoire de leur participation à la guerre en portant une médaille commémorative, et en transmettant cette distinction héréditairement par droit de primogéniture. On envisage une branche de la Société dans chacun des treize États fondateurs ; et, en reconnaissance du rôle joué par les Français dans la guerre, on les invite à se constituer en une quatorzième.
La réunion fondatrice charge Pierre Charles L’Enfant, officier français (et plus tard architecte de Washington ) de transmettre cette invitation en France, et en même temps d’y commander la fabrication d’exemplaires de l’enseigne de la nouvelle Société, un aigle américain suspendu d’un ruban bleu et blanc – bleu pour l’Amérique, blanc pour la France.

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Insign10

Les membres portent une médaille dessinée par le major Pierre Charles L'Enfant (1754-1825), qui fut le premier secrétaire français. Cette médaille dorée se présente sous la forme d'un aigle à tête blanche (bald eagle) chargé d'un médaillon illustrant l'histoire de Cincinnatus sur un fond bleu, avec, à l'avers, ce citoyen romain exemplaire représenté quittant sa charrue pour servir l'État entouré de la légende « OMNIA – RELINQT – SERVARE – REMPU », « Il abandonna tout pour servir la République », et au revers, le retour de Cincinnatus au labour avec la devise « VIRT – PRAEM – SOCI – CIN – RUM – INST– AD 1783 », « en récompense de la bravoure – Société des Cincinnati fondée en 1783 après J-C. ».


Parti dès le mois d’octobre 1783, L’Enfant arrive à Paris début décembre et se met en contact immédiat avec La Fayette et Rochambeau. Non sans une certaine rivalité, les deux généraux s’adressent sur le champ au secrétaire d’État Vergennes pour obtenir l’agrément du roi à la formation d’une branche française, et pour le port de l’aigle par ceux qui en auront le droit. Le roi accède très promptement à ces deux requêtes bien que la tradition française défende aux officiers de porter n’importe quelle décoration étrangère, à la seule exception de la Toison d’or. La branche française des Cincinnati s’instaure en janvier 1784.

Alors commence de la part des officiers qui ont combattu en Amérique une véritable course pour se parer de la nouvelle décoration : « Nous n’étions occupés, se rappelle le comte de Ségur, que du plaisir de montrer sur notre poitrine cette palme guerrière, et de fixer sur nous, dans les promenades publiques, les regards d’une foule d’oisifs que la moindre nouveauté attire et rassemble. À leurs yeux cette décoration ne paraissait qu’un nouvel ordre de chevalerie. »
En principe, il faut avoir passé trois années de service en Amérique et en être sorti avec le grade de colonel mais, très rapidement, le nombre de cas douteux et d’appels contre l’exclusion accablent La Fayette et Rochambeau. Les officiers qui n’ont pas servi pendant trois années, ceux qui n’ont atteint la grade de colonel qu’après leur retour, ceux qui ont servi dans la guerre mais non pas sur le continent américain, et surtout les officiers de marine, tous se plaignent d’être exclus par les règlements dressés par les fondateurs américains de la Société. Tous font preuve de cette soif de distinctions qui, selon Montesquieu, caractérise la noblesse. Finalement, sur l’instance de l’amiral d’Estaing, les capitaines de vaisseau ayant servi sont admis.
https://books.openedition.org/pur/129783?lang=fr


La société des Cincinnati tint sa première assemblée générale le 7 janvier 1784,   dans l'hôtel du comte de Rochambeau, 40 rue du Cherche-Midi.
L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Tzolz119

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati 390px-14

sont présents :

le comte de Rochambeau qui préside la réunion, le lieutenant général baron de Vioménil, le chevalier de Chastellux, le comte de Vioménil, le marquis de Saint-Simon, le marquis de Choisy, le comte de Custine, le duc de Lauzun, le duc de Laval, le comte d'Autichamp, le marquis de Rostaing, le chevalier d'Aboville et le chevalier de La Valette, le comte de Saint-Maime, le vicomte de Poudenx, le vicomte d'Arrot, le vicomte de Rochambeau, le vicomte de Noailles, le comte de Charlus, le comte Robert Dillon, le comte de Ségur, le prince de Broglie, le comte de Vauban, le comte de Damas et le marquis de Champcentez.
Nous connaissons presque tout le monde, n'est-il pas vrai ?!   L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati 693620883

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati 800px-27


La création de cette société a été critiquée par Benjamin Franklin et John Adams qui craignaient de voir dans cette organisation la constitution d'une nouvelle noblesse dans une société républicaine, en reprochant surtout le caractère héréditaire des membres de la société. Le comte de Mirabeau a repris la même critique dans un pamphlet publié à Londres.  Pourtant la France ignore totalement les controverses suscitées aux États-Unis autour de la nouvelle Société. C’est le tout premier débat public à s’engager dans la république indépendante américaine. Aedanus Burke, magistrat de naissance irlandaise, habitant la Caroline du Sud, dénonce les Cincinnati comme anti-républicains, formant, en conséquence de la transmission héréditaire, le germe d’une noblesse américaine qui, selon lui, dominera, et tôt ou tard détruira, la république.

L’opinion publique se déchire à ce sujet, et la clameur est telle que George Washington, nommé président général des Cincinnati, se résoud à recommander à ses confrères de dissoudre la Société. Il se propose de le faire lors de la première assemblée générale des Cincinnati, prévue à Philadelphie au début du mois de mai 1784. Thomas Jefferson assure que Washington y arrive avec la volonté d’exiger cette suppression. Mais, quelques jours avant l’assemblée, L’Enfant est de retour de France. Il apporte avec lui une fournée de médailles à l’aigle, nouvellement fabriquées. Plus important, il apporte la nouvelle que la branche française des Cincinnati s’est bel et bien établie, avec beaucoup d’éclat, et avec l’approbation publique du roi de France.

La Société des Cincinnati de France fut fondée en 1783 , approuvée par le roi Louis XVI  qui,  par lettres du 8 août 1784 et du 12 décembre 1789, reconnaît en France les membres de cette société américaine comme appartenant au 1er ordre étranger.
L'insigne se portait après la croix de Saint-Louis.

Or, Washington reste très révérenciel envers le monarque qui a donné son soutien décisif à la lutte américaine pour l’indépendance. À Mount Vernon, sa résidence au bord du Potomac, est toujours conservé le portrait de son allié royal. Le général estime qu’il serait aussi impoli qu’impolitique, autant dire impossible, de demander la dissolution d’une société sanctionnée si récemment pour ses propres sujets par le premier allié de la nouvelle république. Lors de la réunion de Philadelphie, Washington se borne à demander l’abandon du principe héréditaire, l’aspect suscitant le plus fort contentieux au sein de la Société. Après des débats assez vigoureux, pendant lesquels Washington menace de démissionner de sa présidence   Shocked , le général l’emporte en principe, même si la décision reste sujette à l’agrément de chacune des branches. Celle de la France l’accepte, semble-t-il, sans protester. En fin de compte, c’est la réussite des Cincinnati français qui a sauvé la société-mère d’une dissolution que personne n’aurait osé refuser à Washington.

Perdus parmi tous ces Américains, tous ces Français, voici que nous trouvons deux Suédois : le comte de Fersen, bien-sûr, et son ami Curt Stegingk !   Eventaille    Ils reçoivent leurs diplômes et médailles de l'Ordre de Cincinnatus .  
Mais Gustave III ne l'entend pas de cette oreille.     L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati 3261212    Il est inconcevable pour lui que ses deux sujets, qui ont combattu avec des insurgés contre leur roi, s'en fassent une gloire et arborent leurs médailles !!!  

Stegingk écrit à Gustave, tout piteux :

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Captu698L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Captu699L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Captu700L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Captu702L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Captu703L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Captu704L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Captu705


Gustave est inflexible.  Il lui faut mettre les points sur les i et remonter vigoureusement les bretelles de Stegingk en lui précisant que, d'ailleurs, Fersen est à la même enseigne :

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Captu706L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Captu707L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Captu708L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Captu709


Professant, comme l’empereur Joseph II, que son métier était d’être royaliste, Gustave donc refusait  à Fersen et à Stedingk la permission de porter l’ordre de Cincinnatus, qui leur avait été conféré en Amérique ; il ne comprenait absolument pas que le roi de France eût accordé des secours à des sujets insurgés contre leur souverain légitime, et de fait Mme de Staël a bien remarqué, elle aussi, que le succès de la guerre d’Amérique a fort contribué à répandre parmi les Français les idées purement républicaines, avec une assimilation peu juste entre une ancienne monarchie et un pays sans traditions ni passé.

Fersen était très mortifié de ne pouvoir porter son ordre de Cincinnatus dont il était si fier !    Aussi transgressa-t-il, arborant  sa médaille en l'absence de Gustave et  l'ôtant prestement en présence de son souverain. L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati 1221010

Dans le cours du printemps 1784 la nouvelle des controverses transatlantiques commence à être connue en France. Benjamin Franklin, plénipotentiaire des États-Unis auprès de la cour de France, apprend l’histoire de la formation des Cincinnati avec dégoût. Depuis sa première jeunesse, il a affiché un mépris profond pour les distinctions héréditaires – même s’il adore fréquenter la haute société parisienne. Et, ayant reçu de la part de sa fille un exemplaire du pamphlet d’Aedanus Burke, qui a lancé la controverse américaine, il conçoit l’idée de le faire traduire en français.
Conseillé par l’abbé Morellet, il le montre à Mirabeau et à Chamfort. Ensemble, les deux publicistes produisent, non pas une traduction du pamphlet de Burke, mais plutôt ce que Franklin appelle « une satire subreptice contre la noblesse en général ». En effet, les Considérations sur l’ordre de Cincinnatus, ou imitation d’un pamphlet anglo-américain, par le comte de Mirabeau, parues à Londres en octobre 1784, sont un ouvrage à quatre mains : d’abord Burke, qui en fournit pour ainsi dire le squelette, bien qu’il s’indigne plus tard de la manière dont, selon lui, on a défiguré son écrit ; ensuite Franklin, qui donne à Mirabeau une pièce inédite qu’il se proposait d’imprimer lui-même – mais Morellet le lui a déconseillé étant donné le statut diplomatique de l’auteur. Mirabeau l’incorpore ; puis Chamfort, qui connaît l’anglais beaucoup mieux que Mirabeau, et qui plus tard s’en attribue les propos les plus hardis et les plus bien tournés ; enfin Mirabeau signe pour la première fois un de ses écrits – paradoxalement avec son titre de comte !  L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati 2241110

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati 21123010

Tout en dénonçant les Cincinnati comme « la création d’un véritable Patriciat, et d’une noblesse militaire, qui ne tardera pas à devenir une noblesse civile, et une Aristocratie d’autant plus dangereuse, qu’étant héréditaire, elle s’accroîtra sans cesse par le tems, et se fortifiera même par les préjugés qu’elle fera naître », donc comme une espèce de conspiration antirépublicaine, Mirabeau élargit l’argument pour condamner le principe général de la distinction héréditaire : « Point de privilèges exclusifs, ils sont odieux […]. L’idée d’un homme né magistrat, législateur, ou juge est absurde et contre nature […]. L’aristocratie ne saurait être que nuisible ».  La noblesse est « composée dans l’origine d’une troupe d’oppresseurs ou d’assassins […] recrutée de concussionnaires ou de voleurs publics ».

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 43521
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Empty Re: L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati

Message par M. de Velleguindry le Jeu 18 Juin 2020, 00:24

A noter que le comte de Laperouse, notre glorieux navigateur appartenait à l ordre de Cincinnatus et arborait sur certains portraits le ruban des cincinnati à côté de sa croix de St Louis
Il l avait gagné en combattant les anglais sur mer à Québec.

_________________
"Le passé et le futur rentrent continuellement l'un dans l'autre et ne donnent jamais que le présent."
M. de Velleguindry
M. de Velleguindry

Messages : 46
Date d'inscription : 13/06/2020
Localisation : Duché de Savoie

Revenir en haut Aller en bas

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Empty Re: L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati

Message par Mme de Sabran le Jeu 18 Juin 2020, 09:02


Merci pour cette précision, cher M. de Velleguindry !   Very Happy  Auriez-vous un exemple ?
Je vois bien, sur la poitrine de la Pérouse, la croix de Saint-Louis en effet.   Mais pourquoi son ruban est-il rouge ici, bleu là ?! Où est celui de Cincinnatus ? Le ruban de Cincinnatus pourrait-il porter la croix de Saint-Louis ?  scratch   L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Medium11
L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Jean-f10

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 43521
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Empty Re: L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati

Message par M. de Velleguindry le Jeu 18 Juin 2020, 22:01

Merci de votre message, chère comtesse de Sabran,
J'ai retrouvé dans ma mémoire et dans le livre de l'amiral de Brossard "Lapérouse" publié aux éditions Maritime et d'outremer le portrait représentant Lapérouse portant le ruban des Cincinnati.  Il appartient au service historique de la marine, comme vous pourrez le voir.
Il est daté du 14 juillet 1787 en baie de Langle.
Je vous en envoie une copie de ce dessin de Duché de Vanci et vous souhaite le bonsoir.

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Dsc06912
L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Dsc06913
M. de Velleguindry
M. de Velleguindry

Messages : 46
Date d'inscription : 13/06/2020
Localisation : Duché de Savoie

Revenir en haut Aller en bas

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Empty Re: L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati

Message par Mme de Sabran le Jeu 18 Juin 2020, 22:49

Merci, merci, cher M. de Velleguindry, et bravo. cheers   Il bedonne un peu notre la Pérouse ! Eventaille
Paul Antoine Marie Fleuriot, vicomte de Langle, son fidèle compagnon, a donné son nom à une baie située à la partie Ouest de l'île de Tchoka.
Je ne situe pas bien ...  L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati 1123740815

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 43521
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Empty Re: L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati

Message par M. de Velleguindry le Ven 19 Juin 2020, 08:43

Chère Madame de Sabran,
Merci de votre message, l'île de Tchoka se situe entre l'Alaska et le Kamtchatka. Lapérouse et son expédition en ont réalisé la cartographie après avoir remonté le pacifique jusqu'à son extrême nord.
En effet il est un peu bedonnant peut-être par manque d'activité .... à force de tourner en rond sur son navire depuis si longtemps
Je vous souhaite une bonne journée Very Happy
M. de Velleguindry
M. de Velleguindry

Messages : 46
Date d'inscription : 13/06/2020
Localisation : Duché de Savoie

Revenir en haut Aller en bas

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Empty Re: L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati

Message par Lucius le Ven 19 Juin 2020, 09:17

Mme de Sabran a écrit:Mais pourquoi son ruban est-il rouge ici, bleu là ?! Où est celui de Cincinnatus ? Le ruban de Cincinnatus pourrait-il porter la croix de Saint-Louis ?  scratch   L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Medium11
Cette image est une lithographie XIXe, dont les couleurs sont choisies par la fantaisie de l'artiste. Il ne s'agit nullement d'un document valable en lui même.
Lucius
Lucius

Messages : 9666
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 28

Revenir en haut Aller en bas

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Empty Re: L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati

Message par M. de Velleguindry le Ven 19 Juin 2020, 22:57

Ce grand portrait peint avec l'habit au revers rouge ne ressemble pas aux représentations de M. de Lapérouse que l'on a l'habitude de voir - vous constaterez que je suis prudent - car il ne porte pas les caractéristiques vestimentaires d'un officier de marine du roi de France en particulier la culotte est blanche au lieu de la culotte rouge traditionnelle. Seul le ruban rouge est celui de chevalier de l'ordre de St Louis. Le visage semble très différent des autres dessins et portraits de Lapérouse connus.    Hop!
M. de Velleguindry
M. de Velleguindry

Messages : 46
Date d'inscription : 13/06/2020
Localisation : Duché de Savoie

Revenir en haut Aller en bas

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Empty Re: L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati

Message par D'éon le Sam 20 Juin 2020, 09:07

Si je me souviens bien, Rougeville appartenait également à cet ordre.
D'éon
D'éon

Messages : 219
Date d'inscription : 27/12/2013
Age : 46
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Empty Re: L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati

Message par Lucius le Sam 20 Juin 2020, 09:26

Il étudie pourtant une carte de marine.
Lucius
Lucius

Messages : 9666
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 28

Revenir en haut Aller en bas

L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati Empty Re: L'Ordre de Cincinnatus & la Société des Cincinnati

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum