Emigration et contre-Révolution

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Les origines de la contre-révolution

Message par Roi-cavalerie le Dim 19 Avr 2015, 20:55

Chers amis,


Il peut être intéressant de s'interroger sur les raisons pour lesquelles le comte d'Artois, les Polignac et quelques autres, alors  qu'ils avaient soutenu Calonne et ses tentatives de réformes, se sont radicalisés par la suite dans une défense intransigeante de la monarchie traditionnelle au lieu d'accepter que l'on s'oriente vers une évolution maitrisée des modes de fonctionnement du royaume. Pour ma part, je m’explique comme suit cette attitude, mais je suis loin d’avoir les connaissances suffisantes sur cette période  pour chercher à graver cette explication dans le marbre. Il ne s'agit donc que d'une tentative de clarification et le débat reste ouvert :
 
Voilà des gens qui ont soutenu les projets de réformes de Calonne  et qui, une année après, signent ou soutiennent le Manifeste des princes pour un retour à la monarchie traditionnelle, et s’opposent au doublement du tiers, au vote par tête et à la réunion des chambres. Il me semble que JC Petitfils nous a livré une explication assez convaincante de leur attitude lorsqu’il écrit à propos d’Artois:
 
“ Jusque là, il avait loyalement soutenu Louis XVI, notamment au moment du plan Calonne, mais devant la menace d’une crise à la fois politique et sociale, il raidissait son point de vue. Il ne faut pas confondre la position des princes avec la réaction nobiliaire, même si les deux courants se rejoindront plus tard au sein de la Contre Révolution. Artois et ses amis ne voulaient aucune des recettes aristocratiques. Tout au contraire, ils se présentaient comme les sauveurs de la monarchie traditionnelle.”  

Certes, les réformes proposées par Calonne et appuyées par le roi étaient assez décapantes et dérangeantes pour un certain nombre de privilégiés et de corporations mais elles ne s’attaquaient nullement à l’ordre social ni à l’équilibre des pouvoirs politiques tels qu’ils étaient admis depuis des siècles. Il s’en allait bien autrement des questions essentielles que la convocation des Etats généraux et leur futures modalités de fonctionnement soulevaient. La question était maintenant posée d’organiser les débats non plus en théorie mais concrètement avec une échéance  à quelques mois. Une partie de l’opinion publique militait en faveur d’une représentation plus importante accordée au tiers état et par voie de conséquence  que lui soit donné les moyens de peser plus fortement sur les délibérations futures c’est à dire l’adoption du vote par tête plutôt que par ordre. Le roi avait fait savoir qu’il était favorable au doublement du tiers  et la reine semblait s’être ralliée à cette proposition .‘’ je suis la reine du Tiers” aurait-elle dit lors du conseil dans lequel le roi avait fait connaitre son avis.

Ainsi, Artois, Condé, la duchesse de Polignac et ses amis gémissaient de l’aveuglement de la reine et du roi, comme le notait Bombelles le 8 mai 1789.  Ils avaient sans doute bien compris qu’à ce jeu là, la plénitude du pouvoir exécutif dévolue jusqu’alors au roi allait être peu à peu remise en cause et que leur propre statut pourrait être un jour menacé. Ils devaient donc réagir, resserrer  les rangs autour du roi, le préserver contre lui même c’est à dire contre cette indécision et cette faiblesse qui lui étaient propres mais aussi contre certains de ses ministres au premier rang desquels se trouvait Necker et tout le camp de leurs pareils qui militaient pour les idées nouvelles. Ils n’eurent donc de cesse jusqu’à ramener le roi à leurs vues avec l’appui de la reine enfin ralliée au cours du printemps 89 à leurs idées et au projet de mise en place d’un gouvernement de combat dirigé par Breteuil, concession à la reine qui n’avait sans doute pas été pour rien dans son ralliement à leurs positions. Le 20 avril 1789, le marquis de Bombelles notait dans son Journal:

"J’ai été chargé d’assurer le baron de Breteuil que , non seulement, Mme de Polignac et ses amis ne tenteraient pas de l’écarter des affaires, mais qu’on l’y verrait revenir avec plaisir comme le seul homme capable de maintenir les droits de la couronne et l’ordre de notre gouvernement".

Ce projet envisageait-il un coup de force pour rétablir la situation? Comme vous le savez, certains historiens ont émis l’hypothèse selon laquelle leur plan de bataille prévoyait vraisemblablement le  renvoi des Etats généraux ou leur déplacement dans une ville de province, et une reprise en main de la situation grâce aux régiments que l’on faisait revenir sur Paris mais il me semble qu’aucun indice n’a permis jusqu’alors de vraiment l’étayer. Contre l’avis de Breteuil, on aurait commis l’erreur de renvoyer Necker trop tôt avant que la mise en place des troupes soit terminée d'où le début de l'émeute qui mena à la prise de la Bastille. C’est le point de vue de  Munro Price selon lequel l’impulsivité d’Artois ( peut être d’ailleurs selon moi sur les conseils de Vaudreuil) fut à l’origine de ce faux pas. La passivité du maréchal de Broglie, les divisions dans le camp de la noblesse  et l’indécision du roi firent le reste. Mais, la situation insurectionnelle aurait-elle pu être résorbée en faisant preuve de fermeté et de courage?  C'est là encore l'avis de Munro Price. Pour ceux qui ne sont pas rebutés à la perspective de lire un ouvrage en anglais et si vous ne l’avez pas encore fait, vous devez absolument lire son livre intitulé The road from Versailles et notamment  les pages que il a écrites à propos de ces journées de feu en s’appuyant notamment sur le mémorandum que Bombelles rédiga en 1792  à la demande du comte Ostermann, le secrétaire d’état aux affaires étrangères de Catherine II, et sur les mémoires du duc des Cars. Elles sont très éclairantes sur ces évènements.  Voici en autres ce qu’il écrit  sur ce point particulier:

p 98 “Many secrets of these hundred hours remain impenetrable. Yet the new evidence from the Bombelles papers, combined with a re-examination of other sources, does help to resolve some of the abiding mysteries of July 1789. The key to the ministry’s failure unsuspected until now, is that contrary to Breteuil’s wishes, Necker was dismissed too soon, probably by a surprise decision forced on Louis XVI by Artois. This left the new government dangerously exposed to a revolt in the capitale  with insufficient troops to meet  the threat. Its discomfiture was only accentuated by Broglie’s glaring inadequacy as a commander. It is conceivable that even at this stage the situation could have been saved by a resolute use of troops coupled with willingness to accept substantial civilian casualties. Yet the marshal and his senior officers refused to consider this possibility. The conséquences for the history of Europe were profound. On the first day on the French Revolution, the crown had  lost the initiative . I was never to regain it.”

Je vous conseille  également de lire  l’article de l’historien Pierre Caron dans la Revue d’histoire moderne et contemporaine de 1906-1907 intitulé La tentative de Contre-Révolution de juin-juillet 1789 qui, à  mon avis, mérite d’être pris en compte dans l’étude rétrospective de ces évènements.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34349502h/date.r=revue+d'histoire+moderne+et+contemporaine.langFR

Pour ma part, j’imagine assez bien que la comtesse Diane, malgré son admiration pour Benjamin Franklin et la république américaine, ait milité fortement en faveur d’une reprise en main énergique. Le récit du marquis de Ferrières sur les mois de mai et de juin 1789, lorsqu’il nous décrit les réunions qui avaient lieu dans l’appartement de la duchesse de Polignac en présence du comte d’Artois, nous dresse bien le portrait d’une Diane de Polignac très engagée derrière le comte d’Artois, la duchesse se contentant d’un rôle beaucoup plus passif d’hôtesse d’accueil qui correspond beaucoup plus à son caractère et à la situation crée par les menaces qui pesaient sur elles.

Enfin, pour vous dire le fond de ma pensée, il me semble qu'Artois n'était pas l'homme de la situation en raison de son impulsivité et  malgré toute sa bonne volonté communicative. Il m'apparait  que Breteuil avec son côté retors, son sang froid et toute son expérience diplomatique et clandestine ( son ancienne appartenance au  Secret du roi)  l’était  peut être beaucoup plus mais, en renvoyant Necker trop tôt, on ne lui a pas laissé le temps de jouer sa partie. Pourtant  sa possible rencontre avec du duc d'Orléans, le 13 juillet, à la demande de ce dernier rapportée par des Cars  et les propos de Saint Priest  affirmant qu'il a tenté de prendre contact avec les opposants à son gouvernement par le biais de son cousin, le comte de Clermont-Tonnerre, alors président de l'assemblée nationale, manifeste peut être sa capacité à utiliser si nécessaire la négociation en attendant un moment plus favorable pour agir.  En fin de compte, il leur a manqué un chef déterminé et suffisamment intelligent pour savoir manier la force et la souplesse  selon le besoin, c‘est à dire de la fermeté alliée à l'unité de commandement. Seul un roi décidé ou un homme de caractère agissant en son nom aurait pu insuffler cette attitude qui aurait peut être permis de calmer les esprits  et de gagner du temps quitte après, à négocier en meilleure position, les réformes nécessaires en nous évitant ainsi les massacres de la Terreur et quelques guerres plus tard, génératrices de souffrances et de malheurs incomensurables.
Bien à vous. Roi-cavalerie
Roi-cavalerie
Roi-cavalerie

Messages : 519
Date d'inscription : 20/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Lucius le Dim 19 Avr 2015, 21:02

Très intéressant. Je ne suis pas du tout un spécialiste de l'histoire politique du règne, mais ce que vous dites est passionnant.
Lucius
Lucius

Messages : 8407
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Mme de Sabran le Dim 19 Avr 2015, 21:03

.

Merci, cher ami ! Wink

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37965
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Invité le Dim 19 Avr 2015, 21:36

Merci pour ce remarquable exposé. Very Happy

Je pense aussi qu'il est regrettable qu'on n'ait pas laissé le temps au barond de Breteuil de s'installer. Celui-ci avait mauvais caractère, ce qui sera certainement la cause de son écartement du pouvoir pendant un bon moment, alors qu'il promettait dès la fin du règne de Louis XV. Il lui faudra très longuement faire ses preuves auprès de Louis XVI, mettre la reine dans sa poche. Quand il y parviendra, ce sera malheureusement trop tard... Smileàè-è\':

Ce que vous dites sur la "bourde" du renvoi trop hâtif de Necker que j'ignorais ne fait que renforcer mon idée à ce sujet.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Mme de Sabran le Dim 19 Avr 2015, 21:47

.

Je pense comme vous que les Polignac n'ont pas misé sur le bon cheval, mais des considérations autres que politiques, et surtout l'amitié qui les liait au prince, l'ont emporté sur la sagesse . boudoi29
Pourtant, dieu sait que nous voyons Vaudreuil lui prodiguer longtemps les conseils les plus raisonnables, du moins tant qu'il est lui-même sous la coupe du cardinal de Bernis ( le bonhomme comme Vaudreuil et Artois l'appelle entre eux : ) ... mais la folie des événements finit par l'emporter sur toute considération sensée !
Je vous l'avoue, malgré toutes les faiblesses de son caractère, j'ai davantage de sympathie pour Artois ( cheval fou, oui, mais attachant par quelques côtés ) que pour ses deux frères . J'ai une sainte horreur de Provence, et Berry a le don de m'exaspérer ...
J'analyse comme vous la volte-face tellement déconcertante qui consistait à d'abord soutenir les réformes égalitaires de Calonne pour ensuite rallier les idées les plus réactionnaires .
Si cette noblesse très favorisée du royaume voulait bien octroyer des réformes, elle refusait au contraire de se les voir arracher de force . L'outrecuidance de certains représentants du Tiers la dégoûta d'en écouter davantage et la fit se radicaliser à droite .
La position de Marie-Antoinette, harcelée de tout côtés, et en somme depuis le début de son mariage ( !!! ), était intenable . Le prince de Ligne avait raison d'écrire ne lui avoir jamais connu un seul jour heureux ....

A-t-elle jamais dit " Je suis la reine du Tiers " ? Ce serait presque trop beau pour être vrai, comme du Feuillet de Conches ...

Roi-cavalerie a écrit:Pour ma part, je m’explique comme suit cette attitude, mais je suis loin d’avoir les connaissances suffisantes sur cette période pour chercher à graver cette explication dans le marbre.

Taratata ! :n,,;::::!!!: Vous êtes notre spécialiste, au contraire, des dessous de la politique avant et pendant la Révolution .

Roi-cavalerie a écrit:
Ainsi, Artois, Condé, la duchesse de Polignac et ses amis gémissaient de l’aveuglement de la reine et du roi, comme le notait Bombelles le 8 mai 1789. Ils avaient sans doute bien compris qu’à ce jeu là, la plénitude du pouvoir exécutif dévolue jusqu’alors au roi allait être peu à peu remise en cause et que leur propre statut pourrait être un jour menacé. Ils devaient donc réagir, resserrer les rangs autour du roi, le préserver contre lui même c’est à dire contre cette indécision et cette faiblesse qui lui étaient propres mais aussi contre certains de ses ministres au premier rang desquels se trouvait Necker et tout le camp de leurs pareils qui militaient pour les idées nouvelles. Ils n’eurent donc de cesse jusqu’à ramener le roi à leurs vues avec l’appui de la reine enfin ralliée au cours du printemps 89 à leurs idées et au projet de mise en place d’un gouvernement de combat dirigé par Breteuil, concession à la reine qui n’avait sans doute pas été pour rien dans son ralliement à leurs positions.

Exactement ! Dans une telle confusion, ils naviguaient tous à vue . Mais les clans étaient déjà formés, bien avant la Révolution, et les entraînaient dans une direction ou une autre . Les animosités étaient très vives .
Il est cocasse comme vous le soulignez fort justement que la comtesse Diane se trouve subitement confrontée à une réalité tout autre que celle qu'elle croyait appeler de ses voeux lorsque que la comtesse d'Andlau ( née Helvétius ) et elle jouaient les esprits forts et progressistes ... C'est un retour brutal à la réalité . Le Tiers n'est pas une ronde de ces charmants pastourelles et pastoureaux qui folâtrent sur la toile de Jouy .

Mme de Polignac dans toute cette occurrence, et le duc son époux, sont sous la coupe assez autoritaire de Vaudreuil et se rangent sous sa bannière, celle d'Artois. Vaudreuil et Calonne demeurent les conseillers privilégiés d'Artois . Le duc Jules devient pendant l'émigration l'ambassadeur des princes auprès de Léopold d'abord et puis de François II.
En somme, la société Polignac continue à se mêler de politique au coeur de la contre-révolution .

;

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37965
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Roi-cavalerie le Dim 19 Avr 2015, 22:00

Mme de Sabran a écrit:.

Je pense comme vous que les Polignac n'ont pas misé sur le bon cheval, mais des considérations autres que politiques, et surtout l'amitié qui les liait au prince, l'ont emporté sur la sagesse .    
Mme de Polignac dans toute cette occurrence, et le duc son époux, sont sous la coupe assez autoritaire de Vaudreuil et se rangent sous sa bannière,  celle d'Artois.  Vaudreuil et Calonne demeurent les conseillers privilégiés d'Artois . Le duc Jules devient pendant l'émigration l'ambassadeur des princes auprès de Léopold d'abord et puis de François II.
 En somme, la société Polignac continue à se mêler de politique au coeur de la contre-révolution .

;

Comme vous l'expliquez, ma chère Eléonore, malheureusement, ils ont également suivi Artois dans ses choix ultérieurs lorsque, fortement influencée par Calonne, la politique des princes divergea de celle du roi et de la reine qui avaient chargé Breteuil de les représenter auprès des Puissances européennes , compromettant ainsi considérablement les chances  de succès d'une contre-révolution. Mais Calonne haïssait Breteuil et l’on peut se demander dans quelle mesure cette inimitié personnelle n’a pas  eu des conséquences sur la marche de l’histoire.

Amicalement. Roi-cavalerie.
Roi-cavalerie
Roi-cavalerie

Messages : 519
Date d'inscription : 20/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Invité le Dim 19 Avr 2015, 22:04

C'est vraiment terrible quand on y pense. Sad

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Mme de Sabran le Dim 19 Avr 2015, 22:24

Roi-cavalerie a écrit:

Comme vous l'expliquez, ma chère Eléonore, malheureusement, ils ont également suivi Artois dans ses choix ultérieurs lorsque, fortement influencée par Calonne, la politique des princes divergea de celle du roi et de la reine qui avaient chargé Breteuil de les représenter auprès des Puissances européennes , compromettant ainsi considérablement les chances  de succès d'une contre-révolution.

Je leur trouve, non pas comme excuse n'est-ce pas, mais bon, disons à tout le moins comme circonstances atténuantes, pour s'être à ce point fourvoyés ( avec les conséquences désastreuses que nous savons et que je déplore autant que vous ) l'attitude même du roi qui tourne en tous sens comme une girouette et dont bien malin serait celui qui saurait dire ce qu'il pense vraiment . Je crois qu'il ne pense pas .   Qui a dit que Louis XVI était un sphinx sans énigme .  Quel effrayant constat !
Acceptait-il ou n'acceptait-il pas la Constitution ?   Fuyait-il ou ne fuyait-il pas ?   Il se défie tellement d'Artois qu'il cache à son frère l'évasion des Tuilerie qui va tourner court à Varennes .  L'attitude même de Louis XVI les induit en erreur et les fait aller tout de travers .
Songeons à la colère effroyable d'Artois, à Venise, quand il se rend compte que le brave Bombelles sert Breteuil .

Roi-cavalerie a écrit: Mais Calonne haïssait Breteuil et l’on peut se demander dans quelle mesure cette inimitié personnelle n’a pas  eu des conséquences sur la marche de l’histoire.

Oui, oui, c'est certain .

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37965
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Roi-cavalerie le Dim 19 Avr 2015, 22:40

Je serais moins sévère que vous pour ce pauvre roi, ma chère Eléonore. N'avait-il pas parfaitement raison de cacher à Artois sa fuite des Tuileries? Or, il s'agissait là de sa sécurité et de celle de sa famille? Et le milieu des émigrés était infiltré par les agents de la Révolution ce qui compromit sans doute nombre de leurs projets.

Amitiés Roi cavalerie.
Roi-cavalerie
Roi-cavalerie

Messages : 519
Date d'inscription : 20/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Invité le Dim 19 Avr 2015, 22:41

Mais heureusement que Louis XVI ne prévient pas son frère pour Montmédy ! Il y avait suffisamment de gens au courant !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Invité le Dim 19 Avr 2015, 22:41

Roi-cavalerie a écrit:Je serais moins sévère que vous pour ce pauvre roi, ma chère Eléonore. N'avait-il pas parfaitement raison de cacher à Artois sa fuite des Tuileries? Or, il s'agissait là de sa sécurité et de celle de sa famille? Et le milieu des émigrés était infiltré par les agents de la Révolution ce qui compromit sans doute nombre de leurs projets.

Amitiés Roi cavalerie.  

Exactement !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Mme de Sabran le Dim 19 Avr 2015, 22:46

Reinette a écrit: Il y avait suffisamment de gens au courant !

... la terre entière !
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37965
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Invité le Dim 19 Avr 2015, 22:49

Mme de Sabran a écrit:
Reinette a écrit: Il y avait suffisamment de gens au courant !

... la terre entière !

Peut-être pas non plus le pauvre péquenaud dans son champs ! :

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Mme de Sabran le Dim 19 Avr 2015, 23:01

Roi-cavalerie a écrit: N'avait-il pas parfaitement raison de cacher à Artois sa fuite des Tuileries?
Il aurait mieux fait de se défier de Provence .

Roi-cavalerie a écrit: Or, il s'agissait là de sa sécurité et de celle de sa famille?

Qu'a-t-il fait à Varennes ou le 10 août pour la sécurité de sa famille ???!!  ... rien .

Roi-cavalerie a écrit:
Et le milieu des émigrés était infiltré par les agents de la Révolution ce qui compromit sans doute nombre de leurs projets.
 

Bon, ça oui, je vous l'accorde .

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37965
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Invité le Mar 21 Avr 2015, 18:32

Je découvre ce sujet passionnant ! Very Happy
Merci, cher Roi-cavalerie!
En Madame Elisabeth, lien direct entre les Tuileries et son cher frère Charles d'Artois, on avait un des premiers éléments de la contre-révolution... La princesse était moins passive que la mémoire populaire a voulu le faire croire à la Restauration...

Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Roi-cavalerie le Mar 21 Avr 2015, 20:12

Majesté a écrit:Je découvre ce sujet passionnant ! Very Happy
Merci, cher Roi-cavalerie!
En Madame Elisabeth, lien direct entre les Tuileries et son cher frère Charles d'Artois, on avait un des premiers éléments de la contre-révolution... La princesse était moins passive que la mémoire populaire a voulu le faire croire à la Restauration...

Bien à vous.

Oui tout à fait. Il me semble bien que Madame Elisabeth est intervenue dans ce débat qui va diviser le mouvement royaliste entre les tenants du roi et de la reine et ceux des princes. Je lis dans The road from Versailles, cette remarque de Munro Price ( traduction libre):

"Mme Elisabeth était une royaliste intransigeante beaucoup plus favorable aux princes que Louis XVI et Marie Antoinette et Provence avait beaucoup plus confiance en elle que dans le roi et la reine".

Ou encore un peu plus loin à propos des pleins pouvoirs dont Provence s'était dit devoir être investi par le roi   (traduction libre):

Le 7 Juillet 1791, Louis XVI a donné à ses frères un plein pouvoir qui fut sorti clandestinement des Tuileries et leur fut transmis via Fersen. Il était cadré très précisément.

"J'ai entièrement confiance dans mes frères... pour décider ensemblede la manière et des moyens de négociations dont le but doit tendre à la restauration de l'ordre et de la tranquilité de mon royaume. Mais je pense qu'aucune utilisation de la force devrait être subordonnée à ces négociations. Je donne plein pouvoir à mes frères pour traiter à cette fin avec qui ils souhaitent  et pour choisir les personnes qu'ils désirent employer dans ces démarches diplomatiques"

Ce plein pouvoir était écrit en réponse à une lettre écrite par Fersen du 27 juin et introduite clandestinement aux Tuileries. Fersen avait demandé si les pleins pouvoirs seraient donnés maintenant à Provence ou Artois et si le choix d'utiliser Breteuil ou Calonne comme principal conseiller leur serait laissé ou fixé par le roi et la reine. La réponse de Louis XVI manifeste bien qu'il continue à se montrer prudent à l'égard de ses frères et spécialement de cette tête chaude d'Artois, en limitant leurs pouvoirs à seulement entamer des négociations et en écartant spécifiquement l'utilisation de la force. L'identité de vues entre lui et Marie-Antoinette  est soulignée par le fait que c'est elle qui s'est chargée d'envoyer la note de son époux à Fersen en l'incluant dans un de ses propres courriers. Ceci fait ressortir  la reticence du couple envers Provence et Artois et leur détermination de ne pas leur donner des pouvoirs étendus:

" Le Roi pense qu'il ne peut ni ne devrait donner un plein pouvoir illimité; mais il envoie ce papier écrit à l'encre invisible pour qu'il soit donné à ses frères".

.... L'instruction à ses frères de collaborer avec Breteuil qui répondait à la question posée par Fersen ne figure pas dans la note du roi mais dans  la lettre de couverture de la reine.On y lit:

"il est important que le b de Bret établisse des liens avec les frères du roi et quiconque ils choisissent pour cette importante négociation."

A la lumière de ceci, Marie-Antoinette était particulièrement en colère au sujet de la lettre que Provence avait envoyée à Breteuil.  Elle l'exposa clairement à Fersen le 31 octobre. A la même époque elle lui révéla que l'indulgence de Madame Elisabeth pour les frères du roi créait des remous au sein de la famlille royale:

"La lettre de Monsieur au baron nous a étonnés et révoltés.  Mais nous devons nous montrer patient et ne pas manifester notre colère pour le moment. J'en ferai toutefois une copie que je montrerai à ma soeur. Je suis curieuse de savoir comment elle la justifiera étant donné la situation dans laquelle nous sommes. Notre vie domestique  est un enfer. Avec la meilleure volonté du monde, nous ne  pouvons pas discuter de chaque chose. Ma soeur est si indiscrète, entourée par des intrigants, et par dessus tout dominée par ses frères à l'étranger, que nous ne pouvons pas discuter, sans cela nous nous querellerions tous les jours".


Amicalement. Roi-cavalerie
Roi-cavalerie
Roi-cavalerie

Messages : 519
Date d'inscription : 20/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Mme de Sabran le Mar 21 Avr 2015, 20:17

.

Elle ajoute : " Notre intérieur est un enfer ."
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37965
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Mme de Sabran le Mar 21 Avr 2015, 20:25

Il est vrai que nous n'avons pas ou peu mentionné Fersen depuis le début de ce sujet, alors qu'il est intéressant de constater ( comme on le verra bientôt dans la correspondance que publiera notre amie Eve ) que Marie-Antoinette prend régulièrement conseil de son ami suédois, et ce bien avant la Révolution . Il est omniprésent, l'ami, le conseiller très écouté, l'intermédiaire auprès de Vienne .
Il sera aussi le catalyseur de la catastrophe finale en accédant au voeu pressant de Marie-Antoinette de faire lancer par Brunswick le fameux manifeste d'intimidation .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37965
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Invité le Mer 22 Avr 2015, 01:29

Dans quelle mesure peut-on impliquer Mirabeau dans la contre-révolution?
Car s'il est un des meneurs les plus éloquents dès les débuts avec sa célèbre répartie des baïonnettes, dès lors que Marie-Antoinette daigne le rencontrer en juillet 1790, il semble amorcer un courant de pensée qui s'éteindra avec lui mais qui aurait pu sauver la monarchie s'il avait vécu...

Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Mme de Sabran le Mer 22 Avr 2015, 09:45

Mirabeau essaie de freiner, contenir, dompter, diriger la Révolution pour remettre les rênes entre les mains du roi . Mais il juge Louis XVI complètement dépassé par les événements, incapable de prendre une décision .
Il préfère miser sur l'intelligence et la détermination de Marie-Antoinette .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37965
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Invité le Mer 22 Avr 2015, 11:26

J'apprends dans le Louis XVI de Petitfils que lors du ministère de Calonne, Mirabeau fut l'un de ses agents. Very Happy
En bref, il réagit en disant qu'il valait mieux l'employer que le laisser libre...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Invité le Mer 22 Avr 2015, 11:48

En somme, ma suggestion n'était pas si incongrue...
Marie-Antoinette disait qu'il trahissait des deux côtés ( je cite la répartie de Marie-Antoinette-Jane Seymour dans Les Années Lumières mais cela traduit bien Son état de pensée Wink ) c'est donc bien qu'il ne servait pas la révolution à 100% ...

Et où placer Barnave par rapport à la contre-révolution?

Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Mme de Sabran le Mer 22 Avr 2015, 15:34

Majesté a écrit:En somme, ma suggestion n'était pas si incongrue...


... du tout, du tout ! Very Happy
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 37965
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par La nuit, la neige le Dim 26 Avr 2015, 16:29

J'avais lu avec intérêt, mais aussi avec quelques difficultés (je l'avoue Smileàè-è\': ) cet ouvrage très pointu qui recentre le débat autour de l'histoire des idées (et non pas tant de tel personnage ou tels autres...).

Si le sujet vous intéresse, je vous conseille cette lecture  Wink  :  

La première contre-révolution
Jacques de Saint Victor
Chez Puf - Fondements de la politique



Présentation :
La contre-révolution paraît associée en France à la défense de l’absolutisme. Pourtant, à ses débuts, la plupart des premiers contre-révolutionnaires se sont opposés à la Révolution en se réclamant des doctrines d’opposition à la monarchie absolue d’Ancien Régime.
Ces esprits ont même obtenu la convocation des États généraux. Mais ils ont très vite été dépassés par les événements et se sont retrouvés désignés comme des « aristocrates ».
Ils n’ont pas pour autant renoncé à leur ambition d’établir en France une monarchie limitée. Et, s’ils restent attachés à « l’espace gothique » de la société d’ordres, certains se révèlent, comme Cazalès, très visionnaires sur les mécanismes du futur gouvernement parlementaire.

La pensée et l’action de ces contre-révolutionnaires, généralement méconnus, mettent en lumière la complexité des premiers courants conservateurs en France. Elles témoignent d’une sensibilité « libérale » conservatrice qui ferait, comme en Angleterre, la transition entre Montesquieu et Burke.
C’est à l’examen de ces défenseurs d’une monarchie limitée qui, par certains côtés, annonce certaines monarchies du XIXe siècle, notamment allemandes, que cette étude est consacrée. À travers un examen particulier des archives du Vatican, elle évoque aussi le rôle majeur que certains ont eu dans le schisme religieux de 1791.


Les titres de la table des matières expliquent à eux seuls pourquoi je disais que la lecture n'a pas été simple ! :

Première partie. — Un projet de restauration constitutionnelle
Le mythe d'une antique constitution trahie
Le trône hors d'atteinte de la Constitution
Les principes du « constitutionnalisme » aristocrate

Deuxième partie. — Gouvernement « mixte » ou « monarchie limitée » ?
Les droits de la nation
L'organe législatif : États généraux ou Assemblée nationale ?
Le pouvoir du Roi
Une préfiguration de la monarchie limitée du XIXe siècle ?

Troisième partie. — La défense de l'« espace gothique »
Les bases de la société traditionnelle
La défense du « bloc aristocratique » : les corps intermédiaires

Quatrième partie. — Une doctrine catholique
Le gallicanisme aristocrate et la séparation du catholicisme et de l'État
Les aristocrates contre la Constitution civile du clergé
Les conséquences politiques de la question religieuse sur le groupe aristocrate en 1791



Idea Vous pouvez également écouter l'auteur présenter son livre ici (Durée : 41 mn) :

La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 12666
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Roi-cavalerie le Dim 26 Avr 2015, 17:08

Merci, La Nuit, La Neige, pour cette information sur un nouveau livre que je ne manquerai pas de lire.

Amitiés. Roi-cavalerie
Roi-cavalerie
Roi-cavalerie

Messages : 519
Date d'inscription : 20/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum