Emigration et contre-Révolution

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Mr de Talaru le Mer 20 Sep 2017, 09:08

Sur le site :https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/mm/media/download/FRAN_ANX_011692.pdf

Voici ce que l'on peu trouver :
Rechercher un émigré de la Révolution
(1789-1825)
-
Fiche d’orientation
dans les sources des Archives nationales
Pour faciliter les recherches dans l’ensemble des fonds conservés aux Archives nationales
concernant l’émigration durant la Révolution, cette fiche d’aide à la recherche veut
résoudre le problème de la dispersion des sources entre les diverses sous-séries du cadre de
classement des Archives nationales, ainsi que dans les fonds d’archives privées. Au-delà de
la simple approche nominative, elle orientera les lecteurs vers des recherches plus ciblées,
en particulier sur le fonctionnement des institutions liées à l’émigration ou sur les biens
nationaux.
Rappel du contexte historique
Entre 1789 et 1800, environ 150
000
personnes, d’une grande hétérogénéité sociale et
géographique, quittèrent clandestinement la France, pour les pays d’Europe et d’Amérique, en
raison des troubles révolutionnaires. Abandonnant leurs biens, ces émigrés voulurent combattre la
Révolution de l’extérieur ou échapper à la mort, selon le contexte historique et la législation en
vigueur.
La première vague de départ, antérieure à 1792, fut essentiellement aristocratique et contre-
révolutionnaire. Émigration volontaire, elle s’organisa autour du comte d’Artois, avec l’intention de
rétablir la monarchie par les armes. Le 17
juillet 1789, le comte d’Artois, puis les Polignac et de
grands seigneurs de la Cour furent les premiers à passer à l’étranger, rejoignant Turin et la cour du
roi de Sardaigne, beau-père du comte de Provence, du comte d'Artois et de leur s
œ
ur Clotilde de
France, puis l'électorat de Trêves. Le marquis de Bouillé, les membres du ministère de Broglie,
Calonne, le prince de Bourbon-Condé, nombre de courtisans les suivirent. S'ensuivit l'exil des
officiers de l'armée et de la marine et des prêtres opposés à la Constitution civile du clergé
(12
juillet 1790). L'arrestation de Louis
XVI, le 21
juin 1791 à Varennes, renforça cet exil. Le comte
de Provence gagna les Pays-Bas autrichiens. De l’étranger, pour hâter l’émigration, les royalistes
établirent des bureaux à Paris et dans les grandes villes de France et éditèrent des journaux. Le
10
août 1792, date de la prise des Tuileries, 30
000 personnes avaient quitté le pays, selon la liste
générale publiée en l’an
II. Les assimilant à des traîtres à la Patrie, l’Assemblée nationale vota la loi
du 8
avril 1792 sur la confiscation des biens de ceux qui étaient absents du territoire depuis le
1
er
juillet 1789, puis la vente de ces biens (2
septembre 1792). Une première liste officielle des
émigrés fut alors dressée.
La seconde vague d’émigration, plus importante, motivée par le massacre des Tuileries et le début
de la Terreur, s’élargit à toutes les classes sociales
: noblesse, clergé, bourgeoisie, commerçants,
ouvriers et artisans, paysans. Le contexte de guerre s’ajoutait au durcissement de la loi, qui
instaura la déportation des prêtres réfractaires (décret du 26
août 1792), l'exécution de tout émigré
pris les armes à la main (9
octobre 1792), le bannissement à perpétuité et la peine de mort en cas de
retour sur le territoire (décret du 25
octobre 1792), l’immédiateté des sanctions (décret du 28
mars
1793 «
contre les émigrés
»), bientôt étendues aux parents des prévenus («
loi des suspects
» du
17
septembre 1793).
La fin de la Terreur amorça une première phase de retours progressifs, la législation devenant de
moins en moins répressive
: la circulaire du 30
pluviôse an
IV [19
février 1796] obligeait ainsi le
Directoire exécutif à statuer définitivement sur les demandes de radiation des listes d’émigrés.
Le Consulat renforça cette politique d’apaisement, le Premier Consul Bonaparte et Joseph Fouché,
ministre de la Police, souhaitant clore les divisions nées de la Révolution. La signature du
concordat de 1801, qui réconcilia l’État et l’Église et permit le retour des prêtres en exil, fut suivie
du sénatus-consulte du 6
floréal an X [26
avril 1802], décrétant l’amnistie générale des émigrés,
alors que nombre d’entre eux étaient déjà rentrés en France. Cette décision sonna le retour en
1
masse, jusqu’en 1814, de ceux qui avaient pris la fuite, sans pour autant leur garantir la restitution
de leurs biens vendus, devenus biens nationaux. Le titre
III du sénatus-consulte («
Dispositions
relatives aux biens
») rappelait même l’irrévocabilité des ventes et autres «
arrangements entre la
République et les particuliers
». Ce n’est qu’avec la loi du 5
décembre 1814 que les émigrés se virent
rendre leurs biens confisqués par l'État et non vendus et il fallut attendre le règne de Charles
X
pour voir affectés 30
millions de rente au capital d'un milliard (loi dite «
du milliard aux émigrés
»
du 23
mars 1825) à l’indemnisation des personnes lésées.
L’éclatement des sources sur les émigrés aux Archives nationales
Si trois grands ensembles – les sous-séries F/7 (inv. sommaire de Charles S
CHMITT
dans l'
État des
versements
, tome
I), BB/1 et O/3 (inv. détaillés de Georges B
OURGIN
) – conservent l’essentiel des
sources sur les émigrés aux Archives nationales, un grand nombre de fonds d’archives issus
d’administrations successivement responsables de la surveillance, de la répression et de la
réhabilitation des émigrés renferment des dossiers variés. Cet ensemble constitue un
corpus
d’une
grande richesse pour la recherche généalogique et plus largement pour l’étude du phénomène de
l’émigration, au sein de la société française, sous la Révolution. La synthèse réalisée par Marc
Bouloiseau, en 1963 (voir
infra
en partie
IV), au sujet des sources archivistiques et
bibliographiques de l’histoire de l’émigration, illustrait déjà leur extrême diversité et leur
complémentarité.
Pour retracer l’histoire d’un émigré, en s’intéressant à la fois à son parcours et à son patrimoine, le
principal obstacle réside dans cet éclatement des sources entre différentes séries et sous-séries,
dispersion qui trouve son origine dans le contexte de production des documents et dans l’histoire
des fonds. L’instabilité politique (changements de tutelles, suppression du ministère de la Police,
réorganisation des bureaux...) et les évolutions administratives (abondance de la législation en
matière d’émigration, complexité des procédures, multiplicité des interlocuteurs...) sont à l’origine
de l’éclatement des processus administratifs et par conséquent de la dispersion des sources au sein
des sous-séries. C’est dire le vaste champ d’investigation qui attend l’historien qui désire se pencher
sur la question de l’émigration.
Plan de la fiche de recherche
I.
Les priorités pour les recherches généalogiques.
II.
Des processus administratifs et judiciaires documentés par les archives publiques.
III.
Les émigrés dans les écrits du for privé et les actes authentiques du droit privé.
IV.
Pour aller plus loin...
Nota bene
.
Les chiffres en gras entre crochets indiquent les numéros des microfiches et microfilms
disponibles en salle des microfilms, précédés de la localisation du site des Archives nationales
concerné [Paris ou Pierrefitte].
Les inventaires mentionnés dans cette fiche sont, dans leur quasi intégralité, consultables dans la Salle
des inventaires virtuelle (SIV) du site internet des Archives nationales
(
http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/
). La SIV propose en ligne les instruments de
recherche dématérialisés, qui rendent tous possible la requête en texte intégral sur certains termes

émigré
», «
émigration
»,
«
séquestre
»,
etc.
) ou sur le patronyme de tel émigré.
I.
Les priorités pour les recherches généalogiques.
Des fichiers réalisés par les Archives nationales par ordre alphabétique des patronymes d’émigrés
sont à la disposition des chercheurs pour retrouver la trace d’un émigré. Ils permettent notamment
de remédier à la difficulté de l’éclatement des fonds. Dans les trois outils suivants, établis souvent à
partir des dossiers de demande de radiation, un même patronyme peut faire l’objet de plusieurs
2
orthographes (remarque également valable pour les recherches en SIV)
: il convient donc
d’interroger toutes les formes possibles, en particulier pour les noms précédés d'une particule, qui
peut être soudée au patronyme. On doit aussi tenir compte de la géographie administrative des
départements créés après 1790, dont le nom ou le ressort ont été modifiés ou qui n’existent plus,
telles les annexions de l’Empire.

_________________
Un verre d'eau pour la Reine.
avatar
Mr de Talaru

Messages : 2424
Date d'inscription : 02/01/2014
Age : 59
Localisation : près des Cordeliers...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Mr de Talaru le Mer 20 Sep 2017, 09:09

Le fichier en ligne
Numérisé en 2016, ce fichier fait l’objet d’une publication en SIV grâce au répertoire dressé par Cécile
Robin, qui offre le lien vers les images numériques. Les patronymes ont été intégralement saisis dans
l’instrument de recherche, afin de permettre la recherche en texte intégral sur un nom de famille.
Voir
:
https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/IR/FRAN_IR_055675


Dernière édition par Mr de Talaru le Mer 20 Sep 2017, 09:26, édité 1 fois

_________________
Un verre d'eau pour la Reine.
avatar
Mr de Talaru

Messages : 2424
Date d'inscription : 02/01/2014
Age : 59
Localisation : près des Cordeliers...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Mme de Sabran le Mer 20 Sep 2017, 09:13

Castafouine ! Si je clique sur le lien, Armand me répond :
Erreur de consultation
close
Cet IR n'est actuellement pas disponible en SIV.

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 35674
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Mr de Talaru le Mer 20 Sep 2017, 09:29

Effectivement ce lien ne marche pas !!!!!!
Essaie avec icelui :
Sur le site :https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/mm/media/download/FRAN_ANX_011692.pdf

_________________
Un verre d'eau pour la Reine.
avatar
Mr de Talaru

Messages : 2424
Date d'inscription : 02/01/2014
Age : 59
Localisation : près des Cordeliers...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Mme de Sabran le Mer 20 Sep 2017, 09:32

It works !!! Merci, cher François .

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 35674
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Lucius le Mer 20 Sep 2017, 11:16

Lorsqu'on évoque l'émigration, on oublie souvent de parler des membres du clergé, moines et prêtres, qui partirent en plusieurs vagues.

On estime qu'en 1794, il y avait environ 50 000 ecclésiastiques française en fuite de par l'Europe.
Les nations les plus accueillantes furent l'Angleterre et la Suisse, qui en accueillirent plus de la moitié. Londres accueillait 31 évêques, soit plus que l'Eglise d'Angleterre n'en comptait avant Henri VIII !
L'Espagne s'est montrée assez accueillante, ainsi que certains pays d'Allemagne, surtout la Rhénanie et la Westphalie.
Le Saint-Siège bien sûr ouvrira ses portes.

Par contre, les états italiens refusèrent l'accès de leur territoire, ainsi que la Bavière, de peur des représailles françaises et par indifférence.
avatar
Lucius

Messages : 7932
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Mr de Talaru le Mer 20 Sep 2017, 14:19

bien sûr les prêtres, les curés, les moines, les grands ecclésiastiques, mais quant on lit les listes des émigrés, l'on s’aperçoit que pas mal de notaires, d'huissiers, de clercs, de cuisiniers (qui suivirent leur maitre) des commerçants, sans oublier évidement leurs familles. en lisant les listes je me suis aperçue qu'il y avait pas mal d'alsaciens, et des gens du Sud qui émigrèrent.

_________________
Un verre d'eau pour la Reine.
avatar
Mr de Talaru

Messages : 2424
Date d'inscription : 02/01/2014
Age : 59
Localisation : près des Cordeliers...

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Mme de Sabran le Sam 09 Juin 2018, 15:45


Terrible constat :

Le roi, le roi ! s’abandonnant lui-même, et semblant prêt à désavouer tout héroïsme qui se serait compromis en résistance, les royalistes l’abandonnaient, pensant tout bas ce qu’un des leurs lui écrivait : "  Vous n’avez pas voulu être mon roi, je ne veux plus être votre sujet " ; et ils emportaient toute leur patrie dans leur cocarde blanche .

( Les Goncourt )

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 35674
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

l'émigration

Message par Mme de Sabran le Mer 11 Juil 2018, 22:37



A partir de 1791, l'émigration très nombreuse inquiète :

 La municipalité arrête qu’on ne délivrera plus de passeports sans certificat de médecin. Les ci-devant de simuler des maladies, ou d’obtenir des certificats de complaisance. Nouveau règlement et visa du commissaire de la section qui confronte levisage de la personne avec le certificat, et décide parfois, comme pour l’archevêque de Reims, attaqué de consomption, que les médecins sont des alarmistes, et que le candidat à l’exil peut garder la France.

Comment ?!!    Shocked    Il fallait une autorisation sur certificat médical pour émigrer ?!!  

( Jules et Edmond de Goncourt  Histoire de la société française pendant la Révolution )

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 35674
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Mme de Sabran le Mar 30 Oct 2018, 09:04

Les princes étaient placés dans la plus fausse des situations. Ils avaient beau se qualifier en toute occasion de " frères du roi " , ce lien familial ne conférait aucune base juridique à leurs démarches. Des questions de personnes aggravèrent encore le problème. On se rappelle les conditions dans lesquelles, avant la Révolution, Breteuil et Calonne, pendant un temps en bonne relations, avaient fini par s'opposer. Un destin malchanceux - pour l'émigration et sans doute pour la France - les remettait face à face. Ils dépassaient, l'un et l'autre, de cent coudées leurs compagnons d'infortune. Unis, peut-être seraient-ils parvenus à quelque résultat; hostiles, ils se condamnaient l'un et l'autre à l'impuissance. Leurs divergences portaient moins sur des questions de principe que de méthode; elle résultait plus encore de leurs caractères.

( Lacour-Gayet )

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 35674
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Mme de Sabran le Mer 31 Oct 2018, 15:54



Et, toujours sur la brouille Breteuil / Calonne :

- le prince de Ligne :
La brouillerie causée par des amis trop adroits et des ennemis trop éveillés du baron de Breteuil et de M. de Calonne a fait le malheur de la France, et par conséquent de l'Europe. Je me suis mis vingt fois à leurs genoux pour raccommoder l'excelllente tête de l'un et l'esprit pénétrant, quoique trop léger, de l'autre ...

- la duchesse de Tourzel :
Breteuil était si cassant que, par moments, Marie-Antoinette se demandait si'l ne calculait pas ses intérêts autant que ceux du roi ...

- M. de Raigecourt :
Il faut tout dire, M. de Calonne, à cause de sa légèreté même, n'est pas haineux, et peut-être trouverait-on en lui plus de dispositions à un rapprochement que l'on en trouverait encore dans le baron ...


_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 35674
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Mme de Sabran le Sam 03 Nov 2018, 09:07


Je continue.
Breteuil nous a vraiment porté la poisse .
Il fait de même la sourde oreille à ce cri du coeur de l'abbé de Maury :

On est prêt à se concerter avec vous pour déterminer des mesures qui doivent tendre au même but ... Nous sommes trop malheureux pour avoir le temps de nous haïr ... N'écoutez donc que votre raison, votre coeur et le voeu national, Monsieur le baron, et soyez sûr que le rapprochement de Coblence avec les Tuileries doit être la base de toutes ces opérations... Je n'avais jamais vu M. de Calonne. Je n'ai trouvé en lui ni fiel, ni rancune ou jalousie. On ne s'aperçoit nullement, quand on traite d'affaires avec lui, qu'il y mette la moindre légèreté. Il travaille beaucoup, il vit très retiré, il consulte, il écoute, il raisonne fort solidement, et, en l'observant avec attention, je n'ai pas trouvé que son esprit et son amabilité dont on a fort parlé fissent tort à son jugement .

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 35674
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Trianon le Dim 04 Nov 2018, 03:46

Mme de Sabran a écrit:
Je continue.
Breteuil nous a vraiment porté la poisse . . [/i]
Nous ? Les aristocrates ? La France ? Peut-être, mais l'Histoire était en route Eléonore, même si le baron de Breteuil avait écouté ses proches amis (Calonne et tant d'autres, comme cela est précisé), RIEN n'aurait changé le désastre français, même si pour beaucoup ce n'était pas un désastre.

- la duchesse de Tourzel :
Breteuil était si cassant que, par moments, Marie-Antoinette se demandait si'l ne calculait pas ses intérêts autant que ceux du roi ...

Qui sait ? Tout était possible dans ces moments de troubles. Chacun pouvait y croire à sa manière.
avatar
Trianon

Messages : 3026
Date d'inscription : 22/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Mme de Sabran le Dim 04 Nov 2018, 11:07

Trianon a écrit:
Mme de Sabran a écrit:
Je continue.
Breteuil nous a vraiment porté la poisse .   . [/i]
Nous ? Les aristocrates ? La France ? Peut-être, mais l'Histoire était en route Eléonore, même si le baron de Breteuil avait écouté ses proches amis (Calonne et tant d'autres, comme cela est précisé), RIEN n'aurait changé le désastre français, même si pour beaucoup ce n'était pas un désastre.

L'Histoire était en route, certes, mais pour arriver à la République et la démocratie il y avait peut-être des chemins moins dégoulinants et poisseux du sang des massacres de toute cette période plus hideuse que glorieuse.

L'Histoire est un engrenage de faits, sous les faits il y a des hommes, et ce sont les ressorts psychologiques que je trouve passionnants.  La petite histoire fait la grande . Rien n'est plus vrai .

Pour en revenir à Breteuil, il s'était déjà montré très responsable dans le choix catastrophique du jugement de l'affaire du Collier devant le Parlement  ( en opposition à Vergennes et Calonne ).  En ce qui concerne l'émigration et la contre-révolution  ( notre sujet ), il se prête au double-jeu funeste de Louis XVI et Marie-Antoinette.   C'était pourtant la politique du pire.   Il fallait ou lutter à visage découvert contre la Révolution ou accepter réellement, honnêtement, la Constitution et marcher dans le sens du voeu de la nation comme le préconisait Necker.  
Que de sang épargné ç'eût été alors !

Breteuil marche dans le double-jeu donc alors que Catherine II  lui garde un chien de sa chienne  ( petite histoire personnelle :  voir nos sujets   http://marie-antoinette.forumactif.org/t3488p25-la-declaration-de-pillnitz-et-le-projet-de-congres-arme#106329  et aussi http://marie-antoinette.forumactif.org/t3486-les-princes-a-coblence?highlight=COBLENCE  )     et que, sans Catherine, l'Angleterre et l'Autriche ne bougeront pas .
Il fait la sourde oreille à toutes les tentatives de rapprochement avec Coblence alors que c'est cette incohérence chaotique entre les princes et le roi qui torpille finalement le projet de congrès armé .

Catherine l'écrit au prince de Nassau, exaspérée, après avoir reçu les ambassades de Bombelles pour Breteuil et d'Estérhazy pour les princes :

« ... Qu'attendre de gens qui agissent sans discontinuer avec deux avis divers parfaitement contradictoires : l'un en public ( les princes ) et l'autre en secret ? ( Louis XVI )
C'est elle qui a tout perdu, cette contradiction continuelle ; c'est elle qui empêche d'aller en avant. Le seul parti qui le pourrait, celui des princes, on les veut en arrière : pourquoi ? parce qu'ils sont en avant. On est faux avec eux et avec tout le monde, en vérité, car ce Breteuil encore a toujours haï cordialement la Russie et votre très humble servante plus qu'âme qui vive . »

Et elle annote ainsi le mémoire de Bombelles :

« Dans tout ce mémoire , je ne vois que la haine de Breteuil contre Calonne. Quand la Reine, dans sa lettre, répète que les princes ne doivent se trouver qu'en arrière, je vois bien de quoi il s'agit; mais en même temps je vois aussi que l'arrière d'un très grand parti, composé des vrais catholiques romains, des princes, de la noblesse, des parlementaires, de quantité de militaires de tout grade, n'est pas le moyen de faire aller la bonne cause en avant. Il faudrait envoyer au diable les conseillers tels que le baron de B..., qui donne d'aussi mauvais conseils, et Cal... aussi, parce que, à la lettre, c'est un éventé. »

_________________
...    demain est un autre jour .
avatar
Mme de Sabran

Messages : 35674
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Emigration et contre-Révolution

Message par Trianon le Dim 04 Nov 2018, 14:08

Je comprends votre opinion chère Eléonore et un peu votre colère contre Breteuil et vous avez entièrement raison quand vous parlez du sang "inutile" malgré tout versé. Merci pour ces informations.
Je voulais juste signifié qu'avec des "si", on changerait le monde, malheureusement ce n'est pas souvent le cas. Je vous rejoins en tout dans votre explication et d'ailleurs, je comprends un peu mieux la description de Breteuil qui peut inciter à la juste colère.
avatar
Trianon

Messages : 3026
Date d'inscription : 22/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum