Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par MARIE ANTOINETTE Dim 29 Oct - 15:20

DUROMINIQUE SABOYDIN PERRIN auteur des oubliés du temple vient de m'informer que son livre sur" MADAME ELISABETH , une célibataire toute donnée"
sortira le 23 Novembre 2O17 aux EDITIONS SALVATOR (éditeur catholique) au prix de 9 euros
pour 80 pages
ce livre sert de document pour compléter le dossier de BEATIFICATION de la princesse qui est à l'étude au VATICAN après un long abandon ; rien à voir avec le roman de Madame DE BROCA.

MARIE ANTOINETTE Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification 2523452716
MARIE ANTOINETTE
MARIE ANTOINETTE

Messages : 3654
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 75
Localisation : P A R I S

Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par Invité Dim 29 Oct - 16:22

Merci, je note aussi........

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par Dominique Poulin Dim 29 Oct - 16:49

Ce dossier de Béatification doit être tenu top secret je suppose, je serai curieux de voir ce qu'il y a dedans...  Eventaille Eventaille Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification 1123740815
En tout cas si ce livre en est le contrepoint, je serai tout aussi curieux de le lire, car les dossiers de Béatification si je ne m'abuse sont gigantesques.  Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification 2829637892
Dominique Poulin
Dominique Poulin

Messages : 4745
Date d'inscription : 02/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par Invité Dim 29 Oct - 17:07

Dominique Poulin a écrit: je serai curieux de voir ce qu'il y a dedans...

Ma foi, Dominique, vous savez, l'église orthodoxe a canonisé les Romanov pour je cite partiellement, " leur douceur" et j'ai oublié la suite, "abnégation" ?? Enfin, dans ce genre;

"Notre " Elisabeth pourrait bien mériter d'être canonisée/ béatifiée.......Vous dites, que vous vous demandez ce qu'il y a dans le dossier, et je me le demande aussi !!
Very Happy Avec un sens un tout petit peu différent.......si vous le permettez, c'est à dire que je la verrais bien canonisée, béatifiée au moins;

Les Saints.......Hum, on ne sait jamais trop trop........Certains, oui, on "voit" tout de suite, par contre, j'en ai "une" en tête, Sainte Jeanne de Chantal, pour ne pas la nommer, la grand mère paternelle de Marie de Sévigné, qui a abandonné ses enfants en dépit de leurs supplications, pour s'en aller galoper ouvrir des monastères dans tous les azimuts......Etant donné l'état d'esprit bien imprégné de religion du XVII ème siècle ( fin XVI ème et début XVIIème), bon, il n'y avait pas le feu au lac.......Et combien d'autres.......
Alors, Madame Elisabeth, je veux bien ! je promets de lui allumer un cierge en certaines circonstances........ Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par Dominique Poulin Dim 29 Oct - 18:48

Je papote juste à chaud Louise-Adelaide, car je ne suis pas du tout au fait de cette question de la Béatification de Madame Élisabeth. A vrai dire, faute de lumières à ce sujet, je n'en suis pas moins très curieux et intéressé sur ce  que je ne connais pas du point de vue de l'étude de ce dossier dans les mains des spécialistes qui y travaillent au sein du Vatican.
Sur quels critères se fondent-ils ? Avec quelles méthodes ? Sur quels types de témoignages et de documents ? Voila ce qui m'intéresse.
Pour ce qui se réfère à mon ressenti, et plus généralement pour tous ceux qui connaissent la vie de Madame Elisabeth, nous pouvons tous confirmer sur ce que nous savons et sur ce que tous les contemporains de la princesse ont rapporté dans leurs confidences et témoignages, la grande bonté charitable de Madame Elisabeth.
La soeur cadette de Louis XVI a fait à son niveau et avec les moyens dont elle disposait, tout ce qui était en son pouvoir pour soulager la misère publique sur sa propriété de Montreuil et dans les environs à savoir la création d'un dispensaire, les distributions de lait et d'aumones pour les pauvres.
Du point de vue de sa piété et de son sens du sacrifice à rester en France malgré tous les dangers, il y a certainement fort à dire.
Dominique Poulin
Dominique Poulin

Messages : 4745
Date d'inscription : 02/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par La nuit, la neige Dim 29 Oct - 22:38

N'étant pas -du tout- informé et au fait de ce sujet, je suis allé fouillasser ici ou là, et complète donc vos messages.
Je cite Wiki (la Bible des internautes mécréants... Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification 3236493444 Eventaille)

Béatification :

La béatification est la déclaration, par décret pontifical, qu'une personne de foi chrétienne a pratiqué les vertus naturelles et chrétiennes de façon exemplaire, ou même héroïque.
La vénération publique de celui ou celle qui est alors appelé bienheureux ou bienheureuse est par la suite autorisée, localement ou universellement.
(...)
Aujourd'hui, la béatification est souvent la première étape, nécessaire mais non suffisante, vers la sainteté.
La Congrégation pour les causes des saints exige une enquête ainsi qu'un miracle.
Seule exception à la loi ecclésiastique, il n'est pas exigé de miracle pour la béatification d'un martyr.


Une béatification n'aboutit qu'après une longue procédure (ou procès) préparatoire, mise en route par l'évêque du lieu où est décédé le candidat, et soutenue par une dévotion populaire, avec appel de témoins — favorables ou contraires — et examen des écrits.
Le tout doit être confirmé par un miracle obtenu par l'intercession céleste de la personne concernée.

La Congrégation pour les causes des saints a promulgué en 2007 la version actuelle des règles à suivre pour l'enquête diocésaine.

(...)

Le pape Jean-Paul II a, lors de son pontificat, modifié considérablement la pratique de la béatification. Jusqu'en octobre 2004, il a béatifié 1 340 personnes, soit plus que l'ensemble des béatifications effectuées par ses prédécesseurs depuis le pape Sixte V  Shocked , qui établit une procédure de béatification similaire à celle en pratique aujourd'hui.

* Source et article Wiki complet, ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9atification

Arrow Sauf erreur de ma part, il y aurait, à ce jour 440 bienheureux martyrs de la Révolution.


Canonisation :

La canonisation est un processus établi par l'Église catholique et les Églises orthodoxes, conduisant à la reconnaissance officielle d'une personne comme 'sainte', et proposée alors comme modèle exemplaire de vie chrétienne.
Le saint ou la sainte reçoit une place dans le calendrier liturgique de l'Église, date à laquelle il est liturgiquement commémoré et invoqué.

(...)

Ce rituel suit des règles et des cérémonies définies par l'Église catholique. On parle de procès en canonisation. Ce procès est instruit par la Congrégation pour les causes des saints, l'une des congrégations romaines du Vatican (...)

Aujourd'hui, pour être reconnue comme sainte une personne doit remplir plusieurs conditions. La procédure commune repose sur trois critères :

- le candidat, Serviteur de Dieu laïc ou religieux, doit être mort en odeur de sainteté ;
- il doit avoir un rayonnement spirituel après sa mort (notion de réputation de sainteté, la fama sanctitatis qui doit être spontanée, durable, croissant continuellement et généralisée) avec des témoignages humains qui attestent de son martyre ou de sa vertu héroïque (en) (vertus théologales et vertus cardinales ou vertus religieuses) ;
- il doit avoir accompli au moins deux miracles (oups !)

Outre cette canonisation formelle, la canonisation équipollente (appelée aussi canonisation équivalente) permet au pape d'étendre à l’Église universelle le culte d'un bienheureux et de l'inscrire au calendrier des saints en l'absence d'un procès en canonisation dans des conditions précises.

(...)

Une canonisation équipollente est une canonisation décidée par un simple décret du pape sans que la reconnaissance d'un miracle ne soit nécessaire. (Bon !  Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification 4099329125)

Cette forme de canonisation, codifiée par Benoît XIV au XVIIIe siècle, nécessite trois éléments :
- la possession ancienne d’un culte lié à la personne à canoniser, - l’attestation constante et répandue de ses vertus ou de son martyre par des historiens dignes de foi et la réputation ininterrompue d’accomplissement de prodiges.

Lorsque ces conditions sont remplies le pape peut, de sa propre autorité, sans procès ni cérémonie de canonisation, procéder à une canonisation équipollente, c’est-à-dire étendre à l’Église universelle le culte liturgique en l'honneur du bienheureux.

(...)

* Source et article complet, ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Canonisation

Arrow A ce jour, et sauf erreur de ma part, il n'y eut qu'une seule canonisation d'un martyr de la Révolution, celle de Salomon Leclercq, qui avait été béatifié en 1926.
Sa canonisation a été célébrée à Rome, par le pape François, avec six autres saints, le dimanche 16 octobre 2016.


Sa bio Wiki : https://fr.wikipedia.org/wiki/Salomon_Leclercq
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 14767
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par Invité Lun 30 Oct - 7:37

Very Happy OUH !!! bravo et merci !!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par Invité Lun 30 Oct - 7:39

Dominique Poulin a écrit:Je papote juste à chaud Louise-Adelaide,


Very Happy Moi de même, rassurez-vous !!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par MARIE ANTOINETTE Lun 30 Oct - 11:49

Le dossier de béatification de Madame ELISABETH était entre les mains du CARMEL DE MEAUX pendant de nombreuses années, mais il était resté dans un placard et le vatican n'avait pas l'ensemble des documents en mains.

en cette année l'affaire à été reprise par un nouveau groupe de spécialistes, le dossier serait en bonne voie mais cela demande du temps -
je rappelle que MADAME CLOTHILDE a été béatifiée et que pour MADAME ELISABETH on attendait car les carmélites souhaitaient faire passer MADAME LOUISE avant sa nièce !!!!!

MARIE ANTOINETTE Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification 309649167
MARIE ANTOINETTE
MARIE ANTOINETTE

Messages : 3654
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 75
Localisation : P A R I S

Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par Invité Lun 30 Oct - 14:34

Marie-Antoinette a écrit:les carmélites souhaitaient faire passer MADAME LOUISE avant sa nièce !!!!!

Connaissant bien peu, sinon pas du tout Madame Louise, je ne commente pas........sinon que la fama sanctitatis concernant cette dernière demeure à la seule connaissance des Carmélites ??

Attendons.......

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par MARIE ANTOINETTE Mar 28 Nov - 17:32

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Confyr10
voici l'annonce de la conférence que donnera DOMINIQUE SABOURDIN PERRIN (auteur des OUBLIES DU TEMPLE) le LUNDI 11 Décembre prochain à PARIS 9° avec présentation de son livre paru le 23 novembre "Mme ELISABETH DE FRAZNCE l'offrande d'une vie".

Pour les parisiens vous êtes cordialement invité(e)s à entendre les détails sur le dossier de béatification en cours de la Princesse.

MARIE ANTOINETTE Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification 1123740815
MARIE ANTOINETTE
MARIE ANTOINETTE

Messages : 3654
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 75
Localisation : P A R I S

Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par MARIE ANTOINETTE Dim 3 Déc - 15:12

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Img_1312Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Img_1313
Voici le livre de DOMINIQUE SABOURDIN PERRIN qui sera en janvier dans divers lieux
3 janvier sur radio notre dame de 22 H à Minuit
8 janvier SAINT JEAN DE PASSY
le même jour 8 JANVIER CONFERENCE à l'I.M.B à PARIS
9 janvier Procure de VERSAILLES
10Janvier...... SALON DE VILLEPREUX
15 janvier..... JOURNEES SAINT ELISABETH


20 JANVIER à NANCY - conférence sur les OUBLIES DU TEMPLE.

MARIE ANTOINETTE Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification 1123740815
MARIE ANTOINETTE
MARIE ANTOINETTE

Messages : 3654
Date d'inscription : 22/12/2013
Age : 75
Localisation : P A R I S

Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par Mme de Sabran Mar 6 Mar - 9:36



Madame Elisabeth ou l’histoire d’une longue marche vers la béatification  Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification A_01AN%7E1


A l’occasion de la conclusion de ses travaux, l’Assemblée plénière des évêques de France réunie à Lourdes du 3 au 8 novembre 2017, a ouvert la voie au procès de béatification de Madame Elisabeth : ce dernier épisode s’ajoute à l’histoire d’un dossier vieux de près d’un siècle.

La sœur de Louis XVI fut incarcérée à la prison du Temple, puis exécutée place de la Concorde à Paris, le 10 mai 1794 : de l’avis de tous les témoins, elle est morte en odeur de sainteté. Le pape Pie VII lorsqu’il vint à Paris pour le sacre de Napoléon Ier, passant devant le portrait de Madame Elisabeth, prononça en public cette invocation : « Sancta Elisabeth, ora pro nobis ».

Entre 1848 et 1850, fut édifiée au Petit-Montreuil où Madame Elisabeth avait son domaine et recevait les pauvres, une chapelle dédiée à sainte Elisabeth de Hongrie, chapelle aujourd’hui devenue une paroisse de Versailles.

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification 1229


En 1920, grâce aux efforts de Mme de Villeroy, tertiaire du Carmel de Meaux, une association est créée pour la béatification de Madame Élisabeth. Puis, en 1947 le marquis de La Franquerie lance une seconde association, approuvée par de très nombreux cardinaux et évêques.

C’est en 1953 que la cause de béatification est officiellement introduite par le cardinal-archevêque de Paris, Mgr Maurice Feltin : Madame Elisabeth est alors déclarée servante de Dieu, mais on n’ira pas plus loin, et le dossier s’endort pour de longues décennies… Jusqu’en en 2016, lorsque le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, procède à la réouverture de la cause.

=> Madame Elisabeth sur PSB Lyon

FSSPX. Actualités propose à ses lecteurs de redécouvrir le visage de la sœur du roi Louis XVI, guillotinée en 1794, à travers l’entretien accordé à Nouvelles de Chrétienté (n°128 – nov.-déc. 2011), par le Professeur Jean de Viguerie, auteur d’une biographie très remarquée : « Le sacrifice du soir : vie et mort de Madame Elisabeth » (Cerf, 2010).


Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification 1228



LE SACRIFICE DU SOIR : ENTRETIEN AVEC LE PROFESSEUR JEAN DE VIGUERIE


Madame Elisabeth bientôt béatifiée  Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification 1157026002
Une étape vient d’être franchie avec l’aval de la Conférence des évêques de France, pour l’ouverture de la cause de béatification de Madame Elisabeth.

Pour conserver à cet entretien son caractère propre, le style oral a été maintenu.

Abbé Alain Lorans
: Monsieur le Professeur, votre ouvrage relate le destin tragique de la sœur du roi Louis XVI. Pourriez-vous dire quelle fut sa brève vie ?

Jean de Viguerie : Sa vie est très brève, en effet. Elle est née à Versailles le 3 mai 1764, elle a été guillotinée à Paris le 10 mai 1794 ; elle a donc vécu trente ans et sept jours. Elle avait une excellente santé, et avait dit : « je vivrais cent ans à moins que l’on ne m’assassine ». Elle a vécu ces trente années auprès de sa famille, auprès de son frère le roi Louis XVI et de sa belle-sœur la reine Marie-Antoinette. Ce qui la caractérise essentiellement c’est cette fidélité à sa famille. Elle a été une princesse soucieuse de ses devoirs, soucieuse de son honneur et de sa dignité et elle a accompagné sa famille dans les tribulations et dans le malheur. Voilà son destin, une vie brève mais bien remplie.

A. L. : Vous la caractérisez en deux mots que je vous demanderai de bien vouloir éclairer quelque peu. Vous écrivez que c’est une timide, et malgré cela éloquente.

J. de V. : Oui, elle appartient à une espèce de femmes qui est assez rare, les timides éloquentes, les timides exhortatrices. Elle est très timide en effet ; quand viennent à Versailles – c’est la mode à l’époque – des souverains étrangers qui voyagent incognito, on croit nécessaire de leur présenter la sœur du roi. Alors elle est très intimidée et elle ne sait pas quoi dire, heureusement la reine est là et, avec sa grâce habituelle, elle fait l’intermédiaire. Madame Elisabeth hésite toujours à prendre la parole en public, mais quelquefois elle sent la nécessité impérieuse d’intervenir et à ce moment-là elle parle, elle exhorte, elle convertit, elle persuade. C’est quelque chose de très curieux chez elle, ce contraste entre sa timidité native et cette éloquence qui tout d’un coup la saisit, cette capacité de parler.

A. L. : On le voit lors de la fuite à Varennes. Lorsque la famille royale est ramenée à Paris, il y a dans la voiture deux révolutionnaires et elle va s’adresser à eux avec un courage qu’on peut dire viril…

J. de V. : Il y a dans la voiture la famille royale, on est un peu serré parce que deux députés de l’Assemblée ont été envoyés à la rencontre de la famille royale pour les ramener à Paris et à côté de Madame Elisabeth se trouve Pétion qui sera Maire de Paris et en face d’elle se trouve Barnave qui est un des plus jeunes et plus brillants orateurs de la Révolution commençante. Pétion ne dit rien, il est à côté de Madame Elisabeth qui ne le voit pas puisqu’il est à côté d’elle et elle voit, en revanche, Barnave. Elle sait le rôle de Barnave dans l’Assemblée parce qu’elle suit de très près les événements politiques et elle profite de l’occasion et elle l’exhorte. Elle l’exhorte et elle commence en lui disant : « vous êtes un homme assez intelligent pour comprendre la bonté du roi envers ses sujets ; or l’Assemblée et les patriotes ne l’ont pas traité comme il convenait, ils n’ont pas reconnu sa bonté ». Elle va plaider pendant près d’une heure la cause de son frère auprès de ce patriote, auprès de ce révolutionnaire – c’est ainsi qu’on les appelle, les patriotes – et quand on arrive à Paris, il y a un converti à la cause royale, c’est Barnave, qui d’ailleurs le paiera de sa vie.

A. L. : Vous essayez de voir dans son éducation ce qui a bien pu lui donner ce courage. Et vous dites qu’à la différence de beaucoup de ses contemporains, elle a été épargnée par l’esprit des Lumières.

J. de V. : Oui, elle a eu la chance d’avoir une gouvernante qui était hostile aux Lumières, la comtesse de Marsan. La comtesse de Marsan avait d’ailleurs commencé l’éducation des princes, de Louis XVI et de ses frères, mais ces jeunes enfants étaient passés aux hommes à l’âge de sept ans comme c’était l’usage et ils n’avaient plus reçu les leçons de la comtesse de Marsan. A l’inverse la comtesse de Marsan garde la direction des deux filles, Madame Clotilde et Madame Elisabeth et elle va les conduire jusqu’à la fin de leur éducation, c’est-à-dire jusqu’à l’âge de 14 ans, jusqu’au mariage de Madame Clotilde et jusqu’à la fin de l’éducation de Madame Elisabeth. Et cette comtesse de Marsan n’aime pas les philosophes, elle s’est employée à mettre en garde les jeunes princesses contre la philosophie des Lumières, ce qui fait que leur éducation a été très différente de celle de Louis XVI et ses frères.

La comtesse de Marsan a même embauché la marquise de La Ferté-Imbault, fille de madame Geoffrin, qui à la différence de sa mère ne fréquente pas les philosophes, et même les déteste, et qui va donner un enseignement philosophique, à la demande de la comtesse de Marsan, aux deux jeunes princesses. Et cela est une innovation considérable dans l’éducation des jeunes filles. Les jeunes filles apprenaient un peu de latin, elles apprenaient à écrire le français, elles apprenaient les arts d’agréments, mais elles n’apprenaient pas la philosophie. Pour la première fois, une jeune fille, une petite fille – Madame Clotilde a onze ans et la petite Elisabeth sept ans – vont recevoir des leçons de philosophie de la marquise de La Ferté-Imbault. Des leçons de philosophie antique, la philosophie stoïcienne principalement, on va leur enseigner Plutarque et Cicéron principalement. Evidement cette philosophie n’est pas la philosophie chrétienne mais c’est une philosophie qui va les aider à surmonter les malheurs, et la pensée de Cicéron – surtout dans le De Amicitia – va imprégner fortement la pensée de Madame Elisabeth et l’aider dans les périls et dans les malheurs.

A. L. : C’est de la philosophie, mais peut-on savoir quelle est l’influence des hommes d’Eglise sur Madame Elisabeth ? Qu’a-t-elle reçu comme éducation spirituelle ?

J. de V. : Nous ne sommes pas très bien renseignés et nous savons que son confesseur depuis l’âge de neuf ans était l’abbé Madier. Il est le confesseur et l’aumônier des fameuses tantes, Madame Adélaïde, Madame Victoire et Madame Sophie qui vivaient à Bellevue. Et l’abbé Madier était leur confesseur. C’est un ex-jésuite. Vous savez que la Compagnie de Jésus est supprimée par le roi en 1763, mais les jésuites peuvent rester en France. L’abbé Madier est un ex-jésuite, il a été chargé d’une paroisse à Paris pendant un certain temps, une paroisse qui était très janséniste, et il s’est employé à lutter contre l’influence janséniste. Il est donc très fidèle à la spiritualité de la Compagnie, il est aussi peu janséniste que possible, et c’est aussi un fondateur puisqu’il a fondé un couvent de la Congrégation Notre-Dame à Versailles. Alors, de l’abbé Madier, nous savons cela, nous savons que c’était un bon prêtre, que Madame Elisabeth l’aimait beaucoup, mais rien de plus. Quand l’abbé Madier part en mars 1791 pour Rome, quand les tantes quittent la cour pour se réfugier à Rome à cause du schisme, Madame Elisabeth est toute désorientée et elle va chercher un nouveau confesseur. C’est une grande affaire pour elle. Elle ne sait pas à qui s’adresser. Alors elle va demander conseil. On va lui indiquer un modeste prêtre qui n’a pas de ministère, qui est d’origine étrangère, qui est irlandais, qui vit chez les Missionnaires du Saint-Esprit, et elle va le rencontrer et en être aussitôt très satisfaite. Cet abbé, qui est l’abbé Edgeworth de Firmont, va donc être son confesseur de mars 1791 au 9 août 1792, c’est-à-dire la veille de la chute du trône. Il viendra plusieurs fois aux Tuileries confesser Madame Elisabeth et il exercera certainement sur elle une influence profonde. Malheureusement nous n’en savons pas davantage. Il y a eu ensuite des lettres échangées entre l’abbé Edgeworth de Firmont et Madame Elisabeth pendant la prison du Temple, mais ces lettres, l’abbé Edgeworth de Firmont les a détruites.

A. L. : Puisque nous parlons des prêtres sous la Terreur, pouvez-nous dire comment Madame Elisabeth a reçu les secours de la religion un peu avant sa mort ? Comment exerçaient leur ministère ces prêtres qui étaient non jureurs, habillés en civil, obligés de se cacher parce qu’ils étaient persécutés ? Comment est-ce qu’ils donnaient la dernière absolution aux condamnés ?

J. de V. : C’étaient les prêtres qui étaient hébergés et employés comme ouvriers par madame Bergeron dans un magasin d’armurerie que cette dame possédait en face de la Conciergerie. Pour protéger la religion elle avait embauché ces prêtres réfractaires qui avaient refusé de prêter serment, et qui étaient des suspects, elles les avaient embauchés comme ouvriers serruriers, et quand on avait besoin d’une réparation à la Conciergerie – les serrures jouent un rôle important dans les prisons – on envoyait ces faux ouvriers qui étaient en fait des prêtres réfractaires, et qui de cette manière pouvaient prendre contact avec les prisonniers. Parmi ces prêtres il y en avait un qui s’appelait l’abbé de Sambucy, qui était un jeune prêtre, ordonné seulement depuis deux ans, en 1794, qui était tout jeune prêtre, et c’est lui qui a été désigné pour donner l’absolution à Madame Elisabeth à son départ pour l’échafaud. Il y avait alors une mansarde – tout le monde était au courant, le monde des prisonniers et même sans doute des geôliers – l’abbé se tenait à la fenêtre de la mansarde, et quand les condamnés montaient sur les charrettes, ils regardaient vers la fenêtre de la mansarde et recevaient l’absolution de l’abbé qui était désigné pour cela et qui était l’aumônier de la guillotine du jour. Ensuite, l’abbé vêtu d’un vêtement d’ouvrier, suivait la charrette jusqu’à l’échafaud, c’est-à-dire jusqu’à la place de la Révolution. Après l’exécution, il accompagnait les corps jusqu’au lieu de l’inhumation.

A. L. : Admirable !

J. de V. : C’était un ministère sans pareil.

A. L. : Je reviens à l’éducation de Madame Elisabeth. Vous écrivez qu’elle a reçu une éducation très différente de celle de ses frères, mais cela explique-t-il la différence de tempérament entre le roi et elle ? Vous dites que Louis XVI a du courage mais qu’il est lent, alors qu’elle a le jugement rapide, la résolution immédiate. Comment l’expliquez-vous ? C’est une question de tempérament ou de formation ?

J. de V. : C’est une question de tempérament. Elle ressemble à son père. Son père, le dauphin Louis, était un homme très vif, très prompt, qui a été mis sous le boisseau par son père puisqu’il n’a pratiquement jamais assisté au Conseil de toute sa vie, ou très tardivement, mais qui était doué pour la guerre, pour les armes, et qui n’a malheureusement pas pu exercer ses talents. Elle a le tempérament vif et bouillonnant de son père. Le tempérament vif et bouillonnant de son frère aîné le duc de Bourgogne, mort prématurément, et qui aurait été l’héritier du trône. Alors que Marie-Joseph de Saxe était une femme très posée, très énergique, mais qui n’avait pas cette vivacité. Elle avait du sang germanique, elle était un peu plus, pardonnez-moi, peut-être un peu plus lourde.

A. L.
: Vous avez consacré un ouvrage à Louis XVI, « le roi bienfaisant », paru aux éditions du Rocher en 2003, est-ce qu’on peut dire que son tempérament a été aggravé par l’influence des Lumières ?

J. de V. : A propos de Louis XVI, oui certainement. Louis XVI a été un grand lecteur à partir de la fin de son éducation, c’est-à-dire de l’âge de 14 ans, et il a lu tous les philosophes des Lumières, certainement. Il a lu Diderot, il a lu Voltaire, il a lu Montesquieu, et pendant un certain temps il a été très imprégné par la philosophie des Lumières. C’est plus tard, lorsqu’il aura compris la nature de la Révolution, l’illusion qu’elle comporte, qu’il répudiera les Lumières, mais beaucoup plus tard. Il était déjà à la fin de son règne, et c’était trop tard. Pendant longtemps il n’a pas compris l’influence perfide des Lumières. Ce qui le prouve c’est qu’il a engagé comme ministre dès le début un des philosophes les plus considérés de l’époque, Turgot qui était un ami des philosophes, qu’il a pris comme contrôleur général des finances, c’est-à-dire premier ministre. Et c’est une chose qui a marqué son règne. Ensuite il embauchera Malesherbes qui est un protecteur des philosophes, qui sera plus tard réhabilité, si je puis dire, par son rôle d’avocat du roi, mais qui est un homme des Lumières, profondément imprégné. Louis XVI n’a pas adopté l’incroyance, le déisme des Lumières, mais dans la première partie de sa vie il n’est pas pieux, il n’est pas dévot. A la différence de son grand-père, Louis XV, qui malgré sa vie dissolue, avait un grand respect pour les sacrements et une véritable ferveur chrétienne.

A. L. : Justement on le voit dans votre ouvrage sur Louis XVI et a contrario dans celui-ci consacré à Madame Elisabeth, ils n’ont pas reçu la même éducation : d’un côté l’influence des Lumières, de l’autre pas ; mais ils n’ont pas non plus la même spiritualité. On peut dire que Madame Elisabeth a une spiritualité très élevée, alors que le roi au début de sa vie n’est pas très pieux. Comment s’entendent-ils ? Est-ce que le frère et la sœur ont des relations intimes ou distantes ?

J. de V. : C’est difficile à dire. Certains auteurs racontent que Louis XVI, quand il avait des problèmes, des difficultés, allait voir sa sœur dans l’aile des princes où était son appartement, qu’il lui rendait visite, mais ces relations sont un peu douteuses. Je ne crois pas que Louis XVI ait eu beaucoup de relations personnelles avec sa sœur. Le statut des femmes à la cour est un statut d’infériorité. Le roi est toujours avec sa famille, toujours avec son épouse, toujours avec ses sœurs, avec ses tantes, la famille est toujours en représentation en même temps, mais les relations personnelles sont peu fréquentes. D’ailleurs Madame Elisabeth ne cherche pas du tout à avoir une relation intime avec son frère. Elle pense qu’elle n’a pas le droit d’avoir cette relation intime avec son frère, de le rencontrer, de lui parler, de le conseiller. Elle est la petite sœur et c’est tout. C’est simplement dans de très grandes occasions qu’elle se décide à intervenir. Par exemple, lorsqu’elle veut obtenir la permission de continuer à voir sa gouvernante, madame d’Aumale que la reine n’aime pas, et ensuite, au moment de la Constitution civile du clergé où cette loi est votée par l’Assemblée Nationale, cette loi qui entraîne le schisme, à ce moment-là, elle vient supplier son frère à genoux de ne pas sanctionner ce décret. Mais ce sont des interventions très rares. Plus tard, très tard, à la veille de la catastrophe, Louis XVI va se rendre compte des qualités éminentes de sa sœur, il va lui confier un petit rôle politique. Mais il faut bien voir que la petite sœur n’a pas le droit d’intervenir, ce n’est pas son rôle.

A. L. : Son rôle politique, lorsqu’elle est associée à des projets …

J. de V. : D’évasion. Et alors son rôle politique est très mince parce qu’il s’agit simplement d’un contact avec le comité Montmorin. Le comité Montmorin est composé de trois ou quatre personnes importantes qui ont la faveur du roi, qui se réunissent dans Paris. Nous sommes en 1792, on sait que la catastrophe est proche, le comité Montmorin a pour objectif principal de sauver non pas le trône mais la famille royale, et il se réunit dans des appartements privés, le soir, la nuit, dans Paris. L’un des membres du comité intervient auprès de Madame Elisabeth, va trouver Madame Elisabeth pour lui raconter ce qui se passe dans le comité, et Madame Elisabeth à son tour va trouver le roi pour lui en faire la relation. C’est donc un rôle très mince et Madame Elisabeth n’a pas de pouvoir politique. Elle a ses idées, elle a ses conceptions de l’exercice du pouvoir, mais elle ne peut pas les faire prévaloir.

A. L. : Quelles sont ses conceptions, pour autant qu’on puisse les connaître ?

J. de V. : Dès le début elle sent que la Révolution est une illusion, une perfidie, un mensonge. Et elle le comprend tout de suite, alors que Louis XVI va mettre plus de temps à le comprendre. Madame Elisabeth comprend cela dès la réunion des Etats Généraux, alors que pour Louis XVI ce sera un peu plus tard, après le 14 juillet. Elle a cette idée que la Révolution est un mensonge, et elle pense qu’il faut intervenir tout de suite. Après le 14 juillet, elle dira à son amie Angélique de Bombelles : « Si le roi n’a pas le courage de faire couper au moins trois têtes, tout est perdu ». Quelques semaines plus tard, dans une lettre à une autre de ses amies, elle souhaitera la guerre civile : « Il vaut mieux la guerre civile que de supporter l’oppression du mensonge, l’oppression révolutionnaire. Certains disent, écrit-elle, qu’il ne faut pas de guerre civile, moi je pense que plus tôt on la déclenchera, mieux ça vaudra ». Et là, elle est complètement à l’opposé de la pensée de son frère qui a toujours redouté la guerre civile, ne cessant de penser au sort tragique de Charles Ier, le roi d’Angleterre, non pas guillotiné, décapité parce qu’il avait été vaincu par les républicains, par le parti adverse. Alors ce sort de Charles Ier obsède toute sa vie Louis XVI. Madame Elisabeth ne pense pas à Charles Ier, elle dit : « il faut combattre, et tout de suite ».

A. L. : Vous dites que les relations entre le frère et la sœur ne sont pas intimes, néanmoins au moment de l’enfermement, alors qu’elle aurait eu la possibilité de fuir, de quitter la France, elle ne le veut pas, elle veut rester aux côtés de la famille royale.

J. de V. : Oui, elle refuse de partir. Et cela très tôt. D’abord elle n’a pas voulu se marier.

A. L. : Pourtant elle n’est pas religieuse. Pourquoi ne veut-elle pas se marier ?

J. de V. : Elle ne veut pas entrer au couvent non plus. Elle veut rester avec les siens. Il y a là une sorte de prescience. Il y a un mystère. Elle a la prescience du sort tragique qui attend sa famille. Je pense que c’est cela. En ne se mariant pas, en n’entrant pas au couvent aussi, elle imite ses tantes, Adélaïde, Victoire et Sophie, qui sont restées auprès de leur père, pour sauver son âme. Elles ont été les sentinelles du salut de Louis XV. Elles l’ont assisté jusqu’à la mort. Elles ont permis à ce prince de faire une mort très chrétienne. Peut-être, inconsciemment, veut-elle imiter ses courageuses tantes, ses héroïques tantes, l’une d’entre elles a même attrapé la terrible maladie dont Louis XV était mort. Peut-être veut-elle imiter ses tantes. Elle ne veut pas non plus entrer au couvent parce que entrer au couvent la séparerait de sa famille, la séparerait de ceux qui lui sont chers. Elle veut rester avec eux de toutes les manières. Et puis, nous n’en avons pas la certitude, mais c’est une forte probabilité, elle s’est consacrée à Dieu, elle a sans doute fait vœu de virginité à l’âge de 15 ans. C’est très probable. Une de ses grandes amies l’assure, la duchesse de Duras, plus âgée qu’elle mais qui a chassé avec elle, le dira après sa mort, elle a fait ce vœu très probablement. Elle s’est vouée à sa famille et elle s’est vouée à Dieu.

A. L. : Vous écrivez que dans cet ouvrage vous avez cherché à capter l’âme de Madame Elisabeth. On s’en approche ici.

J. de V. : Oui, on s’en approche. J’ai fait une chose que j’avais rarement faite quand j’écrivais, quand je composais un livre, après avoir rassemblé toutes les informations que je pouvais rassembler sur cette princesse, je suis revenu sur mes notes, sur mes documents, je les ai relus pour essayer d’aller encore plus profond dans son âme, de la mieux connaître. Bien sûr j’aurais préféré avoir davantage de documents. Mais je me suis dit : « il faut réfléchir sur les documents, il faut méditer ses exemples. C’est une question de méditation. En méditant, je trouverai peut-être le secret de cette jeune femme ». Et j’ai essayé de m’en approcher le plus possible, du secret de son âme.

A. L. : Je crois que c’est tout à fait réussi. Elle n’est pas religieuse, elle s’est certainement consacrée à Dieu, et c’est le mystère de son âme. Est-ce que vous pouvez nous dire comment vivait Madame Elisabeth, quelle était sa charité, sa bonté… Elle réside à Versailles. Elle y aura une maison, mais il faudra qu’elle attende avant de pouvoir s’y installer. Comment s’organise sa vie ?

J. de V. : Elle a trois vies. Elle a une vie princière, la vie de sa famille. Elle a la vie de représentation. Et puis elle a une vie solitaire. Il lui arrive de passer des après-midi entières seule à Montreuil, qui est la propriété donnée à elle par Louis XVI. Et là, elle lit, elle médite, elle est seule pendant des heures. Cette solitude a joué un rôle très important dans sa vie et l’a préparée à affronter la Révolution certainement. Elle a fait l’apprentissage de la solitude, elle a fait l’apprentissage de la méditation et de la contemplation, pendant ces heures de Montreuil. Mais elle n’a pas de 4e vie. La 4e vie aurait pu être une vie de dissipation mondaine. On ne la voit jamais dans les cercles mondains. Sa belle-sœur Marie-Antoinette l’invite à Trianon, mais elles sont toutes les deux seules. Il est très rare que Madame Elisabeth participe à une réunion d’amis de la reine. Elle n’entre pas dans le cercle de la reine. Elle n’entre pas non plus dans le cercle du comte d’Artois qui est un cercle frivole, cercle auquel appartient sa première dame d’honneur, madame de Polignac, la comtesse Diane. Non, elle n’a pas cette vie mondaine. Elle a sa vie de famille, sa vie de représentation et sa vie solitaire.

A. L. : Elle n’est pas mondaine, mais elle n’est pas non plus bigote.

J. de V. : Ce n’est pas une ascète. Tout au moins pendant la vie de Versailles et la vie des Tuileries. Elle dit un jour : « j’aime manger ». Elle fait de très bons repas. Elle a un très bon appétit. Elle aime les distractions. Elle est même obligée de se freiner elle-même. Quelquefois elle se laisse un peu aller. Il y a les voyages de la cour à Fontainebleau, à Compiègne. Il y a des bals, il y a du théâtre, il y a des divertissements, et elle adore ça. Alors, quand elle rentre chez elle, elle fait un retour sur elle-même, elle dit : « je suis allée un peu trop loin, je me suis trop distraite, il faut maintenant avoir un peu plus de retenue ». Elle se corrige elle-même sans cesse. Et là, elle agit seule, personne ne la dirige. Peut-être l’abbé Madier a-t-il joué un rôle, plus tard l’abbé Edgeworth de Firmont, mais elle est maîtresse de son âme. C’est ce qui est très frappant. Elle n’est pas aux pieds d’un confesseur, d’un directeur spirituel. Elle est elle-même son propre directeur. C’est peut-être très audacieux, très hardi, mais enfin le résultat n’a pas été mauvais.

A. L. : Et vous voyez là l’influence à la fois du christianisme et de son éducation stoïcienne.

J. de V. : Je pense que la formule d’un philosophe stoïcien, il n’y a pas de malheur pour l’homme de bien, a joué un rôle très important. L’homme de bien, l’homme vertueux est au-dessus du malheur. Et c’est à cette altitude que se place Madame Elisabeth. Elle domine le malheur. Elle le maîtrise. Et cela jusqu’à la fin de sa vie, jusqu’aux derniers instants de sa vie. C’est très frappant chez elle.

A. L. : C’est ce que dit saint Paul : « Tout coopère au bien de ceux qui aiment Dieu ». Y compris les épreuves, les croix.

J. de V. : Elle dira un jour à Angélique de Bombelles : « On se rapproche de Dieu dans la vie quotidienne par la prière, mais seule la croix nous en rapproche vraiment ».

A. L. : Vous rapportez une anecdote à propos de cette dame de province qui se présente à Versailles avec une robe un peu passée de mode, et là un gentilhomme se moque d’elle… C’est assez cru.

J. de V. : C’est l’histoire de la mairesse de Tours…

A. L. : Qui amuse beaucoup Madame Elisabeth. On peut être tout à fait uni à Dieu et avoir les pieds sur terre…

J. de V. : S’amuser et rire. Oui ! C’est la mairesse de Tours, une brave dame qui vient visiter Versailles comme le faisaient beaucoup de sujets du roi, puisque Versailles est ouvert à tous les sujets du roi. Elle se promène dans la galerie des glaces, et elle est attifée d’un vêtement un peu démodé, surtout avec des ramages. Passe alors un groupe de jeunes gens, dont le prince de Léon, ce sont des lurons, ils aiment s’amuser, ils aiment plaisanter, et ce jeune prince de Léon s’approche de la dame, s’agenouille et baise le bas de sa robe. Ah ! lui dit la dame, pourquoi, embrassez-vous ma robe ? Parce que j’aime les antiquités. Si j’avais su, dit-elle, je vous aurais montré mon postérieur, il a 20 ans de plus.

A. L. : Cela amusait beaucoup…

J. de V. : Madame Elisabeth a dit : « cette histoire m’amuse énormément. Elle fait le tour de la cour et de la ville, et si elle n’était pas vraie j’en serais très malheureuse ». Elle recueille les potins, elle recueille les nouvelles parce qu’elle est avide de nouvelles. Non pas de ragots, non pas de racontars, mais elle aime savoir ce qui se passe autour d’elle. Elle se tient au courant de tout. Et c’est aussi un grand effort de sa part, elle lit tous les documents, elle lit les écrits politiques, elle recueille les histoires, elle a une correspondance infinie, et quand elle va être enfermée au Temple elle va continuer à essayer de savoir tout ce qui se passe. C’est un autre trait très particulier de sa personnalité.

A. L. : Alors son règlement de vie, justement… Elle est à la cour où elle a une vie de représentation, mais elle s’impose une discipline. Elle ne veut pas gaspiller son temps.

J. de V. : Non, elle ne veut pas gaspiller son temps. Elle est un peu comme si elle avait une règle. Cette règle est pour elle-même, mais aussi pour les dames qui l’accompagnent, qu’on appelle les dames pour accompagner, deux sont de service chaque jour, il y a une douzaine de dames, ou une quinzaine selon les années, deux sont de service chaque jour, et à ces deux dames elle impose un règlement de vie. Quand on est à Montreuil, on arrive le matin, on fait un peu de lecture avant le repas de midi, et ensuite il y a la promenade, la visite du jardin, et quelquefois du sport, c’est-à-dire l’équitation ou la pêche, et puis après l’ouvrage, on travaille à ses ouvrages de broderie ou de tapisserie, la prière en commun, et on rentre à Versailles. Voilà comment se passent ses jours. Il y a aussi la visite des pauvres, certains jours. Les pauvres sont accueillis à Montreuil ; on leur fait des distributions de lait, des distributions de provisions diverses et Madame Elisabeth y préside. Egalement sont prévues des distractions pour le personnel domestique. Et alors on organise quelquefois des bals pour les jardiniers et leurs épouses. Elle préside à la fête, à des mariages, à des baptêmes. Elle a toute une petite cour et elle est comme une sorte de seigneur de village à Montreuil. Cela fait partie de son règlement de vie.

A. L. : Comment est-elle perçue par les courtisans qui doivent considérer qu’elle dénote un peu…

J. de V. : Elle dénote certainement. Les mères de famille la considèrent comme une protectrice et sa maison comme un refuge. N’oublions pas que les mœurs de la cour sont très dissolues à cette époque, qu’il y a tous les jours des histoires scandaleuses qui sont rapportées au roi et à la famille royale, que ceux-ci déplorent mais n’y peuvent rien. Alors Madame Elisabeth apparaît comme une sorte de divinité tutélaire, et les mères de famille sont contentes de pouvoir lui confier leurs filles. Elles veulent que leurs filles entrent dans la maison de la princesse, qu’elles soient recrutées comme dames pour accompagner. Il faut être mariée, les jeunes femmes mariées seules peuvent accéder à la maison princière. Mais c’est une faveur très recherchée. Et on a conservé beaucoup de lettres de mères de famille écrivant à Madame Elisabeth lui demandant : pouvez-vous prendre ma fille, pouvez-vous la faire nommer par le roi dame pour accompagner ? Les mères sont sûres que leur fille va échapper à tous les périls qui les guettent. La cour de Madame Elisabeth est une protection. C’est un refuge au milieu de la cour.

A. L. : Cette influence bénéfique qu’elle a sur ses dames de compagnie, peut-on dire qu’elle continue de l’exercer au Temple sur ses geôliers ? En période de persécution, est-ce que son aura spirituelle demeure encore ?

J. de V. : Madame Elisabeth ne désarme jamais. Je vous parlais tout à l’heure de l’exhortatrice, mais il faut aussi parler de la communicatrice. Elle ne cesse de communiquer, avec l’extérieur mais aussi avec les municipaux. Tous les jours viennent au Temple des municipaux, c’est-à-dire des membres de la commune de Paris, au nombre de deux chaque fois, pour assurer la surveillance de la famille royale. Surveillance très rapprochée puisque ces municipaux couchent dans l’appartement royal, les appartements où sont le roi et la reine. Et Madame Elisabeth au début, très indignée par le sort de sa famille, ne veut pas leur parler ; elle a une réaction d’indignation, de colère devant ces procédés de surveillance. Puis elle se rend compte que cela la dessert, que cela n’est pas favorable au sort de la famille royale et elle change d’attitude très vite, elle se met à chercher des contacts avec ces municipaux. Dès qu’elle en voie un qui manifeste un peu de pitié, qui jette un regard de sympathie sur les enfants – sur le dauphin, sur le prince royal et sur sa sœur – elle en profite immédiatement. Elle parle à ce municipal, lui parle de sa famille, de sa profession – ce sont des gens qui ont un travail ordinairement – et elle se fait des amis. Elle se fait des amis qui vont lui rendre de grands services et qui vont réussir à faire passer des courriers à l’extérieur ou qui vont lui donner des nouvelles des événements politiques et jusque très tard, jusqu’à l’exécution de la reine c’est-à-dire jusqu’au 16 octobre 1793, cette communication va marcher tous les jours. Elle va être informée de tout ce qui se passe et elle le fera connaître au roi et à la reine.

A. L. : Cette influence, vous le dites à la fin de votre ouvrage, s’exerce même post mortem. Vous n’avez pas voulu faire un ouvrage hagiographique, vous n’avez pas voulu instruire un procès de canonisation bien qu’on en parle à cause de l’exemple qu’elle a donné à ses contemporains, mais aussi en raison de son intercession aujourd’hui auprès de Dieu.

J. de V. : C’est une question qui est difficile. L’introduction de la cause de Madame Elisabeth a été citée à plusieurs reprises. Sous le pontificat de Pie XI le prince Xavier de Bourbon avait écrit au Souverain Pontife, nous ne savons pas la réponse qui lui a été donnée, pour demander l’introduction de la cause. Plus tard, c’est je crois en 1950, l’avocat du Maréchal Pétain, Me Isorni, a été prié par les carmélites de Meaux d’intervenir auprès du cardinal Feltin en faveur de l’introduction de la cause. Le cardinal Feltin a répondu par quelques mots lénifiants disant que c’était une affaire très difficile, que les carmélites ne se rendaient pas compte de la difficulté de cette cause et l’on en est resté là. Et nous en sommes toujours là : la cause n’est pas introduite. Quand le sera-t-elle ? Nous n’en savons rien. J’espère qu’un jour un archevêque de Paris se décidera à entreprendre l’enquête de vie et vertus de Madame Elisabeth.

A. L.
: Et sans qu’elle soit canonisée ni même béatifiée, certains la prient et récitent les prières qu’elle-même avait composées.

J. de V. : Il y a un culte privé de Madame Elisabeth depuis très longtemps, au XIXe siècle, au XXe siècle encore. J’ai cité un passage d’un déporté pendant la seconde guerre mondiale, qui s’appelait d’Harcourt, qui dit : « vient le moment de réciter la belle prière de Madame Elisabeth : Mon Dieu, que m’arrivera-t-il aujourd’hui, je l’ignore. Tout ce que je sais, c’est qu’il ne m’arrivera rien que Vous ne l’ayez prévu de toute éternité. Je veux tout, j’accepte tout, je vous fais le sacrifice de tout. » Il récite cette prière, et cela pendant la seconde guerre mondiale. Je rencontre très souvent des personnes qui me disent avoir entretenu dans leur famille un culte de Madame Elisabeth et la prière de Madame Elisabeth est récitée par beaucoup de gens. Quand je donne quelquefois une conférence sur Madame Elisabeth, il arrive que des gens viennent et me récitent la prière pour me montrer qu’ils la savent bien. C’est touchant…

A. L. : On la trouve dans certains missels d’ailleurs…

J. de V. : Oui, cette prière qui n’est peut-être pas d’elle mais qu’elle a refaite, qu’elle a recomposée à son idée, est très belle et l’on comprend qu’elle soit récitée par beaucoup.

A. L. : Vous avez une très belle reproduction d’un tableau sur la page de couverture de votre ouvrage. Quelle est l’iconographie de Madame Elisabeth ? Où peut-on la voir, dans quel musée, dans quel château ?

J. de V. : On a vu un portrait par Mme Vigée-Lebrun à l’exposition sur Marie-Antoinette, c’est le portrait le plus connu, elle a 24 ans et on ne connaissait pas très bien les autres portraits. Le portrait de la petite fille par Drouais et Lépicié, où elle est représentée avec un petit chien sur ses genoux par ces deux peintres. Portrait également très peu connu et même inconnu que j’ai découvert à Châlons-en-Champagne, malheureusement un portrait anonyme, elle a 14 ans, elle est au sortir de son éducation. C’est un portrait charmant, on sent une vivacité contenue, on sent la personnalité. Et puis il y a le fameux portrait qui est sur la couverture – qui a été choisi par mon éditeur à juste titre – qui représente Madame Elisabeth en 1792 au Temple ; c’est à la fin de sa vie et l’auteur de ce portrait, Alexandre Kucharski, est un peintre d’origine polonaise qui était un des municipaux, un des geôliers qui avait déjà peint la princesse. Mais on n’a pas conservé le portrait, et il a profité du fait qu’il était municipal gardien du Temple pour faire ce portrait qui est si touchant de Madame Elisabeth à la fin de sa vie.

A. L. : Une question plus personnelle, comment sort-on d’un ouvrage comme celui-ci que vous venez d’écrire ? Vous avez dit que vous ne l’avez pas simplement écrit, mais que vous l’avez médité. Qu’a été Madame Elisabeth pour vous ?

J. de V. : Pour moi, elle m’a fait entrer davantage dans la compréhension de la fin de la monarchie française. J’ai écrit dans ce livre que la fin de l’Ancien Régime n’est pas un sauve-qui-peut, une déroute mais qu’il y a une grande dignité, une grande majesté dans cette fin. Et Madame Elisabeth incarne cette dignité de la monarchie française à sa fin, à son expiration.


Le Sacrifice du Soir, Vie et mort de Madame Elisabeth sœur de Louis XVI

Jean de Viguerie, Les éditions du Cerf, 2010

https://www.psbenlyonnais.fr/madame-elisabeth-ou-lhistoire-dune-longue-marche-vers-la-beatification/

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45853
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par Comtesse Diane Mar 6 Mar - 13:20

Bah oui, pourquoi pas ! Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification 1123740815

_________________
Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Smiley17
Comtesse Diane
Comtesse Diane

Messages : 7510
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : TOURAINE

Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par Comtesse Diane Mar 6 Mar - 13:23

Au fait, Alberta, c'est quoi c't'histoire de la mairesse ? Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification 1721447508

_________________
Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Smiley17
Comtesse Diane
Comtesse Diane

Messages : 7510
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : TOURAINE

Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par Mme de Sabran Mar 6 Mar - 14:23

Je vous recherche l'anecdote, citée par Bombelles . Very Happy
C'est très drôle . Eventaille
Madame Elisabeth écrit à sa femme .

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45853
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par Mme de Sabran Mar 6 Mar - 19:06


Ah voilà, j'ai retrouvé ! Very Happy

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Captur95

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45853
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par Duc d'Ostrogothie Mar 6 Mar - 21:19

Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing
Duc d'Ostrogothie
Duc d'Ostrogothie

Messages : 2756
Date d'inscription : 04/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par Mme de Sabran Ven 25 Mai - 14:50



Si le coeur vous en dit ?! Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification A_01AN%7E1

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Captu242

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45853
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par Trianon Ven 25 Mai - 14:55

Béatification ???? Pourquoi ?
Trianon
Trianon

Messages : 3327
Date d'inscription : 22/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par La nuit, la neige Ven 25 Mai - 18:12

Reprenez le début de ce fil, chère Trianon... Very Happy
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 14767
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par Trianon Sam 26 Mai - 15:13

La nuit, la neige a écrit:Reprenez le début de ce fil, chère Trianon... Very Happy

Mes yeux me faisant défaut, je n'ai pu lire que quelques paragraphes, en tout cas c'est très prenant et Madame Elisabeth était une figure de spiritualité et de bonté que personne ne peut nier, d'ailleurs sa fin attestera cela. Un dévouement envers sa famille jusqu'à la fin. En fait, je la connais moins bien que son frère le Roi Louix XVI, mais je n'ai jamais pensé à une éventuelle béatification. Mais, pourquoi pas. Pourtant, ils furent si nombreux à avoir cette bonté d'âme, cette amour de Dieu et ce courage durant cette période révolutionnaire et avant/ou après.
J'essaie de ressentir Madame Elisabeth, mais je suis incapable (malgré mon immense amour pour cette famille royale), de répondre à cette béatification avec virulence. C'est curieux, je pense tellement aux Saints, aux miracles, et c'est ridicule je le sais. Les protagonistes de cette décision sont plus à même de trancher. Je suis, malgré tout, très émue en pensant à la soeur du Roi.
Trianon
Trianon

Messages : 3327
Date d'inscription : 22/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par La nuit, la neige Sam 26 Mai - 17:23

Trianon a écrit:En fait, je la connais moins bien que son frère le Roi Louix XVI, mais je n'ai jamais pensé à une éventuelle béatification. Mais, pourquoi pas. Pourtant, ils furent si nombreux à avoir cette bonté d'âme, cette amour de Dieu et ce courage durant cette période révolutionnaire et avant/ou après.

Comme je le précisais, sauf erreur de ma part, et concernant les béatifications il y aurait, à ce jour, 440 bienheureux martyrs de la Révolution.
Mais une seule canonisation (en 2016) d'un martyr de la Révolution, celle de Salomon Leclercq, qui avait été béatifié en 1926.
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 14767
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par Mme de Sabran Sam 26 Mai - 20:05

Pourquoi certains ont-ils droit à la canonisation et d'autres doivent-ils se contenter de la béatification ?
Je saute me renseigner sur Salomon Leclercq Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification 1524226653 ( nous n'avons pas été présentés ).

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45853
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par Mme de Sabran Sam 26 Mai - 20:08

En 2007, Maria Alejandra Hernandez est mordue par un serpent venimeux et les médecins estiment que ses chances de survie sont faibles. On prie alors frère Salomon dont une image orne la chapelle des sœurs qui hébergent l'enfant.
En 2011, le diocèse de Caracas reconnaît la guérison inexpliquée de Maria.
me dit Wiki.

Shocked

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45853
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Madame Elisabeth,  " en marche " vers la béatification Empty Re: Madame Elisabeth, " en marche " vers la béatification

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum