14 juillet 1789 : la prise de la Bastille

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

14 juillet 1789 : la  prise de la Bastille - Page 3 Empty Re: 14 juillet 1789 : la prise de la Bastille

Message par La nuit, la neige le Ven 13 Sep 2019, 10:17

Voici un plan de la forteresse de la Bastille, levé par Pierre-François Palloy (démolisseur de la Bastille), dont la gravure fut diffusée en juillet 1790 à l'occasion du Pacte Fédératif et Fête de la Fédération.
14 juillet 1789 : la  prise de la Bastille - Page 3 Plan_d12
Plan de la Bastille
Dessinateur : Pierre-François Palloy
Graveur : Jean-Baptiste Chapuy
Estampe, 1790
Image : Bibliothèque Nationale de France

14 juillet 1789 : la  prise de la Bastille - Page 3 Capt1402


Idea Il nous permet de visualiser les aménagements et annexes qui composaient cet ensemble imposant, et quel fût le chemin emprunté par les émeutiers le jour où la forteresse fut prise d'assaut.
14 juillet 1789 : la  prise de la Bastille - Page 3 Capt1405

14 juillet 1789 : la  prise de la Bastille - Page 3 Capt140414 juillet 1789 : la  prise de la Bastille - Page 3 Capt1403

Le 14 au matin, les premiers émeutiers n’ont eu aucune difficulté a pénétré dans la première cour en passant par les portes d’entrée du Passage ou de l’Orme (N°24 et 26 sur le plan). Le gouverneur de Launey ayant donné l'ordre, le 12 juillet au soir, d'abandonner la garde du mur d'enceinte et des bâtiments extérieurs à la forteresse.  14 juillet 1789 : la  prise de la Bastille - Page 3 3236493444

Dans un premier temps, la foule est massée devant les deux ponts-levis de l’Avancée (N°29), qui donnent accès sur la cour du Gouvernement. Ils sont levés et empêchent les émeutiers d’accéder à la cour du Gouvernement, où se trouve l'hôtel du gouverneur (N°21)
Ce poste n’est alors gardé que par un seul homme, et sans arme.  Exclamation
14 juillet 1789 : la  prise de la Bastille - Page 3 1789_v10
Vue cavalière de la Bastille avant sa destruction
Pierre-François Palloy
Gouache sur papier, 1789-1790.
Image : Amolenuvolette


Une poignée d’hommes escaladèrent facilement les toits des remises jouxtant les ponts-levis, sautèrent de l’autre côté, et pénétrèrent dans le logis de la garde abandonné (N°32).
Là, ils trouvèrent les haches avec lesquelles ils sectionnèrent les cordes qui maintenaient fermés les tabliers des deux pont-levis, et les firent tomber.

Dès lors, des centaines d’assaillants se précipitèrent dans la cour du Gouvernement (N°20) jusqu’à accéder, par dessus les fossés, au pont dormant donnant sur les deux ponts-levis fermés de la forteresse ( N°16).
14 juillet 1789 : la  prise de la Bastille - Page 3 Capt1406

Assiégés et assiégeants ouvrirent le feu, les uns du haut des tours de la Comté et de la Bazinière (N° 8 et 4) et des terrasses, forçant les autres à se réfugier au niveau des cuisines (N°19) et dans la cour du Gouvernement.

Nous connaissons la suite, la fureur populaire redoublant avec le nombre des victimes qui augmentait parmi les insurgés alors que le siège piétinait ; des soldats et des gardes françaises qui rejoignirent les assaillants avec trois canons ; et enfin après une suite de tentatives de négociations et de méprises, ordres et contrordres, vraies et fausses promesses, les deux ponts-levis qui sont finalement baissés et laissent entrer les insurgés dans la forteresse...
14 juillet 1789 : la  prise de la Bastille - Page 3 Tdih-j10
Image : Pinterest


Idea Et publiée récemment dans notre sujet : La prison forteresse de la Bastille et sa démolition, cette image du plan de la forteresse, gravée sur une des pierres de la Bastille, d'après ce plan original de Palloy.

14 juillet 1789 : la  prise de la Bastille - Page 3 Bastil11
Photo: http://saumur-jadis.pagesperso-orange.fr/lieux/mairsynt.htm

Monsieur de Coco a écrit:Le superbe Hôtel de ville de Saumur possède un ornement original sur sa façade la plus ancienne, du côté de la Loire : une pierre de la Bastille. On peut même y lire le plan de la forteresse finement gravé.
Cette pierre « tirée des cachots » fut adressée à la ville par un jeune Saumurois, Aubin Bonnemère, qui prit part à l'assaut du 14 juillet 1789.
Reçue solennellement par la municipalité le 5 décembre 1790, elle ne trouva son emplacement actuel qu'en 1880, quand la date du 14 juillet fut proclamée fête nationale.
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 13955
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum