Le Deal du moment : -36%
Friteuse sans huile Philips Airfryer Série 3000
Voir le deal
69.99 €

Antoine Simon, dit le cordonnier Simon, à la prison du Temple

Aller en bas

Antoine Simon, dit le cordonnier Simon, à la prison du Temple Empty Antoine Simon, dit le cordonnier Simon, à la prison du Temple

Message par Invité Sam 21 Déc 2013, 13:51

Antoine Simon, dit le cordonnier Simon, à la prison du Temple Antoin10
Portrait de Simon, concierge du Temple.
Dessin anonyme
Image : Musée Carnavalet, Histoire de Paris


Antoine Simon (1736-1794) est originaire de Troyes.Membre du conseil général de la Commune, le savetier Simon_qui a brièvement tenté d'être gargotier avant de faire faillite et de retrouver son ancien métier_ est promu geôlier et instituteur de fortune de Louis XVII auquel il apprend des jurons et des chansons révolutionnaires.

Homme simple dont la propagande royaliste a fait un monstre violent, il veille sur le petit Roi selon ses principes, lui procurant du linge propre ou lui achetant une volière ,avançant sur ses propres deniers le coût de la navette et du millet que le jeune Louis-Charles donne à ses oiseaux.

La veille de son départ du Temple, le 29 nivôse (18 janvier 1794 ), est installé, à sa requête, dans la pièce où est détenu l'enfant dont il a la responsabilité, un grand poêle qui a coûté 221 livres. Il est arrêté le 9 Thermidor et guillotiné le lendemain avec d'autres fidèles de Robespierre.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Antoine Simon, dit le cordonnier Simon, à la prison du Temple Empty Re: Antoine Simon, dit le cordonnier Simon, à la prison du Temple

Message par La nuit, la neige Lun 03 Juin 2024, 22:17

Prochainement présenté en vente aux enchères...

Louis XVII (1785-1795) et le couple Simon dans la prison du Temple
Julien-Léopold (dit Jules) Boilly (Paris 1796-1874)
huile sur toile, sur sa toile d'origine
67,8 x 56,4 cm
Antoine Simon, dit le cordonnier Simon, à la prison du Temple Capt1599

Note au catalogue :

Similarly to the portraits of his mother Marie-Antoinette (1755-1793) Question  scratch , the way in which artists chose to depict Louis XVII (1785-1795) tells us a great deal about changes in the perception of history over time. While Louis XVII was first depicted in counter-revolutionary images extolling the hopes of a future King, later representations portrayed him as a child martyr, his innocence shattered by the violence of adults.

Antoine Simon, dit le cordonnier Simon, à la prison du Temple Capture-d-e-cran-2024-06-03-a-21-49-58

Arrested with his parents, he was imprisoned in the Temple prison on 13 August 1792. On the death of his father Louis XVI, 21 January 1793 (1754-1793), he was proclaimed Louis XVII by the Count of Provence, the future Louis XVIII (1755-1824). Between February and June 1793, surveillance of the Dauphin was reduced and outsiders were allowed into the prison. It was at this point that Joseph Marie Vien (1716-1809) painted the portrait that would come to define the iconography of the young prince for future painters (Musée Carnavalet, Paris, inv. no. P.1403).
Antoine Simon, dit le cordonnier Simon, à la prison du Temple Imag1010
Portrait de Louis-Charles de France (1785-1795), dit Louis XVII, à la prison du Temple
Vien, Joseph-Marie (le Jeune)
Huile sur toile, 1793
Signature et date - Au recto du tableau, à droite : "Vien fils 1793"
Image : Musée Carnavalet, Histoire de Paris
Notre sujet : Les portraits de Louis XVII prisonnier au Temple


Skinny, with long chestnut hair, the fringe falling over his forehead, and unusually pale, the figure in our painting echoes the attitudes established a few decades earlier by his contemporaries. Standing gravely before the shoemaker Antoine Simon (1736-1794) and his wife, the delicate Louis XVII is shown in stark contrast to the caricatural figures of his of his jailers. It is possible that the painting was executed in response to an engraving that was widely circulated at the time, depicting Louis XVII sitting on his father's lap and listening to a lesson he was giving him while they were both in captivity (anonymous after Jean Philippe Guy Le Gentil (1750-1824), comte de Paroy, Louis seize s'occupe de l'éducation de son fils dans la tour du Temple).
Antoine Simon, dit le cordonnier Simon, à la prison du Temple Louis_53
Louis seize s'occupant de l'éducation de son fils dans la tour du Temple : dédié aux fidèles Français...
Paroy, Jean-Philippe-Gui Le Gentil (1750-1824). Dessinateur du modèle
Estampe, 1798-1815
Image : Bibliothèque nationale de France


The tenderness of the last moments spent with his father contrasts greatly with the harsh images of his imprisonment. This depiction reflects the gradual shift in the early 19th Century from a political climate to an emotional, almost Romantic treatment of the theme. The Prince's childhood, torn between upsetting events, is reminiscent of Cosette at the hands of the Thénardiers in Hugo's Les Misérables, which may have been vaguely inspired by the Dauphin's plight.

Boilly places a few contemporary details in this scene to anchor it in the climate of the moment, while at the same time emphasising a certain pathos that would endure into the second half of the 19th Century. Including a letter from Robespierre (1758-1794) placed on the hearth, a newspaper bearing the Republican motto ‘liberté, égalité, fraternité’ (liberty, equality, fraternity) on the masthead, and a crumpled letter on the floor (signed ‘Louis’, or addressed to a Louis? ), which had been used to cushion the jailer's pipe, these are reminiscent of the sarcastic wit of the artist's father, Louis-Léopold Boilly (1761-1845).

* Source et infos complémentaires : Christie's - Paris, vente online 31 mai - 14 juin 2024

___________________________


Idea Julien-Léopold Boilly, qui n'avait visiblement pas le talent de son père, le peintre Louis-Léopold Boilly , ne semblait pas connaître grand chose du couple Simon, ici représenté sans souci de la vraisemblance.  Suspect
Antoine Simon, dit le cordonnier Simon, à la prison du Temple Capt1600

Pour rappel Antoine Simon est âgé de 57 ans lorsque le Comité de salut public lui confie la garde de Louis-Charles au Temple. Son épouse est-elle âgée de 47 ans !
Simon ne portait pas perruque poudrée au Temple ! Il était réputé être coiffé d'un grand bonnet de laine, tel que nous le voyons sur quelques autres représentations :
Antoine Simon, dit le cordonnier Simon, à la prison du Temple Capt1601
Titre ?
Hubert Robert
Dessin, 18e siècle
Image : RMN-Grand Palais / Musée des Beaux-Arts d'Orléans
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 17874
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Antoine Simon, dit le cordonnier Simon, à la prison du Temple Empty Re: Antoine Simon, dit le cordonnier Simon, à la prison du Temple

Message par La nuit, la neige Lun 03 Juin 2024, 22:47

Idea Extrait de la biographie Wikipedia d'Antoine Simon (1736-1794)

Antoine Simon, né le 21 octobre 1736 à Troyes et mort guillotiné le 28 juillet 1794 à Paris, est un maître cordonnier et révolutionnaire français, passé à la postérité pour avoir été le geôlier de Louis XVII au Temple en 1793.
(...)
Antoine Simon, dit le cordonnier Simon, à la prison du Temple Imag1011
Portrait du cordonnier Simon
Georges-François Gabriel
Dessin, 18e siècle
Image : Musée Carnavalet, Histoire de Paris


Engagé dans le mouvement révolutionnaire, Antoine Simon devient officier municipal de la Commune de Paris. Le 3 juillet 1793, le Comité de salut public lui confie la garde et l'éducation du fils de Louis XVI.

Les auteurs royalistes, comme Jacques Mallet du Pan, ont diffusé l'image d'un Simon violent, vulgaire et alcoolique qui, avec son épouse, aurait eu un comportement abusif et brutal envers l'ancien dauphin. L'image laissée par Simon dans la culture populaire se retrouve dans le roman Le Chevalier de Maison-Rouge, d'Alexandre Dumas (1846) où il est dépeint comme un odieux bourreau d'enfant. Il n'est cependant pas prouvé que l'enfant ait subi des sévices durant cette période.
Antoine Simon, dit le cordonnier Simon, à la prison du Temple Simon_10
Simon le cordonnier et Louis XVII au Temple
Jean-Louis Prieur
Dessin à la plume, 1794


Georges Bordonove trace le portrait d'un Simon « brave bougre », d'une intelligence et d'une culture limitées, entièrement dévoué à la cause révolutionnaire, malléable et fortement influencé par des dirigeants politiques comme Pierre-Gaspard Chaumette et Jacques-René Hébert, qu'il renseignait scrupuleusement. Arborant un grand bonnet de laine lui donnant une image repoussante, le cordonnier suivait l'idée de Chaumette de « donner quelque éducation » au prince en l'éloignant de sa famille « pour lui faire perdre l'idée de son rang ».

N'ayant pas d'enfant et ne sachant pas s'en occuper, Simon réclame l'aide de sa femme, Marie-Jeanne Aladame, qui lui est accordée par la commune, avec trois mille livres d'appointement. Il semble que Madame Simon ait pris un certain soin de l'enfant, le nourrissant parfois plus que de raison et parvenant à lui rendre de la vivacité.

Les époux Simon sont cependant considérés par les historiens comme des personnages frustes et incultes. Selon certaines sources, Simon aurait parfois fait boire du vin à l'enfant, dans l'idée de lui donner de la vigueur, et lui aurait appris des mots grossiers « pour en faire un homme ». Le régime alimentaire et les leçons d'éducation administrés au prince par le couple Simon semblent avoir été fantaisistes.
Antoine Simon, dit le cordonnier Simon, à la prison du Temple Macre_11
Capet, lève-toi !
Émile Mascré
Huile sur toile, 19e siècle
Image : Direction de la culture et du patrimoine du département de l'Isère


En outre, Simon aide apparemment Hébert à échafauder des accusations d'inceste contre Marie-Antoinette. L'enfant déclare par procès-verbal que la reine encourageait ses séances de masturbation et le faisait souvent coucher entre elle et sa tante13. Mais le procès-verbal semble truffé de chausse-trappes tendus à l'enfant : comme le suggère sa signature tremblante, il n'est pas exclu qu'il l'ait rédigé sous l'emprise de l'alcool, voire la menace de coups.

En janvier 1794, son épouse tombe malade et Simon quitte le Temple pour assumer ses fonctions municipales.Mis hors-la-loi avec les autres membres de la Commune le 9-Thermidor, Antoine Simon est guillotiné sur la place de la Révolution le 10 thermidor an II (28 juillet 1794), en même temps que Robespierre, Saint-Just et Couthon.
Antoine Simon, dit le cordonnier Simon, à la prison du Temple Execut10
Exécution de Robespierre et de ses complices conspirateurs contre la liberté et l'égalité
Estampe, 1794
Ìmage : Bibliothèque nationale de France
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 17874
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Antoine Simon, dit le cordonnier Simon, à la prison du Temple Empty Re: Antoine Simon, dit le cordonnier Simon, à la prison du Temple

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum