Les bijoux et diamants de la Couronne de France

+4
Mme de Sabran
Gouverneur Morris
Dominique Poulin
Duc d'Ostrogothie
8 participants

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Les bijoux et diamants de la Couronne de France - Page 2 Empty Re: Les bijoux et diamants de la Couronne de France

Message par La nuit, la neige Mar 9 Jan 2024 - 21:40

J'en profite pour rappeler notre sujet consacré précisément aux...

Arrow Couronnes de la reine Marie Leszczynski et du roi Louis XV
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 17671
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les bijoux et diamants de la Couronne de France - Page 2 Empty Re: Les bijoux et diamants de la Couronne de France

Message par La nuit, la neige Sam 3 Fév 2024 - 10:19

Les bijoux et diamants de la Couronne de France - Page 2 Capt5694

Idea Les deux auteurs des livres que nous avons déjà présentés ici dans nos rubriques étaient les invités de l'émission de radio....

Entendez-vous l'Eco (France Culture)
Série : Diamants, l’industrie éternelle (3 épisodes)

Les bijoux et diamants de la Couronne de France - Page 2 Capt5695


Episode 1 : Des Indes à Versailles, l’épopée des joyaux de la Couronne
Durée : 58 mn

Avec : Pierre Ménard (écrivain) et Léonard Pouy (docteur en Histoire de l’Art, responsable des contenus et de la transmission pour l’Ecole des arts joailliers avec le soutien de Van Cleef & Arpels)

Les bijoux et diamants de la Couronne de France - Page 2 Pages_10

Présentation :

Au 17e siècle, les diamants sont prisés par les rois et les joaillers. Ils sont traqués par des chasseurs de diamants comme le Français Jean-Baptiste Tavernier, de l'Inde à la Colombie.

En février 1715, à l’occasion de la réception de l’ambassadeur de Perse, le mémorialiste Saint-Simon écrivait à propos de Louis XIV la chose suivante : "le roi croquoit de diamants, il ployoit sous le poids".
On doit en effet au roi Soleil, connu pour son goût des parures et des pierres précieuses, l’élargissement considérable de la collection des Joyaux de la Couronne créée par François Ier : si les diamants ont toujours été symboles de puissance et de richesse, c’est bien au 17e siècle qu’ils se démocratisent en France et en Europe, Léonard Pouy nous rappelle que "si le diamant se démocratise progressivement au sein de la population européenne au cours du 17e siècle, il demeure un immense décalage avec ce qui s’opère à Versailles. La France a une avance considérable du point de vue des diamants et des bijoux précieux : c’est la première à se doter de 'joyaux de la couronne' au sens légal du terme.

C’est François Ier qui, en 1530, décide de fonder une collection de bijoux 'inaliénable' : cela signifie qu’elle n’appartient plus à la personne du roi, mais bien à l'institution, à la dynastie, et ne doit donc jamais être vendue. De plus, elle peut être utilisée comme gage pour financer des guerres potentielles ou résoudre des problèmes diplomatiques, le diamant devient ainsi un outil de gouvernance, bien au-delà de sa qualité esthétique".

Cet "âge d’or" du diamant en France repose en grande partie sur l’essor commercial européen, principalement porté par les puissances portugaises et hollandaises ; toutefois, alors que la France a perdu à leur profit ses positions privilégiées en Perse, le cardinal de Richelieu décide, à la fin du règne de Louis XIII, de multiplier les envois de voyageurs en Asie Orientale et Occidentale, de manière à rendre au Royaume de France sa grandeur économique et politique.

Les bijoux et diamants de la Couronne de France - Page 2 Ark_6510
Hope Diamond (Diamonds Necklace)
India, 45.52 ct. Modified antique cushion
National Museum of Natural History.
Image : Collections Smithonian Nmnh -


Parmi ces voyageurs-marchands figure Jean-Baptiste Tavernier, auteur des Six Voyages en Inde et en Perse et colporteur malheureusement oublié par l’Histoire du "Diamant Bleu de la Couronne". Ses multiples périples (près de 300 000 km cumulés), au cours desquels il a fait la rencontre d’empereurs, échappé aux brigands et visité les invivables mines de diamants (pour n’en citer que peu), lui ont non seulement permis de ramener en Europe des pierres inédites (à la fois en termes de taille et de couleur) mais aussi d’alimenter la connaissance européenne de l’Orient.

Pierre Ménard nous raconte "au départ, Tavernier se retrouve en Asie à priori pour servir d’espion pour le Père Joseph. Tout cela s’inscrit dans un contexte où le commerce international au début du 17e siècle est marqué par une lutte entre les grandes puissances ; la France, jusqu’à lors relativement bien positionnée en Perse, se fait rapidement éjecter par les Hollandais, les Vénitiens et les Portugais qui développent une grande maîtrise des mers.

Les bijoux et diamants de la Couronne de France - Page 2 Jean-b10
Portrait en pied de Jean-Baptiste Tavernier
Nicolas de Largillière
Huile sur toile, vers 1678
Image : Herzog Anton Ulrich-Museum Braunschweig


Le cardinal de Richelieu - 'premier ministre' de Louis XIII - souhaite rendre à la France sa place centrale dans le commerce international au début du 18e siècle, et c’est donc à ce titre-là que Jean-Baptiste Tavernier est envoyé en Perse. Tavernier découvre peu à peu que l’activité commerciale peut pour lui être (très) lucrative, même si les conditions de voyage étaient très dures et risquées. Ses voyages successifs lui ont permis de s’enrichir considérablement. Cet enrichissement reposait non seulement sur un échange international (marchandises européennes ramenées aux Indes contre des marchandises indiennes, elles-mêmes revendues en Europe, etc.) mais aussi en interne sur les terres de son périple".


Arrow Emission à écouter ici : Entendez-vous l'Eco (France Culture) - Des Indes à Versailles, l’épopée des joyaux de la Couronne
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 17671
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum