Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Page 1 sur 6 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Mme de Sabran Jeu 13 Fév - 16:10

Reinette a écrit:Son obésité ne devait rien arranger... À mon avis, il était carrément incapable d'avoir une érection.
Il s'est alors complu dans des histoires de c... virtuelles, délirant dans les pires fantasmes qui en font objectivement un pervers. Je ne me remettrai jamais de ses lettres... Smileàè-è\':

Ah oui, ses lettres immondes !  
Nous sommes-nous escrimés sur ces tartinées sans queue ni tête qu'il adressait au duc de Lévis !!!  Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 3595812
Elles nous montrent Monsieur comme un malade psychiatrique, une espèce de Provence/ Jekyll and Stautre/hyde  .


Tiens, Reinette, tu me donnes des envies de jardinage !!!    
J'irais bien sauter le mur pour aller bouturer à côté .    :n,,;::::!!!: 
Ceux d'entre nous qui avaient manqué ce sujet, dans l'ancien Boudoir, vont halluciner .
Allez, zou !   Je prends mon élan ... Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 1524226653



Or donc, le jeudi 16 août 2012, j'écrivais :

Je ne sais pas si vous vous souvenez que, dans un de nos jeux de l'été, j'avais demandé qui étaient Moinès et Owna ?   :n,,;::::!!!:
C'était Marie-Antoinette tout simplement, nom de code sous la plume de Monsieur qui avait la fichue manie d'en affubler la Cour et la ville, notamment dans les lettres qu'il envoyait à Gaston de Lévis ... cela rend, du reste, la plupart d'entre elles absolument incompréhensibles .   boudoi32

Or ces lettres ont été publiées !!!   Very Happy Elles suivent les Souvenirs et Portraits ( que j'avais déjà ) du duc de Lévis .
J' ai trouvé leur référence sur Price Minister et je vais me hâter de les commander .
Je vous en ferai profiter !   :n,,;::::!!!: 



Princesse de Chimay a écrit:
Merci de partager cela avec nous Eléonore !!!  Very Happy  Very Happy  Very Happy


Monsieur y est d'un lyrisme échevelé : il embrasse Gaston ( baiser épistolaire s'entend ) with all his paternal bowels ( de toutes ses entrailles paternelles ...   Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 3249736284 )  . Il est aussi d'un romantisme bucolique : il lui donne rendez-vous pour aller voir des magnolias en fleurs ...   boudoi29

Quand la duchesse de Lévis accouche d'une petite fille  Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Simpsons-maggie, en décembre 1788, Monsieur écrit à Gaston :

Jouissez des plaisirs de la paternité, Dieu me les a refusés mais je regarde comme un dédommagement pour moi qu'il vous les ait accordés puisque vous me tenez lieu de ce que je n'ai jamais eu.


Je crois que n'ont été conservées et publiées qu'une trentaine des lettres du prince à Gaston .
Il me tarde d'autant plus de les découvrir qu'il y parle de Marie-Antoinette, sous ces fameux surnoms de Moinès et Owna ...


A suivre !    :n,,;::::!!!: 

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45850
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Invité Jeu 13 Fév - 16:45

Merci Eléonore de remettre à jour ce côté du Comte de Provence...
Je ne sais si l'on doit conclure à une maladie mentale...la jalousie en est-elle une?
Toujours est-il que cette correspondance ne révèle pas le prince sous le plus beau des jours !  :Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 2028181902  Hop! 

Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Mme de Sabran Jeu 13 Fév - 16:47

La nuit, la neige a écrit:
J’ai le bouquin ! Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 3826491292
Mots très, très, compliqués à lire ! boudoi29

Provence n’a pas le style de Lévis, certes pas. Aussi, il ajoute des mots et phrases en anglais, des citations obscures, des jeux d’esprit incompréhensibles, et affuble tout le monde de surnoms divers (dont beaucoup sont encore non éclaircis par les spécialistes).

Marie-Antoinette serait, comme tu le précises : Owna ou Moinès. Mais aussi Inès ou Rhodopovna.
Gaston est « son fils » ou Mosquito.
Provence lui-même se cache sous le nom de Stautre....

Ce qui ressort de ces lettres est surtout l’amour/haine qu’il porte à Marie-Antoinette !!!! Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 3595810

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45850
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Mme de Sabran Jeu 13 Fév - 16:52

Majesté a écrit:
Je ne sais si l'on doit conclure à une maladie mentale...la jalousie en est-elle une?

S'il ne s'agissait que de jalousie ...  Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 3826491292 
La suite laissera libres d'en juger les lecteurs de cette prose de dégénéré .

Je vais continuer de la poster .

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45850
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Mme de Sabran Jeu 13 Fév - 16:56

La nuit, la neige a écrit:
J’ai le bouquin !  Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 3826491292
Mots très, très, compliqués à lire !  boudoi29

Ah zut, tu me décourages !

Trianon devient les trois petites bêtes, Saint-Cloud holly nail, etc ....  Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Crazy2
Quel zinzin !  boudoi29



Cosmo a écrit:   Pauvre Monsieur, il me fait de la peine.  Sad  Wink


Il était sans doute malheureux et cela explique ( en partie ) sa vilénie .


Cosmo a écrit:
Certainement, sans doute un peu comme Mme Adélaïde, une autre grande frustrée sexuelle avide de pouvoir ! Ce qu'il y a de plus choquant dans l'attitude du comte de Provence c'est son complexe de supériorité et son égoïsme . Mais en tant que roi il a contre toute attente mieux réussi que ses deux frères !
Il serait intéressant de comparer cela aux mémoires sur la vie de Marie-Antoinette que Louis XVIII a écrit sous la Restauration !


La nuit, la neige a écrit:
C'était un grand malade !!!

Un petit extrait d’une lettre, où il évoque Inès.... ( l'un des noms de Marie-Antoinette )
Chaud devant !!  Laughing

Stautre, seul, réfléchissant, se rongeant les ongles et frappant de temps en temps du pied contre terre.
(...)
Considérons Inès comme notre ennemie
Qui cherche ses honneurs dedans notre infamie,
Dont le caprice ici veut nous faire la loi
Et régner par mon ordre et sur vous et sur moi.
Tu m’estimes bien lâche, imprudente D....
Si tu peux supposer que j’aye la bassesse
De souffrir qu’une paix qu’on te promit en vain
Te rende la maîtresse ici de mon destin.
Si pour avoir la paix, je me force au silence,
Tremble en pensant au jour où j’en prendrai vengeance.
Tremble, te dis-je, et songe en dépit du traité,
Que pour le respecter, je l’ai trop acheté.


40544810



Majesté a écrit:Merci Eléonore de remettre à jour .....

... cette part d'ombre ... :Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 2028181902

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45850
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Comtesse Diane Jeu 13 Fév - 17:36

J'ai hâte de lire ses lettres ! J'aime bien les fous !Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Boudo109Et moches et laids avec ça !  :Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 2028181902

_________________
Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Smiley17
Comtesse Diane
Comtesse Diane

Messages : 7510
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : TOURAINE

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Mme de Sabran Jeu 13 Fév - 17:48

Comtesse Diane a écrit: J'aime bien les fous !Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Boudo109Et moches et laids avec ça !  :Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 2028181902

Alors vous devriez adorer Provence, ma chère Diane .   lol!  

La nuit, la neige a écrit:

Tremble en pensant au jour où j’en prendrai vengeance.

.

Il menace Marie-Antoinette !   Car nous démontrerons par la suite que c'est bien d'elle qu'il s'agit .
Quelle charogne de bonhomme !!!   Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 1905908946   Il est pire que dans les pires cauchemars ...


Cosmo a écrit:
Super intéressant !
Je vais essayer de me procurer ce bouquin aussi . Ses rapports avec la reine sont bizarres, elle s'en méfiait et il l'évitait mais cela ne l'a quand même pas empêché d'assister aux représentations théâtrales qu'elle donnait au Petit Trianon.
Il était peut-être jaloux d'elle ?...


La nuit, la neige a écrit:
A lire ces quelques mots, il était raide et amer qu’elle l'ait éconduit !
Il y a une lettre, incompréhensible et torturée, qui aborderait plus ou moins ce sujet...je la copierai.
Mais enfin, c’est tellement hallucinant, que je ne sais pas trop quoi en penser.   scratch

Ses mémoires ont été retrouvés dans ses papiers et publiés pour la première fois à la Revue des deux mondes au début du XXême siècle ! J'en ai déjà parlé quelque part dans le sujet en mettant un lien vers google books où on peut lire ces mémoires de Louis XVIII sur la reine qui font 20 ou 30 pages !
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45850
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Gouverneur Morris Jeu 13 Fév - 18:01

Mme de Sabran a écrit:Trianon devient les trois petites bêtes, Saint-Cloud holly nail, etc

Là je décrypte ! Si les autres pouvaient être aussi faciles... :Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 2028181902 
Gouverneur Morris
Gouverneur Morris

Messages : 7993
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Mme de Sabran Jeu 13 Fév - 18:12

Gouverneur Morris a écrit:
Mme de Sabran a écrit:Trianon devient les trois petites bêtes, Saint-Cloud holly nail, etc

Là je décrypte ! Si les autres pouvaient être aussi faciles... :Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 2028181902

Chic !!! Vous éclairerez notre lanterne, cher Maurice !  :n,,;::::!!!: 
Car vous verrez que, plusieurs fois nous nous cassons les dents sur les métaphores de Monsieur .
Et le plus drôle ( façon de parler ... ), c'est que le duc de Lévis aussi !  Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 3826491292 

La nuit, la neige a écrit:
A lire ces quelques mots, il était raide et amer qu’elle l'ait éconduit !

Econduit ? Econduit dans quel sens ? Tu crois qu'il aurait tenté sa chance avec sa belle-soeur ? Cela paraît énorme ! Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 7914334
Son diabète sucré peut avoir mis des années à le rendre impuissant, après tout ? Mais d'un autre côté, le diabète n'était pas du tout traité à cette époque . On ignorait même qu'il fallait faire un régime . Il devait faire de l'hyper-glycémie ...

Et voilà que, subitement, cette relation amour/haine, comme tu dis, prend une résonance incroyable ! Monsieur épris de Marie-Antoinette, jalousant son frère tant parce qu'il est roi que parce qu'il est l'époux de ce morceau friand qui le fait baver ...
En somme, il crevait d'envie, sur toute la ligne !

Ce que tu nous postes là est sidérant . Je suis estomaquée et très excitée à l'idée de découvrir ces lettres . :n,,;::::!!!:
Mais alors ? Et l'homosexualité de Monsieur, que devient-elle dans tout cela ? S'il est homo, il ne peut pas être amoureux d'une femme !


La nuit, la neige a écrit:
La lettre est datée du 8 août 1788.
Dans l’introduction à cette correspondance, Jacques Dupâquier (qui cite souvent Gerard Walter et sa bio de Provence) écrit : Elle (la reine) le tient à distance. Elle lui a extorqué un traité formel de bonne conduite ou plutôt de neutralité politique, signé à Trianon le 29 juillet 1788 (voir lettres 2 et 21)
Beuh....mystère ! scratch

Mais tu ne vois pas Monsieur signant noir sur blanc un traité par lequel il n'essaiera pas de serrer de près sa belle-soeur !
Cela n'a pas le sens commun ....... la bonne conduite serait neutralité politique ( ??? ) . J'imagine mal aussi ...

Je ne vois raisonnablement pas ce que pouvait en être la teneur !
Et pourquoi est-ce qu'aucune de toutes les biographies de Marie-Antoinette ne mentionne ledit traité ?

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45850
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Mme de Sabran Jeu 13 Fév - 18:17


La nuit, la neige a écrit:
Econduit ?
Ben...c’est ce que j’ai lu.
Enfin, s’il parle bien d’elle !!

Il souffre d'un sentiment d’humiliation et de frustration. Tout le temps.
Qui le mine :

Né avec un amour propre fort proche parent de l’orgueil, je n’ai jamais pu supporter l’humiliation.
J’aimerais mieux un coup d’épée qu’un ridicule.


Tout est dit ! boudoi29

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45850
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Mme de Sabran Jeu 13 Fév - 18:24




C'est un tableau psychologique affreux que tu nous brosses là . pale Il explique tout le comportement cauteleux de Monsieur . Mad
Cela faisait longtemps que j'avais compris qu'il était le pire ennemi du couple royal ( Orléans de la gnognotte à côté ) , mais je tombe des nues tout de même ...
Etouffer de tant de rancoeur, crever de tant d'orgueil ... chienne de vie tout de même !
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45850
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Mme de Sabran Jeu 13 Fév - 18:26


Reinette a écrit:
J'ignorais que leur antipathie allait jusque-là !!!
D'autant que si je comprends bien (à peu près tant il se complaît dans le sybillin boudoi29 ), Marie-Antoinette lui a proposé un pacte de bonne entente. Et lui, bien entendu, gros hypocrite comme on le connaît, voilà ce qu'il en pense.
L'Enflure est un trop gentil surnom !


Ce qui m'étonne aussi dans ces lettres de Monsieur à Gaston, où il parle traité, vengeance, etc ... c'est qu'il semble que Gaston soit parfaitement au courant de ces divagations . Il le faut bien, pour qu'il les comprenne ! N'est-ce pas ?
Cela ne l'en rend pas pour autant le complice de l'autre cinglé, mais c'est très choquant, il s'agit de la reine tout de même !

Ou bien sans doute Gaston se contentait-il d'être cette sorte de meuble vivant :roll: , propre à recevoir ses confidences, ses doléances, ses expansions affectives, ses historiettes graveleuses, ses citations latines et à lui donner respectueusement la réplique , dont nous parlions en amont ?

Il se mettait en pilotage automatique et laissait Provence déblatérer tout seul ...

???

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45850
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Mme de Sabran Jeu 13 Fév - 18:34



La nuit, la neige a écrit:
Je précise que dans les écrits de Provence, il n’est nullement question d’une quelconque liaison entre lui et Marie-Antoinette !


La supposition serait invraisemblable ! Provence est positivement répugnant, déjà obèse à trente-deux ans .
Quitte à tromper Loulou ( à Dieu ne plaise ! boudoi29 boudoi29 boudoi29 ), Marie-Antoinette aurait eu le bon goût de préférer ce bellâtre d'Artois .
S'il n'avait pas inventé le fil à couper le beurre, du moins était-il plus plaisant à regarder, et quitte à se dévergonder autant choisir le plus ragoûtant .

Pauvre Gaston, tu parles d'un turbin ! Il lui fallait une sacrée dose d'endurance . Son exaspération à l'endroit de Monsieur est palpable, dans ses lettres à Pauline .

La nuit, la neige a écrit:
Bon ! Je me lance dans une copie de cette deuxième lettre de Provence.
Pffff ! Elle est longue et, pitié, concentrez-vous bien pour la lire. Dou-ce-ment !

Pour mémoire, Moinès et Owna seraient : Marie-Antoinette.
La barbue ou 33 ( boudoi32 ) sont, peut-être, Mme de Balbi.
Je copie tout tel quel : orthographe, expressions, ponctuations etc.
Je ne vous épargne pas....

Mes petits commentaires, en bleu.


Le 28 avril 1789

(....)
Vous connaissez l’origine et les progrès de mon mal, jusqu’au fatal obligé (?), ainsi je ne vous ennuierai pas de leur récit (Oh ben si ! Meeerde ! ).
Vous avez vû l’effet violent que ce mot, que vous regardiez comme innocent, a produit sur moi, mais vous ne sçcavez peutêtre pas la cause de cet effet, il vous faut la dévoiler.
Né avec un amour-propre fort proche parent de l’orgueil, je n’ai jamais pû supporter l’humiliation et Philosophe sur quelques autres points, je suis pis qu’une femme sur cet article, j’aimerais mieux un coup d’épée qu’un ridicule.

Il y a seize ans que j’étais amoureux, mais fort sérieusement, quoique de façon romanesque, d’une barbue que bien vous connaissez, il fallait bien que j’en fûsse bien amoureux, -33 qui n’a jamais été chiche de ridicules, m’en donnait à la journée sur ce chapitre, me disait que l’on m’en donnait bien d’autres dans le Monde et malgré mon aversion pour ce genre, loin d’être affligé, j’en étais presque bien aise.
Semblable aux martyrs qui offraient leurs tourmens à Dieu, j’offrais les miens à l’objet que j’adorais, je lui disais intérieurement ; mon soleil (c’est ainsi que je l’appelais) vous voyez ce qu’il me faut endurer, mais c’est pour vous que je l’endure, vous m’en sçaurez gré, vous me plaindrez au moins et je serai trop payé.
Enfin 33 me dit que ce soleil riait autant de moi que les autres, je rejettai cet avis comme une calomnie, je me crus presque coupable de l’avoir entendu, mais elle me le fit voir de mes propres yeux.
Bichette.... Laughing

A la douleur la plus vive, succéda l’indignation, l’amour propre éteignit celui qui ne l’est pas, la plus belle des Divinités ne me parut plus qu’une mortelle assez laide ; un miroir dans lequel j’aperçus la charmante figure dont j’étais alors possesseur, me fit faire une comparaison dont le résultat fut le mépris le plus froid pour une virago d’aussi mauvais goût.
Ensuite (et ce fut trois jours après) quand l’indifférence eut succédé au mépris, je fis réflexion sur tout ce que mon amour propre avait souffert, je fis voeu, qu’à l’avenir (autant que je le pourrais au moins) mes amours ne seraient connues que de leur objet et tout au plus d’un confident bien discret.
Il nous fait sa Madame de Merteuil.... :Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 2028181902

Jugez d’après cela de ce que j’ai éprouvé, lorsque j’ai sçu qu’Owna me traitait comme la barbue ( Laughing ) et combien ce que j’ai éprouvé a augmenté par la différence des positions ?
Une passion, excusable à 18 ans, me peignait la barbue telle qu’elle avait été quinze ans auparavant, mais dans le fait, elle était déjà à peu près telle que vous la voyez lorsqu’elle s’est fait la barbe et Owna est belle comme Vénus ! (Rohhh !)

J’étais et vous pouvez vous en souvenir, joli comme l’époux de Psyché, mais aujourd’hui !...
Aussi, ce mépris qui me servit si bien alors, ne peut plus me servir actuellement, mais en revanche, l’indignation est plus forte, car enfin la barbare ne se moquait que de mon air gauche et décontenancé, au lieu qu’Owna m’a donné un ridicule pour une chose qu’elle a elle-même sollicité non pas une fois, mais cent, de mes bontés, je crois pouvoir me servir de ce terme, car enfin le donateur témoigne des bontés du donataire...
Et pour que rien n’y manque, elle s’adresse à mon fils lui-même, elle l’expose soit à se moquer de moi avec elle, ce que je suis bien sûr que son coeur aurait peine à lui pardonner, ou bien à être lui-même laughed by her.

C’est tout cela qui me fait vous répéter, que sous une figure céleste elle cache un mauvais coeur et c’est ce qui m’avait déterminé à essayer au moins de briser mes fers, bien sûr que, quoiqu’elle ne se soucie point du tout de moi, son amour propre serait blessé de voir un de ses captifs lui échapper.
Mais ce que la haye (c’est kiki ? boudoi32 ) vous a dit sur cela, a fait faire un autre calcul à mon amour propre, car enfin pour que ma vengeance fût, je ne dis pas complette, mais réelle, il faudrait qu’elle fût bien persuadée que j’ai porté ses fers et que je ne les porte plus, que je suis non pas infidèle mais inconstant.

L’infidélité offense une femme, mais elle peut l’attribuer à la fragilité humaine, à une occasion où les sens ont trahi le coeur, au lieu que l’inconstance seule blesse vraiment son amour-propre, elle peut, elle doit même l’attribuer au trop peu de pouvoir de ses charmes. (Salopard !)
Or si Owna a cru que ce n’était qu’un amusement de ma part, tout le triomphe est de son côté : un fat est venu se frotter à elle, elle vous l’a reçu de façon à le corriger et le pauvre fat, honteux de son équipée, n’ose plus à présent lever les yeux jusqu’à elle. Oui, baisse les yeux !

Si elle avait l’insolence de se dire de pareilles choses, la punition qu’elle mériterait, serait que je lui fisse ma cour de manière à lui persuader la vérité de ma passion pour elle, et lorsqu’elle n’en pourrait plus douter, je la plantâsse là un beau jour, sans raison, sans courroux, sans même avoir l’air d’en être ennuyé, simplement parceque je ne m’en soucierais plus.
Mais cette vengeance ne pourrait être bien exercée que par Eunuque noir ( Suspect ), tout autre courrait trop de risques de faire du jeu une réalité et «guenille si l’on veut, ma guenille m’est chère », n’y pensons donc plus.

Sans avoir besoin d’un Cratisthènes, je me dis bien qu’il y a un véritable danger à s’y attacher, que le poste de son amant, digne en un sens d’être envié par les Dieux-mêmes, est dans un autre pire que les supplices des habitants du Tartare, que sortant de mes bras (si elle y entrait) elle irait coqueter avec le premier venu, ce qui me boirait le sang, qu’elle voudrait encore me persuader que c’est pour mieux cacher notre jeu, que son coeur étant mauvais, je devrais toujours craindre quelque noirceur de sa part.
Tout cela est vrai, mais si elle n’a pas cru à mon amour, ma vengeance sera nulle.


Bon ! J’en ai ma claque ! Fin de la première partie.
La suite des délires du comte de la bistouquette molle....demain !
Au fait, c’est lui qui parle, dans cette même lettre, dudit pacte de non-agression, et de la date de sa signature.

Mais de toute façon, il n'en était pas question .

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45850
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Mme de Sabran Jeu 13 Fév - 18:41


Majesté a écrit:
Merci mon très cher !
J'apprécie le mal que tu te donnes pour recopier tout cela...et j'avoue apprécier tout autant tes petits commentaires

S'il ne disait qu'il avait aimé la barbue, ce pourrait logiquement être sa femme...mais je présume que c'est là un subterfuge justement pour désigner quelqu'un d'autre que la Reine velue.

Si le noir n'avait été Eunuque on aurait pu croire qu'il avait lu l'Enfant Léopard de Daniel Picouly

Bien à vous.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45850
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Gouverneur Morris Jeu 13 Fév - 18:48

Mme de Sabran a écrit:Ou bien sans doute Gaston se contentait-il d'être cette sorte de meuble vivant  :roll: , propre à recevoir ses confidences, ses doléances, ses expansions affectives, ses historiettes graveleuses, ses citations latines et à lui donner respectueusement la réplique , dont nous parlions en amont ?

Il se mettait en pilotage automatique et laissait Provence déblatérer tout seul ...

???

C'est fort possible, très sérieusement, je pratique ainsi avec mon patron tous les jours...
Gouverneur Morris
Gouverneur Morris

Messages : 7993
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Mme de Sabran Jeu 13 Fév - 18:56

Gouverneur Morris a écrit:
Mme de Sabran a écrit:

Il se mettait en pilotage automatique et laissait Provence déblatérer tout seul ...

???

C'est fort possible, très sérieusement, je pratique ainsi avec mon patron tous les jours...


 Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing 

Je vous crois sans peine : c'est une échappatoire bien confortable !  :Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 2028181902 


Eh bien, trouvez-vous toujours Monsieur aisé à comprendre ?
Avouez qu'il n'est pas limpide comme l'eau de roche ...  geek 

Connaissez-vous la suite ? Aviez-vous suivi ce papotage, dans le Boudoir ?  Very Happy
Si c'est non ( ce que j'espère  :Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 2028181902  ) , vous n'êtes pas au bout de vos surprises !  

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45850
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Gouverneur Morris Jeu 13 Fév - 18:59

Il n'en reste pas moins difficile à comprendre... Et je ne connais pas la suite. J'ai donc hâte de vous lire !!!!! Hop!
Gouverneur Morris
Gouverneur Morris

Messages : 7993
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Mme de Sabran Jeu 13 Fév - 19:01






Cosmo a écrit:
Si je comprends bien la lettre de Provence, il n'est pas triste, ni déprimé de ne pas avoir pu conquérir "Owna" mais furieux que "Owna" ne l'ait pas pris au sérieux. Cela révèle à mon sens que Provence en faisant sa cour aux dames ne cherchait en réalité qu'à essayer d'épater la galerie. S'il avait été réellement amoureux d'une femme, quelle qu'elle soit, il aurait éprouvé du chagrin, voire de l'amertume à se faire rembarrer... mais de la haine? une volonté de vengeance?? Question

Une telle haine ne peut s'expliquer que par la remise en cause, par "Owna", de sa virilité : "Owna" avait sans doute compris que Provence était homosexuel ou, à tout le moins, impuissant...

Je suis intimement convaincu que Provence cherchait à prouver à la Cour que contrairement à son frère Louis XVI, il était un "vrai homme", capable d'avoir des maîtresses comme tout le monde, alors que la réalité c'est sans doute qu'il était homosexuel (non assumé).


Très bonne analyse ! Provence était non pas malheureux mais mauvais comme la gale .

Sur l´écran noir de ses nuits blanches,
Provence se fait du cinéma
Sans pognon et sans caméra,
Barbue peut partir en vacances:
Sa vedette, c´est toujours Owna.

Pour lui dire qu'il l´aime, rien à faire, il flanche:
Il a du cœur mais pas d´estomac
C´est pourquoi il prend sa revanche
Sur l´écran noir de ses nuits blanches
Où il se fait du cinéma.............


:Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 2028181902

Alors là, de deux choses l'une . Soit Louis XVI est l' Eunuque noir, en référence à ses supposées défaillances sexuelles, et parce qu'il a doublement barre sur Marie-Antoinette : il est l'époux et il est le roi, soit ( c'est moi que vous allez croire folle ) l' Eunuque noir est Fersen ? En effet, si Fersen seul passe pour être aimé de Marie-Antoinette, lui seul pourrait exercer sur elle cette manière de pression .
Mais dans ce cas, pourquoi Eunuque ? Peut-être par jalousie, pour prétendre se moquer des prouesses d'alcôve du beau Suédois ? ou bien parce que Fersen aime la reine sans pouvoir la posséder ? ......... Je triture ma pauvre cervelle en tous sens . J'essaie d'interpréter.

.

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45850
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Mme de Sabran Jeu 13 Fév - 19:06



Gouverneur Morris a écrit:Il n'en reste pas moins difficile à comprendre... Et je ne connais pas la suite. J'ai donc hâte de vous lire !!!!! Hop!

Cela me fait grand plaisir !!!  :n,,;::::!!!: :n,,;::::!!!: :n,,;::::!!!: 
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45850
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Mme de Sabran Jeu 13 Fév - 19:11



la nuit, la neige a écrit:
"En vous écrivant ceci, je crois que c’est l’amour propre qui dicte, si pourtant c’était l’amour, je serais bien attrapé, et je dois le craindre, car ce petit gueux là prend toutes sortes de formes, avec la facilité d’un Protée.
Cependant comme depuis j’ai déposé mon amertume sur le papier, mon paroxysme est diminué, j’ai lieu de me flatter qu’il était critique, mais je n’en puis pas répondre, car je ne vois pas Owna et tel un Achille loin du danger, qui n’est qu’un Thersite quand il le voit de près.

Profitons pourtant d’un moment de calme pour examiner le rapport de la haye : de trois choses l’une (oh ! non, pitié ! Laughing ), ou elle vous a trompé, ou elle a été trompée, ou elle a dit la vérité, c’est à dire ce que Owna pense véritablement.
La première est possible, mais elle n’est gueres vraissemblable : en effet, pour tromper, il faut ou être naturellement faux, ou avoir un grand intérêt à l’être dans le moment. Or je ne crois pas que la haye aye le coeur naturellement faux. 1° elle ne s’est pas conduit faussement à votre égard. 2° elle m’a dit que son défaut était trop de franchise et je m’étais pas encore trop ouvertement to be your pimp (hein ? Laughing ) pour qu’elle eût intérêt à me tromper.
Je ne lui en vois pas davantage à vous tromper sur Owna et sur moi, je réfléchis même qu’il faut qu’elle ait crû ce qu’elle vous a dit, sans quoi il y a tout à parier qu’elle ne m’aurait pas dit ce qu’elle m’a dit le jour que nous avons soupé à côté l’un de l’autre dans la boutique (V. ma lettre du 16 mars) (Okaaay, je vais jeter un coup d’oeil... :roll: ).

La seconde chose est possible et de plus vraisemblable, mais elle mérite explication : ce que j’entends par tromper quelqu’un, c’est non seulement lui mentir par gayeté de coeur (ce que je ne pense pas qui soit le cas) ou ne pas tout lui dire et l’exposer par là à tirer de fausses introductions du peu qu’il sçait.
Or la haye et Owna ne sont pas assez intimement liées pour que la dernière aye conté à l’autre tout ce qui s’est passé ; seulement la haye, instruite par Alphonsine ou la Négresse (c’est kiki ? boudoi32 ) du voyage de la grotte (pas celle de Trianon, mais une autre du parc Balbi, je ne sais plus où j’ai lu ce commentaire), ayant aussi entendu parler en gros des évènements H.N (Saint Cloud. Holy Nail) en aura parlé per transennam (par personne interposée ?) à Moinès qui lui aura aussi répondu assez légèrement et la haye, n’y prenant pas grand intérêt, aura pris bon pour ce qu’on lui a dit.
Attention, accrochez vous Laughing : Je crois bien qu’Alphonsine sçait tout, mais elle aura bien mieux aimé parler de l’Earl à la haye, qui lui aura parlé du Mont St Bernard, ou du Maréchal, ou de vous, que d’Owna et de moi, dont elle n’aura dit qu’un mot en passant.
C’est ainsi que vous et moi nous avons parlé cent fois de la haye et d’Owna, contre une de Pénélope et de M. de Tecoura. "

Bien !! Sa troisième analyse sur le rapport de la haye : à suivre !!

.

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45850
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Mme de Sabran Jeu 13 Fév - 19:14



C'est passionnant !   Very Happy
Nous nous éclatons comme des fous à décortiquer l’esprit tordu de Monsieur !   :n,,;::::!!!: 

Vraiment, je ne comprends rien à rien à ce qu'il écrit à Gaston. Heureusement que nous savons au moins qui est Owna.
Je ne sais pas qui peut être l'Eunuque noir, Louis XVI ? Noir, va savoir pourquoi, eunuque, ça paraît évident....  :roll:
Car si l'on reprend ce passage :

"Si elle avait l’insolence de se dire de pareilles choses, la punition qu’elle mériterait, serait que je lui fisse ma cour de manière à lui persuader la vérité de ma passion pour elle, et lorsqu’elle n’en pourrait plus douter, je la plantâsse là un beau jour, sans raison, sans courroux, sans même avoir l’air d’en être ennuyé, simplement parceque je ne m’en soucierais plus.
Mais cette vengeance ne pourrait être bien exercée que par Eunuque noir (  Suspect   ), tout autre courrait trop de risques de faire du jeu une réalité et «guenille si l’on veut, ma guenille m’est chère », n’y pensons donc plus."


Il parle bien de Marie-Antoinette, non ?
Pffffff !  ce n'est pas évident de savoir quand c'est elle ou la Balbi...
Qui d'autre que le roi pourrait se permettre de faire d'une réalité la cour à la reine ? Lequel pourrait se permettre de la laisser plantée là ?

Reinette a écrit:
  Il a certainement tenté, non pas de séduire sa belle-soeur, encore que..., mais au moins obtenir une influence sur elle. Il la savait coquette et surtout, un homme qui se croit des plus intelligents méprise complètement une jeune fille qui était tout sauf une intellectuelle.


la nuit, la neige a écrit:
Il ne s’agit pas là d’une amourette de jeunesse.
Nous sommes à la fin des années 80, et si nous acceptons qu’Owna soit la reine, ce n’est pas une question d’influence, mais de roucoulades !


Reinette a écrit:
  Revenons un instant sur son homosexualité : à l'époque ce n'était pas tranché comme aujourd'hui. Il a pu très bien être attiré par les deux sexes, rien d'étonnant.


la nuit, la neige a écrit:
Ce n’est pas une question d’époque.

Reinette a écrit:
  Je crois aussi que par orgueil, il aurait voulu se la jouer grand séducteur auprès de ces dames. Hélas pour lui, il va profondément s'enlaidir au cours de son adolescence. Hop : une frustration de plus !


la nuit, la neige a écrit:
Absolument. Mais si nous acceptons l’idée d’une impuissance sexuelle, il n’en faut pas davantage pour frustrer un homme.

Reinette a écrit:
  Frustration de cadet, frustration de se trouver marier à la princesse la plus laide d'Europe, frustration de devenir lui aussi d'une laideur repoussante, frustration de ne pas avoir su séduire la jolie dauphine, qui en plus devait être idiote à ses yeux, donc c'est encore plus frustrant d'avoir raté son coup, frustration ensuite de la voir coquette avec beaucoup d'hommes de la cour et pas lui, frustration de voir son cadet Artois obtenir cette amitié de leur belle-soeur, frustration de la voir jeter aux orties la majesté royale, frustration de la voir donner des héritiers au trône...

la nuit, la neige a écrit:
Liste non-exhaustive !!

  Il bluffe .  boudoi16
Il veut nous faire croire qu'il s'est passé des choses entre Marie-Antoinette et lui, dans la pénombre intime de la grotte ???

Majesté a écrit:
L'endroit n'est-il pas trop exigu pour une corpulence comme la sienne?  :Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 2028181902
Ses chevilles, du moins , n'y sauraient pas rentrer !!!

Bien à vous.

Osterreich a écrit:
Il y a un personnage qui lui va comme un gant !!!

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Disney10

Pour l'homosexualité, je pense comme Olivia, à une bisexualité non assouvie...
Il devait se déprécier physiquement, mais n'a jamais eu le courage de faire des efforts pour le corriger.Comme beaucoup de diabétiques de type 2, il était atteint par une certaine addiction au sucre... Et croyez moi, on peut l'être très fortement au point que parfois il est difficile de s'en débarrasser...
Ce qui résulte aussi d'une obésité morbide, qui provoque un dégoût de soi même et une renonciation à se soigner en reprenant une alimentation saine et d'exercices physiques. De plus il devait subir les moqueries d'une Cour qui avait la langue piquante quand il s'agissait de se moquer...
De plus avec un caractère aussi envieux , haineux et frustré, il est devenu le même "poison" que ce sucre qui l'empoisonnait !!!
Le mariage avec une femme aussi laide et intrigante que lui l'a conforté dans ce comportement, qui a fait de lui l'enflure que nous connaissons...
Un triste sire...


... un personnage qui lui va comme un gant ?
Nope, nope, nope, car le serpent est un symbole phallique !   :Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis 2028181902
 Quant à la  bisexualité non assouvie...
Alors là, cela dépasse mes compétences ! Je rends mon tablier .....

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45850
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Gouverneur Morris Jeu 13 Fév - 19:28

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Gloutonzp5

 geek 
Gouverneur Morris
Gouverneur Morris

Messages : 7993
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Mme de Sabran Jeu 13 Fév - 19:37




 Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing 
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45850
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Mme de Sabran Jeu 13 Fév - 19:42


la nuit, la neige a écrit:
Je continue à copier cette lettre du 28 avril 1789.
Pauvre Gaston, oui....


La troisième chose est possible aussi, mais elle n’est point vraisemblable (pour rappel : ce qu’Owna pense vraiment) ; elle pourrait l’être à Holy-n. et encore était-il difficile qu’elle se sût après le dernier souper, mais en vérité après les trois petites bêtes (han ? Shocked ), elle me paraît absurde.
Sans même parler des trois petites bêtes, la manière désagréable dont j’ai été traité au dernier bal de l’Opéra, bien différente de celle dont elle me traite ordinairement, prouve assez qu’elle croit à la vérité du sentiment qu’elle m’a inspiré et qu’elle tient à l’exécution, au moins extérieure, du traité du 29 juillet (après avoir vérifié, la reine est en effet au Petit Trianon à cette période, et reçoit à diner, seule, les membres de la famille royale), car comme le masque permet tout, Gaston m’aurait absous si j’avais violé le Traité sous ce costume.

Pour conclure donc (Sainte Marie, mère de Dieu ! boudoi29 Laughing ), mon amour propre n’a rien à dire, si après ce que la haye vous a dit, je repasse entièrement l’Unna (?), ma raison l’approuve infiniment et quand je serai tout à fait guéri, outre que j’en serai plus idoine à ce que je pourrai avoir à faire, mon amie et mon fils y gagneront, car comme un coeur n’est pas grand comme le château de Versailles, quand l’amour s’y loge, les appartements de l’Amitié et de la Nature sont plus resserrés.
(Eh bien voilà Elie, Gaston peut souffler : Provence ne lui déclare pas ici son amouuuur )

Adieu mon cher fils, je suis tout soulagé depuis que je vous ai tout dit, et je puis m’appliquer ces deux vers de l’ami Horace :

Hoc tibi scribebam, le 28 avril 1789,
Excepto quod non simuleras, cetera loetus.
(Je t’écrivais cela le 28 avril 1789, heureux en tout, excepté ton absence)

-----Fin------


En pièce jointe à cette lettre, un texte copié par Provence, et inspiré probablement d’une pièce classique.
C’est très long, et très déclamatif, du genre : Ô rage...
Je n’ai pas la force de la recopier.
Le dernier vers vous donne le ton :


Je quitte une inconstante, tu perds un coeur sincère, je ne sçais qui de nous doit se consoler le premier.
Je sçais que Nice ne trouvera pas un amant aussi fidèle et qu’une autre trompeuse est facile à trouver.

Pas étonnant, avec des idées pareilles dans la tête, que ce type ne parvienne pas à bander !!

Comme tu dis ! boudoi29
Que ce soit au-dessus ou en dessous de la ceinture, Monsieur ne tournait pas rond !


Cosmo a écrit:
Il y a du "Marie-Antoinette" dans "Moinès" .En revanche, je doute que "Owna" soit Marie-Antoinette. D'ailleurs, dans un passage de sa lettre, il parle à la fois de Moinès et Owna, auxquelles il donne semble-t-il des rôles distincts. "Owna" et "Moinès" ne seraient-elles donc pas deux personnes distinctes?... De plus, j'ai du mal à croire qu'au mois d'avril 1789, date de la lettre, Provence en soit encore à faire la cour à Marie-Antoinette, qui était arrivée en France 15 ans plus tôt ! S'il avait voulu jouer au malin avec la reine il l'aurait tout de suite fait (en 1775/1780?) et il se serait tout de suite fait rembarrer.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45850
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Mme de Sabran Jeu 13 Fév - 20:02



Voici comment Claudine Palhiès commente ces lettres, dans la préface de la correspondance de Gaston et Pauline :

En 1788, le favori de Monsieur, c'est Gaston de Lévis . Une trentaine de lettres en témoignent, écrites par le prince au duc entre 1787 et 1792, la plupart entre août 1788 et avril 1789, la brève période de la faveur .
Ces lettres sont étranges, remplies de mots anglais et de mots latins, les personnages cités le sont sous des pseudonymes, le duc de Lévis est Mosquito, Monsieur se nomme lui-même Stautre, la reine est Moirès ou Owna; le Trianon devient " les trois petites bêtes ", Saint-Cloud Holy Nail et M. de Villedieu M. d'Eyetown ... Beaucoup d'autres le sont de façon tellement énigmatique et compliquée que le rébus reste indéchiffrable .
Monsieur laisse entrevoir sa passion pour la reine qui le méprise, il parle politique, il parle de la Cour ... Et il est pesant pour le destinataire des lettres .


.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45850
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis Empty Re: Lettres délirantes du comte de Provence au duc de Lévis

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 6 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum