Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler

3 participants

Aller en bas

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Empty Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler

Message par La nuit, la neige Mer 6 Oct - 14:18

Idea Nous avions eu l'occasion de présenter ici ou là quelques-uns de ces meubles d'exception, mais je vous propose l'ouverture de ce sujet dédié avec l'annonce, une fois n'est pas coutume, d'une prochaine vente aux enchères dont je cite quelques extraits intéressants... Smile


A LATE LOUIS XVI ORMOLU-MOUNTED BRASS AND PEWTER-INLAID EBONY AND TORTOISESHELL SIDE CABINET (BAS D'ARMOIRE)
ATTRIBUTED TO ADAM WEISWEILER, INCORPORATING LOUIS XIV MARQUETRY PANELS
CIRCA 1780-90,
COMMISSIONED BY THE MARCHAND-MERCIER CLAUDE-FRANCOIS JULLIOT

The later rectangular gris St. Anne marble top above a frieze mounted with acanthus leaves, over a central paneled door mounted with a figure of Bacchus beneath a lambrequinned canopy, flanked by a pair of doors with scrolling strapwork, foliage and masks, with oval medallions inscribed 'LES COURAGEUX VONT PARTOUT', 'PEU DE GENTS ME MERITENT' Eventaille , 'NOUS NOUS CONSUMMONS TOUS DEUX' and 'LA SAGESSE EST INEBRANLABLE', above a breakfront plinth mounted with paterae, the paneled sides mounted with espagnolette masks, on turned feet, the paneled backboards possibly replaced in the early 19th century, the feet replaced, the underside of the marble with two paper labels inscribed in red ink 'RD' and '10', respectively
41 ¼ in. (105 cm.) high, 59 ¾ in. (152 cm.) wide, 19 in. (48 cm.) deep
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Capt3076
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Captu876
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Captu878

Lot Essay

Incorporating jewel-like arabesque marquetry from a Louis XIV table top, this bas d'armoire belongs to a celebrated group executed between circa 1775-1800 by the ébéniste Adam Weisweiler for the marchand-mercier Claude-François Julliot (d. 1784) and, subsequently, his son Philippe.
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Capt3077

These new forms reflected the taste for cabinet furniture in the 'antique' taste associated with André-Charles Boulle that would allow ample room for the hanging of the newly fashionable Dutch and Flemish cabinet pictures.

In its overall form and the distinctive treatment of the marquetry, particularly of the sides, the present bas d'armoire can be confidently attributed to Adam Weisweiler.
In particular, the distinctive treatment of the side panels, with their foliate spray spandrels enclosing an ebony panel, can be seen on the pair of cabinets stamped by Weisweiler in the Wallace Collection (F393-4), as well as on the larger example at Waddesdon (no.40), the pair of cabinets sold from the Wormser Collection sold at Christie's, New York, 14 November 1985, lot 194a, and the pair from Schloss Schillersdorf sold at Christie's, New York, 27 May 1999, lot 250.
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Captu875

The distinctive figural mount depicting Bacchus belongs to a set of four with Ceres, Flora and Boreas, emblematic of the Four Seasons. These are cast after models by André-Charles Boulle himself, which appear, for instance, on the pair of armoires by Boulle at Versailles (illustrated in A. Pradère, Les Ebénistes Français, Paris, 1987, p. 75, fig. 22).
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Captu877

The same distinctive figure of Dionysus, paired with Flora, can also be found on the cabinet with attributed to Montigny and which incoprorates panels of Louis XIV Boulle marquetry in the Getty Museum, Los Angeles, while those of Boreas and Ceres feature on that from the collection of the Marquis of Lincolnshire (illustrated in M. Harris & Sons, A Catalogue and Index of Old Furniture and Works of Decorative Art, n.d., p. 437). Bacchus also appears on the cabinet at Waddesdon.
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Capt3079
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Capt3080

* Source et infos complémentaires : Christie's NY - The Exceptional Sale (13 October 2021

La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 15361
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Empty Re: Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler

Message par La nuit, la neige Mer 6 Oct - 14:19

Idea L'un des grands amateurs de ces meubles, fut Quintin Craufurd (1743-1819), richissime, grand collectionneur d'oeuvres d'art, et bien connu ici pour avoir été de ceux qui ont aidé la famille royale à fuir le palais des Tuileries en juin 1791.

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Quenti12
Portraits de Quintin Craufurd (ou Quentin Crauford, Crawford...) et de Anna Eleonora Franchi, épouse Martini, puis Sullivan, puis Craufurd

Nous avions déjà présenté quelques-uns de ses meubles dans son sujet biographique, ICI, dont...


Arrow La paire de cabinets évoquée, ci-dessus, dans le descriptif de l'annonce aux enchères et conservée à la Wallace Collection :
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Emuseu42
Cabinet
Weisweiler Adam (1744 - 1820)
France, c. 1780
Stamp: 'A. WEISWEILER'
Oak, pinewood, ebony, contre-partie Boulle marquetry of turtleshell, brass and tin, gilt bronze, portor marble, horn, brass and steel
Provenance : Quintin Craufurd sale, Paris, 20 November 1820, no. 465. Richard Seymour-Conway, 4th Marquess of Hertford, by 1865.
INV F 393
Image : The Wallace Collection


Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Emuseu43
Cabinet
Weisweiler Adam (1744 - 1820)
France, c. 1780
Stamp: 'A. WEIS'
Oak, pinewood, ebony, contre-partie Boulle marquetry of turtleshell, brass and tin, gilt bronze, portor marble, horn, brass and steel
Provenance : Quintin Craufurd sale, Paris, 20 November 1820, no. 465. Richard Seymour-Conway, 4th Marquess of Hertford, by 1865.
INV F394
Image : The Wallace Collection


Description :

A pair with F394, this cabinet, or 'meuble a hauteur d'appui', is by the ebeniste Adam Weisweiler (1744-1820, maitre 1778) and is a reflection of the appetite for Boulle furniture in France in the last thirty years of the eighteenth century.

The form derives from a type of cabinet by André-Charles Boulle that was originally intended to be placed on a console stand; but by this stage of the eighteenth century the lower height was favoured and this type of 'meuble a hauteur d'appui' has integral legs.
Boulle's legacy is, however, further apparent on these cabinets with the re-use by Weisweiler of old Boulle metal marquetry panels, two either side of the main front panel on each cabinet.

The gilt-bronze mount of Bacchus (representing Autumn) on F393 is also on various other pieces of furniture in the Wallace Collection: on the sides of three armoires (F61, F62 and F63) and the left door of F383. While F61 and F62 are firmly attributed to Andre-Charles Boulle, the attribution of F63 is less secure and F383 is a break-front cabinet by Joseph Baumhauer dating from about 1770.

This clearly demonstrates the continued use of Boulle-designed mounts long after the ébéniste's death; dealers like Claude-Francois Julliot (1727-94) specialised in contemporary Boulle furniture which utilised mounts cast from mouldings taken from early eighteenth-century pieces. Weisweiler is likely to have had the mounts - as well as the old Boulle panels - supplied by the dealer for whom this piece was commissioned, probably Julliot for whom we know Weisweiler worked.

However, Boulle-style cabinets like this formed only a small part of Weisweiler's oeuvre and are relatively rare.

* Source texte : The Wallace Collection


A suivre d'autres meubles de la collection Craufurd (notamment) et des textes descriptifs...en français ! Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 309649167
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 15361
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Empty Re: Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler

Message par Mme de Sabran Mer 6 Oct - 14:59

... avec grand plaisir ! Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 693620883 Merci, cher la nuit, la neige .

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 47733
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Empty Re: Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler

Message par La nuit, la neige Mer 6 Oct - 16:12

Arrow Toujours issue de la collection Craufurd, cette...

PAIRE DE MEUBLES A HAUTEUR D'APPUI D'EPOQUE LOUIS XVI
ESTAMPILLES D’ETIENNE LEVASSEUR ET D'ADAM WEISWEILER
VERS 1780,

En marqueterie Boulle de première partie à fond d'écaille de tortue caret, incrustations de cuivre et d'étain gravés, placage d'ébène, ornementation de bronze ciselé et doré, les dessus de marbre Portor à légers ressauts, les montants en pilastre à chapiteau corinthien et centré de masques de satyre encadrant un vantail centré d'une marqueterie probablement d'époque Louis XIV à décor d'un vase fleuri dans un médaillon retenu par un nœud de ruban et entouré de rinceaux, reposant sur des pieds en toupie à cannelures torses, chacun estampillé E.LEVASSEUR sur le montant antérieur gauche, une fois JME pour l'un et deux fois JME pour l'autre et A.WEISWEILER à deux reprises au-dessus de la traverse postérieure du sur-cadre
Hauteur: 108 cm. (42 ½ in.) ; Largeur: 72 cm. (28 ½ in.) ; Profondeur: 41 cm. (16 ¼ in.)
Etienne Levasseur, reçu maître en 1766
Adam Weisweiler, reçu maître en 1778
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Weiswe10

Provenance

- Vente des collections de Louis-Antoine-Auguste duc de Chabot (1733-1807), Lebrun, Paris, 10 décembre 1787, lot 317 (supplément au catalogue).
- Vente des collections de Quintin Craufurd (1743-1819), Paris, 20 novembre 1820, lot 468.
- Ancienne collection Boni de Castellane et Anna Gould, Palais Rose, Paris.

Description au catalogue :

Avec ses lignes architecturées épurées et sa précieuse marqueterie dite Boulle richement ornée de bronzes dorés, cette rare paire de cabinets est un magnifique exemple du renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780, caractéristique de l’œuvre de son créateur l’ébéniste Etienne Levasseur.

LEVASSEUR : GENIE DU RENOUVEAU « BOULLE »

Comme un certain nombre de ses contemporains, Philippe-Claude Montigny, Joseph Baumhauer et Adam Weisweiler, Etienne Levasseur (1721-1798, maître en 1767) collabora avec des marchands-merciers tel que Philippe-François Julliot (1727-1794) qui se spécialisèrent dans la production et la vente de meubles dits Boulle remis au goût du jour vers 1770. Alors que certains ébénistes copièrent à l’identique les modèles du début du siècle d’André-Charles Boulle, Levasseur fut certainement le plus créatif, bien que réutilisant parfois des éléments de marqueterie de meubles réalisés par André-Charles Boulle.

La présente paire de cabinets est une parfaite illustration du génie de Levasseur et de sa capacité à réinterpréter les modèles de son illustre prédécesseur André-Charles Boulle.
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Captu879

Avec son unique vantail orné d’un médaillon, ce modèle de meuble reprend en effet le module central des bibliothèques tripartites de Boulle mais se libère des panneaux qui l’encadrent, créant ainsi un meuble d’un nouveau type. Levasseur s’en fit une spécialité et plusieurs meubles de cette forme portent son estampille ou lui sont attribués.
(...)
Le motif de médaillon suspendu comme un tableau sur fond de placage ou de marqueterie fut quant à lui particulièrement en vogue dans les années 1770, comme en témoignent les nombreuses commodes de Foullet ou encore les bibliothèques de marqueterie Boulle ornées de médaillons de bronze produites pour le marchand Julliot dans les mêmes années.
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Capt3081

La postérité de ces deux cabinets sera une série de cabinets bas en marqueterie Boulle à médaillons de fleurs, médaillons de bronze ou bas-reliefs octogonaux, réalisés par Julliot et commercialisés par le marchand Lerouge sous l’Empire qui terminèrent toutes, à la suite de la vente Lerouge de 1818, dans de grandes collections anglaises à l’instar de celle du duc de Wellington à Stratfield Saye et de celle du duc de Buccleuch à Boughton House (A. Pradère, « Lerouge, Le Brun, Bonnemaison : le rôle des marchands de tableaux dans le commerce du mobilier Boulle de la Révolution à la Restauration », in Revue de l’Art, n. 184, 2014-2, pp. 47-62).
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Captu880

LES PROVENANCES DES CABINETS

Ces meubles sont décrits pour la première fois dans le supplément du catalogue de vente du duc de Chabot, le 10 décembre 1787 :

« 316. Deux bas d’armoires, première partie sur fond écaille ouvrant à un battant, enrichi d’un médaillon ovale à vases fond cuivre & étain, avec cadre à nœud de ruban & feuille d’eau ; les champs à mascarons de faunes & les côtés de même : le tout terminé par un pied à avant-corps très orné, avec tablette en griotte d’Italie. Hauteur 36 pouces, largeur 26 pouces 6 lignes, profondeur 14 pouces [H. 97 x L. 71,5 x P. 37,8 cm.] … 2050 livres Lebrun ».

Alors que la première partie du catalogue de cette vente regroupait les collections de tableaux et d’objets d’art du duc de Chabot, le supplément du catalogue proposait quantité de lots de tableaux et de meubles provenant d’autres amateurs ou marchands dont Le Brun lui-même. En l’occurrence, cette paire de meubles fut achetée par Le Brun 2.050 livres, enchère importante qui laisse penser que Le Brun était commissionné par un de ses clients privés.

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Louis150
Portrait de Louis-Antoine de Rohan-Chabot (1733-1807), duc de Chabot puis 6e duc de Rohan (1791)
Peintre inconnu
Combourg, château de Josselin / Commons Wikimedia


On ignore l’identité du propriétaire suivant mais ces meubles réapparaissant au début du Premier Empire dans la demeure, rue d’Anjou, d’un des grands collectionneurs étrangers alors installés à Paris, Quentin Craufurd.
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 2560px18
Façade sur parc de l'Hôtel Matignon, résidence du premier ministre.
Quintin Craufurd et sa maîtresse, à l'époque Eléonore Sullivan, habiteront l'hôtel de Matignon de 1804 à 1807
Image : Commons Wikimedia


Cette paire de meubles est en effet décrite dans la première vente aux enchères des collections de Quentin Craufurd qui eut lieu un an après son décès, le 20 novembre 1820 « et jours suivants » précédée par trois jours d’exposition dans sa résidence parisienne, l’hôtel de Créquy rue d’Anjou.

« 468. Deux bas d’armoire ouvrant chacun à un vantail, fond écaille, à dessin incrusté en cuivre et étain, encadrement, moulure et pieds à vis en fonte dorée d’or moulu et à: dessus de marbre portor ; le médaillon du milieu offrant un bouquet de fleurs, pareille incrustation en cuivre et étain. Ils portent 41 pouces de hauteur sur 27 de large [H. 111 x L. 73 cm.] ».
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Capt3082

Ces cabinets figuraient dans la section du catalogue consacrée aux « Riches meubles, par Boulle et autres ébénistes », et étaient précédés par trois autres paires de bas d’armoires à un vantail ornés de figures des Saisons, décrits sous les numéros 463, 464, 465, et également décrits de façon sommaire dans l’inventaire après décès : « 596. Huit pièces qui sont armoires à hauteur d’appui ouvrant à un vantau partie ébène et écaille avec incrustations de cuivre et d’étain et figures et groupes d’appliques en bronze sur pieds tortue [sic], ouvrage de Boule avec dessus en marbre dit Ste. Anne et portor, prisés ensemble la somme de deux mille quatre cents francs cy ».

Ces quatre paires de cabinets bas se trouvaient, ainsi que tous les autres meubles Boulle à hauteur d’appui, dans la bibliothèque de Craufurd, vaste galerie à éclairage zénithal, bâtie dans une aile latérale en retour sur le jardin de l’hôtel de Créquy. (détruit en 1861  lors du percement du boulevard Malesherbes)

QUENTIN CRAUFURD

Le destin singulier et les collections de Quentin Craufurd (1743-1819) ont été étudiés par Gonzague Mézin (cf. « Chez Quentin Craufurd en 1819 : Le Goût d'un gentleman espion », in Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français, année 2009, Paris, 2010, pp. 335-361).

Né en Ecosse, Craufurd fait fortune à Manille dans l'East India Company avant de revenir en Europe vers 1780, s'installant à Paris avec Eléonore Franchi, dite « la belle Sullivan ».

Logé vers 1786-1792 dans l'hôtel Rouillé d'Orfeuil rue de Clichy, Craufurd devint familier d’une société de riches étrangers parisiens, approchant même Axel de Fersen et le cercle de la reine Marie-Antoinette. Lorsque la Révolution éclata, ils apportèrent leur soutien fidèle à la famille royale en participant activement à la « fuite de Varennes ». Il dut par la suite s'exiler et ses premières collections furent confisquées. Une partie fut vendue et l’autre fut en partie réservée au profit de la Nation.
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Louis149

De retour en France en 1802 grâce à la Paix d'Amiens, Craufurd réussit grâce à la protection de Talleyrand à y demeurer après la rupture de la paix avec l'Angleterre un an plus tard.

Sous l'Empire, le couple Craufurd s'installe successivement dans deux belles demeures parisiennes. Ils occupent tout d'abord l'hôtel de Monaco (actuel hôtel Matignon), acheté en 1804 puis échangé avec le prince de Talleyrand quatre ans plus tard contre l'hôtel de Créquy.

C'est dans ce dernier hôtel situé au 21 de la rue d'Anjou que Craufurd habita jusqu'à son décès en 1819 ; son épouse y résidera jusqu'en 1833.

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Anna-f12
Anna Eleonora Franchi, maîtresse du duc de Wurtenberg, de Joseph II, d'Axel de Fersen, épouse Sullivan puis future Lady Crawford, et dont la fille épousa le comte d'Orsay.
Image : Collection Gramont


La grande galerie de cet hôtel qui abrita la présente paire de cabinets servait lieu d’exposition pour une collection de bustes en marbre représentant des personnages historiques (Gustave III, Marie-Antoinette, Napoléon, Madame de Maintenon) mais aussi des philosophes et des écrivains (Voltaire et Rousseau, Homère et Corneille).
Posés sur des gaines d’acajou, quatre bustes en bronze représentaient d’autres personnages historiques parmi lesquels Henri II, Richelieu, Montesquieu et Louis XII.
Tout autour de la galerie et accrochés en hauteur, on pouvait apprécier une collection de soixante-huit portraits historiques respectant un véritable programme iconographique, véritable collection des rois de France affichant les convictions politiques de Craufurd.

Cette bibliothèque faisait l’admiration de certains visiteurs, tel Thomas Dibdin qui écrivait avec enthousiasme : « Vous entrez dans une longue et vaste pièce, qui sert à la fois de bibliothèque et de galerie. On se trouve alors comme un instant étourdi ; c'est-à-dire que l’on ne sait ce qu’on doit admirer le plus : ou de ses proportions et de la structure de la salle, ou des livres, des bustes et des tableaux. » (T. Dibdin traduit par T. Licquet et G.-A. Crapelet, Voyage bibliographique, archéologique et pittoresque en France et en Allemagne, 1821-1825).

Les trois autres paires de petits meubles de marqueterie Boulle de la galerie étaient elles aussi des meubles de l’époque néoclassique. Les deux premières paires, sous les numéros 463 et 464, et aux dessus de marbre gris Saint-Anne, sont attribuables à Weisweiler (le n°463 a été présenté lors d’une vente au palais d’Orsay, Paris, 8 juin 1977, lot 83 ; puis ancienne collection Wormser, Christie’s, New York, 14 novembre 1985, lot 194 A). La troisième paire de cabinets, sous le numéro 465, était munie de dessus de marbre Portor, et terminera dans la collection du 4e marquis de Hertford. Elle se trouve aujourd’hui à la Wallace Collection (inv. F. 393-394).
Il s’agit là encore de meubles néoclassiques, estampillés en l’occurrence par Adam Weisweiler.

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Captu881

Il est intéressant de noter que la paire de la Wallace Collection présente la même hauteur (111 cm.) et les mêmes dessus de marbre Portor que ceux ici présentés. Il est tentant d’imaginer que la surélévation de ceux-ci et la substitution d’un marbre Portor à un marbre griotte initial correspondent à une modification par Adam Weisweiler lors d’un changement de lieu, d’autant plus que l’ébéniste était toujours actif et ce jusqu’au décès de sa femme en 1809.
Compte tenu de la réinstallation parisienne de Craufurd en 1803-1804, il est probable que ces légères transformations furent exécutées à ce moment par l’ébéniste ou bien à une date légèrement antérieure et par un collectionneur précédent qui aurait réuni les deux paires de meubles entre 1787 et 1803.

* Source texte (extraits) : Christie's - Vente Boniface de Castellane et Anna Gould (mars 2017)
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 15361
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Empty Re: Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler

Message par La nuit, la neige Mer 6 Oct - 18:54

Arrow Autre paire, parmi les quatre des collections Craufurd, et toujours dans le même esprit " Boulle revisité "...


PAIRE DE MEUBLES A HAUTEUR D'APPUI D'EPOQUE LOUIS XVI
ATTRIBUES A ADAM WEISWEILER
VERS 1780,

En bois noirci, placage d'ébène, marqueterie Boulle d'écaille de tortue, de laiton et d'étain et ornementation de bronze ciselé et doré, le dessus de marbre brèche encastré dans une moulure à motifs feuillagés, la corniche soulignée d'une frise de feuilles d'acanthe, la façade à ressaut à trois compartiments en marqueterie d'époque Louis XIV ouvrant par un vantail décoré pour l'un de Cérès et de Pomone pour l'autre, reposant chacune sur un entablement orné d'un masque d'homme barbu, soutenu par deux triglyphes et flanqué de têtes de bélier dans un encadrement de rinceaux d'acanthe et d'arabesques, les côtés appliqués d'ornements octogonaux probablement associés centrés du portrait en profil de Louis XIV pour l'un et de Louis XV pour l'autre, dans un encadrement orné d'écoinçons stylisés, la plinthe décorée au centre d'une réserve rectangulaire à motif géométrique et ponctuée de fleurons dans des réserves de forme carrée, reposant sur quatre pieds en torsade ; les marbres surélevés et très probablement associés au début du XIXème siècle
Hauteur: 102 cm. (40 in.) ; Largeur: 75 cm. (29½ in.) ; Profondeur: 40,5 cm. (16 in.) (2)

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Capt3083

Présentation au catalogue (extraits) :

Restés inédits jusqu'à ce jour, ces remarquables cabinets en marqueterie Boulle proviennent de la collection du marquis Léonce de Vogüé (1805-1877) et sont restés dans sa descendance jusqu'à ce jour. Ils ont donc fait partie d'une des collections mythiques de la seconde moitié du XIXème siècle, dont un certain nombre de pièces maîtresses est aujourd'hui dans les collections du J. Paul Getty Museum, du château de Versailles et de l'Art Institute de Chicago.

Auparavant, ils ont très certainement figuré dans la collection du fascinant Quentin Craufurd (1743-1819) avant d'être achetés par le marchand parisien Escudier.
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Capt3084

LA PROVENANCE CRAUFURD

Les présents cabinets proviennent quasi certainement de la collection de Quentin Craufurd (1743-1819). On les trouve dans un ensemble de quatre paires de bas d'armoire à un vantail qui figure tant dans l'inventaire après décès que dans la vente de 1820.
(...)
Il semble que Craufurd ait commencé dès 1804 à reconstituer ses collections de meubles et de sculptures. Il fait l'acquisition d'un certain nombre de meubles Boulle, probablement chez Lignereux.

Avec la maison de Van Hoorn, rue d'Enfer, et l'appartement de Vivant Denon, quai Voltaire, cet ensemble de meubles Boulle forme l'une des rares collections privées parisiennes de meubles Boulle sous l'Empire.

L'inventaire dressé après décès en janvier 1820 décrit une demeure meublée à la dernière mode, de meubles en acajou ou ronce, sièges à têtes de griffons ou en gondole, pendules d'Antide Janvier ou de Lépine L'ensemble de quatre paires de cabinets -auquel appartient le présent lot- compose la partie majeure de l'ameublement de la spectaculaire galerie-bibliothèque de l'hôtel de Créquy.
Les murs de cette vaste pièce à éclairage zénithal sont rythmés par ces huit cabinets mais aussi par une paire de bibliothèques basses à trois vantaux (ancienne collection Walter- Guillaume) et par dix-sept bustes de personnages historiques disposés sur des colonnes.

Au-dessus de la coursive faisant le tour de la pièce est accrochée la collection de portraits historiques de Craufurd (pas moins de 68 portraits), qui se présente comme une exaltation réactionnaire des gloires de l'Ancien Régime, en majorité des personnages du grand siècle.
(...)

* Source texte et suite de l'histoire de ces deux cabinets : Christie's - Vente Arts Décoratifs Européens (2012)


Arrow L'un des meubles d'appui Craufurd était très probablement agrémenté de cette impressionnante pendule, elle même décorée dans l'esprit de Boulle.

A LOUIS XIV ORMOLU-MOUNTED, TORTOISESHELL AND BRASS-INLAID 'BOULLE' MARQUETRY STRIKING BRACKET CLOCK
GILBERT, PARIS, EARLY 18TH CENTURY, AFTER A MODEL BY ANDRE CHARLES BOULLE

The case surmounted by figure of Chronos, the white enamel dial signed 'GILBERT A PARIS', the twin barrel movement with later Brocot escapement and count wheel strike to bell, the back plate signed 'Gilbert A Paris - 791'; the pedestal later, incorporating earlier elements
The clock: 50 ½ in. (128.3 cm.) high; 24 in. (61 cm.) wide; 10 in. (25.4 cm.) deep
The pedestal: 33 in. (83.8 cm.) high; 35 in. (89 cm.) wide; 11 in. (28 cm.) deep; 83 ½ in. (212 cm.) high, overall

Provenance : Almost certainly purchased circa 1780 by Quintin Craufurd, seized during the Revolution and restituted in 1816.
His sale, Paris, November 1820, lot 458. (...)
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Captu882

Lot Essay (extraits)

This impressive Boulle clock and pedestal is almost certainly the one listed in the celebrated collection of Quintin Craufurd’s 1819 inventory of his hôtel particulier, rue d’Anjou, Paris: ‘un bas d’armoire servant de pied, fond écaille en incrustations d’ornemen en cuivre sur la face et les cotés, et autres ornemens dont un plaqué d’armoiries. Le dit meuble surmonté d’une pendule mouvement de Gilbert à paris …’.

His sale catalogue, dated November 1820, gives a more precise description of the clock, lot 458: ‘Une pendule à sonnerie, movement de Gilbert, à Paris, dans sa boite en marquetrie, ouvrage de Boule, richement décorée de figures et autres ornemens en bronze doré d’or moulu; sur son socle en forme de console, fond écaille à dessin d’ornemens en cuivre. Ladite pendule placée sur un riche pied formant bas d’armoire, aussi en marquetrie, par Boule, fond écaille à dessin d’arabesque incrustée de cuivre. Cette pièce, du plus grand travail, porte 85 pouces de haut.’
(...)

An inventory of his possessions listed a ‘Boulle clock’ by Gilbert, which probably refers to the present piece suggesting it was undoubtedly a pre-Revolution acquisition.

The Peace of Amiens in 1802 allowed him to return to Paris; during the Restauration, his collection was restituted, and subsequently enriched with important Old Masters paintings and furniture, especially pieces in ‘marquetry Boulle’, such as the pair of side-cabinets sold from the Castellane collection, Christie’s, Paris, 7 March 2017, lot 132.

* Source et infos complémentaires : Christie's London - Sale The Collector (mars 2017)
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 15361
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Empty Re: Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler

Message par Mme de Sabran Mer 6 Oct - 22:14

La nuit, la neige a écrit:

... la collection du fascinant Quentin Craufurd (1743-1819)

Oui n'est-ce pas ! Very Happy
Ce n'est pas pour rien que l'on appelait Craufurd le Nabab de Manille . Gatsby le magnifique, version XVIIIème ...

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 47733
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Empty Re: Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler

Message par La nuit, la neige Jeu 7 Oct - 13:29

Idea Des collections d'une autre célèbre collectionneuse anglaise, mais par héritage, ici ou là, dans les palais de la reine Elisabeth II, et provenant généralement des achats (compulsifs) de son prédécesseur, le roi George IV, et de son épouse Caroline de Brunswick...
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 1920px39
The Marriage of George IV (1762-1830) when Prince of Wales with Princess Caroline of Brunswick (1768-1821)
By Henry Singleton
Oil on canvas, 1795
Image : The Royal Collection Trust



Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 27021210
One of the pair of Boulle Cabinets c.1780
Style of Adam Weisweiler
c. 1780
Ebony, oak, brass, tortoiseshell, gilt bronze
101.2 x 95.0 x 47.0 cm (whole object)

Image : The Royal Collection Trust
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 27021211
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 27021310
Images : The Royal Collection Trust

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 27021410
One of the pair of Boulle Cabinets c.1780
Style of Adam Weisweiler
c. 1780
Ebony, oak, brass, tortoiseshell, gilt bronze
101.2 x 95.0 x 47.0 cm (whole object)

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 27021411
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 27021510
Images : The Royal Collection Trust


Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 18367010
From a pair of neo-classical Boulle cabinets
Pierre Garnier
c.1770
Oak, ebony, brass, pewter, tortoise shell, gilt bronze | 120.6 x 145.1 x 49.2 cm (whole object)
Image : The Royal Collection Trust


Description (extraits)

These cabinets represent a later, rather heavily neo-classical rendering of the traditional Boulle technique which became popular in France in the 1770s. They are an excellent example of the work of Pierre Garnier, one of the leading Parisian cabinet makers of this period, who produced similar pieces for one of the most influential early proponants of the new neo-classical style, the Marquis of Marigny (brother of Madame de Pompadour).
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 71536410

Acquired for George IV when Prince Regent by his French confectioner, François Benois, in 1819. Both cabinets appear in the List of Furniture etc. at Carlton House drawn up in 1826. One was sent to 'H.M's Closet' at St. James's Palace in 1830 and the other went to Windsor Castle in January 1834. They were reunited once more at Buckingham Palace by order of Queen Mary in 1919.



Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 21575510
Secretaire
Attributed to Etienne Levasseur (1721-1798)
c. 1705 (panel) - c. 1770 (piece of furniture)
Ebony, tortoiseshell and brass with gilt bronze mounts and marble top  / 137.0 x 107.0 x 42.0 cm
King's Dining Room, Windsor Castle
Image : The Royal Collection Trust


Description (extraits)

The fall front of the secretaire is fitted with an earlier singerie Boulle marquetry panel dating from circa 1705. The design is taken from a drawing for a table top executed by André-Charles Boulle, entitled, 'The Circus Wagon', from his Nouveaux Desseins [sic] de Meubles et Ouvrages de Bronze et de Marqueterie. It depicts a cage containing exotic birds, almost in the form of a coach, with tight-rope walking monkeys, maypoles, monkey musicians and Barbary macaques pulling a sled in the surround. A bust of the goddess Athena, typically associated with widsdom, presides over the scene and acts as a foil to the mischievousness of the monkeys.
(...)
The secretaire was purchased by Walsh Porter in 1807 from the estate of George Bowes-Lyon (1771-1806), second son of John Bowes, 9th Earl of Strathmore (1737-76).
Given to Her Majesty Queen Charlotte. On 5 February 1807, it was recorded as being 'Sent to Her Majesty by order of His Highness by Waggon directed to Frogmore'.


Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 32386410
From a pair of cabinets
Attributed to Etienne Levasseur (1721-1798)
c. 1775
Oak, ebony, turtleshell, brass, gilt bronze, glass. | 184.0 x 236.1 x 42.2 cm (whole object)
Grand Reception Room, Windsor Castle
Image : The Royal Collection Trust




Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 18345310
Drop-front secretaire
Etienne Levasseur (1721-1798)
18th century
Oak, ebony, tortoiseshell and brass with gilt bronze mounts | 143.5 x 135.5 x 52.0 cm (whole object)
King's Drawing Room, Windsor Castle
Image : The Royal Collection Trust


Provenance :

The secretaire was sold to the Prince Regent by Robert Fogg for £367 10s and was delivered to Carlton House in July 1812.
In the eighteenth century it was recorded in the Paris collections of the comte de Luc (sold December 1777, lot 42, bought by Radix De Sainte-Foy for 1,651 livres) and of the comte de Vaudreuil (sold 21 November 1787, lot 367, bought by Marin for 1,791 livres). By 1812 it belonged to the architect Villers (sold Paris, 30 March 1812, lot 154, bought by Maëlrondt for 1,100 francs). Fogg could well have acquired it from the Parisian dealer Maëlrondt.

Description (extraits)

Drop-front secretaire of oak veneered with ebony and foliate panels in contre-partie Boulle marquetry of engraved tortoiseshell on brass, with chased gilt bronze mounts.
(...)
At some date prior to 1777, probably in the early 1770s Levasseur constructed this secretaire by adding the upper stage to an existing late seventeenth century/early eighteenth century chest of drawers and applying the marquetry panel forming the top of the original piece on to the drop-front of the secretaire. The bronze plaque, which may have already been part of the comte du Luc's collection, could have been added at his request. The lower stage conforms to a well-known model which has been attributed to André-Charles Boulle.

Levasseur was one of a group of ébénistes working in the third quarter of the eighteenth century who catered to a revival in taste for Boulle furniture and who, as in this instance, adapted existing pieces to create new models.




La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 15361
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Empty Re: Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler

Message par La nuit, la neige Jeu 7 Oct - 14:19

Idea Le " frère jumeau " de cet étonnant secrétaire avant été vendu aux enchères, en 2010, chez Sotheby's Londres qui le présentait ainsi

A gilt-bronze-mounted brass and tortoiseshell inlaid contre-partie boulle marquetry and ebony veneered secrétaire à abattant
by Etienne Levasseur

the lower section by André-Charles Boulle, circa 1710, transformed circa 1770-75 by Etienne Levasseur.
ebony, tortoiseshell

Provenance :
Sold from the collection of the dealer Grandpre on 16th February 1809, where it was described as: " Un grand secretaire encore en belle marquetrie de Boulle; seconde partie ouvrant à abatant; riche entablement à oves et autres ornemens;dessus de marbre brèche violette, encadré d'un quart de rond en cuivre lisse. Sold for 650 francs. »
Sold from the collection of Monsieur Villers on 30th March 1812, lot 155, to Maelrondt for 800 francs, where the dimensions were added in the description, which were identical to those in the 1809 sale: hauteur 51 p.(pouces) (139cm), largeur 50 p(pouces) (137,5cm).
Then in a European Aristocratic Collection.
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Sotheb67

Catalogue Note (extraits)

This impressive and rare secrétaire à abattant is only one of two that are known to exist to date, the other secrétaire, its companion piece, is stamped E. Levasseur JME and is in the British Royal collection at Windsor Castle. It therefore follows that the offered secrétaire must also be by the same maker due to its stylistic and decorative similarities.

The offered piece presents an intriguing combination of a Louis XIV commode by André-Charles Boulle made in the early 18th century which was then transformed during the Louis XVI period by Etienne Levasseur into a secrétaire à abattant with the top of the commode most probably now utilised on the front of the fall-front.

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Sotheb68
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Capt3086
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Capt3087

The mounts are also reused except for the female mask mounts on the sides which were originally on the lower section of the sides and the acanthus leaf cast rosettes are late 18th century additions by Levasseur. In the sale catalogue of 1809, it was described as having a brèche violette marble top within a copper border, which is now no longer present.

(...)

Etienne Levasseur (1721-98), received Master 1767:

He was one of the most important ébénistes of his time and although his early years are shrouded in mystery, what is known is that his grandson asserted in an advertisement in the Bazar parisien in 1822, that his grandfather was trained by Boulle.
Although due to Levasseur's age this is unlikely, it is conceivable that he trained under one of Boulle's sons in the 1740's, such as André-Charles known as `Boulle de Sève' (d. 1745) or Charles-Joseph (d, 1754).

He started his career as an `ouvrier privilégié' at `Au Cadran Bleu' in the rue Faubourg-Saint-Antoine. He worked almost exclusively for the marchands-merciers producing luxury furniture in mahogany, Japanese lacquer and also in Boulle marquetry.
He was involved mainly in the restoration of Boulle furniture and this explains why his stamp is found on many Louis XIV pieces which he restored. This is the case with many cabinets and pedestals in the Louvre, various pieces in Versailles and in the Wallace collection and several pieces at Vaux-le-Vicomte and in English country houses.

Julliot was the principal intermediary in the trade of Boulle furniture and Levasseur was one of his suppliers as were other ébénistes such as Montigny, Joseph Baumhauer, Delorme and Weisweiler. Julliot according to Pradère op. cit., would not only resell period Boulle pieces repaired by Levasseur but he would also commission pastiches in the style of Boulle.

In 1782, Levasseur became an adjudicator for his guild and in 1785 and 1789 he supplied furniture for the Garde-Meuble Royal. His son and grandson after his death in 1798, continued the production of Boulle marquetry furniture in Paris into the 1820's.

* Source et infos complémentaires : Sotheby's London - Sale Treasures Aristocratic Heirlooms - July 2010
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 15361
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Empty Re: Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler

Message par La nuit, la neige Jeu 7 Oct - 20:58

Idea Dommage que les photos soient en noir et blanc...

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 20545210
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 20545410
Pair of low cabinets (meubles à hauteur d'appui)
Unknown, after a design by André Charles Boulle
Late 18th century
Oak and pine veneered with ebony and marquetry of tortoiseshell, brass, and pewter; gilt bronze; Porto marble
Images : H. 39-3/4 x W. 37-5/8 x D. 16 in. (101 x 95.6 x 40.6 cm)


Présentation :

This pair of low cabinets, or meubles à hauteur d’appui, demonstrates the strong influence that André Charles Boulle and the exuberant style of marquetry known as Boulle-work exerted upon furniture production in France well after his death in 1732.
Dating to the mid-to late-eighteenth century, each cabinet is veneered with ebony panels richly decorated with Boulle’s signature usage of marquetry, consisting of tortoiseshell, brass, and sometimes pewter, and integrated into a floral and foliate design.
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 20545510

The central panel of each cabinet is surmounted by a portrait medallion, with the first piece featuring Henri IV, King of France (1589–1610), whose head is turned in profile to the right; the matching piece contains the portrait of Maximilien de Béthune, duc de Sully (1560–1641), in profile turned to the left.
The decision to incorporate medallions of France’s first Bourbon monarch and his minister of finance and agriculture respectively may have been to symbolize the dynastic stability of the House of Bourbon, which was beset by financial and political instabilities, particularly under the reign of Louis XVI.

Each piece is further embellished with gilt- bronze mounts shaped into acanthus leaves, rinceaux, and saytrs’ masks, and rests upon four tapering feet of gilt bronze with spiral flutes. The cabinets are covered by black and gold Portor marble tops.

Although the models are based on a Boulle workshop design from 1710–25, the practice of repairing, updating, or incorporating marquetry panels made by A.C. Boulle and his workshop into new pieces of furniture was a common practice during the second half of the eighteenth century, making it sometimes difficult to determine with precision the original date of a piece of Boulle furniture. Proof of the continuing fashionability of Boulle’s designs well into the nineteenth century can be seen in a copy of the Wrightsman cabinets produced in England, found today in the Frick Collection.



Idea Autre exemplaire...

MEUBLE A HAUTEUR D'APPUI D'EPOQUE LOUIS XVI
ESTAMPILLE D'ETIENNE LEVASSEUR,
VERS 1780
REEMPLOYANT UN CABINET D'EPOQUE LOUIS XIV PAR ANDRE-CHARLES BOULLE, VERS 1710-1715,

TRES PROBABLEMENT D'APRES UNE COMMANDE DE CLAUDE-FRANCOIS JULLIOT
En marqueterie Boulle en première partie d'écaille de tortues caret et caouanne, filets de cuivre et étain, placage d'ébène, ornementation de bronze ciselé et doré en partie poinçonnée au C couronné, le dessus de marbre rouge griotte, à décor de rinceaux, de vrilles et de chutes de culots noués, l'entablement appliqué d'une frise de feuilles d'acanthe, la façade à ressaut central ouvrant par un vantail découvrant quatre tiroirs et souligné d'un encadrement soutenu par deux pattes de lion encadrant un masque d'Apollon, centrée d'une figure de l'Abondance assise sur la corne d'Amalthée flanquée de lyres et surmontée d'un profil de Louis XIV en médaillon appliqué sur un trophée martial, chacun des côtés ouvrant par quatre tiroirs présentant des entrées de serrure ornées de rubans noués, la plinthe reposant sur des pieds en toupie,
Estampillé E.LEVASSEUR et JME sur le montant arrière droit et la traverse arrière (Etienne Levasseur, reçu maître en 1766)
H.: 99 cm. (39 in.) ; L.: 95,5 cm. (37 ½ in.) ; P.: 43,5 cm. (17 ¼ in.)
Le poinçon au C couronné fut apposé entre 1745 et 1749

Provenance : Marquis de la Mure, sa vente, 19 avril 1791, Paris, lot 201 ; Vincent Donjeux, sa vente 29 avril 1793, lot 549.
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Capt3088


Extraits de la présentation au catalogue

Chef-d’œuvre du grand André-Charles Boulle magnifiquement adapté par le plus talentueux des ébénistes néoclassiques du Boulle Revival, le présent meuble à hauteur d’appui illustre à merveille le marché du luxe parisien du XVIIIe siècle.
Alors que certains ébénistes copient à l’identique les modèles du début du siècle d’André-Charles Boulle, Etienne Levasseur est certainement le plus créatif, tout en réutilisant ou non des éléments de marqueterie ou de meuble réalisés par André-Charles Boulle.
Ce rare cabinet est ainsi une parfaite illustration du génie du duo Levasseur-Julliot et de la capacité de l’ébéniste à se réapproprier les œuvres de son illustre prédécesseur André-Charles Boulle.
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Capt3089

Le Cabinet de l’Abondance dans l’œuvre d’André-Charles Boulle (1642-1732), ébéniste, ciseleur, doreur et sculpteur du roi de 1672 à 1732

On ne présente plus André-Charles Boulle. Cité par Colbert comme « le plus habile de Paris dans son métier », il réalise aussi bien l’ébénisterie que les bronzes au sein de son atelier grâce à son privilège royal octroyé en 1672 et ce jusqu’à la fin de sa vie. Sa clientèle est de fait prestigieuse : il livre pour le service des Bâtiments du Roi, à la Reine, au Grand Dauphin, à la duchesse de Bourgogne puis au Roi à partir de 1700. Son atelier place du Louvre repris par ses fils en 1715 continue à livrer quelques pièces à la Couronne avant le malheureux incendie de l’été 1720 engloutissant alors le stock.
(...)
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Captu883

Le Meuble à hauteur d’appui de l’Abondance : une synthèse entre le goût indémodable du mobilier Boulle et l’évolution du mobilier

La forme et la structure des présents cabinets sont le fruit d'une évolution en termes de décor intérieur. Comme l'a souligné Alexandre Pradère dans son incontournable étude, on passe de hautes armoires ou de grands cabinets à des meubles à hauteur d'appui ou à des bas d'armoire.

Sous Louis XIV, les armoires et les cabinets à piètement sont en vogue et leurs panneaux les plus riches et les plus ouvragés sont disposés à la hauteur des yeux. Au contraire, la décoration intérieure de la seconde moitié du XVIIIe siècle met l'accent sur les cimaises qui, tendues de tissu, sont laissées libres pour permettre l'accrochage de tableaux. Aussi, de nombreux cabinets Boulle, désormais de trop grande taille, sont remaniés. Les bases sont séparées du cabinet proprement dit, et souvent transformées en consoles. La partie cabinet est plus ou moins modifiée et forme meuble à hauteur d'appui.

En résumé, comme Alexandre Pradère l’a étudié, ces nouvelles formes reflètent la vogue du cabinet dans le goût « antique » de Boulle, bien qu’il s’agisse d’une interprétation plus moderne adaptée aux intérieurs Louis XVI les plus en vogue qui atteint son apogée dans les années 1770.
Pas un seul catalogue de vente majeure ne consacre une section aux « meubles précieux de Boule le père » ou à ceux du « genre de Boule ». Les prix obtenus sont alors particulièrement importants. Ce succès illustre sans équivoque l’attrait renouvelé pour le mobilier Boulle à la fin de l’Ancien Régime, notamment des financiers et autres dignitaires, clientèle traditionnelle du classicisme louis-quatorzien, à l’instar de Blondel de Gagny, Radix de Sainte-Foix ou encore de Grimod de la Reynière.

Un passage d’une lettre du marquis de Marigny adressée à son ébéniste Pierre Garnier concernant le choix du mobilier de sa bibliothèque est très révélateur de sa préférence pour l’ébène : « Vous conviendrez avec moi que les meubles en ébène et bronze sont beaucoup plus nobles que les meubles en acajou ».  Cool
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Captu884
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Capt3090


L’association géniale d’un ébéniste et d’un marchand-mercier : Etienne Levasseur (1721-1798), reçu maître en 1767 et très probablement de Claude-François Julliot (1727-1794)

Originellement sur piètement d’André-Charles Boulle, notre cabinet est transformé vers 1780 en meuble à hauteur d’appui par Etienne Levasseur par l’adjonction d’une base avec des carrés à rosaces dans les angles sur des pieds à vis.

Malgré le caractère incontournable de Levasseur, son début de carrière demeure flou encore aujourd’hui. Une publicité dans le Bazar Parisien (1822) nous apprend par son petit-fils qu’Etienne Levasseur s’est formé auprès de l’un des fils d’André-Charles Boulle dans les années 1740. Il s’agirait alors soit d’André-Charles, plus connu sous le nom de « Boulle de Sève » (mort en 1745), soit de Charles-Joseph (mort en 1754).
Reçu maître en 1767, il s’installe sous l’enseigne Au Cadran Bleu en tant qu’ouvrier privilégié rue du Faubourg-Saint-Antoine. En 1789 il livre pour le Garde-Meuble royal. Après son décès en 1798, l’atelier est repris par son fils puis son petit-fils.
Son œuvre se partage alors entre les meubles en acajou, en laque du Japon et les meubles en marqueterie Boulle.
(...)
Levasseur est un des protagonistes majeurs de la production de meubles Boulle des années 1770-1780 aux côtés de ses éminents pairs que sont Adam Weisweiler, Philippe-Claude Montigny, Jean-Louis Faizelot Delorme et Joseph Baumhauer. Tous collaborent avec des marchands-merciers et principalement Julliot.
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Capt3091

En effet, la place des marchands-merciers est prépondérante sur le marché du luxe au XVIIIe siècle. Ce sont des commerçants, des importateurs, de « grands propagandistes » selon la formule de Pierre Verlet qui inventent, transforment, adaptent les matériaux pour « plaire à leur clientèle en présentant à la mode française et selon le goût du jour » » (12).
Les marchands-merciers se spécialisent dans les laques, les céramiques, … ; les meubles Boulle sont la spécialité de Claude-François Julliot.

Le colonel Saint Paul décrit Julliot ainsi en 1770 dans son ouvrage Les bonnes adresses de Paris autour de 1770 « Julliot, au coin de la rue d’Orléans vis-à-vis la rue de l’Arbre Sec, rue St Honoré, a un grand magasin de meubles et surtout d’ouvrages de Boule ». Il achète dans les ventes des années 1770 des meubles Boulle aussi bien pour lui, que pour ses clients. En tant que spécialiste des meubles Boulle, il effectue alors les inventaires de grands collectionneurs comme celui de Gaillard de Gagny en 1759, de Julienne, de Beaujon en 1787 ou encore de ses pairs comme Lazare Duvaux. Il est également expert de la vente Randon de Boisset en 1776 qui obtient les plus beaux prix à l’époque pour du mobilier Boulle d’époque Louis XIV mais également revisité.

Un an plus tard il livre une commode en marqueterie Boulle réalisée par Levasseur au comte d’Artois pour le Temple, aujourd’hui conservée au musée du Louvre (dépôt du musée national du château de Versailles et des Trianons en 2011, inv. Vmb14367).

Toujours la même année, un inventaire de son stock est réalisé suite au décès de son épouse précédant la vente des 20 novembre et 11 décembre. C’est tout un répertoire de formes de mobilier « Boulle Revival » qui se révèle à travers cette vente : meubles anciens de Boulle, pièces plus récentes, meubles de Boulle transformés, copies, surmoulages, … Julliot décrit toutes les pièces sans malheureusement donner de véritables éléments de datation ou d’attribution.

Claude-François Julliot se retire du marché en 1780 et comme l’avait fait son père Claude-Antoine, laisse la place à son fils Philippe-François Julliot, dit Julliot fils (1755-1835).
(...)
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Captu885


* Source et suite de l'interminable (mais intéressante) présentation au catalogue : Christie's Paris - The exceptional Sale (Novembre 2018)
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 15361
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Empty Re: Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler

Message par Gouverneur Morris Ven 8 Oct - 9:56

Quelques clichés supplémentaires de ce dernier meuble que nous avions vu ensemble en septembre 2018 cher LNLN (à l’occasion de l’expo pré-vente Beistegui qui présentait également quelques pièces de “L’exceptional sale” ☺ Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 1020289783 ) : 

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 5d74d910
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler E9187e10
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler B48a7610

Clichés personnels

Pour en savoir plus sur les marchands-merciers parisiens, je rappelle notre sujet :

Les marchands-merciers parisiens au XVIIIè siècle



Dernière édition par Gouverneur Morris le Ven 8 Oct - 10:21, édité 3 fois
Gouverneur Morris
Gouverneur Morris

Messages : 8761
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Empty Re: Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler

Message par La nuit, la neige Ven 8 Oct - 10:17

Absolument ! Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 1123740815

Les ventes aux enchères sont parfois les seules occasions de pouvoir " tripoter " des objets et meubles aussi précieux que ce cabinet. Eventaille
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 15361
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Empty Re: Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler

Message par Gouverneur Morris Ven 8 Oct - 10:24

Mais oui Hop! - mon record personnel est la prise en mains complète d'un pot à oille du service Orloff à 1.000.000 euros Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 1123740815
Gouverneur Morris
Gouverneur Morris

Messages : 8761
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Empty Re: Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler

Message par La nuit, la neige Ven 8 Oct - 19:40

Un meuble que nous avions évoqué à l'occasion de nos reportages illustrés des : Nouvelles " salles 18e siècle " du musée du Louvre

Idea La commode du comte d'Artois, livrée en 1777 à son hôtel parisien du Grand-Prieur, au Temple.

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Img_1619
Image : Forum de Marie-Antoinette
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Image475
Charles-Philippe de France, comte d'Artois
D'après Antoine-François Callet
Huile sur toile, c. 1779/1800 (18e siècle)
Image : Château de Versailles, Dist. RMN / Christophe Fouin


Notre sujet : L'hôtel du Grand Prieur, au Temple, chez le comte d'Artois

Gouverneur Morris a écrit:
Offerte à Versailles par la fameuse et scandaleuse Barbara Hutton , elle a été échangée contre la commode de Benneman pour la chambre du roi à Compiègne, placée aujourd'hui dans la chambre de Louis XVI à Versailles

Cette commode est désormais exposée au Musée du Louvre, suite à un dépôt du Château de Versailles en 2011. Elle est présentée dans la salle dite de la " chambre de parade du duc de Chevreuse " (Hôtel de Chevreuse / Luynes).

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 00009510
Boiserie de la chambre du duc de Chevreuse, de l'hôtel de Luynes et Chevreuse, rue Saint Dominique (détruit en 1901).
Vers 1770-75
Image : 2016 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Olivier Ouadah


Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 00002419
Commode du comte d'Artois
Etienne Levasseur
Vers 1770-75
Placage d'ébène et marqueterie de cuivre, d'étain et d'écaille de tortue (marqueterie de type Boulle) ; bronzes dorés ; marbre Portor (autrefois en griotte)
Estampillée de Levasseur (2 fois)
H. 0,995 x L. 1,640 x Pr. 0,645 m
Affectataire : Château - Domaine national de Versailles, Versailles
Dépositaire : Musée du Louvre, chambre de parade de l’hôtel de Chevreuse
Image : 2011 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Thierry Ollivier



LA COMMODE DU COMTE D'ARTOIS AU PALAIS DU TEMPLE À PARIS

Provenance
: Livrée en septembre 1777 pour le comte d'Artois au palais du Temple à Paris ; collection des ducs de Hamilton en Écosse ; vente Londres 1882.
(...)Acquise en 1955. Participation de la Société des Amis de Versailles.

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 00002420
Image : 2011 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Thierry Ollivier

Cette superbe commode dans la technique de Boulle en placage d'ébène et marqueterie de première partie de cuivre et d'étain sur fond d'écaille, de forme rectangulaire, fut probablement conçue par le marchand-mercier Julliot. Ce dernier la livra en septembre 1777 pour la chambre à coucher du comte d'Artois au palais prieural du Temple à Paris.
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 00002421
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 00002425
Images : 2011 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Thierry Ollivier

Julliot avait livré simultanément pour cette pièce un authentique cabinet Boulle. Etienne Levasseur travaillait pour les marchands-merciers, exécutant des meubles très luxueux en laque du Japon, en acajou ou en marqueterie Boulle. Le marchand Julliot s'était spécialisé dans le commerce des meubles Boulle, à travers tant leur restauration que l'exécution de pastiches.

La commode du comte d'Artois, frère de Louis XVI, apparaît comme un magnifique exemple du retour au style Boulle sous Louis XVI et Levasseur, le plus important des ébénistes ayant à nouveau pratiqué cette extraordinaire technique.

On assiste pourtant à une évolution dans la conception du meuble. Avec Boulle, tout se focalise sur l'ornementation de bronze, tandis qu'avec Levasseur s'imposent l'architecture du meuble, les éléments structuraux, les pilastres avec bases et surmontés de chapiteaux dans les angles, la frise de godrons et de feuilles d'ornement.
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 00002423
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 00002422
Images : 2011 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Thierry Ollivier

Les bronzes de cette commande du comte d'Artois sont des créations originales, ainsi les poignées mobiles à mascarons de femme et de faune, les entrées de serrure avec écusson aux armes d'Artois ou portant le monogramme du comte d'Artois.
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 00002424
Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler 00002426
Images : 2011 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Thierry Ollivier


* Source texte : Pierre-Xavier Hans / Société des Amis de Versailles / Mécénat
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 15361
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler Empty Re: Le mobilier et le renouveau du « style Boulle » dans les années 1770-1780 : Etienne Levasseur et Adam Weisweiler

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum