Le Deal du moment : -40%
Machine à café avec broyeur KRUPS ...
Voir le deal
357.99 €

Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong

3 participants

Aller en bas

Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong  Empty Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong

Message par Dominique Poulin Sam 09 Juil 2022, 09:03

Le 14 septembre 1793 à Jehol, l'empereur Qianlong reçoit l'hommage des représentations étrangères dans le cadre d'un protocole oriental qui voue le Fils du Ciel au rang de dieu vivant.
Parmi les représentants, Sir George Maccartney, préside l'ambassade d'Angleterre.

Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong  George12
George Macartney, détail d'un tableau de Lemuel Francis Abbott
à la National Portrait Gallery de Londres.
Image WIKI

Or, Sir George Maccartney refuse comme c'est l'usage, de se prosterner devant l'empereur en signe de soumission et d'adoration. Il argue que le cérémonial de son pays ne le contraint pas à cette obligation devant son roi, Georges III et qu'en conséquence il n'a pas à se prosterner devant Qianlong, réfutant la pratique du Kotow, qui implique de se pencher plusieurs fois jusqu'à toucher le sol du front.
Ce malentendu entre l'Empire du Milieu et la Grande-Bretagne conduit les ambitions commerciales et économiques du cabinet de Londres à l'impasse et l'échec. La Cour de Pékin se ferme irrémédiablement face aux ouvertures de l'Occident en adoptant un isolationnisme étouffant et inquiétant au-delà de ses frontières.
Quelques décennies plus tard, la guerre de l'opium et le sac du palais d'été révéleront les faiblesses de l'empire de Chine, marqué par un declin de sa puissance, permettant l'immixtion des occidentaux et particulièrement des anglais dans l'inversion hégémonique des rôles au niveau international.

Lire le passionnant livre de Alain Peyreffite, Fayard, 1989 :
"L' Empire immobile, le choc des mondes."

Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong  Tzolz628
Dominique Poulin
Dominique Poulin

Messages : 6097
Date d'inscription : 02/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong  Empty Re: Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong

Message par La nuit, la neige Sam 09 Juil 2022, 14:02

Merci Dominique pour l'ouverture de ce sujet... Smile

Idea Je vous renvoie également à notre sujet consacré à Qianlong, empereur de Chine (1711-1799), où nous évoquons cette lamentable ambassade.

Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong  V8hmsd10
Portrait de l'empereur Qianlong
Giuseppe Castiglione
Peinture sur papier, 18e siècle
Image : RMN-Grand Palais (MNAAG, Paris) / Thierry Ollivier



Idea Et je copie / colle ici un extrait du message initialement posté dans le sujet consacré à L'impératrice Cixi (1835-1908) et aux guerres de l'Opium :

Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong  1-tzu-10
TZ'U HSI (Cixi) (1835-1908), empress dowager of China, 1875-1908.
Image : Pinterest


La nuit, la neige a écrit:
1856 n'est pas seulement l'année de naissance du fils de Cixi, mais aussi celle d'un incident à propos d'un vaisseau anglais baptisé Arrow, qui déclencha ce que l'on appelle la Seconde guerre de l'Opium(1856-1860).

Déjà fortement malmené par la Première guerre de l'Opium et la révolte des Taiping, rabaissé par l'indigne traité de Nankin, l'empire chinois vacille.
Xienfeng, l'époux de Cixi, qui déteste les Occidentaux pour tous les maux qu'ils ont infligés à son empire, se bat bec et ongle pour tenter de les maintenir hors de Chine.
(...)

Un siècle plus tôt (milieu et fin du XVIIIè siècle) :

Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong  Empero11

L'empereur Qianlong (qui régna près des 60 ans de 1736 à 1795) ferme encore davantage la Chine aux étrangers qui essaient de s'y incruster depuis des siècles (missionnaires, entrepreneurs commerciaux, diplomates).
Seul le port commercial de Canton reste ouvert aux étrangers, où ils doivent impérativement restés bien cantonnés....boudoi32

Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong  1280px10

Idea Si le sujet vous intéresse (en anglais) : https://en.wikipedia.org/wiki/Thirteen_Factories

Nous connaissons l'engouement de toute l'Europe d'alors pour les "chinoiseries" : les exportations commerciales sont très importantes.
A celles-ci s'ajoutent, et plus particulièrement pour les Anglais, celles du thé (qu'ils consomment en énorme quantité) et la soie (en cette fin de XVIIIè siècle, elle n'est plus guère à la "mode" en France). Or, en retour, la Chine n'achète rien (aucun besoin), et ne veut rien qui vient de l'Occident !

Nous avions évoqué ici la fameuse ambassade de Lord Macartney (1793) qui, après des péripéties folles, parvient toutefois à se rendre à Pékin et tente de négocier avec l'empereur notamment : l'ouverture de nouveaux ports commerciaux ; la possibilité d'installer des ambassades étrangères dans la capitale ; l'acquisition d'une petite île le long des côtes de la Chine pour que s'y établissent des négociants ou pour y entreposer des marchandises ; ou encore l'autorisation "officielle" pour des missions chrétiennes d'entrer en Chine (quoique les jésuites y officient depuis longtemps déjà, et y sont vaguement "tolérés") etc.  

Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong  Qian-m10

Pour diverses raisons (et notamment protocolaires), l'ambassade se solde par un échec. Lord Macartney est prié de quitter la Chine le plus rapidement possible.
Il n'obtient rien. Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong  0158

Quianlong adressera même un courrier agressif au roi Georges III le menaçant de recourir à la force au cas où des navires marchands britanniques accosteraient en Chine : "N'allez pas me reprocher de ne pas vous avoir mis en garde".  Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong  3219758395

Idea Si le sujet vous intéresse (en anglais) : https://en.wikipedia.org/wiki/Macartney_Embassy

Idea J'avais également, et déjà, recommandé la lecture de ce livre.
Quoique occidentalo-centré (les Anglais = le progrès / Les Chinois = un empire "immobile" donc englué dans ses traditions), le récit de cette ambassade n'en reste pas moins passionnant !! Mais ce serait l'occasion d'un autre vaste sujet...

L'empire immobile
de Roger Peyrefitte

Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong  51d0xr10

Présentation :
Saviez-vous qu'en pleine Révolution française, les Anglais avaient envoyé une expédition de cinq voiliers et sept cents hommes dans l'Empire chinois, pour l'amener à " s'ouvrir " à eux ?
Qu'ils entendaient, bien qu'ils ne fussent encore que huit millions, négocier fièrement d'égal à égal avec un pays qui en comptait déjà trois cent trente, le tiers de l'humanité ? Que la Chine, considérant qu'elle était " la seule civilisation sous le Ciel ", repoussa brutalement toutes leurs demandes ?
Qu'elle traita leurs envoyés comme des prisonniers de marque ? Qu'ils furent soumis, de Macao à la Tartarie, à travers les rites de la Cour et les surprises de la Ville, parmi les bureaucrates célestes et les missionnaires-otages à un véritable voyage initiatique ?
Que cette occasion historique fut un rendez-vous manqué ?



En 1816, les Britanniques tentent une deuxième ambassade, dirigée par Lord Amherst : c'est à nouveau un fiasco ! A son retour, il fera même naufrage à Saint-Hélène, où il s'entretiendra longtemps avec Napoléon... Eventaille

Ainsi les successeurs de Qianlong (son fils, et son petit-fils) s'en tinrent à la même ligne de conduite, alors que l'empire s'affaiblissait de plus en plus (notamment les progrès techniques du XIXè siècle, et en particulier militaires) : pas ou très peu de contacts (y compris commerciaux) avec l'Occident !

Frustrés de ne pouvoir commercer avec la Chine, et souhaitant "rééquilibrer" la balance commerciale entre les deux pays, les Britanniques décident de forcer l'ouverture de cette porte, restée jusqu'à présent fermée.  Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong  3236493444
La Première guerre de l'Opium sera cette occasion, et le premier affrontement militaire entre la Chine et l'Occident.

La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 16177
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong  Empty Re: Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong

Message par Mme de Sabran Sam 09 Juil 2022, 15:09

La nuit, la neige a écrit: ... cette lamentable ambassade.

Comme tu dis ! Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong  3236493444
Les cadeaux diplomatiques furent même méprisés de part et d'autre, précise WIKI : les Chinois s'étonnèrent de la petite étendue de la Chine sur un globe terrestre et Macartney traita un bijou en jade de pierre sans valeur.
https://fr.wikipedia.org/wiki/George_Macartney_(1er_comte_Macartney)
Ambiance ambiance ... Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong  1123740815

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 50458
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong  Empty Re: Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong

Message par La nuit, la neige Dim 10 Juil 2022, 22:06

Dominique Poulin a écrit:
Quelques décennies plus tard, la guerre de l'opium et le sac du palais d'été révéleront les faiblesses de l'empire de Chine, marqué par un declin de sa puissance, permettant l'immixtion des occidentaux et particulièrement des anglais dans l'inversion hégémonique des rôles au niveau international.

Nous avions ouvert un sujet rappelant la rapacité décomplexée des gouvernements impérialistes anglais et français de l'époque, pressés par les affairistes et capitalistes du temps... Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong  1238861238  

Arrow La destruction et le sac du Palais d'Eté de Pékin

Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong  Guerre11
En Chine - Le gâteau des Rois et... des Empereurs
Le Petit journal. Supplément du dimanche du 16 janvier 1898
Une galette des rois représentant la Chine est partagée par Victoria (Royaume-Uni), Guillaume II (Allemagne), Nicolas II (Russie), la Marianne française et l’Empereur Meiji (Japon).
Image : Bibliothèque nationale de France
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 16177
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong  Empty Re: Les relations anglo-chinoises au XVIIIe siècle, George Macartney et Qianlong

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum