La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust

Aller en bas

La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust Empty La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust

Message par La nuit, la neige Ven 26 Avr 2019, 18:34

Idea Petit focus sur un tableau acquis par le Dallas Museum of Art en 2015, lors d'une vente aux enchères, ainsi que sur son auteur.  Wink

La note au catalogue de la vente, que je cite, nous présente cette grande huile sur toile.
En anglais (désolé) :

La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust 2015_n14
Mademoiselle d'Orléans Taking a Harp Lesson
Jean-Antoine-Théodore Giroust
(Bussy-St-Georges 1753-1817 Mitry-Mory)
1791
Oil on canvas - 99 x 72¾ in. (250 x 185 cm.)

Photo : Christie's

Provenance :
Louis Philippe Joseph de Bourbon, Duc d'Orléans (1747-1793), Palais Royal, Paris; presumably by inheritance to his son,
Louis Philippe de Bourbon Orléans (1773-1850), reigned as Louis-Phillippe Ier, King of France (1830-1848); by descent to his son,
Louis-Charles-Philippe-Raphaël de Bourbon Orléans, Duc de Nemours (1814-1896); by descent to his son,
Ferdinand-Philippe-Marie de Bourbon Orléans, Duc d’Alençon (1844-1910); by descent to his son,
Philippe-Emmanuel-Maximilien-Marie-Eudes de Bourbon Orléans, Duc de Vendôme (1872-1931), Wimbledon, Surrey; (†) sale, Palais des Beaux-Arts, Brussels, December 11, 1937, lot 124, as “École de Louis David”, pl. VIII, where acquired by
Baron Robert Gendebien, Brussels; and by inheritance.
Anonymous sale; Monaco, Christie’s, June 16, 1989, lot 57.


Note au catalogue (extraits)

Giroust’s large and elegant conversation piece "à l’anglaise" is a masterpiece of portraiture at the start of the French Revolution.
It depicts the daughter of Louis-Philippe-Joseph de Bourbon, Duc d’Orléans (1747-1793), the future ‘Philippe Égalité’, taking a music lesson from her governess Madame de Genlis, while her English companion, Mademoiselle Paméla, looks on.
La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust B14
Dallas Museum of Art, Foundation for the Arts Collection, Mrs. John B. O'Hara Fund
Image courtesy Dallas Museum of Art


The portrait was undoubtedly painted just prior to its exhibition in September 1791 at the newly democratized Salon, where its presence was far from fortuitous.
The political atmosphere in Paris at the time was so charged against the monarchy – two months previously, Louis XVI and his family had been caught trying to escape the country and were forcibly brought back to Paris – that the ambitious Orléans, by then a prominent member of the Jacobin party, saw an opportunity to have himself declared regent.
With this goal in mind, his propaganda strategists at the Palais Royal availed themselves of all the media, including the arts, to promote his cause.

La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust Explic12

La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust Explic10

Antoine Giroust had been a full member of the Académie since 1789 and, like Jacques-Louis David, was an outspoken critic of its membership’s conservative policies. By 1791 he had become official painter to the Orléans court and was even attached to the Duc’s household.
In his professional career he had followed a traditional course as a pupil of Joseph Marie Vien in Paris, and he later acquired a reputation as a history painter during his student years in Rome. He was adept at conveying moral and political meaning through his compositions.

The fourteen-year-old Eugene-Louise-Adelaïde de Bourbon Orléans (1777-1847), who was the daughter of the Duc d’Orléans and Louise-Marie-Adelaide de Bourbon Penthièvre, herself descended from Louis XIV by his legitimized bastard son, the Comte de Toulouse, and was heiress to the largest private fortune in France.
She had a twin sister who died in 1782, as well as three brothers, the oldest of whom later ruled France as King Louis-Philippe.
La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust 37580512
Dallas Museum of Art, Foundation for the Arts Collection, Mrs. John B. O'Hara Fund
Image courtesy Dallas Museum of Art


Unconventionally, the rearing of the Orléans children had been entrusted to a woman, the talented aristocrat, Félicité Ducrest de Saint-Aubin (1746-1830), wife of the military chief of staff, Charles Bruslart, Comte de Genlis, and Marquis de Sillery (1737-1793).
From her position as Duchesse d’Orléans’s lady-in-waiting, Madame de Genlis had been for a time the Duc’s mistress and henceforth wielded considerable influence.
A tireless novelist, Madame de Genlis was also a brilliant and innovative teacher.
She and her assistants provided their princely charges with an encyclopedic education, instructing them in modern and classical languages, history, geography, politics, mathematics, sciences and mechanical arts, drawing and music.

Orléans was famously anglophile and to please him, in 1780, Madame de Genlis had brought to France as a companion for his offspring, a dark-haired girl born four years earlier in Newfoundland, who grew to be the handsome young woman standing at left in Giroust’s painting.
She was the illegitimate daughter of an English gentleman, William de Birxey, and a certain Mary Sims. Her true name appears to have been Anne Stephanie Caroline Sims, but her new guardians chose to call her “Paméla” in honor of the heroine of Richardson’s novel of the same name. She grew up with Mademoiselle d’Orléans and Madame de Genlis’s children in a pavilion on the grounds of the Couvent des Dames de Bellechasse.
A beautiful adolescent, she became a main attraction in the Orléans-Genlis political salon.
La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust 37580514
Dallas Museum of Art, Foundation for the Arts Collection, Mrs. John B. O'Hara Fund
Image courtesy Dallas Museum of Art


Madame de Genlis, depicted playing the harp in Giroust’s painting was, by all accounts, a virtuoso on the instrument.
La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust 37580513
Dallas Museum of Art, Foundation for the Arts Collection, Mrs. John B. O'Hara Fund
Image courtesy Dallas Museum of Art


Her dedication to it was much celebrated; she was said to have practiced the harp for eight or nine hours a day, an image which raised the hackles of her (many) enemies, such as the Baronne d’Oberkirch, who proclaimed:
an immensely ridiculous feature of this unfeminine woman is her harp. She carries it about everywhere, talks about it when she is without it, she with strum on a crust of bread and goes at it with a string.”  Eventaille

Giroust’s painting is set in a room decorated with Neoclassical moldings and exquisite furniture (Madame de Genlis’s chair is certainly from Georges Jacob’s menuiserie).

La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust Chaise12
Chaise dite "à l'étrusque" (d'une paire)
Estampille G. Jacob
acajou, plaquage d'acajou, dossier bandeau, pieds antérieurs et postérieurs recourbés.
Fin de l'époque Louis XVI - années 1790
Image et infos complémentaires : Gslr Antiques


It is a temple of reason and civic virtue over which presides a bronze statue of a warlike Minerva wearing a Phrygian bonnet and holding a pike, already regarded as symbols of the Revolution.
La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust A17
Dallas Museum of Art, Foundation for the Arts Collection, Mrs. John B. O'Hara Fund
Image courtesy Dallas Museum of Art


In a publicity stunt, Madame de Genlis visited the Salon where Giroust’s portrait was on exhibition, accompanied by Mademoiselle d’Orléans and Paméla, and all three sporting Phrygian bonnets.  Exclamation
A republican critic remarked:

Among the portraits, I noticed that of Madamoiselle d’Orléans. She is represented in the foreground of the painting playing a harp. Mademoiselle Paméla, dressed like a Greek maiden, opens the part books. Madame Sillery accompanies her…. When all three arrived in front of the painting, the portrait was forsaken, and people had eyes only for the subjects themselves. They were wearing Liberty bonnets, which are becoming even on the heads of the enemies of our liberties.”

All three of Giroust’s sitters emigrated in 1792.

The same year, at Tournai, Paméla married the famous Irish patriot Lord Edward Fitzgerald (1763-1798), by whom she would have three children. After his death, she wed a Mr. Pitcairn, the American consul at Hamburg, but after the birth of a child they separated.
In 1812, she went back to France, traveling from place to place and living on an annuity provided by Louis-Philippe, who refused to meet with her. She died destitute in Paris in November 1831.

Madame de Genlis survived by her wits in various parts of Germany until she was able to return to France in 1800. Bonaparte pensioned her and gave her lodgings at the Arsenal, where she continued to write.

Madamoiselle d’Orléans led a peripatetic existence in Switzerland, Germany, Spain, England and Italy until the Bourbon Restoration, when she was allowed to return to France.
During the July Monarchy, she was the most trusted confidant of her brother, King Louis-Philippe. She died at the Tuileries Palace shortly before he fell from power.

Idea In 1842, Louis-Philippe commissioned Jean-Baptiste Mauzaisse (1784-1844) to paint a copy of the present painting (then in the French King’s collection) for the historical gallery at Versailles, where it remains.
La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust Image248
La leçon de harpe
Jean-Baptiste Mauzaisse (peintre)
D'après Giroust, Jean-Antoine-Théodore

1843 (XIXe siècle)
Commandé pour 1200 francs pour Versailles, 29 juillet 1842
Paris, Musée de la musique
Image : RMN-GP (Château de Versailles)


* Note Text : Our thanks to Joseph Baillio for permitting us to reprint an edited version of his original entry for this lot.
* Source : Christie's


__________________


Idea Extrait de la fiche biographique Wikipedia consacrée à : Jean-Antoine-Théodore Giroust, dit Antoine Giroust

La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust 27638910
Oedipe à Colonne
Jean-Antoine-Théodore Giroust

Oil on canvas, 1788
With this painting, Jean Antoine Théodore Giroust earned admission into the French Royal Academy. It shows his mastery of the Neoclassical style, which is characterized by strong lines, vivid colors, and depictions of Greek and Roman mythological themes.
Dallas Museum of Art, Foundation for the Arts Collection, Mrs. John B. O'Hara Fund
Image : courtesy Dallas Museum of Art


Un peintre orléaniste
Des tableaux à l'empreinte idéologique prégnante


Antoine Giroust est un proche du cercle orléaniste de Félicité de Genlis. Il se prononce en faveur du principe de liberté mais reste nostalgique des principes religieux et des privilèges. En 1789, il adhère au Comité des académiciens dissidents dirigé par David, avant de se rallier finalement à l’Académie centrale de Jacques-Augustin-Catherine Pajou comme Vien.
Il soutient alors Louis-Philippe, duc de Chartres, dont il brosse le portrait en 1790 (non localisé), du fait notamment d’un intérêt accru pour l’histoire récente ou actuelle.
En 1791, il est même nommé peintre officiel de la cour des Orléans, apte dès lors à diffuser des messages moraux et politiques dans ses compositions.

Fidèle à ses amitiés, il propose au Salon cette année-là Sainte Félicité exhortant son dernier fils au martyre (non localisé) et La Leçon de Harpe (1791, Dallas Museum of Art), double hommage à Madame de Genlis.
Le premier était destiné à décorer la chapelle du château de Saint-Leu appartenant à la famille d’Orléans. Il s’agit d’une réinterprétation du Second Livre des Macchabées pour témoigner de la persécution orchestrée contre les orléanistes en comparant ceux-ci à des martyrs fidèles à leurs croyances.  La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust 3236493444

La deuxième scène se déroule dans le château de Saint-Leu : c’est un grand et élégant tableau de conversation « à l’anglaise », à mi-chemin entre le portrait et la séance d’enseignement musical dispensé par Madame de Genlis à la fille du duc d’Orléans.

La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust Captu966
Image : Deskgram

Ici, la culture est dépeinte comme degré premier de la vertu, perfectionnement individuel, dans une perspective encyclopédique. En outre, la statuette en bronze de Minerve, au bonnet phrygien et brandissant une pique, renvoie au culte récent de la Révolution avant le refuge en Angleterre, tandis que la représentation détaillée des objets et du cadre, des habits, reflet d’une classe et identification de personnes précisément déterminées, constituent un document sur la mode et le goût de l’époque.
Les moulures néoclassiques et le mobilier raffiné le confirment, ainsi que la complexité de la toilette et des accessoires ou bibelots.

En montrant tel temple de raison et de vertu civique, rehaussées par la sympathique figure juvénile de l’élève, il s’agit d’asseoir et promouvoir la légitimité de l’accès au trône de la famille d’Orléans par le recours à tous les médias, en l’occurrence la peinture.
La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust Image249
Louis Philippe d'Orléans (1773-1850), duc de Chartres, futur roi Louis Philippe
Jean-Pierre Decreuse (1806-1839)
D'après Antoine Giroust
Oil on canvas
Collection Louis-Philippe : commandé pour 200 francs, 18 juin 1839 ; payé avec douze autres portraits 2000 francs, 21 août 1839
Image : RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot


L'engagement politique et militaire tardif

En août 1792, Antoine Giroust s’engage militairement au côté des orléanistes puis, son camp défait, se retire en Lorraine. Il expose pourtant au Salon en 1791 et 1793, puis présente en 1802 Sainte Godelieve (non localisé) et Éponine et Sabinus (localisation présumée dans une collection particulière californienne), marqué par Les Sabines de David, en montrant entre autres des oppositions picturales entre masculinité fixe et féminité souple, comme chez David dans ses scènes à l’intense contenu dramatique.
(...)

De 1800 à 1805, il est maire de Serres en Meurthe-et-Moselle, puis de Mitry (1815).
Entre-temps, les revers politiques qu’il essuie entraînent la défection de tous ses mécènes, ce qui, ajouté à sa nomination au titre de membre non résident puis de simple correspondant de l’Académie, achève de le désespérer et l’amène à se suicider en 1817.

Source et article complet : Wikipedia - Jean Antoine Théodore Giroust

______________________

Notre sujet biographique consacré à la comtesse de Genlis, et dans lequel est présentée la copie de ce tableau qui est conservée Versailles, c'est ici :

La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust Captu967

Arrow Félicité du Crest de Saint-Aubin, comtesse de Genlis, marquise de Sillery


Dans ces articles, il n'est nullement précisé que la dénommée Paméla serait la fille adultérine du duc d'Orléans et de Mme de Genlis.  Exclamation
Voir nos messages consacré à Pamela Brûlart de Sillery, épouse Lord Edward FitzGerald, ici :

La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust Captu968

Arrow Le duc d'Orléans, dit Philippe-Egalité - Ses enfants illégitimes


Nous n'avons aucun sujet consacré à Adélaïde-Louise d’Orléans, dite Mademoiselle de Chartres, Mademoiselle d'Orléans, princesse d'Orléans etc. La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust 3236493444 Laughing, si ce n'est la présentation de cette biographie :

La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust Captu969

Arrow Madame Adélaïde. De Dominique Paoli
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 14778
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust Empty Re: La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust

Message par Mme de Sabran Ven 26 Avr 2019, 19:01



Merci, cher ami, pour cet intéressant article. Very Happy
Ne t'excuse pas : c'est très bien de nous faire bosser notre anglais.

Je trouve Mme de Genlis assez ressemblante aux portraits d'elle que nous comparions il y a un ou deux jours .

La nuit, la neige a écrit:
Dans ces articles, il n'est nullement précisé que la dénommée Paméla serait la fille adultérine du duc d'Orléans et de Mme de Genlis.  Exclamation

Non, en effet . D'où, ou plutôt de qui, venait donc cette rumeur ? La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust 1123740815
L'Histoire officielle jette décidément toujours un voile pudique sur les filiations incertaines, alors que, depuis le temps, il pourrait y avoir prescription.

Et pourquoi Louis-Philippe refusa-t-il de revoir Paméla, le sais-tu ?
Ils avaient grandi ensemble.
Querelle d'amoureux mal digérée peut-être ?

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45890
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust Empty Re: La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust

Message par La nuit, la neige Sam 27 Avr 2019, 11:13



Dernière édition par La nuit, la neige le Sam 27 Avr 2019, 12:06, édité 1 fois
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 14778
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust Empty Re: La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust

Message par Mme de Sabran Sam 27 Avr 2019, 11:16


C'est une très bonne idée, merci ! Very Happy

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 45890
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust Empty Portrait du jeune Louis-Philippe, par Antoine Giroust

Message par La nuit, la neige Mar 30 Avr 2019, 20:01

Si des lecteurs "orléanistes", amateurs de Louis-Philippe, ou tout simplement de portraits du XVIIIe siècles, et qui ont quelques milliers d'euros à claquer...La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust 4099329125

Annoncé en vente aux enchères, attribué au peintre donc de ce sujet, dont les oeuvres sont assez rares :

Portrait du duc de Chartres, duc d’Orléans, futur roi Louis-Philippe Ier, en habit de jeune officier
Attribué à Jean-Antoine-Théodore GIROUST (1753-1817)

Toile ovale. 64 x 53 cm
Cadre en bois et stuc doré d’époque Louis XVI.


La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust 35776910
Image : Daguerre SVV

Note au catalogue :

Louis-Philippe est colonel d’un régiment d’infanterie et d’un régiment de dragons du nom de Chartres en 1785. Il sert à l’armée du Nord, sous Biron en 1792.
Maréchal de camp le 7 mai 1792, il est nommé lieutenant-général le 11 septembre 1792 et est affecté à l’armée du Centre sous Kellermann.
Il sert à Valmy, à Jemmapes le 6 novembre 1792 et à Neerwinden le 18 mars 1793. Décrété d’arrestation le 2 avril 1793, il accompagne Dumouriez dans sa fuite vers le camp des Autrichiens, le 5 avril 1793.

Un portrait par Auguste de Creuse (1806-1839) d’après un original perdu de Giroust est conservé au musée de Versailles.
L’attitude du modèle est différente mais on y reconnaît bien les traits du jeune Louis-Philippe. (Il s'agit du tableau présenté dans le message qui précède Wink)

* Source et infos complémentaires : Daguerre - Vente du 17 mai 2019
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 14778
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust Empty Re: La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust

Message par Duc d'Ostrogothie Mar 30 Avr 2019, 23:35

Joli portrait. Ce Giroust était un très bon peintre.
Louis-Philippe n'était pas franchement laid, mais ce n'était pas un adonis non plus.
Duc d'Ostrogothie
Duc d'Ostrogothie

Messages : 2756
Date d'inscription : 04/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust Empty Re: La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust

Message par Gouverneur Morris Mer 01 Mai 2019, 00:08

Difficile de savoir si on le laisserait dormir dans sa baignoire à sabot en effet La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust 3318396864
Gouverneur Morris
Gouverneur Morris

Messages : 8021
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust Empty Re: La leçon de harpe. Du peintre Jean-Antoine-Théodore Giroust

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum