Le deal à ne pas rater :
Boisson Aloe Vera à la Myrtille – Lot de 20 bouteilles de 500 ml
16.14 €
Voir le deal

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Page 1 sur 15 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant

Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Mme de Sabran Lun 29 Sep - 9:12



National Archives Kew




Calonne à Mme de Polignac, 29 juin 1787

Vous seriez-vous attendue, Madame la Duchesse, quand vous partiez pour les eaux avec la persuasion qu'on me laisserait tranquille dans ma terre, qu'avant votre retour je me verrais forcé de sortir du royaume pour ne pas m'y montrer avili et ne pas perdre jusqu'à la liberté de me justifier? Je suis bien sûr qu'on blâmera encore ma démarche et qu'on lui donnera l'interprétation la plus sinistre, mais vous, Madame la Duchesse, vous n'y verrez que l'excès de mon malheur, et vous croirez aisément qu'on ne prend pas un parti aussi douloureux sans qu'il soit absolument nécessaire. J'ai eu l'honneur d'écrire au Roi pour lui exposer mes motifs et le supplier de recevoir mes excuses. Vous verrez, comme on surprend sa justice et celle de la Reine.
On leur présente comme le simple refus d'une grâce ce qui est une rigueur sans exemple, on leur parle de moi avec une modération affectée, en même temps qu'on me déchire par les imputations les plus noires et les plus perfides; on a l'air de ne suivre que la loi d'un devoir indispensable lorsqu'on m'accable sans vouloir m'entendre, sans me faire connaître ce qu'on me reproche.
Vous n'imaginez pas, Madame la Duchesse, jusqu'où l'on a poussé à mon égard cette cruelle adresse qui rend les coups inévitables en les voilant. L'archevêque de Toulouse entretenait ma sécurité et celle de mes amis par l'apparence des dispositions les plus douces, les plus équitables, pendant qu'il me détruisait dans l'esprit du Roi; il me louait en public, et m'inculpait dans le cabinet .
Mes amis ont retenu le mémoire que j'avais envoyé sur la seule affaire qui paru susceptible d'être critiquée, persuadés que je ne serai attaqué sur aucune, et que je devais rester dans l'inaction. Aujourd'hui cependant il parait que c'est celle qu'on cite lorsqu'on est forcé de caractériser quelques uns de mes prétendus torts.
Je ne suis pas en peine de prouver que ma conduite sur ce point comme sur tout autre est irréprochable, que mes intentions ont toujours été pures, et qu'il serait affreux de rechercher tous les détails d'une immense administration, pour y trouver quelques défauts de forme, lorsque l'on ne peut y apercevoir aucune opération qui n'ait eu le bien de l'Etat pour objet, ni aucune destination de fond qui ne se rapporte au service du Roi.
Au surplus, j'ignore sur quoi peuvent porter les accusations vagues de M. l'archevêque de Toulouse, et je demande qu'on m'en fasse connaître les objets. Je m'étais adressé à lui-même pour lui offrir l'explication de tout ce qui lui paraitrait en avoir besoin. Si vous saviez avec quelle dureté il m'a répondu qu'il ne m'avait demandé aucun éclaircissement parce qu'il n'avait aucun doute… et cela après m'avoir annoncé le mécontentement de Sa Majesté, et m'avoir marqué que je ne devais pas en être étonné!
A quoi dois-je m'attendre lorsque déjà la calomnie m'a fait perdre les bontés du Roi, lorsqu'on refuse de m'entendre, lorsque l'on jette le masque de la modération, et que les papiers publics annoncent que mon administration va être discutée dans tous ses détails par le comité des Finances, sur le rapport sans doute de M. d'Ormesson ?
Je n'ai plus que mon honneur à défendre, et je le défendrai vigoureusement; je ne le laisserai point à la merci de ceux qui ont trop besoin de me trouver des torts pour ne pas étouffer ma justification, et dont les intentions sont à présent trop marquées pour que je puisse encore m'y méprendre.
J'ai toute confiance dans la justice du Roi mais je dois me conserver la liberté de la réclamer, de l'éclairer, de la garantir des surprises dont je souffre déjà les effets.
Voilà, Madame la Duchesse, ce qui m'arrache à ce que j'ai de plus cher, voilà ce qui me fait renoncer pour je ne sais combien de temps aux douceurs de l'amitié, à mes parents, à ma patrie … qu'il est amer ce fruit de tant de travail, de tant de sacrifices!
Mais je ne veux pas, Madame la Duchesse, émouvoir votre sensibilité, j'aime mieux que vous ignoriez une partie de ce que j'éprouve. C'est par un ménagement semblable que je n'écris point à notre ami. ( * ) Plaignez moi l'un et l'autre; mais ne soyez point inquiets. Je suis en état de répondre à tout et le parti que je prends vous annonce assez que je le ferai avec courage. Quand tout sera éclairci j'espère que le Roi me rendra ses bontés, et que la Reine ne sera pas insensible à mon sort.
Adieu, Madame la Duchesse, cet adieu peut être bien long et je ne puis le prononcer sans attendrissement. Je n'aurai pas même la consolation de recevoir des lettres; mais je saurai de vos nouvelles et je me dirai souvent que je dois compter sur la continuation de vos sentiments, de votre estime, de votre intérêt. Je ne puis pas vous dire où je vais, je ne le sais pas moi-même; je suis parti sans rien confier à mes amis; j'écrirai dès que je le pourrai.


( * ) : Cet ami est Vaudreuil, sans doute.

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 46329
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Invité Lun 29 Sep - 10:29

Quel trésor que ces correspondances que nous découvrons... drunken
A lire la fin on pourrait imaginer que Calonne écrit à Martin en exil...mais nous ne sommes qu'en 1787...
Il lui écrit avec une tendresse certaine... de son propre exil amer si on l'en croit :
Charles Alexandre de Calonne a écrit:A quoi dois-je m'attendre lorsque déjà la calomnie m'a fait perdre les bontés du Roi, lorsqu'on refuse de m'entendre, lorsque l'on jette le masque de la modération, et que les papiers publics annoncent que mon administration va être discutée dans tous ses détails par le comité des Finances, sur le rapport sans doute de M. d'Ormesson ?
Il semble douter des sentiments que notre Duchesse puisse éprouver en retour à son égard...comme gagnée par les idées du Roi et de la Reine...

Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Invité Lun 29 Sep - 13:16

Majesté a écrit:Quel trésor que ces correspondances que nous découvrons...  drunken
A lire la fin on pourrait imaginer que Calonne écrit à Martin en exil...mais nous ne sommes qu'en 1787...

Mais si, il était déjà parti en exil… il y a deux lettres dans son archive à Kew d'une amie datées de Paris en juillet 1787 qui lui conseillent d'aller en Angleterre pour échapper aux persécutions de Brienne. On voulait lui accuser en forme de malversation et on cherchait des preuves. Cette amie parle de Mme de Polignac 'qui vous aime toujours entièrement' et qui parlait de Calonne à Marie-Antoinette pour le défendre.

(Eléonore – c'est la lettre 'Anon à Calonne 17 juillet 1787' – je la crois très intéressante.)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Mme de Sabran Lun 29 Sep - 13:38

outremanche a écrit:

Mais si, il était déjà parti en exil… il y a deux lettres dans son archive à Kew d'une amie datées de Paris en juillet 1787 qui lui conseillent d'aller en Angleterre pour échapper aux persécutions de Brienne. On voulait lui accuser en forme de malversation et on cherchait des preuves. Cette amie parle de Mme de Polignac 'qui vous aime toujours entièrement' et qui parlait de Calonne à Marie-Antoinette pour le défendre.

(Eléonore – c'est la lettre 'Anon à Calonne 17 juillet 1787' – je la crois très intéressante.)

Oui, oui, je me suis flingué les yeux sur cette écriture pas possible !
Je viens de t'en envoyer la transcription .
Je me demande s'il ne pourrait pas s'agir de Mme Lebrun .
Enfin, tu vas voir ! :n,,;::::!!!:

Nous avions un Monsieur X, nous voilà avec en plus une Madame Y !!! :Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac 2028181902

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 46329
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Invité Lun 29 Sep - 14:26

Mme de Sabran a écrit:
Outremanche a écrit:
(Eléonore – c'est la lettre 'Anon à Calonne 17 juillet 1787' – je la crois très intéressante.)

Oui, oui, je me suis flingué les yeux sur cette écriture pas possible !
Je viens de t'en envoyer la transcription .
Je me demande s'il ne pourrait pas s'agir de Mme Lebrun .
Enfin, tu vas voir ! :n,,;::::!!!:

Je viens de t'envoyer ma verification. 'Quelle écriture !!!

Mme de Sabran a écrit:
Nous avions un Monsieur X, nous voilà avec en plus une Madame Y !!!    :Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac 2028181902

:\\\\\\\\: :\\\\\\\\: :\\\\\\\\: :\\\\\\\\: :\\\\\\\\:

Elle aussi est une intime de la cour...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Roi-cavalerie Lun 29 Sep - 15:50

Comme dans les western, le 22 ème de cavalerie arrive pour essayer de vous sortir de ce mauvais pas! Bien que je n'ai pas encore lu la lettre de Anon à Calonne du 17 juillet 1787, ne pourait-il pas s'agir de Mme d'Harvelay( Anne- Josephe) la veuve du financier Jean Micault d'Harvelay ( ) garde du trésor royal, qui favorisa avec d'autres la nomination de Calonne au Contrôle Général? Il décéda en 1786 et son épouse  qui était la maitresse de Calonne depuis longtemps, l'épousa le 8 juin 1788. Calonne fait d'ailleurs allusion à ce mariage dans l'extrait de la lettre à la duchesse de Polignac que je vous ai fait parvenir, il y a 2 ou 3 jours. C'est elle qui s'occupera de la vente des tableaux du ministre déchu et en rachetera certains qu'il aimait particulièrement. Son premier mariage et sa naissance l'avait mise à la tête d'une fortune considérable.Elle était la fille de Mathias Nettine, un banquier belge. source: toujours Lacour Gayet et mes lectures anciennes;

La comtesse de Chabannes dont on a parlé hier pourrait également correspondre.

A bientôt. Roi-cavalerie.
Roi-cavalerie
Roi-cavalerie

Messages : 552
Date d'inscription : 20/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Mme de Sabran Lun 29 Sep - 16:02

Roi-cavalerie a écrit: Bien que je n'ai pas encore lu la lettre de Anon à Calonne du 17 juillet 1787, ne pourait-il pas s'agir de Mme d'Harvelay( Anne- Josephe) la veuve du financier Jean Micault d'Harvelay ( ) garde du trésor royal, qui favorisa avec d'autres la nomination de Calonne au Contrôle Général?.

... du renfort pour les transcriptions ?!! Chic, alors !!! :n,,;::::!!!:
Vous allez voir, cette lettre est un vrai casse-tête ! 54385210
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 46329
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Mme de Sabran Lun 29 Sep - 16:06

outremanche a écrit:
Je viens de t'envoyer ma verification. 'Quelle écriture !!!

Je crois que c'est la plus difficile à laquelle nous nous soyons confrontées ! ... oups, pardon : confrontés, puisque Roi-cavalerie nous prête main forte, à présent .
A trois, nous devrions encore mieux y arriver ! Very Happy
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 46329
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Mme de Sabran Lun 29 Sep - 20:04



Que dis-je à trois ? quatre avec Lulu !!! Very Happy


Dernière édition par Mme de Sabran le Lun 29 Sep - 20:23, édité 1 fois
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 46329
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Roi-cavalerie Lun 29 Sep - 20:14

Pour le cas où l'hypothèse Harvelay serait retenue et si l'un  d'entre vous en a le courage, il y a peut être un moyen de connaitre l'écriture d'Anne Josèphe d'Harvelay, épouse Calonne car les archives nationales possèdent un dossier sur elle:

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Anne_j11

je vous poste également deux portraits de qui pourraient la représenter, le premier est une miniature de Sicardi d'après un tableau de Vigée-Lebrun, l'autre est une oeuvre de Vigéee Lebrun. 

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Harvel10
Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Harvel11
 bien à vous. Roi-cavalerie
Roi-cavalerie
Roi-cavalerie

Messages : 552
Date d'inscription : 20/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Mme de Sabran Lun 29 Sep - 20:20



Merci, Roi-cavalerie ! Very Happy
... ainsi que cet autre, toujours le même !

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Rosali12

Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 46329
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Mme de Sabran Lun 29 Sep - 20:24



National Archives, Kew

Enjoy ! :n,,;::::!!!:


7bre 1787

Que vous m'avez fait de bien, Madame la duchesse, que je suis soulagé, content, heureux, oui heureux, depuis que j'ai reçu ce que la duchesse de Luynes m'a envoyé. Il me hâte de vous le témoigner, car votre âme doit jouir de savoir la consolation qu'elle a versé dans la mienne. Comment avez vous su que j'étais peiné? Je ne croirai pas qu'il ne fût rien échappé qui donnât lieu de s'en apercevoir….

J'aime mieux croire que vous l'avez deviné, que vous avez eu la bonté d'en être inquiète et que votre sensibilité en a été émue. Ah ! que j'ai bien éprouvé combien vous avez de droit sur la mienne! Je vous remercie mille et mille fois. Je ne vous en dis pas davantage en ce moment pour profiter d'une occasion qui me presse: mais la première fois que j'en aurai une très sûre, et enfin bientôt je vous ouvrirai mon cœur sur ce que je prévois de mon avenir. Ma dernière lettre a croisé la poste. Elle vous aura prouvé qu'avant d'avoir reçu ce bienfait auquel je n'attendais plus, je comptais encore et toujours sur votre intérêt. Je suis charmé que vous aimiez Lady Elizabeth Foster. Je vais la cultiver beaucoup. Elle est à Bath en ce moment avec la duchesse de Devonshire, qui m'a aussi beaucoup parlé de vous et m'a paru extrêmement aimable. N'est ce pas l'opinion que vous en avez ? Je lui ai promis que je ne vous laisserai pas ignorer tout ce qu'elle m'a dit avec affection sur votre compte; elle n'a point oublié le comte Jules, à qui le souvenir d'une belle dame doit plaire plus que le mien, quoiqu'il ne puisse être plus tendre.

Vous avez voulu, céleste amie, qu'il ne manquât rien à ma satisfaction puisque vous m'assurez que le prince est toujours le même pour moi. Vous avez vu par ma dernière lettre combien ce mot me ferait de plaisir. Voulez-vous bien que l'hommage de mon respect et de ma reconnaissance lui arrive par la personne la plus capable de le faire compter, de lui parler; et voila comment une fatalité inconcevable semble attachée à toutes mes actions, pour en détruire l'objet et en corrompre les motifs. Il me reste du moins le sentiment intérieur de n'avoir rien à me reprocher, et ce sentiment est le principe de mon courage, de ma tranquille contenance, de ma résignation à tous les événements, sans crainte ni espérance. Certainement j'ai servi le Roi avec zèle. Mes calomniateurs même ne sauraient en disconvenir. Renvoyé de ma place, je ne demandai que l'oubli. Accablé par une disgrâce inattendue, j'ai fui le déshonneur qui en devenait inséparable. Je me suis retiré où j'ai cru pouvoir me défendre.

J'ai adressé ma justification au Roi et l'on ne pourrait pas y trouver un seul mot qui ne fût pas conforme aux sentiments que je lui dois; je n'en ai pas un seul, je pense, dont la Reine puisse être mécontente; il en serait ( de même ) si elle savait comment j'ai repoussé et éloigné de moi tout ce que ceux qui me jugeaient par ma position plutôt que par mes sentiments, on crut pouvoir tenter . Si elle voulait écarter un moment les préventions qu'on lui a données contre moi pour n'apprécier mes motifs que par ma conduite, elle me rendrait bientôt justice au fond de son âme et c'est à quoi se bornent tous mes désirs, c'est le seul prix auquel je crois pouvoir aspirer.

Vous ferez, madame la duchesse, de ce que je viens de vous confier, l'usage que vous croirez convenir à l'intérêt de la Reine. Ce n'est point à l'amitié dont vous m'honorez, c'est à l'attachement que vous avez pour Sa Majesté que je m'adresse en ce moment. Je ne voulais même pas vous en dire autant, quoique je sache combien la Reine a de confiance en vous; il me semblait qu'il ne m'appartenait plus d'en mesurer l'étendue ni de ne disposer en aucune sorte d'un secret qu'elle pouvait vouloir se réserver. C'est par nécessité, que je me suis déterminé à vous avertir de ce qui se passe, afin de n'avoir aucun reproche à me faire.

Le moment presse. Ce que je puis encore, et ce que je pourrai à ce que j'espère dans huit ou dix jours comme à présent, je ne suis pas sûr de le pouvoir plus longtemps. On fait d'un côté opposé beaucoup de tentatives, on se donne beaucoup de mouvement. Je suis parvenu à en empêcher l'effet; rien ne m'a rebuté; et certainement le serviteur le mieux traité de la Reine n'y aurait pas mis plus de zèle. Vous n'en serez pas étonnée, vous qui avez toujours su apercevoir le fond de mon cœur, et l'honnêteté de mes vues. Je ne demande pas qu'on me sache gré de ce que je fais; je crois ne m'acquitter que de ce que je dois. Il serait juste au moins que ce ne fût pas aux yeux du Roi un nouveau tort comme cela pourrait être lorsque Sa Majesté apprendrait que je me refuse à lui adresser ou faire remettre le paquet, dont la Reine a jugé à propos de même, du nouvel écrit que je vais présenter à leurs Majestés en réponse à celui de M. Necker pour éclaircir enfin ce qui ne peut rester obscur sans être interprété à mon désavantage.

Après avoir rempli cette tache pénible et n'avoir été occupé que de cela depuis ma retraite, je n'aspire qu'à un peu de repos. Qu'ai-je donc fait pour qu'on me le refuse? Si j'ai ici quelque considération, si j'y suis accueilli, présenté etc. n'est ce pas plutôt un bien qu'un mal pour les intérêts de la France, auxquels on doit être sûr que je ne cesserai jamais d'être dévoué ?
Mes ennemis ne me voudraient pas en France; ils ne me veulent pas non plus ailleurs. Qu'ils s'accordent donc avec eux-mêmes; car ils ne peuvent empêcher qu'un corps n'occupe un espace, mais ce n'est pas de moi dont il doit être question en ce moment, Madame la duchesse. Ne parlez à la Reine que de mon offre de service. Le Duc Dorset voudra bien, d'après ce que je lui mande, garder encore mes lettres jusqu'à ce que la Reine, plus instruite par vous, ait répondu ce qu'elle veut qu'on en fasse. Je remets tout à vos soins, à votre prudence, à votre fidèle amitié pour la Reine.

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 46329
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Roi-cavalerie Lun 29 Sep - 20:35

Je viens de lire la lettre à la duchesse de septembre 1787. Calonne, comme je vous l'avez signalé, demande à la duchesse de plaider sa cause auprès de la reine. Dans la dernière partie de sa missive, et à mots couverts, il prévient qu'il est au contact de la mouvance la Motte et qu'il fait ce qu'il peut pour les empêcher de publier le mémoire justificatif que les époux  préparent. Le prince dont il est question et bien évidemment Artois. Je ne sais pas ce que la duchesse lui avait envoyé, peut être une lettre de sa main qu'il serait intéressant de lire. A ma connaissance, les relations de la duchesse avec Calonne ont été un peu ambigües. En fait, il me semble qu' elle  ne l'a protégé que parce que Vaudreuil l'avait convaincue de le faire. Une dernière remarque: le style de Calonne est toujours plein de sensibilité. Merci pour cet envoi. Roi-cavalerie
Roi-cavalerie
Roi-cavalerie

Messages : 552
Date d'inscription : 20/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Mme de Sabran Lun 29 Sep - 20:39




Chuuuuuuut ! Ne dites pas tout !   Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac J_11SE%7E1   Ne déflorez pas le suspens !
Ce que nous attendons de vous, Eve et moi, c'est votre transcription à vous, mot pour mot !!! et par email ! afin que nous postions, dans le forum, la lettre fin-prête !!!
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 46329
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Lucius Lun 29 Sep - 22:05

La duchesse de Luynes est alors Guyonne de Montmorency-Laval, dame d'atours de la reine, et grande amie des Lumières et des libéraux.
Lucius
Lucius

Messages : 10510
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 29

Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Mme de Sabran Mar 30 Sep - 9:31




Hélas, je me casse les dents sur une lettre que Calonne envoie à Mme de Polignac de Londres, le 1er octobre 1787 .  54385210
Elle est en totalité illisible si l'on excepte ces trois mots :

Je ne vous ai point importunée de mes lettres, Madame la duchesse, mais voici un moment où j'espère que votre amitié pour moi ( ?) telle que je l'ai toujours éprouvée, et peut-être avec  (  ? )  de sensibilité que  ...

...  bon !  geek

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 46329
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Roi-cavalerie Mar 30 Sep - 10:27

N'hésitez pas à faire appel à la cavalerie, ma chère Eléonore!
Roi-cavalerie
Roi-cavalerie

Messages : 552
Date d'inscription : 20/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Lucius Mar 30 Sep - 10:28

Wink
Lucius
Lucius

Messages : 10510
Date d'inscription : 21/12/2013
Age : 29

Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Mme de Sabran Mar 30 Sep - 11:05



Alors, Messieurs, d'accord ! ... vous l'aurez voulu ... :Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac 2028181902 :Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac 2028181902 :Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac 2028181902
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 46329
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Invité Mar 30 Sep - 11:05

Mme de Sabran a écrit:Je ne vous ai point importunée de mes lettres, Madame la duchesse, mais voici un moment où j'espère que votre amitié pour moi ( ?) telle que je l'ai toujours éprouvée, et peut-être avec  (  ? )  de sensibilité que  ...
Voilà ma suggestion ...d'idée en tout cas car je n'ai pas l'écrit sous les yeux :

Je ne vous ai point importunée de mes lettres, Madame la duchesse, mais voici un moment où j'espère que votre amitié pour moi ( est sincère?) telle que je l'ai toujours éprouvée, et peut-être avec ( un tel témoignage? ) de sensibilité que ...

Bien à vous. Smileàè-è\':

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Mme de Sabran Mar 30 Sep - 11:20



Merci, Majesté ! Very Happy
En effet, nous pouvons comprendre le contexte, mais nous ne transcrivons que les mots que nous lisons vraiment, d'où les blancs heureusement disséminés .
De cette dernière lettre, cette ligne seule se laisse deviner .
Le reste, c'est résolument niet !


Roi-cavalerie a écrit:N'hésitez pas à faire appel à la cavalerie, ma chère Eléonore!

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac 0155

Je n'hésiterai pas ! :Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac 2028181902

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 46329
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Mme de Sabran Ven 3 Oct - 9:17




National Archives, Kew


Cette lettre était particulièrement difficile à déchiffrer .
Nous vous demandons toute votre indulgence pour les quelques trous ou incohérences ...  Very Happy


Calonne à Mme de Polignac

Londres, le 4 xbre 1787

Je trouve tout simple que vous ne m'écriviez pas, Madame la duchesse, mais je trouverais trop dur d'être privé de tout moyen de savoir des nouvelles de votre santé et plus encore de ne pas compter entièrement sur la continuation de vos sentiments ! Je ne puis vous exprimer à quel point les miens sont à la torture de n'avoir plus la consolation d'un peu de correspondance avec vous .
Laissez-moi du moins vous attester de temps en temps que vous m'êtes toujours présente et qu'il n'est point de souvenir qui me fasse éprouver de plus vifs regrets. Vous ne parlerez pas de mes lettres; je ne vous en écrirai jamais que par des occasions sûres et pour toute réponse vous me ferez dire un mot, un seul mot, par la duchesse de Luynes ou par madame d'Harvelai pour m'assurer que je ne vous suis pas tout à fait indifférent.
Oh! non, votre âme est trop noble, votre coeur trop bon, votre caractère trop juste et trop ferme pour que l'on cesse de vous intéresser parce qu'on est victime du malheur et de l'injustice !
On ne m'a pas dit que ma justification ait eu votre suffrage. Il m'a paru que sans cela les applaudissements que ma requête m'a attirés n'étaient rien.  On ne m'a pas dit non plus quelle eût fait impression sur Monseigneur le comte d'Artois. Je m'endurcis de plus en plus contre l'opinion de ceux qui ne veulent ni voir ni entendre  parce qu'ils ont besoin de nuire et de calomnier. Mais je serais inconsolable de n'avoir pas l'approbation des personnes à qui je suis dévoué, que j'aime, que je respecte et dont l'estime est nécessaire à mon bonheur.
Ma réponse à M. Necker paraîtra dès ( que ce qui reste ) d'agitation sur le nouvel édit se sera calmé, et que je serai sûr qu'on ne pourra pas m'imputer la moindre intention d'employer, même pour la défense de mes assertions et de mes calculs, aucun moyen capable de troubler les idées sur les opérations du gouvernement.
En vérité, à tout prendre, on devrait bien convenir que j'ai une bonne âme et se lasser de me persécuter. Si l'on veut être débarrassé de moi en France, qu'on le dise, qu'on ne trouve pas mauvais que je reste ici où je suis très considéré et qu'à ce près on me laisse en repos. Je conserverai au fond du coeur les sentiments qui conviennent à un bon Français, à un bon serviteur du Roi;   même qu'il est domicilié en pays étranger, on ne doit pas en douter.
Certainement je mérite que mon séjour à Londres, fut-il éternel, ne puisse jamais devenir suspect . Tout ce qu'on a dit sur mes prétendus colloques avec M. Pitt est bêtise et  ?. On me recherche beaucoup ici, et l'on m'y fait amitié mais sans aucune vue de traiter les affaires, dont je ne parle presque jamais ou dont je ne parle que d'une manière convenable. Vous en seriez garante au besoin, Madame la duchesse, vous me connaissez assez pour cela. Ne vous réservez donc plus de m'obtenir, dans je ne sais quel temps, la faveur d'être toléré en France et d'y rentrer d'une manière quelconque.
Il n'y  a que cela qui convienne à mon honneur. Et si l'on y ( ???? ) perdre l'esprit de  ( ??? ) et demander la grâce d'être oublié après avoir été autant maltraité que mes ennemis ont pu le désirer, est-ce trop demander?
Mais que cet oubli, je vous en conjure, n'aille jamais jusqu'à vous et M. de Polignac. Sans cesse  ici, on m'a demandé de vos nouvelles et chaque fois j'ai le coeur serré de n'avoir rien à répondre . Je fais semblant de savoir, du moins par voie tierce, que vous vous portez bien et que vous êtes  très contente du moins sans aucune  ( ? ). Puissiez-vous être parfaitement heureuse! Ce serait justice. Hélas, y  ( ? ) fatalité! La duchesse de Devonshire, Milady Foster, Milord Clermont, le Prince de Galles … ( ??? )


Feuillets joints, d'un autre jet sans doute car l'écriture est sensiblement différente .


Il me semble qu'il y aurait un grand danger, plus grand peut-être qu'on ne l'imagine. Faites-y réfléchir. Quoiqu'il en soit, j'aurai fait tout ce qui était en moi pour empêcher le mal. J'ai eu l'intention de faire le bien et je mets à portée de prendre le parti qu'on voudra. Celui que j'offre est fondé sur des mesures aussi certaines que secrètes, et ce sont les seules qu'on puisse employer sûrement, décemment et efficacement.  Voudra-t-on bien considérer dans quelle circonstance je fais cette démarche et avec quelle constance je persévère à vouloir la rendre utile, au risque même de paraître avoir un ton de plus par le refus de laisser remettre ma lettre au Roi à qui je ne devais pas croire qu'on en parlerait!
Voudra-t-on faire attention que, dans le même temps, ceux qui vantent leur attachement pour la Reine ne craignent pas de la compromettre horriblement par le conseil que vraisemblablement ils lui ont donné de rejeter tout ce qui viendrait de moi.
Ce contraste ne fera-t-il aucune impression? Combien d'autres dans ma position, sans se permettre même rien de blâmable, eussent laissé faire ce qui pouvait leur devenir utile?  Une honnêteté qui ne s'est jamais démentie, ce qui ne se dément pas encore au milieu des rigueurs dont on l'accable, et qui ne cesse pas de montrer du zèle quand elle n'éprouve qu'injustice et défiance, ne devrait-elle pas parler plus haut que les fausses insinuations de ceux qui sont intéressés à nuire et qui ne savent que nuire?
Faudra-t-il toujours que ce que je fais soit interprété à rebours de mes intentions, me fasse supposer des sentiments contraires, absolument contraires à ceux dont je suis le plus intimement pénétré. Vous en savez, Madame la duchesse, plus d'un exemple et vous ne savez pas tout. Peut-être quelque jour trouverez-vous occasion de détromper. Celle-ci paraît en être une.
Je ne demande d'autre changement que celui de la disposition intérieure, et en vérité c'est bien demander qu'une justice, surtout quand au-delà je ne désire rien, et qu'après avoir été disgracié, poursuivi jusque dans ma retraite, déchiré, calomnié, livré à la diffamation publique et réduit à fuir ma patrie, je n'aspire qu'à pouvoir, en conservant mon honneur, trouver enfin la tranquillité .
Je suis bien sûr, Madame la duchesse, que vous êtes touchée de mon sort et je me flatte que vous voulez bien croire que d'être séparé de vous et de mes amis n'est pas la moindre de mes peines. Je ne vous en dis pas davantage et je vous prie de déchirer ma lettre.

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 46329
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Roi-cavalerie Ven 3 Oct - 10:17



Un grand coup de chapeau pour la transcription! Mme de Polignac doit se faire désirer et ce cher Calonne se désespère de la lire!
En cette fin d'année 1788, elle avait sans doute bien d'autres chose en tête car la reine ne lui accordait plus la même confiance  comme le baron de Besenval nous l'a confié au détour de ses Mémoires:
"Elle détestait l’archevêque de Sens et l’abbé de Vermont; il n’y avait rien que ses deux hommes n’eussent employé pour la détruire dans l’esprit de la Reine, sans pouvoir en venir à bout. Cependant ils étaient parvenus à ce que cette princesse se bornât aux attentions et aux témoignages d’amitié sincère et constante, mais qu’elle ne lui parlât de rien, ni ne la consultât plus sur aucune affaire. Manière d’être qui, d’après une confiance sans bornes et l’intimité dans laquelle ces deux amies avaient vécu jusque là, jetait nécessairement entre elles, si ce n’est du froid, du moins une réserve gênante de part et d’autre. Cela minait tout doucement le crédit de Mme de Polignac, sur lequel cependant les courtisans étaient incertains par les démonstrations journalières de tendresse de la Reine dont ils étaient témoins".

Roi cavalerie
Roi-cavalerie
Roi-cavalerie

Messages : 552
Date d'inscription : 20/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Invité Ven 3 Oct - 10:18

Quel travail que cette retranscription...Bravo et merci :\\\\\\\\:
Charles-Alexandre de Calonne a écrit:
Vous ne parlerez pas de mes lettres; je ne vous en écrirai jamais que par des occasions sûres et pour toute réponse vous me ferez dire un mot, un seul mot, par la duchesse de Luynes ou par madame d'Harvelai pour m'assurer que je ne vous suis pas tout à fait indifférent.
Sa disgrâce lui fait prendre tant de précaution qu'on croirait cette lettre écrite sous la révolution... Shocked Shocked Shocked

Bien à vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Mme de Sabran Ven 3 Oct - 11:32

Roi-cavalerie a écrit:Je viens de lire la lettre à la duchesse de septembre 1787. Calonne, comme je vous l'avez signalé, demande à la duchesse de plaider sa cause auprès de la reine. Dans la dernière partie de sa missive, et à mots couverts, il prévient qu'il est au contact de la mouvance la Motte et qu'il fait ce qu'il peut pour les empêcher de publier le mémoire justificatif que les époux préparent.

Les époux la Motte, nous y voici ! Smileàè-è\':
Attention, Majesté ! Je sens que tu vas convulser d'horreur ... Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac 3826491292



National archives, Kew


Calonne to Mme de Polignac 27 Jan [1788]



Jusqu'à ce moment, Madame la duchesse, j'avais cru devoir vous garder comme à tout le monde le secret d'une démarche qui n'intéresse que la Reine seule, et dont il m'avait paru qu'elle seule devait être instruite: mais ce qui vient de m'être mandé de sa part ne me laisse d'autre ressource pour éviter que la reine n'ait beaucoup de regret de ce qu'elle semble vouloir en ce moment, que de vous confier ce qui doit, je pense, l'en détourner.
Le paquet que j'ai prié le duc de Dorset de lui remettre à elle-même, sans qu'il en sache aucunement l'objet, est relatif à madame de la Motte, et présente à la Reine un moyen sûr de retirer des mains de cette femme des papiers importants dont elle se dit dépositaire. Ou, pour mieux dire, dont elle s'est emparée dans le dessein d'en tirer un parti avantageux ou d'en faire un usage diabolique.
Vous croyez aisément, Madame la duchesse, que je n'ai eu garde de chercher à être instruit d'aucune circonstance relative à ces papiers, dont vous ne m'avez jamais parlé.
Le hasard m'a fourni un moyen d'empêcher l'exécution du dessein détestable qui allait éclore et que l'on (a ) déjà annoncé (?) dans les papiers publics d'Angleterre. Je l'ai saisi sans autre vue que de rendre peut-être à la Reine un très grand service. Mon offre, dont je n'ai pas voulu que le duc de Dorset ni âme qui vive pût pénétrer l'objet, a été rejetée sans être connue, parce que mes sentiments sont suspects. Elle portait cependant un caractère de vérité qui aurait frappé si l'on avait lu ma lettre, mais la Reine persiste à vouloir qu'elle soit remise au Roi; elle lui en a même déjà parlé, et vous jugez par là dans quel embarras je me trouve.
Si je laisse ouvrir le paquet par autre que par la reine elle-même, elle m'en saura sûrement mauvais gré et pourrait avoir à se plaindre de ce que je ne lui en ai pas fait annoncer le contenu. Si je le retire en priant M. le duc de Dorset de me le renvoyer ainsi qu'un second envoi que je lui ai fait aujourd'hui, le mal se fera, et d'ailleurs le Roi pourra trouver mauvais que j'aie refusé de lui laisser voir ma lettre. On est bien maître d'en faire malgré moi ce qu'on voudra, mais je dois m'opposer de toutes mes forces à ce qu'elle soit vue avant que la Reine ait pu juger elle-même si elle doit l'être.
Voila ce qui me détermine à vous en confier le sujet et à vous prier d'en parler à la Reine en lui disant que si elle désire avoir ou faire supprimer des papiers dont on veut faire un détestable usage, elle le peut sûrement par le moyen que je lui indique, et qu'elle ne le pourrait pas autrement. Il y a un mois que je m'efforce d'en conserver la possibilité et ce mois nous a été perdu en refus réitérés de voir au moins de quoi il s'agit.
La chose m'a paru trop importante pour ne pas tenter un dernier effort. Si la Reine, instruite du sujet de ma lettre, persistait à vouloir qu'elle fut remise au Roi, elle en serait la maîtresse et je laisse la chose à sa décision: si elle trouve mieux qu'elle me soit renvoyée, ainsi que le 2e paquet qui contient une note fort importante, je jetterai le tout au feu et je supposerai que ce qu'on m'a dit n'a aucune réalité. Mais je vois trop clairement les desseins atroces que le désespoir, ou tout autre motif que je ne puis pénétrer, ont fait concevoir, pour ne plus faire tout ce qui est en moi afin de prévenir les regrets qu'on pourrait avoir de ne les avoir pas empêchés.
Dans tous les cas vous sentez que l'ouverture que la Reine a déjà faite au Roi me met dans une position critique et embarrassante. Il faut donc toujours que le bien que je veux faire tourne contre moi. Je crois être le seul au monde qui puisse rendre le service que je lui offre, et je suis sûr que personne ne peut lui en faire l'offre avec plus de désintéressement .

.
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 46329
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac Empty Re: Lettres de Calonne à la duchesse de Polignac

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 15 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum