-39%
Le deal à ne pas rater :
PLANTRONICS BACKBEAT PRO 2 – Casque bluetooth
152 € 250 €
Voir le deal

Le comte de Vaudreuil

Page 10 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10

Aller en bas

Le comte de Vaudreuil - Page 10 Empty Re: Le comte de Vaudreuil

Message par La nuit, la neige le Lun 09 Mar 2020, 22:51

Oui, oui... Le comte de Vaudreuil - Page 10 4099329125

La nuit, la neige a écrit:
Marié le 23 fructidor an III (9 septembre 1795) (mercredi), Londres (G.B.), avec Victoire de Rigaud de Vaudreuil (1775-1851)
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 14171
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Le comte de Vaudreuil - Page 10 Empty Re: Le comte de Vaudreuil

Message par Mme de Sabran le Lun 09 Mar 2020, 22:57


... qu'il ne connaît pas du tout : il " fait une fin ", comme l'on disait autrefois . Le comte de Vaudreuil - Page 10 4099329125

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 42239
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Le comte de Vaudreuil - Page 10 Empty le mariage du comte de Vaudreuil

Message par Mme de Sabran le Mar 10 Mar 2020, 12:39

Au moment terrible de la mort de Mme de Polignac, Vaudreuil était également atteint profondément et directement dans ses illusions politiques.  Artois demeurait immobile en Westphalie, pendant que la Vendée prenait les armes. Il gémissait de cette inaction  Sad  ; il ne croyait plus guère à ce prince auquel il avait souhaité avec tant d'autres la destinée d'Henri IV :
« Il s'est bercé, il m'a tant bercé d'illusions que j'ai perdu en grande partie ma confîance. »
Toutefois, en véritable ami, il ne voulait pas désespérer.

Quand Yolande depuis longtemps souffrante, accablée par la mort de Marie-Antoinette, succomba le 4 décembre 1793,  Vaudreuil, littéralement abattu,  vécut près de la comtesse Diane et Jules pendant deux années encore au château de Kittsee près de Presbourg, et dans un faubourg de Vienne.  C'était vivre encore au plus proche de son amour perdu.   Mais lorsque les Polignac décidèrent d'aller s'installer définitivement en Russie, en Ukraine, où le duc avait reçu du tsar Paul Ier l'importante starostie d'Opalina près de Lublin, Vaudreuil décida de rejoindre son prince en Angleterre.   Le comte de Vaudreuil - Page 10 1434844716

Depuis quelque temps,  écrit Léonce Pingaud, il songeait sérieusement à se réunir au chef de sa maison, le marquis de Vaudreuil; un mariage inattendu finit par opérer ce rapprochement. A l'âge de plus de cinquante ans, l'inconsolable amant de Mme de Polignac se décida à demander à la vie de famille les seules joies qu'il put goûter désormais. Vers le milieu de 1795, il sollicita par correspondance la main de sa cousine, Joséphine-Victoire, qui n'avait que vingt ans.  

Le duc de Guiche lui en a fait l'article ( dirions-nous aujourd'hui  Eventaille  ) en la parant de toutes les qualités.  Vaudreuil ne la connaît pas, cette petite cousine Joséphine-Victoire,    mais  il a fait sa demande en mariage en confiance à son cousin le marquis qui l'a agréée .  Very Happy

Il écrit à son futur beau-père  ( un peu inquiet tout de même quant à leur différence d'âge Le comte de Vaudreuil - Page 10 1123740815  ) :

... elle est avec vous, sa mère, ses sœurs, peut-être ses frères; et moi je suis seul avec mes désirs et mes regrets. D'ailleurs je crains qu'elle ne me trouve plus aimable de loin qu'elle ne me trouvera de près; et elle, au contraire, elle est sûre que sa vue ajoutera encore à mon sentiment pour elle. Je verrai une jolie rose, et la fraîcheur du printemps ; et je lui montrerai une vieille figure, décomposée par les chagrins. Mais sa vue, mais ses soins et ses grâces ranimeront ma vie; c'est un bienfait que je lui devrai.
Ah I mon bon cousin, réunissons-nous de manière ou d'autre. Là, ici, qu'importe, pourvu que je vous voie et que je ne vous quitte jamais !



Sa plume court lyrique et ailée quand il écrit à sa future belle-mère :

Vous ne m'aviez pas dit qu'elle est grandie de quatre doigts, qu'elle est plus jolie que jamais, que sa voix s'est formée, qu'elle chante à merveille et est très bonne musicienne. Elle pouvait se passer de tout cela, mais enfin je l'en remercie, et j'en remercie le Ciel et vous tous.
C'est le duc de Guiche qui m'a conté tout cela  (  Wink  ), et vous croyez bien que je le questionne autant que je peux. Jusqu'à présent je ne l'ai vu qu'encourant ; mais ce soir je le verrai et le questionnerai tout à mon aise. Je regarde à chaque instant par la fenêtre si sa voiture arrive.

Comme cette Joséphine m'a transformé, ranimé !    Le comte de Vaudreuil - Page 10 693620883  Avant cette époque, je languissais, je mourais; je n'avais point d'objet; j'étais isolé sur la terre; le vide de mon cœur ressemblait à l'inexistence. A présent, j'ai un objet dont je m'occupe à tous les instants, et quel objet ! C'est ma Joséphine ; c'est la fille de ce que j'ai de plus cher au monde; c'est celle que j'aime; c'est celle qui veut bien se charger du soin de mon bonheur et d'embellir ma vie; Joséphine enfin.
N'allez pas vous moquer de moi et dire que je suis un vieux fou que l'amour fait radoter.   Je prétends que cet amour (car je le sens, c'est de l'amour)  est applaudi par la raison même.   J'ai l'âme très tendre et très jeune; j'ai besoin d'avoir un objet de culte ; j'aime à m'occuper de ce qui m'approche, et cet objet sera ma femme, et cette femme sera Joséphine, et cette Joséphine est votre fille, et elle me donnera en confiance, en amitié tout ce que je lui donnerai en amour. Qu'il lui sera facile de me rendre heureux, puisque mon bonheur consistera à m'occuper du sien ! Quand je verrai sa jolie bouche sourire, quand la joie brillera dans ses yeux, je me dirai elle est contente, je suis heureux. Voilà ma manière d'envisager le mariage et l'amour. Ce n'est pas du radotage; c'est la raison même, embellie par l'amour. Si ce ne sont plus les transports de la bouillante jeunesse, c'est un charme de tous les moments, dont mon cœur lui répond, et le charme est préférable à tout.



De toute évidence c'est un mariage de raison mais auquel Vaudreuil tient à mettre toutes les formes romantiques.   Le comte de Vaudreuil - Page 10 2238094171  Il fait sa cour comme un jouvenceau...
Retenu quelque temps faute d'argent sur le continent, il trouve enfin les moyens de gagner l'Angleterre, et là, tout entier à ses espérances de bonheur domestique, il se tient à l'écart des événements qui. secouent le parti de l'émigration.
D'honorables scrupules de conscience le reprennent :
« Je ne veux pas faire la guerre à mon pays, mais je voudrais la faire à la Révolution, et jusqu'à présent je n'aperçois qu'une guerre faite à la France . »

Pendant que s'accomplissaient les expéditions de Quiberon et de l'île d'Yeu, Vaudreuil se mariait à Londres.
Les années suivantes, il habita tantôt cette ville, tantôt Edimbourg. Deux fils lui naquirent  ( comme tu le soulignais  Very Happy  )  , et il est curieux de constater avec quelle facilité il se pliait aux devoirs de son nouvel état, avec quelle chaleur il en goûtait les joies paisibles, poursuit Léonce Pingaud.


Et cependant son bonheur fut-il sans nuages ? A côté d'un mari bien plus vieux qu'elle, et valétudinaire, Mme de Vaudreuil était fort jolie, pleine de vivacité et d'expansion : un prince d'humeur galante, le duc de Bourbon, était un familier assidu de la maison. La jalousie incrimina ces innocentes relations.  ( innocentes ?  ... hum !   Suspect  ) Vaudreuil rendeer , qui estimait avec raison la solidité de caractère et de principes de sa compagne, ne se laissa point troubler par ces méchancetés mondaines, et n'en parla à « sa'Joséphine » que pour l'en consoler et les mépriser avec elle.

A partir de cette époque, Vaudreuil parait ne s'être plus occupé que d'une façon indirecte des affaires de son parti. Le malheur et l'expérience avaient développé en lui, au dire de ses compagnons d'exil, de sérieuses qualités, et une brochure inspirée par la police française le peignait comme le royaliste à la fois « le plus aimable et le moins entiché des vieilles idées. »
Toutefois il se borna à rester, derrière les tristes murailles d'Holyrood, un fidèle commensal du comte d'Artois ; il fait sa partie de whist quotidienne, et Mme de Vaudreuil donne à l'occasion la réplique, dans une comédie de salon, au duc de Berry.
Tout était changé en France : rien n'était changé au delà des frontières, dans les mœurs, les plaisirs et le langage de ses anciens maîtres.

En 1800, Vaudreuil s'établit définitivement aux portes de Londres, à Twickenham, et ne sortit plus de sa retraite; il était devenu Anglais d'habitudes et presque de cœur, au point de déplorer la paix d'Amiens et les sacrifices qu'elle avait imposés à sa patrie d'adoption; en 1803, il essaya inutilement, pour sauver quelques débris de sa fortune coloniale, d'entrer au service du gouvernement britannique à Saint-Domingue, et l'année suivante, il sollicita non moins vainement et à deux reprises de suivre le comte d'Artois dans le voyage qui aboutit à l'entrevue de Calmar. Cette récompense lui semblait pourtant due, car il pouvait répéter à Londres ce qu'il disait à Venise aux premiers temps de la Révolution : « Tout ce qui porte mon nom est loyal et fidèle . »
Vaudreuil comptait alors parmi les rares royalistes qui déclinèrent les faveurs de Napoléon : lui-même avait maudit le Concordat, et refusé de profiler de l'amnistie de l'an X .

Combien d'autres se résignaient au nouvel état de la France, en souhaitaient même la durée ! Quand l'exilé pensait à ses anciennes relations, à son entourage de lettrés et d'artistes, quels  tristes retours pouvait-il faire sur la constance des opinions et des affections humaines I Presque seule, Mme Vigée Le Brun était restée fidèle à ses souvenirs; elle vint le voir au temps de la paix d'Amiens, et exécuta les portraits de ses deux jeunes enfants.   Et voilà les charmants portraits que tu nous postais hier soir !  Very Happy  Merci !
Elle trouva l'Enchanteur toutefois bien changé, bien maigri de corps et de visage, mais elle se convainquit que l'esprit et le cœur étaient restés les mêmes . Il en était bien peu, parmi leurs amis communs, qui eussent droit à un semblable témoignage. Gens de cour et gens de lettres, presque tous s'étaient tournés vers le soleil levant.

Source :
Correspondance intime du comte de Vaudreuil et du comte d'Artois pendant l'émigration : 1789-1815

par M. Léonce Pingaud .

Eh bien, zut alors !   Le comte de Vaudreuil - Page 10 1123740815
Je n'arrive pas à trouver de portrait de Victoire-Joséphine ...

_________________
...    demain est un autre jour .
Mme de Sabran
Mme de Sabran

Messages : 42239
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : l'Ouest sauvage

Revenir en haut Aller en bas

Le comte de Vaudreuil - Page 10 Empty Re: Le comte de Vaudreuil

Message par Marie-Jeanne le Dim 22 Mar 2020, 15:13

Signature, acte notarié, 1778

Le comte de Vaudreuil - Page 10 An_mc_10
Marie-Jeanne
Marie-Jeanne

Messages : 837
Date d'inscription : 16/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Le comte de Vaudreuil - Page 10 Empty Re: Le comte de Vaudreuil

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 10 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum