-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% Nike Crater Impact SE
68.97 € 114.99 €
Voir le deal

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges

+7
Comte d'Hézècques
Trianon
Gouverneur Morris
Lucius
Mme de Sabran
La nuit, la neige
Comtesse Diane
11 participants

Page 6 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Aller en bas

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Empty Re: Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges

Message par Duc d'Ostrogothie Dim 4 Aoû - 12:18

capin a écrit:Bonjour,

Une paire de fauteuil similaire mais avec des demi-dès arrière striés est passée en vente chez Sotheby's le 14 septembre avec pour provenance le duc de Grammont. A noter qu'il existe aussi des chaises sur le même modèle que celles du Duc de Grammont.

Sinon auriez vous connaissance de livraisons de JACOB pour SEGAUX, valet de chambre tapissier de Madame VICTOIRE à Versailles (plutôt autour de 1785);. La livraison directe au valet de chambre tapissier sans passer par le garde meuble de la couronne signifie plus une commande privée comme c'est devenu le cas notamment pour Bellevue via SOMMERSON valet de chambre tapissier de Mesdames à Bellevue.



Je n'ai pas connaissance de livraisons de Jacob pour Segaux, valet de chambre de Madame Victoire, mais nous avons connaissance de cette paire de voyeuses réalisée par Jacob pour Monsieur de SEPTEUIL, premier valet de chambre du roi (je sais cela que n'a rien à voir avec votre message mon cher Capin mais il n'en reste pas moins que ce sont de jolis sièges  Hop! ):

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Img_9012


Dernière édition par Duc d'Ostrogothie le Sam 26 Oct - 14:38, édité 1 fois
Duc d'Ostrogothie
Duc d'Ostrogothie

Messages : 2965
Date d'inscription : 04/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Empty Jacob Brunoy Provence Rohan Strasbourg

Message par Gouverneur Morris Dim 4 Aoû - 22:35

Ensemble de 6 chaises par Jacob, livrées pour le comte de Provence en son château de Brunoy.

Aujourd’hui conservées au Palais Rohan à Strasbourg.

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 2f9ab010

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Ac24fb10

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 9aff0910

Clichés personnels
Gouverneur Morris
Gouverneur Morris

Messages : 9950
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Empty Re: Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges

Message par Duc d'Ostrogothie Lun 5 Aoû - 21:50

Intéressant, merci pour les photos mon cher Momo.

La sculpture est bien riche : frise de piastres doublée de rais de coeur, cannelures rudentées, rosaces y compris à l'arrière du siège ... et surtout cette frise de perles qui court le long du dossier, que l'on ne voit que dans les plus prestigieuses commandes de Jacob. Wink
Duc d'Ostrogothie
Duc d'Ostrogothie

Messages : 2965
Date d'inscription : 04/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Empty Re: Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges

Message par Duc d'Ostrogothie Sam 26 Oct - 14:33


Arrow Ensemble de mobilier par Georges Jacob, provenant du "Salon" et de la "Chambre à coucher" de "Monseigneur" (duc d'Orléans au château du Raincy ?) vendu en 2005 chez Beaussant Lefevre :

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 125

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 221

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 318

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 418

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 514

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 613
Duc d'Ostrogothie
Duc d'Ostrogothie

Messages : 2965
Date d'inscription : 04/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Empty Re: Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges

Message par Duc d'Ostrogothie Ven 1 Nov - 22:35

Arrow Vu aujourd'hui (1er novembre 2019) au musée des arts décoratifs, ce fauteuil de Georges Jacob en hêtre sculpté, mouluré et peint :

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Captu408

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Captu409


Arrow Vu le mois dernier chez Osenat Versailles, cette paire de fauteuils à dossier en anse de panier, en bois redoré mouluré et sculpté d'entrelacs à fleurons, la ceinture en fer à cheval. Un estampillé vraisemblablement G. Iacob, l’autre d’époque postérieure :

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Captu411

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Captu412

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Captu410

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Captu640


Lot adjugé 6875 EUR le 20 octobre 2019.
Duc d'Ostrogothie
Duc d'Ostrogothie

Messages : 2965
Date d'inscription : 04/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Empty Fauteuil dit " de la Convention ", estampillé JACOB

Message par La nuit, la neige Sam 23 Nov - 22:57

Ce meuble fait partie des lots de la première vacation, celle dite des " Trésors " de la vente aux enchères de la collection Ribes que nous annonçons, ici :

Arrow Vente Sotheby's Paris - La collection du comte et de la comtesse de Ribes

Je continue d'évoquer les pièces dignes d'intérêt ici ou là dans nos rubriques avec, notamment, je cite (extraits) :


Fauteuil de bureau dit « de la Convention » en acajou sculpté, période révolutionnaire vers 1795, estampillé G.IACOB, d’après un dessin de l’architecte Charles Percier
le dossier en hémicycle ajouré à grille, les supports d'accotoirs formés par des lions ailés monopodes, les pieds arrière en sabre, l'assise couverte de cuir. On y joint une gaine en placage d’acajou et laiton de style néoclassique
Haut. 94 cm, larg. 66 cm ; height 37 in., width 26 in.
Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 280pf110
Image : Sotheby's

Description au catalogue :

Ce modèle de grand siège de bureau fut réalisé par le menuisier Georges Jacob dans les années 1795.
Les architectes Charles Percier et Pierre-François-Léonard Fontaine furent sollicités pour les aménagements de la salle de la Convention Nationale et fournirent des projets de mobilier certainement en collaboration avec la maison Jacob.


Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Estamp10
Détail de l'estampille
Image : Sotheby's


Un dessin préparatoire de Charles Percier figurant sur une feuille de plus grande taille et montrant d’autres modèles de sièges très antiquisants nous renseigne sur ces échanges.

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Capt1617
C. Percier et P. F. L. Fontaine (att. à), dessin préparatoire (détail)
Image : Sotheby's

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 094pf110
Image : Sotheby's

Sur cette même planche on peut voir, outre le nôtre, plusieurs projets de fauteuils ; comme celui qui servit à l’ameublement du pavillon chinois de l’hôtel de la princesse Kinsky, rue Saint-Dominique à Paris en 1793.
Un exemple de la réalisation quasi à l’identique du projet par Jacob provenant de la collection Ledoux-Lebard fut vendu chez Artcurial le 20 juin 2006, lot 131.

Qu’il fut fourni pour la Convention ou dans les premiers mois du Directoire, ce fauteuil illustre en tout cas une nouvelle tendance dans la menuiserie en sièges et annonce les prémices du style Empire.
Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 281pf110
Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 315pf110
Images : Sotheby's

Un fauteuil identique aurait servi à Bonaparte dans son hôtel de la rue de la Victoire. Il l’aurait donné à son médecin Corvisart en 1798. Ce fauteuil est aujourd’hui dans les collections du musée national du château de Malmaison. Une paire a fait partie des collections de S. A. le prince Murat (vente Drouot, le 14 juin 1983, lot 126).

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 757pf110
Fauteuil de bureau en acajou, château de Malmaison
Image : RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau) / Daniel Arnaudet


Ce modèle de fauteuil apparait sur des représentations contemporaines comme sur le portrait du compositeur François-Adrien Boieldieu par Louis-Léopold Boilly (vers 1800, musée des beaux-arts de Rouen, inv. 1905.1.1).

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 780pf110
L.-L. Boilly, Portrait de F.-A. Boieldieu, vers 1800
Musée des beaux-arts de Rouen
Image : C. Lancien, C. Loisel / Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie


Après la chute de la monarchie le 10 août 1792, Georges Jacob continua à fournir des sièges pour les instances dirigeantes, comme l’attestent ses probables livraisons à la Convention nationale.
D’autres modèles de fauteuils, envoyés quelques années plus tard du garde-meuble de l’Assemblée nationale au Directoire exécutif puis dans les palais impériaux des Tuileries et de Fontainebleau permettent d’y voir la créativité de Jacob, soucieux de répondre aux nouvelles exigences esthétiques de l’époque où s’affirme une nécessité de se régénérer.
L’influence anglaise, et surtout celle de l’antiquité, sont particulièrement prisées et autorisent des réalisations aux gabarits et aux formes nouvelles.
Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 279pf110
Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 095pf110
Images : Sotheby's

Le portrait de Georges Jacob par Simon Julien en 1793 où il se fait représenter en costume tricolore lui permet d’afficher une position politique qui rompt avec son passé de principal fournisseur de sièges de la famille royale.

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 790pf110
S. Julien, Portrait de Georges Jacob, 1793, coll. part.
Image : Christie's


* Source et infos complémentaires : Sotheby's Paris - La collection Ribes I

___________________


Idea Vous vous souvenez peut-être que nous avions évoqué ces décors de mobilier aux " têtes de lion ailé " dans notre sujet :

Arrow La salle du tribunal révolutionnaire du Palais de justice de L'île de la Cité, Paris

Vicq d Azir a écrit:Les bancs à pieds de lion seraient ceux du Tribunal Révolutionnaire. Ils se trouvaient, encore récemment, dans le hall d’entrée du Palais :

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 64224910

La nuit, la neige a écrit:
A noter que nous retrouvons ces "lions ailés" sur le dessin de Pierre Bouillon présenté ci-dessus.
Mais il s'agissait là, apparemment, des pieds des tables des membres du tribunal révolutionnaire.
Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 33748-11
Image : Musée Carnavalet Histoire de Paris

La nuit, la neige a écrit:

hastur a écrit:Je vois dans ces bancs un travail du 1er Empire mais jusque dans les années 1830-1840 en effet on produisait encore dans ce style très antiquisant qui rappelait les grandes heures de la République romaine .

Idea Après quelques recherches, je cite :

Un célèbre modèle de siège, sous la forme d'un fauteuil de bureau « en hémicycle » en acajou réalisé par Georges Jacob ou Jean-Baptiste Séné vers 1800, d'après le projet de Charles Percier pour la Convention nationale (...)

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 359310
* Source image et texte : Gazette Drouot

Ou encore :

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Image298
Fauteuil de bureau
Sené, Jean-Baptiste-Claude (menuisier)
attribué à Percier, Charles (dessinateur)
attribué à Fontaine, Pierre-François-Léonard (dessinateur)
Acajou sculpté et verni, vers 1800
Image : Château de Versailles, Dist. RMN / Christophe Fouin


Et j'imagine tables et consoles à l'avenant...

Idea Car pour en revenir donc à notre dessin je crois que je vais reprendre l'avis de Marie-Jeanne, qui soulignait notamment que Marie-Antoinette ne portait pas de robe blanche ce jour-là.

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 33748-12
Image : Musée Carnavalet Histoire de Paris

Le musée Carnavalet nous présente sa référence ainsi:

Procès de Marie-Antoinette le 15 octobre 1793
Pierre Bouillon (1776-1831)
Pierre noire, 1793-94
Signé et daté en bas à gauche : B.1793
Le dessin est de 1794 si l’on en croit les mots de la gravure qu’en exécuta Cazenave (déposée en 1802).


Arrow Tout compte fait, c'est à croire que ce dessin n'a ni été fait en 1793 (ni même en 1794), mais plutôt vers 1800, à l'époque où Cazenave déposât la première gravure.
Peut-être existait-il une esquisse faite du temps du procès, et remaniée plus tard par l'auteur ?
Ces tables consoles étaient-elles alors dans cette salle, installée sous le Consulat, après la période "tribunal révolutionnaire" ?
La nuit, la neige a écrit:
Marie-Jeanne a écrit:
Je doute qu'une esquisse ait été faite d'après nature (...)
Ce Pierre Bouillon, auteur du dessin, contemporain de l'époque du procès, pouvait être dans l'assistance et a pu donné quelques coups de crayon, qu'il aurait remanié plus tard ?
Mais bon : je dégage aussi ce dessin !!  Eventaille

Et mon hypothèse est que :

Arrow La salle fut réaménagée par le vide et à la va-vite, à la création de ce tribunal, et ressemblait plutôt à ce que nous voyons sur ces autres illustrations du temps.
C'est à dire des gradins, des estrades, et un mobilier très sommaire (sans la tapisserie, sans tables ou bancs à têtes de lion)

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 26489310
Marat acquitté par le Tribunal révolutionnaire, 24 avril 1793
Lavis, dessin à la plume, XVIIIe siècle
Photo : RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Thierry Le Mage


Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 1280px28
Brissot et 20 de ses complices condamnés à mort par le tribunal révolutionnaire.
Estampe, 1793
Image : Bibliothèque Nationale de France


Et de même, donc...

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Captu400
La veuve Capet au Tribunal révolutionnaire, 14 octobre 1793
Gravure sur cuivre, eau-forte, 1793
Image : Paris, Bibliothèque nationale de France, Cabinet des Estampes



Arrow Je ne jette pas pour autant avec l'eau du bain le mobilier avec têtes de lion !  Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 1123740815
Il est représenté sur de nombreuses autres gravures postérieures à l'évènement, de peu, dont celle du dessin présenté trois fois dans ce sujet (je ne vais pas le poster à nouveau Laughing) datant, au plus tard, de 1802, ou encore :

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Tribun10

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Ma_dev10

Mon idée est qu'il y avait bien, au minimum, des tables avec têtes de lions.
Peut-être commandées à la même période que les fauteuils pour la Convention nationale, d'après un dessin attribué à Percier et/ou Fontaine, que j'ai présenté précédemment.
Au moment où cette salle est réaffectée pour devenir tribunal de cassation sous le Consulat ?
Peut-être que des dessinateurs s'étaient alors rendus sur les lieux pour représenter les célèbres procès qui s'y étaient déroulés quelques années plus tôt ?

Et je ne crois guère au hasard concernant les bancs, décorés des mêmes têtes, que nous retrouvons donc encore survivants de l'incendie de la Commune de Paris.
S'il est admis qu'ils n'étaient sans doute pas dans cette salle en 1793, ils sont assortis avec le mobilier époque Consulat. Quoique possiblement réalisés plus tard, j'ai dans l'idée qu'ils furent bien, à un moment ou un autre du XIXe siècle, dans cette salle, et pas dans celle des Pas-perdus.
La nuit, la neige a écrit:
Idea Je reviens sur ce que je disais en reculant de quelques années la date du projet de ce type de mobilier, et plus précisément les tables / consoles.
Ce serait non seulement avant le Consulat, mais aussi avant la création du Tribunal révolutionnaire.

C'est ce que montre ce document intéressant, même si sa reproduction sur deux sites différents, ne présente pas la même date :
Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 F5_lar10
Comité de constitution of the Constituent Assembly, perspective view of the model courtroom layout for the district tribunals of France
January 1791. Engraving by Joseph Varin after design by Charles Norry
Musée des Archives Nationales, Paris, AE/II/3631, pièce 2.
Photo : Atelier Photographique des Archives Nationales / University of California


Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 0005ex10
Charles Norry (1756-1832)
Perspective de la nouvelle disposition qu'on propose de suivre dans tous les tribunaux du royaume...
Gravé par Varin, vers 1790

Papier, tirage d'époque
Source : Archives nationales / Ciminocorpus


Note :

Dans l'urgence, les nouveaux tribunaux s'installent souvent à la place des anciens mais ceux-ci ne disposent pas toujours de vastes salles ou admettre le public.
L'architecture doit aussi concrétiser les idées révolutionnaires et substituer une nouvelle symbolique à celle de l'Ancien Régime.
Le projet architectural présenté installe les cinq juges sur une estrade, entourés du commissaire du roi et du greffier ; deux piédestals sont destinés à recevoir des représentations de la Justice et de la Loi : les demi-cercles accueillent les parties et leurs avoués, tout en les isolant d'un public qui emplit le reste de la salle.

Arrow  Source : Ciminocorpus - La Révolution à la poursuite du crime ! Le justiciable devant les tribunaux criminels à Paris (1790-192)

Je vous encourage d'ailleurs à visiter cette page, très intéressante, qui présente de nombreuses autres archives du temps. Smile
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 16366
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Empty Re: Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges

Message par La nuit, la neige Mar 8 Juin - 22:13

Pour les personnes à mobilité réduite, cet ingénieux et confortable...

Fauteuil mécanique
Estampille de Georges Jacob,
menuisier reçu maître en 1765.
En hêtre mouluré et sculpté à décor de frise de rai-de-cœur, feuillages et entrelacs, le dossier à oreilles et l’assise dépliante formant lit de repos, le dossier inclinable à crémaillère, avec deux manivelles permettant d’actionner les roues
Epoque Louis XV-Transition
H : 122 cm, L : 68 cm
Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Capt2753
Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Fauteu10

* Source et infos complémentaires : Osenat, Versailles - Vente Les grands siècles (19 juin 2021)
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 16366
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Empty Re: Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges

Message par La nuit, la neige Dim 27 Juin - 10:49

Si vous chercher à meubler une pièce de votre appartement... Eventaille En vente aux enchères, prochainement :

Importante veilleuse à la turque en bois richement sculpté et doré d'époque Louis XVI,
vers 1780,
estampillée G. IACOB

l'accotoir supérieur sommé d'un mufle de bélier, le dossier arrière cintré orné d'une figure ailée et de bouquets de roses, l'accotoir inférieur à décor de bouquets de fleurs, la ceinture figurant une frise de feuilles de lotus, reposant sur des pieds cambrés en console, estampillée "G. IACOB" sous la ceinture avant, garniture de velours de soie vert
Height 29½in; width 73½in; prof 28 in; Haut. 75 cm, larg. 187 cm, prof. 71 cm

Provenance :
Peut-être commandé par Paul Ier de Russie lors de son voyage en France et placé à Pavlovsk jusqu'au début du XXe siècle ; (...)
Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Sotheb45


Note au catalogue :

Georges Jacob, reçu Maître en 1765

La désignation de ce type de canapé au XVIIIe siècle, appelé veilleuse par André-Jacob Roubo, nous rappelle son usage premier : un siège confortable pour se reposer, avec la possibilité d'y allonger ses jambes.

L’extraordinaire qualité de sculpture associée à l’originalité des ornements sculptés – sirène, tête de bélier, corne d’abondance et bouquets de roses - sont la signature d’un grand siège exécuté par Georges Jacob pour un personnage illustre.
Le motif de sirène se retrouve sur une maquette en cire de Jacques Gondoin, dessinateur pour le mobilier de la Couronne. Cet ornement ne fut pas retenu pour la bergère du pavillon du Belvédère de Marie-Antoinette.
Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Sotheb46

Le motif de corne d’abondance de notre accotoir se retrouve sur des fauteuils créés par Georges Jacob pour la reine Marie-Antoinette dans son cabinet doré à Versailles en 1779. Ces cornes d’abondance ornent aussi une duchesse brisée de Georges Jacob.
Les pieds en console sont un motif récurent chez Georges Jacob que l’on retrouve la plupart du temps simplement mouluré comme sur ses fauteuils de bureau. Les pieds de notre veilleuse sont ornés de deux roses renforçant le caractère féminin de ces veilleuses destinées au repos des dames de qualité.
Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Capt2900
Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Sotheb47

La tête de bélier est quant à elle un motif plus rare sur des pièces de menuiserie et montre les infinies variations possibles dans le décor des sièges.
Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 1904pf10

La maquette de cire de Gondoin mentionnée plus haut nous permet de mieux comprendre l’élaboration d’un siège : une maquette d’un fauteuil comportant plusieurs variations ornementales était présentée au destinataire pour qu’il choisisse les éléments qui lui plaisait. Ainsi la maquette de Gondoin présente-t-elle un accotoir orné d’une sirène et l’autre d’un mufle de lion. Les pieds aussi présentent des variations. Notre veilleuse est sans doute elle aussi le travail d’un ornemaniste comme Jacques Gondoin.

Spoiler:

Ces veilleuses étaient particulièrement à la mode auprès des grands ornemanistes du règne de Louis XVI comme en témoignent plusieurs projets de sièges par Jean-Charles Delafosse et Richard de Lalonde.

La piste russe

L’absence de toute étiquette ou toute marque sur notre veilleuse nous empêche d’en déterminer exactement son commanditaire. Le catalogue de la vente de Buenos Aires indique qu’elle provient du palais de Pavlovsk, puis des collections de Paula de Koenigsberg.
Cette dernière était mariée à Nicholas de Koenigsberg issu d’une dynastie de célèbres antiquaires établis depuis le début du XXe siècle à Paris, puis à New York (sous le nom de Le Passé Ltd), Mexico et Buenos Aires. Paula et Nicholas de Koenigsberg étaient en charge de l’Argentine. Cette marchande était connue pour ses achats en Europe dans les années 30.

Le gouvernement soviétique vendit à cette même époque une partie du mobilier impérial russe aux enchères, mais aussi auprès de grands marchands internationaux. Notre veilleuse a pu ainsi être achetée par Paula de Koenigsberg directement auprès du gouvernement soviétique à cette époque. Malheureusement les inventaires de Pavlovsk sont trop vagues quant aux descriptions des lots pour identifier clairement notre veilleuse.
Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 The_pa10
Le palais de Pavlovsk
Gabriel Ludwig Lory  (1763–1840)
c. 1805-1808
Image : http://mariafedorovna.blogspot.com/2013/04/


Ces inventaires comprennent celui que Maria Féodorovna établit elle-même en 1795, un second juste après l’incendie du palais en 1803, les modifications apportées à celui de 1803 faites en 1817 après la reconstruction faisant suite à l’incendie et l’inventaire de 1848 qui recense majoritairement les peintures. Les inventaires de la fin du XIXe siècle, ainsi que les inventaires soviétiques des années 1920 et 1930, furent malheureusement tous détruits pendant la Seconde guerre mondiale.

Si cette veilleuse était à Pavlovsk, elle a aussi pu être transférée au palais Mikhaïlovsky après l’incendie de 1803. Le catalogue de la vente de Buenos Aires indique que cette veilleuse fut commandée par le Tsarévitch Paul Ier de Russie (1754-1801), fils de Catherine II, lors de son voyage en France en 1782.
Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Borovi10
Paul Ier de Russie (1754-1801)
par Vladimir Borovikovski
Image : Wikipedia


Ce dernier se rendit à Paris avec son épouse la Grande Duchesse Maria Féodorovna sous les noms d’emprunt comte et comtesse du Nord. Ce voyage était l’occasion pour le couple de se rendre chez les meilleurs artisans français pour passer commande de mobilier et d’étoffes.

Le projet d’ameublement de Pavlovsk était tellement important que les artisans russes ne suffisaient pas à remplir les commandes. Le couple était aussi particulièrement amateur du raffinement et des innovations françaises. Malheureusement aucune archive ne nous est parvenue nous indiquant clairement leurs achats.
Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Grand_14
Portrait of Grand Duchess Maria Fiodorovna
By Alexander Roslin
Image : Wikipedia


La baronne Oberkirch, amie d’enfance de la Grande Duchesse, accompagna le couple dans leur voyage et laissa quelques indications dans ses mémoires.
Ainsi peut-on y lire les noms des marchands merciers Ericourt et Daguerre chez qui le couple se rendit rue du Faubourg Saint-Honoré. De nombreux sièges estampillés de Henri Jacob sont encore conservés à Pavlovsk mais on peut imaginer sans peine qu’ils aient pu rencontrer Georges Jacob qui était à cette époque le menuisier le plus important auprès du Garde-meubles royal français.
Leur visite à Marie-Antoinette lors de leur voyage en France fut l’occasion pour eux d’admirer les chefs-d’œuvre de ce menuisier, l’un des plus grands sculpteurs du XVIIIe siècle français.

* Source et infos complémentaires : Sotheby's - Vente du 30 juin 2021
La nuit, la neige
La nuit, la neige

Messages : 16366
Date d'inscription : 21/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Empty Re: Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges

Message par Duc d'Ostrogothie Ven 16 Sep - 12:48

Vous vous rappelez peut-être de ce fauteuil Jacob, réputé provenir des appartements de Marie-Antoinette au château de Saint-Cloud :

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Captu488

... et bien voici une des chaises du même ensemble, qui passera bientôt en vente chez Christie's (collection Steinitz) :


Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Whatsa10

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Whatsa11


Double rangée de perles, têtes d'aigles : assurément, on est dans le répertoire décoratif que Marie-Antoinette appréciait. Mais qu'est ce qui prouve réellement que ces sièges ont pu faire partie de l'ameublement de Saint-Cloud? J'espère que les recherches de Steinitz et le catalogue Christie's à venir sera à même de nous fournir quelques éléments de réponse.
Duc d'Ostrogothie
Duc d'Ostrogothie

Messages : 2965
Date d'inscription : 04/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges - Page 6 Empty Re: Georges Jacob (1739-1814), menuisier en sièges

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum